of 32 /32
n° 39 Wallonie-Bruxelles en France La lettre Dossier Louvain-La-Neuve

n° 39 La lettre - Wallonie-Bruxelles International · Diome, écrivaine franco-sénégalaise. La seconde, organisée le 22 mai à la Déléga - tion générale Wallonie-Bruxelles

  • Author
    others

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of n° 39 La lettre - Wallonie-Bruxelles International · Diome, écrivaine franco-sénégalaise. La...

  • n° 39

    Wallonie-Bruxelles en France

    La let t re

    Dossier Louvain-La-Neuve

  • Sommaire

    Publication bisannuelle de la FédérationWallonie-Bruxelles, de la Wallonie et de laCommission communautaire française dela Région de Bruxelles-Capitale en France

    Éditeurs responsables Fabienne REUTER, Martine LECLERCQ

    Rédactrice en chef Fabienne REUTER

    Rédaction Fabienne REUTER, Zénon KOWAL,Martine LECLERCQ, Sacha JORGIC-MARKARIAN,Emmanuelle HAY, Louis HELIOT, Ariane SKODA,Danièle VALLEE, Pierre VANDERSTAPPEN,Mylène LAURANT, Marie BRETON,Giacomo BAMPINI, Yvonne NEAP,Roger DEHAYBE

    Coordination Marie BRETON

    Conception graphique et maquette Bettina PELL – Paris

    Impression IPM Printings – Bruxelles

    En couverture : Musée L © Alexis Haulot - UCL

    quick time of thThedo

    relations internationales et multilatéralesSommet de la Francophonie à Erevan 2Actualités du Gaf f 3Unesco, OCDE 4Présences en France 5

    activités à la DélégationUne vitrine, un outil ef f icace 6Activités de la Cocof 10

    Louvain-la-NeuveUne ville jeune et innovante 12Tourisme : Week-end en ville nouvelle 14Digital Wallonia : quelques pépites 16

    économie et entreprisesDu nouveau du côté de l’Awex 18

    cultureÇa schtroumpfe fort ! 22

    en bref 24

    à venir... 27

  • éditorial

    est une équipe partiellement renouvelée qui, aujourd’hui, vaanimer notre Représentation Wallonie-Bruxelles.Une nouvelle direction au Centre Wallonie-Bruxelles est annoncéeprochainement pour succéder à notre amie Anne Lenoir et nousavons accueilli Martine Leclercq, nouvelle conseillère économiqueet commerciale de la Wallonie à Paris, Nantes et Lille, succédantà notre regretté Serge Wittock.

    Ensemble nous continuerons à faire entendre les positions politiques desGouvernements de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie, à valo-riser tous nos acteurs de talent et à réaliser avec nos partenaires des actionsconcrètes. Les sujets ne manquent pas !

    C’est la conviction que le multilatéral contribue à la paix et au développementqui conduit la Fédération Wallonie-Bruxelles à être active dans plusieurs en-ceintes multilatérales et, en France, la Francophonie, l’Unesco, l’OCDE. Nousentendons renforcer leur action !

    Nous sommes aussi des Européens convaincus et c’est à notre demande queles représentants européens membres ou observateurs de la Francophoniese sont réunis en marge du Sommet francophone d’Erevan. Cette rencontrepermettra de renforcer la présence du français et du multilinguisme dans lesinstances européennes.

    Le Sommet a élu une nouvelle Secrétaire Générale en la personne de la Ministredes Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo. La Fédération Wallonie-Bruxelles entend développer avec la nouvelle équipe une collaboration étroiteet participer activement à la définition d’une nouvelle feuille de route baséesur les fondements même de notre Organisation, que la Fédération Wallonie-Bruxelles a tenu à rappeler à Erevan. Nos concertations avec la France sur ceplan sont permanentes.

    Au plan bilatéral, les relations nouées avec les Ministres de l’Enseignementsupérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de la Culture et de l’Educationpermettent de développer des coopérations concrètes et des programmes decoopération sont également en cours avec plusieurs Régions. Une présence forte dans les enceintes multilatérales, des coopérationsconcrètes avec les ministères et Régions… les Francophones de Wallonie etde Bruxelles resteront bien présents en France, pays prioritaire. C’est aussi l’écoute de nos partenaires qui le permet et c’est à eux quej’adresse mes remerciements.

    Fabienne Reuter

    Fabienne ReuterDéléguée générale des Gouvernementsde la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie

    The quick time

    CC’

    Cyril_Bailleul

  • 2

    relations internationales et multilatérales The quick timeFRANCOPHONIE

    © Karen Minasyan OIF

    Les chefs d’États et de Gouvernements réunis à Erevan

    Erevan 2018Retour sur le Sommet de la Francophonie

    revan, capitale de l’Arménie,a accueilli les 11 et 12 octobre le XVIIe Sommet dela Francophonie.

    L’organisation parfaite, résultatde la mobilisation de la popu-

    lation et de toutes les institutions du pays,la chaleur de l’accueil et la grande convi-vialité, ont permis de tenir les travauxdans d’excellentes conditions.Le thème du Sommet « Vivre ensembledans la solidarité, le partage des va-leurs humanistes et le respect de la di-versité : source de paix et de prospéritépour l’espace francophone » se voulaitaussi une réponse à la crise du multila-téralisme. Une démarche prioritairepour la Fédération Wallonie-Bruxellesqui a largement contribué à la rédactionde la Déclaration et de « L’Appel franco-phone d’Erevan pour le vivre ensemble »qui complète la Déclaration et rappelleles valeurs fondatrices de la Francopho-nie chères à nos yeux. Le Sommet aégalement adopté plusieurs résolu-tions, et notamment à l’initiative de laFWB et de l’AUF, la résolution sur letransfert de connaissances et la valori-sation de la recherche.La nouvelle Secrétaire générale élue, laMinistre des Affaires étrangères duRwanda, Louise Mushikiwabo, aura àmettre en œuvre la nouvelle programma-tion et à relever les nombreux défis quise posent dans l’espace francophone. La délégation de la Fédération Wallonie-Bruxelles, conduite par la représentantepersonnelle du Ministre-Président RudyDemotte, l’Administratrice générale deWBI, Madame Pascale Delcomminette,a été très active dans les débats et lestravaux, comme dans la préparation duSommet. La Fédération a en outre déve-loppé un riche programme dans les évé-nements parallèles au Sommet et àdestination de la jeunesse arménienne.Citons notamment la présentation sur leVillage de la Francophonie de l’exposi-tion Spirou4rights, une exposition BD

    EEdans le cadre de la célébration des 70ans de la Déclaration universelle desDroits de l’Homme.La FWB a également participé au Foruméconomique et numérique francophoneainsi qu’à la réunion informelle, organiséeà son initiative, des représentants euro-péens autour de la question de la languefrançaise et du plurilinguisme dans l’UE.Une nouvelle Secrétaire Générale, unefeuille de route politique, une nouvellestratégie, une programmation ambi-tieuse, la Francophonie va maintenant semobiliser pour son prochain Sommet àTunis en 2020, dans le pays du PrésidentBourguiba, l’un des pères fondateurs.Dans cette perspective, et 50 ans aprèsla création de la Francophonie multila-térale (Niamey 1970), la FédérationWallonie-Bruxelles a proposé que soitmenée une réflexion courageuse et sanstabous entre États et gouvernements enconcertation avec la nouvelle Secrétairegénérale : quelle Francophonie voulons-nous pour demain? Quelle vision straté-gique, quels objectifs, quels moyens, quelmodèle de gouvernance? Parce qu’ellecroit en la Francophonie et entend la ren-forcer, la Fédération Wallonie-Bruxellesapportera sa contribution active à cettedémarche.

    © DR

    L’Administratrice générale de WBI, MadamePascale Delcomminette

    © WBI.be

    Joyeuse ambiance au Village de la Francophonie

  • 3

    Une Délégation activeau sein d’un Gaf f dynamique...

    e Gaff a connu un premier semestre très actif sous lahoulette de son Président,l’Ambassadeur du Sénégal,S.E. Bassirou Sene, et la Déléguée générale s’est impliquée pleinement dansses activités, répondant aux

    priorités de la Francophonie, croisantavec bonheur celles de la FédérationWallonie-Bruxelles.

    Dans son action de rayonnement de laFrancophonie dans les régions, une délé-gation du Gaff a répondu à l’invitation duMaire de la Ville de Reims, MonsieurArnaud Robinet, et a signé le 14 mars uneDéclaration commune de coopérationentre le Gaff et la Ville de Reims. Cette dé-claration commune était la deuxième liantle Gaff à une ville française après celleétablie en 2015 avec Bordeaux, signéepar son Maire, Alain Juppé. Le Groupe aorganisé deux conférences thématiquessous forme de conférences-débats. L’une,portant sur la question très interpellantedes «défis et enjeux de la question migra-toire», s’est tenue à l’OIF, introduite avecbeaucoup de talent par madame FatouDiome, écrivaine franco-sénégalaise. Laseconde, organisée le 22 mai à la Déléga-tion générale Wallonie-Bruxelles était ani-mée par le Recteur de l’AUF, Jean-Paul deGaudemar, qui a parlé d’«Economie mon-dialisée, mobilités et formation supé-rieure». Ces rencontres auxquelles laDélégation générale s’est associée active-ment ont toutes deux connu un vif succèset suscité de riches débats. Le Gaff a renforcé sa coopération avec lesautres partenaires, particulièrement l’OIFmais également l’APF lors de réunions detravail avec le Président de l’APF, JacquesChagnon, et le Secrétaire général parle-mentaire, Jacques Krabal ainsi que TV5Monde. Des rencontres riches de pers-pectives conjointes. La langue françaiseet les valeurs et objectifs de la Franco-phonie ont été au cœur des rencontresde travail très enrichissantes et cordiales

    LLSignature à Reims avec le Maire ArnaudRobinet

    Rencontre avec le Secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne

    Un CA renouvelé (juin 2018)

    Afin de célébrer le début de la semaine de laFrancophonie, la DGWB Paris a assisté à l’OIF le19/03 à l’ouverture de l’exposition «Tous migrants»de Cartooning For Peace. L’exposition a étéouverte par le dessinateur belge Pierre Kroll, enprésence de la Secrétaire générale MichaëlleJean. Pierre Kroll a animé un atelier auprès dejeunes élèves de Bondy afin de les sensibiliser auparcours complexe des migrants à travers desdessins de presse du monde entier.

    Kroll : Cartooning for Peace

    avec le Secrétaire d’Etat Jean-BaptisteLemoyne, notamment autour de l’initia-tive du Président Emmanuel Macron«Mon idée pour le français ». Le Gaff étaitd’ailleurs bien représenté sous la cou-pole de l’Académie française le 20 marspour assister au lancement de cette ini-tiative par le Président de la République. Le Groupe a eu l’honneur d’être accueillipar le Sénat, le 27 juin, pour tenir sonAssemblée générale et renouveler sonCA. Le Président Bassirou Sene s’est ré-joui de passer le témoin à une femme,l’Ambassadrice d’Haïti, Madame VanessaLamothe-Matignon. L’Ambassadeur duSénégal a été chaleureusement remerciépour la qualité de sa présidence et l’acti-vité féconde et dynamique qu’il a impul-sée. Le nouveau CA compte 13 membres,parmi lesquels la Déléguée généraleWallonie-Bruxelles, qui a eu l’honneur dese voir confier la vice-Présidence avecl’Ambassadeur de Roumanie. Composédes ambassadeurs et Délégués générauxd’Haïti, Fédération Wallonie-Bruxelles,Roumanie, Monaco, Sénégal, Arménie,Niger, Albanie, Maurice, Tunisie, Kosovo,Québec, Canada, le CA a poursuivi sonprogramme dense, dont une mission à Aixpour une conférence portant sur « la Fran-cophonie, levier pour la jeunesse et l’en-trepreneuriat » et des échanges sur laFrancophonie avec les étudiants à l’uni-versité, à l’invitation de l’association«Francophonie sans frontières ». Est éga-lement prévue une mission à Bordeauxpour rencontrer le Maire Alain Juppé etson équipe et renouveler la Déclarationde 2015.

  • 4

    The quick timerelations internationales et multilatérales

    Soirée de la Francophonie à l’Unesco À l’occasion de la Journée Internationalede la Francophonie, le Groupe francophonede l’Unesco présidé cette année par laSuisse a choisi comme thème «La Franco-phonie en musique», avec la participationactive de la Délégation générale Wallonie-Bruxelles, de la Bulgarie et de Madagascar.La soirée de la Francophonie, qui s’estdéroulée le 19 mars à l’Unesco, est l’évé-nement culturel majeur organisé chaqueannée par le Groupe francophone. Placéesous le patronage de Mesdames Azoulay,Directrice générale de l’Unesco,et Jean,Secrétaire générale de la Francophonie,« La Francophonie en musique » nous afait découvrir des groupes en provenancedu Liban, de Madagascar, de Moldavie,de Tunisie ainsi qu’un projet mixte de Wal-lonie-Bruxelles et du Vietnam. Trois ar-tistes tournaisiens, Julie Prayez (voix),Simon Diricq (clarinette) et Charles Mi-chiels (saxophone) ont partagé la scèneavec 2 artistes vietnamiennes (instru-ments traditionnels), Nguyen Thu Thuy etLe Thi Thu Thao. Ils ont brillamment inter-prété une œuvre originale de Jean-Luc

    UNESCO

    Zénon Kowal en compagnie des artistes

    Les artistes du Vietnam et de Wallonie-Bruxelles

    (France et Tunisie), le Bureau est com-posé du Cameroun (secrétariat), de laCôte d’Ivoire (trésorerie) et de troismembres : Arménie, Gabon et Maurice.Font également partie du Bureau, leCambodge (Président du groupe de tra-vail sur la diversité culturelle et l’état dufrançais à l’Unesco) ainsi que la Bulgarie(jusqu’à fin mars 2018), la Belgique(Wallonie-Bruxelles) et Madagascar,tous trois chargés de la coordinationdes activités culturelles.

    8 mars : la Délégation à l’opération «Wiki4women» à l’Unesco Le 8 mars, à l’occasion de la Journée In-ternationale pour les Droits desFemmes, la Délégation générale Wallo-nie-Bruxelles à Paris a participé à l’ini-tiative «Wiki4women » menée parl’Unesco et la Fondation Wikimédia. Auvu du constat que seuls 17 % des biogra-phies concernaient des femmes sur Wi-kipédia, l’opération avait pour objectif lacréation massive de profils de femmesqui se sont distinguées dans divers do-maines, notamment les sciences, l’édu-cation et la communication.L’événement a réuni au siège del’Unesco un nombre impressionnant devolontaires, de délégués auprès del’Organisation, et de représentantsd’associations, mobilisés pour rendre auxfemmes leur place dans l’espace digital.

    Les Parlementaires de la Fédéra-tion Wallonie-Bruxelles au Forumde l’OCDE 2018Les 30 et 31 mai 2018, se tenait l’édition2018 du Forum annuel de l’OCDE sur lethème «Ce qui nous rapproche». Suite àl’édition 2017 qui s’était attachée à explo-rer les divisions et inégalités croissantesqui menacent nos sociétés, le Forum2018 avait pour objectif de proposer dessolutions pour (re)construire des liens.Ainsi, environ 80 sessions avaient lieu au-tour des thématiques de la coopérationinternationale, la croissance inclusive, latransformation digitale.L’événement a rencontré un vif succèsavec plus de 3.000 participants parmilesquels une délégation du Parlement dela Fédération Wallonie-Bruxelles conduitepar son Président, Philippe Courard. LaDélégation Wallonie-Bruxelles à Paris a eule plaisir d’accompagner la Délégationparlementaire dans l’organisation de samission. Les participants étaient égale-ment invités à suivre le discours d’ouver-ture de la Réunion ministérielle del’OCDE. Le Président Emmanuel Macrony a prononcé un discours engagé en fa-veur d’un multilatéralisme renforcé et mo-dernisé à l’aune des défis mondiauxactuels.

    Isabelle Emmery, le Président Philippe Courard,Philippe Knaepen, Alain Destexhe, DimitriFourny

    Sophie Gerard et Tatiana Botte à la journée«Wiki4women »

    OCDE

    Fafchamps intitulée Penchant immobile/chute infinie, basée sur La légende de lamontagne de l’attente.Une soirée au cours de laquelle Wallonie-Bruxelles a été particulièrement visiblepuisqu’outre cette participation artis-tique, le Conseiller de notre Délégationgénérale à Paris, Zénon Kowal, très actifdans la préparation de l’événement, aété le maître de cérémonie au côté de lacomédienne ivoirienne Isabelle Tabary.Ce fut une magnifique occasion de célé-brer dans l’amitié les talents et la ri-chesse de la diversité culturelle del’espace francophone.

    Un nouveau Bureau du groupeFrancophone Lors de sa session plénière du 22 janvier,le groupe francophone de l’Unesco a éluà l’unanimité son nouveau Bureau. Présidé par l’Ambassadeur de Suisse,Martin Michelet et deux vice-Présidents

  • 5

    Des liens fortsUne belle complicité

    a présence régulière enFrance de nos ministreset de nos parlementairestémoigne de la proximitéet de la richesse de lacoopération entre la FWB,la Wallonie et la France.

    Participation du Bureau du Parlementde la FWB aux travaux du Bureau del’APF. Dans le cadre de la réunion duBureau de l’Assemblée parlementairede la Francophonie qui s’est déroulée le1er février à Paris, Monsieur PhilippeCourard, Président du Parlement de laFédération Wallonie-Bruxelles et sa dé-légation ont participé aux très richeséchanges autour desquels des travauxd’actualité politique dans l’espace fran-cophone ont été évoqués. À l’occasionde cette réunion, le Président PhilippeCourard, accompagné de sa délégation,a été reçu par le Président de l’Assem-blée nationale François de Rugy aucours d’un entretien très cordial dont sesont dégagées de nombreuses pistes deconvergence.

    Les Wallons au Salon de l’agriculturede Paris. Le 27 février à l’invitation deJean-Luc Marx, Préfet de la RégionGrand-Est, Jean-Luc Pelletier, Présidentde la Chambre d’agriculture Grand-Estet Jean Rottner, Président du Conseil ré-gional du Grand-Est, René Collin, Ministrede l’Agriculture, de la Nature, de la Forêt,de la Ruralité, du Tourisme et du Patri-moine du Gouvernement Wallon, a pris laparole sur le stand Grand-Est du Salon del’agriculture dans le cadre de la JournéeRégion Grand Est/Wallonie. Eric Bos-chman et Gérald Watelet, Ambassadeursde l’APAQ-W ont proposé des animationsautour de la viande bovine «Arden’beef».Fabienne Effertz a également organisédes moments de dégustation de fro-mages wallons. Le tourisme n’était pasoublié puisque Wallonie Belgique Tou-risme était également invité sur le standGrand-Est.

    LL Mission du Parlement de Wallonie. Du1er au 3 mars, une délégation de laCommission Agriculture du Parlementde Wallonie présidée par Alain Onkelinx,s’est rendue à Paris au Salon de l’agri-culture pour échanger avec les repré-sentants du monde agricole français.Les députés ont eu l’occasion de s’en-tretenir avec le Président des Chambresagricoles.

    Grande Jonction à Bordeaux et liensprivilégiés entre Bordeaux et Namur.Le 7 mars, la Délégation générale Wallo-nie-Bruxelles en France a accompagné leGouverneur de la Province de Namur,Monsieur Denis Mathen et MonsieurFrédéric Laloux, Commissaire aux Rela-tions Internationales de la Ville de Namur,au Palais des Congrès de Bordeaux pourassister à la Grande Jonction 2018 quiportait cette année sur le thème de l’in-telligence artificielle et de la robotiquehumanoïde. Quelques 1600 profession-nels et entrepreneurs y participaient,établissant un lien direct entre profes-sionnels de l’économie classique et del’économie numérique.À cette occasion, le Maire de Bordeaux,Monsieur Alain Juppé, a eu un entretienavec les représentants de la Ville et dela Province de Namur ainsi que la Délé-guée générale pour aborder les pistesde collaboration entre les deux villesdans les mois à venir (voir nos pages« En bref »).

    Conférence sur le processus de Bologne.Le Ministre Jean-Claude Marcourt étaitprésent les 23 et 24 mai à l’occasion dela cérémonie du 20e anniversaire de laDéclaration de la Sorbonne et a participéactivement à la Conférence de Paris surle processus de Bologne organisée par leMinistère de l’Enseignement supérieurfrançais avec en toile de fond la questionprimordiale : comment amplifier le projetde construction de l’espace européende l’éducation et du savoir au service denos étudiants ?

    MM. Philippe Courard et François de Rugy

    © Photo Assem

    blée nationale

    Le Ministre Collin au SIA

    Alain Juppé et Denis Mathen à la GrandeJonction

    Le Ministre Marcourt

  • 6

    activités à la Délégation The quick time

    a Délégation générale seveut un lieu dynamique et ouvert à tous lespartenariats entre les acteursde Wallonie-Bruxelles et deFrance !

    La fête officielle de la FédérationWallonie-Bruxelles

    Une fois de plus, c’est un public nombreuxqui a participé à la réception organisée parla Délégation générale en collaborationavec le Parlement de la Fédération Wallo-nie-Bruxelles pour célébrer la fête officiellede la Fédération Wallonie-Bruxelles. Diplo-mates, responsables politiques et tant departenaires de la Fédération qui ont tenupar leur présence à témoigner descontacts fructueux et souvent amicauxavec la Fédération Wallonie-Bruxelles autravers de la Délégation et de ses équipes.Dans son intervention, la Déléguée géné-rale, Fabienne Reuter a souhaité la bienve-nue à Martine Leclercq qui dirige le bureauAwex de Paris et a évoqué la future direc-tion du Centre Wallonie-Bruxelles. Avec euxet avec Wallonie Belgique Tourisme, la col-laboration et les synergies seront dévelop-pées. La Déléguée générale a tenu àsouligner l’engagement de la FédérationWallonie Bruxelles pour renforcer le multi-latéralisme au moment où celui-ci vit unecrise profonde. C’est dans cet esprit que laFédération place beaucoup d’espoir dansle Sommet de la Francophonie d’Erevan.En présence d’une délégation parlemen-taire louisianaise invitée par le Parlementpour la Fête de la Fédération, le Présidentdu Parlement, Philippe Courard, en habituéfidèle, a tenu à saluer les actions menéespar la Délégation générale et le Centre cul-turel Wallonie-Bruxelles et a retracé lespriorités et les actions majeures du Parle-ment de la Fédération Wallonie-Bruxellessur le plan international, dans lequel il s’in-vestit considérablement. Le Président aégalement tenu à rappeler l’engagementconstant et actif du Parlement de la Fédé-

    ration Wallonie-Bruxelles dans les actionsde l’APF. Comme Président du Parlementde la Fédération, actif au sein de l’Assem-blée parlementaire de la Francophonie, il

    place lui aussi beaucoup d’espoir dans lesuivi du Sommet d’Erevan et a appelé éga-lement à une réflexion sans tabou en pers-pective du Sommet de Tunis en 2020.

    LLUne belle vitr ine,

    Avec la Délégation louisianaise

    © Cyril Bailleul

    La Déléguée générale, le Président du Parle-ment, le Secrétaire général parlementairede l’APF et le Conseiller de la DélégationWallonie-Bruxelles

    © Cyril Bailleul

    © Cyril Bailleul

    Le Président du Gaff-Unesco, la Présidentedu Gaff, les présidents honoraires du Gaffet la vice-Présidente

    © Cyril Bailleul

    © Cyril Bailleul

    Le discours du Président Courard et de la Déléguée générale

  • 7

    un outil ef f icace© Cyril Bailleul

    La Représentation Wallonie-Bruxelles accueille la Commissioneuropéenne

    Cette année encore, le Commissaireeuropéen en charge des Affaires écono-miques et financière, Pierre Moscovici, achoisi de présenter ses traditionnelsvœux de nouvel An à la ReprésentationWallonie-Bruxelles. Le 29 janvier, plus de200 personnes étaient présentes, dontles nouveaux membres du réseau desCentres d’Information Europe Direct enFrance et le personnel de la Représenta-tion en France de la Commission euro-péenne, dirigée par Isabelle Jégouzo. À cette occasion, les étudiants de la Citéuniversitaire et notamment de la Fonda-tion Biermans-Lapôtre ont brillammentinterprété l’Ode à la joie.

    Pierre Moscovivi, Isabelle Jégouzo, Fabienne Reuter et le groupe de jeunesmusiciens de la CIUP

    Défilé Giuseppe Virgone

    Dans le cadre de la Fashion WeekHomme qui s’est tenue à Paris du 16 au21 janvier, la Représentation Wallonie-Bruxelles en collaboration avec Wallonie-Bruxelles Design Mode, a accueilli ledéfilé de la collection automne-hiver deGiuseppe Virgone, jeune styliste créa-teur bruxellois, sur le thème de la Russie« Oïmiakon Project ». Près de cent personnes étaient pré-sentes, tant la presse spécialisée queles inconditionnels du créateur, pour dé-couvrir cette collection insolite dans uneambiance «mystique ».

    Les jeunes lauréats et les partenaires

    30e journée du français des affaires et du Mot d’or de laFrancophonie

    Dans le cadre de la Semaine de la LangueFrançaise et de la Francophonie, la Délé-gation générale Wallonie Bruxelles a ac-cueilli le 22 mars la 30e journée dufrançais des affaires et du Mot d’or dela Francophonie sur le thème « Parité,quelles compétences entrepreneurialesfrancophones et francophiles?» Cette journée a été organisée par l’asso-ciation «Action pour promouvoir le françaisdes affaires » avec la contribution del’Organisation internationale de la Franco-phonie, de l’Agence universitaire de laFrancophonie, du Ministère de l’Europe etdes Affaires étrangères, du ministère del’Education nationale, du ministère del’Enseignement supérieur de la Rechercheet de l’Innovation et du ministère de laCulture (Délégation générale à la languefrançaise et aux langues de France.) LaDélégation générale Wallonie-Bruxelles aeu le bonheur d’accueillir plusieursjeunes lauréats venant d’Ukraine, duMexique, du Canada, de la Russie, de laChine, du Vietnam, de la Thaïlande, deMadagascar, de la France, de la NouvelleCalédonie, du Liban, du Sénégal et del’Egypte. Comme chaque année, les lau-réats du Mot d’Or de l’APFA se sont vusremettre leur prix qui consacre leur ta-lent, leur détermination et leur créativitépour entreprendre en langue française.

  • 8

    anorama de la franco-phonie : des projetsstructurants

    La Délégation généraleWallonie-Bruxelles à Parisqui se veut à la croisée des

    francophonies, a accueilli le 15 mai leCarrefour des Acteurs sociaux dans lecadre de la conférence «Panorama de lafrancophonie : des projets structurants »,sous la présidence de CatherineDistinguin, Vice-Présidente d’Avenirde la langue Française et Directrice dupôle francophonie du Carrefour desActeurs Sociaux. Le modérateur de la conférence était JoëlBroquet, ancien Président de l’Agence dela Langue française fondée par Philippede Saint-Robert.

    Passages couverts et galerieshistoriques

    La Délégation générale Wallonie-Bruxelles à Paris, en collaborationavec Alexandre Grosjean, Président duConseil d’Administration des GaleriesSaint-Hubert à Bruxelles et GeoffreyGrandjean, Directeur de l’Institut de ladécision publique de l’Université deLiège, a organisé une soirée débat au-tour du thème « Passages et galerieshistoriques en Europe-Perspectives» avecla participation de Jean-Claude Delorme,architecte et auteur de l’ouvragePassage couverts parisiens, FrédéricSouleyman, président du Conseil syn-dical de la copropriété du PassagePommeraye, et Olivier Hamal, avocatet co-auteur de l’ouvrage 175 ans auPassage Lemonnier. À cette occasion Olivier Hamal a an-noncé la création prochaine d’une asso-ciation européenne qui sera chargéed’assurer la promotion de ces magni-fiques passages couverts, témoinsd’une époque et d’un mode de vie.

    PPUne belle vitr ine,

    Conférence « Vers un code européen des affaires »

    La construction européenne ne fut jamaisun processus continu. Dès le milieu desannées 50, les divergences entre les Etatsmembres soulignent l’essoufflement duprojet européen. En s’inspirant de l’unifi-cation du droit des affaires réalisée enAfrique par OHADA, un groupe de juristeseuropéens travaille actuellement à l’éla-boration d’un Code de droit des affaireseuropéen. Pour la première fois dans sonhistoire, l’Europe s’inspire des pratiquesafricaines pour renforcer sa construction.Cette initiative s’adresse à l’ensemble despays de l’UE. Elle vise à unifier le droit desaffaires en Europe pour favoriser leséchanges et les investissements entre lespays de l’Union en plaçant le droit descommerçants et le droit de l’entreprise aucœur du renouveau européen. Dans cetteperspective, la Délégation générale Wallo-nie-Bruxelles à Paris et l’Union des An-ciens étudiants de l’ULB en France ontorganisé une conférence-débat le 17 maien collaboration avec l’Association HenriCapitant et EuropaNova. Les panelistes,Stéphane Mortier, Alexandre Robinet Bor-gomano, et Michèle Grégoire ont su ren-dre cette conférence passionnante et ledébat modéré par Elise Bernard en fut letémoin.

    Jean-Claude Delorme, Alexandre Grosjean,Frédéric Souleyman, Geoffrey Grandjean

    activités à la Délégation The quick time

    Les intervenants du Code européen des affaires

    Panorama de la francophonie

  • 9

    un outil ef f icaceLes professeurs de français dansnos locaux à Paris

    La salle de conférence de la Délégationgénérale Wallonie-Bruxelles à Paris aaccueilli le 30 mai, le Conseil d’adminis-tration de la Fédération internationaledes professeurs de français (FIPF). Celaa été l’occasion pour les représentantsdes associations des professeurs de fran-çais provenant de quatre coins de laFrancophonie de se retrouver et faire lepoint sur les activités organisées au ni-veau régional. Depuis l’année dernière laFIPF s’est concentré sur l’amélioration desa stratégie de communication Internetet externe afin d’augmenter la visibilitéde ses actions. La Fédération a égale-ment entrepris des efforts pour améliorerla formation des responsables de ses as-sociations et le fonctionnement Internetvia l’organisation de concertations systé-matiques. La FIPF est présidée depuis2016 par le Professeur liégeois de FLE,Jean-Marc Dufays.

    Séminaire « L’Intelligence artifi-cielle au cœur de la médecine deprécision»

    Le 19 juin 2018, Wallonie-BruxellesInternational et la Délégation généraleWallonie-Bruxelles en France ont montéavec les pôles de compétitivité dans lesdomaines de la santé Medicen (Ile-de-France) et BioWin un atelier sur le thème«L’IA au cœur de la médecine de préci-sion». Une journée riche: la matinée étaitconsacrée à une visite de la plateforme desimulation en santé iLumens à l’UniversitéParis-Descartes à l’attention de la déléga-tion des opérateurs wallons conduite parBiowin et la Délégation générale Wallonie-Bruxelles. Les opérateurs se sont ensuiterendus dans les locaux de la Délégationgénérale pour participer à l’atelier. Leséchanges se sont focalisés autour de l’e-santé, l’imagerie médicale et la radiothé-rapie, avec une session de «pitchs». Cette

    activité de maillage franco-wallonne a sus-cité énormément d’intérêt auprès desopérateurs français dans le domaine.

    Remise du Prix Littéraire desSables d’Olonne

    Le lundi 22 octobre, devant un public pas-sionné par Simenon, Armel Job, Président

    Les membres du CA de la FIPF

    Une audience attentive pour l’Intelligence artificielle

    du Jury littéraire des Sables d’Olonne, aremis le prix littéraire à Gaëlle Josse pourson ouvrage «Une longue impatience»paruaux Éditions Notabilia. Suite à la remise deprix, une conférence-débat a été animéepar Didier Gallot, Magistrat honoraire etFondateur du Festival Simenon, LaurentDemoulin, spécialiste de Simenon etPhilippe Bilger, Magistrat honoraire,Président de l’Institut de la Parole.

  • 10

    remière rencontreentre les Conseilsconsultatifs du Handicapd’Ile-de-France et lesFrancophones deBruxelles.

    Faisant suite à la signature de l’ententeentre la Région Ile-de-France et la Com-mission communautaire française de laRégion de Bruxelles-Capitale du 1er décem-bre 2017, une première rencontre a étéorganisée à Bruxelles le 23 mars 2018. Ladélégation francilienne était composée deMonsieur Pierre Deniziot, Président duConseil consultatif du Handicap de laRégion Ile-de-France et de MadameIsabelle Beauvais, responsable de la dé-légation Handicap de la Région Ile-de-France. Ils ont été accueillis par MadameThérèse Kempeneers-Foulon, Présidentedu Conseil consultatif bruxellois franco-phone de l’Aide aux Personnes et de laSanté (Section Personnes handicapées),Monsieur Benoît Ceysens directeur de laFerme Nos Pilifs et Monsieur EtienneCoppieters, Conseiller auprès de la Minis-tre Céline Fremault en charge de la poli-tique d’aide aux personnes handicapées.La délégation a ainsi eu l’occasion de visi-ter cette entreprise de travail adapté qui aune vocation sociale et écologique. Elle oc-cupe actuellement 145 personnes por-teuses d’un handicap. Elle occupe unterrain de 5 ha à Neder-Over-Heembeekau Nord de Bruxelles, qui compte un parcanimalier, une jardinerie, des plantationsdiverses, une épicerie, une brasserie et unatelier de conditionnement de produits ali-mentaires secs bios. Huit équipes de jar-diniers proposent également des servicesde jardinage. Des stages à destination desenfants sont organisés pendant lescongés scolaires et des journées à laferme pour des groupes scolaires duranttoute l’année. À travers ses différentes ac-tivités, la Ferme Nos Pilifs veut mettre enévidence les compétences des personneshandicapées et leur donner un véritablerôle dans leur quartier. La visite s’est pour-

    PPUn espace pour

    suivie par un échange avec différents re-présentant.e.s du Conseil consultatifbruxellois, Madame Cinzia Agoni, Ma-dame Chantal Pirlot, Monsieur MiguelGerez. Ils ont ainsi pu comparer lesmodes de fonctionnement des deuxConseils, les dossiers qui font actuelle-ment débat, leurs priorités respectives.Au terme de cet échange d’informations,les deux parties sont convenues de trai-ter six sujets au cours de leurs pro-chaines journées de collaboration :l’échange des bonnes pratiques en ma-tière d’autisme, les crèches et la petiteenfance, les aidants proches, l’emploides personnes handicapées, l’accessi-bilité des musées et la culture. MadameBernadette Lambrechts, Administratricegénérale du Service Public francophonebruxellois est venue saluer la délégationau cours du repas offert dans La FermeNos Pilifs.

    Valoriser des compagnies bruxel-loises au Festival d’Avignon OFF

    La Commission communautaire françaisea adopté le 27 avril 2017 un règlementpermettant de promouvoir des spectaclesbruxellois francophones de théâtre et dedanse à l’étranger. Le souhait de l’institu-tion est de permettre aux compagniesbruxelloises francophones d’obtenir uneaide financière pour participer à des acti-vités ou événements culturels dont la qua-

    © Nicolas Bom

    al

    «Le Trait d’Union», mis en scène par ValentinDemarcin

    © Théâtre de poche

    «Don Quichotte de l’âme anche », mis enscène par Eric de Staercke

    Activités de la Commission Communautaire française The quick time

    lité des œuvres mérite d’être valorisée àl’étranger. Cette aide ne peut être cumu-lée à d’autres. Trois compagnies ont ainsi bénéficiécette année d’un soutien exclusif de laCommission communautaire françaisepour participer au Festival d’AvignonOFF : le Théâtre de Poche avec son spec-tacle «Don Quichotte de l’âme anche »,mis en scène par Eric de Staercke (22représentations), « Le Trait d’Union duThéâtre Varia », mis en scène par Valen-tin Demarcin (6 représentations) et«Nous sommes les petites filles des sor-cières que vous n’avez pas pu brûler ! »de la Compagnie Biloxi 48 en coproduc-tion avec le Théâtre en Liberté/Théâtredes Martyrs, écrit et mis en scène parChristine Delmotte (20 représentations).

    L’Enseignement de la Commissioncommunautaire française au planinternational

    © J. De Groof

    De gauche à droite : Cinzia Agoni, MiguelGerez, Thérèse Kempeneers-Foulon, EtienneCoppieters, Benoît Ceysens, Pierre Deniziot

  • 11

    i n no ve r Au niveau de l’enseignement de promo-tion Sociale, l’Institut Roger Lambion amis en place un partenariat avec uneécole en Bretagne, ce relais pédago-gique permet le placement des étu-diants en Boulangerie-Pâtisserieauprès de professionnels dans toute laFrance. De très nombreux contactssont également établis par l’enseigne-ment secondaire : l’Institut Emile Gryzonet l’Institut Redouté Peiffer participentà de nombreux concours, échanges etrencontres.Afin d’assurer une mise en œuvre d’ac-tions efficaces et cohérentes, la Com-mission communautaire française s’estdotée d’une Cellule Relations interna-tionales Enseignement et Formationprofessionnelle – CRIEF. Placée sousl’autorité de la Direction d’Administra-tion Enseignement et formation profes-sionnelle, la CRIEF est responsable durespect, de la diffusion, de la mise enœuvre, du suivi et de l’évaluation desactions internationales menées par lesétablissements scolaires de la Commis-sion communautaire française. À cetitre, la cellule informe les directionsd’établissement de la législation actua-lisée et des appels à projets, les aide àrépondre aux conditions imposées et àmettre en œuvre leurs projets. La cel-lule assiste et soutient les programmesqui développent des activités pédago-giques contribuant à l’offre d’une for-mation. Elle coordonne l’offre desprojets de mobilité étudiante, ensei-gnante et non enseignante sur les sitesd’enseignement et est responsable dela gestion financière et administrativede celle-ci. Elle accompagne et soutientles professeurs dans le développement,le financement, le suivi administratif etl’organisation logistique des projets demobilité.CRIEF Campus du CERIABâtiment 4A – Bureau 188Avenue Emile Gryzon, 11070 BruxellesTél. +32 2 526 70 03 / Gsm : +32 473 54 00 56

    La perspective internationale de l’ensei-gnement, qui a pour visée de développerchez les étudiants une compréhensiondu monde et des relations entre lespays, nations et cultures, a toujoursété présente dans la mission éduca-tive de la Commission communautairefrançaise. Cette ouverture sur le monde s’estaussi manifestée dans le cadre de pro-jets de coopération et de développe-ment international. Elle s’est poursuiviepar la mise en œuvre de projets de mo-bilité étudiante et enseignante et parl’accueil d’étudiants internationaux. Pour la Commission communautairefrançaise, l’intégration d’une dimensioninternationale et interculturelle dans lesprogrammes contribue à offrir une for-mation actuelle et pertinente auxélèves et aux étudiants qui évoluentdans un contexte de diversité culturelleet d’espace mondialisé. Par sa participation à des projets de coo-pération et de transfert de savoirs, laCommission communautaire françaisecontribue au renforcement des capacitésdes acteurs impliqués et à la promotionde l’éducation comme bien commun. Ainsi dans l’enseignement supérieur, laHaute École Lucia de Brouckère-HELDBet l’Ecole Supérieure des Arts duCirque-ESAC ont noué de nombreuxcontacts avec des établissements fran-çais et les échanges d’étudiants sontréguliers aussi bien pour des séjoursacadémiques que pour des stages enmilieu professionnel. La HELDB a du-rant l’année scolaire 2017-2018 ac-cueilli pour la première fois quatreenseignantes d’un lycée professionnelvenues de l’île de La Réunion afin d’éta-blir un nouveau partenariat pour la sec-tion agronomique s’occupant deGestion de l’Environnement et d’Archi-tecture des Jardins. Cette visite a été l’oc-casion de faire découvrir le bâtimentécologique Site du Bon Air de l’InstitutRedouté Peiffer et d’avoir des échangesentre professeurs.

    Elèves de la section pâtisserie du Ceria

    Les actes de Bruxelles-sur-Seine 2017sont publiés. Ils peuvent être obtenus sursimple demande en envoyant un mail àl’adresse [email protected]

  • 12

    ouvain-la-Neuve, villenouvelle, universitaire,culturelle, innovante,creuset d’idées et de talents, présente un visage d’une grande diversité. La preuve parl’exemple…

    Musée L : à la croisée des arts et dessciences. Le 18 novembre 2017, aprèscinq ans de levée de fonds et deux ans etdemi de travaux, le Musée L a ouvert sesportes à Louvain-la-Neuve. Ce muséeimaginé par l’architecte belge AndréJacqmain souhaite nouer le dialogueentre les collections artistiques et scien-tifiques et les trois laboratoires de l’Uni-versité Catholique de Louvain (UCL). C’estprécisément le mélange entre œuvresd’art et sciences, ainsi que la volonté defaire de ce musée un lieu de rencontresculturelles et d’éducation, qui font la spé-cificité du Musée L. Ce n’est donc pas unhasard si le musée a été construit surl’ancien site de la bibliothèque dessciences et technologies de l’UCL. LeMusée L est le premier musée universi-taire de Belgique. Avec ses 4.000 m2d’exposition, il incarne le concept demusée du XXIe siècle, qui se veut «mai-son d’hôtes », c’est-à-dire un lieu ouvertà l’apprentissage académique commeau grand public. Les collections sont fa-cilement accessibles, étudiées et analy-sées par tous les publics, grâce à laprésence d’une bibliothèque, d’un audi-torium, de salles de séminaires et de ré-serves. Dans ce musée-laboratoire, lesœuvres sont très variées : antiquité, artpopulaire, art ancien et moderne, es-tampes et sciences bien évidemment,avec à la fois des supports pédago-giques et des outils propres au travail derecherche scientifique de domaines trèsvariés. Ce projet a pu être réalisé grâce à un sou-tien financier important de la Province duBrabant Wallon, la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Région wallonne.

    LLprises innovantes via l’animation d’activi-tés et des mises en connexion avec, parexemple, le Louvain Innovation Network. Le potentiel de cet écosystème n’a paséchappé aux investisseurs chinois qui ontdécidé d’investir dans la construction d’unChina Belgium Technology Center (CBTC)dans la zone Einstein du parc. Le CBTCouvrira ses portes en 2019 et accueillerades bureaux, un centre de services etconférences, un hôtel, des laboratoiresainsi que quelques commerces de proxi-mité. Cet investissement qui avoisine les200 millions d’euros permettra la créationde 1.600 nouveaux emplois sur le parcscientifique des entreprises chinoises, quisouhaitent tisser des partenariats en Bel-gique et en Europe et vice-versa.

    Le Musée L imaginé par l’architecte André Jacqmain

    © UCLouvain

    Le secret de l’innovation louvaniste?Son parc scientifique. Le Parc scientifiquede Louvain-la-Neuve est le partenaire in-contournable de l’innovation en Brabantwallon. Son emplacement stratégique, àseulement une trentaine de kilomètres dela capitale européenne et sa proximité avecles laboratoires et centres de recherche del’Université Catholique de Louvain (UCL)sont des atouts absolument essentiels.Mais qu’est-ce qu’un parc scientifiquedans la pratique? Un parc scientifique sedistingue d’un parc d’affaires traditionnelpar sa haute concentration en sociétés in-novantes (80 % minimum). Ainsi, le LLNScience Park s’étend sur un espace de231 hectares et héberge 272 entreprisesinnovantes de tailles très diverses, de lastart-up à la multinationale. Pour s’instal-ler, ces entreprises ont dû valider une sé-lection sur base des critères de la chartede qualité du parc. Le Parc est cogéré parl’UCL et l’Intercommunale du Brabant-Wallon. On y retrouve principalement dessociétés actives dans les domaines desTIC, Ingénierie, Technologies vertes,Sciences du vivant et Chimie. Le parccontribue au développement économiquerégional en créant des ponts entre la re-cherche développée à l’UCL et ses entre-

    Une v i l l e jeune Louvain-la-Neuve The quick time

    Le parc scientifique vu du ciel

  • 13

    Tessares, spin-off de l’UCL qui a déve-loppé la technologie Internet hybride.Tessares est une société spin-off de l’UCLcrée en 2015 et qui a su développer, encollaboration avec l’opérateur des télé-communications belge Proximus, unetechnologie permettant d’améliorer laqualité et la rapidité de la connexion in-ternet dans les zones rurales. Cela estpossible grâce à une technologie d’inter-net hybride qui s’appelle MultiPath TCPet qui combine les réseaux fixes ADSLavec les réseaux mobiles 4G/LTE. La technologie de Tessares a été d’aborddéveloppée et testée dans les labora-toires de l’UCL mais ensuite, grâce ausoutien de Proximus, les responsablesdu projet ont pu mener un projet pilotedans la commune belge de Frasnes-Les-Anvaing. Le succès de ce projet pi-lote a permis à la société spin-offlouvaniste, une année après son déve-loppement dans les laboratoires del’UCL, de déployer sa solution à l’échellenationale belge. Tessares a déjà signé des contrats im-portants avec des compagnies de télé-coms pour le déploiement de l’internethybride dans les zones rurales en Bel-gique (Proximus), en Lituanie (Telia) etaux Pays-Bas (KPN). Pour financer sonexpansion sur d’autres marchés, le spin-off a récemment levé 3 millions d’eurosauprès de ses actionnaires tradition-nels, Proximus et Louvain TechnologyFund, et la Société Régionale d’Investis-sement de Wallonie. Des discussionssont en cours avec un opérateur de té-lécoms français et nous pourrons voirbientôt l’internet hybride faire son appa-rition dans les foyers français.

    Axinesis, un robot compagnon pourrééduquer les patients. Spin-off de l’UCL,Axinesis a développé un dispositif médi-cal robotique et ludique, REAplan, pourfavoriser la réadaptation des membressupérieurs des patients qui sont atteintsde lésions cérébrales. Dans ce disposi-

    e t innovan teLLN

    tif, les exercices de rééducation sontprésentés sous forme de jeux-vidéo, cequi contribue à la motivation des pa-tients cérébro-lésés (adultes et enfants)tout en facilitant le travail du praticien.Pendant le jeu, le patient réalisepresque cent fois plus de mouvementsque pendant une session traditionnellechez le thérapeute. De plus, les perfor-mances du patient sont mesurées enpermettant d’évaluer ses besoins etaméliorations. Plusieurs catégories depatients peuvent voir une améliorationde leurs soins : les victimes d’AVC, lesenfants atteints d’infirmité motrice céré-brale, les personnes ayant subi des bles-sures de la moelle épinière ou lesvictimes de dyspraxie... L’histoire du dispositif REAplan est unebelle histoire, celle du succès d’untransfert technologique du monde de larecherche au monde économique, maisaussi celle d’une utilisation réussie desoutils mis en place par nos gouverne-ments pour contribuer à cette évolution.REAplan a en effet d’abord été conçu etdéveloppé par Julien Spain en tant queboursier du FNRS en robotique de la ré-éducation dans les laboratoires del’UCL, le projet a ensuite bénéficié dequatre ans de financement pour lesspin-offs par la Région wallonne, etgrâce à l’aide du Bureau de Transfert deTechnologie de l’UCL, Monsieur Spain apu être accompagné dans ses pre-mières démarches entrepreneuriales(développement business plan, re-cherche de financements…).L’avenir d’Axinesis est très prometteur :en Belgique, le spin-off a signé uncontrat exclusif avec Gymna et en 2017dans l’Hexagone quatre établissementshospitaliers ont décidé d’adopter REA-Plan pour leurs salles de rééducation.Après la signature d’un partenariat derecherche avec Polytechnique Montréalet le Centre Hospitalier UniversitaireSainte Justine, à Montréal, Axinesis estmaintenant prête à se lancer auRoyaume-Uni et aux Etats-Unis.

    Yncubator : au service de l’espritd’entreprendre. Yncubator a commemission de soutenir les jeunes diplômés etles étudiants de la Province du Brabant-Wallon dans la création de leur entreprise.La structure bénéficie du programmeentreprenariat 2015-2020 de la Régionwallonne et accompagne, avec son équipede coachs et d’experts, les jeunes dans leparcours de création de leur start-up. ChezYcubator on applique la méthodologie du« lean-startup» basée sur une approche«essai/erreur» de résolution des pro-blèmes. Cette méthodologie, largementdéveloppée au niveau des structures d’in-cubation de Wallonie, semble en fait êtreparmi les plus efficaces, car elle permetaux porteurs de projets de tester leurs in-novations directement face à de futursclients dans le but de concevoir les so-lutions le plus adaptées aux besoins desutilisateurs finaux. L’entrée en vigueur le 1er janvier 2017 dustatut d’étudiant-entrepreneur pour lesjeunes âgés de 18-25 ans inscrits dans unétablissement supérieur a certainementfavorisé la passerelle entre le monde aca-démique et entrepreneurial. L’UCL etd’autres établissements d’enseignementsupérieur de la province comme l’EPHECet l’IAD ont déjà établi des collaborationsavec Yncubator afin de permettre à leursétudiants de bénéficier de ses services etexpertises.

    © CUSL / H. Depasse

  • 1414

    Wee k - end en ille piétonne, créative,multiculturelle, verte, dynamique, ouverte sur lemonde, Ottignies-Louvain-la-Neuve serait-elle uneutopie réussie ? Le voyages’impose pour le vérifier…

    En descendant du train, les néophytess’étonnent souvent : «mais, tout est pié-ton? » Louvain-la-Neuve est unique enBelgique par son architecture et sonconcept entièrement piétonnier pour êtreaccessible à tous. 53 % de rues pié-tonnes, une dalle piétonne de 14,5 hec-tares, 198 hectares de bois, plus de 168hectares d’espaces verts dans la cité…La plus jeune ville de Belgique a été élueen 2013 "European Destination of Excel-lence" (Eden destination) grâce à sesmultiples atouts en termes d’accessibilitéaux personnes à mobilité réduite.

    Authentique cité universitaire, Louvain-la-Neuve s’insère harmonieusement dans lepaysage. Le centre urbain est un exempleunique de création urbaine qui allie lecharme semblable à celui d’une station demontagne à toutes les facilités d’une villemoderne. Inutile de demander où est l’uni-versité à Louvain-la-Neuve, car elle est unpeu partout. À chaque coin de rue, vouscroiserez des étudiants : les facultés del’UCL sont disséminées partout, mêléesaux habitations, commerces et autres ser-vices. Louvain-la-Neuve n’est pas un cam-pus mais une vraie ville universitaire.L’UCL est la première université belgefrancophone dans les classements inter-nationaux et constitue une grande com-munauté nationale et internationale. Lesétudiants représentent près de 50% dela population totale de la ville, ce qui luiconfère une ambiance jeune studieuse,parfois festive mais toujours bon enfant! On ne s’y ennuie pas : plus de 2.000responsables étudiants bénévoles sonten charge de centaines d’activités ou-vertes à tous sur le site de Louvain-la-Neuve.

    Pour découvrir cette ville étonnante, di-rection le cœur du Brabant wallon, à 30minutes de Bruxelles. Ottignies-Louvain-la-Neuve est composée de deux centresurbains: Ottignies, l’historique, et Louvain-la-Neuve, la ville nouvelle, communed’accueil de l’UCL.L’Université Catholique de Louvain, s’estenrichie de joyaux culturels et touris-tiques grâce à la construction de la villenouvelle, Louvain-la-Neuve. Visite incontournable lors de votre séjour :le très réussi Musée L, musée universitaired’art, civilisations et sciences comptantplus de 30.000 œuvres allant de la Préhis-toire à nos jours. Ce nouveau pôle culturelet artistique, installé dans les bâtimentsde l’ancienne Bibliothèque des Scienceset Technologies, a ouvert ses portes fin2017. Hormis son architecture brutaliste etses collections remarquables, son ap-proche muséale rencontre le succès carelle privilégie les dialogues entre les œu-vres, des collections scientifiques uniquesde l’UCL et 3 « labs» (laboratoires) où le pu-blic peut manipuler les œuvres.De quelques années son aîné, le MuséeHergé a impulsé un nouvel élan touris-

    VV

    Le Musée Hergé imaginé par l’Atelier dePortzamparc

    WB T –J .P . Re m

    y

    Scénographie du Musée L

    WB T –J .P . Re m

    y

    Louvain-la-Neuve The quick time

    Fresque street-art du Kosmopolite Art Tour 2015 par Mariela Ajras & Milu Correch

    © WBT-Jean Paul Rem

    y

  • v i l l e nouvel le

    15

    LLN

    de 4.000 m2 de murs ont pris des cou-leurs grâce aux graffeurs invités.

    Comme il n’est pas toujours facile de s’yretrouver dans les rues de Louvain-la-Neuve (les GPS et smartphones en per-dent leurs repères…), pensez àtélécharger l’application gratuite « LLNMaps». Elle permet de trouver votre che-min ou point d’intérêt, même sansconnexion.

    LLN propose même un parcours décou-verte via des QR Codes. Téléchargez l’ap-plication de lecture QR Codes sur votresmartphone ou tablette et partez à la dé-couverte de la ville et de ses lieux d’intérêt.Chaque QR Code pointé sur la cartevous permet de tout savoir sur l’endroit,l’artiste, l’histoire... L’office du tourismea même pensé à louer des tablettes nu-mériques pour suivre ce parcours. Maisenfin, ce qui est aussi bien agréablec’est de déconnecter et la ville s’y prêteavec la place importante donnée à laverdure, son lac et ses bois et parcs oùil fait bon marcher ou pédaler.

    tique en 2009 en devenant dès sacréation une visite BD incontournableen Belgique. Dans son bâtiment conçupar le cabinet d’architecte Christian dePortzamparc, est retracée la vie et l’œu-vre du génial auteur belge Georges Remialias Hergé, le papa de Tintin et Milou,mais aussi de Quick et Flupke, de Jo,Zette et Jocko... Une visite égalementincontournable. À noter, l’entrée est gra-tuite pour tous dans les deux musées(audioguide et visioguide inclus) chaque1er dimanche du mois.

    Autre lieu à découvrir à Louvain-la-Neuve:la Ferme du Biéreau. Ne vous fiez pas àson nom paysan, on y vient pour la culturecar cette ancienne ferme brabançonne duXIIe siècle programme désormais desconcerts, événements littéraires, confé-rences, ateliers et expositions.

    Tel un musée à ciel ouvert, la ville offreaussi plus d’une centaine de sculptures,fontaines et fresques murales, notammentcelles créées à l’occasion du KosmopoliteArt Tour Louvain-La-Neuve en 2012. Plus

    Office du Tourisme-InforvilleGalerie des Halles1348 Louvain-la-NeuveTél. : +32 (0) 10 47 47 47www.tourisme-olln.be www.facebook.com/tourismeOttigniesLouvain la-neuve www.instagram.com/officedutourismeinforville

    Musée LTél : +32 (0) 10 47 48 41www.museel.be

    Musée HergéRue du Labrador 26Tél : +32 (0) 10 48 84 21www.museeherge.com

    Ferme du Biereauwww.fermedubiereau.be

    Février • Carnavals de Louvain-la-Neuve

    Mars • Open Jazz Festival• Printemps des Sciences

    Avril • Festival Welcome Spring !

    Mai • Festival BD Diagonale

    Juin • Fête de la musique

    Juillet • Louvain-la-Plage et son festivald’été

    Août • Kidzik Festival

    Sepembre• Biennale d’art contemporain(septembre - novembre)

    Octobre • 24h vélo

    Décembre• Louvain-la-Neige (marché de Noël)

    Kot: logement étudiant, souvent communau-taire.

    Guindaille : activité festive étudiante, souventd’ordre bibitif, incluant des chants paillards. Lesens premier de «guindaille» est la composi-tion d’un texte ou chanson satirique moquantles défauts d’un condisciple.

    Calotte : couvre-chef de l’étudiant néo-louva-niste ayant effectué le rite de passage et at-testant de sa connaissance du folkloreestudiantin. Y sont symbolisées ses études etsa personnalité.

    AGENDA PETITS BELGICISMES ESTUDIANTINSCONTACTS

    La grange de la Ferme du Biéreau, haut-lieu culturel

    © Ge go ry Na va ra ba nn er

    Vue du lac de Louvain-la-Neuve

    WB T –J .P . Re m

    y

  • 16

    Avec ses huit parcsd’activité économiqueet un parc scientifiquecogéré avec l’UCL, leBrabant wallon est unacteur économique majeur de Wallonie. L’arrondissement de Nivelles représente à lui seul plus de 16 %du PIB wallon.

    Opal Solutions : pour recentrerla santé sur l’humain

    En innovation permanente, la start-upbelge Opal Solutions réinvente le pilo-tage et la gestion quotidienne de lacharge de travail en milieu hospitalier. De nombreux pays, dont la France, laBelgique et le Canada, font face depuisdes années à une double réalité : lapénurie d’infirmiers et de personnelqualifié d’une part, et un mal-être gran-dissant du personnel soignant d’autrepart, dont la qualité de vie profession-nelle est perçue négativement selon denombreuses enquêtes. Le manque de

    digitalisation accentue ce constat. Lamission d’Opal est de solutionner cesproblématiques, et de rapprocher lepersonnel soignant du patient.Le logiciel Careboard permet une ges-tion plus efficace de la charge de tra-vail. Careboard offre en temps réel auxcadres et au personnel soignant une vi-sion centrale, claire et précise de lacharge réelle de travail de chaque ser-vice hospitalier. Cette charge mesuréeest confrontée au ressenti du personnelde terrain. Des indicateurs réalistes per-mettent aux gestionnaires de piloter leséquipes et d’organiser rapidement lesrenforts nécessaires. La dimension hu-maine du logiciel y est centrale.La plateforme Interneo fournit quant àelle une solution complète de gestiondes stages. Elle met en relation lesécoles, hôpitaux, maison de repos, etstagiaires afin d’optimiser le parcourséducatif des étudiants. L’outil gère inté-gralement les stages, de la demandejusqu’au recrutement. Interneo amé-liore l’attractivité des institutions, et doncla rétention des meilleurs stagiaires.Opal est une start-up en plein essor.

    AADigi tal Wallonia :

    Comme le précise son fondateur, XavierRouby : « les problématiques de pénuriede personnel et de mal-être sont iden-tiques dans de nombreux pays, et le po-tentiel pour nous est énorme». En 2018,Opal a débuté son internationalisation etle marché français est le premier visé. Informations : opalsolutions.beLinkedin : linkedin.com/company/opalsolutions

    Dbizners se lance sur le marchéfrançais

    Participants et conférenciers de longuedate à DB2 Rug et Emea Idug, BernardJabas et Alain Pary ont décidé en 2015de capitaliser sur leurs années d’expé-rience dans les Systèmes de Gestion deBase de Données (SGBD) pour créer lasociété Dbizners : ils proposent un outilpermettant de relever la plupart desdéfis auxquels sont confrontés les ad-ministrateurs de bases de données, desservices de conseil en matières debases de données ainsi que des forma-tions sur mesure.Leur solution logicielle, baptiséeClick4DB, évite les tâches répétitiveslors du déploiement d’une solution oud’une nouvelle fonctionnalité logicielle :il automatise la collecte de données àpartir de diverses sources, transformeces données en informations à valeurajoutée et génère automatiquementdes rapports sur base des bonnes pra-tiques. Il fournit aux ingénieurs deSGBD différentes vues leur permettantd’optimiser, de valider et de maintenirleur configuration de manière simple,rapide et efficace. Outre les gains sup-plémentaires en termes de productivité,de performance et de qualité qu’unetelle solution représente, Click4DBconstitue un outil « clef en main » idéalpour les nouvelles générations de ges-tionnaires de bases de données.La vision de DBizners est limpide :« Nous voulons rester à l’avant-gardedes meilleures pratiques pour offrir de

    Louvain-la-Neuve The quick time

    Le fondateur d’Opal Solutions, Xavier Rouby (deuxième en partant de la gauche), entouré de sonéquipe

    © Opal Solutions

  • 17

    quelques pépites

    matique du sommeil, aux laboratoiresde sommeil et aux hôpitaux, mais éga-lement aux médecins généralistes. Ellepermet de gérer les dossiers des pa-tients, de centraliser la récolte d’unmaximum de données et de paramè-tres, de proposer aux médecins uneanalyse de la situation et une liste dediagnostics possibles, le médecin lui-même déterminant le diagnostic posé,à partir duquel une thérapie et un suivipourront être proposés au patient.Expert-IT s’est récemment associée àune société Française, PIXXIM, un pres-tataire reconnu et apprécié des bureauxd’études et des collectivités, actif de-puis plus de 15 ans dans la représenta-tion virtuelle, 3D, image de synthèses etimmersion 360°, de projets immobilierset d’aménagement du territoire. L’objec-tif de cette association est la créationde la startup BIMMAP, experte dans ledomaine du BIM. Pour chaque acteur

    nouvelles opportunités à nos clients.Nous prévoyons d’étendre constam-ment notre offre de solutions intégréesen maximisant le return avec un mini-mum d’investissement. »En alliant flexibilité, veille technolo-gique, recherche continue de perfor-mance et engagement, nul doute queDBizners dispose de tous les atoutspour accroitre sa présence dans l’hexa-gone et s’y ancrer durablement ! Informations : dbizners.com

    Expert-IT, l’hyperactive !

    Depuis 1996, Expert-IT est une sociétéde services en informatique, basée àLouvain-la-Neuve. Elle a à son actif demultiples solutions sur mesure pour desclients de secteurs d’activité variés : dumonde bancaire au médical, en passantpar les administrations publiques, celuide la communication ou de l’e-com-merce. En Belgique, au Luxembourg eten France.Expert-IT est spécialisée dans la modé-lisation de projet informatique à l’aidede notations telles que UML, BPMN ouSysML et dans la mise en place de mé-thodes de gestion de projet, notammentgrâce à l’atelier de modélisation « Enter-prise Architect » de Sparx. Présente enFrance déjà depuis de nombreuses an-nées, Expert-IT apporte ses services àde grands comptes, tels qu’Orange, Eki-nops (One Access), Orsys, Thales, le Mi-nistère de la Transition écologique etsolidaire, l’Armée de l’air.Expert-IT propose également sur le mar-ché français une solution d’aide audiagnostic médical basée sur un moteurde système expert, mise en pratique del’IA. Virtual Clinic est aujourd’hui décli-née pour la pathologie du sommeil.Cette application a été développée enétroite collaboration avec le docteurLachman, spécialiste reconnu en som-nologie. Virtual Clinic est destinée auxmédecins traitant directement la problé-

    LLN

    du secteur de la construction, l’adop-tion du BIM dans leurs processus d’ac-tivité est de plus en plus incontournable.Mais comment l’intégrer avec une ga-rantie de retour sur investissement ?Non seulement, les compétences doi-vent être acquises à tous niveaux, lestechniques et moyens de travail néces-sitent des adaptations, mais égalementet surtout, stratégiquement, cette dé-marche doit être rentabilisée. BIMMAP,centre de compétence BIM, propose lesservices suivants :

    • Formation aux technologies BIM•Délégation de compétences en ac-compagnement de projets•Services de modélisation et concep-tion BIM intégrés à l’informatique desentreprises•Plate-forme collaborative de gestionBIMInformations : www.expert-it.com

    © Expert-IT

  • 18

    économie et entreprises The quick time

    D u n o u v e a u d u

    es entreprises innovantes et des équipesperformantes.

    Arrivée d’une nouvelleConseillère économiqueà Paris

    Cet été, Martine Leclercq a pris la directiondu bureau de l’Agence Wallonne à l’Expor-tation et aux Investissements étrangers deParis en tant que Conseillère économiqueet commerciale (CEC) de Wallonie, avecpour juridiction l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bretagne, la Normandie, lePays de Loire et le Centre-Val-de-Loire.Rappelons que l’équipe compte cinq col-laborateurs : Patricia Debette à Lille,Jocelyne Erraud-Le Tallec à Nantes, ainsique Laurence Billebaut, Félicie Elkaramanyet Sacha Jorgic-Markarian à Paris. Après avoir évolué plusieurs années dansle secteur bancaire (pour EY/Cap Geminiet au sein d’ING Group), Mme Leclercq arejoint l’Awex en 2006 pour représenterl’Agence successivement aux Etats-Unis(Chicago) et en Suède (Stockholm). Ellefera désormais la promotion des intérêtséconomiques de la Wallonie en France,avec ses collègues des bureaux de Lyon(CEC: Patrice Le Grelle) et de Strasbourg(CEC: Véronique Huppertz).

    DD Cikisi, ou comment transformerles«Big Data » en « Smart Data »Installé à l’Aéropôle de Gosselies, Cikisi,éditeur de logiciels dédiés à l’exploita-tion des informations du web, a clôturécet été sa première campagne de finan-cement, en rassemblant plus d’un mil-lion d’euros de fonds. Le marché de lacollecte et du traitement de l’informa-tion publique disponible sur le web etles réseaux sociaux est un marché enpleine croissance. Cikisi (pour « Catch it,Keep it, Share it ») édite une plateformecollaborative de veille web automatiséedénommée Cikisi web monitoring tool(WMT). Dévoilée en mars 2017 à Parislors du salon I-Expo, cette plateformeest destinée aux différents types deveille (concurrentielle, marché, commer-ciale, innovation, réglementaire, théma-tique, etc.). Elle a déjà été adoptée parplusieurs groupes internationaux tels queAtos, Cockerill maintenance & ingénierieou Magotteaux, des PME et des organi-sations publiques, en Belgique, auLuxembourg et en France.Se doter d’une plateforme de veille stra-tégique telle que Cikisi WMT fait partie in-tégrante de la nécessaire transformationdigitale des entreprises et des organisa-tions. Pour réaliser correctement une

    Paris, Hotspot Digital WalloniaInternational

    Le poste de Paris a récemment été dé-signé « Hotspot Digital Wallonia Interna-tional ». Il rejoint à ce titre les villes deSan Francisco, Barcelone, Shenzhen,Montréal, Berlin, Tel-Aviv et Singapour.Ces hotspots ont pour mission de déve-lopper la dimension internationale dusecteur numérique wallon, c’est à direde servir de tremplins pour les entre-prises wallonnes souhaitant accéder aumarché local et d’agir en tant que relaisdes innovations technologiques et op-portunités d’affaires locales vers laWallonie. À terme, l’objectif est de dis-poser d’une dizaine de ces carrefoursDigital Wallonia internationaux dans lesvilles et régions caractérisées par unhaut niveau d’innovation numérique. Inormations : www.digitalwallonia.be. Vous souhaitez faire partie du réseau DigitalWallonia en France? Contactez-nous [email protected]

    Martine Leclercq Franck Di Liberto et Valéry Mainjot, cofondateurs de la société Cikisi

    © Catch Charleroi

  • 19

    cô té de l ’Awex

    veille, il est primordial pour les utilisa-teurs d’adopter des outils et des techno-logies modernes. Les préoccupationsmajeures autour de Cikisi WMT sont d’éli-miner les activités chronophages du veil-leur et de faciliter l’accès à l’informationstratégique par les responsables et lesdécideurs. Cikisi œuvre ainsi pour amé-liorer la capacité de ses outils à collecterdes millions de données et d’informa-tions brutes ciblées et d’en extraire defaçon autonome les informations perti-nentes pour le client. Les secteurs cibles de la société sont va-riés : IT, santé, biotech, défense et sécu-rité, sociétés d’audit et de conseil. Lesfonds récoltés par Cikisi lui permettrontde renforcer la plateforme Cikisi WMTavec de nouveaux outils d’intelligence ar-tificielle innovants à partir de 2019. Cesoutils proposeront aux utilisateurs encoreplus de contenus pertinents à travers desapplications Web et mobile. Informations : www.cikisi.com

    La montée en puissance deMySkillCamp

    Forte de son prix de « jeune pousse wal-lonne la plus créative » des Kikk BelfiusStart-up Awards 2017, la start-up baséeà Tournai a démarré sur les chapeaux deroue. Et en cette fin d’année, MySkill-Camp est sur le point de clôturer unenouvelle levée de fonds. L’objectif pour2019 sera de marquer davantage son po-sitionnement sur le marché grâce à sa vi-sion centrée sur l’apprenant, avec lasortie de sa « Learning Experience Plat-form» (LXP) d’ici peu : une plateformecomplète, mais évolutive et ouverte.La transformation digitale est au cœur detous les enjeux, notamment pour les ser-vices de ressources humaines. Ces der-niers s’interrogent peut-être encore poursavoir comment la mettre à profit. La start-up MySkillCamp l’a compris et intègre aucœur de sa vision ce que doit être le «digi-

    tal learning» aujourd’hui. Elle s’attache àaccompagner les entreprises dans leurtransformation digitale et à les guider versdes outils pédagogiques adaptés, afinqu’elles puissent maintenir l’employabilitéde leurs collaborateurs et anticiper les be-soins des apprenants de demain. Pour que cela fonctionne, il est importantde sensibiliser et acculturer les collabo-rateurs à ces nouvelles pratiques digi-tales, puis de faire évoluer les modalitésde formation en adoptant de nouveauxformats : blended learning, rapid lear-ning, microlearning… C’est pourquoi unprojet débute généralement par un auditafin d’analyser le fonctionnement du pôleformation en place et d’être en mesurede proposer la formule pédagogique laplus adéquate. Le projet de digital lear-ning est ensuite hébergé sur la plate-forme de MySkillCamp, afin que tous lesacteurs d’un service formation puissentse réunir au même endroit.

    Avec la solution de MySkillCamp, il estpossible de bâtir des communautés d’ap-prenants en ligne, en répartissant cesderniers par compétence, par métier, parmarque, au sein d’espaces de formationque l’on appelle des «Camps » Pour lesalimenter, il suffit à une entreprise decréer ses propres contenus de formationau moyen de la plateforme (quiz, vidéos,contenus interactifs, etc.), ou de proposerdes contenus choisis sur le marketplacede MySkillCamp. La dernière étapeconsiste alors à diffuser ces contenus au-près des communautés d’apprenants, età accompagner ces derniers au cours deleur formation, et au-delà. MySkillCamp adécroché des contrats pour un demi-mil-lion d’euros avec des pionniers tels UCBPharma, D’Ieteren, Solvay, Fresinius medi-cal care, etc. En parallèle, la société déve-loppe sa présence en France via un réseaud’ambassadeurs en pleine croissance. Informations : myskillcamp.com

    Kevin Tillier, co-fondateur et CEO de MySkillCamp entouré de son équipe

    © MySkillCam

    p

  • 2020

    économie et entreprises The quick time

    D u n o u v e a u d u

    remière Mission exploratoire de laRégion wallonnedans le domaine dela Silver économie à Strasbourg les 7 et 8 novembre2018

    D’ici 2050, le monde devrait compter2 milliards de personnes âgées, soitpresqu’un tiers de la population mon-diale. La « Silver économie » est l’écono-mie au service des personnes âgées deplus de 60 ans. L’enjeu des prochainesannées et décennies est d’encouragerles innovations pour accompagnerl’avancée en âge et faire reculer laperte d’autonomie. Il s’agit d’une vraiefilière transversale qui touche l’habitat,

    PP la domotique, le numérique, les trans-ports, la perte d’autonomie, la santé,les services à la personne, le tou-risme... Etant donné la grande diversitédes domaines touchés par la Silver éco-nomie, deux grands axes de missionont été définis : l’adaptabilité des lieuxde vie (domotique…) et la santé et l’E-Santé (téléassistance, télémédecine…).L’objectif de cette première mission enFrance est que les participants puissents’informer sur les stratégies et projetsen matière de Silver économie, et plusparticulièrement dans la nouvelle RégionGrand Est, et de présenter en retour lesexpériences et expertises wallonnes. Auniveau des pouvoirs publics, en juillet2016, le Parlement wallon avait ex-primé dans une proposition de résolu-tion, son souhait que la Wallonie fédèreles acteurs économiques de la filière et

    mette sur pied une filière wallonne dela Silver économie. Elle aura pour objec-tif de favoriser la coopération et les par-tenariats (1) et de soutenir la créationd’entreprises dans ce domaine et deles accompagner pour défendre aumieux leur savoir-faire et leur innova-tion sur le marché mondial. Cette propo-sition a été adoptée à l’unanimité le 21mars 2017, ce qui permettra aux autori-tés wallonnes de commencer le travailsur cette thématique. Depuis, parmi lesinitiatives menées, a vu le jour le sitewww.silvereco.be, qui ne demande qu’àêtre connu afin de disposer d’un bonoutil de recherche.À l’horizon 2020, cela pourrait repré-senter un potentiel de près de 75 000emplois (2). En 2013, les MinistèresFrançais de l’Économie, des Financeset des Affaires sociales et de la Santéont signé un contrat de filière pour laSilver économie. L’objectif est de struc-turer ce secteur en une vraie filière in-dustrielle et de créer un écosystèmenational et régional pour faire émergerun grand marché et favoriser l’essor del’industrie. Grâce à l’Awex à Strasbourg, en la per-sonne de Véronique Huppertz, Directeur-Conseiller Economique et Commercialde l’Awex pour la Région Grand-Est etla Région Bourgogne-Franche-Comté,25 sociétés et établissements wallonsse sont inscrits avec un total de 30 par-ticipants. Parmi eux les sociétés Agily-tic, ANB Rimex, Apiquiet, Astel Medica,Balder, Build for Next Generation,DIM3, GDTech, Green Surf, HomeBased, Intesysto, Kaspart, INTT, Opens,OZConsulting, etc.Contact Awex à Strasbourg : 03 88 52 18 52,[email protected]

    1 Voir : Proposition de résolution n°570, visant à la miseen place d’une filière de Silver Economy en Wallonie auservice des ainés pour une vie de qualité, 19 juillet 2016. 2 www.lavenir.net/cnt/dmf20160708_00851743

    Une économie au service des personnes âgées de plus de 60 ans

  • 2121

    cô té de l ’Awex

    Les entreprises wallonnes s’illustrent au Sial 2018

    Véritable vitrine mondiale de la filièreagroalimentaire, le Sial a lieu tous lesdeux ans à Paris et réunit tous les ac-teurs clefs du secteur. Avec 72.00 expo-sants et 160.000 professionnelsattendus, le salon est une opportunitéunique pour les entreprises wallonnesde se positionner tant sur le marchéfrançais qu’au niveau international.Cette année, près de 80 entrepriseswallonnes avaient fait le déplacement,réparties en 6 pavillons collectifs : Pro-duits traiteur, Produits surgelés, Viandeet charcuterie, Produits laitiers, Produitssucrés et Boissons (consultez la listedes participants sur http://walfood.be).On retiendra, entre autres, la bière« Brasserie Lion 6 IPA » de la BrasserieLion (www.brasserielion.com) sélection-née pour le Grand Prix Sial Innovation2018, qui présente les nouveautés ettendances mondiales du secteur agro-alimentaire. L’entreprise, basée àOphain (Brabant wallon), a pour origina-lité d’avoir développé des bières condi-tionnées en bouteilles d’aluminium.Aucun rayon lumineux n’entrant encontact avec la bière, cela permet demieux préserver les arômes naturelsdes houblons. Ces bouteilles sont nonseulement cinq fois plus légères queleur équivalent en verre, mais ellessont aussi 15 % plus petites à conte-nance équivalente, ce qui permetd’augmenter le volume transporté et deréduire l’impact CO2 lié au transport.Comparé au verre, l’aluminium est éga-lement moins gourmand en énergiepour refroidir les liquides. Un condition-nement très innovant pour une brasserietrès dynamique.Produit wallon innovant également pré-sent au Sial, Millésime Chocolat est l’unedes rares manufactures de chocolat deBelgique à travailler directement à partirdes fèves de cacao. Son originalité? «Dela fève à la tablette » («Bean-to-Bar ») : pro-

    duction exclusive de chocolat millésiméà partir de fèves issues de plantationset de terroirs d’exception. L’entrepriseliégeoise ne mélange ni les récoltes, niles terroirs, ni les millésimes. Autre talent à suivre : l’entrepriseWild&Run basée à Céroux (Brabant wal-lon) développe quant à elle des snacksnaturels pour les athlètes d’enduranceet les personnes actives. Elle a été sé-lectionnée parmi les Rising start-ups duFuture Lab du Sial. Conçu en partena-riat avec le réseau Idefi-Ecotrophelia etAgroParisTech, l’espace start-ups duSial mettant à l’honneur les « RisingStart-ups » est le premier espace euro-péen prospectif dédié à des start-upsen devenir du secteur agro-alimentaire.Les lauréats sont choisis pour leur au-dace et leur inventivité, en partenariatavec le réseau universitaire européen,afin de leur offrir une visibilité maxi-male dès le début de leur existence. Fé-licitations à Wild&Run pour cettesélection !

    Vue du salon

    © Sial 2018

    L’espace Future Lab du Sial

    © Sial 2018

    Des bouteilles en aluminium pour préserverles arômes

  • 22

    uccès de la rétrospectivePeyo

    Présentée du 25 mai au 28octobre, l’exposition a mis enlumière l’artiste en tant quenarrateur exceptionnel etcréateur d’univers : celui des

    Schtroumpfs, bien sûr, mais aussi celuide sa fabuleuse série moyenâgeuseJohan et Pirlouit, ou encore BenoîtBrisefer, petit garçon aux super pouvoirs…La popularité mondiale des Schtroumpfs,amplifiée par le succès des dessins ani-més télévisés et des films en images desynthèse, a malheureusement éclipsé lapersonnalité de leur auteur.Peyo a véritablement marqué l’âge d’orde la bande dessinée belge au journalSpirou, aux côtés de ses amis Franquinet Morris. À travers plus de 140 dessinsoriginaux où l’on retrouve des planchesmythiques, l’EXPO Peyo a retracé, pournotre plus grand bonheur, le parcours etla success-story d’un maître indispensa-ble du 9e art. L’événement a connu unformidable retentissement dans lapresse et rencontré un immense succèsauprès du public.« Au fil de nombreuses planches origi-nales, le visiteur, épaté, savoure unsomptueux art de la lisibilité. », commel’écrivait Télérama.

    Témé Tan en ouverture du Festival Francophonie Métissée

    L’auteur-interprète-compositeur Témé Tan,lauréat du Prix Rapsat-Lelièvre 2018, étaiten concert au Centre Wallonie-Bruxelles,le 25 septembre 2018. Une soirée excep-tionnelle organisée sous le haut patro-nage de la Secrétaire générale de laFrancophonie, Michaëlle Jean, à l’occa-sion de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles et en ouverture du FestivalFrancophonie métissée 2018. Créé en1984, le prix Rapsat-Lelièvre vise à en-courager le développement et la promo-

    © Luca Lomazzi/Voyez-Vous

    © Luca Lomazzi/Voyez-Vous

    © Luca Lomazzi/Voyez-Vous

    Au Centre Wallonie-Ça schtroumpfe fort !

    SStion de la langue française et à stimulerla production et la diffusion de disquesfrancophones tout en favorisant leséchanges entre le Québec et Wallonie-Bruxelles.

    Festival de la correspondanceGrignan

    En septembre, avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International, la Belgique étaitl’invitée d’honneur de ce festival dédié àla correspondance, créé à l’initiative duMaire de Grignan, Bruno Durieux. AprèsAmélie Nothomb, Eric Emmanuel Schmitt,Jacques De Decker et Alex Vizorek qui ontanimé la soirée d’inauguration, un beauprogramme a vu se succéder sur scèneMichèle Goslar, Thomas Gunzig, AikoSolovkine, France Brel, Jean-Luc Outers,Colette Nys Mazure, Benoît Peeters, JeanBofane, Geneviève Damas, MauriceOlender, Benoît Poelvoorde, Jacqueline Biret Jean-Claude Drouot, devant un publicimpressionnant et enthousiaste.

    culture The quick time

    Visite commentée par le co-commissaire Hughes Dayez

    Peyo, pour petits et grands fans

    Témé Tan, spectaculaire en scène

  • Bruxelles

    23

    de ses longs métrages, de Dust, (Liond’argent au Festival de Venise 1985) à Enamont du fleuve (2017), fiction qu’elle atournée en Croatie avec ses acteurs fé-tiches Olivier Gourmet, Sergi Lopez etJohn Lynch. Elle a aussi donné une classede cinéma sur l’adaptation littéraire, ani-mée par Louis Héliot, conseiller cinémadu Centre Wallonie-Bruxelles.Le jury Jeunes lui a décerné son Prix Coupde Cœur pour Between the Devil and theDeep Blue Sea, film qui avait été sélec-tionné en compétition officielle au Festi-val de Cannes en 1995! Elle a été trèsémue que ses films aient touché à cepoint de jeunes apprentis en cinéma quipour la plupart découvraient son œuvre.

    Au revoir à Anne Lenoir

    Le 30 juin 2018, Anne Lenoir a quittéses fonctions de direction du Centreaprès un mandat de cinq ans et demi.L’accueil et la valorisation des artistesde l’espace francophone lui tenait parti-culièrement à cœur, à l’occasion notam-ment du Festival Francophonie Métissée.Elle a assumé avec succès la promotioninternationale des opérateurs culturels deWallonie-Bruxelles et le travail de coordina-tion des agences culturelles spécialisées.Les relations internationales Wallonie-Bruxelles lui doivent la réussite de nom-breuses manifestations internationalesdans les différents segments de la culture.Ses mérites lui valent d’être décorée le27 septembre «chevalier de l’Ordre de laPléiade» par le Président du Parlement dela Fédération Wallonie-Bruxelles, PhilippeCourard. L’Ordre de la Francophonie et dudialogue des cultures remplace la pre-mière «Médaille de la Francophonie »créée par l’AIPLF. La Pléiade est un ordreà vocation internationale, destiné à re-connaître les mérites éminents des per-sonnalités qui se distinguent en servantles idéaux de la Francophonie. Leséquipes du Centre Wallonie-Bruxelles etde la Délégation générale à Paris luiadressent toutes leurs félicitations pourcette distinction qui couronne un parcoursprofessionnel d’exception. Tout en chaleuret en bonne humeur.

    Rencontres d’été : théâtre & lecture en Normandie

    Avec pour fil conducteur de la 17e éditionla devise « J’émerveille » que l’on prête àGuillaume Apollinaire, les Rencontresd’été ont connu un plein succès. Au cœurdes 92 (!) rendez-vous de ce festivalunique en son genre, organisé par lacompagnie PMVV-Le grain de sable dans20 villes et villages, nos créateurs furentparticulièrement à l’honneur, avec le sou-tien de Wallonie-Bruxelles International.

    En effet, étaient présents Max Vandervost,Marianne Basler, Vinciane Despret,Bernard Quiriny, Jean-Pierre Otte, NadineMonfils, Colette Nys-Mazure, LaurenceVielle, Jean-Luc Debattice, Claude Françoiset Luc Schuiten.

    Ciné-Rencontres de Prades :hommage à Marion Hänsel

    En juillet, les 59e Ciné-Rencontres dePrades ont accueilli la réalisatrice et pro-ductrice Marion Hänsel pour une large ré-trospective de son œuvre, avec le soutiende Wallonie-Bruxelles International. LeFestival s’est ouvert avec Si le vent sou-lève les sables (2006) et a présenté huit

    © Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

    Anne Lenoir et Jean-Charles Luperto

    Pierre Vanderstappen (Centre Wallonie-Bruxelles) et Colette Nys-Mazure

    Louis Héliot (Conseiller cinéma du CWB),Marion Hänsel et Jean-Pierre Abizanda(Délégué général du Festival)

  • 24

    en bref quick time of thThedo

    CONCERT DE CELENA-SOPH IA À L’O IFBelle participation de Wallonie-Bruxellespour fêter la Francophonie le 20 mars ausiège de l’OIF avec un concert du duo belgeCelena-Sophia, lauréates du concours chanson des Jeux de la Francophonie 2015.Une chanson française soutenue par plusieursmusiciens, qui permettent de refléter toutesles nuances de l’atmosphère résolument folkde leur musique.

    PRIX ASSOCIATION DES ECRIVAINS DELANGUES FRANÇAISES (ADELF) La DGWB Paris était présente au Palmarès2017 de l’ADELF. Cette année, le prestigieuxprix Europe a été décerné à l’écrivaine lié-geoise, Caroline Lamarche pour son livre"Dans la maison un grand cerf" (Gallimard).Bel hommage aussi aux Editions Lansmanpour Terre Rouge qui a remporté le grand prixlittéraire d’Afrique Noire.

    LA WALLONIE SIGNE LA CHARTE « ECOSYSTÈMEFRANCOPHONE D’ACTEURS DU NUMÉRIQUE »Le 25 mai au Salon VivaTech à Paris, le Conseilrégional Nouvelle-Aquitaine et Bordeaux Métropole ont co-organisé la signature de lacharte «Ecosystème francophone d’acteursdu numérique» (Efan) visant à encourager lesopportunités d’affaires entre start-ups encroissance issues de Wallonie, Québec,Abidjan, Tunisie et Bordeaux. Une signatureen présence du Ministre ivoirien de l’Economienumérique, Monsieur Bruno Nabagné Koné,de la Première Adjointe au Maire de Bordeaux,Virginie Calmels, et de la Déléguée généraleWallonie-Bruxelles en France, FabienneReuter, ainsi que Frédéric Laloux (N.E.W.) et Patrice Legrelle. Les bénéficiaires de cette charte sont les entreprises qui souhaitent se projeter à l’international etplus particulièrement sur des marchés francophones.

    MARCHE DES FIERTÉS 2018 La Délégation s’est engagée dans le projet «Ambassades pour l’Egalité» porté par l’association Inter-LGBT en accueillant le 24 avril dernier, une séance de travail qui a rassemblé une trentaine de représentants dedifférentes ambassades à Paris. La Délégationa également défilé le samedi 30 juin 2018, aux côtés de nombreuses Ambassades et Délégations, à la Marche des Fiertés à Paris,montrant ainsi son plein engagement pourl’Egalité.

    NAMUR EUROPE WALLON IE - BORDEAUXAlain Juppé était l’hôte d’honneur du Bourgmestre de la Ville de Namur, MaximePrévot, pour les 30 ans de Namur Europe Wallonie (N.E.W.) le 5/09. La Déléguée généralea été très heureuse de l’accompagner et departiciper à l’entretien riche de convergenceset de projets communs. Chaleureusement accueilli, M. Juppé a prononcé une conférencedevant 500 personnes qu’il a captivées.

    FESTIVAL SIMENON À l’occasion du Festival Simenon, l’exposition«Les mots effacés» de Marc Danval, produitepar Wallonie Bruxelles International se tenaitdu 16 au 24 juin au Prieuré Saint Nicolas auxSables d’Olonne. Des photos dévoilées dansun univers poétique et insolite avec un apparent éloignement du réel. Le vernissageoffert par la Délégation générale Wallonie-Bruxelles à Paris s’est fait en présence de Didier Gallot, Maire des Sables d’Olonne, deFrançois Perilleux, représentant de la Fédéra-tion Wallonie-Bruxelles International, du fils deGeorges Simenon, John Simenon, et de la fillede Pierre Beylau. Cette 19e édition du FestivalSimenon fut un hommage à Pierre Beylau,Président du Festival décédé en mai 2018.

    13E JOURNÉES FRANCOPHONES DE THÉRAPIEFAMILIALE SYSTÉMIQUE DE LYON Du 31 mai au 2 juin 2018, les 13e Journéesfrancophones de thérapie familiale systémiquede Lyon avaient pour thème «La danse de larencontre». Jean-Claude Maes, psychologue,psychothérapeute adultes-couples-famillesau Centre de Consultations et de Planning Familial Marconi (Forest), président fondateurde SOS-Sectes et directeur scientifique desColloques belges d’aide aux victimes desectes, y a présenté une communication intitulée : « Le premier pas définit toute ladanse». www.sos-sectes.com

    « VIEILL IR AUJOURD’HUI . DES MO(N)DES RECOMPOSÉS ? » Sorti de presse aux éditions Academia en mai2018, cet ouvrage a été imaginé à partir de troisannées du séminaire «Penser les vieillesses»et coordonné par Sylvie Carbonnelle et Dominique Joly, du Centre de Diffusion de laCulture Sanitaire-CDCS. Le thème retenu pourl’année 2018 est « La mise en scène de la vieillesse», avec comme expert.e.s invité.e.sMadame Marie Hélène Inglin-Routisseau,Docteur en littérature générale et comparée –Paris Sorbonne IV, Monsieu