Les dynamiques de coop©ration entre l Europe et la .mondialisation, la politique de coop©ration

  • View
    218

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Les dynamiques de coop©ration entre l Europe et la .mondialisation, la politique de...

  • Taglioni, F., 2002

    Les dynamiques de coopration entre lEurope et la Carabe dans un contexte de mondialisation

    in van Eeuwen, D. (dir.), LAmrique latine et lEurope lheure de la mondialisation. Paris, ditions Karthala

    p. 263-290

  • 2

    Franois Taglioni Universit de la Runion BP 7151 97715 St Denis Messag. cedex 9 La Runion

    Fax : 02 62 93 85 00 e.mail : tagli@diplomacy.edu

    Rsum Le bassin Carabe, espace plus dun titre htrogne, est toujours fortement dpendant de son voisin gographique, les tats-Unis, ainsi que de son associ historique, lUnion europenne. Afin de pouvoir ngocier dcemment avec ses deux partenaires, les tats de la Carabe tentent de former un bloc conomique cohrent. Ils dynamisent ainsi la CARICOM et mettent en uvre un partenariat conomique et politique avec les pays dAmrique centrale et plus gnralement avec lensemble des membres de lAssociation des tats de la Carabe. Dans un contexte gnral daustrit, dict par les impratifs conomiques de la mondialisation, la politique de coopration de lUnion europenne volue vers un fonctionnement de plus en plus rgionalis et hirarchis, lourd de consquences pour la Carabe.

    ----------------------------------

    The Dynamics of Cooperation Between Europe and the Caribbean Within a Context of Globalisation

    Abstract The Caribbean Basin, a heterogenous area in more sense than one, is still heavily dependent on its geographical neighbour, the United States, as well as on its historical associate, the European Union. With the view to negotiating decently with these two partners, the Caribbean States are attempting to form a coherent economic bloc by invigorating the Caricom and setting up an economic and political partnership with Central American countries and more generally with the members of the Association of Caribbean States. In a general context of austerity, and dictated by the economic imperatives of globalisation, cooperation policies of the European Union are evolving into relations that are becoming increasingly regionalized and organized into hierarchies which will portend heavy repercussions on the Caribbean. Franois TAGLIONI est matre de confrences luniversit de la Runion. Il est l'auteur dun ouvrage sur La gopolitique des Petites Antilles (Karthala, 1995) et de plusieurs articles sur les processus internationaux dintgration ou de marginalisation des les du bassin Carabe et de locan Indien occidental. Il est chercheur associ au CREALC et au laboratoire Espace et Culture (Paris IV).

  • 3

    Le bassin Carabe est l'exemple mme d'un espace gographique et conomique htrogne. Sa problmatique commune dinsertion rgionale et internationale lui permet cependant de dfinir une certaine unit. Ainsi, les diverses organisations rgionales en place dans la Carabe tentent de sadapter aux volutions induites par la mondialisation. On essayera de cerner leur autonomie d'action face lambitieuse politique des tats-Unis de finaliser une zone de libre-change lchelle des Amriques. Puis, on tudiera les liens de la Carabe avec une Europe qui connat des volutions et des priorits d'interventions dans sa politique de coopration avec les pays en dveloppement et en transition (Pays d'Europe centrale et orientale, PECO). La place de la rgion carabe, dans la stratgie mondiale dune Europe qui se dbat contre ses contradictions, reste dfinir. Lentre en vigueur du nouvel accord entre lEurope et les pays carabes constitue un enjeu de premire importance pour les 20 prochaines annes. On sattachera analyser les consquences politiques, commerciales et sociales pour une rgion carabe particulirement tributaire de ce partenariat. La Carabe, un espace gographique et conomique htrogne Les tats et territoires de la rgion Carabe se caractrisent par des niveaux de dveloppement conomique, social et dmographique trs diffrencis. En 1999, les poids lourds que sont le Mexique, la Colombie et le Venezuela produisent 85 % des richesses et reprsentent 70 % des 237 millions dindividus que compte la zone (carte 1). Puis se situent les pays continentaux dAmrique centrale (15 % de la population totale et 7 % du PIB). Cuba, la Rpublique Dominicaine, Hati et la Jamaque sont la troisime composante dmographique (13 %) du bassin aux fortunes conomiques ingales (5 % du PIB).De Porto Rico Trinit, se constitue un ensemble dtats et de territoires aux faibles poids territorial, dmographique et conomique. Par ailleurs, en 1999, environ 20 % de la population de l'Amrique latine et des Carabes vivait avec moins de 1 $ par jour (Banque Mondiale, 2000). Le niveau de dveloppement humain (carte 2) permet de prciser avec son indice (IDH) ces disparits. Certains pays comme la Barbade, les Bahamas, Antigua ou le Costa Rica ont atteint des niveaux de dveloppement proches de ceux des pays dvelopps alors que le Salvador, le Honduras, le Guatemala, le Nicaragua sont dans des situations conomiques difficiles voire critiques dans le cas d'Hati. Entre ces extrmes, de la Guyana au Mexique en passant par Cuba, la Colombie, le Venezuela et l'archipel des Petites Antilles, se trouvent des situations intermdiaires et varies. Nous ne reviendrons pas sur les causes de ces diffrences de niveau de dveloppement ni sur la varit des situations ethno-culturelles et politiques observables dans la rgion (voir Taglioni 1998 b, 1998 c). Je remercie tout particulirement M. Henry Godard, Professeur l'universit de la Martinique, pour ses prcieux conseils lors de la relecture de ce manuscrit.

  • 4

    Carte 1 : Le poids conomique et dmographique du bassin Carabe en 2000

  • 5

    Carte 2 : Indice de Dveloppement Humain (IDH) des tats et territoires du bassin Carabe en 1997

  • 6

    Une des consquences de cette grande htrognit est une variabilit des degrs dintgration des tats du bassin Carabe lconomie mondiale et ses centres dcisionnels. Par exemple, la situation des Bahamas ou du Mexique nest en rien comparable celle dHati. Dans ces conditions, lapproche globale de lUnion europenne dans sa politique de coopration devrait voluer vers une approche diffrencie capable de sadapter aux besoins spcifiques de certains pays ou de sous-rgions du bassin Carabe. Dans les faits, cest exactement le contraire qui se produit. Cest sans doute un drapage rducteur, mais confortable pour ladministrateur, que de vouloir normaliser afin dappliquer une gestion globale qui ignore les diffrences. Ainsi, cest ltat en qute de fonds pour son dveloppement et de marchs pour ses exportations de sadapter aux rgles manant dun pays ou dun groupe de pays pensant dtenir les fondements de la gouvernance optimale. Autrefois dailleurs, le colonisateur britannique avait tent, pour des raisons dconomie dchelle et de moyens, de confdrer ses territoires de la Carabe. De la fdration des les Sous-le-Vent (1674-1798) la fdration des Indes occidentales (1958-1962) en passant par la fdration des les au-Vent (1833-1885), lhistoire nous rappelle que les modles assimilateurs connaissent les avatars de leurs limites rductrices et globalisantes. linverse, la politique au coup par coup, telle que celle mise en uvre, en 1984, sous la prsidence Reagan et son Caribbean Basin Initiative a aussi montr ses limites avec un bilan conomique trs variable selon les pays de la Carabe. Dautant que lAccord de libre-change Nord-amricain (Alena) pousse la primaut rgionale du Mexique, rduit les avantages du CBI pour les pays carabes et mcontente lopinion publique tatsunienne. En effet, les syndicats et les ouvriers des tats-Unis voient dans les dlocalisations de leurs entreprises vers le Mexique, une source de chmage et de fuite des capitaux. Avec lEnterprise for the Americas Initiative de 1990, les tats-Unis accentuent cependant leurs ambitions de libralisation du commerce et des changes en prparant lchelle carabe ce qui va devenir demain, une autre chelle, la Zone de libre-change des Amriques (ZLEA). Une rgion dpendante des tats-Unis et de lUnion europenne Par sa situation gographique et son pass, la Carabe entretient des liens privilgis avec les tats-Unis et lUnion europenne. Ces relations extrieures fort complexes alimentent les flux croiss indispensables au dveloppement de la rgion. On observe, de part et d'autre de l'Atlantique, des flux humains de migrations vers lEurope occidentale et lAmrique du Nord, des dplacements touristiques, des flux commerciaux et d'investissements financiers, des flux d'aide au dveloppement, des flux dinformations, mais aussi des trafics en tout genre et des services offshore la transparence douteuse. Afin de saisir la mesure de lintensit des relations conomiques et commerciales entre la Carabe et les blocs europen et nord-amricain, prenons pour exemple les changes commerciaux et les volumes dAide publique au dveloppement (APD).

  • 7

    La plus grande part (carte 3) du volume global des changes commerciaux, de la priode 1990-1997, seffectue entre les tats-Unis et la Carabe, avec des volumes dimportation et dexportation quatre fois suprieurs ceux pratiqus avec lUnion europenne. lexception de Cuba (embargo oblige) et de quelques les des Petites Antilles, exportatrices de bananes et de sucre, les changes bilatraux avec les tats-Unis sont toujours largement suprieurs ceux entretenus avec lUnion europenne. En revanche, les balances commerciales avec les tats-Unis ou lUnion europenne sont quilibres dans leur ensemble avec, bien entendu, des nuances en fonction des pays considrs. La proximit gographique, les accords commerciaux, ainsi que les structures conomiques des pays carabes expliquent en grande partie la domination commerciale des tats-Unis. Il en est de mme pour linvestissement direct tranger qui renforce la prsence des tats-Unis dans les conomies Carabe. LUnion europenne occupe cependant la seconde place loin devant le Japon. En ce qui concerne lAide publique au dveloppement (AP