Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Inventaire du patrimoine de la Reconstruction

  • View
    5

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Inventaire du patrimoine de la Reconstruction

  • Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche

    Conseil général de la Manche - Conservation des antiquités et objets d’art – 2011

    Légende des notices : Avertissement : Le présent inventaire concerne prioritairement les édifices religieux, pour lequel il est donc le plus complet. Les notices concernant les autres patrimoines ne sont donc qu’indicatives, et la liste ne saurait en être exhaustive. Des notices détaillées sur certains édifices (religieux pour la plupart), avec photographies et indications des sources peuvent être consultées sur le site : http://objet.art.manche.fr/ rubrique RECHERCHER Agneaux. Eglise Saint-Jean-Baptiste : Voir la notice complète (avec la synthèse) dans le catalogue d’exposition : « Une Renaissance au 20e siècle. La Reconstruction de la Manche (1944-64) ». Orep – Conseil général de la Manche. 2011. Ces notices correspondent aux édifices les plus représentatifs. Arch. : architecte Les noms de personnes sont indiqués en majuscules dans l’ordre suivant : architectes, entrepreneurs et auteurs des décors, mobiliers ou objets. ( restauration) : indique que l’édifice n’a été que partiellement détruit. Pour certaines églises listées, par exemple, il n’y a que les vitraux qui datent de la période. (reconstruction) : indique que l’édifice a été aux troisquart ou en totalité reconstruit Acqueville Église (restauration) LOIRE, Gabriel (vitraux - plomb - 1950 11 baies) AGNEAUX Église Saint-Jean-Baptiste (restauration/reconstruction) Chemin de croix, statues, tabernacles, couvercle des fonts-baptismaux, coq IMH (20 mars 2003) PRIOLEAU Jacques (arch.) Juin 1951 : plans 13 octobre 1954 : consécration PIOLINO : couverture.- QUELIN : maçonnerie.- GUIBERT Eugène: charpente.- TURROU : menuiserie.- EBEL Henri: menuiserie, ferronnerie. ZACK Léon: conception du tabernacle, du chemin de croix et du conopée.- Maxime Adam-Tessier : réalisation du chemin de croix et du tabernacle.- PLASSE-LE CAISNE : réalisation du conopée.- Jean LAMBERT-

    RUCKY : coq.- Philippe KAËPPELIN : statues, couvercle des fonts.- Étienne REBUFFET et GIRAUDET : structure tabernacles.- Simone FLANDRIN-LATRON : conception des vitraux.- ATELIER TOURNEL : exécution des vitraux. Voir la notice complète dans le catalogue d’exposition : « Une Renaissance au 20e siècle. La Reconstruction de la Manche (1944- 64) ». Orep – Conseil général de la Manche. 2011. Agon-Coutainville église d’Agon (restauration) BONY, Paul (3 vitraux et 1 oculus dans le baptistère,1963) Agon-Coutainville église de Coutainville (Notre-Dame-des-Flots, égise diocésaine) (restauration) BONY Paul ( vitrail sud transept) Amfreville église Saint-Martin (restauration) MARTINEAU P. (vitraux) Auvers église Saint-Etienne (restauration) LECOMTE, G. (arch.) PEREZ ( vitraux) AUXAIS Ferme au lieu-dit La Bésarderie (reconstruction) Pierre-André LE BRETON 4 novembre 1946 : permis de construire 8 novembre 1954 : certificat de conformité des travaux C’est sur les plans de l’architecte Pierre-André Le Breton qu’est reconstruite cette ferme en « L » au lieu-dit La Bésarderie (noté « Bézarderie » dans des les archives relatives à cette reconstruction) sur la commune d’Auxais. Le permis de construire est accordé dès le 4 novembre 1946. La coopérative agricole de Reconstruction « les Vikings » est mandatée par le propriétaire pour le suivi de ce chantier. Le certificat de conformité des travaux est établi par l’architecte le 8 novembre 1954. Le logis se compose de cinq travées d’ouverture à linteau béton traité sans modénature, tandis que la dépendance, regroupant étable et charreterie, en comporte six. Cette dernière s’implante en retour d’équerre à la façade antérieure (nord) du

  • Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche

    Conseil général de la Manche - Conservation des antiquités et objets d’art – 2011

    logis. L’ensemble des façades est appareillé en mœllons de calcaire, tandis que les cloisons intérieures et les murs de refend sont en brique. Si pour la couverture, il est fait usage de l’ardoise, matériau fréquemment usité depuis le XIXe siècle, la réalisation de la charpente en béton armé est un élément novateur pour une ferme du Cotentin. AUXAIS Ferme au lieu-dit Les Landes (aujourd’hui La Fosserie) (reconstruction/restauration) Henry LE ROY Georges LETELIÉ François CHAMPART (premier bâtiment) Henri POUEY (deuxième bâtiment) 27 décembre 1948 : permis de construire (certificat de conformité des travaux : non délivré) du 1er bâtiment 20 août 1954 : permis de construire du second bâtiment 22 décembre 1958 : certificat de conformité des travaux Société moderne de travaux CRESPIN Le lieu-dit La Fosserie abrite la seule ferme reconstruite en terre crue dans la Manche. C’est sur les plans de Henry Le Roy, Georges Letelié et François Champart qu’est accordé le permis de construire de cette ferme le 27 décembre 1948. À partir des terres de récupération des édifices en bauge détruits alentour, un bâtiment en « L », comportant primitivement un logis et une dépendance, est réalisé selon la technique du pisé. Cette technique consistant à compacter une terre graveleuse dans des coffrages n’était pas utilisée localement. Le bâtiment principal se compose de cinq travées, tandis que celui implanté en retour d'équerre en comporte deux. L'ensemble est couvert en tuiles. Malheureusement, pendant plus d'un an, l'édifice reste sans couverture, ce qui entraîne de nombreux désordres dans la maçonnerie de terre. Suite à ces aléas du chantier de construction, ce premier édifice devient une simple dépendance et un logis de trois travées est réalisé sur les plans de l’architecte Henri Pouey, en maçonnerie de béton aggloméré enduite au ciment. Pour ce dernier, le permis de construire est délivré le 20 août 1954 et le certificat de conformité des travaux le 22 décembre 1958. AUXAIS Ferme dite le château d’Auxais (reconstruction) Pierre-André LE BRETON

    André COCHEPAIN 4 août 1950 : dépôt de la demande de permis de construire 12 décembre 1950 : obtention du permis de construire 7 avril 1954 : réception des travaux 10 avril 1955 : certificat de conformité CRETEY (Carentan) : serrurerie.- DARIDAN (Périers) : gros-œuvre.- FRANÇOISE (Grandcamp) : électricité.- GODEFROY FRERES (Sainteny) : peinture, vitrerie, décoration.- JEANNOT (Vincennes-Périers) : maçonnerie (terrassement, béton armé) et charpente.- LABANSAT (Périers) : menuiserie.- PIOLINO (Saint-Lô) : couverture, zinguerie, chauffage AUXAIS Ferme au lieu-dit La Palisserie (village de l’église) (reconstruction) Pierre-André LE BRETON 6 octobre 1949 : permis de construire 28 mai 1955 : certificat de conformité Cette ferme en « L » au lieu-dit La Palisserie (référencé au lieu-dit « Village de l’Église » dans les archives relatives à cette reconstruction) est reconstruite sur les plans de l’architecte Pierre-André Le Breton. Le permis de construire est accordé le 6 octobre 1949. Le certificat de conformité des travaux est établi par l’architecte le 28 mai 1955. Le logis, à un étage carré, présente un appareil de grès tandis que les linteaux et les assises des fenêtres sont en béton. Les ouvertures géminées du rez-de-chaussée sont pourvues de piédroits en briques. La couverture est réalisée en tuiles plates mécaniques. Les façades de l'étable laissent apparaître aux deux tiers inférieurs un appareil en grès, tandis que le dernier tiers est enduit au ciment à l'instar des pignons. Les baies du rez-de- chaussée sont géminées et pourvues d'un piédroit central en briques, tandis que les linteaux et appuis sont en béton. Le fenil, qui occupe le comble, est accessible par une unique lucarne pendante couverte en bâtière. La couverture de l'étable comme de celle du logis est en tuiles. Auxais Ferme de la Maugerie (reconstruction) 1951 DUBREUIL (arch.) Lefrançois (entrepreneur)

  • Inventaire du patrimoine de la Reconstruction dans la Manche

    Conseil général de la Manche - Conservation des antiquités et objets d’art – 2011

    L'allure générale de cette ferme, reconstruite en pierre de Quinéville, est celle d'une ferme traditionnelle du Coutançais, avec en particulier le fronton triangulaire qui domine la façade. Cependant les grandes fenêtres à quatre vantaux sont bien dans l'esprit de la Reconstruction. Auxais Eglise Saint- Martin (reconstruction) 1958, 3 juillet : pose de la première pierre – 1960, 6 octobre : inauguration LEBRETON Pierre-André(Cherbourg) MARTINET André MAUBLANC Yves CASAZZA Jean (La Roche Rigault, Vienne, vitraux) BATAILLE (statue du Christ) ANGER (couvercle des fonts) L’église Notre-Dame d’Auxais, oeuvre de Le Breton, l'architecte de l'église de Raids, constitue comme cette dernière, un exemple d’église « régionaliste ». L’ancienne église fut laissée en « champ de ruine », patrimonialisée par une inscription Monuments historiques, alors que la nouvelle construction était implantée au centre du village. Le Breton utilise à Auxais les fermes triangulées en béton armé pour l’établissement de la nef, technique très répandue du fait de sa facilité d’exécution et du faible coût de mise en oeuvre. Un simple voligeage posé sur la charpente donne la finition du couvrement de la nef. Les fermes scandent fortement l’espace du vaisseau unique, é