of 153/153

Knock - Jules Romains

  • View
    1.215

  • Download
    8

Embed Size (px)

Text of Knock - Jules Romains

JulesRomans d, /,"is. Knock ou Ltiomphe delaMdecine TROISACTES Gallimar !ditionsGallimard.194. ALoisJove. PE RS ONNAGE S KNOK. LEDTEU R PARPALAID. MOUS QU ET. BE RNARD. LTAMB OU RDEVILLE. PREMIERGARS. DEUXIMEGARS. SCI PI ON. JEA N. MADAEPAR PALAID. MADAME RMY. LADAMEENNOIR. LDAMEENVIOLET. LBONNE. VOIDEMAR IETE,l cantoade. 10Knock Cettepiceatreprsentepourlapremire loisParis,laComdiedesChamps-tlyses,le 15dcembe1923,sousldirectiondeJacques Hbertot,aveclmiseenscneetlesdcors de Louis Jouvet.Lesrlestaienttenuspar Mmes CoutantLambert,IrmaPerrot,IzaReyner,Mag.Brubet, J.Tisserand;etparMM.LoisJouvet,A.Hraut, Evsef,Gaultier,Ben Danou,Salis,Mamy,SaintIsles. ACTE1 L'actionsepassel'intrieuroautourd'une autonwbile trs ancienne,type 1900-1902.Carrosserie not(double phaton arrang sur le tard en similifpdo,grcedesMIesrapportes).Cuivresvolumineux.Petitcapotenformedechauferette. Pendantunepartiedel'acte,l'autosedplace. Onpartdesabordsd'unepetitegarepours'lever ensuitelelongd'uneroutedemontagne. SCNEUNIQUE KNOCK,LEDOCTEURPARPALAID, MADAMEPARPALAID,JEAN LEpOCTEURPARPALAID Tousvosbaggessontl,moncherconfrre? KNCK Tous,docteurParpalaid. LEDOCTEUR Jeanlescaseraprsdelui.Noustiendronstrs bientous les trois l' arrire dela voiture.La carosserie est si spacieuse, les strapontins siconfortables! Ah!cen'estpaslaconstructiontriquedemantenant ! KNOCK,Jean, au momentoilplacelacaisse. Jevousrecommandecettecaisse.J'yailog quelquesappareils,quisontfragles6 Jean commence emiler les bagages de Knock. 14Knock MADAMEPARPALAID Voilunetorpdoquejeregretteraislongtemps si nousfaisions lasottise delavendre. Knockregarde levhicule avec strprise. LEDOCTEUR Car c'est,ensomme,une torpdo, avec les avantagesdel' anciendouble-phaton. KNOCK Oui , oui . Toutelabanquetted'avantdisparatsous l'amas. LEDOCTEUR Voyezcommevosvalisesselogentfacilement! Jean ne sera pas gn du tout.Il est mme dommage quevousn'enayezpasplus. Vousvousseriez mieux rendu compte des commodits de ma voiture. KNOCK Saint-Maurice est loin? LEDOCTEUR Onzekilomtres.Notezquecettedistancedu chemindeferestexcel l entepourlafdlitde laclientle.Lesmaladesnevousjouentpasle tourd'allerconsulterauchef-lieu. Actel,scneunique15 KNOCK Iln' y adoncpasde diligence? LEDOCTEUR Une guimbarde si lamentable qu elledonne envie de faire le chemin pied. MADAMEPARPALAID Icil 'onnepeutguresepasserd'automobile. LEDOCTEUR Surtotdanslaprofession.Knockreste conrtois et impassible. JEAN,aitdoctenr. Jemetsenmarche? LEDOCTEUR Oll, commencezmettreenmarche,monami . Jean entreprend tOHte 1me srie de man1wres " Otwerture ducapot,dvissage desbougies,injectiond'essence,etc. MADAMEPARPALAID,lKnock. Surleparcourslepaysageestdlicieux.Znade Fleuriot l'a dcrit dans un de ses plus beaux romans, dontj' aioubl ileti tre.(Ellemonteenvoiture.A sonmari.)Tuprendslestraponti n, n' est-cepas? 16Knock LdocteurKnock se placera prsde moi pour bien jouir de la vue . . .Knock s'assied la galChe de Mme Parpalaid. LEDOCTEUR Lcarrosserieestassezvastepourquetrois prsonnessesententl'aisesurlabanquette d' arrire.Maisilfautpouvoirs' talerlorsqu'on contempleunpanorama.(Ils'approchedJean.) Toutvabfn?L' i njectiond' essenceesttermine? Dans les deux cylindres? Avez-vous pens essuyer unpeulesbougies?C' ettprudentaprsune tapede onzekilomtresEnveloppezbienlecarburateur.Unvieuxfoulardvaudraitmieuxquece chifon.(Pendantqu'ilrevientversl'arrire.)Parfait!parfait!(Ilmonteenvoiture.)Jem' assois -pardon,cher confrre - jem' assoissurce large strapontin,quiestpluttunfauteuilpliant. MADAMEPARPALAID Lroutenecessedes' leverjusqu' SaintMaurice.Apied,avectouscesbagages, letraj et seraitterrible.Enauto,c' estunenchantement. LEDOCTEUR Jadis,moncherconfrre,il m'arrivaitde taquiner la muse.J'avais compos un sonnet, de quatorze vers,surlesmagnifcencesnaturellesquivont s'ofrir nous. Du diable si je me le rappelle encore. Acte1,scneunique17 Profondeursdes vallons, retraites pastorales e++ Jean tourne dsesprment la manivelle. MADAMEPARPALAID Albert,depuisquelquesannes,tut' obstines direProfondeurs P.C'estPAbmesdesvallons. qu'il yavait dans les premiers temps LEDOCTEUR Juste!Juste!(Onentenduneexplsion. ) tcoutez,moncher confrre,commelemoteur par bien. Apinequelquestoursdemanivellepourappler lesgaz,ettenez. . . uneexplosion. . . uneautre . .. voil!voil! . . . Nousmarchons.Jeans'installe.Levhicules'branle.Le paysagepeupeusedroule. LEDOCTEUR,aprsquelques instants de silen. Croyez-m'en,monchersuccesseur!(Il donnun tapeKnock.)Carvoustesdscetinstantmon successeur!Vousavezfaitunebnneafaire.Oui, dscetinstantmaclientleestvous.Simme, lelongdelaroute, quelquepatient,mereonnaisantaupassage,malgrlavtesse,rlael'aitacedemonar,jem'efaceen dclarnt :Vous vous trompez, monsieur. Voici le mdeindu pys = (IldsigneKnock.)Etjeneressordemontrou (ptaraesdumteur)quesivousm' invitezformellement uneconsultationcontradictoire.(Pt18Knock rades.)Maisvousavezeudelachancedetomber surunhommequivoulaits' ofriruncoupdette. MADAMEPARPALAID Mon mari s' tait j ur defnir sa carrire dans une grandeville. LEDOCTEUR Lancer mon chant du cygne sur un vastethtre! Vanitunpuridicule,n' est-cepas ?Jervaisde Paris,jemecontenteraideLyon. MADAMEPARPALAID Au lieu d' achever tranquillementdefairefortune ici! Knock,tour tour,lesobserve,mdite,donne uncoupd' ilaupaysage. LEDOCTEUR Nevousmoquezpastropdemoi,moncher confrre.C' estgcecettetoquadequevous avezma clientlepurunmorcaude pain. KNOCK Voustrouvez? LEDOCTEUR C'etl'videncemme! Actel,scneuniqueI9 KNOCK En tout cas,jen'ai gure marchand. LEDOCTEUR Certes,etvotrerondeurm'aplu.J'aibeaucoup aim aussi votre faon de traiter par corespondance et de ne venir sur placequ'avecle march en poche.Celam'asemblchevaleresque, oummeamricain.Maisjepuisbienvousfliciterde l' aubaine: carc'enestune. Uneclientlegale,sans -coups . . . MADAMEPARPALAID Pasdeconcurent.LEDOCTEUR Un pharacienqui ne sort j amais de son rle.MADAMEPARPALAID Aucuneoccasiondedpense. LEDOCTEUR Pasuneseuledistractioncoteuse. MADAMEPARPALAID Danssixmois,vousaurezconomisledouble decequevousdevezmonmari. LEDOCTEUR Et je vous accorde quatre chances trmestrelles 20Knock pourvouslibrer!Ah!sanslesrhumatismesde mafemme, j ecroisquej ' auraisfniparvousdire non. KNOCK MmeParpalaidestrhumatisante? MADAMEPARPALAID Hlas! LEDOCTEUR Lclimat,quoiquetrssalubreengnral,ne luivalaitrienenparticulier. KNOCK ya-t-ilbeaucoupde rhumatisantsdans le pays? LEDOCTEUR Dites,moncherconfrre,qu'iln'y'aquedes rhumatisants. KNOCK Voilquimesembled'ungrand intrt. LEDOCTEUR Oui,pour quivoudraittudier lerhumatisme. KNOCK,doucement. Jepensaislaclientle. Acte1,scneunique21 LEDOCTEUR Ah! pur . non. Les gens d'ici n' auraient pas plus l'ided'allerchez lemdecinpourunrhumatisme, quevousn'iriezchezlecurpourfairepleuvoiro KNOCK Mais . . . c'estfcheux. MADAMEPARPALAID Regardez,doteur,commelepintdeveet rvissant.On secroiraitenSuisse. PtaradesaCentus. JEAN,l'oreilledu docteur Parpalaid. Monsieur,monsieur.Ilaquelquechosequine marchepas.Ilfautquejedmonteletuyaud'essence. LDOTEUR,Jean. Bien,bien!. ..(Auxautre.)Pisment,je voulais vous propser un petit at ici. MADAMEPARPALID Pourquoi? LDOTEUR,lui faisant des regardsexpressis. Lepanorama ... hum! . . .n'en vaut-il pas la peine? MADAEPAPALID Mas,situveuxtater,c'estencoreplusjol upu plus haut. 22 Knock La voiturestoppe. Mme Parpalaidcomprend. LEDOCTEUR Ehbien!n011Snousarrteronsaussiunpeu plushaut.Nousnousarrteronsdeuxfois,trois fois,quatre fois,si lecurnousen dit.Dieumerci, nousnesommespasdeschaufards.(AKnock.) Obervez,moncherconfrre,avecquelledouceur cettevoiturevientdestopper.Etcommel-dessus vrtezconstammentmatredevotrevtese. Pointcapitaldansunpaysmontagneux.(Pendant q'ilsdescendent.)Vousvousconvertirezlatractionmcanique,moncherconfrre,etplusttque vousnepens.Maisgardez-vousdelacamelote atuelle.Lsaciers,leaciers,jevousledemande, montrez-nousvoaciers. KNOK S'iln'yarenfaireductdesrhumatismes, ondoitserttrpeaveclepneumonieetpleursies? LEDOCTEUR,iJean. Poftezdoncdenotrehaltepurpurgerun pu le tuyau d'esence.(AKnock.) Vous me prliez, monchercnfrre,despneumoniesetpleursie? Ellesntrar.Lclimatestrde,vouslesave. Toulenouveau-nchtifsmeuentdanslesi premermois,sansque lemecinatintereni, bieetendu.Cqusuventsntd gd Actel,scneuniue23 durscuire.Toutefois,nousavonsdesapoplectiques et des cardiaques.Ils ne s'endoutentpas une secondeetmeurentfoudroysvers lacinquantaine . . KNOCK Cen'estpasensoignantlesmortssubitesque vousavezpufairefortune? LEDOCTEUR videmment.(Il cherche.)Il nous reste...d'abord lagrppe.Paslagrippebanale,quine lesinquite enaucunefaon,etqu'ilsaccueillentmmeavec faveurparcequ'ilsprtendentqu'ellefaitsorir les humeursvicies.Non,jepenseaux grandes pidmiesmondialesdegrpp. KNOCK Maisa,ditesdonc,c'estcommelevndela comte.S'ilfautquej'attendelaprohainepidmiemondiale! ... LEDOCTEUR Moiquivousparle,j'enaivdeuxcellede 89-90etcellede1918. MADAMEPARPALAlD En1918,nousavonseuiciunetrsgrossemortalit,plus,relativement,quedanslesgrandes vlles.(A so mari.)N'est-e pas? Tu avais compar leschifres. Knock LEDTEUR Avecnotrepurcentagenouslaissionsderrire nousquatre-vngt-troisdpartements. KNOK Ilss'taientfaitsoigner? LEDOTEUR Oi,surout verslafn. MADAMEPARPALAID Etnousavonseudetrsbellesrentresla Saint-Michel.Jeansecouchesouslavoiture. KNOCK Plat-il? MADAMEPARPALAID Ici, les clientsvous payent laSaint-Michel.KNOCK Mais... quel est le sens de cette expression?Est-ce unquivalentdescalendesgrecques,oudela Saint-Glinglin? LEDOCTEUR,detempsentempsilsurveille dt'condel'illetravailduchat'Deur. Qu'allez-vouspenser,moncherconfrre?L Ace1,scuniq Saint-Michelestunedesdateslesplusconnues ducendrier.Ellecorrespnd lafnseptembre. KNOCK,changeantdton. Et nous sommes audbutd'octobre.Oais!Vous, au moins,vousavezsuchoisirvotremomentpu vendre(Il/ait quelques 'as, rfchit.) Mais, voyons! siquelqu'unvientvoustrouverpourunesimple cnsultation,ilvouspayebiensancetenante? LEDOCTEUR Non,laSaint-Michel!. . 6C'estl'usage. KNOCK Maiss'il nevient quepour uneconsultationseule etuniquelSivousnelerevoyezplus de toutel'anne? LEDOCTEUR A laSaint-Michel. MADAMEPARPALAID A laSaint-Michel. Knock les regarde.Sile. MADAMEPARPALAID D'ailleur,lesgensvennentprsquetoujour puuneseuleconsultation. 26Knock KNOCK Hein? MADAMEPARPALAID Maisoui. Le docteur Parpalaid prend des airs distraits. KNOCK Alors,qu'est-cequevousfaitesdesclientsrgulier? MADAMEPARPALAID Quelsclientsrguliers? KNOCK Ehbien!ceuxqu'onvisiteplusieursfoispar semaine,ouplusieursfoisparmois? MADAMEPARPALAID,sonmari. Tuentendscequeditledocteur?Desclients comme en ale boulangerou leboucher?Ledocteur estcommetouslesdbutants.Ilsefaitdesillusions. LEDOCTEUR,mettantlmain surlebasdeKnock. Croyez-moi,moncherconfrre.Vousaveicile meilleutyedeclientle:cellequivouslasse indpndant. Actel,sc uniu KNOK Indpendant?Vousen avez de bnnes! LEDCTEUR 2' Jem'explique!Jeveuxdirequevousn'tespa4 lamercide quelques clients,suseptibles de gurir d'unjourl'autre,etdontlaperefaitchavirer votrebudget.Dpndant detous,vousne dpndez depne.Voil. KNOK End'autresterme,j ' auraisdapprterune provsiond'asticotsetunecannephe.Mais peut-tretrouve-t-nal-haut?(Illaitqelues pas,mdite,s'aPoch dlaguimbarde,laconsidre, pisseretournantdemi.)Lsituationcommence devenirlimpide.Moncherconfrre,vousm'avez cd- pourquelquesbilletsdemille,quejevous doisencore- uneclientJedetonspointsassimilablecettevoiture(illatapoteafectttett!ement) dontonpeutdirequ'dix-neuffrancselleneserait paschre,maisqu'ving-cinqelleestau-dessus desonprix.(Illaregardeenamateur.)Tenez! Cmmej'aimefaireleschoseslargement,jevous endnnetrente. LEDOCTEUR Trentefrancs?De ma torpdo?Je nela lcherais paspursixmille. Knck KNOCK,l'airnavr. Jem' yattendais! (Icontempledenouveaul guimbarde.)Jenepourraidoncpasachetercette voiture. LEDOCTEUR Si,au moins,vousmefaisiezuneofresrieuse! KNOCK C'estdommage.Jepnsaislatransformeren bahutbreton.(Il reient.)Quantvotre clientle, j'yrenonceraisaveclammeabsenced'amerume s'il entaittempsencore. LEDOCTEUR Laissez-moivousdire,moncherconfrre,que voustesvictime. . . d'unefausseimpression. KNOK Moi ,j ecroiraisvolontiersquec'estpluttde vousquejesuisvictime.Enfn,jen'aipascoutumedegeindre,et quand j e suis roul,jene m'en prends qu' moi. MADAMEPARPALAID Roul!Proteste,monami. Proteste. LEDOCTEUR Je voudrais surtoutdtrompr ledoteur Knock& Ace1,sc"ni KNOCK Pourvoschances, ellesontletortd'tretrimestrielles, dansunclimatole clientestannuel. Il faudra corriger a.Detoute faon,ne vous tourmentezpamonpropos.Jedtesteavoirdes dettes.Maisc'estensommebeaucoupmoinsdouloueuxqu'unlumbago,parexemple,ouqu'un simple furoncle la fesse. MADAMEPARPALAID Comment!Vousnevoulezpasnouspayer?aux dtesconvenues? KNOCK Jebredevouspayer,made,maisjen'a aucneautoritsurl'almanach,etilestau-dessus demeforcedefairechangerdeplacelaSaintGlinglin. MADAMEPARPALAID LSaint-Michel! KNOCK LSant-Michel! LEDTEUR Masvousavez bien des rseres? KNOCK Aucue.Jevsdemontrval.Ouplutt,j'ai 30 Knock hted'envivre.Etjedplored'autantplusle caractremythiquedelaclientlequevousme vendez,que je comptais luiappliquer des mthodes entirementneuves. (Aprsuntempsderfexion et comme part ltti.)Ilestvraiqueleproblme ne faitquechangerd'aspect. LEDOCTEUR Encecas, moncherconfrre, vousseriezdeux foiscoupabledevousabandonnerundcouragementprmatur,quin' estquelaranon -devotre inexprience.Certes, lamdecineestunricheterroir.Mais lesmoissons n'ylvent pas toutesseules. Vosrvesdejeunessevousontunpeuleurr. KNOCK Votrepropos,moncherconfrre,fourille d'inexactitudes.D'abrd,j' aiquaranteans.Me rves,si j'enai,nesontpasdesrvesdejeunesse. LEDOCTEUR Soit.Maisvousn'avezjamaisexerc. KNOCK Autreerreur. LEDOCTEUR Comment?Nem'avez-vouspasditquevous veniezdepasservotrethsel 'tdernier? Acte1.scneunique 31 KNOCK Oui,trente-deuxpagesin-octavoSurlesprtnf'Statsde sant,aveccettepigraphe,quej ' ai attribueClaudeBernard Lesgensbienportants sontdemalades qui s'ignorent. LEDOCTEUR Noussommesd'accord,moncherconfrre. KNOCK Sur le fond demathorie? LEDOCTEUR Non, sur le fait que vous tes un dbutant. KNOCK Pardon! Mes tudes sont, en efet,toutes rcente! Maismondbutdanslapratiquedelamdecine date devingtans. LEDOCTEUR Quoi!Voustierofcierdesant?Depuisle temps qu' i l n' en reste plus! KNOCK Non,j' taisbachelier. MADAMEPARPALAID Il n'y a j amais eu de bacheliers desant. 32Knck KNOCK Bachelierslettres,madame. LEDOCTEUR Vousavezdoncpratiqusanstitresetclandestinement? KNOK Alafacedumonde,aucontraire,etnonpa dansuntroudeprovince,maissurunespace d'environseptmillekilomtres. LEDOCTEUR Jenevouscomprendspas. KNOK C'estpurtantsimple.Ilyaunevingtaine d'annes,ayantdrenoncerl'tudedeslangues romanes,j'taisvendeurauxPDmesdeFrance deMareille,rayondeScravates.Jeperdsmon mploi. En me promenant sur le pr, je vois annonc qu'unvapeurde170tonnesdestinationdes ndesdemandeunmdecin,legradededocteur r'tantpasexig.Q'auriez-vousfaitmaplace? LEDOTEUR Mais...ren,sansdoute. KNOK Oui,vous,vusn'aviezplavoation.Moi, Acte1,scneunique 33 jemesuisprsent.Commej'aihoreurdes situationsfausses,j ' aidclarenentrantMessieur, je purrais vous dire que jesuis doteur, mais jene suis pas doteur.Etje vous avouerai mme quelque chose de plus gravejene sais pas encore quelser lesuj etdemathse.!Ilsmerpondentqu ilsne tiennentpas autitrededoteuretqu'ilssefchent compltementdemonsujetdethse. Jerplique aussittPBien quen' tant padoteur,jedsireg purdesraisons deprestigeetdediscipline, qu'on m'appelledoteurbord.,Ilsmedisentquec'et toutnaturel .Maisj en'encontinuepsmoins leurexpliquer pndant .un quartd'heurelesraisons quimefontvaincremesscrupulesetrlaer cetteappllationdedocteurlaquelle, enconscience,jen' aipasdroit.Sibienqu'ilnouset restpeinetroisminutespourrglerla question deshonoraires.LEDTEUR Maisvousn'aviezrllementaucuneconnasance? KNOK Entendons-nous!Depuismonenfance,j'aitouj oursluavecpassionlesannoncesmdicaleset pharmaceutiquesdesj ournaux,ainsiquelespropctusintitulsmoded'emploi quejetrouv enroulautourdesbtesdepilueetdefacons desiropqu'achetaientmeparnts.Dl'de 34 Knock neufans,jesavaisparcurdestiradesentires sur l ' exonrationimparfaitedu constip.Etencore aujourd'hui ,jepuisvousrciterunelettreadmirable,adresseen 1897 par la veuve P . e . , de Bourges,laTisaneamricainedesShaker.Voulez-vous? LEDOlTEUR Merci, jevouscrois. KNOK Cestextesm'ontrendufamilierdebonneheure ave le style de la profession. Mais surtout ils m'ont lass transparatre le vritable esprit et la vritable destinationdelamdecine,quel' enseignementde Facultsdissimulesouslefatrasscientifque.Je puisdirqu'douzeansj ' avaisdjunsentiment mdicl coret.Ma mthode actuelle en estsorie. LEDOCTEUR Vousavezune mthode?Je seras cureux dela cnnatr. KNOK Jene fas padepropagande.D'alleur,il n'y a qulerultatsquicomptent.Aujourd' hui,de vtr pp avu,vos me livz une clientle nulle. LEDTUR Nule.AApon!pdon! Acte1,scneunique 35 KNOCK Revenezvoirdansunancequej'enauraifait. La preuve sera premptoire.En m'obligeant parir dezro,vusaccroissezl'intrtdel'exprence. JEAN Monsieur,monsieur . . .(LedocteurParpalaiva 'eslui.)Jecroisquejeferaisbiendedmonte aussilecarburateur. LEDTEUR Faites,faites.(Ilrevent.)Commenotreconversationseprolonge,j'aiditcegarond'efectuer sonnettoyagemensueldecarburateur. MADAMEPARPALAID Mais,quandvousaveztsurvotrebateau, commentvousentes-voustir? KNOK Lesdeuxderiresnuitsavantdem'embarquer, jelesaipassesrfhir.Messixmoisdeprtiquebrdm'ontservivrifermesconceptions.C'estunpulafaondontonprodedns leshpitaux. MADAMEPARPALAID Vousavezb,aucoupdegenssoigner? Knock KNOK L'quipageetseptpassagers,deconditiontrs modeste.Trente-cinqperonnesentout.MADAMEPARPALAID C'estunchifre. LEDOCTEUR Etvousavezeudesmorts? KNOK Aucune.C'taitd'alleurscontrairemesprincipes.Jesuispartisandeladiminutiondelamortalit. LEDOCTEUR Commenoustous. KNOK Vousaussi?Tiens!Jen' auraispascr.Bref, j 'estime que, malgrtoutes lestentations contraire, nosdevonstravailler laconservationdu malade. MADAMEPARPALAID IlYaduvraidanscequeditledocteur. LEDOCTEUR Etdemalades,vousenavez ebaucoup? Actel,scn_niq KNOCK Trente-cinq. LEDOCTEUR Toutlemondealors? KNOCK O,toutlemonde. MADAEPARPALID 31 Mais comment lebateau a-t-il pu marcher? KNOCK Unpetitrouementtabl. LDUR Sin. Ditedonc,mantent,vtebienrementdoteu?0Pacqu'ilettete,e vunouscueriede go ennuis 00 0Si vo n't prellementdoteur,il vuditmieunosle confertoutdesute& KNOCK Jesuisbienrellementetbiendoctoraement docteu.Qandj'avmemtoeconf pl'erienc,jen'aequ'uht,c'etd leaplqueslatefeeeegdJe Knck n'ignoraispasqueledotoratestuneformalit indispensable. MADAMEPARPALAID Mais vous nous disiez que vos tudes taient toutes rentes? KNOK Jen'aipaspulescommencerdscemoment-l. Pourvivre,j 'aidm'ocuperquelquetempsdu commercedesarachides. MADAMEPARPALAID Qu'est-equec'est? KNOK L'arachides'appelleaussicacahute.(Mme Parpalaidlaitunmouvement.)Oh!madame,jen'ai jamaistmarchandaupanier.J'avaiscrun ofcecentralolesrevendeursvenaients'approvisionner.Jeseraismillionnairesij 'avais continu celadixans.Maisc'taittrs fastidieux.D'ailleurs, presquetouslesmtiersscrtentl'ennuila longue,commejem'ensuisrenducompteparmoimme.Iln'yadevrai,dcidment,quelamdecine,peut-treaussilapolitique,lafnanceetle sacerdocequejen'aipasencoreessays. MADAMEPARPALAID Etvouspensezappliquervomthodesici? Ace1,sc1uniue 39 KNOCK Sij enelepensaispa,madame, j eprendrais mesj ambsmoncou,etvousnemerattraperiez jamais. videmmentjeprfreraisunegrandeville. MADAMEPARPALAID,sonmari. ToiquivasLyon,nepurrais-tupasdemander au doteur quelques renseignements sur sa mthoe? Celan' engagerien.LEDOCTEUR MaisledocteurKnoknesemblepastenirla divulguer. KNOCK,audoctet4TParpalaid, aprsuntempsderfexion. Pourvoustreagrable,j epuisvousproposer l'arrangementsuivantau lien de vons payer,Dieu saitquand.enespces,j evouspayeennatUre c'est--direquejevousprendhuitjoursavecmoi, etvousinitiemesprocds. LEDOCTEUR,piqu. Vousplaisantez,moncherconfrre. C'estpeuttrevousquim'crirezdanshuitj ourspurme demanderconseil. KNOCK Jen'attendraipasj usque-l.Jecomptebien Knck obtenirdevousaujourd'huimmeplusieursindcationstrsutiles. LEDOCTEUR Disposezdemoi,moncherconfrre. KNOCK Est-cequ'ilyauntambourdevillel"haut? LEDOCTEUR Vousvoulezdire un hommequij oue dutambour etquifaitdesannoncesaupublic? KNOCK Paraitement. LEDOCTEUR IlYauntamburdeville.Lmunicipalitle chargedecerainsavis.Lsseulsparticuliersqui rourentluisontlesgensquiontprduleur pre-monnaie,ouencorequelque marchandforain quisoldeundballagedefaenceetdeporcelaine. KNOCK Bon.Saint-Mauriceacombiend'habitants? LEDOCTEuR Troismillecinqcentsdansl'agglomration,je cis,eprdesixmilledanslacommune. Acl,scneunie KNOCK Etl'ensembleducanton? LEDOTEUR Ldouble,aumoins. KNOK Lpopulationestpuve? MADAMEPAR PALAID Trl'aise,aucontrair,etmme rche.Ilya de gosfermes. Beaucoupde gensvivent de leu rentesoudurevenudeleurdomaine LDEUR Terriblementavre .d'ailleurs. KNOK IlYadel'industrie? LEDTEUR Fortpeu. KNOK Ducommerce? MADAMEPARPAD Cenesontplebutiqeqmaquent 42Knock KNOCK Lescommerantssont-ilstrsabsorbspar leur afaires? LEDOCTEUR Ma foi non! Pour la plupar, ce n' est qu' un supplmentderevenus,etsurtoutunefaond' utiliser lesloisirs. MADAMEPARPALAID D' ailleurs,pndantquelafemmegardelabutique,lemarsepromne. LEDOCTEUR OUrciproquement.MADAMEPARPALAID Tuavouerasquec'estpluttlemari.D'abrd, les femmene sauraient gureoaller.Tandis que pur les hommes il y a la chasse, la pche, les parties dequilles;en hiver lecaf. KNOK Lfemessnt-ellestrspieuses?(Ldteur Palpisemrre.)Laquestionapurmoi snimpranc. MADAMEPARPALAID Beucoupvontlames. Actel,scneunique 43 KNOCK MaisDieutient-iluneplaceconsidrabledans leurpensequotidiennes? MADAMEPARPALAID Qelleide! KNOK Parfait!(Ilrfchit.)Iln'yapasdegnds vces? LEDEUR Que vulez-vous dire? KNOCK Opium,cocane,messesnoires,sodomie,convctionsplitiques? LEDOTEUR Vousmlangezdes chosessidifrentes!Je n'a jamaisentenduparlerdopium nidemesses noire Quantla plitiquegons'yintressecommepartout. KNOK Oui,masenconnaissez-vusquiferaientrtir laplantedes piedsdeleurspretmren fav du scrtin de listeoudel'impt sur le rnu? 4 Knk LEDOCTEUR Dieumerci, ils n'ensontpas l! KNOCK Etl'adultre? LEDOCTEUR Quoidonc? KNOCK A-t-ilprsl-hautundveloppementexceptionnel?Est-ill'obj etd' uneactivitintense? LEDTEUR VOS questions sont extraordinaires!Il doit y avoir comme ailleur, des maris tromps, mais sans excs. MADAMEPARPALAID D'abrd,c'esttrsdifcile. Lesgensvoussurveillent tellement ... KNOCK Bon. Vousnevoyezriend'autremesignaler? Parexempledansl'ordredessectes,dessuperstitions,dessocitssecrtes? MADAMEPARPALAID Aunmoment,plusieursdecesdamesontfat du spirtismeB Actel,scneunique 45 KNOCK Ah!ah! MADAMEPARPALAID L'onserunissaitchezlanotairesseetl'onfasaitparlerleguridon.KNOCK Mauvais,mauvais.Dtestable. MADAMEPARPALAID Maisjecroisqu'eUesontcess. KNOCK Ah?Tantmieux!Etpasdesorcier,nonplus, pasdethaumaturge?Quelque vieux berger sentant leboucquiguritparl' impositiondesmains ?Detempsentemps,l'onvoitJeantournerla manivellejusqu'perdrehn,piss'Pog-lIront. LEDOCTEUR Autrefois,peut"tre,maisplusmaintenant. KNOCK,ilparatagitse Irottelespums, et,toutenmrchan: Ensommel 'gemdicalputcommencer(Il s'aproch de la voture.)Mon cher confrr, srt-il Knock inhumaindedemandercevhiculeunnouvel efort?J' aiunehttincroyabled'treSaintMaurice MADAMEPARPALAID Celavousvientbienbrusquement! KNOCK Jevousenprie, arrivonsl-haut. LEDOCTEUR Qu'est-cedonc,desi puissant,quivousyattire? KNOCK,illaitqulquesallesetvenus ensilence,puis Moncherconfrre,j'ailesentimentquevous avezgchl-hautunesituationmagnifque,et, pur parlervotrestyle,faitlabrieusementpusser deschardonslovoulaitcrotreunvergerplatureu.C'estcouvert d'or quevous en devez repatir,lesfessescalessurunmatelasd'obligations; vus,madame,avectroisrangsdeprlesaucou, tousdeuxl'intreurd'unetincelantelimousine (il mnre lguimbarde)etnonpintsurcemonumentdespremierefortsdugniemodere. MADAMEPARPALAID Vousplaisantez,doteur? KNOCK Lplaisanterieseraitcrelle,madame. Ace1.scuni 47 MADAMEPARPALAID Maisalors,c'estafreux! Tuentends,Albr? LEDCTEUR J'entendsqueledocteur Knockestunchimriqueet,de plus,uncyclothymique.Ilest lejou9 d'impressionsextrmes.Tanttlepstenevalait pas deux sous.Maintenant,c'est unPactole. Ilhausselespaules. MADAMEPARPALAID Toiaussi.tuestropsrdetoi.Net'a-jepa souventditqu'Saint-Maurice.ensachants'y prndre,onpuvtmieuxfairequevgter? LEDOCTEUR Bon,bn,bon!Jereviendraidanstroismois. pur la premire chance.Nous verons oen et ledocteurKnok. KNOCK C'est cela.Revenezdanstroismois.Nousaurons letempsdecauer.Maisjevousensupplie,partonstoutdesuite. LEDOTEUR,Jen,timident. Voustesprt? Knck JEAN,mi-voix. Oh!moi,j eseraisbienprt.Maiscettefois-ci, j e ne croispasquenousarriveronstoutseuls la mettreenmarche. LEDOCTEUR,mmejeu. Commentcela? JEAN,hochantlatte. Il faudraitdeshommesplusfors. LEDOCTEUR Et si on essayait de la pousser? JEAN,sansconviction. Peut-tre. LDOCTEUR Mais oui.Ilyavingmtresen plaine.Je prendle volant.Vous pousserez. JEAN Oui. LEDOCTEUR Et ensuite, vous tcherez de sauter sur le marchepiedaubnmoment,n'est-epas?(Ldocteur revienverslesautres.)Donc,en voitue,moncher cnfrre,envoiture.C'estmoiquivaisconduire. Actel,seme. nique 49 Jean,quiestunhercule,veuts'amusernous mettreenmarchesanslesecoursdelamanivelle, par une espcede dmarrage qu'onpourait appeler automatique ...bienquel' nergielectriqueysoit remplace parcelledesmuscles,quiestunpeu de mmenature,ilestvrai.(Jeans'ar-boutecor lacaissedelavoitu,e.) RIDEAU ACTEII Dansl' anciendomiciledeParpalaid. L' installationprovisoiredeKnock.Table,siges, armoire-bibliothque,chaiselongue.Tableaunoir, lavabo.Quelquesfguresanatomiquesethistologiqus au mur. sctNE1 KNOCK,LETAMBOURDEVILLE KNOK,assis,regardelpcetct. C'estvous,letamburdeville? LETAMBOUR,debout. Oui,monsieure KNOK Appelez-moidocteur.Rpndez-moiPou,docteur Pounon,doteur Po LETAMBOUR Oui,docteur. KNOK Etquand vous avez l'ocasiondeparlerdemoi au"dehor,nemanquezjamaisdevousexprimer ainsiLedocteuraditPledocteurafait e J'yattachedel importance-Quandvoupaliez entrevousdudoteuParpalaid,dequels tere vousserez-vous? 54 Knock. LETAMBOUR NousdisionsC'estunbravehomme,maisil n'estpasbienfort. KNOCK Cn'estpascequej e vousdemande.Disiez-vous ledoteurl? LETAMBOUR Non.M.ParpalaidPoulemdecinPgou encoreRavacholP. KNOCK PourquoiRavacholI? LETAMBOUR C'estunsurnomquilavait.Maisjen'aij amas supourquoi. KNOCK Etvousnelej ugezpastrsfor? LETAMBOUR Oh!pourmoi , iltaitbienassezfort.Pour d'autres,ilparatquenon. KNOK Tiens! ActeII,scne1 LETAMBOUR Qandonallaitlevoir,ilnetrouvaitpas. KNOK Qu'est-cequ'ilnetrouvaitpas? LETAMBOUR 55 Cquevousaviez.Neuffoissurdix,ilvous renvoyaitenvousdisant Cen'estriendutout. Vous serez sur pied demain,mon ami.P KNOK Vraiment! LETAMBOUR OUbien,ilvouscoutaitpeine,enfaisant oui,ouiPoui,ouiPetilsedpchaitdeparlerd'autrechoe,pndantuneheure,parexemple desonautomobae. KNOK Commesil'onvenaitpoura! LETAMBOUR Etpuisilvousindiquaitdesremdesdequatre sous;quelquefoisunesimpletisane.Vouspns bienquelesgensquipayenthuitfrancspurune consultationn'aimentpastropqu'onleurindique unremdedequa!resus.Etleplusbten'apas bsoindumdeinpurbireunecamomille. Knock KNOCK Cque vous m'apprenez me fait rellementde la pine.Mais je vous ai appel pour un renseignement. Quelprixdemandiez-vousaudocteurParalaid quandilvouschargeaitd'uneannonce? LETAMBOUR,avecamrtum. Ilnemechargeaitjamaisd' uneannonce. KNOCK Oh!Questcequevousmedtes?Depuistrnte ans qu' il tait l? LETAMBOUR Pas une seuleannonce en trente ans, je vous j ure. KNOK,serelevant,unpapielamin. Vousdevezavoiroubli. Jenepuispvous croire. Bref,quelssontvostarfs? LETAMBOUR Trois francsleptit touretcinq francs le gd tour.avousparatput-trecher.Maisilya du travail. D'ailleurs,je conseille monsieur KNOCK Audocteur.P LETAMBOUR Jeconseilleau doteur,s'iln'enestpasdeu AcII,sc1 57 frncs prs,deprendre legdtour,questbeaucoupplusavantageu. KNOCK Quelledifrenceya-t-il? LETAMBOUR Avecleptittour,jem'arrte cinq fois:devant laMairie,devantlaPoste,devantl'Hteldela Clef,auCarefourdesVoleurs,etaucoindela Halle.Aveclegrandtour,jem'arteonzefois, c'est savoir KNOK Bien, jeprendslegrandtour.Voustesdispnible,cematin? LETAMBOUR Toutdesuitesivous voulez... KNOCK Voicidonc letextedel'annonce. Il lui remet le papier. LETAMBOURregardeletexte. Jesui habituaux critures.Maisjeprfre que vous melelisiezunepremirefois. 58Knock KNOCK,lentement. uTambourcouted'uneoreilleprofessionnelle. LedocteurKnock,successeurdudocteurParpalaid,prsentesescomplimentslapopulation delavilleetducantondeSaint-Maurice,eta l'honneurdeluifaireconnatreque,dansunesprit philanthropique,etpourenrayerleprogrsinquitantdesmaladiesdetoutessortesquienvahissent depuisquelquesannesnosrgionssisalubres autrefois... LETAMBOUR a,c'estrudementvrai! KNOCK ...ildonneratousleslundismatin,deneuf heurestrenteonzeheurestrente,uneconsultationentirementgratuite,rserveauxhabitants ducanton.Pourlesprsonnestrangresaucanton,laconsultationresteraauprixordinairede huitfrancs.I LETAMBOUR,recevantlepaPieravecrespect. Ehbien!uneblleide!Uneidequisera apprcie!Uneidedebienfaiteur!(Changeantde ton.)Maisvoussavezquenoussommeslundi. Sijefaisl'annoncecematin,ilvavousenarriver danscinqminutes. ActeII,scne1 59 KNOCK Sivitequecela,vouscroyez? LETAMBOUR Etpuis,vousn'aviezpeut-trepaspensque lelundiestjourdemarch?Lamoitiducanton estl.Monannoncevatomberdanstoutcemonde. Vousnesaurezplusodonnerdelatte. KNOCK Jetcheraidemedbrouiller. LETAMBOUR IlYaencorececiquec'etlejourdumarch quevousaviezleplusdechancesd'avoirdes clients.M.Parpalaidn'envoyaitgurequece jour-l.(Familirement.)Sivous les recevezgratis . . .KNOCK Vous comprenez,monami,ceque jeveux,avant tout,c'estquelesgenssesoignent.Sijevoulais gagnerdel'argent,c'estParisquejem'installerais,ouNewYork. LETAMBOUR Ah!vousavezmisledoigtdessus.Onnese soigepaasez.On ne veut pas s'outer,eton se mnetrpdurment. Q,uandlemal voustient,on seforce.Autantvaudrait-iltredeanimau. 60 Knock KNOCK Jeremarqueque vous risonnez avecune gnde justesse,monami. LETAMBOUR,se gonfane. Oh!sr que j e raisonne,moi. Je n'ai paS l'instrctionquej edevrais.Maisilyenadeplusinstrts quinem'enremontreraientpas.M.lemaire,pou nepas lenommer,ensaitquelquechose.Sijevous racontaisqu'unj our,monsieur KNOCK Docteur . LETAMBOUR,avec ivresse. Docteurl ...qu'un jour,M.leprfet,enperonne, setrouvaitlamairiedanslagandesalede nariages,etmmequevouspuriezdemader attetationdufaitdesnotabilitsprntes, M.lepremieradj oint,purneplenommer,o M.Michalon,etqu'alors KNOCK Etqu'alorsM. leprfetavtoutdesuitequi ilavaitafaire,etqueletambudevilletat untambourquirsonnaitmieuqued'autresqui n'taientpastamburmaisquiseprenaientpu quelquechosedebienplusforqu'untabu. Et quiest-equin'aplussuquoidr?C'etM.le maire. AcII,scne1 61 LETAMBOUR,extasil. C'est l'exacte vrit!Il n'y a pas un mot changer 1 Onjureraitquevoustiezl,cachdansunpetit coin. KNOCK Jen'ytaispas,monami. LETAMBOUR Alors,c'estquelqu'unquivousl' aracont,et quelqu' undebienplac?(Knocklaitungestede rserediploatique.)Vousnem'terezpasdela ttequevousenavezcausrcemmentavec M.le prfet. Knock se contente desourire. KNOCK,se levant. Donc,jecomptesurvous,monami. Etrondement,n' est-cepas? LETAMBOUR,aprs Plusieurs hsitations. Jenepourraipasvenirtoutl' heure,ouj 'ariveraitroptard.Est-cequeaseraitunefetde votrebontdemedonnermaconsultationmaintenant ? KNOCK Heu. . . Oui ..Maisdpchons-nous.J'airendezvousavecM.Bernard,l' instituteur,etavecM.le Knock pharacienMousquet.Ilfautquejelesreoive avantquelesgensn'arivent.Dequoisoufvous? LETAMBOUR Attendez que je rfchisse!(Il r.) Voil. Quand j 'adn,ilyadesfoisquejesensuneespcede dmangeaisonici .(Ilmntrelehutdesonpigastre. )amechatouille,ouplutt,megattouille. KNOCK,d'un air de pr% nde concentration. Attention. Neconfondonsp.Est-cequea vouschatouille,ouest-cequeavousgattouille? LETAMBOUR amegrattouille.(Imdite.)Mai samechatouille bien un pu aussi.KNOCK Dsignez-moiexactementl'endroit. LETAMBOUR Parici. KNOK Par ici . . .o cela, par ici ? LETAMBOUR L.Ou peut-tre l. . .Entre les deux. ActeII,sc1 KNOK Justeentrelesdeux?. . Est-equeaneserait ppluttunriengaucheyl,ojemetsmon doigt? LETAMBOUR Ilmesemblebien. KNOK avousfaitmalquandj 'enfoncemondoigt? LETAMBOUR Oui,ondiraitquea me fait mal. KNOK Ah!a!(Il mdited'uai,sombe.)Est-ceque nevousgrattouillepadavantagequandvous avez mangde la ttedeveau la vnaigrette? LETAMBOUR Jen'enmagejaais.Masilmesemblequesi j'enmangeais, efetivement,a megattouillert plus. KNOCK Ah!a!trsimporant.Ahlah!Quelgeavezvous? LETAMBOUR Cinquanteetun,dansmecinquante-deu. Knck KNOCK Plusprsdecinquante-deuxoudecinquante et un? LETAMBOUR,ilse trouble peu peu. Plusprsdecinquante-deux.Jelesauraifn novembre. KNOCK,lui mttan la mainsur l'paule. Monami,faitesvotretravailaujourd'hui comme d'habitude.Csir,couchez-vousdebnneheure. Demainmatin, gardezlelit.Jepaseraivous voir. Pouvous,mesvisitesserontgratuites.Maisne le dites pas.C'est une faveur. LTAMBOUR,ave anxit. Voustestropbn,docteur.Maisc'estdonc gave,cequej 'ai ? KNOCK Cen'estput-trepasencoretrsgrave.Il taittempsdevoussoigner.Vous fumez? LETAMBOUR,tiran son mohor. Non,jechique. KNOK Dfenseabsoluedechiquer.Vous aimezle vin? LETAMBOUR J'enbisrsonnablement. Acte Il,sc1 6S KNOCK Plusune gouttedevn. Vous tes mari? LETAMBOUR O,docteur. Le Tambour s'essuie le Irot. KNOCK Saesse totaede ce ct-l,hein? LETAMBOUR Jepumanger? KNOK Aujourd'hui,commevoustravaillez,prenezu peudeptae.Deman,nousenvendronsdes restrictionsplussrieuses.Pourl'instant,tenezvous-en ce quejevous ai dit. LETAMBOURs'essuietnveau. Vousnecroyezpasqu'ilvaudraitmieuqueje me couchetoutdesuite?Je ne mesensrellement pasmonaise.KNOK,ouvrant la prte. Gardez-vous-en bien!Dans votre ca,il est mauvaisd' allersemettreaulitentreleleveretle coucherdusoleil. Faitesvosannoncescommesi derenn' tait,etattendeztranquillementjusqu' cesoir. Le Tambor sot. Knock lreconduit. SCNEII KNOCK,L'INSTITUTEURBERNAR KNOCK Bnj ou,monsieurBerardJenevousapas trp drng en vous prant de venir cette heure-ci ? BERNARD Non,non,docteur.J' aiune minute. Monadj oint sureille larcration.KNO J'tais impatient de m' entretenir avec vous. Nous avonstantdechosesfaireensemble,etdesi ugentes. C n' est pas moi qui laisserai s'interrompre lacllabrationsiprcieusequevousaccordiez monprdcesseur. BERNARD Lcllabration? ActeII,scneII KNOK Remarquezquejenesuisphomeimpser mesides,ni fairetableredecequ'onadf avantmoi.Audbut,c'estvousquiserezmon gide0 BERNARD Je ne vois pas bien . . .KNOCK Ne touchons renpourlemoment.Nousaliorrons par la suite s ilyalieu. Knck s'assot. BERNARD,s'asseyant aussi. Mais . . . KNOCK Qu'il s'agisedelapropagande,oudescaueries populares,oudenospetitesrunionsnous,v prodsserontlesmiens,voheuresserontles miennes. BERNARD C'est que,doteur,jecrains dene pas bien saisir quoivousfaitesallusion. KNOK Jeveudetoutsimplementquejedire 68 Knock mantenirintactelaliaisonavecvous,mmependantmaprioded'installation. BERNARD Ildoityavoirquelquechosequim'chappe . . .KNOCK Voyons! Voustiezbienenrelationsconstantes avecledocteurParpalaid? BERNARD Je lerencontraisde tempsentemps l'estaminet del' HteldelaClef.Ilnousarrivaitdefaireun billard. KNOCK Cen'estpas de ces relations-l quejeveu parler. BERNARD Nousn'enavonspasd'autres. KNOCK Mas. . . mais. . . commentvoustiez-vousrpari l'enseignementpopulairedel'hygine,l'uvrede propagandedanslesfamilles. . . quesais-j e,moi ! Lesmillebesognesquelemdecinetl'instituteur nepeuventfairequed'accord? BERNARD Nousnenoustionsrenrparidu tout. AcII,semeII 6 KNOK Quoi!Vousaviezprfragr chacunisolment? BERNARD C'estbienplussimple.Nousn'yavonsjamais pensnil'unnil'autre.C'estlapremirefois quil estquestiond'unechosepareilleSaint-Maurice. KNOCK,avec tous les signes d'une surprise navrle. Ah! . . . Sijenel'entendaispasdevotrebouche, je vousassureque jen' en croiraisren. Un silence. BERNARD Je suis dsol de vous cuser cettedption,mais cn'estpasmoiquipuvaisprendreuneinitiative decegenre-l,vousl' admettrez,mmesij 'en avaiseu l' ide,etmmesiletrvailde1'coleme laissaitplusdeloisir. KNOK videmment!Vousattendiezunappelquinest pavenu. BERNARD Caquefoisqu'onm'ademandunserice,j'ai tchdelerndr. KNOK Jelesas;monsierBerar,jelesas.(Un '0Knck silene. )Voildoncunemalheureusepopulation quiestentirementabandonneelle-mmeau pointdevuehyginiqueetprophylactique!lRNARD Dame! KNOCK Jepariequ'ilsbiventdel'eausans penseraux milliards de bactries qu'ils avalent chaque gorge. BERNARD Oh!certainement. KNOCK Savent-i lsmmecequec' estqu'unmicrobe? BERNARD J'endoutefort !Quelques-unsconnaissentle mot , maisilsdoiventsefgurerqu' ils'agitd'une espcedemouche.' KNOCK, ilse lve. C'estefrayant .lcolltez" chermonsieur Bernard, nousnepouvons pas,nousdeux, rparerenhuit j oursdesannesde . . . disonsd'insouciance.Maisil fautfairequelquechose. BERNARD Jenem'yrefusepas.Jecrains seulementdene pasvoustred'ungrandsecours.AceIl,scneIl'I KNOCK MonsieurBernard,quelqu'unquiestbienrenseign sur vous,m' a rvl que vousaviez un grave dfautlamodestie.Voustesleseulignorer quevouspssdeziciuneautoritmoraleet uneinfuenceprsonnellepucommunes.Jevou demandepardond'avoirvousledire.Riende sreuxicineseferasansvous.BERNARD Vous exagrez,docteur. KNOCK C'estentendu!Jepuissoignersansvousmes malades.Maislamaladie,quiest-cequim'aider lacombattregladbusquer?Quiest-cequi instruircespauvresgenssurlesprilsdechaque seondequiassigentleurorganisme?Quileur apprendraqu'onnedoitpaattendred' tremor purappelerlemdecin? BERNARD Ilssonttrsngligents.Jen'endisconviensp. KNOK,s'animantd puseplus. Cmmenonsparlecommencement.J'aiicila matiredeplusieurcauseresdevlgarisation,de notetrscompltes,debnsclich.etunelantere.Vousarngereztoutcelacommevus savez Knock lefaire. Tenez,pur dbuter,une petite confrence, toutecrite, mafoi ,ettrsagrable, surlafvre typhode,lesformesi nsouponnesqu'elleprend, ses vhicules i nnombrableseau,pai n,lait,coquillaes,lgumes, salades,poussires,haleine,etc . . .lessemainesetlesmoisdurantlesquelsellecouve sans se trahir,les accidents mortels qu' elle dchane soudain,lescomplications redoutables qu' elle charresasui te; letoutagrmentdej oliesvues bacilles formidablement grossis, dtails d' excrments typhiques,ganglionsi nfects, perforationsd' intestin,et pa ennoir,encouleurs,des roses, desmarrns,desj aunesetdesblancsverdtresquevous imaginez.(Ilserassied.) BERNARD,lcur chavir. C'estque . . . j esuistrsimpressionnable . . . Sij e meplongel-dedans,j en'en dormiriplus. KNOK Voiljustementcequ' ilfaut.Jeveuxdire voil l ' efetde saisissement que nous devons prter j usqu' auxentraillesdel'auditoire.Vous,monsieur Berard, vous vous y habituerez. Qu' ils n' en dorment plus !(Penchsurl1(i.)Carleurtor,c'estdedormr,dnsunesurittrompeusedontlesrveille troptardlecoupdefoudredelamaladie. BERNARD,totfrssonnnt, lmain sur lbureau,regarddtorn. Jen'apasdj unesantsisolide.Mesparents AceII,sce1 73 onteubeaucoupdepinem'lever.Jesaisbien que,survos clichs,tous cesmicrobesnesontqu'en reproduction.Mais,enfn . . .KNOK,comme s' il n'avait,ien enten1f. Pourceuxquenotrepremireconfrenceaurait laisssfroids,j 'entiensuneantre, dontletitre n'al 'air de rien :Ptesprteursde geres.PIlY est dmontr,claircommelejour,l 'aidedecas obers,qu'onputsepromeneraveunefgure rnde,unelangueros,unexcellentapptit,et rler danstous lesreplisdesncors des trillions debacilledeladerirevirulencecapables d' infeterundpartement.(Isle. )Fortdela thre et de l'exprience,j 'ai le droit de supnner lepriervenud'treunpreurdegeres.Vous, parexemple,absolumentrenemepruveque vusn'entespasun.BERNARDse lve. Moi!doteur 4 4KNOK Jeseraiscurieuxdeconnatrequelqu'unqui, ausortirdecettedeuximeptitecauserie,se sentiraitd'humeurbatifoler. BERNARD Vous pensezquemoi ,doteur,je suisun preur degermes? 74 Knck KNOK Pavousspialement.J'aiprisunexemple. Maisj 'entendslavoixdeM.Mousquet.Abientt, cher monsieur Brard,etmeridevotr adion, dontjenedoutaispas. SCNEI I IKNOK,LEPHARMACIENMOUSUET KNOK Asseyez-vous,chermonsieuMousquet.Hier. j 'aiepineletempdejeteruncoupd'il surl' intrieurdevotrepharaci.Mailn'en fautpdavantagepurconstaterl'excellencede votrinstallation,l 'ordremticuleuxquiyrge etlemoerismedumoindredtail .MOUSQUET,tenue trs simle,fresque nglge. Dteur,voustestropindulgent l KNOK C'estunechosequimetientaucur.Pou moi,lemdeinquineputpass'appuyersurun pharaciendepremierordreestungnrlqui v labataillesansartillere. MOUSQUE Jesuis.heureuxdeviquevusappriez l'imprancedelaprfeion. Knock KNOK Etmoidemedirequ'uneorganisationcomme lavtretrouvecertainementsarcompense,et quevousvousfatesbiendansl 'anneunminimum devingt-cinq mille. MOUSQUET Debnfces?Ah!monDieu!Sij e m' enfaisais seulementla moiti! KNOCK ChermonsieurMousquet,vousavezenfaede vousnonpointunagentdufsc,maisunami ,et j osedireuncollgue. MOUSQUET Docteur, jene vous fais pa l' injure de me mfer de vous.Je vous ai malheureusementdt la vrit. (Unepause.)J'aitouteslepeinesdumonde dpasser lesdix mille. KNOK Savez-vousbien que c'est sandaeux! (Mosqut hussetrstemntkspaus.)Dansmapnse,le chifredevng-cinqmilletatunmnimum . . .Vousn'avezpurtantpasde concurent? MOUSQUET Aucun,prsdecinq lieues la ronde. ActeIl,scneIII KNOCK Aor quoi?des ennemis? MOUSQUET Jenem'enconnaispas. KNOK,baissantlavoix. 77 Jadis,vousn'auriezpaeud'histoirefcheuse . . .unedistration . . .cinquantegrammesdelaudanum enplaed' huiledericin? . . . C'estsivitefait. MOUSQUET Pa leplusminimeincident,jevouspriedele croire,envingannesd'exercice. KNOCK Alors. . .alors . . .je rpugne former d' autres hypo-thses . . .Mon prdcesseur . . .aurait-il t au-dessous desatche? MOUSQUET C'estuneafaire" depintdevue. KNOCK Encoreunefois,chermonsieurMousquet,nous sommesstrictemententrenous. MOUSQUET LdoteurParpalaidestunexcellenthomme. Nousavionslesmeilleuresrelationsprives. Knck KNOCK Maisonneferaitpasungrosvolumeavecle recueildesesordonnances? MOUSQUET Vousl' avezdit. KNOCK Quandjerapprochetoutcequejesaisdelui maintenant,j ' enarrivemedemanders' ilcroyat enlamdecine. MOUSQUET Danslesdbuts,jefaisaisloyalementmonpossible.Dsquelesgensseplaignaientmoietque celameparaissaitunpeugrave,j e lesluienvoyais.Bonsoir! Jene les voyais plus revenir. KNOK Cequevousmeditesm'afecteplusquejene voudrais.Nousavons,chermonsieurMousquet, deuxdesplusbauxmtiersqu'onconnaisse. N'est-cepasunehontequedelesfairepupu dchoirduhautdegrdeprospritetdepuissance o nosdevancierslesavaientmis?Lemotde sabotagemevientauxlvres. MOUSQUET Ou,certes.Toutequestiond'argentpar,il ActeII,scneII 79 y a conscienceselaisserglisseransiau-dessous du ferblantier et del' picier. Je vous assure, docteur, quemafemmeseraitbienempchedese payerles chapauxetlesbadesoiequelafemmeduferblantierarbreseaineetdimanche. KNOCK Taisez-vous,cherami,vousmefaitesmal.C'est commesijentendsdirequelafemmed'unprsidentdechambreenestrduitelaverlelingede saboulangrepouravoirdupain. MOUSQUET SiMmeMousquettaitl,vosparolesluiiraient l'me. KNOCK Dansuncantoncommecelui-inousdevrions, vousetmoi,nepaspuvoirsufrelabesogne. MOUSQUET C'estjuste. KNOK Jepseenprincipequetousleshabitatsdu cantonsontipsofactonosclientsdsigns. MOUSQUET Tous,c'est beaucoup demander. 80 Knck KNOCK Jedistous. MOUSQUET Ilestvraiqu'unmomentoul' autredesavie, chacunputdevenirnotreclientparoccasion. KNOCK Paoion?Pointdutout.Clientrgulier, clientfdle. MOUSQUET Encorefaut-ilqu'iltombemalade! KNOK TombermaladeP,vieillenotionquinetient plusdevantlesdonnesdelascienceatuelle. Lsantn'estqu'unmot,qu' iln'yauraitaucun inconvnientryerdenotrevocabulaire.Pour mapart,jeneconnaisquedesgensplusoumoins atteintsdemaladiesplusoumoinsnombreuses volutionplusoumoinsrapide.Naturellement,si vousallezleurdrequ'ilsseprtentbien,ilsne demandentqu'vouscroire.Maisvouslestrompz.Votreseuleexcuse,c' estquevousayezdj tropdemaladessoignerpourenprendredenouveau MOUSQUET Entoutca,c'estunetrsbllethorie. ActeIl.scne118x KNOK Torieprofondmentmodere, monsieurMousquet,rfchissez-y,ettouteprocheparentede l'admirableidedelanation arme,quifaitla force denos 1tats.MOUSQUET Voustesunpenseur,vous,docteurKnock,et lesmatrialistesaurontbeausoutenirlecontraire. lapensemnelemonde. KNOCK,ilselve. 1coutez-moi .(Tous deux sont debout.Knock saisi lesmainsdeMousquet. )Jesuispeut-treprsomptueux.D' amredsillusionsmesontputtrerserves.Maissi, dansunan,jourpurjou. vousn'avezpasgagnlesvingt-cinqmillefrancs netsquivoussontdus,siMmeMousquetn'a pas lesrobes,leschapeauxetlesbasquesaconditionexige,jevousautorisevenirmefaireune scneici ,etjetendrailesdeuxjouespourquevous m'ydposiezchacununsoufet. MOUSQUET Cherdocteur,jeseraisuningrat,sijenevous remerciaispasavecefusion,etunmisrablesije nevousaidaispasdetoutmonpuvoir. KNOCK Bien,bien. Comptezsurmoicommejecompte survous. sctNEI V KNOCK,LADAMEENNOIR Elleaquarante-cinqansetrespirel' avaricepaysanneetlaconstipation. KNOCK Ah!voicilesconsultants.(Alacantonae.)Une douzaine,dj ?Prvenezlesnouveauxarrivants qu'aprsonzeheuresetdemiejenepuisplusrecevoirpersonne,aumoinsenconsultationgratuite. C'estvousquiteslapremire,madame?(Il /ait entrer la dameen noir et referm la porte.)Voustes bienducanton? LADAMEENNOIR Jesuis delacommune. KNOK DSaint-Mauricemme? LDAME j'habitelagrandefenequietsularutede Luchr. ActeII,scneIV KNOCK EllevousapparIent? LADAME Ou,mon mari etmoi. KNOCK Sivous . l'exploitezvous-mme,vous devez avoir 'baucoupdetravail? LADAME Pensez,monsieur!dix-huitvaches,deuxbufs, detaureaux, la jumentet le poulain, six chvres, unebonnedouzainedecochons,. sanscompterla basse-cour. KNOCK Diable!Vousn' avezpasdedomestiques? LADAME Damesi.Troisvalets,uneservante,etlesj ournaiersdanslabellesaison. KNOCK Jevousplains.Ilnedoitgrevousresterde temppourvoussoigner? LADAME Oh!non. Knock KNOCK Et pourantvoussoufrez. LADAME Ce n'est pas le mot.J' ai plutt de la fatigue. KNOCK Oui,vousappelez a de lafatige.(Il s'approcM delle. )Tirezlalange.Vousnedevezpasavoir beaucoupd'apptit. LADAME Non.KNOCK Voustesconstip. T.ADAME Oui,assez. KNOCK,ill'ausculte. Bassezlatte. Respirez.Toussez.Vousn' tes j amais tombed'unechelle,tantpetite? LADAME Je ne me souviens pas. KNOCK,illui palpeeluipercuteledos, luipressebusquementlest8ns. Vousn'avezjaaismalicilesoirenvouscouchant?Uneespede courbature? AceeIl.seIV85 LDAME Oi,desfois. KNOCK,ilcontinu del'ausclter. Essayezdevousrappler.adevaittreune gandechelle. LADAME asepeutbien. KNOK,trsafrtif. C'tatunechelled'environtroismtrescinquantepse contre un mur.Vous testombe la rnverse.C'estlafessegauche,heureusement,qUI apor. LADAME Ahoui ! KNOK Vousavezdj consult ledoteur Papalaid? LADAME Non,jaais. KNOCK Pourquoi? 86Knk LDAME Il ne donnaitpasdeconsultationsgtuites. UtJsilene. KOK,l fait asser. Vousvous rndezcomptedevotre tat? LADAME Non. KNOK,is'asied en fae d'elle. Tantmieu.Vousavezenviedegrr,ouvous n'avezpasenvie? LADAME J' aienvie. KNOCK J'aimemieux vous prvenirtoutdesuite quece setrlongettrscoteux. LDAME Ah!monDieu!Etpurquoia? KNOK Paqu'onnegrtpaencinqminutesun mal qu'on trnedepuisquaanteans. Acte1,scneIV LDAME Depuisquaranteans? KNOK Oui,depuis que vous tes tombede votre chelle. LDME Etcombienquea mecoterat ? KNOK Qu' est-equevalentlesveaux,actuellement? LDAME adpenddesmarchsetdelagrosseureMais onneput.gureenavoirdepropresmoinsde quatreoucinqcentsfrancs. KNOK Etlescochonsgras? LADAME Il Yen qui fontplusdemille.KNOK Eh bien!a vous cotera peu prs deux cochons etdeuxveaux. LDAME Ah!l! l! Psdetrismillefnc?C'etune dolation,JsusMarie!88Knock KNOCK Sivousaimezmieuxfaireunplerinage,jene vousenempchepas. LADAME Oh!unplerinage,arevientcheraussieta nerussit passouvent.(Unsilence.)Maisqu' est-ce que jepeuxdoncavoir desiterriblequea? KNOK,avecunegrande courtoisie. Je vais vous l'expliquer en uneminuteau tableau noir(Ivaautableauecomnceuncoqis.) Voicivotremollepinire,encoup,trsschmatiquement,n'est-epas?Vousreonnassez icivotr faisceaudeTrcketicivotrecolonnedeClarke.Vousmesuivez?Ehbien!quandvoustes tomb del'chelle,votreTrcketvotreClakeontgliss ensensinverse(iltracedesfchesdedirection)de quelquesdiximesdemillimtre.Vousmedirez quec'esttrspeu. videmment.Maisc'esttrs malplac.Etpuisvousaveziciuntirillement continuqui'exercesurlesmultipolaire. LDAME MonDieulMonDieul KNOK Il s'essuie leS dogs. Remarquezquevusnemourezpdujou aulendemain.Vouspuvzattend. AceII,seIV LDAME Oh!l!l!J'ai bien eu du malheur detomber de cettechelle! KNOCK Jemedemandemmes' ilnevautpasmieux lasserleschosescommeelles sont.L'argentestsi durgagner.Tandisque lesannesdevieillesse, on en atoujours bien assez. Pour le plaisir qu'elles donnent! LADAME Etenfaisantaplus. . . grossirement,vousne pouriez pas me grir moins cher?.. condition que ce soit bien faittout de mme0 KNOK Ce qtj e puis vous propser, c'est de vous mettre enobseration.anevouscoterapresquerien. Au bout de quelques j ours vous vous rendrez compte parvous-mmede la tournureque prendra le mal, etvousvousdiderez. LADAME Oui,c'esta. KNOCK Bien.Vousallezrentrerchezvous.Voustes venueenvoiture? Knock LDAME Non, pied. KNOCK,tandis qu'il 1dige l' ordonnance, assis satable. Ilfaudratcherdetrouverunevoiture.Vous vouscoucherezenarrivant.Unechambreovous serezseule,autantquepossible.Faitesfererle voletsetlesrideauxpourquelalumirenevous gnepas.Dfendezqu'onvousparle. Aucunealimentationsolidependantunesemaine.Unverre d' eaudeVichytouteslesdeuxheures,et,la rigueur,unemoitidebiscuit,matinetsoir,trempdansundoigdelait.Maisj ' aimeraisautant quevousvouspassiezdebiscuit.Vousnedirez pasquejevousordonnedesescoteux! A lafndelasemane, nousverronscommentvous voussentez.Sivoustesgaillarde,sivos .forceset votregaietsontrevenues, c'estquelemalest moinssrieuxqu' onnepuvaitcroire,etjeserai lepremiervousrassurer.Si, aucontraire,vous prouvezunefaiblessegnrale, deslourdeursde tte, et une certaine paresse vous lever, l'hsitation neserapluspermise, etnouscommenceronsle traitement. C' estconvenu? LADAME,soupirant. Commevousvoudrez. Acte1,scnIV91 KNOCK,dsignnt l'odonance. Jerappellemesprescrptionssurcebutde papier.Etj ' iraivousvoirbientt.(Il lui reet l' odonnanceetlareconduit.Alacantonde.)Mariette, adezmadae descendrel'escalierettrouver unevoiture. Onapeoitquelques'sagesdeconsultants qu la sortie de la dame enir frape de cainte etderespect. sctNEV KNOCK,LDAMEENVIOLET Elle " sox"ntans,toesles pices d son costf4me sotdlamime nnedeviolet,elle s'apieassez roae Srunesoed'alpenstock. LADAMEENVIOLET,avecemPhase. Vousdevezbientretonn,docteur,deme voirici. KNOCK Unpeutonn,madame. LADAME Qu'unedamePons,nedemoiselleLempoumas, venneuneconsultationgtuite,c'etenefet aseextrordinaire. KNOCK C'estsurtout fatteur purmoi. ActeIl,semeV 93 LADAME Vousvousditespeut-trequec'estlundes jolisrsultatsdugchisactuel,etque,tandis qu'unequantitdemalotrsetdemarchand decochonsroulentcarrosseetsablentlechapgneavecdesactrices,unedemoiseIleLempouma,dontlafamilleremontesansinterruption jusqu'auXIIIesicleetapssdj adislamoiti du pays, et qui a des alliances avec toute la noblesse etlahautebourgeoisiedudpartement,enest rduitefairelaqueue,aveclespauvesetpauvesesdeSaint-Maurice?Avouez,doteur,qu'on a vmieu. KNOCK,lalait asseoir. Hlasoui,madame. LADAME Jenevousdiraipasquemesrevenussoient rests ce qu' ils taient autrefois,ni que j ' aie conser lamaisonnedesixdomestiquesetl' curiede quatrechevauxquitaientdergledansla famille jusqu' la mortdemononcle.J'ai mmedvendre, l'anderier;undomainedecentsoixantehectares, laMichouille,quimevenaitdemagrand-mre materneIle.CenomdelaMichouilleadesorigines grco-latines,cequeprtendM.lecur.Ildrveraitdemycodiumetvoudraitdirehainedu campignon,pourcette raison qu'on n'aurait jamas trouv ' seul champignon dans ce domaine, comme 94 Knk silesolenavaithoreur.Ilestvraiqu'avecles imptsetlesrparations,ilnemerapportaitplus qu'unesommeridicule,d'autantque,depuisla mortdemonmari ,lesferiersabusaientvolontiers de la situationetsollicitaienttoutboutdechamp desrductionsou desdlais. J'enavaisassez,asez, asez!Ne croyez-vous pas,docteur, que,tout compte fat,j ' ai eu raisondeme dbarrasser de ce domaine? KNOCK,quin'acessd' treparfaitementattentif. Jelecrois,madame, surtoutsivousaimezles chapignons,etsi, d'autrepart,vousavezbien placvotreargent. LADAME 1e! VousaveztOuchlevifdelaplaie!Jeme demandej ouretnuitsi jel' aibienplac,etj 'en doute, j ' endouteterriblement.J' ai suivi les conseils decgo btadenotaire, au demeurantle, meilleur dehommes.Maisjelecroismoinslucidequele gridondesachrefemme,qui ,commevousle svez,sritquelquetempsdetruchementaux eprits.Enparticulier,j ' aiachetuntasd'actions decharbonnaesDocteur,quepensez-vousdes charbonnages? KNOCK Cesont,engnral ,d'excellentesvaleurs,unpu spculatives put-tre, suj ettes des hausses inconsidres suivies debaissesinexplicables. ActeI,scneV 9S LADAME Ah! mon Dieu! Vous me donnez la chair de poule. J'ail'impressiondelesavoirachetesenpleine hausse.Etj 'enaipurplusdecinquantemille francs.D'ailleurs,c' estunefoliedemettreune sommepareilledanslescharbnnages,quandon n'apasunegrossefortune. KNOCK Ilmesemble, enefet,qu'untelplacementne devraitj amaisreprsenterplusdudiximede l'avoirtotal . LADAME Ah?Pas plusdudixime?Mas s'il ne reprente pasplusdudixime,ce n'est pasunefolieproprementdite? KNOCK Nullement. LADAME Vousmersurez,docteur.J'enavaisbsoin. Vousnesauezcroirequelstourentsmedonne lagestion demesquatresus.Jemedispfoi qu'ilmefaudaitd'autressucispuchr clui-l. Doteur,la nature humaineetune puv co.Ilestrtquenousnepuvnsdlogeru tourentqu'condtiond'enintaeunaut 96Knock la place.Maisau moins trouve-t-on quelque rpit enchanger.Jevoudraisnepluspensertoutela jouremeslocataires,mesfermiersetmes titres.Jenepuispourtantpas,monge,courr lesaventuresamoureuses- ah!ah!ah! ni entreprendreunvoyageautourdumonde.Mais vousattendez,sansdoute,quejevousexplique pourquoij aifaitqueuevotreconsultationgratuite? KNOK Quellequesoitvotrerison,madae,elleest cerainementexcellente. LADAME Voil!J' aivouludonnerl'exemple.Jetrouve quevousavezeul,docteur,unebelleetnoble inspiration.Mais,jeconnais mesgens.J'aipens : Ils n'enontpasl'habitude,ilsn'irontpa.Etce monsieur en sera pour sa gnrosit. PEt j e me suis dtWS'ilsvoientqu'unedamePons,demoiselle Lmpouma,n'hsitepa inaugurer lesconsultatons gatuites,ilsnauront plus honte des'y montrer o Carmesmoindresgestessontobserset comments.C'estbiennaturel. KNOCK Votredmarcheesttrslouable,madame.Je vous en rmercie. ActeI,scneV 97 LADAME,sele,faisantminedese,eti,er. Jesuisenchante,docteur,d'avoirfaitvotre connaissance.Jerestechezmoitouteslesaprsmidi .Ilvientquelquespersonnes.Nousfaisons salonautour d'une vieille thire Louis XV que j 'ai hritedemonaeule. Ily auratouj oursune tasse , dectpurvous.(Knocks'incline.Elleavance encore verslporte. )Voussavezquej e suisrellementtrs,trstourmenteavemesloataireset mestitres.Jepassedesnuitssansdormir.C'est horiblementfatigant.Vousneconnatriezpas, doteur,unseretpur fairedormir? KNOCK Ilyalongtempsquevoussoufrezd' insomnie? LADAME Trs,trslongtemps. KNOCK Vous enaviezparlaudocteurParpalaid? LADAME O,plusieursfois. KNOCK Que vous a-t-il dit ? LADAME DelirchaquesoirtroispagesduCecivil. 98Knck C'tait une plaisntere.Ldocteur n'aj amais prs la chose au srieux. KNOK Peut-trea-t-ileutort. Crilyadescd'insomnie dont la signifcation est d'une exceptionnelle gavit. LADAME Vraiment ? KNOCK L'insomnie peuttredueuntroubleessentiel delacirculationintracrbrale,particulirement unealtrationdesvaisseauxditeentuyaude pipe P.Vousavezpeut-tre,madame, lesartres du cerveau en tuyau de pipe. LADAME Ciel !Entuyaudepipe!L'usagedutbac,doteur,yserait-ilpourquelquechose?Jepriseun pu. KNOCK C' estunpointqu' il faudraitexaminer.L'insomnieputencoreprovenird'uneattaqueprofonde etcontinuedelasubstancegseparlanvroglie. LDAME Ce doit tre afreux. Expliquez-moi cela, docteur. ActeI,scneV 99 KNOCK,trsposment. Reprsentez-vousuncrab,ouunpoulpe,ou uneggantesquearaigneentraindevousgigoter,devoussuoteretdevousdchiqueter doucementlacerelle. LADAME Oh!(EUes'eUonredansunfauteuil.)Il y a de quois'vanouird'horeur.Voilcerainementce queje dois avoir.Je le sns bien.Je vous en pre, doteur,tuez-moitoutdesuite.Unepiqre,une piqre!O plutt ne m'abandonnez pas.Je me sens gisser au derier deg de l' puvante. (Un silene.) Cdoittreabsolumentincurable?etmorel? KNOK Non. LDAME Il Yaunespoir degurison? KNOCK Oui, la longue. LADAME Nemetrompzpas,docteur.Jeveuxsavoirla vrit. KNOCK Toutdpenddelarglartetdeladuredu trtement. 100Knock LADAME Mais de quoi peut-ongurir?De la chose en tuyau de pipe,oude l' araigne?Crj e sens bienque, dans moncas,c'estpluttl' araigne. KNOCK Onpeutgurirdel 'unetdel' autre.Jen'oserais peut-trepasdonnercetespoirunmaladeordnaire,quin' auraitniletempsnilesmoyensdese soigner,suivantlesmthodeslesplusmoderne. Avecvous, c'estdifrent. LDAME,sele. Oh!jeseraiunemaladetrsdocile,doteur, soumisecommeunptitchien.Jepasserapartout oillefaudra,surtoutsicen'estpastropdouloureux. KNOCK Aucunementdouloureux,puisque c' estlaradioactivitquel 'onfaitappel. Laseuledifcult, c' est d'avoirlapatiencedepoursuivrebiensagementla cure pendantdeuxoutroisannes, etaussid'avoir souslamainunmdecinquis' astreigeunesurveillanceincessanteduprocessusdegurson,un calculminutieuxdesdoses radioactives- etdes vsitespresquequotidiennes. LADAME Oh!moi,jenemanqueraipasdepatience.Mais AcII,seV101 c'estVOU,doteur,quin'allezpavouoirvou ocuprdemoiautantqu' il faudrait. KNOCK Vouloir,vouloir 1Jenedemanderaispmieu. Il s'agitdepouvoir.Vousdemeurezloin? LDAME Mais non,deux pas.Lmaison qui esten face dupoidspublic. KNOCK Jessayeraidefaireunbondtouslesmatins jusuechezvous.Saufledimanche.Etlelundi causedemaconsultation. LADAME Maiscenesera patropd' intervalle,deuxjours d'afle?Jeresteraipourainsidiresanssoins du samediaumardi ? KNOCK Jevouslaisseraidesinstructionsdtailles. Et puis,quandjetrouveraiuneminute,jepasseraile dimanchematinoulelundiaprs-midi. 'LADAME Ah!tantmieux!tantmieux!(EUse ,elve.)Et qu'est-equ'il fautquejefassetoutdesuite? 102Knck KNOK Rentrezchezvous.Gardezlachambre.J' irai vousvoirdemainmatinetjevousexamineraiplus fond. LADAME Jen'aipasdemdicamentsprendreaujourd'hui ? KNOK, debot. Heu . . . si.(Ibcleuneordonnance. )Passezchez M. Mousquetetpriez-led'exuteraussittcette premirepetiteordonnance.SCNEVI KNOCK,LESDEUXGARSDEVILAGE KNOCK, lcantoe. Mais,Mariette,qu'est-cequec'estquetoutce monde?(Ilregardsamotre.)Vousavezbien annoncquelaconsultationgratuitecessat onzeheureset demie? LVOIXDEMARIETE Je l' ai dit.Mais ils veulent rester. KNOK Quelleest. lapremirpronne?(Deugars s'avancent.Ilsseretiennentdrire,sepsel coe,cignentdl'il,pufantsoain.Derre ex,lfoes' amusedelurmngeedeveass6 byante.Knockfeint denerienrearque.)Luel devousdeu? LEPRMIERGAS,regarddct, dissimuio drre elgeCainte. Hl h!hi!Touledeu.Hi!hi!hi ! 14 Knck KNOCK Vousn'allezpas passer ensemble? LEPREMIER Si !si !hi !hi !Si !si !(Rires la cantonade. ) KNOCK Jenepuispasvousrecevoirtouslesdeuxla fois.Choisissez.D' abord,ilmesemblequejene vous ai pas vus tantt-Ilyades gens avant vous. LEPREMIER Ilsnousontcdleurtour.Demandez-leur.Hi ! h! (Riresegloussets.) LESECOND,enhardi. Nousdeux,onvatouj oursensemble. Onfaitla paire.Hi !hi !hi !(Riresla cantonade. ) KNOCK,il se mord la lre et du ton le plus froid : Entrez.(Ilrefermlport.Aupremiergars.) Dhabillez-vous.(Ausecond,luidsignantun chise.)Vous,asseyez-vous l.(Ilschangentencoe dessgnes,egloussent,miseseforantunpeu.) LEPRMIER,in'a plus que son pantalon et sachemise. Faut-ilquejememettetoutnu? ActII,semVI105 KNOCK Enlevezencore votre chemise.(Legarsapparat engiletdefanelle.)asuft. (Knock!approche, torneautourdel'homm,palPe,percute,ausculte, tiresurlapeau,retournelespauPires,retrosseles lres.Puisilvaprendreunlaryngoscoerfecteur,s' encasquelentement,enprO'ettesoudainla lueuraveuglantesurlevisagedugars,aufondde sonarrire-gorge,sursesyeux.Quandl' autreest mat,illuidsigne lachaiselongue. ) ltendez-vous l-dessus.Allons. Ramenezlesgenoux.(IlpalPe l ventre,applique e lle stthoscope.)Allongez le bras.(Il examinelepols.Il prend la pressio artrielle.)Bien. Rhabillez-vous.(Silence.L'hommese rhabille.)Vousavezencore votre pre? LEPREMIER Non,ilestmor. KNOCK De morsubite? LEPREMIER Oui. KNOK C'est a.Il ne devait pas tre veu? LEPREMIER Nongquarante-neufans. I0Knock KNOCK Sivieuxquea! (Longsilence.Lesdeuxgars n'ontpaslamoindreenviederire.PuisKnockva fouillerdansuncoindelaPicecontreunmeuble, et rapporte de grands cartons illustrs qui reprsentent lesprinciPauxorganeschezl'alcooliqueavan,et chezl'hommenormal.Aupremiergars,aveccortosie.)Jevaisvousmontrerdansqueltatsont vos principaux organes.Voil les reins d'un homme ordinaire.Voici les vtres.(A vec des pauses.)Voici votrefoie. Voicivotrecur.Maischezvous, le curestdj plusabmqu onnel' areprsent l-dessus.PuisKnockvatranquillementremettreles tableauxleurPlace. LPREMIER,trs timidement. Ilfaudraitpeuttreque j e cesse de bire? KNOCK Vous ferezcomme vous voudrez. Un silence. LEPREMIER Est-equ ilyadesremdesprendre? KNOCK Cn'estgurelapeine.(Ausecon.)Avou, maintenant. ActeI,scneVI 107 LEPREMIER Si vous voulez,monsieur le docteur,je reviendrai uneconsultationpayante? KNOCK C'esttoutfaitinutile. LESECOND, trs piteux. Jen' airien,moi,monsieurledocteur. KNOCK Qu'est-ceque vous ensavez? LESECOND,ilrecule en tremblant. Jeme prtebien,monsieurledoteur. KNOK Alorspourquoites-vousvenu? LESECOND,mm feu. Pouraccompagnermoncamarade. KNOCK Il n'taitpasasezgndpourvenirtoutseul? Alons!dshabillez-vous. SECONDgiva vers lporte. Non,non,monsieurledoteur,paaujourd'hui. Jered,monsierledoter. 10 Knock Silence.Knockouvrelaporte.Onentendle brouhahadesgensquirientd'avance.Knock laissepasserlesdeuxgarsquisortentavecdes minesdiversementhagardesetterrifes,ettraversentlafoulesoudainsilenciefesecomme unenterrement. RIDEAU ACTE III Lagrandesalledel'MteldelaClef.Onydoit sentir l'htel de chef-lieu de canton en train de tourner auMdical-Htel.Lescalendriersdeliquoristesy subsistent.Maislesnickels,lesriPolinsetlinges blancsdel'asepsJemoderneyapparaissent. SCNE1 MADAMERMY,SCIPION MADAMERMY Sipion,lavoitureestarive? SCIPION Oui,madame. MADAMERMY Ondisaitquelaroutetaitcoupe parlaneige. SCIPION Peuh!Quinze minutes deretard. MADAMERMY Aquisontcesbagages? SCIPION Aunedamede Livon, qui vient consulter. II2Knock MADAMERMY Maisnousnel 'attendionsquepourcesoir. SCIPION Ereur.LadamedecesoirvientdeSaintMarellin. MADAMERMY Etcettevalise? SCIPION ARavachol. MADAMERMY Comment !M. Paralaid est ici ? SCIPION Acinquantemtresderiremoi.MADAMERMY Qu'estcequ'ilvientfaire?Pasreprendesa place,biens? SCIPION Cnsultergprobable. MADAMERMY Mais 11n'yaque le 9 et le14dedsponibles.Je Act11.scn1Il3 gardele9purladamedeSaint-Marcellin.Je metsladamedeLivronau14.Pourquoin'avezvouspasditRavacholqu' ilne restaitrien? SCIPION Il restaitle14.Je n' avais pas d' instructions pour choisirentre ladame deLivronet Ravachol. MADAMERMY Jesuistrsennuye. SCIPION Voustcherezdevousdbrouiller.Moi,ilfaut quej e m'occupdemesmalades.MADt.MERMY Pasdutout,Scipion.AttendezM.Paralaidet expliquez-luiqu' iln' yaplusdechambres.Jene puis pasluidireamoi-mme. SCIPION Dsol,patronne. J'aij usteletempsdepasser ma blouse.LedoteurKnock seral dans quelques instants.J' airecueillirlesurinesdu5etdu8, lescrachatsdu2, latempraturedul, du3,du 4. du12, du17, du18, etlereste. Jen'aipasenvie demefaireengeuler! II4 Knock MADAMERMY VOUSnemontezmmepaslebagagesdecette dame? SCIPION Et la bonne?Elle enfledesperles? Scipion quitte l scne.Mme Rmy,en voyant apparatreParpalaid,laitdemme. sctNEII PARPALAID,seul,pisLABONNE LEDOURPARPALAlD Hum!. . . Iln'yaprnne?..MadameRmy! . . .Sipionl . . .C'etcureux . . .Voiltoujour ma vis. Sipio! . . .LBNNE,etenued'infrie. Monsier?Vosdemandez? LEDUR JevoudrisbienvrlapatrnneB LBONNE Pourquo,monsieur? LDUR Pouqu'elem' inquemchambr II6Knock I.ABONNE Jenesaispas,moi .Voustesundesmalades annoncs? LEDOCTEUR Jenesuispasunmalade,mademoiselle,jesuis unmdecin. LABONNE Ah!vousvenezassisterledocteur?Lefaitest qu'ilenauraitbesoin. LEDOCTEUR Mais,mademoiselle, vousnemeconnaissezpas? LABONNE Non,pasdutout. LEDOCTEUR LedocteurParpalaid. . . IlYatroismoisencore, j ' taismdecindeSaint-Maurice. . . Sansdoute n' tes-vouspasdupays ? LABONNE Si, si. Maisjenesavaispasqu' ilyavaiteuun mdecin ici avant le docteur Knock. (Silence.)Vous m'excuserez,monsieur.Lpatronnevasrement venir.Ilfautquejeterminelastrilisationdemes taiesd' oreiller. LEDCTEUR Cethtelaprisunephysioomiesingulire. SCENEIII PARPALAID,puisMADAMERMY MADAMERMY,glissantunil. Ilestencorel ! (Ellesedcide. )Bonj our,monsieurParpalaid.Vousnevenezpaspourloger,au moins? LEDOCTEUR Maissi . . . Commentallez-vous,madameRmy? :IAD.MERMY Nousvoil bien!Je n' aiplus dechambres.LEDOCTEUR C' estdoncj ourdefoire,aujourd' hui ? MADAMERMY Non,j ourordinaire. LEDOCTEUR Ettoutesvoschambressontoccupes, unj our lIB Knock ordinaire?Qu'est-e que c'est que tout ce monde-l? MADAMERMY Des malades. LEDOCTEUR Desmalades? MADAMERMY Oui,desgensquisuivntuntraitementa LEDOCTEUR Etpourquoilogent-ilschezvous? MADAMERMY Parce qu' il n'y a pas d' autre htel Saint-Maurice. D' aillers, ilsnesntpssiplaindrequecla, chez nous,en attendantnotr nouvlle installation. Ilsrivnttouslessinssurplace-Ettotele rlede l'yginemoersntobr. LEDTEUR Maisd'osrtent-ils? MADAMERMY Lmalades?Dpuisquelquetemp,ilenvent d'unpprot.Audbtc' taientdegnsde psag. ActeII,scnII LEDTEUR Jenecomprendspas. MADAMERMY II9 Oui ,desvoyageursquisetrouvaientSaintMauricepurleursafaires.Ilsentendaientparler dudocteurKnock, danslepays,ettouthasard ilsallaientleconsulter.videmment,sansbiens rendrecomptedeleurtat,ilsavaientlepressentiment de quelque chose.Mais si leur bonne chance ne les avaitpas conduits Saint-Maurice, plus d'un serit mort l' heurequ' il est. LEDEUR EtpurquoIseraient-ilsmorts? MADAMERMY Commei l snesedoutaientderien,ilsauraient continubire,manger.fairecentautres imprudences. LEDTEUR Et tous ces gens-l sontrestici ? MADAMERMY Oui, enrevenantdechezledoteuKnok,il sedpchaientdesemettreaulit,etils commenaientsuivreletraitement.Aujourd'hui,ce n'et dj pluspreil.Lpronnequenousre120Knk vnsontentreprslevoyageexprsL'ennui,c'est quenousmanquonsdeplace.Nousa.onsfaire constrre. LEDOCTEUR C'estextraordinaire. MADAMERMY,aprsrfexion.Enefet,cela doi t vous semblerextraordinaire vous.S' il fallaitquevous meniez lavie dudoteur Knok,jecroisquevouscrierezgce. LEDTEUR H!quelleviemne-t-ildonc? MADAMERMY Unevedeforat. Dsqu ilestlev,c'estpour courir ssvisites.Adixheures,il passe l' htel. Vousleverrezdanscinqminutes.Puisle!consultations chez lui.Et le visite,de nouveau,j usqu'au butducanton.Je saisbienqu il a5!automobile, unbllevoitureneuvequ' ilconduitfondde trn.Maisjesuissfrqu' illuiarriveplusd'une foisdedjeuned'unsandwich. LEDTEUR C'etexatementmoncasLyon. MADAMERM Ah?..Icipourant,vousavezsuvousfairune AceII,sem11 121 ptitevietranquille.(Gailarde.)Vousvousrappelezvospariesdebillarddansl'estaminet? LEDOCTEUR Ilfautcroirequedemontempslesgensseprtaientmieux. MADAMERMY Neditespascela,monsieurParalaid.Lsgens n'avaientpasl' iddessiger,c' esttoutdfrent.Ilyenaquis' imaginentquedansnocapagesnoussmmesencoredessauvages, quenous n'avonsaucunsucidenotrepersnne,quenous attendonsquenotreheuresoitvenuedecrever commelesanimaux,etquelesremdes,les rgmes, lesappareilsettouslesprogrs,c'estpurle grandesvilles.Erreur,monsieurParalaid.Nos nousapprionsautantquequiconque;etbie qu'onn' aimeps gaspiller sonargent,onn'ite passpayerlenessair.Vous,monsierPpaaid,vosentesaupaysand'autrefois,qui coupaitlessenquatr,etquiauraitmie aimprdreuniletunej ambqued'achete trisfrancsde mdicaments.L cho ont chang, Diemeri. LEDTEUR Enfn, SIlesgensenontaszd'trebenptantsets'ilsveulents'ofrr le luxe d'trmalad, 122Knck ilsauraienttortdesegner.C'estd'ailleurstout bnfcepourlemdeci n.MADAMERMY, trsanime. En tout cas,personne ne vous laissera dire que le docteurKnokestintress. C' estluiquiacr les consultations gratuites,que nous n' avions j amas connuesici.Pourlesvisites, ilfaitpayerlesprsonnesquienontlesmoyens - avouezqu' autrement ce serait malheureux! -mais il n' accepte rien desindigents. Onlevoittraversertoutlecanton, dpenserdixfrancsd' essenceets' arrteravecsa bellevoituredevantlacahuted'unepauvrevieille qui n' a mme pas un fromage de chvre lui donner. Etilnefautpasinsinuernonplusqu' ildcouvre desmaladiesauxgensquin' enontpas.Moi , la premire,jemesuispeut-trefaitexaminerdix foisdepuisqu' ilvientquotidiennementl'htel. Chaque fois i l s'yestprtavela mme patience, m' auscultantdespiedslatte,avectousses instruments, etyprdantunbonquartd'heure. Ilm'atouj oursditquejen' avaisrien, quejene devais pas me tourmenter,quejen' avais qu' bien mangeretbienbire.Etpasquestiondelui faireaccepteruncentime. , Lammechosepou M. Bernard,l' instituteur,quis' taitmisdansla tte qu' il tait prteur de germes et qui n en vivait plus. Pour le rassurer, le docteur Knok a t j usqu' luianalysertroifoissesexcrments.D' ailleur Acte11,scneIII123 voiciM.Mousquetquivientfaireuneprisede sangau15avecledocteur.Vouspurezcausr ensemble.(Apsuntepsde'Ifexion.)Etpuis, donnez-moitoutdemmevotrevalise.Jevais essayerdevoustrouveruncoin.SCNEI V PARALAID,MOUSQUET MOUSQUET,don ltenu et denue fashionable. Ldocteurn'estpaencorel?Ah?ledocteur Paralaid!Unrvenant,ma foi.Il yasi longtemps quevousnousavezquitt. LEDOCTEUR Si longtemps?Maisnon,troismois. MOUSQUET C'etv!'roismois!Celamesembleprodgex.(Proteceur.)EtvoustecontentLyon? LEDCUR Trscntent. MOUSQUET A!tatmieux,tntmieu.Vouavezputt l-ba uneclientletoutefaite? Acte111,scneIV125 LEDOCTEUR Heu.Jel' aidj accrued'untiers . . .Lsant deMmeMousquetestbnne? MOUSQUET Bienmeilleure. LEDOCTEUR Aurait-elletsoufrante?MOUSQUET Vousnevousrapplezpa,cesmigrainesdont ellese plaignaitsuvent ?D' ailleursvousn'y avie paattachd'imprtance.LdoturKnocka diagnostiquaussittuneinsufsancedesscrtionsovariennes,etpresrituntraitementopthrapiquequiafaitmereille. LEDTEUR Al Elle nesoufreplus? MOUSQUET Dsesanciennesmigraines,plusdutout.Ls lourdeurdettequ'il luiariveencored'prouver proviennentuniquementdusurmenageetn'ont rienque denaturel.Cr nous sommes terriblement surens.Jevaisprendreunlve.Vousn'ave prsonnedesrieumerommander? 126Knock LEDOCTEUR Non,maisj'ypenserai. MOUSQUET Ah!cen'estpluslapetiteexistencecalmed'autrfois.Sijevousdisaisque,mme enmecouchant onzeheuresetdemiedusoir,jen'aipastoujour teinl'excutiondemesordonnances. LEDOCTEUR Bref,leProu. MOUSQUET Oh!iletcerainquej'aiquintuplmonchifre d'afaires,etjesuisloindeledplorer.Maisilya d'autressatisfactionsquecelle-l.Moi,moncher dteurParpalaid,j ' aimemonmtier;etj 'aime mesntirutile.Jetrouveplusdeplaisirtirerle cllierqu' rongermonfrein. Simplequetionde temprament.Maisvoiciledocteur. SCNEV LES!S,KNOK KNOK Messieurs.Bonj our,doteurParpalaid.Jepnsaisvous.Vousavezfaitbnvoyage? LEDOTEUR Excellent. KNOK Voustes venuavecvotreauto? LEDOTEU R Non.Parletrain. KNOK Ahbn!Ils'agitdel'chance,n'et-e pa? LEDUR C'est--direquejeprofteraidel'ocasion .. MOUSQUET Jevoulaisse,messieurs.(AKnok.)Jemonte auIS. SCNEVI LESMMES,moinsMOUSQUET LEDTEUR VOUnem'ausezplusmaintenantdevous avoi roul .l KNOCK L'intention ytaitbien, moncher confrre. LEDCTEUR VOUnenierezpaquejevousacdlepstep eleptevlaitquelquechose. KNOK Ohlvouauezpureste.Nousnoussrions pinegnsl'ul'autre.M.Mousquetvousaparl denopriersultats? LEDCTEUR Om'enaparl. AcelI. sneYI 129 KNOK,fouilant dansson portefeuill. Atitretoutfait confdentiel,j e puis vous cmmuniquerquelquesunsdemesgraphiquesVous lesrattacherezsanspeinenotreconversationd'il yatroismois.Lesconsultationsd' abord.Cette courbeexprimeleschifreshebdomadaires. Nous partonsdevotrechifrevous, quej ' ignorais,mais quej 'aifxapproximativements.LEDOTEUR Cinqcnsultationsparsmaine?Ditesledouble hardiment,moncherconfrre. KNOK Soit.Voicimeschifresmoi eBienentendu, je necomptepaslesconsultationsgratuitesdulundi. Mi-octobre,37.Finoctobre :90. Finnovembre :128.Findembrej en'aipasencorefaitlerelev, mais nous dpassons1 50.D' ailleurs,faute de temps, je dois dsormais sacri fer la courb des consultations clledestraitements.Parelle-mmelaconsultationnem' intresequ' demic'estunartunpu rdimentaire, unesredepcheauflet.Maisle tritement,c'etdelapisiculture. LEDTEUR Pardonnez-moi , moncherconfrre:voschifres strgoureusementexacts? I30Knck KNOCK Rigoureusement. LEDOCTEUR Enunesemaine,ilapusetrouver,dansle cantondeSaint-Maurice,centcinquantepersonnes quisesoientdrangesdechezellespourvenir fairequeue,enpayant, la prtedumdeci n?On neles ya pas amenes de force, ni par une contrainte quelconque? KNOCK Iln'yafallunilesgendarmes,ni la troupe. LEDOCTEUR C'estinexplicable.KNOK PassonslacourbdestraitementseDbut d'otobre,c'estlasituationquevousmelaissiez; maladesentrai temen trgulierdomicile0, n'est-cepas?(Parpalaidesquisseunepotestatio mlles )Finotobre32. FinnovembreI2I. Fin dembre v .notrechifresetiendrentre245et 25 LEDTEUR J'ai l' impression que vous abusez de ma crulit. ActeII,sdnVI131 KNOK Moi ,jenetrouvepascelanorme.N'oubliez pasquelecantoncomprend2853foyers,etldessus1502revenusrelsquidpassent120 francs.LEDCTEUR Quelleestcettehistoirederevenus? KNOK,ilse dirigeverslelavab. Vousnepuveztoutdemmepasimpoerla charged'unmaladeenprmanenceunefamille dontlerevenun' atteintpasdouzemillefrancs. Ceseraitabusif.Etpurlesautresnonplus,l'on nesauraitprvoirunrgimeuniforme. raiquatre chelons detraitements.Lplus moeste,pour le revenus de douze vingt mille, ne compre qu'une vsiteparsemaine,etcinquantefrancsenvironde fraispharmaceutiquesparmois. Ausommet,le traitementdeluxe,purrevenussupreur cinquantemillefrancs,entraneunminimumde quatrevsites par semaine,etdetroiscentsfranc par mois de frais divers : rayons X,rdium, massages letrique,analyse,mdicationcourante,etc . . LEDEUR Maiscommentconnaissez-vouslerevnusde voclients? 132Knock KNOCK, ilcommence unlavage de mains minutiex. Pasparlesagentsdufsc,croyez-l e. Ettant mieux pour moi .Al ors quejednombre1502revenussuprieurs120francs, l econtrleurde l' i mptencompte17. Leplusgrosrevenudesa listeestde20 0.Leplusgrosdel amienne,de 120 00. Nous ne concordons j amai s.IIfaut rfchir queluitravaillepurl ' tat. LEDTUR VOSinforations vous, d'oviennent-elle? KNOCK, souriant. Debiendessources. C' estuntrsgrostravail. Presquetoutmonmoisd' octobreyapass.Etj e reviseconstamment.Regardezcecic'estj oli.n' est-cepas? LEDOTEUR On dirait une carte du canton.Mais que signifent tous ces pints rouges? KNOCK C'est la carte de la pntration mdicale. Chaque pointrougeindiquel ' emplacementd'unmalade rgulier.Ilyaunmoisvousaurieviciune noretachegrise:la tache de Chabrires. I' 111.SVI LEDTUR Platt-il? KNOK Oui, du nomdu hameau quienforaitle centre. Monefordesderiressemainesaprtprincipalementl-dessus.Aujourd'hui,latachen'ap dspr,maiselleestmorele.N'est-cpa?O larmaruepine. Since. LEDTEUR Mmesijevoulaisvouscachermonahurissement,moncherconfrr,jen'yparendraisp. Jenepuisgurdouterdevosrsultats:ilsme sntconfrsdeplusieurscts.Voustesun hommetonnant.D' autres que moi se retiendraient puttredevousledireilslepnserienteO alors,ilsneseraientpasdesmdecins.Maisme prettez-vousdemeposerunequestiontout haut? KNOK Jevousenpre. LEDOCTEUR Sijepossdaisvotremthoe . . .sijel'avaisbien enmaincommevous . . . s' ilnemerestaitqu'la prtiquer . . 4 134 Knck KNOK Oui .LEDOTEUR Est-cequejen'prouveraispasunscrupule? (Silence.)Rpndez-moi. K:OK Maiscestvousderpondre,i l mesemble. LEDOTEUR Remarquzquej e netrancherien. Jesoulveun poi ntexcesivementdlicat. K:OCK Jevoudraisvouscomprendremieux. LEDCTEUR Silence. Vousallezdi requeJ edonneqanslerigorisme, quejecouplescheveuxenquatre. :fai s, est-ce que,dansvotremt hode,l ' i ntrtdumaladen' est pasunpeusubrdonnl ' i nt rtdumdeci n? KNOK DoteurParpalaid, vousoubl iezqu' i lyaun i ntrtsuprieurcesdeux-l. ActeIII,scneVI 135 LEDOCTEUR Lequel? KNOCK Celuidelamdecine. C'estleseuldontjeme proccupe Silence.Parpalaidmdite. LEDOCTEUR Oui,oui ,oui.Apartir dece momentetiusqtt ' lafn de la pice,l' clairagedelascne prendpeupeu lescaractresdelaLumireMdicale,qui, commeonlesait ,est Plusricheenrayonsverts etvioletsquelasimPleLumireTerrestre e e eKNOCK Vousmedonnezuncantonpeupldtquelques mil l i ersd' i ndividus neutres,i ndterminsMon rle,c' estdelesdterminer, delesamenerl ' exi stence mdicale. Je lesmetsau l i t, etj eregarde cequiva pouvoirensortiruntuberculeux, unnvropathe, unartrio-sclreux, cequ' onvoudra,maisquel. qu' ungbonDieu!quelqu un 'Riennemagace comme cet tre nichairnipoissonquevous appelez unhommebienportant . LEDOCTEUR Vousnepouvezcependantpasmettretoutun cantonauI it ' Knock KNOK,tandisqu'ils'essuielesmains. Clasediscuterait. Carj ' aiconnu,moi ,cinq personnesdelammefamille,maladestoutesla fois, au li ttoutesl a fois,et qui se dbrouillaient fortbien.Votreobj ectionmefaitpenserces fameux conomistes qui prtendaient qu' une grande gerremodernenepourraitpasdurerplusdesix semaines.Lvri t,c'estque nousmanquonstous d' audace,quepersonne,pasmmemoi ,n'osera aller j usqu'au butetmettretouteuneppulation aulit, pourvoir, pourvoir! Maissoit !Jevous accorderaiqu' i l fautdesgensbienportants, ne serai t-equepoursoignerlesautres,ouformer, l'arriredesmal adesenactivit, uneespcede rserve.Cquej en' ai mepas.c' estquelasant prennedesairsdeprovocation,caralorsvous avouerezque c' estexcessif.Nousfermonslesyeux suruncertainnombredecas,nouslaissonsun cerainnombredegensleurmasquede 'prosprit. Maiss'ilsviennentenSUIte se pavanerdevantnous etnousfaire la ni que,jemeche.C' estariv ici purM.Rafalens. LEDCTEUR Ah!leclosse?Celuiquisevantedeprersa blle-mrebrastendu? KNOK Oui.Ilm'adfprsdetroismois . . . Maisay est. ActeII,scnlVI 137 LEDOCTEUR Quoi ? KNOK IIestaul i t. Sesvantardisescommenaient afaiblir l espritmdicaldelapopulation. LEDOTEUR IIsubsistepurtantunesrieusedifcult. KNOK Laquelle? LEDOCTEUR VOllSne pensezqu'lamdecine . . . Maislereste? Necraignez-vouspasqu' engnrali santl' applicationdevosmthodes, onn' amneuncertain ralentissementdesautresactivitssoialesdont plusieurssontmalgrtout,intressantes? KNOK a ne me regarde pas.Moi ,je fais de la mdecine. LEDOTEUR IIestvraiquelorsquilconstritsalignede chemindefer,l ingnieurnesedemandepasce qu'enpenselemdeindecampagne. KNOK Parbleu!(Irem01tverslefonddlscneet s'aprochd'mIefentre.)Regardezunpuici, Knock doteurParpalaid. Vousconnaissezlavuequ'ona decettefentre. Entredeuxpartiesdebillard, j adis, vousn' avezpumanquerd' yprendregarde. Toutl-bas,lemontAl igremarquelesbornesdu canton. Lesvi l l agesdeMesc1atetdeTrbures s' aperoiventgauche ;etsi , decect,lesmaisons deSaint-Mauricenefai saientpasuneespcede renfement, c' esttousleshameauxdel avalleque nousauri onsenenfl ade. Mai svousn' avezdsaisir l quecesbeaut snaturelles, dontvoustesfriand. C' estunpaysagerude,pei nehumai n, quevous contempli ez. Auj ourd' hui ,jevousledonnetout imprgn demdeci ne, animetparcouru parlefeu souterraindenotreart .Lpremirefoisquej eme suisplanti ci, aulendemaindemonarrive, je n' taispastropfer ;jesentaisque maprsencene psait pas lourd. Cevasteterroir se passaitinsolemmentdemoietdemes parei l s. Maismai ntenant ,j ' ai autantd' aisemetrouvericiqu' sonclavierl ' organistedesgrandesorgues. Dansdeuxcentcinquantedecesmaisons- i l s' enfautquenousles voyionstoutescausedel ' loignementetdes feuillages -i lyadeux cent ci nquantechambrcso quelqu' un confesse l a mdecine,deux cent ci nquante l i tsouncorpstendutmoignequelavicaun sens, etgrcemoiunsensmdical .Lanui t, c' cst encoreplusbeau,car i lyaleslumires. Etpresque toutesleslumiressontmoi.Lesnon-malades dormentdanslestnbres .Ilssontsuppri ms. :Iais lesmaladesontgardleurveil leuseouleurlampe.ActeIII,scneVI139 fout cequi resteen marge dela mdecine,la nuit m'endbarrasse, m'endrobl' agacementetle df.Lecanton faitplace une sorte defrmament dontjesuisl ecrateurcontinuel .Etj enevous parlepasdesclohes.Songezque,pourtoutce monde,leurpremierofceestderappelermes prescriptions ,qu' ell essontlavoixdemesordonnances. Songezque,dansquelquesinstants, ilva sonnerdixheures, quepurtousmesmalades, dix heures, c' estl a deuximeprisedetemprature rectale, etque,dansquelques instants,deux cent cinquantetheromtresvontpntrerlafois . . e LEDOTEURluisaisissantkbaavecotion. Moncherconfrrej 'aiquelquechosevous propser. KNOK Quoi ? LEDCTEUR Un homme comme vous n'est pas sa place dans un chef-lieu de canton.Il vous faut une grande ville: KNOK Je l'aurai, tt ou tard. LEDTEUR Attention!Voustesjustel'apgedevos Knock forces.Dans quelques annes, elles dclineront dj . Croyezenmonexprience KNOCK Aors? LEDOTEUR Alor, vous ne devriez pas attendre. KNOCK Vousavezunesituationm'indiquer? LEDOTEUR Lmienne.Jevousladonne.Jenepuispas mieuxvousprouvermonadmiration. KNOCK Oi . . 0Etvous,qu'est-equevous4eviendriez? LEDEUR Moi ?JemecontenteisdenouveaudeSaintMaurce. KNOCK Oui. LEDOUR Etjevpluloin.Lsquelquesmilliersde f que vsme deez,je vuenfaiscdeu ActeIII,scnVI KNOCK Oui . . . Aufond,vousn' tespassibtequ'on veutbienledire. LEDOCTEUR Commentcela? KNOCK Vouproduisezpeu,maisvousveacheteret vendre.Cesontlesqualitsducommernt. LEDOCTEUR Jevousasureque. . .KNOK Voustesmme,enl'espce,asbnpsychologue.Vousdevinezquej enetiens plus l'argent dsl' instantquej 'engagebeaucoup;etquela pntrationmdicaled'unoudeuquierde Lyonm'auraitvitefaitoubliermesgraphiqued Saint-Maurice.Oh!jen'ai pal'intentiondeveillir ici.Maisdelmej etersurlapremireoccaion venue! SCNEVII LESMMES,MOUSQUET Mousquet traverse discrtemnt la sale pour gagne lare.Knockl'arrte. 'NOCK Approchez-vous,cherami .Savez-vousceque meproposeledocteurParpalaid?. . Unhange depostes. J irais le remplacerLyon.Il reviendrait ici. MOUSQUET C'estuneplaisanterie.KNOCK Pas dutout.Une ofre trssrieuse.MOUSQUET Lesbrasm'entombent . . . Mais,naturellement, vousrefusez? ActeIII,scneVII143 LEDOCTEUR PourquoiledocteurKnockrefuserait-il? MOUSQUET, Parpalaid. Parceque,quandenchanged'unhammerless dedeuxmillefrancsonleurofreunpistoletair comprimEurkaPlesgensquinesontpasfous ontl' habitudederefuser.Vouspourriezaussiproposeraudocteuruntrod'automobiles. LEDOTEUR JevouspriedecroirequejepossdeLyonune clientledepremierordre.J' aisuccdaudoteur Merlu,quiavaitunegrosserputation.MOUSQUET Oui ,maisilyatroismoisdea.Entroismois, on faitduchemin.Et encore plus la descente qu' lamonte. (AKnock.)Dabrd,moncherdoteur, lappulationdeSaint-Maurice n'accepteraj amais. 'LEDOCTEUR Qu'a-t-elle voirl-deans?Nousneluidemanderonspassonavs. MOUSQUET Ellevousledonnera.Jenevousdispaqu'elle feradesbarcades. Cen'estpalamodedupays Knck etnousmanquonsdepavs;Maisellepourait vousremettresurlaroutedeLyon. (Iaperoit MmeRmy.)D'aillEurs,vousallezenjuger. Entre madame Rmy, portant des assiettes. SCENEVIII LESMMES,MADAMERMY MOUSQUET MadameRmy,apprenezunebonnenouvelle. LedocteurKnocknousquitte, etledocteurParpalaidreviente Ellelchesapiled' assiettes,maislesrat trapetemps,etlestientappliqt,essursa poitrine,enrosace. MADAMERMY Ah!maisnon!Ah!maisnon!Moijevousdis que a ne se fra pas.(AKnock.)Ou alors il faudra qu' ilsvousenlventdenuitenaroplane,parce quej ' avertirailesgensetonnevouslaisserapas partir. Ocrvera plutt les pneus de votre voiture. Quantvous,monsieurParpalald,si c'est pur a quevous tesvenu,j 'ai le regret devousdireque j e nedisposeplusd'une seule chambre,etquoique Knock noussoyonsle4janvier,vousserezdansl'obligationdecoucherdehors. Ellevamettresesassiettessurunetable. LEDTEUR,trsmu. Bien.bien!L' attitudedecesgensenversun hommequileuraconsacrvingt-cinqansdesa vieestunscandale.Puisqu' i l n' y aplusdeplace Saint-Mauricequepourlecharlatanisme,j eprfre gagnerhonntementmonpainLyon -honntement,etd' ailleurslargement. Sij ' aisongun instantreprendremonancienposte, c' tait, j e l' avoue, causede la santde mafemme, quine s' habituepasl' airdel agrandeville. Docteur Knock, nousrgleronsnosafairesle plusttpossible.Je repars ce soir. KNOCK Vousnenousferezpascetafront, moncher confrre.Mme Rmy,dans la surprise d' une nouvelle d' ailleursi nexacte, etdanslacrainteoelle tait delaissertombersesassiettes, n' apugarderle contrledesonlangage.Sesparolesonttrahisa pense.Vousvoyezmaintenantquesavai sselle estenscurit,Mme Rmyaretrouvsabienveillancenaturelle, etsesyeuxn' exprimentplusque lagratitudequepartagetout elappulationde Saint-Mauricepourvosvingt-cinqannesd' apostolatsilencieux Acte11,scneVIII47 MADAMERMY Srement,M.ParpalaidatOUjOurstuntrs brave homme.Et il tenait sa place aussi bien qu'un autretantquenouspouvionsnouspasserde mdecin.Ce n' taitennuyeuxque lorsqu' il yavait pidmie.Carvousnemedirezpasqu'unvrai mdecinauraitlaissmourirtoutcemondeau tempdela grippeespagnole.LEDOTEUR Un vrai mdecin!Quelles choses il faut s'entende dire!Alors,vouscroyez,madameRmyqu' un vrai mdecin Ppeut combattre une pidmie mondiale? Apeu prscomme le garde champtrepeut combattreuntremblementdeterre.Attendezla prochaine,etvous verrezsiledocteur Knock s'en tire mieux que moi . MADAMERMY Le docteur Knock . . .coutez, monsieur Paralaid. Jenediscuterai pas d' automobile avecvous,parce quejen'yentends rien.Maisjecommence savoir cequec'estqU'unmalade.Ehbien, jepuisvous direquedansunepopulationotouslesgens chtifssontdjaulit,on l 'attenddepiedfere, votrepidmiemondiale. Cequ'ilyadeterible, comme l 'expliquaitl'autrejour encoreM.Bernard, laconfrence,c'est un coupdetonnerredans un ciel bleu. Knock MOUSQUET Moncherdocteur,j enevousconseillepasde soulevericidescontroversesdecetordre.L'espritpharmaco-mdicalcourtlesrues. Lesnotions abondent. Etl epremiervenuvoustiendratte. KNOCK Nenousgaronspasdansdesquerellesd' cole. MmeRmyetledocteurParpalaidpuventdifrerdeconceptions, etgardernanmoinslesrapprtslespluscourtois.(A Mme Rmy. )Vousavez bienunechambrepourledocteur? MADAMERMY Jen'enaipas.Voussavez bien quenous arrivons peinelogerlesmalades.Siunmaladeseprsentai t, j erussiraispeut-trelecaser,enfaisant l' impossibleparcequec'estmondevoir. KNOCK Maissijevousdisaisqueledocteurn'estpasen tatdereparirdscet aprs-midi ,etque,mdicalementparlant, unreposd' unej ournaumoins luiestncessaire? MADAMERMY Ah!ceseraitautrechose . . . Mais . . . M.Paralaid n'estpasvenuconsulter? AcII,scVIII149 KNOCK Srait-ilvenuconsulterqueladsrtionprofessionnellem'empheritput-trdeledlarer publiqueent. LDTUR Q'alle-vouschehel?Jerparcsoiret voiltot. KNOK,l regardnt. Moncherconfrr,jevousparIetrsrieusment.Unrepdevingt-quatreheuresvouset indispnsable.Jedonseilleledparaujourdhuig etauboinjem'yoppe. MADAMERMY Bien,bie,dteur-Jenesavsp.M.Paralaidauraunlit,vouspuveztrtranquille.Faud-t-ilprendresatemprature? KNOK Nousrecauseronsde cela tout l''eure. MmeRmyseretire. MOUSQUET Jevouslaissuninstant,messieurs.(AKnok.) J'aicasuneaigille,etjevisenprndreune autrlapharacier Ilsor. SCNEIX KNOK, PARPALAlD LEDOTEUR Dites donc, c' est une plaisanterie ?(Petit silene.) Jevousremercie, detoutefaon. a nem'amusait pasderecommencercesoirmmehuitheuresde voyage.(Petitsilence.)Jen'aiplusvingtanset je m' en aperoi s. (Silence. )C'estadmirable,comme vousgardezvotresrieux.Tantt, vousavezeu unairpurmerirea . . . (Ilselve. )J' avaisbau savoirquec' tai tuneplaisanterieetconnatreles fcellesdumtier. . . oui ,unairetuni l . . . comme si vous m' aviezscrutj usqu' au fonddes organes . . .Ah!c' esttrsfort. KNOCK Quevoulez-vous!Celasefaitunpeumalgr moi .Dsquejesuisenprsencedequelqu' un, j e nepuispasempcherqu'undiagnostics ' bauche enmoi. ..mmesic' estparfaitementi nutile, et hors de props.(Confdentiel.) A ce pintque, depuis quelquetemps, j ' vitede me regarder dans la glace. AceIII,scneIX151 LEDOCTEUR Mais . . . undiagnostic . . . que voulez-vousdire?un diagnosticdefantaisie, oubien?. .KNOCK Comment,defantaisie?Jevousdisquemalgr moiquandj erencontreunvIsage,monregardse j ette, sansmmequej ' ypense, suruntasde petits signes i mperceptibles . . .la peau, la sclrotique, lespupilles, lescapillaires,l' alluredusoufe, le pil. . .que sais-j e encore,et mon appareil construire desdiagnosticsfonctionnetoutseul .Il faudraque jemesureille,carceladevientidiot. LEDOCTEUR Maisc'estque. . . penettez. . . J' insisted'une manireunpuridicule, maisj ' aimesraisons. . .Quandvousm' avezditquej ' avaisbesoind' une j ourne de reps,tait-ce par simple j eu,ou bien?. .Encoreunefoi s, sij ' insiste,c' estquecelarpnd certainesproccupationsquej epuisavoir.Je nesuispassansavoirobervsurmoi-mmetelle ou telle chose, depuisquelquetemps. . .etne ft-ce qu' aupointdevepurementthorique,j ' aurais ttrscurieuxdesavoirsimespropresobservationsconcidentavecl ' espcedediagnosticinvolontairdontvousparlez. KNOCK Moncherconfrre,laissonscelapurl' instant. Knock (Sonneriedeclochs. )Dixheuressonnent. Ilfaut que j e fasse ma tourne. Nous dj eunerons ensemble, sivousvoulezbienmedonnercettemarqued'amiti.Pourcequiestdevotretatdesant,etdes dcisionsqu' i lcomprtepeut-tre,c' estdansmon cbinet, cetaprs-midi,quenousenparlerons plus loisir. Knocks' loigne.Dixheuresachventdesonner.Parpalaidmdite,aUaissStlrunechaise. Scipion,labonne,MmeRmyparaissent,porteursd'instrumentsrituels,edflent,ausein delaLumireMdicale. RIDEAU Acte 1. Acte II. Acte III. II 51 19 DUMMEAUTEUR MORCEAUXCHOI SI S(Gaimd) . uv potqe LAVIEUNANI ME(Gallimad) . UNTREENMARCHE(Fammarion) . ODESETPRIRES(Gallimard).EUROPE(Gallimard) . LEVOYAGEDESAMANTS(Gallimard) . CHANTDESDI XANNES(Gallimad) . L' HOMMEBLANC(F1ammarion) .PI ERRESLEVES,sivid MAI SONS(Fmaon) . CHOI XDEPOMES(Galimad) . PETITTRAITDEVERSIFICATI ON(Galimad). R ect LEBOURGRGNR(Galimad) . MORTDEQUELQU' UN(Gallimad) . Folio n" 1882. LESCOPAINS(Gallimad) . Folio n182. DONOGOO-TONKA(Glimad) . PSYCH.1.LUCI ENNE(Gallimad) . l.LEDI EUDESCORPS(Gallimad) .Ill.QUANDLENAVIRE ...(Gallimad) . PSYCH 1,I I , I I I (Folio M1671) .LESHOMMESDEBONNEVOLONT(27 vol.)(mron).LESHOMMESDEBONNE VOLONT(ton intge en 4 vl. )(Fammaon) .BERTRANDDEGANGES(Fammaon) . LEMOULI NETL' HOSPI CE(aon) . VI OLATI ONDEFRONTIRES(Fammarion) . VERDUN(Fammarion) .LEFI LSDE JERPHANI ON(Fammaron) .UNEFEMMESI NGULIRE(Fammarion).LEBESOI NDEVOIRCLAI R(Fammarion) . MMOI RESDEMADAMECHAUVEREL(2 vol.)(Fammarion).UNGRANDHONNTEHOMME(Fammaron) .PORTRAI TSD' I NCONNUS(Fammarion) .Tht CROMEDEYRE-LE-VI EIL(Gallimad) . M. LETROUHADECSAI SIPARLADBAUCHE(Gali-mad) .Folion" 651.KNOCK(Gallimad) .Folio n" 60 et Folio Tt nU 2. LEMARIAGEDELETROUHADEC(Galimad) . LEDI CTATEUR(Gallimad) . JEANLEMAUFRANC(Galimad) . MUSSE(Gallimad) . VOLPONE(en collabrton avec Stef Zweig)(Galimard) . DONOGOO(Gallimad) . BON(Galimad) . GRCEENCOREPOURLATERRE(Gallimad) . PI CESENUNACTE(Gallimad) . Ea PUI SSANCESDEPARI S(Gallimad) .L'Imaginae nO IS. LAVI SI ONEXTRA-RTI NI ENNEETLESENSPAROP TI QUE(Gallimard) . LAVRITENBOUTEILLES(Trmois). PROBLMESEUROPENS(Famarion) . VISITEAUXAMRI CAI NS(Famarion) . POURL' ESPRITETLALI BERT(Gallimad) . LECOUPLEFRANCE-ALLEMAGNE(Famaron) . CELADPENDDEVOUS(Fammarion) .SEPTMYSTRESDUDESTINDEL' EUROPE(. de la Maison Fras) .UNEVUEDESCHOSES(d. de l a Maison Fa) . RETROUVERLAFOI(Fammarion) .LEPROBLMEN 1(Plon) . PARI SDESHOMMESDEBONNEVOLONT(aie Pl) (Famaron) + SALSETTEDCOUVREL' AMRIQUE.sv d LETTRES DESALSETTE(Fammaon) .SAINTSDENOTRECALENDRI ER(Fammaon) . INTERVIEWSAVECDI EU(Famaon) . EXAMENDECONSCI ENCEDESFRANAIS(Famaron) . PASSAGERSDECETTEPLANTE, OALLONSNOUS ?(Grset) . SOUVENI RSETCONFI DENCESD' UNCRIVAIN (Ame Fayd) .SITUATI ONDELATERRE(Famaron).HOMMES. MDECI NS. MACHI NE(Fmaon) . LESHAUTSETLESBASDELALIBERT(Faon). POURRAI SONGARDER(8 vo!.)(Fon) . NAPOLONPARLUI-MME(lbrairie Acadmique Perrin) .LETTRESUNAMI (premire etdeuilesrie)(Fron) + AI-JEFAITCEQUEJ ' AIVOULU ?(Wesmael-arlier). LETTREOUVERTECONTREUNE VASTECONSPI RATION(AlbinMicel).MARC-AURLEOUL' EMPEREURDEBONNE VOLONT(Fammaon) .AMITI