Click here to load reader

Guide Handicap - VIVRE ENSEMBLE

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Guide du vivre ensemble édité par le Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique.

Text of Guide Handicap - VIVRE ENSEMBLE

  • Avec le soutien du Ministre Dlgu la Scurit Sociale, aux Personnes Ages, aux PersonnesHandicapes et la Famille

  • Proposer aux gens ordinaires unpetit guide des civilits qui lesaccompagne dans leur relation quotidienne

    avec nos concitoyens handicaps, est unencessit. En effet, beaucoup de questions seposent chacun qui, non rsolues, crent desobstacles la communication. A lcole, aubureau, dans les transports en communLe vivre ensemble dans une socitouverte et attentive, est au cur de ladmarche qui nous est propose ici. Celasuppose daccepter une rgle du jeu toutesimple : adopter, fut-ce mme un courtinstant, la logique de lautre, son point de vue,afin didentifier les petits cueils usuels de lavie ensemble, pour les dpasser.Le propos du guide nest ni de contraindre, ni de normer ce qui doit rester naturel etspontan.

    Cest une invitation comprendre, uneinvitation se mouvoir avec aisance, les unsavec les autres, tout simplement.Les auteurs comme les entreprises qui sesont associes ce projet, lont bien senti,aids en cela par les tmoins qui ontaccept de livrer un peu de leur vie de tous lesjours, un peu de leur exprience aussi. Ils mont moi-mme guide, parfois sans le savoir, durant les mois heureux passs leur ct pour la prparation de la loi pour lgalit des droits et des chances,la participation et la citoyennet despersonnes handicapes . Du fond du cur, quils en soient remercis.Je forme le vu que les lecteurs prennentplaisir ce parcours de dcouverte quepropose le guide et quainsi ils deviennentgarants du savoir-vivre ensemble.

    La diffrence inquite. La diffrence fait peur.Les ractions quelle entrane peuvent amener lexclusion, qui est une mort sociale, et parfois une mort physique. Il suffit de regarder autour de nous, dans le monde daujourdhui pour le constater,sans avoir besoin de remonter trs loin dans lhistoire. Cest parce que nous sommes ignorants,parce que nous ne savons pas, ou pas voulusavoir que la diffrence de lautre inquite.Elle nous fait porter sur lautre un regardparfois dgot, distant ou mprisant. Ce regard est aussi souvent dtourn, pour ne pas voir et ne surtout pas chercher savoir et connatre. Devant ces diffrences plus ou moins visibles,videntes, ou celles plus caches, presqueinvisibles, notre jugement sur lautre qui lesporte est le plus souvent ngatif.Rflchissons un peu : nos jugements sontinjustes et faux car ils ne reposent sur rien de

    MARIE ANNE MONTCHAMPAncien Ministre

    OLIVIER DIZIENProfesseur en Mdecine Physique et RadaptationHpital Universitaire Raymond Poincar de Garches

    bien solide : nos peurs, notre vision dunmonde quand mme un peu triqu mais qui nous rassure. Corrigeons nos ides reues et souventfausses !Regardons, coutons lautre diffrent enapparence ou de comportements. Changeons notre regard, nos attitudes, nos logiques dides. Comment se comporter naturellement avecune personne qui a un handicap ? Comment comprendre ses difficults vivredans un monde qui ne lui facilite pas la vie ?Comment changer ce monde, ne serait-cequun instant ?Ce petit guide des civilits apporte lesinformations et les conseils utiles pourpartager notre vie de personne ordinaire aveccelles des personnes handicapes et notremonde pour quil soit meilleur.Apprenons vivre ensemble, cela en vautvraiment la peine.

    2

  • 3PHILIPPE BASMinistre dlgu la Scurit Sociale, aux Personnes ges, aux Personnes handicapes et la Famille

  • 4 Blessure mdullaire : lsion de la moelle pinire.

    Paraplgie : paralysie du corps au niveau de la lsion de la moelle pinire dorso-lombaire se traduisant par une atteinte motrice et/ou sensitive des membresinfrieurs et de la sangle abdominale.

    Ttraplgie : paralysie motrice et/ou sensitive des quatre membres et du troncdue une lsion de la moelle pinire cervicale (au niveau du cou).

    Contracture : Mouvement involontaire et incontrlable des membres paralyss, leplus souvent chez le bless mdullaire.

    Trachotomie : Passage au niveau du cou qui permet une canule de se logerdans la trache afin de permettre la personne de respirer dans le cas detraumatisme ou de maladie respiratoire.

    Hmiplgie : paralysie motrice et/ou sensitive de la moiti du corps dans le sensvertical due une lsion crbrale.

    Accident Vasculaire Crbral (AVC) : Il peut avoir pour origine soit un vaisseau quise bouche (thrombose) ou bien qui se fissure (hmorragie).

    Infirme moteur crbral (IMC) : personne souffrant de troubles moteurs lis une lsion crbrale mais ne touchant pas lintellect.

    Traumatisme Crnien : Atteinte crbrale due un traumatisme accidentel. Chezle traumatis crnien, des troubles moteurs peuvent exister (type hmiplgie) maisgalement des troubles du comportement (lenteur, excitabilit, dsinhibition, pertede repre dans le temps et/ou dans lespace.)

    Amblyopie : baisse de lacuit visuelle sans lsion de lil.

    Braille : alphabet en points et en relief lusage des aveugles.

    Blindisme : gestuelle propre aux aveugles de naissance qui font penser des tics.

    Ccit : tat dune personne aveugle.

    Glaucome : maladie de lil entranant une diminution de lacuit visuelle pouvantaller jusqu la ccit totale.

    HANDICAP MOTEUR

    HANDICAP VISUEL

  • 5 Autisme : handicap du dveloppement entranant des difficults communiquer et comprendre les relations sociales.

    Chromosome : lment de la cellule qui contient des informations hrditaires.

    Encphalopathie : dficience mentale associe des troubles moteurs ousensoriels.

    Trisomie 21 : anomalie de la paire 21 des chromosomes entranant de gravesdficiences intellectuelles.

    X fragile : premire cause de dficiences intellectuelles aprs la trisomie 21.

    HANDICAP MENTAL

    Hystrie : nvrose caractrise par une exagration de lexpression psychique etaffective.

    Nvrose : affection caractrise par des troubles affectifs et motionnels dont lesujet est conscient.

    Psychose : affection caractrise par une altration profonde de la personnalitet des fonctions intellectuelles, dont le sujet nest pas conscient.

    Schizophrnie : psychose caractrise par une disfonctionnement psychique, une perte du contact avec autrui et un repli sur soi.

    Troubles obsessionnels compulsifs (TOC) : le sujet souffre dobsessions et decompulsions. Les obsessions sont des images ou des penses rcurrentes quicrent de lanxit. Les compulsions sont des comportements rptitifs mis enraction aux obsessions.

    HANDICAP PSYCHIQUE

    Implant cochlaire : appareil lectronique compos dun implant interne et dunimplant externe permettant aux sourds profonds de retrouver une perception auditive.

    Surdit de transmission : elle touche loreille externe et se caractrise par uneperte des sons graves.

    Surdit de perception : touche loreille interne. Gnralement, elle se corrigeefficacement par des appareils auditifs. Peut tre cause par des expositions dessons trs forts.

    HANDICAP AUDITIF

  • 6Le handicap moteur peut toucher unmembre ou l'ensemble du corps. Ainsi,

    les personnes atteintes de cehandicap se dplacent soit debout ensaidant d'une canne, soit en fauteuilroulant. En pratique, les dficiencesmotrices engendrent une gne ou un

    empchement dans les dplacements,la prhension d'objets et parfois la

    parole. En France, on estimequ1,5 million de personnes souffrent

    dun handicap moteur (quil soitdorigine gntique, accidentel ou

    crbral) dont 600 000 sontatteintes de paralysie.

    SAVOIRACCUEILLIR

    Une personne handicapemoteur est une personne commeune autre, elle a simplementbesoin qu'on lui assure plus defacilit et de scurit dans sesdplacements :

    Assurez-vous que la personnepeut accder votre lieu derendez-vous, assurez-vous delabsence dobstacles, du bonfonctionnement des ascenseurset si possible de la disponibilitdune place de stationnement proximit.

    Marchez ct dlleen respectant son rythme.

    Indiquez-lui les changements dedirection et laissez-lui lusage

    des rampes et plans inclins.

    Patienter devant unascenseur, un guichet ou unservice, est trs pnible pourles personnes handicapesmoteur : laissez-leur lapriorit et le tempsdeffectuer leursdplacements.

    Pour changer, je me place la hauteur de mon interlocuteur !

  • Attention, vous me dsquilibrez,je fais finir par tomber.

    7

    SAVOIR CHANGERComme avec toute autre personne, l'change repose

    sur le respect mutuel et l'galit. Pour quil soit tabli, ilconvient de suivre quelques conseils de bon sens :

    Surveillez votre langage. Personne n'est cloudans un chariot ! Parlez de personne handicape,n'employez pas de termes rducteurs commeinfirme, invalide, boiteux, nain, etc.

    La station debout est pnible, proposez lapersonne de sasseoir.

    Le fauteuil roulant tient le rle des jambes de lapersonne handicape. Sappuyer dessus est unefamiliarit qui peut tre mal perue et dangereuse.

    Une personne en fauteuil ou depetite taille ne peut voir que sielle est place devant (spectacle,exposition, allocution) : veillez lui laisser un passage et unespace suffisants.

    Le regard que vous portez estimportant : appuy ou dtourn,il stigmatise et peut donner lapersonne limpression dtrerduite son handicap.

    Vous pouvez sans crainteutiliser tous les mots du langagecomme marcher, aller, courir

  • 8 La personne en fauteuil roulant ou de petite taille peut souffrir dunsentiment dinfriorit. Placez-vous sahauteur, vous tablirez ainsi une relationdgalit.

    Certaines personnes peuvent avoir unelocution difficile, du fait d'un handicapmoteur crbral ou de squelles d'untraumatisme crnien. Leur intelligence

    n'est pas altre, parlez-leurnormalement et laissez-leur le temps devous rpondre.

    Adressez-vous la personnedirectement et non son accompagnant.Ce dernier pourra vous aider conversersi votre interlocuteur s'exprime avecdifficult. Mais laidant nest quuninterprte, il nest pas votre interlocuteur.

    Merci de nous librer la voie et defaciliter nos dplacements !

  • 9SAVOIR AIDERLe quotidien des handicaps

    moteurs est fait d'une multitude desituations qui peuvent devenir desobstacles insurmontables :

    Si vous pensez que quelqu'un abesoin d'aide, posez-lui la question etsuivez ses conseils. Une personne enfauteuil roulant saura vous expliquercomment la pousser ou franchir unseuil en toute scurit, retirer oumettre un vtement, etc.

    Lorsqu'une personne handicapeest aide d'un chien d'assistance,considrez que cet animal travaille;saluez la personne avant l'animal. Nele caressez quaprs avoir demandlautorisation son matre.

    table, certaines personnespeuvent avoir besoin de votre aide.Elles sauront vous expliquer leursbesoins, laissez-vous guider et restez naturel.

    Laissez votre place dans lestransports publics.

    Dans la rue, proposez votre aidequand vous voyez qu'une personne enfauteuil roulant rencontre unedifficult mais ne vous sentez pasoffusqu si elle dcline cette aide :beaucoup de personnes handicapesaccordent une grande importance leur autonomie, mme si elle leurcote des efforts.

    Pour les personnes handicapes moteur,se dplacer dans la ville ncessitegnralement une attention constanteporte sur le sol, son revtement, sesobstacles. En laissant le passage, enamliorant l'accs, en retirant lesobstacles, vous leur facilitez la vie. Aprsune journe passe franchir des trottoirs,des seuils, des chausses en plus ou moinsbon tat, un sourire, un "bonjour", et unpeu d'aide peuvent rendre le handicap plussupportable.

    Alors que je mapprochais pour regarderun spectacle de rue, un monsieur ma

    gentiment laiss me placer devant. Puis il sestappuy nonchalamment sur mon fauteuil. Lesgens ne comprennent pas que le fauteuil est unprolongement de mon corps !

    Michel, 32 ans.

    Je suis trs autonome dans mon fauteuil.Cependant les parcours en ville sont

    ponctus dobstacles et cela devient vitefatigant. Jaimerais que les gens pensent ne paslaisser leurs poubelles, nettoyer les djectionsde leurs chiens ou encore ne pas garer leursvoitures sur le trottoir !

    Marie 52 ans

    Je vis trs mal les regards insistants etremplis de piti des gens.

    Karim, 14 ans

    Tmoignages

  • 10

    PARLER POURCOMMUNIQUER

    La communication visuelle ntant pluspossible, nhsitez pas parler.

    Une personne dficiente visuelle ne peutpas voir que vous vous adressez elle.Pour capter son attention, appelez-la parson nom !

    Elle ne reconnatra pas toujours votrevoix, alors noubliez pas de vous prsenter.

    La perte de vision ne signifie pas loublidu mot VOIR. Vous pouvez donc utilisertout le vocabulaire de la vision. Ainsi, lesaveugles disent je suis all voir un film aucinma ou jai regard tel programmehier la tlvision.

    COMMENT SE DPLACENT-T-ILS ?

    Les possibilits sont diffrentes suivantlimportance du dficit visuel.

    Un malvoyant peut trs bien se dplacersans aide, mme sil est parfois gn parun obstacle. Sil a du mal trouver sonchemin ou quil se cogne quelque part, cenest pas forcment quil est mal rveill !

    Une personne aveugle ne peut pasapprhender lenvironnement de manirevisuelle, il lui faut utiliser dautresinformations : vibrations renvoyes par laligne des immeubles, bruits de lacirculation, bruits de pas, odeurs

    Le handicap visuel recouvre desralits varies, schelonnantdun trouble visuel une ccit

    complte. Actuellement,en France, 3 millions

    de personnes sont concernes,ce chiffre augmentantprogressivement avec

    lallongement de la dure de vie.Un malvoyant dans la rue ou un

    aveugle son bureau ne sedistingue pas toujours, alors

    soyons attentifs pour mieux lesaider lorsquils en ont besoin !

    Attention, je ne vous vois pas !

  • 11

    Le choix de la canne blanche ou du chien guide est trspersonnel, les deux solutions ayant des avantages et desinconvnient. La canne nest pas une laisse ! Ne tirez pas la personneavec. Proposez-lui plutt de prendre votre bras Pour tre efficace, la canne doit toujours tre libre detoute entrave ainsi que le bras qui la tient. Regardez devant vous, ce nest pas la personne qui vousverra arriver en face ! Vous risquez de vous prendre lespieds dans la canne.

    Le chien guide est une aide efficace, pour guider son matreet lui viter les obstacles, mais il ne doit pas tre drang. Pour aborder la personne, prsentez-vous du ctoppos au chien. Ne tirez pas la laisse ou le harnais, la personne handicape doit garder le contrle de sonchien.

    Canne blanche et chien guide

    Proposez votre aide, ne limposez pas !

    GUIDER POUR BIEN

    ACCOMPAGNERAccompagner ne veut pas dirediriger. Certains lments sont prendre en compte pour viterque votre aide ne devienne unegne:

    Proposez votre aide, la personne vous dira si elle en a besoin.

    Ne vous offusquez pas si ellerefuse.

    Pour faire un bout de cheminensemble, le mieux est quellevous prenne le bras, avec samain reste libre si elle tientune canne de lautre.

    Il est toujours plus facile desuivre que dtre pouss enavant !

    Annoncez les changements dedirection ou de relief, ainsi queles obstacles viter.

  • 12

    AU QUOTIDIEN Les dficients visuels nont pas

    accs aux informations crites sur unpanneau de rue, de direction, une enseigneou un arrt de bus. Il leur faut donc souventdemander de laide. Nhsitez pas lesrenseigner !

    Dans les transports, il nest pas facile detrouver la porte dune rame du mtro,surtout si elle est ferme, ni mme uneplace libre.

    Devant un escalier, proposez de tenirla rampe et annoncez la premire et ladernire marche.

    Vous pouvez prsenter un sige, etguider sa main sur le dossier, mais unefois la position du sige dtermine,la personne peut sasseoir seule.

    Prvenez la personne quand vous laquittez, cela lui vitera de parler dans levide !

    Si vous la renseignez sur unedirection, pensez que certainesindications sont purement visuelles,comme par ici, l-bas, ou mmetout droit.

    Les objets dplacs ou abandonns dansle passage et les portes entrouvertes

    reprsentent des dangers !

  • 13

    Dans une file dattente, dansun magasin ou uneadministration, il nest pasvident de savoir o commencela file, ni mme quand elleavance. Il vaut mieux trerenseign par la personne qui setrouve derrire que donner chaque fois des coups de cannedans les jambes de celle qui setrouve devant pour savoir si lafile progresse.

    TABLEIl est trs facile de

    partager un repas avec unepersonne dficiente visuelle.

    Indiquez-lui le sige o elle doitsasseoir, elle trouvera seule sonassiette et ses couverts.

    Dcrivez-lui le contenu delassiette ou ce que vous luiprsentez, cela lui vitera lessurprises et davoir manger unaliment quelle naime pas.

    Ne dites pas tiens en tendantquelque chose, indiquez lui plutto vous le posez. Exemple : jepose un morceau de pain droite de ton assiette.

    Nhsitez pas lui demanderde tendre son assiette ou sonverre.

    Il est inutile de lui couper laviande, surtout sil ny a pas dos.

    LA MAISONVous recevez une personne dficiente visuelle :

    Si cest la premire fois, dcrivez-lui lagencement despices et faites-lui visiter, elle se fera alors une ide plusprcise des lieux.

    Vous pouvez lui dcrire les lieux avec des qualificatifsvisuels.

    Accompagnez-la jusqu lendroit o elle doit sasseoir et dans les diffrentes pices.

    SI VOUS TES INVIT Vous aurez peut-tre allumer en arrivant, les aveuglesnont pas besoin dclairer. Pensez alors teindre enpartant !

    vitez de dplacer les objets ou signalez-le, sinon lapersonne aura du mal retrouver ses affaires.

    Ne laissez pas une porte demi-ouverte.

    Ne laissez rien dans le passage.

    Pensez que vous tes invit, vous ntes pas oblig detout faire la place de votre hte, qui sait srement sedbrouiller, mme si un petit coup de main de temps entemps peut tre utile.

    Les personnes que je rencontre sont tonnesquand je leur raconte tout ce que je fais, elles

    nimaginent pas les possibilits que lon a.Marie, 41 ans.

    On me demande toujours comment je faispour utiliser un ordinateur et aller sur internet,

    avec un appareil en braille ou un logiciel de synthsevocale on peut trs bien le faire sans voir.

    Bertrand, 62 ans.

    Je suis tonn de voir la raction des gensavec moi depuis que je suis aveugle, ils sont

    gns, hsitants, alors que cest si simple de proposerson aide.

    Luc, 22 ans.

    Tmoignages

  • 14

    SOYEZ ATTENTIF !Le handicap auditif nest pas

    apparent. Voici quelques signes pouridentifier une personne sourde oumalentendante :

    La personne pointe son oreille dudoigt et secoue la tte.

    Elle bouge les lvres sans produirede son ou parle dune voix module.

    Elle communique avec des signes.

    Elle vous prsente un calepin et uncrayon.

    Quil soit de naissance, d une maladie ou un accident,le handicap auditif compromet sensiblement la communication et

    laccs linformation si lenvironnement ny veille pas. Lapersonne sourde ou malentendante dveloppe sa propre

    stratgie pour contourner son handicap et communiquer.Face ce handicap peu visible et souvent sous-estim, certainespersonnes sourdes ou malentendantes ragissent en vitant les

    contacts et parfois en sisolant progressivement. Cependant, lesmodes de communication, les nouvelles mthodes

    dapprentissage et lappareillage leur permettent de sintgrer etde vivre presque normalement .

    On estime 5 millions le nombre de Franais ayant desdifficults daudition et ce nombre ne cesse daugmenter avec le

    vieillissement de la population.

    Nhsitez pas utiliser lcriture pourvous assurer que votre interlocuteur abien compris !

  • 15QUELQUESRGLES POUR

    BIEN COMMUNIQUERLes personnes sourdes oumalentendantes peuventsouvent lire sur vos lvres(lecture labiale) :

    Assurez-vous que lapersonne vous regarde avantde parler.

    Choisissez un endroit calmeo votre visage est clair.

    Ne mettez pas la maindevant la bouche, ne mchezpas de chewing-gum etsouvenez-vous quunemoustache ou une barbepeuvent empcher la lecturelabiale.

    Ne criez pas, parlezclairement un rythmemodr en articulant.

    Faites des phrases courteset utilisez des mots simples.

    Reformulez plutt que derpter une phrase noncomprise.

    Accompagnez vosparoles de gestessimples et dexpressionsdu visage.

    Assurez-vous que lapersonne a bien compris.

    Ne parlez pas en tournantle dos votre interlocuteur.

    Soyez patient et ne vousnervez pas si on vousdemande de rpter.

    La loi de 2005 sur lehandicap indique que toutesles chanes de tlvisionpubliques, ainsi que leschanes prives runissantplus de 2,5% daudience,devront sous titrerlintgralit de leursprogrammes dici 5 ans. Leschanes du cble et dusatellite proposerontquotidiennement plusieursheures de programmesaccessibles.

    Du nouveau la tlvision

    De nos jours, mes appareils auditifspassent souvent inaperus !

  • 16

    DES MTHODES POURSEXPRIMER

    En complment des aides auditives,plusieurs possibilits permettent auxpersonnes malentendantes decommuniquer :

    La lecture labiale : elle consiste pour lapersonne sourde ou malentendante reconnatre les mots en fonction de laforme prise par les lvres. Mais cela restedifficile et contraignant.

    La Langue franaise Parle Complte :elle permet de coder avec la main tous lessons de la langue franaise.

    En complment de la lecture labiale, ellepermet la personne sourde decomprendre et des enfants sourdsdaccder la langue franaise.

    La Langue des Signes Franaise : cestune langue part entire pratique pardes centaines de milliers de personnessourdes en France mais aussi par lesprofessionnels en contact avec lesmalentendants (orthophonistes,enseignants, travailleurs sociaux). Cest une langue visuelle qui associegestes, mouvements corporels et quipossde sa propre grammaire et syntaxe.Chaque pays a sa propre

    Les personnes malentendantes neperoivent pas les messages

    sonores, pensez elles !

  • 17

    Jadore aller en soire avec mesamis, quils soient malentendantsou non. Je perois et japprcie

    les vibrations de la musique et jemamuse comme les autres. Mais ilmest difficile de suivre uneconversation de groupe et parfois jedcroche. Les gens croient alors que jefais la tte mais ce nest pas le cas. Jene veux pas avoir faire semblant departiciper tout !

    ric, 21 ans

    Le tlphone est un problmeparce que je suis oblige de fairerpter mon interlocuteur. Quand

    je sais qui mappelle, a va. Mais ilmarrive de ne pas dcrocher quand lenumro est inconnu. Le mieux estencore de menvoyer un texto ou unmail.

    Caroline, 42 ans

    Souvent, quand jeffectue unedmarche auprs dune personneinconnue, je dois dire que je suis

    sourde. Ce que jaimerais, cest que lesgens soient plus attentifs et que je nesois pas oblige de justifierconstamment de mon handicap.

    Myriam,19 ans

    Je suis quip dappareils decorrection auditive sur mesdeux oreilles. Longtemps, jai

    t gn par le regard des gens.Aujourdhui je le vis beaucoup mieux,surtout que de nombreuses personnespensent quil sagit dun kit Blue Toothde tlphone portable !

    Johan, 31 ans

    Tmoignageslangue des signes, mais les sourds dediffrentes nationalits communiquentfacilement aprs un temps dadaptation. Il y adonc la LSF (Langue des Signes Franaise), laBSL (British Sign Language), lASL (AmericanSign Language) et cest ainsi pour tous les pays.

    INDIQUER UNE DIRECTION Il nest pas facile dindiquer une direction

    quelquun qui ne vous entend pas. Quelquesconseils peuvent vous y aider:

    Placez-vous ct de la personne.

    Ne parlez pas en marchant.

    Aidez-vous de dessins.

    Ne dirigez pas la personne sans vous treassur au pralable davoir capt son attention,vous risqueriez de la surprendre.

    Soyez prcis.

    IMPORTANTOn ignore souvent que de nombreux

    sourds de naissance ont des difficults pourcrire ou lire. De nouvelles mthodesdapprentissage tendent rsorber ce handicapsupplmentaire.Contrairement aux ides reues, tre sourdninduit pas dtre muet !

    CEST SI SIMPLE !Que ce soit dans les transports en

    commun, dans les magasins ou encore aubureau, les sourds et malentendants neperoivent pas les messages diffuss ou lessignaux dalarme. Pour leur confort et leurscurit, noubliez pas de leur transmettre lesinformations.

  • 18

    Une personne handicape mentale est une personne part entire. Elle est ordinaireparce quelle connat les besoins de tous, dispose des droits de tous, et accomplit lesdevoirs de tous. Elle est singulire parce qu elle est confronte plus de difficults queles autres citoyens.

    DES DIFFICULTSSPCIFIQUES

    Du fait de leur dficience intellectuelle, lespersonnes en situation de handicap mentalont des difficults spcifiques pour : Mmoriser et valuer les informations. Fixer leur attention. valuer le temps. Apprcier la valeur de largent. Matriser les rgles de communication etde vocabulaire. Apprhender les conventions et rglestacites. Matriser la lecture et lcriture.

    POUR COMMUNIQUERDiscuter, changer, avec les

    personnes handicapes mentales cestfacile : Souriez ! Lexpression avenante de votrevisage mettra votre interlocuteur enconfiance. Parlez normalement en utilisant desphrases simples et vitez les dtails. Prenez le temps dcouter et decomprendre. Ne manifestez pas dimpatience. Privilgiez les sujets qui intressent : la musique, le foot, la tl, les animaux

    Le handicap mental est laconsquence sociale dune

    dficience intellectuelle. On estimeaujourdhui 650 000 le nombre

    de Franais souffrant depathologies handicapantes comme

    la trisomie, lautisme, lepolyhandicap ou encore le

    X-Fragile. Quelles que soit loriginede lhandicap, toutes les personnes

    concernes ont en commun lebesoin dacqurir le plus

    dautonomie possible et de vivreparmi les autres.

    Ne soyez pas surpris parlaffection que lon peut

    vous manifester !

    La dfinition de lUNAPEI (Union Nationale des Parents dEnfants Inadapts)

  • 19GUIDER ETACCOMPAGNER

    De nombreuses personneshandicapes mentales sont autonomesdans leurs dplacements, mais il suffitdun imprvu (une grve, un retard)pour les dstabiliser. Nhsitez pasalors proposer votre aide :

    Les indications dorientation sontdifficiles apprhender. Assurez-vousque la personne a compris ouaccompagnez-la.

    Demandez-lui avant de lui prendre lebras pour la guider.

    Prenez votre temps et adaptez-vous son rythme.

    En cas de difficult grave, appelez leSAMU ou les pompiers mais pas lapolice.

    Ne craignez pas dentrer en contact :le handicap mental nest pascontagieux !

    Depuis quelques semaines, la classe de CPde ma fille compte une petite fille handicape

    mentale. Quand je lui ai demand si sa nouvelleamie tait handicape, ma fille a rpondu : Non,elle a seulement besoin que je laide !

    Jocelyne, 35 ans

    Je souffre beaucoup du regard que les gensportent sur mon fils. Ils ne se rendent pas compteque les mots comme dbile ou mongole meblessent terriblement, et quils blessent aussi monfils qui peroit leur mpris.

    Claire, 38 ans, maman de Paul, 8ans,trisomique

    Les professionnels de sant ne sont pas toujoursforms aux consquences du handicap mental.Ainsi un ophtalmo a trait mon fils denfantinsupportable en sadressant lui comme unbb !

    Judith, 49 ans, maman dric, 17ans, autiste

    Tmoignages

    Le handicap mental nestpas contagieux !

  • La loi pour lgalit des droits et deschances, la participation et la citoyennet despersonnes handicapes (11 fvrier 2005)reconnat pour la premire fois la notion dehandicap psychique, ct des notions dehandicap moteur, sensoriel, mental etcognitif. Ceci devrait favoriser la mise enplace de structures et daides adaptes.

    LE HANDICAPPSYCHIQUE, QUEST-CE QUE CEST ?

    Si les troubles psychiques et leursconsquences peuvent prendre demultiples formes, il existe desspcificits : Il est la consquence dune maladiepsychique (hystrie, psychose,schizophrnie...). Il peut apparatre tout ge. Il a pour consquence des troubles ducomportement et du jugement etentrane des difficults sadapter lavie en socit. Il est durable ou pisodique. Les capacits intellectuelles peuventtre soit conserves, soit affectes.

    UN HANDICAP QUINE SE VOIT PAS

    Bien que les troublespsychiques ne soient pasvisibles sur le physique de lapersonne, certainscomportements doivent

    attirer lattention : Une raction inadapte au

    contexte. Un stress important.

    Un raisonnement rigide. Des gestes incontrls. Une difficult communiquer. Un repli sur soi. Un tat dpressif. Des drglements alimentaires.

    Le handicap psychique peutintervenir tous les ges de la vie

    et atteindre les personnes sansdistinction. Un tiers des Franaissont concerns par des troubles

    psychiques. Lorsque ces troublesdeviennent maladifs, ils sont un

    vritable handicap au quotidien. Etpourtant, les questions de sant

    psychique sont encore mal connuesdu grand public et les prjugs

    ngatifs ont la vie dure, avec desconsquences douloureuses pour les

    malades et leurs proches.

    Un handicapenfin reconnu

    20

    Prenez le temps de mexpliquer et soyez patient !

  • COMMENT AIDER ?La souffrance psychique est souvent

    insupportable. Sil est difficile daider unepersonne en crise, certaines attitudesprventives contribuent la dtendre : Restez lcoute. Ne soyez jamais agressif, ni impatient. Laissez la personne sexprimer jusquau bout. vitez de poser plusieurs fois la mmequestion. Restez calme. Laissez toujours la personne la possibilit departir. Nemployez pas de termes indignes et irrespectueux.Plus simplement, il suffit dtre humain, comprhensif et gnreux.

    Le plus difficile pour moi, ce sontles dmarches administratives car il

    faut souvent patienter longtemps dans lafoule et que cela mangoisse. Si moninterlocuteur ne me comprend pas, medemande de rpter ou ne traite pas mademande, il marrive de mnerver etdavoir une attitude violente envers lesautres mais aussi envers moi-mme.

    Catherine, 56 ans

    Quand je vais mal, il marrive demisoler compltement du reste du

    monde. Je peux rester enferm chez moi oubien errer dans les rues. Souvent les gensme regardent et tiennent des proposblessants comme fou ou dbile .Jaimerais quils comprennent que jeressens une grande souffrance, et que jaibesoin de comprhension et de tolrance.

    Pierre, 35 ans

    Tmoignages 21

    Lattente et la foule sont souventdes facteurs dangoisse. Soyez

    attentif au malaise des personnesqui vous entourent !

  • 22

    En 2005, le nombrede personnes

    handicapes ayant unemploi est estim

    prs de 900 000 personnes.

    Ce chiffre est enconstante

    augmentation lagrande satisfaction

    des personneshandicapes et deleurs employeurs.

    Pour que lemploi depersonnes

    handicapes devienneune situation normale

    et courante, il estimportant de

    respecter quelquesrgles de travail et de

    solidarit lgarddes travailleurs

    handicaps.

    DES GARDS POUR TOUS chaque handicap, correspondent quelques

    rgles simples : nhsitez pas vous renseigner pourne pas commettre dimpair et en tout cas : Ne dplacez jamais le matriel dun collgue dficientvisuel. Ne laissez pas de colis ou objets encombrants dansles passages. Proposez votre aide et ninterprtez pas mal unrefus. Respectez le rythme et les possibilits de chacun. Mettez disposition le matriel et lesamnagements ncessaires.

    AVIS AUX EMPLOYEURSAu-del des obligations lgales, il y a

    dexcellentes raisons dorienter son entreprise verslemploi de personnes handicapes : Employer des personnes handicapes contribue amliorer limage de lentreprise vis--vis de lextrieurmais aussi auprs des salaris. Avoir un collgue handicap est peru comme unesituation enrichissante par les salaris. 87% des entrepreneurs le disent : ils sont satisfaitsde leurs salaris handicaps.

    EN CAS DURGENCE Noubliez pas dindiquer le signal dalarme un

    collgue mal entendant. En cas dvacuation, proposez votre aide auxpersonnes mobilit rduite. Gardez votre calme.

  • 23Responsable du projet :Claire Roger Consultant

    Conception-Ralisation :IDEECOM

    Illustrations :Arthur Rainho

    Ont collabor la rdaction du guide :

    Laurent Lejard,Julien Perben,Jrmie Boroy

    Rgis Devoldre, Claude Finkelstein

    Tous nos remerciements : au Ministre dlgu la

    Scurit Sociale, aux Personnes ges,

    aux Personnes handicapes et la Famille,

    Marie-Anne Montchamp, Philippe Streiff,

    lHpital Raymond Poincar deGarches, lUnapei, la Fnap-Psy,

    lUnisda, Yanous.

    Quand un employeur prend le temps de meparler, il oublie vite mon handicap pour ne

    voir que mes comptences et les atouts que jereprsente pour son entreprise.

    Patrick, 44 ans

    Je reconnais que cest sous la contrainte quejai fait la dmarche demployer une

    personne handicape moteur, mais je ne laijamais regrett depuis. Jai bnfici daide pouramnager son poste de travail, et mon employrpond mes attentes et sest parfaitementintgr la vie de lentreprise.

    Catherine, 38 ans

    Tmoignages

    La nouvelle loi vise amliorer les droits despersonnes handicapes, notamment par la mise enplace de mesures destines favoriser leur accs la vie professionnelle : Maintien de lobligation demploi de travailleurshandicaps 6% de leffectif pour les entreprisesdau moins 20 salaris. Le secteur public sera progressivement soumisaux mmes modalits et obligations que le secteurpriv. Lobligation demploi est largie aux titulaires dela carte dinvalidit et de lallocation adultehandicap. Obligation pour les employeurs de prendre desmesures de non-discrimination.

    Loi du 11 fvrier 2005