L’©talement urbain dans les - dante.univ-tlse2. Lucie.pdf  Page | 0 RENARD Lucie septembre 2015

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of L’©talement urbain dans les - dante.univ-tlse2. Lucie.pdf  Page | 0...

  • Page | 0

    RENARD Lucie

    septembre 2015

    Ltalement urbain dans les communes en priphrie des

    grandes agglomrations

    Figure 1 : reprsentation de ltalement urbain, source lesechos.fr

    UFR SES - Dpartement de Gographie-

    Amnagement-Environnement

    Universit de Toulouse II Jean Jaurs

    Master 1 Villes et Territoires

  • Page | 0

    SOMMAIRE

    INTRODUCTION

    I. Les diffrentes morphologies urbaines

    1. Prsentation des deux communes tudies

    2. Le cur historique des villages

    3. Limportance des hameaux de villages

    4. Une forme rcente dextension urbaine : le lotissement

    II. Ltalement urbain et ses consquences

    1. Explication de ltalement urbain

    2. Ltalement urbain dans la commune de Saint-Czert

    3. Ltalement urbain dans la commune de Beaumont-sur-Lze

    III. Lmergence dune nouvelle faon de penser la ville

    1. La ncessit de densifier les tissus pavillonnaires

    2. BIMBY : une solution davenir ?

    3. Exemple de densification de zones urbaines

    CONCLUSION

    ANNEXES

    TABLE DES MATIERES

  • Page | 1

    INTRODUCTION :

    Lurbanisation est un processus de croissance de la population urbaine et dextension des

    villes. Ce phnomne est continu depuis la premire Rvolution Industrielle qui entraine un exode

    rural important des populations qui choisissent de quitter la campagne pour aller trouver du travail

    en ville. Depuis 2008, on estime que la moiti des habitants de la plante vivent dans des villes qui

    nont pas toujours des contours bien nets alors quon estimait cette population un tiers en 1950.

    De plus, on passe de 96 430 agglomrations de plus dun million dhabitants de 1950 2005. Et

    pour les mgalopoles de plus de 10 millions dhabitants, leur chiffre a quintupl depuis 1975

    passant de 4 201.

    Cependant, au fil des annes, les centres des villes moyennes perdent en attractivit au

    profil des priphries qui voient leur population augmenter considrablement. Le dveloppement

    des communes priurbaines sest manifest lors de la fin de lexode rurale dans les annes 1950

    lorsque des populations ont choisi de quitter la ville fortement stigmatise par le Mtro, Boulot,

    Dodo de Pierre Barn. De plus, la crise conomique des annes 1970/1980 que connaissent les

    villes du Nord-Est entraine la fermeture des commerces et la pauprisation du centre-ville. Par

    exemple, la commune de Roubaix, dans le Nord, sest dveloppe grce lindustrie textile, son

    centre-ville sest appauvri lors de la crise industrielle. Ds lors, les campagnes aux alentours des

    agglomrations ont gagn des habitants qui recherchaient un cadre de vie meilleur. Ltalement

    urbain est rendu possible grce au dveloppement des rseaux de transports. Grce la

    dmocratisation de lautomobile, les habitants peuvent choisir de vivre plus loin de leurs lieux de

    travail, on observe une augmentation de la distance parcourue pour un mme laps de temps.

    Seulement, en labsence de documents de planification, larrive de ses nouveaux habitants

    na pas permis le renforcement du centre bourg mais a favoris lexpansion urbaine linaire le long

    dun axe de communication ne permettant pas de cration despaces publics. De plus, ces

    habitations ont souvent une implantation loigne du centre-bourg ne renforant pas les liens avec

    les services proposs dans le cur de ville. On voit merger de vritables quartiers isols du centre

    qui ne sorganisent pas autour de lespace central de la commune. Seulement aujourdhui, la

    manire de penser le quartier et mme la commune est en train de changer. En effet, on voit

    apparaitre de plus en plus de nouveaux quartiers avec des projets de participation plus active des

    habitants dans la vie associative et culturelle de leur lieu dhabitation. Mais on voit galement

    1 Source : Go confluences

  • Page | 2

    apparaitre la notion damnagement durable ; les quartiers sont repenss afin dtre plus

    respectueux de lenvironnement et afin de rpondre un mode de vie en adquation avec le cadre

    environnant.

    On peut se demander comment ces implantations linaires le long dune voie, fortement

    prsentes dans les communes priphriques, vont voluer afin de rentrer dans les nouvelles faons

    damnager les petites communes. Lurbanisme est en perptuel mouvement et il est lgitime de

    se demander comment les communes priphriques des grandes agglomrations franaises font

    face ces volutions tout en respectant leurs propres enjeux communaux. Dans ce dossier, deux

    communes nous serviront essentiellement dexemples : celle de Saint-Czert au nord de Toulouse

    et celle de Beaumont-sur-Lze qui se situe au sud de lagglomration toulousaine. En effet, lors de

    mes travaux de stage, que jai effectu dans le bureau dtudes Paysages localis dans la commune

    de Balma, jai essentiellement travaill sur ces deux territoires et mes connaissances sur ces lieux

    vont me permettre de mettre en place une rflexion sur le devenir de limplantation linaire le long

    dune voie de communication dans les communes en priphrie toulousaine. En effet, ma mission

    de stage tait deffectuer un diagnostic stratgique pralable llaboration ou la rvision du PLU

    de ces communes.

    Dans une premire partie, les diffrentes formes urbaines des deux communes cites

    prcdemment vont tre explicites afin dexpliquer les typologies urbaines. Pour la partie

    suivante, lurbanisation linaire sera plus dveloppe en mettant en vidence les impacts dune

    telle implantation pour les communes et en dveloppant une chronologie dans les phases

    durbanisation. Enfin, des mthodes permettant de densifier le bti dj existant seront expliques

    et mises en relation avec les deux communes tudies afin de voir si ces mesures sont applicables

    toutes sortes de territoires.

  • Page | 3

    I) Les diffrentes morphologies urbaines

    1. Prsentation des deux communes tudies

    a) Saint-Czert

    Saint-Czert est situe en Haute-Garonne 35 km de la capitale rgionale laquelle elle

    est relie par la proximit de la RD 2 via Grenade ou de lA62 via Castelnau-dEstrtefonds. La

    commune bnficie dune position au Nord du dpartement proximit du Tarn et Garonne et du

    Gers. Sa position est stratgique car elle se situe dans la valle de la Garonne gale distance de

    ples rgionaux : Montauban et Toulouse 2 . Compltement intgre lespace mtropolitain

    toulousain, elle est considre comme faisant partie de la couronne du ple. Cette catgorisation

    tmoigne du lien fort quelle entretien avec le ple toulousain. En effet, selon lINSEE, cela

    signifie quau moins 40% des actifs travaillent dans le ple ou dans les communes de sa couronne.

    Ainsi, des changes ont lieu entre Saint-Czert et lespace mtropolitain, processus traduisant une

    forte intgration ce dernier. De plus, on peut noter que la commune de Saint-Czert nappartient

    pas seulement la couronne du ple toulousain mais aussi celle du ple montalbanais, lui

    procurant ainsi une position stratgique dans le territoire rgional.

    Si lon observe la dmographie de Saint-Czert en prenant en compte les deux sicles passs,

    trois grandes tendances se dgagent3.

    Dans un premier temps, la commune gagnait des habitants jusqu la moiti du XIX sicle

    et a atteint un pic de 455 habitants en 1846.

    Ensuite le territoire va connatre une phase de dcroissance marque jusque dans les annes

    1870, la population communale se situe alors autour de 330 habitants, soit une perte dun

    quart des habitants en deux dcennies,

    Suit une priode de dclin plus mesur et progressif qui semblera se stabiliser autour des

    270 habitants dans les annes 1920-1960 avant de chuter de nouveau dans les annes 1970.

    La premire phase de croissance est lie la transition dmographique dbutant au XIX sicle

    qui se traduit par un accroissement de la population du la baisse de la mortalit et

    laugmentation de lesprance de vie. Ainsi la mortalit diminue mais pas la fcondit et la

    population progresse naturellement. La premire de phase de dclin est lie au phnomne dexode

    rural particulirement marqu dans les espaces proches des villes en dveloppement conomique

    au XIX, la commune a ainsi vu une partie de sa population migrer vers les bassins industriels et

    2 Cf annexe figure 1 3 Cf Annexe figure 2

  • Page | 4

    les villes notamment vers Toulouse. La priode de dcroissance suivante est galement lie un

    phnomne dexode rural mais moins marqu, probablement par essoufflement des rvolutions

    agricole et industrielle qui ont eu pour effet de vider les campagnes au milieu du XIX. Depuis

    1968, la population de Saint-Czert observe une progression globale avec une baisse en 2006 lie

    la fermeture dun centre de rinsertion pour toxicomanes implant sur la commune depuis les

    annes 1970. Les occupants de ce centre taient comptabiliss dans le recensement, la fermeture

    cre ainsi un dcrochage dans la courbe4. En 2012, la population communale a atteint la valeur de

    411 habitants.

    Du point de vue de la morphologie de la population communale, on observe que les couples

    avec enfants reprsentent plus dun tiers des mnages, on peut en conclure que lvolution

    dmographique de la commune tmoigne dun certain rajeunissement de la population mettre en

    lien avec laccueil de jeunes mnages