Molière - Les Femmes Savantes

  • View
    137

  • Download
    4

Embed Size (px)

Text of Molière - Les Femmes Savantes

Molire Les Femmes savantesCHRYSALE, Blise.

Il n'est pas bien honnte, et pour beaucoup [de causes, Qu'une femme tudie et sache tant de choses: Former aux bonnes murs l'esprit de ses [enfants, Faire aller son mnage, avoir l'il sur ses gens, Et rgler la dpense avec conomie, Doit tre son tude et sa philosophie.Acte II, scne 7.

Ce livre vous est propos par Tri & LenwA propos de nos e-books :! Nos e-books sont imprimables en double-page A4, en conservant donc la mise en page du livre original. Limpression dextraits est bien videmment tout aussi possible. ! Nos e-books sont en mode texte, cest--dire que vous pouvez lancer des recherches de mots partir de loutil intgr dAcrobat Reader, ou mme de logiciels spcifiques comme Copernic Desktop Search et Google Desktop Search par exemple. Aprs quelques rglages, vous pourrez mme lancer des recherches dans tous les e-books simultanment ! ! Nos e-books sont vierges de toutes limitations, ils sont donc reportables sur dautres plateformes compatibles Adobe Acrobat sans aucune contrainte.

Comment trouver plus de-books ?

! Pour consulter nos dernires releases, il suffit de taper tarilenwe dans longlet de recherche de votre client eMule. ! Les mots cl ebook, ebook fr et ebook franais par exemple vous donneront de nombreux rsultats. ! Vous pouvez aussi vous rendre sur les sites http://mozambook.free.fr/ (Gratuits et payants) (Gratuits) et http://www.ebookslib.com/

Ayez la Mule attitude !

! Gardez en partage les livres rares un moment, pour que dautres aient la mme chance que vous et puissent trouver ce quils cherchent ! ! De la mme faon, vitez au maximum de renommer les fichiers ! Laisser le nom du releaser permet aux autres de retrouver le livre plus rapidement ! Pensez mettre en partage les dossiers spcifiques ou vous rangez vos livres. ! Les crivains sont comme vous et nous, ils vivent de leur travail. Si au hasard dun tlchargement vous trouvez un livre qui vous a fait vivre quelque chose, rcompensez son auteur ! Offrez le vous, ou offrez le tout court ! ! Une question, brimade ou ide ? Il vous suffit de nous crire Tarilenwe@Yahoo.it . Nous ferons du mieux pour vous rpondre rapidement !

En vous souhaitant une trs bonne lecture, Tri & Lenw

Sommaire4 10 13 15 17 19 PREMIRE APPROCHE Lever de rideau sur Molire Un bourgeois lettr Les Femmes savantes, un rglement de comptes Molire contre le savoir des femmes ? De quoi s'agit-il ? Des personnages en opposition LES FEMMES SAVANTES Acte premier Acte II Acte III Acte IV Acte V DOCUMENTATION THMATIQUE Accder au savoir : le rve des prcieuses Les hritires de Philaminte ANNEXES (Analyses, critiques, bibliographie, etc.) PETIT DICTIONNAIRE POUR LIRE LES FEMMES SAVANTES

25 51 89 127 149

176 183 191

218

Librairie Larousse 1990. ISSN 0297-4479 ISBN 2-03-871307-3 3

PREMIRE APPROCHE

Lever de rideau sur MolireLes jeunes annesJean-Baptiste Poquelin nat en 1622 Paris. Son pre, Jean Poquelin, est comme d'autres membres de la famille, bourgeois de Paris et tapissier ordinaire du roi. En 1639, Jean-Baptiste termine sa scolarit au collge jsuite de Clermont (aujourd'hui lyce Louis-le-Grand, Paris), puis, aprs des tudes de droit Orlans, obtient sa licence. Il pourrait devenir avocat, mais la profession de comdien le fascine. C'est ainsi qu'en 1643 il fonde, en collaboration avec la comdienne Madeleine Bjart, l'Illustre-Thtre. En 1644, il prend le surnom de Molire.

Il compose galement des canevas de farces, partir desquels les comdiens improvisent.

Les tournes en provinceL'Illustre-Thtre connat des difficults financires : Molire est emprisonn pour dettes pendant quelques jours... Plutt que de battre le pav de Paris, la troupe dcide de faire des tournes en province. Pendant treize ans (1645-1658), les comdiens passent d'une rgion l'autre, d'un protecteur l'autre (le duc d'pernon, le prince de Conti et le gouverneur de Normandie), jouant des tragdies de contemporains (Corneille, par exemple, que Molire rencontre Rouen en 1658) ou des farces. Pour les besoins de la troupe, Molire s'essaye aussi l'criture avec l'Etourdi (1655) et le Dfit amoureux (1656).4

Philippe Caubre dans le rle de Molire. Molire d'Ariane Mnouchkine, 1978.

La faveur du roiMolire est devenu un professionnel du thtre : il a dirig plusieurs troupes, il a jou devant des publics nombreux et varis et, ayant compris les principes du comique, il a crit ses propres pices. Monsieur, frre du jeune Louis XIV, protge Molire et le prsente au roi : le 24 octobre 1658, la troupe joue devant le monarque et obtient la salle du Petit-Bourbon, en partage avec les comdiens-italiens.5

PREMIRE APPROCHE

LEVER D E R I D E A U SUR M O L I R E

L'criture personnelleTrs sensible la juste mesure, Molire est un observateur redoutable : il a vite fait d'pingler les ridicules et les travers de ses contemporains. Dou du gnie comique, il veut faire rire propos des femmes minaudires, coquettes , savantes , des hypocrites... Observateur, il note ce que disent les passants dans la rue. Donneau de Vis, l'un de ses contemporains, se moque de son espionnage des femmes : Je crois mme qu'il avait des tablettes, et qu' la faveur de son manteau, il a crit, sans tre aperu, ce qu'elles ont pu dire... Pour Molire, le rire est salutaire et purifiant : l'homme qui rit des travers des autres, ou, mieux, de ses propres manies, devient meilleur et sme le bonheur autour de lui. La comdie duque plus qu'un livre de morale, et, comme l'crit Donneau de Vis propos de Molire : Tout parlait en lui, et, d'un pas, d'un sourire, d'un clin d'oeil et d'un remuement de tte il faisait plus concevoir de choses que le plus grand parleur.

assez important pour l'poque : un tisserand qualifi gagne 130 livres par an ; un bon cheval vaut 100 livres). Collaborant bientt avec le musicien Lully, Molire est le grand ordonnateur des ftes de Versailles : c'est un dcorateur et costumier de gnie. Louis XIV, en personne, dansera dans certains divertissements...

Acteur jusqu'au boutMolire- est un homme qui se dpense beaucoup. Il doit tout faire : crire, mettre en scne, laborer dcors et costumes, grer son thtre au mieux pour avoir les meilleurs acteurs. Cela, en vue d'amuser ses contemporains. Cependant, tout le monde ne rit pas. Des jaloux (de son succs, ou de sa faveur auprs du roi) le taxent d'immoralit ou d'irrligion. Ces jaloux et perscuteurs sont puissants (les fidles de la reine mre, Anne d'Autriche, les marquis ridiculiss, les beaux esprits , des crivains comme l'abb Cotin, etc.) : ils russissent quelquefois faire interdire temporairement certaines pices (le Tartuffe et Dont Juan, par exemple). Tout cela mine Molire... Depuis 1665, une fluxion de poitrine ingurissable (congestion pulmonaire ? tuberculose ?) en a fait un homme malingre, toussant sans cesse, crachant le sang. Le 17 fvrier 1673, lors de la quatrime reprsentation du Malade imaginaire, il a un malaise, et, transport chez lui, il meurt. Molire n'est enterr chrtiennement que sur l'intervention du roi, car l'glise pense que les acteurs, capables de simuler tous les sentiments, sont des disciples de Satan.7

L'criture de commandeLouis XIV, aimant rire (mais, pas souvent propos de lui-mme), apprcie Molire. Ds 1661, il lui suggre une scne dans la comdie des Fcheux, puis il lui commande des pices composites pour divertir la Cour : ce sont les comdies-ballets. Le roi devient le parrain du premier enfant de Molire en 1665, confre sa troupe le nom de Troupe du roi et lui verse une pension de 6 000 livres (chiffre6

M O L I R E E T SES C O N T E M P O R A I N S

PREMIRE Molire joue devant le Roi 1658. l'Illustre Thtre devient Troupe du Roi 16,65 1673

APPROCHE

Molire1622

cration de l'Illustre Thtre 1643

La Bruyre Racine (1639-1699) Boileau (1636-1711) Charles Perrault (1628-1703) M m e de Svign (1626-1696) La Fontaine (1621-1695) Corneille (1606-1684)

(1645-1696)

rgne de Louis XIII (1617-1643)

Rgence (Anne d'Autriche et Mazarin : 1643-1661) la Fronde : 1648-1653 8

rgne de Louis XIV (1661-1715) 1685 : rvocation de l'dit de Nantes 9

PREMIRE APPROCHE

Un bourgeois lettrMolire manifeste tt des aptitudes intellectuelles : ses tudes sont brillantes, et il demande son grand-pre de l'emmener au thtre. Il n'est pas question pour lui de devenir tapissier. Il n'est pas non plus question de devenir avocat et de brimer son got du franais par l'adoption d'un jargon spcialis, voire ridicule... Qu'envisager alors ? Les pices vues dans son enfance, les spectacles de rue des bateleurs italiens, le plaisir des mots bien dits conduisent le jeune bourgeois au mtier d'acteur.

de l'harmonie et a manifest un got profond pour la vie intellectuelle. Le monde imaginaire qu'il a cr reflte sa formation et ses ides ; aussi a-t-il jou, sur vingtquatre rles importants, quinze fois les bourgeois, sept fois seulement les valets... Dans les Femmes savantes, il interprta le bourgeois Chrysale.

Critique... mais honnte homme Louis XIV s'appuie, politiquement et culturellement, sur la haute bourgeoisie, et il ne cesse d'assujettir les nobles en les rduisant au rle de courtisans. Aussi Molire, son protg, trouve-t-il dans la noblesse ridicule une de ses cibles favorites. Mais les bourgeois qui la singent ne sont pas pargns. Par dgot des impertinences des hommes , Molire dnonce les travers de son temps, o qu'ils se trouvent. Durant sa carrire parisienne, il se heurte ainsi aux dvots (gens attachs aux pratiques religieuses, parfois hypocritement) mais aussi certains de ses confrres en littrature, moins heureux ou moins protgs. Homme du juste milieu, Molire estime qu'tre croyant ne permet pas de jouer les saints, qu'tre crivain ne donne pas le droit d'insulter un auteur plus chanceux. travers ses pices, il dispense