Le tribut aux Mongols d'après les testaments et accords des princes russes

  • Published on
    20-Jan-2017

  • View
    222

  • Download
    6

Embed Size (px)

Transcript

  • EHESS

    Le tribut aux Mongols d'aprs les testaments et accords des princes russesAuthor(s): Michel RoublevSource: Cahiers du Monde russe et sovitique, Vol. 7, No. 4 (Oct. - Dec., 1966), pp. 487-530Published by: EHESSStable URL: http://www.jstor.org/stable/20169426 .Accessed: 14/06/2014 05:21

    Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at .http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

    .JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range ofcontent in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new formsof scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

    .

    EHESS is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Cahiers du Monde russe etsovitique.

    http://www.jstor.org

    This content downloaded from 185.2.32.90 on Sat, 14 Jun 2014 05:21:31 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/action/showPublisher?publisherCode=ehesshttp://www.jstor.org/stable/20169426?origin=JSTOR-pdfhttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsphttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • ?TUDES

    LE TRIBUT AUX MONGOLS

    D'APR?S LES TESTAMENTS ET ACCORDS

    DES PRINCES RUSSES1

    L'influence de la conqu?te mongole sur la Russie a d?j? fait l'objet d'un certain nombre d'?tudes. Toutefois, les historiens n'ont en g?n?ral

    pr?t? que peu d'attention au r?le dans la vie ?conomique de la Russie

    du tribut impos? par le Khan et pr?lev? avec une certaine r?gularit?

    pendant pr?s de deux si?cles. Nous nous proposons de tenter une ?va

    luation du montant des sommes vers?es aux Khans par les princes russes, et d'examiner la r?partition de la somme globale due aux

    conqu?rants entre les diverses principaut?s de la Russie, ainsi que les

    variations du tribut au cours des deux si?cles pendant lesquels le

    joug mongol pesa sur cette derni?re.

    Le tribut mongol fut pr?lev? d?s la fin du xme si?cle par les princes russes, agissant comme d?l?gu?s du Khan. La somme totale vers?e

    ? la Horde est d?sign?e dans les sources par le terme de vyhod, parfois utilis? comme synonyme du terme plus g?n?ral de dan' (tribut). La

    tarnga ou taxe urbaine, le jam ou pr?l?vement destin? ? l'entretien

    des courriers mongols ne furent per?us qu'irr?guli?rement et l'on peut supposer qu'ils se confondirent peu ? peu avec le tribut principal vers? en bloc ? la Horde, d'abord par le prince de Vladimir, puis par celui de Moscou.

    Le montant du vyhod : Estimations

    Les diverses chroniques russes ne fournissent que des indications

    fragmentaires sur le tribut vers? aux Mongols et n'en mentionnent

    pas le montant. On ne trouve pas plus d'indications dans les sources

    i. Le pr?sent article fait partie de travaux de recherche sur l'histoire m?di?

    vale russe, effectu?s sous la direction de M. le professeur Roger Portai. Nous saisissons cette occasion pour le remercier de son aide amicale et des conseils

    qu'il a bien voulu nous prodiguer.

    This content downloaded from 185.2.32.90 on Sat, 14 Jun 2014 05:21:31 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • 488 MICHEL ROUBLEV

    chinoises et mongoles1. Nombre d'historiens n'en ont pas moins effectu?

    plusieurs tentatives pour l'?valuer. Une des derni?res en date, celle de George Vernadsky, m?rite une attention particuli?re, tant par suite de son ing?niosit? que par l'importance de l'ouvrage dans lequel elle se trouve et qui constitue une des rares ?tudes de l'historiographie am?ricaine sur la p?riode mongole de l'histoire russe2.

    L'argumentation de Vernadsky peut ?tre r?sum?e de la mani?re suivante : en 1384, le Khan Tohtamys impose de nouveau le tribut ? la Russie apr?s avoir pill? Moscou et le fixe ? un demi-rouble (une

    poltina) par ferme (derevnja)*. Or, dans une lettre exp?di?e en 1409 par Edigey ? Vasilij Ier, le Khan pr?cise qu'? sa connaissance le grand prince de Moscou pr?levait pour le tribut un rouble pour deux sohi*.

    Vernadsky en tire l'?galit? 1 derevnja = 1 soha. Une charte octroy?e

    par Novgorod ? Vasilij II pour la perception de ? l'imp?t noir ? (cernyj bor) d?finit la soha en tant qu'unit? fiscale comme ?tant ?gale ? ? deux chevaux et un cheval attel? de c?t? ?5 ; Vernadsky rel?ve d'autre part dans une chronique la d?finition suivante : ? Trois obzi constituent une soha. Une obza, c'est un homme labourant avec un cheval. Et

    quand un homme laboure avec trois chevaux et l'aide de deux labou

    reurs, ceci est une soha ?6. Le recoupement de ces deux textes conduit

    Vernadsky ? consid?rer qu'une soha constitue au xve si?cle une unit?

    d'imposition d'au moins trois hommes. Ceci correspondrait, compte tenu des femmes, enfants et d?pendants, ? un groupe d'environ vingt

    personnes.

    L'auteur s'efforce ensuite d'?tablir, afin d'?valuer le montant du

    tribut, le nombre total de sohi sur le territoire de la Russie du Nord Est. Il rappelle la division administrative de la Russie par les Mongols en dizaines (desjatki), centaines (sotni), milliers (tysjaci) et dizaines de mille (fmy) et postule que chacune de ces unit?s constituait une

    entit? militaire et financi?re devant fournir un certain nombre de recrues et une certaine somme d'argent ; le nombre de recrues ? fournir pour l'arm?e serait ainsi ? la base de cette division, tout comme en Mon

    golie : le desjatok fournirait dix hommes, le sto cent, etc. Or, lors de leur invasion de 1237, les Mongols exig?rent ? une d?me sur tout : les

    i. Cf. B. Spuler, Die Goldene Horede. Die Mongolen in Russland 1223-1502,

    Leipzig, 1943. 2. G. Vernadsky, The Mongols and Russia, Yale University Press, 1953.

    L'argumentation que nous reprenons se trouve ?parse dans la section 8 du cha

    pitre in, intitul?e ? The Mongol Administration in Russia

    ? (pp. 214-232).

    3. Ce d?tail est donn? par de nombreuses chroniques, en particulier Polnoe sobranie russkih letopisej (Recueil complet des chroniques russes

    ? sigle PSRL),

    vol. XXVIII, Moscou-Leningrad, 1963, pp. 85 et 248. 4. Ibid., vol. XI, Saint-P?tersbourg, 1897, p. 210.

    5. Gramoty Velikogo Novgoroda i Pskova (Chartes de Novgorod et Pskov), n? 21, Moscou, 1950, p. 39.

    6. PSRL, vol. XII, Saint-P?tersbourg, 1901, p. 184.

    This content downloaded from 185.2.32.90 on Sat, 14 Jun 2014 05:21:31 AMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • LE TRIBUT AUX MONGOLS 489

    hommes, les princes et les chevaux, de tout un dixi?me w1. Le contin

    gent de recrues exig? s'?l?ve ainsi ? 10% de la population m?le, soit

    5% de la population totale. Vernadsky en d?duit que le desjatok

    englobe 200 personnes, le sto 2 000, le tysjac 20 000 et la t'ma 200 000.

    Ainsi une soha, qui constitue une unit? de vingt personnes environ, serait le dixi?me du desjatok, et la t'ma en comprendrait 10 000. Au taux d'un demi-rouble par soha, ceci ?quivaudrait ? un tribut de 5 000

    roubles par t'ma.

    Reste ? ?tablir le nombre de t'my en Russie. La liste en est recons

    titu?e ? partir d'une chronique lithuanienne et d'une lettre exp?di?e en 1540 par Sigismond Ier de Pologne au Khan de Crim?e, Sahib Giray. Ces documents attestent un total de 29 t'my, sans compter Novgorod et Pskov. Vernadsky parvient donc ? la conclusion que le tribut annuel

    pay? aux Mongols s'?levait ? 145 000 roubles, Novgorod venant ajouter encore 25 000 roubles ? cette somme.

    Cette longue exposition d?montre ? souhait ? quel point les sources

    dont nous disposons pour ?valuer la population de la Russie sont dis

    parates et peu favorables ? une estimation pr?cise. Tout raisonnement

    dans le genre de celui que nous venons de retracer s'appuie n?cessai rement sur un grand nombre de postulats peu v?rifiables et les conclu sions obtenues ne peuvent qu'avoir une valeur d'hypoth?se. Il n'y a en effet nulle raison de penser que chacune des unit?s administratives ?tablies par les Mongols devait fournir un quota correspondant de recrues. Vernadsky lui-m?me laisse percer un doute lorsqu'il ?crit : ? Tout comme en Mongolie, le quota de soldats ? fournir par le district

    devait ?tre ? la base de chacune des divisions num?riques ?2, et il fait

    m?me ?tat d'un article ant?rieur dans lequel il concluait que le nombre

    d'habitants de chaque district correspondait au nombre d'imposables, la t'ma n'en comprenant ainsi que dix mille3 ; rien ne vient toutefois

    ?tayer la th?se qu'il d?cide finalement d'adopter. Autre point faible de l'argumentation, l'?galit? derevnja-soha ne

    se fonde que sur un seul document. Or, il est g?n?ralement admis que la derevnja est une agglom?ration de plusieurs foyers comprenant un

    nombre variable de sohi certainement sup?rieur ? une unit?4. Enfin,

    i. Novgorodskaja pervaja letopis' starsego i mladsego izvodov (Premiere chro

    nique de Novgorod, r?daction majeure et annexe), Moscou-Leningrad, 1950, pp. 74 et 287.

    2. G. Vernadsky, op. cit., p. 216. (C'est nous qui soulignons.) 3. Ibid., n. 285 ; l'article en question, traitant des origines des Servi Regales

    en Ruth?nie, a paru dans la revue Speculum, n? 26 (1951), pp. 255-264. 4. Nous avons ici en vue deux ouvrages importants qui traitent de l'agri

    culture russe pendant la p?riode mongole, une ?tude de S. B. Veselovskij, Selo i derevnja v Severo-Vosto?noj Rusi XIV-XV vv. (Le Selo et la Derevnja dans la Russie du Nord