Le fran§ais au Qu©bec : au-del  des .28 Le fran§ais au Qu©bec : au-del  des mythes Wim Remysen

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Le fran§ais au Qu©bec : au-del  des .28 Le fran§ais au Qu©bec :...

  • 28

    Le franais au Qubec : au-del des mythes

    Wim Remysen

    Le franais est la langue maternelle denviron 80 millions de locuteurs, vivant dans presque tous les coins du monde. Cependant, la connaissance des diffrentes varits non hexagonales repose souvent sur une image inexacte et strotype. Cest le cas notamment pour la varit de franais qui a cours au Qubec, province francophone du Canada. Cest pourquoi il ma paru intressant de consacrer un article au franais en usage au Qubec1.

    La premire partie de cet article prsente les aspects les plus importants de lhistoire externe du franais au Qubec. Sa description interne est aborde dans la deuxime partie, dans laquelle je me concentre galement sur les problmes mthodologiques que pose la description linguistique de la varit qubcoise de franais. La troisime et dernire partie aborde les aspects sociolinguistiques du Qubec et se focalise avant tout sur le dveloppement de la conscience linguistique des Qubcois.

    1. Aperu historique

    Cet aperu historique prsente les jalons principaux de lhistoire du franais au Qubec et cela partir de la prsence franaise en Amrique du Nord (dbut du XVIIe sicle) jusqu nos jours. Les lecteurs qui sintressent la question pourront se rfrer lou-vrage de Plourde (2000) pour de plus amples informations.

    1.1 La priode franaise (dbut XVIIe sicle-1760)

    La prsence franaise en Amrique du Nord remonte au dbut du XVIIe sicle, aprs les premires explorations de Jacques Cartier pendant le sicle prcdent. La colonisa-tion proprement dite de la Nouvelle-France commence par la fondation, en 1605, de la ville de Port-Royal (actuellement Annapolis, en Nouvelle-cosse, province situe dans lEst canadien), suivie par la fondation des villes de Qubec (1608), de Trois-Rivires (1634) et de Montral (1642). Pendant les quatre sicles qui nous sparent du dbut de la colonisation, la place et la forme du franais doutre-Atlantique a connu des change-ments considrables. Nous pouvons distinguer principalement quatre priodes.

    Sous le Rgime franais, qui dure jusquen 1760, le franais sinstalle rapidement sur les bords du Saint-Laurent. Mme si on a soutenu pendant longtemps que les premiers colons arrivs au Canada2 taient patoisants (cf. Barbaud, 1984), il est gnralement

    1 Je tiens remercier Claude Verreault qui a eu lamabilit de relire mon texte. Ses remarques et ses suggestions mont t des plus utiles. 2 Jusqu larrive des Anglais, lappellation Canada sert dnommer la province de la Nouvelle-France , territoire qui correspond peu prs au sud du Qubec actuel. De plus, le terme Canadien

  • 29

    admis actuellement quils parlaient franais. Effectivement, les colons franais venaient gnralement des agglomrations urbaines o le franais tait dj bien implant3. Lori-gine gographique des colons a laiss des traces dans le franais parl au Qubec. Ainsi, certains traits qui caractrisent la varit qubcoise contemporaine trouvent leurs origines dans les dialectes et les patois parls dans les rgions do taient originaires les premiers colons franais (Nord-Ouest, Ouest et le-de-France notamment). Men-tionnons, titre dexemple, les verbes achaler ennuyer, importuner (parlers du Nord-Ouest), enfarger embarrasser, entraver (Nord-Ouest et Ouest), garrocher lancer (Nord) et mouiller pleuvoir (Nord-Ouest et Ouest) (cf. GPFC).

    1.2 La priode anglaise (1760-milieu XIXe sicle)

    Larrive des Anglais dans la deuxime moiti du XVIIIe sicle bouleverse profond-ment lhistoire politique, conomique, sociale et linguistique de la Nouvelle-France. En 1763, la France cde officiellement sa colonie la couronne britannique par la ratifica-tion du Trait de Paris. videmment, la domination des Anglais rend la situation du franais prcaire et son statut est alors remis en question. Les consquences sur le plan linguistique sont considrables. Dabord, la conqute marque une rupture avec la France de sorte que le franais au Canada connat une volution en vase clos, parallle lvolution que le franais connat en Europe. Au Canada, le franais se dveloppera donc selon sa propre dynamique et cela jusquau milieu du XIXe sicle. Par ailleurs, langlais occupe dornavant une place importante dans ladministration et le commerce, de sorte que la place de langlais dans les villes devient considrable. Cest donc cette poque que remonte lapparition des premiers emprunts langlais dans le franais parl au Canada. Ainsi, lemprunt des mots mop instrument de nettoyage form dun tampon de cordages et dun manche , thepot thire et set ensemble remonte cette priode (Juneau, 1969 : 34). la campagne, toutefois, la situation est tout autre : le contact avec langlais y est beaucoup moins important et cest le franais qui domine. Malgr la domination de langlais, la survie du franais est assure essentiellement grce lglise 4 catholique (qui prend fermement distance par rapport langlais, langue associe au protestantisme), la force dmographique de la population francophone et lmergence du franais comme vritable symbole national des Canadiens.

    1.3 La cration de la Confdration canadienne (1840-1867)

    Suite la cration du Canada-Uni, en 1841, les provinces du Bas-Canada (le sud du Qubec daujourdhui) et du Haut-Canada (le sud de lOntario actuel) forment dorna-vant un seul pays. lintrieur de ce pays, nomm Canada, le nombre de francophones et danglophones est presque gal. Mme si, plusieurs reprises, la couronne britanni-que a dcid de permettre aux francophones de continuer utiliser leur langue, elle a

    servira pendant longtemps identifier les francophones afin de bien les distinguer des Anglais, jusqu ce que le terme soit remplac par lappellation Canadien franais . La forme Canadien ne prend son vritable sens national quau XXe sicle et lappellation Qubcois est encore plus rcente, remontant notamment aux annes 1960. 3 Louvrage de Mougeon et Beniak (1994) fait tat du dbat sur le prtendu choc des patois. 4 Jusque dans les annes 1960, le Qubec reste une province trs catholique. La forte influence de lgli-se catholique au Qubec laisse encore des traces dans les usages linguistiques des Qubcois, notamment dans lusage des jurons. Ainsi, une grande partie des jurons en usage au Qubec ont des origines religieuses, par exemple christ ! (prononc [k r I s ]), stie ! (driv de hostie). Ces formes peuvent mme tre utilises comme adverbe dintensification, comme dans cest un criss de beau char.

  • 30

    tard reconnatre officiellement les droits des francophones. Le territoire canadien ne cesse par ailleurs de sagrandir vers lOuest, entranant ainsi une minorisation croissante des francophones. Quand la Confdration du Canada est cre en 1867, le franais est reconnu officiellement dans sa constitution. Nanmoins, dans les villes, lindustrialisa-tion croissante faonne un paysage social particulier qui a des rpercussions sur la situa-tion linguistique du Bas-Canada : langlais est la langue des cadres et des patrons, cest--dire la langue de la russite sociale, tandis que la main duvre se compose en grande partie douvriers canadiens franais.

    1.4 Le tournant de la Rvolution tranquille (annes 1960)

    La Rvolution tranquille (dbut des annes 1960) marque un tournant dcisif dans lhis-toire des Canadiens franais, appels dornavant Qubcois . Ces derniers saffir-ment sur tous les plans (politique, socio-conomique et culturelle) et la langue ny chappe pas. Aprs avoir donn lieu diverses lgislations linguistiques, le franais est finalement reconnu comme seule langue officielle du Qubec, notamment par la ratifi-cation de la Charte de la langue franaise ou Loi 101. Il faut replacer la cration de cette loi dans lvolution des politiques linguistiques canadienne et qubcoise (Lavoie, 1995 : 348-350). Le niveau fdral, quant lui, favorise le bilinguisme institutionnel. En tmoigne la cration de la Commission royale denqute sur le bilinguisme et le biculturalisme (la Commission Laurendeau-Dunton) en 1963 dont les rapports poussent le gouvernement fdral adopter, en 1969, la Loi sur les langues officielles. Lesprit du bilinguisme fdral tranche sur lesprit de lunilinguisme franais du Qubec qui, dailleurs, na jamais offi-ciellement ratifi la loi fdrale sur le bilinguisme canadien. En 1972, la Commission den-qute sur la situation de la langue franaise et sur les droits linguistiques au Qubec (la Commis-sion Gendron) dpose ses rapports sur le statut du franais au Qubec. Plusieurs lois linguistiques se succdent et en 1977 est adopt la Loi 101 qui fait du franais la seule langue officielle du Qubec. Que lon ne sy trompe donc pas : contrairement ltat canadien fdral, la province de Qubec est unilingue franaise. Cependant, le franais au Qubec doit continuer faire face limportance de son voisin anglais.

    1.5 La situation actuelle

    lheure actuelle, le Qubec compte 5,78 millions de francophones et 572 000 anglo-phones, reprsentant respectivement 81,2 % et 8 % de sa population totale5. Le Qubec est la seule province canadienne o les francophones sont majoritaires. Les anglopho-nes qubcois sont localiss entre autres dans la rgion de lOutaouais (rgion limitro-phe Ottawa, la capitale fdrale, situe dans la province de lOntario) et dans les Cantons de lEst (rgion qui partage sa frontire avec les tats-Unis, au nord des tats de New York, du Vermont et du Maine), mais dabord et avant tout dans la ville de Montral, o ils reprsentent 12,5 % de la population totale6. Par ailleurs, tant donn quelle est la ville la plus cosmopolite de la province du Qubec, la ville de Montral accueille des milliers dimmigrants qui, souvent, prfrent apprendre langlais avant le franais, quoique cette tendance soit en train de changer depuis les dernires annes (cf. Castonguay, 2002 : 35).