Click here to load reader

Les cahiers Nature - Culture Les cahiers Nature - Culture 2 Les cahiers Nature - Culture 3 Sommaire Editorial La richesse de l’éducation à l’environnement peut se mesurer à

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Les cahiers Nature - Culture Les cahiers Nature - Culture 2 Les cahiers Nature - Culture 3 Sommaire...

  • Les cahiers Nature - Culture

    Le hérisson

  • Les cahiers Nature - Culture2 Les cahiers Nature - Culture3

    Sommaire Editorial La richesse de l’éducation à l’environnement peut se mesurer à la diversité des approches en la matière : scientifique, systémique, cognitive, ludique, sensorielle, créative …

    Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes, la FRAPNA Rhône trace depuis quelques années un sillon original avec les cahiers nature culture. Le lecteur est invité à parcourir un livret qui présente une espèce animale sous divers aspects, naturaliste, historique, culturel … tout en faisant la part belle aux illustrations et aux photos.

    En choisissant le hérisson pour ce quatrième numéro des cahiers nature culture, la FRAPNA Rhône nous propose de mieux connaître ce petit mammifère insectivore et ainsi de concourir à sa protection. Victime de l’ingestion de pesticides présents dans les jardins et les cultures mais aussi du trafic routier, le hérisson, qui fait partie des espèces protégées, connaît quelques soucis de cohabitation avec les hommes. Ce cahier en tentant de rapprocher les citoyens de la nature, interroge plus largement sur la place de l’environnement dans nos sociétés.

    Jean-Jack QUEYRANNE Président de la Région Rhône-Alpes Député du Rhône – Ancien Ministre

    Vous tenez ent re vos mains le

    quatrième num éro d’une éditi

    on régulière de « cahiers Natu

    re-Culture » co nçus et réalisés

    par la FRAPNA -Rhône. Notre a

    ssociation a so uhaité élaborer

    des supports d e sensibilisation

    et de découve rte à travers de

    s

    approches très variées. Les cah

    iers Nature-Cul ture regroupent

    autour d’un mê me thème à la f

    ois des résultats scientifiques, d

    es

    observations na turalistes, des é

    léments culture ls (créations art

    istiques, photos , contes et lége

    ndes), des aspe cts historiques

    et

    actuels des rela tions avec l’hom

    me. Le thème p ourra être un a

    nimal ou une p lante, un group

    e d’espèces, ou encore un milie

    u

    naturel.

    La FRAPNA-Rh ône souhaite d

    iffuser les résul tats de ses étud

    es, qu’elles aien t été faites bén

    évolement par des adhérents o

    u

    des militants, o u encore dans

    le cadre de con ventions avec d

    es collectivités ou des entrepr

    ises (avec l’acc ord de celles-ci

    ).

    La vulgarisation de ces travaux

    ou le compte-r endu d’expérie

    nces concrètes contribuera à la

    nécessaire mu tualisation entr

    e

    structures et pe rsonnes impliqu

    ées dans la con naissance et la

    protection de la nature.

    D’autre part, de puis des année

    s, la FRAPNA R hône s’est lanc

    ée dans un pro jet « culturel »

    où la sensibilisa tion, l’informati

    on,

    l’éducation con stituent des pré

    occupations ma jeures dans une

    logique de par tenariat comme

    par exemple :

    •  le travail avec  l’AMAC (Anten

    ne Mobile d’Act ion Culturelle) s

    ur les « Paroles  », soirées confé

    rences où la par ole des conteus

    es 

    se mêle à celle des naturalistes

    ;

    • les collaborat ions avec des p

    lasticiens sur la  Fête des Feuille

    s au Parc de la T ête d’Or (depui

    s 2001) ;

    •  l’exposition B rins d’Art (sout

    enu par la Rég ion Rhône-Alpe

    s), photographi es, dessins et p

    eintures, sculpt ures, installatio

    ns 

    rassemblées su r le thème de la

     nature et de la  biodiversité. Ce

     projet faisait su ite aux 7 Bienn

    ales Art et Natu re qui se sont 

    succédées depu is 1985.

    Ce concept nat ure-culture, qui

    revient dans di vers contextes (

    land-art, art des jardins…) nou

    s paraît aujourd ’hui fondament

    al

    pour « rapproc her » les citoye

    ns de la nature. L’attractivité d’

    une approche p lus artistique, p

    lus culturelle, d e la sensibilisat

    ion

    à l’environnem ent est confirm

    ée par l’intérêt porté par le pub

    lic aux événem ents déjà cités.

    Cette approche contribue à la

    ré-

    appropriation d u patrimoine na

    turel et permet une vision cult

    urelle sur les es paces et les esp

    èces sauvages. Elle crée un lien

    entre des milieu x physiques plu

    s ou moins con nus et la société

    moderne, dans une vision « et

    hno-naturaliste ».

    Le premier thèm e traité a été le

    castor et le deu xième les chauv

    es-souris, le tro isième concern

    ait le blaireau ; il était temps d

    e

    se préoccuper d u hérisson, un d

    es symboles de la protection d

    e la nature ! Le prochain mettr

    a à l’honneur le s orchidées, not

    re

    premier cahier c onsacré aux vég

    étaux. A noter q ue nos amis ard

    échois et haut s avoyards rentre

    nt dans la dans e, avec un cahie

    r

    sur la salamand re en Ardèche, e

    t un sur le loup en Haute Savo

    ie !

    Ces cahiers vise nt une large dif

    fusion :

    • les collectivité s ou les entrepr

    ises à l’origine d es études ;

    • le public spéc ialisé naturalist

    e ;

    • les technicien s et élus.

    Le souhait est aussi d’attirer

    un plus large p ublic (enseigna

    nts, animateurs , associations…

    ) à travers lége ndes, poèmes,

    illustrations et a necdotes, et d’é

    largir les perspe ctives naturalist

    es à la dimensio n éducative.

    Alors, qui que v ous soyez, la FR

    APNA-Rhône e spère que vous

    trouverez plais ir et intérêt à ce

    tte lecture, et qu e votre regard e

    t

    vos idées s’en t rouveront (un p

    eu) transformés .

    les cahiers Nature Cult

    ure

    Nature - Culture2Les cahiers

    Quelle est donc cette bete avec ce drole de nom... 4 ... qu’ il ne faut pas confondre... 5 ... qu’ on trouve ici et la... 6 ... décrite depuis longtemps déja... 7 ... bien ou mal, d’ ailleurs... 10 ... qui n’ est pas la seule a se défendre avec des piquants... 12 ... qui se déplace... 17 ... en risquant sa vie... 20 ... mais bien présente dans les livres... 23 ... dans les jeux de mots et les objets... 26 ... et a la cuisine... 28 ... comme dans les contes... 29 ... et les dessins... 30 ... ou la vie de tous les jours... 31 ... et tout se finit en chansons... 33 ... et avec les enfants. 34

  • Les cahiers Nature - Culture4 Les cahiers Nature - Culture5

    Recherches étymologiques

    Quelle peut bien être l’origine du mot hérisson ? Petits aperçus à travers une prospection bibliographique au cours du temps.

    • Dictionnaire universel (de Trévoux), 1743, t. III, p. 1194 : Hérisser : Guichart dérive ce mot de hérisser du grec […], qui veut dire poil…

    • Greimas A. J. , 1980, Dictionnaire de l’ancien français jusqu’au  milieu du XIVe siècle, Larousse, p. 333 : hericier  :  verbe  (1175, Christian de Troyes  ;  latin populaire *eri- ciare, de ericus, hériçon, doté d’un h expressif. Hérisser, couvrir d’aiguillons. heriçon nom masculin (début XIIe., Psautier de Cam- bridge).  1° Hérisson – 2° Poutre armée d’une pointe de  fer qui  tourne sur un pivot et défend une porte de ville – 3° Epine. heriço- ner verbe (1160) 1° couvrir d’aiguillons – 2° Garnir de hérissons.

    • Trésor de la Langue Française, 1981, CNRS, t.9, p.784 : Hérisson : Dérive avec le suffixe –on*, d’un ancien français eriz*  (confirmé par l’ancien provençal aritz, l’italien riccio, l’espagnol erizo) issu du latin classique ericius « hérisson », machine de guer- re composée d’une poutre hérissée de pointes de fer. Un bas-latin *ericione  aurait  donné  *erçon  en  ancien  français  (FEW,  t.3,  pp  238-239…). Le H initial probablement d’origine expressive.

    • Duhoux Yves, 1997, Aux sources du bestiaire grec :  les zoony- mes mycéniens, p.173-202 ; in Les zoonymes, Actes du colloque de  Nice de janvier 1997, Université de Nice-Sophia-Antipolis : Hérisson : le nom du « Hérisson » […] est d’origine indo-euro- péenne  et  pourrait  être  tiré  de  celui  de  «  serpent  »  […].  Il  est  attesté par l’anthroponyme e-ki-no, gén. –no-jo (KN, PY).

    •  Delamarre  Xavier,  2003,  Dictionnaire  de  la  langue  gauloise,  p. 160 : Les noms propres Egeuis, Egenus, Iginus, Ignus, ia, ius (*eg-ino-),  Egidius,  Igillus,  contiennent  peut-être  le  nom  indo-européen  du  hérisson *eghi-  pourvu de divers  suffixes  comme dans d’autres  dialectes : grec ekhinos ‘hérisson’… Egidios, los, etc seraient ‘le Hérissel’. Page 425, Egino- : hérisson ?…

    • D’après  le  site  http://fr.wiktionary.org/wiki/hérisson,  texte non  daté : En ancien français heriçon, dérivé d’un ancien *eriz (non attesté  mais dont la forme h

Search related