L'OFFICIEL FIFM 5

  • View
    222

  • Download
    5

Embed Size (px)

DESCRIPTION

LE JOURNAL OFFICIEL DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH • Edition du mercredi 19 novembre 2008 • n°5

Text of L'OFFICIEL FIFM 5

  • Mlita Toscan du Plantier, D

    irectrice du FIFM.

    /AFP

    /POB

    -DR

    NE JETEZ PAS CE JOURNAL SUR LA VOIE PUBLIQUE : OFFREZ LE VOTRE VOISIN !

    DIR

    ECTE

    UR

    DE

    PUB

    LIC

    ATIO

    N: R

    EDA

    SED

    RAT

    I /

    DEP

    OT

    LEG

    AL

    65-0

    6 /

    EDIT

    ION

    SP

    CIA

    LE F

    IFM

    D

    ITE

    PA

    R A

    UFA

    IT

    DR

    PUB

    LICIT

    Hommage: Youssef Chahine, le monstre sacr du cinma gyptien< p/07

    J'ai vraiment pris mon pied cette anne la crmonie d'ouverture

    < Assaad Bouab, acteur . p/12

    change p/02 LESAV recevait lundi la visite de Sigourney Weaver zoom p/07

    Mtier: Le scnariste

    hommage p/08 God save the british cinema !

    Un certain Alfred, matre du suspense -chaud p/14

    1er week-end record aux Etats-Unis pour la franchise "James Bond"

    DR

    J'ai vraiment pris mon pied J'ai vraiment pris mon pied cette anne la crmonie d'ouverture

    < Assaad Bouab, acteur . p/12

    /PO

    B-D

    R

    Kandisha et Prince of Broadway: Quand l'enfant boulverse p/06

    La Directrice du FIFM, Mlita Toscan du Plantier, a vu natre et grandir l'un des plus grands rendez-vous africains du cinma, le festival International de Marrakech pour lequel elle promet fidlit.

    Interview p/04

    marrakechmtomin

    max

    8

    22

    L'Officiel du FIFM est dit par

    www.aufaitmaroc.comQuotidien d'informations gnrales

    LE JOURNAL OFFICIEL DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE MARRAKECH Edition du mercredi 19 novembre 2008 n5

  • 02 F I F Mmercredi 19 novembre 2008

    Ils taient tous l, tudiants, photographes et journalistes attendre Sigourney Weaver.Un peu d'attente, et puis... elle est arrive. Vtue dun simple costu-me bleu et trs souriante comme l'accoutume. Les flashs se sont mis crpiter autant que les pho-tographes s'agitaient autour de la star. Normal, ce nest pas tous les jours que Sigourney Weaver visite lESAV (Ecole Suprieur des Arts Visuels) et encore moins quelle rencontre ses tudiants pour t-moigner et rpondre quelques questions.

    Prenant place dans la salle, sa pre-mire phrase a t je trouve votre cole trs belle, prononc dans un franais teint de cet accent si charmant.

    Le critique Jean Pierre Lavoignat, fondateur de Studio magazine,

    lui a dabord demand quelle avait t sa meilleure exprience.

    Le meilleur conseil que l'on m'ait donn pour interprter

    un rle est celui de Roman Polanski au dbut du tournage

    de La jeune fille et la mort , lorsquil m'a dit : Ne me

    montre rien. a rpondu Sigourney Weaver.

    Revenant ensuite sur sa premire exprience en Afrique, qui fut pour elle une rvlation, dans Gorilles dans la brume.

    Personne ne se lassait de l'cou-ter, mais dj la rencontre prenait fin. Chacun aurait aim que l'ins-tant dure, encore...

    Lundi, lESAV, le temps tait sus-pendu.

    LESAV de Marrrakech recevait lundi la visite de Sigourney Weaver

    L'OFFICIEL RC : 157283 ; Patente : 36390935;IF : 1104850Directeur gnral / Rdacteur en chef: Brahim Sedrati Directeur de publication : Reda SedratiPlanifi cation : Wafae MrabetJournalistes: Imad Bentayeb, Marion Despouys, Gypsy Allard, Ahmed El Mekkaoui, Bassirou B, Muriel Tancrez, Kisito Ndour, Cyrille KouznetzoffPhoto-journalistes :M.C.H, Mounim Souibi, Yassine OualiDveloppement informatique et Infographie : Ouali yassine, Soufi ane Raja, Mounim Souibi, Responsables commerciaux : Sophie Echeverria, Issam KamalZakia Aalla, Mathieu BihanAdministration:Imane Rajraji, Taoufi k BenayadResponsable distribution : Abdelhakim SaidiContacts: Tl: 022 39 92 55 / 77 / 87Fax: 022 39 93 78E-mail : info@aufaitmaroc.comSite : www.aufaitmaroc.comSite B2B: action.aufaitmaroc.com

    C'tait le buzz de la journe d'hier: une foule enthousiaste s'est presse l'entre du Palais des Congrs afin d'assister la projection de Kandisha, le film marocain en comptition. Preuve que les Marocains sont trs friands de leur cinma. Encourageant ! /I.BPHOTO

    EnthousiasmeA quoi a sert, un di-to ? A retranscrire l'humeur du jour. Signaler un vne-ment particulier. Faire un bilan. Lundi soir. Humeur lors de la projection de Body of Lies (Mensonges d'tat) de Ridley Scott. Pour parler familire-ment, les spectateurs taient chauds. Avant la projection, alors que les lumires de la salle se tamisent, la photo de Leonardo DiCaprio, hros du film, aparat sur l'cran. Vifs applaudissements, sifflements de toutes parts et cris d'hys-trie. Le public salue l'acteur, qui tait prsent l'anne der-nire et dont l'aura a laiss des traces dans les couloirs du Palais des Congrs. Leonardo DiCaprio incarne un person-nage pacifiste qui dclare que la religion n'est pas synonyme de guerre. Emotion et nou-veaux applaudissements dans la salle. Un beau message de paix que le public apprcie, un credo de tolrance l'image du Festival International du Film de Marrakech o se croisent de multiples nationalits.

    Aujourd'hui. Evnement. Par-lant de nationalit, signalons qu'aujourd'hui, nous sommes tous britanniques. Chaque festivalier va porter dans son cur les lignes rouges et bleues du drapeau et parlera avec une pointe d'accent british. A quoi est due cette transforma-tion subite ? A l'hommage au Cinma Britannique et cette rtrospective sur 40 ans de long-mtrages tous plus my-thiques les uns que les autres. C'est par un senior que l'hom-mage va dbuter, avec Hunger de Steve McQueen (projet 17h30 au Palais des Congrs) et se poursuit avec la relve, en la personne de Keira Kni-ghtley, jeune actrice qui ex-plose les chiffres du box-office mondial.Bilan. En parlant de chif-fres, sachez que vous avez t compts et rassembls dans un grand nombre quatre num-ros. 7.147 festivaliers se pro-mnent, travaillent, s'agitent, regardent des films, photogra-phies, crivent, organisent, ac-cueillent, prsentent... Et dans ce grand nombre, on compte 471 journalistes, et 641 pro-fessionnels du cinma venus assister et, d'une certaine ma-nire, soutenir le festival.

    La rdaction

    Edito

    Jean Pierre Lavoignat et Sigourney Weaver lors de leur rencontre ,avec les tudiants de l'ESAV de Marrakech, lundi 17 novembre. /YT

    Gypsy Allard

    FESTIVALINTERNATIONALDU FILM DEMARRAKECH

  • Palais des Congrs Salle des Ministres*

    11h00: Tears of april

    15h00: The fi rst day of winter

    17h30: Hunger

    20h00: Hommage au cinma britannique: The duchess (sur invitation uniquement)

    Salle des Ambassadeurs*10h00: The story of Asya Klyachina ( lhistoire dAssiaKlyachina qui aimait mais jamais tait marie )

    12h00: A nest of gentlefolk ( le nid de gentilshommes )

    14h00: The go-between ( le messager )

    17h00: Lolita

    20h30: Barry lyndon

    Cinma le Colise 11h00: Shakespeare in love

    13h30: Sunday, bloody sunday ( Un dimanche comme les autres )

    16h00: Ice storm

    18h00: Tears of april

    20h30: The fi rst day of winter

    22h30: Amours voilees

    Cinma Megarama 17h00: The magdalene sisters

    20h00: Bend it like Beckham ( Joue-la comme Beckham)

    22h30: Pour elle

    Place Jemaa El Fna 18h30: Notting Hill ( Coup de foudre Notting Hill )

    Cinma Mabrouka 17h00: Shine a light

    20h00: Bab el hadid ( Gare centrale )

    22h30: Kingdom of Heaven

    03F I FMmercredi 19 novembre 2008

    edito> Programme du jour

    FESTIVALINTERNATIONALDU FILM DEMARRAKECH

  • 04 F I FMmercredi 19 novembre 2008

    l'interview

    INTERVIEW

    Huit ans se sont couls depuis Q: la premire dition du FIFM. Quelle apprciation faites-vous de lvolution de cet vnement ?

    Depuis la premire dition, un norme effort a t d-

    ploy pour que le FIFM trouve dabord sa place pour ensuite saffirmer comme un rendez-

    vous essentiel dans lagenda cinmatographique mondial. Aujourdhui, je crois que le FIFM a volu dune manire spectaculaire et il ny a qu voir la prsence des supports mdias les plus prestigieux du monde pour sen rendre comp-te. Ensuite, je crois quil est important de signaler limpact du FIFM sur le public maro-cain. Un public extraordinaire qui nous montre chaque anne quil nest pas quun simple consommateur de blockbus-ters Hollywoodiens ou Bol-lywoodiens mais quil est dot dune trs grande sensibilit vis--vis duvres beaucoup moins connues.

    Le budget du Festival a-t-il Q: t revu la hausse pour pouvoir garantir sa qualit ?

    Vous seriez peut-tre surpris dapprendre que le budget na presque jamais chang. Le FIFM a grandi par lui-mme et ceci grce lnergie et aux efforts dploys par lensemble de ses organisateurs. Je tiens, ce propos, rendre un grand hommage la Fondation du FIFM ainsi qu Bruno Barde,

    le Directeur Artistique du fes-tival. Ce dernier, qui, chaque dition, brille par la qualit de la programmation et par ses propres qualits personnelles.

    Selon vous, quest ce qui Q: distingue le FIFM des autres festivals ?

    La particularit de ce Festi-val rside tout dabord dans la qualit et la diversit de la programmation ainsi que les diffrents hommages rendus. Ceci sans parler de la qualit de laccueil que les marocains et les organisateurs du FIFM rservent tous les festiva-

    liers. Ensuite, cest un Festi-val qui ouvre ses portes, dans les salles de cinma, tout le monde sans aucune exception. Ensuite, il faut aussi, mon avis, insister sur un fait essen-tiel qui est celui de program-mer des premires uvres. Ce choix qui a dj donn ses fruits avec, entre autres, la conscration du film Sideways aux oscars. Un film qui, avant de partir vers Hollywood a t projet pour la premire fois au FIFM. Cest pour dire fina-lement que le festival est aussi une grande opportunit pour les cinastes de faire con