Les Belles Bribes

  • View
    56

  • Download
    11

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Notes 1999 2005

Text of Les Belles Bribes

Les belles bribesbible o Abel prie cass

k(1)

0

Objet : cache toimanifest pour le plaisir procd dans la rue de votre dsir du milieules encombrants

intern au stade du mouroir

le sujet t'

1

mon chou est paum et chri comme un livre vert il brille sur ma casse art, un central de dcharge os un lapin grogne sur la route qui y mne et geint teint de mivre et de douce complaisance me voit* la lisse merveille du je se fout de tout comme de son premier toi trognon pleur qui s'hoqute sur le tas o luit la personne reprsente s'accentue la pose convenue elle se met en selle et s'crie : " Mais moi ch ! " uinte partout et pue encore du trajet du champ ma gorge asseillante des bords que suit la perte de mes rassassines et n'est dans l'erfuille que le crot du brut car s'assne l'humain la lueur du cru fui que du dbut ne s'atteint que le jet hiss par les anses de l'ailette ressue par un parcours hlet au seul il qui sache lorgner par l'heure ouverte o je trouve un reste de sort en croute* pour ressasier le creux de ma main tenue par le chque mon amour s'teint de fivre et de frousse rose Il se charge de l'ombre de ma voix crite comme on sme l'ivresse exacte que ronge l'trier sur l'coute de la drisse cadre effacie de ma grbe natale

2

3

Le filet aux lumires a laiss chapper son matre

4

5

6

7

Le poisson n'entend pas la foule venue goter le fantme du calme8

Votre tre apais s'abreuve au gouffre limpide

9

10

11

12

13

Gupard du moment chuRogamosa todos los passageros. Delikatessen gebeten a chatka und Herr Handke Bitte !

A

21h50

Tonne regard me reprsente l'addiction doux l'heureuse qu'hane

Frankfort

au centre de l'Europe

Prague se rve plaque tournante amricaine

Mais Brussels n'a pas fait son temps

t'en ubisituant leur zoriginetorturien bizine so ane sauve money

m'triser le flaux, runifier les plansje m'en cre ces moments de recherche en me chatouillant le

tout ce que vous voulez ds que vous m'aurez, fram, mais puisque je ne vais pas crer de personnage je resterai flou et point en suspension triple sceautise du combl surpris par la continuit du discret ----le capitaine se tient bien cette heure--------------les sus se sont presss mon observice, oh gemme diffractant et paresseux und sticks zu flugstettbitte

14

))0011KONSTANTINIYE ELBET BIR GN FETH OLUNACAKTIR ONU FETHEDEN KUMANDAN NE GZEL KUMANDAN VE ONU ASKERI NE GZEL ASKER

They will conquer Constantinople Hail to the Prince And the army to whom it will be granted

15

Le voyage Istanbul'da de TeribulaAsia'dan Asyaya Teribula voyagea elle tira Teribula le fil blanc de la tyrannieavec la terreur qu'elle inspirait ses peuples asservis elle tait pourtant trs sensible et fragile il ne fallait lui parler qu'avec douceurson mari le premier tait tenu au grand devoir de tendresse

il n'y faillait point quelque heure que ce soit Mais il y avait un chien volant qui se glissait par l'occiput dans la tte d'Herv et le mettait tout le temps aboyer sur pauvre petite Constance Elle rprimait alors sauvagement son estomac et de la nuit ne dormait masse elle convoqua les docteurs de dix-sept continents Ils passrent quarante ans et quarante lunes laborer de vaques nostics sur le cas de Constancelui infligrent potions et rgimes qui surmultiplirent ses souffrances

16

Noire soutine la line croisse en dive Extira la sonde d'envie de voir dvide l 'histoire d'un saint masque Sous un calamineux paysage de mitres et d'tain. Elle tirera la leonDe son envie d'avoir dcid du sort des uns de leurs faramineux prsages

D'mir hautain. Mise bout boutre du ministre, le fol tre rage etLes bleuissures se prcipitent en volteries le long des fentres comme le fanal

Se glisse sur le Bosphore, comme Fanar s'clipsent les corps d'or S'effrite la mosaque et ses plaies sont proprement bordes de pltre Sur la brique des voutes. Mis tout touffe se compose le pays sage De miettes de demain comm ele poisson explose devant la dent du Requin la Horne d'Or. Des tristes salissures s'arrtent et vmissent Sur un corps de donzelle. La libertine, sexe clu, se mue soudain au Train o ronchonnent et osent, en brusque l patient, les tranches deCaviar qui fondent (quelle tranche on se paie ce cri l!) de l'assiette prise

L'albuminure troite. Le singe et l'toile, la cataplasme et l 'oreillette, La prise de Rome par les Vandales en 400 Q d'apostate imalatlrie

ISTANBUL'U HI SORMAYIN

Par le plus grand de hasane dela Ville tranelle.CanonisAu son des pices de la Sublime Porte, il se tambouille la queue porlibus

Un de ces teints de toile dsire! Il dfit des rapport moniaques et Dmonta des essors astreux, se plaque l'antenne entre l'omoplate et Se prit roamer o le sens s'tale au vent selon le rhustat protect. Entre elle et lui,la trace s'pie la larme oue au large des dtroits Loin des dsempares de Troie dansla marmare des sables qui Dglisse le temps l'truvie, muette et mote dardenelle de la valse De la noire la blanche denise. Elle l'lut lui etle lui dit A l'allure de son hallu des ombre minares sur le rougeoie descend. Noir soutien la lune croisse en dive Triste vidure del'yable sainte par corps su Au bond de la glu cre plein d'envase O ppie le naissain de l'outre joui Se retira la ronde d'ennui et s'ta le casque dlestoire Que sur pur let lu le vulgue du misdire

Poison imagique (Stanpol, dcembre 99)

17

Au train des montiss, il s'enfuit sans le a la fouille de la petite musique de couverture, l'air funbre des tombeaux o tout montre ce qui manque (l'tre manque essentiellement

Au commandement de la forme tait ce cahier et le verbe est le dieu d'Herv (va donc crier dans le dset!) J'y suis! L'tasse a fondu ce qu'elle fait! Le faux lit des vagues dmentes qui juse comme a

18

19

20

21

22

23

24

25

26

Le Havreseptembre 2000

27

28

tic tac remu au dlai qui me dloge l'or songe de matire empote parchemine o je me fus dbin d'empire mormonn au service social trait sr la dite mort sre l la tte calebasse honteuse de bibendum blet trs petit papot d'hlice heurte au coin pas que rue ni que nage l'olive enfant le fruit vivnt le treuil dansant et les trois virots en mitre ou en perspolse gentil d'tre l'usine ou marcher la mine sage lettre allusive o je m'enferme les trombones ont le nez de douleur et les soucis se crent pour se faire voir comme huile en tent qu'amende hisse dansle sang du vent lent parce qu'advenu ou que obule d erage grondement coinc la perpette luette la voix du rel case dans les passeurs de la fuite et au clme public dans les voultes incertaines

29

poti ne tressante heurte jonchant le chemin chiffe crispe cintr sottant canard vivant

30

31

1pour une crmonie nouvelle de la parole ] Diutopie eldorable de Cocagnaan or not to be Dieu toupie [ rassembler le peuple

l'homme est l'absence de dieudieu tant toute prsence la prsence qui est omniscience etinfinie bont l'origine(o mme?)

est donc un dfaut de dieu

le moment o dieu se manqueson point de fuite, sa chute c'est la perspective de la cration sur laquelle se dclinent les choses perte de vue

l'chappe de la matire hors de l'origine divine, le jaillissement de l'nergie est soumise une corde de rappel

C'est pourquoi les choses tourbillonnent l'infininaissant de l'absence et se prcipitant vers l'annihilation

les choses existent peineelles ne se maintiennent qu' la limite du perceptible la limite du supportable

32

l'homme est ce qui peroit juste, supporte peine ce passage la limite des chosesen fait, il se reprsente leur conflit existentiel il lutte contre leur abandon elles-mmes (le destin !) il rappelle leur origine (elles riment rien) il les situe (mise en scne, installation)

il leur assigne une finpar la parole

potique

l'homme est le moyen de doubler les choses

l'homme est ce qui peroit juste, supporte peine

33

2l'homme recre le monde pour son plaisir et il en conjure l'horreur par magie de ses formules comme il n'y est pas

on dirait qu'il y a ce qu'il y fabrique en faisant comme si l'homme se cre des images par le jeu de l'irrel manifeste qu'il y a du rel ailleursla ralisation se produit au moment o l'homme dit malgr soi

" mais c'est pas possible, a ! "ou encore quand il cherche consolation

" c'est rien, a va passer ! "c'est pas possible, a va passer attente la puissance du refus si je gsis ici, tu te tues et il se loue sur l'atterre comme odieux

34

3

la ralit est ailleurs, impossiblela permanence est ici, actualisant le potentiel dclinant les virtualits saisie fugace du rel avant son annihilation invitable et adore

moins de croire le banal de la moindre pense de chaque instant insistant demeur 4le signe est reprsenter quelque chose qui n'est pas ld'o son caractre divin "religieux"

quelqu'un qui n'est pas moi (:" je te signale cela!" pourquoi ?parce ce comment je me prsente ici a besoin de quelqu'un d'autre

et je braieje parlerai quand mon pre et ma mre m'auront distingu d'eux

et que j'aurai distingu le partenaire de mon amour la langue se cret avec la socitplus les socits s'isolent moins elles sont de commerce plus il y a de langues distinctes la socit catholique globale a une langue qui laisse ouverte toutes les possibilits d'nonc, de formation langagire, d'hypertexture du langage

35

36

37

il me semblait ne pouvoir faire plus grande faveur mon esprit que de le laisser en pleine oisivet, s'entretenir soi-mme, et s'arrter et ras