Click here to load reader

Histoire de France - veut dormir chez Ludo.pdf · PDF fileJacques Bainville, Histoire de France (1924) 2 Cette édition électronique a été réalisée par Diane Brunet, bénévole,

  • View
    218

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Histoire de France - veut dormir chez Ludo.pdf · PDF fileJacques Bainville, Histoire de...

  • Jacques Bainville (1879-1936) Historien franais

    (1924)

    Histoire de France

    Un document produit en version numrique par Diane Brunet, bnvole,

    Courriel: [email protected]

    Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales" Site web: http://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/

    Une collection dveloppe en collaboration avec la Bibliothque

    Paul-mile-Boulet de l'Universit du Qubec Chicoutimi Site web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm

  • Jacques Bainville, Histoire de France (1924) 2

    Cette dition lectronique a t ralise par Diane Brunet, bnvole, partir de :

    Jacques Bainville (1879-1936) Histoire de France. Paris : Arthme Fayard, diteur, 1924, 497 pp. Collection : le livre de

    poche.

    Polices de caractres utilise :

    Pour le texte: Times, 12 points. Pour les citations : Times 10 points. Pour les notes de bas de page : Times, 10 points.

    dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft Word 2001 pour Macintosh. Mise en page sur papier format LETTRE (US letter), 8.5 x 11) dition complte le 5 mai 2005 Chicoutimi, Ville de Saguenay, Qubec.

  • Jacques Bainville, Histoire de France (1924) 3

    Table des matires Avant-propos Chapitre I. Pendant 500 ans la Gaule partage la vie de Rome. Chapitre II. L'essai mrovingien. Chapitre III. Grandeur et dcadence des Carolingiens. Chapitre IV. La rvolution de 987 et l'avnement des Captiens. Chapitre V. Pendant 340 ans, l'honorable maison captienne rgne de pre en fils. Chapitre VI. La guerre de Cent ans et les rvolutions de Paris. Chapitre VII. Louis XI : l'unit sauve, l'ordre rtabli, la France reprend sa marche en

    avant. Chapitre VIII. Franois 1er et Henri II : la France chappe l'hgmonie de l'Empire

    germanique. Chapitre IX. Les guerres civiles et religieuses remettent la France au bord de la ruine. Chapitre X. Henri IV restaure la monarchie et relve l'tat. Chapitre XI. Louis XIII et Richelieu : la lutte nationale contre la maison d'Autriche. Chapitre XII. La leon de la Fronde. Chapitre XIII. Louis XIV. Chapitre XIV. La Rgence et Louis XV. Chapitre XV. Louis XVI et la naissance de la Rvolution. Chapitre XVI. La Rvolution Chapitre XVII. Le Consulat et l'Empire. Chapitre XVIII. La Restauration. Chapitre XIX. La Monarchie de Juillet. Chapitre XX. La deuxime Rpublique et le second Empire. Chapitre XXI. La troisime Rpublique. Chapitre XXII. La guerre et la paix, les travaux et les jours.

  • Jacques Bainville, Histoire de France (1924) 4

    Jacques Bainville (1879-1936)

    Histoire de France

    Paris : Arthme Fayard, diteur, 1924, 497 pp. Collection : le livre de poche.

  • Jacques Bainville, Histoire de France (1924) 5

    Jacques Bainville, Histoire de France (1924)

    Avant-propos

    Retour la table des matires Si les lecteurs veulent bien le lui permettre, l'auteur de ce livre commencera par une

    confession. Quand il tait au collge, il n'aimait pas beaucoup l'histoire. Elle lui inspirait de l'ennui. Et quand le got lui en est venu plus tard, il s'est rendu compte d'une chose : c'est qu'il rpugnait la narration des faits aligns, les uns au bout des autres. On ne lui avait jamais dit, ou bien on ne lui avait dit que d'une manire convenue ci insuffisante, pourquoi les peuples faisaient des guerres et des rvolutions, pourquoi les hommes se battaient, se tuaient, se rconciliaient. L'histoire tait un tissu de drames sans suite, une mle, un chaos o l'intelligence ne discernait rien.

    Est-il vrai qu'il faille enseigner l'histoire aux enfants sans qu'ils la comprennent et de

    faon meubler leur mmoire de quelques dates et de quelques vnements? C'est extrmement douteux. On ne s'y prendrait pas autrement si l'on voulait tuer l'intrt. En tout cas, un ge vient, et trs vite, o l'on a besoin d'un fil conducteur, o l'on souponne que les hommes d'autrefois ressemblaient ceux d'aujourd'hui et que leurs actions avaient des motifs pareils aux ntres. On cherche alors la raison de tout ce qu'ils ont fait et dont le rcit purement chronologique est insipide ou incohrent.

  • Jacques Bainville, Histoire de France (1924) 6

    En crivant une histoire de France, c'est ce besoin de l'esprit que nous avons essay de rpondre. Nous avons voulu d'abord y rpondre pour nous-mme et celle fin dgager, avec le plus de clart possible, les causes et les effets.

    Nous n'avons pas tent une uvre originale : on peut claircir l'histoire, on ne la

    renouvelle pas. Nous n'avons pas non plus soutenu une thse. Nous nous sommes efforc de montrer comment les choses s'taient produites, quelles consquences en taient rsultes, pourquoi, tel moment, telle dcision avait t prise plutt que telle autre. Ce qu'on dcouvre, au bout de cette analyse, c'est qu'il n'est pas facile de conduire les peuples, qu'il n'est pas facile non plus de fonder et de conserver un tat comme l'tat franais, et l'on en garde, en dfinitive, beaucoup d'indulgence pour les gouvernements.

    Peut-tre ce sentiment est-il la garantie de notre, impartialit. Mais comment serions-nous

    de parti pris puisque notre objet est de prsenter dans leur enchanement les vnements de notre histoire? Nous ne pouvons la juger que par ses rsultats. Et, comparant notre condition celle de nos anctres, nous sommes amen nous dire que le peuple franais doit s'estimer heureux quand il vit dans la paix et dans l'ordre, quand il n'est pas envahi et ravag, quand il chappe aux guerres de destruction et ces guerres civiles, non moins redoutables, qui, au-cours des sicles, ne l'ont pas pargn.

    Cette conception de l'histoire est simple. C'est celle du bon sens. Pourquoi juger la vie

    d'un pays d'aprs d'autres rgles que celle d'une famille? On peut crire l'histoire bien des points de vue. Il nous semble que l'accord gnral peut s'tablir sur celui-l.

    Les lments d'un tel livre se trouvent partout. On demandera seulement s'il est possible,

    en cinq cents pages, de raconter, d'une manire peu prs complte, deux mille ans d'histoire de France. Nous rpondons hardiment : oui. La tche de l'historien consiste essentiellement abrger. S'il n'abrgeait pas, - et la remarque n'est pas nouvelle, - il faudrait autant de temps pour raconter l'histoire qu'elle en a mis se faire. Toutefois chaque gnration a une tendance naturelle donner plus d'importance la priode contemporaine qu'aux temps plus reculs. C'est la preuve que de grandes quantits de souvenirs tombent en route. Au bout de quatre ou cinq cents ans, on commence ne plus gure apercevoir que les sommets et il semble que les annes aient coul jadis beaucoup plus vite que nagure. Nous avons tch de maintenir une juste proportion entre les poques et, pour la plus rcente, puisque celle histoire va jusqu' nos jours, de dgager les grandes lignes que l'avenir, peut-tre, retiendra.

    Nous ne voulons pas terminer cette brve introduction et confier ce livre au public sans

    dire quels sont les ouvrages que nous avons consults avec le plus de fruit. Nous n'numrerons pas ici tout ce qui est classique, ni tout ce qui est trop particulier. Nous dirons seulement que Michelet, dans son Moyen ge - en tenant compte des rectifications que Fustel de Coulanges et son cole ont apportes sur nos origines, - reste digne d'tre lu et donne en gnral une impression juste. partir du seizime sicle, s'il est gt par de furieux partis pris, ses vues sont encore parfois pntrantes : c'est l'avantage et la supriorit des historiens qui ont du talent, mme quand leurs thories sont contestables. Mais quel dommage que Sainte-Beuve n'ait pas crit notre histoire nationale! Ses Lundis et ses

  • Jacques Bainville, Histoire de France (1924) 7

    Nouveaux Lundis sont remplis de traits de lumire et c'est lui, bien souvent, dans une tude, dans un portrait, qui donne la clef de ce qui, ailleurs, reste inexpliqu ou obscur. Nul n'a mieux montr que l'histoire tait de la psychologie.

    C'est aussi de la politique, ce qui revient un peu au mme. cet gard, il faut rhabiliter

    le Consulat et l'Empire de Thiers. On a pris l'habitude de railler cet ouvrage. La mode en est passe. Mais ce qui est aussi pass de mode, c'est d'exposer les motifs et les intentions des hommes qui conduisent les grandes affaires et c'est pourtant ce qui importe le plus la clart des vnements. On peut dire que Thiers y excelle. Avec un esprit plus philosophique, dans l'Europe et la Rvolution franaise, Albert Sorel l'a seulement corrig. Pour la Restauration et la monarchie de Juillet, l'uvre de M. Thureau-Dangin est essentielle, comme celle de M. de la Gorce pour le second Empire. Enfin pour les origines et les dbuts de la troisime Rpublique (au-del de 1882 il n'y a encore rien), les quatre volumes de M. Gabriel Hanotaux sont infiniment prcieux.

    Nous nous en voudrions de ne pas citer, parmi les autres livres dont nous avons tir

    profit, la Formation de l'Unit franaise, d'Auguste Longnon et la grande Histoire de France de Dareste qu'Albert Sorel recommandait comme la plus honnte qu'on et crite de nos jours et qui s'arrte malheureusement un peu tt. Il y a enfin, pour les personnes curieuses d'tendre leurs connaissances, trois ouvrages que nous ne voulons pas oublier. Chacun d'eux se place un point de vue d'o l'on n'a pas l'habitude de considrer notre histoire, ce qui est un grand tort. Ce sont les points de vue diplomatique, maritime et financier. Le Manuel historique de Politique trangre de M. mile Bourgeois, le Manuel d'histoire maritime de la France de M. Joanns Tramond, l'Histoire financire de la France aux dix-septime et dix-huitime sicles de M. Marcel Marion, montrent bien des choses sous un aspect ignor ou mconnu et, en plus d'un endroit, nous ont permis de trouver ce qui anime l'inerte mati

Search related