Num©ro 048 Octobre 2012

  • View
    238

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Numéro 48 Octobre 2012

Text of Num©ro 048 Octobre 2012

  • Dis

    pens

    de

    tim

    brag

    e, A

    utor

    isat

    ion

    n 1

    397

    - ww

    w.d

    octin

    ews.

    com

    M. Abdelaziz ADNANE, Directeur de la CNOPS.

    Concrtiser le projet de convention entre les organismes gestionnaires et les

    pharmaciens doffi cine aura un impact trs ngatif sur lAMO.

    M.M. Abded lla izizizzzzAbdelllalala iiiiiziziziz zzz AADADADADAA NANEADDADADADADNNNNANANE,

    PATHOLOGIE CORONARIENNELINTRT DE LA REVASCULARISATION TOUT ARTRIEL

    TOUX NATIVE CHRONIQUE

    PPPPPPPPPPPPPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAATTTTTTTTTTTTHHHHHHHHHHHHOOOOOOOOOOLLLLLLLLLLLLLLLOOOOOOOOGGGGGGGGGGGIIIIEEEEEEEEEEEEEE CCCCCCCCCCCCCOOOOOOOOOOOOOORRRRRROOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNAAAAAAFONDAMENTAUX

    LATTITUDE DU MDECIN GNRALISTE

    N 48 - OCTOBRE 2012

    M A G A Z I N E P R O F E S S I O N N E L D I N F O R M A T I O N M D I C A L E

  • Editorial 03

    Par Ismal BERRADA

    QUAND UNE STRATGIE NATIONALE POUR LES FEMMES ?

    DROITS LA SANT

    en juger par lactualit, octobre est un mois au fminin par excellence ! lchelle inter-nationale, cest une priode o la sant de la femme est place sous la loupe. Cancer du

    sein, ostoporose, mnopause autant de pathologies fminines auxquelles les instances sanitaires accordent une importance particulire. Pour preuve, des journes mondiales leur sont entirement ddies, le principal objectif tant de mieux conscientiser propos de leur poids mdico-sanitaire et socio-conomique actuels et futurs, lesquels demeurent, hlas, encore trop impor-tants ! ct de ces clbrations mondiales, le Maroc fte ga-lement la Journe nationale de la femme. Prvue le 10 octobre de chaque anne, cette manifestation embl-matique dresse le bilan des ralisations conomiques, politiques et sociales de ce rendez-vous annuel. Le combat men contre maintes formes de discrimina-tion lies au genre dans notre pays commence porter ses fruits, avec, en guise de couronnement, linstau-ration du nouveau Code de la Famille, une prsence dans les diff rents chantiers de dveloppement, une fi ert pour nous tous ! Toutefois, il est grand temps que le dbat renouvel sur davantage dgalit entre les sexes sattarde sur dautres aspects aussi profonds que la ncessit de dvelopper la prise de conscience des droits de la femme en ce qui concerne lamlioration de son tat de sant et de son bien-tre, ainsi que son impact sur ses conditions de vie.Jusqu prsent, tous les eff orts dploys ce niveau au Maroc se sont principalement limits aux volets juridiques et la gestion des problmatiques ayant trait la maternit. Sans analyser les rsultats obte-nus de cette orientation, les rfl exions et les recherches sur les questions de sant spcifi ques aux femmes demeurent quasi inexistantes. Il en est de mme des maladies lourdes et communes aux hommes et aux femmes. Celles-ci ne sont pas tudies sous langle des diff rences quelles prsentent selon quon soit du sexe dit fort ou celui dit faible.Ltape suivante de ce dbat consisterait inciter les instances concernes la mise en place dune stratgie nationale globale entirement ddie la sant de la femme, de la naissance la vieillesse. Cette revendi-cation devrait faire en sorte que les politiques et les programmes concevoir dans ce domaine tiennent compte des diff rences biologiques, sociales, conomiques et culturelles entre les sexes.Certes, le chemin parcourir pour une meilleure connaissance et une plus large comprhension de la sant de la femme est encore long. Le premier pas consisterait idalement cesser de gnraliser - tort- propos des deux sexes en ce qui concerne les causes de la dtrioration de leur sant, pour dfi nir, ensuite, les meil-leures stratgies de prvention, de dtection et de traitement propres aux deux sexes. Certes, cest un enjeu de taille. Mais il y va de la russite de lmancipation fminine et, in fi ne, de lavenir de lun des moteurs cls du progrs au Maroc, la femme, pour ne pas la nommer !

    IL FAUDRAIT INCITER LES INSTANCES CONCERNES LA MISE EN PLACE DUNE STRATGIE NATIONALE GLOBALE ENTIREMENT DDIE LA SANT DE LA FEMME, DE LA NAISSANCE LA VIEILLESSE.

  • Sommaire4

    M A G A Z I N E P R O F E S S I O N N E L D I N F O R M AT I O N M D I C A L E

    Directeur de publication et de la rdaction, Ismal BERRADA - Consultante la Rdaction, Maria MOUMINE - Rdactrice en chef, Corinne LANGEVIN - Journaliste, Chafi k ETTOUBAJI - Secrtaire de rdaction, Amina LAHRICHI Design et infographie, Yassir EL HABBI - Direction commerciale, A. BERRADA - Chef de publicit, Leila BAHARImpression, Idale - DOCTINEWS est dit par Prestige diff usion, 81, avenue Mers Sultan, 5e tage, CP 20100, Casablanca.Tl. : +212 5 22 27 40 46/69 - Fax : +212 5 22 27 40 32 - E-mail : contact@doctinews.com - Site : www.doctinews.comDossier de presse : 08/22 - Dpt lgal : 2008 PE0049 - ISSN : 2028 00 92 - DOCTINEWS est tir 25.000 exemplaires

    PHARMACOVIGILANCE70 MAUVAISE OBSERVANCE AU TRAITEMENT

    A lorigine deffets indsirables

    FLASH SANT16 MINISTRE DE LA SANT

    Lheure du bilan

    UNIVERS PHARMA34 VITAMINES

    Un instrument de prvention effi cace

    GLOSSAIRE46 TRAITEMENT DES NAUSEES ET VOMISSEMENTS

    SLECTION72 DIAGNOSTIC ET DCISION DANS LE CANCER DU

    SEIN UN STADE PRCOCEUn ouvrage de rfrence

    INTERVIEW60 M. ABDELAZIZ ADNANE

    Directeur de la CNOPS

    FONDAMENTAUX26 PATHOLOGIE CORONARIENNE

    Lintrt de la revascularisation tout artriel

    ALTERNATIVE68 MISOPROSTOL EN GYNCOLOGIE OBSTTRIQUE

    Une alternative la chirurgie

    INSTITUTIONNEL64 SOCIT MAROCAINE DES SPCIALISTES

    ENDOVASCULAIRESPromouvoir lendovasculaire au Maroc

    68 MISOPROSTOL EN GYNCOLOGIE OBSTTRIQUE

    PATHOLOGIE CORONARIENNE26

    60 INTERVIEW

    TOUX NATIVE CHRONIQUE Lattitude du mdecin gnraliste

    50DOSSIER

  • www.cniasaada.maRetrouvez-nous sur notre page facebook.com/cniasaadaauto

  • Flash Sant6

    Je ne cesserai jamais de me battre pour que notre spcialit ait la place quelle mrite , affi rme le Pr Abdelali Chekkoury-Idrissi qui dirige le service de stomatologie, de chirurgie maxillo-faciale et de chirurgie plastique et esthtique de la face de lHpital du 20 Aot de Casablanca, assist du Pr Faal Slimani. Une spcialit part entire qui runit au sein du service 9 mdecins rsidents en formation et 3 mdecins attachs (le Dr Abdelilah Raiss, stomatologue, le Dr Nabila Gessous, spcialiste en orthodontie et en implantologie dentaire et le Dr Moulay Ismail Afi f, chirurgien-dentiste qui a eu le 1er prix des posters lors du dernier congrs de la Socit marocaine dORL). Ensemble, ils prennent en charge diff rentes pathologies maxillo-faciales, stomatologiques ou relevant de la chirurgie plastique et esthtique de la face, et travaillent en troite collaboration avec dautres services. En chirurgie maxillo-faciale, par exemple, les chirurgiens travaillent en concertation avec les dentistes qui sont parfois appels raliser lorthopdie dento-faciale (orthodontie) afi n de prparer les patients une chirurgie orthognathique , explique le Pr Chekkoury-Idrissi. La chirurgie maxillo-faciale est lune des plus

    belles spcialits chirurgicales qui existent. Il sagit dune chirurgie cranio-orbito-faciale. Le chirugien maxillo-facial est appel faire des interventions au niveau des orbites et au niveau de ltage antrieur de la base du crne. Cest une prise en charge multidisciplinaire. Dun champ dapplication trs vaste, permettant de traiter des traumatismes et malformations cranio-faciales et des traumatismes de lorbite, la chirurgie maxillo-faciale stend la chirurgie du rajeunissement et de lesthtique faciale. Dans le domaine de la stomatologie, le service prend en charge lensemble des pathologies de la bouche et des dents (lsions potentiellement malignes de la cavit buccale, dysfonctionnement de lappareil manducateur, kystes mandibulaires et maxillaires, dents incluses et dents de sagesse) et ralise des interventions en implantologie. Grce la formation dimplantologie dentaire propose par la facult de mdecine et de pharmacie de Casablanca et lHpital du 20 Aot, nous disposons aujourdhui de spcialistes bien forms cette discipline , affi rme le Pr Chekkoury. Ils bnfi cient dun encadrement pdagogique dune excellente qualit, assur par des professeurs renomms venus dEurope, qui leur permet de se former aux

    techniques de cette chirurgie dans des conditions idales , ajoute-t-il. La formation revt une importance capitale pour le Pr Chekkoury-Idrissi qui a contribu la formation de plusieurs chirurgiens maxillo-faciaux, chirurgiens dentistes et stomatologistes, aussi bien marocains qutrangers. Dailleurs, son service compte actuellement trois mdecins rsidents originaires du Mali. Je continuerai former, avec le mme dvouement, les futurs chirurgiens de cette discipline , insiste le professeur qui sinvestit galement dans lorganisation de manifestations scientifi ques lchelle nationale et vient dtre nomm membre de lAcadmie nationale de chirurgie dentaire de France, seul odontostomatologiste marocain avoir reu cet honneur. Egalement membre honoraire de la Socit franaise de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, il a t son invit dhonneur lors du 48e congrs qui sest tenu Versailles du 27 au 30 septembre derniers.

    STOMATOLOGIE ET CHIRURGIE MAXILLO-FACIALE UNE QUIPE DYNAMIQUE LHPITAL DU 20 AOT

    Pr Abdelali CHEKKOURY-IDRISSI,Dr Moulay Ismail AFIF, chirurgien-dentiste.

    Les pathologies allergiques et immunologiques ont t au centre des dbats lors des 3es Journes dallergologie et dimmunologie clinique de la Facult de mdecine et de pharmacie de Marrakech, les 21 et 22 septembre derniers. Laccent a t mis, entre autres, sur les syndromes auto-infl ammatoires. Les maladies auto-infl ammatoires touchent aussi bien lenfant que ladulte. Ce sont des pathologies hrditaires, caractrises par un drglement de