Meurois-Givaudan - R©cits d'Un Voyageur de l'Astral

  • View
    749

  • Download
    227

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Ce livre est le récit d'un voyage réel et peu ordinaire. Grâce à une technique enseignée autrefois par les yogis de l'Himalaya et par les prêtres des Mystères sacrés de l'Égypte, Daniel Meurois et Anne Givaudan sont parvenus à détacher leur conscience de leur corps physique. Ce phénomène porte plusieurs noms : sortie hors du corps, dédoublement, bilocation, voyage astral. Rares sont les personnes, comme Daniel Meurois et Anne Givaudan, capables de provoquer ce phénomène à volonté. Au cours de leurs multiples et fascinantes expériences hors du corps, ils ont franchi le seuil d'un univers parallèle au nôtre et ont étudié les lois qui régissent le monde astral. En compagnie d'un être de lumière, ils vont découvrir quelques-uns des plus grands secrets de l'univers et de l'humanité.

Text of Meurois-Givaudan - R©cits d'Un Voyageur de l'Astral

  • ditions le Passe-Monde 3440, Ch. Des Quatre-Bourgeois, C.P. 62043

    Qubec (Qc) GlW 4Z2 Canada Courrier lectronique :

    passe-monde@videotron.ca info@meurois-givaudan.com

    Sites Internet : www.danielmeurois-givaudan.alchvmed.com

    www.meurois-givaudan.com

    ditions Arnrita-1980 ditions Le Persa-2000 ditions Le Passe-Monde 1er

    trimestre 2010 Tous droits rservs pour tous pays ISBN : 978-2-923647-12-8

    Imprim au Canada

  • Rcits dun voyageur de lAstral 3/274

    Marguerite, Nolle

    et Pris.

  • Rcits dun voyageur de lAstral 4/274

    Avec nos remerciements Maurice et Danielle pour leurs prcieux conseils.

  • Rcits dun voyageur de lAstral 5/274

    En un mot, lair est pour eux ce que leau et la mer sont ici pour notre usage, et ce que lair est pour nous, cest lther qui lest pour eux.

    Platon (Phdon)

    AVIS AU LECTEUR

    Ce livre nest pas un ouvrage de fiction. Aussi surprenants et mme invraisemblables que puissent paratre les faits dcrits, ils nen sont pas moins de la plus grande authenticit.

    Si notre but avait t de crer une uvre dimagination, sans doute eussions-nous fait preuve dune inventivit un peu plus romanesque.

    Mais il ne sagit nullement de ce genre douvrage et ce que nous exposons dans ces pages est absolument vrai.

    Les possibilits et les phnomnes dcrits sont pour nous choses courantes comme pour dautres rparer des voitures ou piloter des avions, ce qui nous serait beaucoup plus difficile, croyez-le bien.

    Rien ne servirait dcrire des pages afin de convaincre. Nous avons tous nos prjugs et nous ne pouvons

    demander limpossible, mais que le lecteur veuille bien essayer daborder ce livre lesprit net de toute ide prconue.

    Peut-tre restera-t-il sceptique, cependant quil soit bien certain que nous navons nullement cherch abuser de sa crdulit ni de son temps.

    Les auteurs.

  • Rcits dun voyageur de lAstral 6/274

    PROLOGUE

    Lair est bleu, lair est palpable, je ne le respire pas, je labsorbe par tous mes pores.

    Il fourmille de vie. Je sens chacune de ses particules vivre la vie dun monde

    contenant dautres vies, dautres mondes. Lair est jaune, lair est dor. Je ne sais. Il est ma pense

    de linstant, couleur de lme. Je cherche la lumire. Elle nest nulle part et cependant

    partout, je suis dedans. Latmosphre elle-mme est lumire. Son tourbillon sest vanoui, le monde astral stend devant moi et mes pieds foulent un gazon tendre.

    Cest en vain que je chercherais ma chambre aux volets clos. Existe-t-elle vraiment, dailleurs ?

    Je suis allong dans lobscurit, les yeux ferms, mais je marche en mme temps au pays des fes, les yeux carquills. Rien nest trouble, je sais que je suis l-bas bien qutant aussi ici. O ici ? des millions dannes-lumire ? Au mme endroit que l ? Je vibre diffremment. Il me semble que chaque fibre de mon corps met un son, que mon corps met une harmonique.

    Un bosquet est droit devant moi, les essences men sont inconnues. Je mavance parmi les troncs que je sens vivre et respirer lunisson. Des oiseaux gazouillent moins que ce ne soit lair ou la lumire. Cest la mme chose ! Tout ici ne semble quun, ne reprsente que lunit.

    Jentends un ruisseau couler sous la mousse entre des pierres aux reflets bleus. Je ne vois personne mais jai la conviction intime que tout est peupl. Non, ici, on ne

  • Rcits dun voyageur de lAstral 7/274

    saurait se trouver seul. Une chaleur indicible me gonfle le cur ! Jaime tout, jusqu la particule de lichen accroche lcorce !

    Le contraire de lamour peut-il exister ? Je ne sais plus son nom. Jai le sentiment dune infinie puissance, dune infinie tendresse. Je cherche le soleil mais je ne le vois pas. Le soleil, cest lherbe, cest la mousse, cest les arbres, cest lair, cest cet univers entier ! LAmour fait Nature !

    Te souviens-tu ? Un tre marche mes cts et me parle. Je savais quil

    devait tre l, quil devait venir. Comment lai-je su ? Ma-t-il appel ou ai-je voulu le voir ?

    Te souviens-tu de notre premire rencontre ? Je me tourne vers lui en sachant que je viens de trs loin

    et lui de mme. A-t-il dailleurs vraiment parl ? Je ne le sais pas. Ses mots ont frapp mon esprit, comme on frappe une porte.

    Non, plus trs bien, je ne peux plus trs bien le dire, lui rponds-je.

    Il est de taille moyenne et son visage trangement allong, son crne oblong ne parviennent pas mtonner. Ses petits yeux presque dnus de cils me regardent fixement et semblent sourire. Il a le teint trs ple, dune pleur transparente, presque bleute. Je me demande alors sil est rel, mais lherbe se courbe bien sous ses pas et les branchages scartent bien sur son passage.

    Son habit est dune grande simplicit : un pantalon troit sarrtant aux chevilles et une tunique coupe lindienne. Je ne sais si lon peut parler de tissu, la matire est indfinissable, brillante, souple, fluide, fluorescente, dun vert trs ple bien que dun clat intense mais non blouissant. Je ne vois pas de coutures, le tout parat sorti dun moule.

    Les amarres ont t dures larguer cette fois-ci ! fait-il avec un large sourire. Allons, reviens toi, ce nest pas la premire fois que tu es des ntres ! Respire fond lair qui tentoure et sens comme il est frais. Respire et perois au

  • Rcits dun voyageur de lAstral 8/274

    fond de chaque bouffe la prsence de ltre Unique. Ce nest pas sans raison que tu te trouves ici aujourdhui.

    Depuis quelques annes nous te suivons et maintenant nous avons un travail te proposer.

    Je dis nous et non pas je, bien que tu naies et nauras affaire qu moi. Je te transmets la volont dun groupe dtres qui appartient ce quon pourrait appeler une Commission spciale. Cette Commission est charge dtudier tous les moyens afin de rpandre et de dvelopper certaines ides sur Terre. Je suis son reprsentant. Depuis quelques annes, sans que tu en aies conscience, mon image test familire. Ici, dans cet univers, nous nous servons de certains rves pour toucher les humains et les appeler nous. Mais tu es au courant de tout ceci. Ces dernires annes ty ont prpar. Nous navons fait que donner un lger coup de pouce, que prcipiter quelques circonstances.

    Tu es ici aujourdhui car nous avons une tche te proposer, je dis bien te proposer car toi seul es matre de ta dcision Ne vois pas en ceci la marque dun privilge mais bien celle dun travail quil tappartient ou non dexcuter. Tes vibrations, les ondes que tu mets et que tu reois nous ont appris beaucoup de choses sur toi. Il sagit maintenant de savoir si tu as la force de vouloir. Tu es en harmonie avec certaines personnes vivant sur Terre, elles pourront taider en cas de besoin.

    Un contact est et continuera dtre tabli entre elles et toi. Tu nen seras conscient que rarement !

    Je sais que tu es daccord avec moi quant au stade actuel de dveloppement de la Terre. Nous sommes conscients du fait quil ne faut considrer lpoque moderne que comme un grain de sable infime dans limmense sablier du Temps. Beaucoup de gens semblent ignorer quavant eux, il y a eu et quaprs, il y aura. Cest en partie cette vue trop troite, cette vision de myope, qui est responsable de lensemble de la mentalit humaine. Tous ceux qui se sont penchs sur le pass de la Terre et du cosmos savent que leur vie est base

  • Rcits dun voyageur de lAstral 9/274

    sur un systme de cycles. Les astrologues, trop rares, qui possdent une relle

    science savent que la Terre est soumise un cycle dun peu moins de 26 000 ans. Ils ont coutume dappeler ce cycle la Grande Anne. Ce cycle de 26 000 ans environ se dcompose lui-mme en douze cycles dapproximativement 2 000 ans. Chaque cycle de 2 000 ans environ est appel la Petite Anne. La mort et la naissance dun cycle sont toujours accompagnes de grands bouleversements de tous ordres ! Il y a cela une raison profonde dont il faut chercher les fondements dans les lois de lquilibre cosmique. Ces lois dfient lentendement humain tant elles sont la fois incroyablement complexes et merveilleusement simples. Au niveau actuel de comprhension de lesprit humain ordinaire, le pourquoi de lorganisation intime de ce systme ne peut tre quun mystre.

    Je viens de dire : esprit humain ordinaire, je nentends pas, par cela, instruction moyenne ou ordinaire mais lvation dme moyenne. Les tres humains nont pas encore compris quon peut avoir une instruction moyenne ou commune, voire mme trs pousse et tre dot dun esprit mdiocre et mme petit. Les hommes font un contresens sur le terme intelligence. La vritable intelligence provient du cur et parle au cur.

    Elle apprhende les choses dans leur fondement par le biais de lAmour. Ltre qui nuit un autre tre, mme de faon rpute habile et intelligente, ne fait pas preuve dune intelligence relle, il utilise simplement son intellect plus ou moins habilement. En faisant cela, il va contre la Cause premire, contre lAmour, le principe de tout, et entreprend de se nier lui-mme.

    quoi servent les plus brillants diplmes des plus prestigieuses coles, quoi servent la plus grande des fortunes, la plus grande des puissances si lon na pas su lever, ne serait-ce quun peu, son me, afin de pntrer lessence des choses ? Un de nos premiers objectifs est de

  • Rcits dun voyageur de lAstral 10/274

    faire comprendre lhomme quil na pas toujours raisonn comme il raisonne actuellement.

    ne se croire fait que de substance matrielle, cest--dire palpable, on finit par ntre plus que cela. Ltre humain a perdu la mesure de ce quil est ou plutt, il nen a retenu que la dimension la plus troite, la plus ridiculement petite. Voil pourquoi les habitants de ta plante ont un besoin urgent de guides.

    Il fut un temps, il y a de cela des centaines de milliers dannes, o la Terre ne ressemblait pas du tout