Click here to load reader

Exprimer Verdun : Comment la Grande Guerre a-t-elle ...centenaire.org/sites/default/files/references-files/exprimer... · Eric Satie (1866-1925) Guillaume Apollinaire : Parade et

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Exprimer Verdun : Comment la Grande Guerre a-t-elle...

  • Classe de troisime

    Exprimer Verdun : Comment la Grande

    Guerre a-t-elle influenc les arts ?

    Dcor de Parade par Pablo Picasso

    autour de Parade dEric Satie, Jean Cocteau et Pablo Picasso (1917)

  • Ferand Lger (1881-1955)

    Dessin du front

    Soldat assis

    Dessin du front : la fragmentation de lobjet Verdun tait pour Lger lacadmie du cubisme : Il y a dans ce Verdun des sujets tout fait inattendus et bien faits pour rjouir mon me cubiste. Par exemple, tu dcouvres un arbre avec une chaise perche dessus. Les gens senss te traiteront de fou si tu leur prsentes un tableau compos de cette faon. Pourtant il n y a qu copier. Verdun autorise toutes les fantaisies picturales.

    Soldat assis : la gomtrisation des formes Le fait de se battre, laction individuelle est rduite au minimum. Tu pousses la gchette dun fusil et tu tires sans voir. Tu agis peine. En somme on arrive ceci : des tres humains agissant dans linconscient et faisant agir des machines. Dans ses reprsentations des poilus, Lger donne la guerre son caractre abstrait par llimination de lhumain. Cette guerre-l, cest linaire et sec comme un problme de gomtrie. Ainsi pour Lger, il ny a pas plus cubiste quune guerre comme celle-l qui te divise plus ou moins proprement un bonhomme en plusieurs morceaux et qui lenvoie aux quatre points cardinaux .

    Au front : dessins de guerre (1916) de Fernand Lger

  • Eric Satie (1866-1925)

    Guillaume Apollinaire : Parade et lEsprit nouveau (1917) Dans cette alliance nouvelle, il est rsult, dans Parade, une sorte de sur-ralisme o je vois le point de dpart dune srie de manifestations de cet esprit nouveau qui, trouvant aujourdhui loccasion de se montrer, ne manquera pas de sduire llite et se promet de modifier de fond en comble les arts et les murs. Jean Cocteau appelle Parade un ballet raliste. Les dcors et les costumes cubistes de Picasso tmoignent du ralisme de son art. Ce ralisme, ou ce cubisme, comme on voudra, est ce qui a le plus profondment agit les arts durant ces dix dernires annes.

    Parade : une bataille de la guerre (1916) Une parade est une scne burlesque, joue la porte dun thtre forain pour attirer le monde. Parade de Satie, Cocteau et Picasso est un ballet, dans par les ballets russes. En mai 1916, pendant une permission, le pote Jean Cocteau invente les personnages de sa parade : le prestidigitateur chinois, la petite fille amricaine, lacrobate. Ces personnages nont rien dhumoristique pour Cocteau : le chinois est capable de torurer des missionnaires, la petite fille amricaine de sombrer sur le Titanic, lacrobate dtre en confidence avec les anges. Pour Cocteau, Parade est la plus grande bataille de la guerre. Il explique en quoi elle consistait : Il ny avait pas de gauche ni de droite politique, il ny avait quune gauche et une droite de lart, et nous tions dans le patriotisme de lart. et tout coup le patriotisme de lart a pris une intensit extraordinaire nous tions partag entre ce spectacle et celui des bombes et du feu dartifice, mais il est de toute vidence que notre vritable combat tait Paris, Montparnasse . Eric Satie crit la musique de Parade, et Pablo Picasso en cre les dcors.

    Larme de Parade : le rire Nous souhaitons que le public considre Parade comme une uvre qui cache des posies sous la grosse enveloppe du guignol. Le rire est de chez nous ; il importe quon sen souvienne et quon le rescuscite mme aux heures les plus graves. Cest une arme trop latine pour quon la nglige. Parade groupe le premier orchestre dErik Satie, les premires chorgraphies cubistes de Lonide Massine, et le premier essai pour un pote de sexpirmer dsans paroles.

    Loin du front : Parade (1917) Ballet raliste en un tableau dErik Satie, Jean Cocteau et Pablo Picasso

    Pablo Picasso Jean Cocteau

  • Parade : la simplicit du music-hall face lhorreur de la guerre Soyons vulgaires, puisque cest impossible, dit Jean Cocteau, lauteur du livret. Autrement dit, inspirons-nous de la vraie vie, prenons nos rfrences dans la culture populaire. Une proposition inadmissible pour les tenants du grand art.

    Cocteau imagine la trame dune pice raliste, en un acte, constitue simplement dune Parade de music-hall, joue dans la rue prs dune baraque foraine, et devant un public plutt indiffrent qui refuse dentrer dans le thtre. Il tablit galement la liste des personnages qui, tour tour, viendront faire leur numro: le prestidigitateur chinois, la petite fille amricaine et lacrobate. Diaghilev laisse lauteur carte blanche pour constituer son quipe. Et Cocteau ralise un sans-faute: il choisit Erik Satie pour la musique et Pablo Picasso pour le rideau, les dcors et les costumes. Un assemblage russi.

    Les numros de Parade 1 Choral Prlude du Rideau Rouge Prestidigitateur Chinois 2 Petite Fille Amricaine 3 Acrobates Final Suite au Prlude du Rideau Rouge

    Le cheval de Parade, conu par Picasso

    Lacrobate chinois

  • La Petite Fille Amricaine Extrait du ballet Parade Entrez apprendre la vie amricaine entrez voir les trpidations, les courts-circuits, les dtectives, lHoudson, le Rag Time, les usines, les chemins de fer qui draillent et les paquebots qui coulent.

    Extrait du livret (1916) Chantons le thme de la partie centrale de La Petite Fille Amricaine, le Ragtime du Paquebot , puis coutons toute cette partie centrale. (Le texte est invent partir du livret pour le cours de musique.) Oui, cest a lAmrique, Ragtime, Houdson, les detectives privs, Les usines, les courts-circuits Et les paquebots qui coulent Oui, cest a lAmrique du ballet Parade Erik Satie, Cocteau et Picasso Sy donnent cur joie. Peux-tu dcrire en trois adjectifs cette musique ? ____________________________________________________________ Que penses-tu dune telle musique en pleine guerre, crite en mme temps que la bataille de Verdun ? ________________________________________________________________________________________________________________________ Ecoutons ce ragtime de plus prs. Fais bien attention au rythme sur les dtectives privs et Cocteau et Picasso . Ce rythme dcal sappelle une syncope.

    La petite fille amricaine

    Une syncope (un rythme dcal)

    Le ragtime est un genre musical d'origine amricaine, extrmement populaire entre 1890 et le milieu des annes 1920. Il a t introduit en France par les Amricains au moment de la Premire Guerre mondiale. Les syncopes sont caractristiquyes du ragtime. Le nom ragtime (temps en lambeaux, dchiquet) vient de l'utilisation dcale du rythme.

    De quel paquebot qui coule parle Cocteau dans son livret ? ________________________

  • 11 The Classical Music Sheets Library projecthttp://nlib.org.ua/http://nlib.narod.ru/

    4. Rag-Time du PaquebotRagtime of the Packet Steamer

    Oui, cest a lAmr- i- que, ragtime, Houdson, les dtectives privs

    Les u- sines , les courts-cir cuits ! Et les paquebots qui cou- lent

    Oui, cest a lAm- rique, du ballet Pa-

    ra- de Er- ik Sa- tie, Cocteau et Picasso sy donnent cur joie !

  • Disctinction musique populaire / musique savante Ecoute : That mysterious rag dIrving Berlin et Ted Snyder (1911) Il sagit de la musique dont Erik Satie sest inspir pour crire son Ragtime du Paquebot. Quelle est la diffrence entre ce ragtime et le Ragtime du Paquebot que tu sais chanter ? Ragtime du Paquebot That mysterious Rag Diffrences

    Points communs

    Quelles sont donc les diffrences entre une musique populaire (That mysterious rag) et une musique savante (Ragtime du Paquebot) ? Musique populaire : _____________________________________________

    ____________________________________________________________

    Musique savante : ______________________________________________

    ____________________________________________________________

    Jeu interactif : Entends-tu une musique populaire ou une musique savante ? http://LearningApps.org/watch?v=psh8bnm1k

  • Bruit et musique construisent ensemble une oeuvre Jai compos un fond certains bruits que Cocteau juge indispensable pour prciser latmosphre des personnages.

    Erik Satie Ecoutons le dbut de La Petite Fille Amricaine. Note tes premires impressions et remarques. ____________________________________________________________

    ___________________________________________________________ ____________________________________________________________

    Cocteau parle dans son livret de trpidations, de courts-circuits, de dtectives, du Houdson, des usines, des chemins de fer qui draillent et des paquebots qui coulent. Peux-tu trouver quelques-uns de ces lments qui sexpriment dans la musique de Satie et prciser comment Satie sy prend pour les exprimer ?

    _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ ___________________________________________________

    Erik Satie connaissait trs bien la peinture cubiste, o lon essayait justement dintroduire des lments de la ralit dans la peinture, un bout de tissu, de bois ou de papier par exemple. Quels sont les lments rels que Satie utilise dans sa musique ? _______________________________

    _______________________________

    _______________________________

    _______________________________ Nature morte la chaise cannele, Pablo Picasso, 1912 : Le premier collage jamais ralis

    (un bout de tissu est prsent sur la toile) Les percussions de La Petite Fille Amricaine : Tambour de basque, cymbales, grosse caisse, machine crire, revolver, tarolle, sirne grave.

  • Une fragmentation des thmes Dans cette premire partie de La Petite Fille Amricaine, peux-tu reprer un thme qui ressort clairement, que tu peux rechanter ? Ou au contraire, sont-ce plutt des parties courtes qui senchanent rapidement ? ______________________________________________________________________________________________________ Comment peux-tu faire le lien entre ce que tu constates et le livret de Jean Cocteau ? ______________________________________________________________________________________________________ Relis le texte de Fernand Lger sur son dessin du front. Quel est le lien entre les remarques de Lger et la musique dErik Satie ? ________________________________________________________________________________ ________________________________________ ________________________________________ ________________________________________ ________________________________________

    Diffrents styles dans une seule musique Ecoutons La Petite Fille Amricaine en entier.

    Combien de fois entends-tu le ragtime ? ____________________________ Combien de fois entends-tu la partie avec des bruits ? __________________ Quel est le thme que tu entends le plus dans cette uvre, et auquel tu peux te raccrocher ? ___________________________________________________

    Dans La Petite Fille Amricaine, deux influences sonores se font sentir : - linfluence de la musique amricaine qui donne de la legret (ragtime

    du paquebot) - linfluence des procds cubistes (fragmentation des thmes,

    prsence de bruits rels) Lauditeur ne peut se raccrocher quau Paquebot du ragtime. Vision difficile quand on sait que le Titanic a dj sombr.

  • Et Verdun vu par les soldats ? Projet musical : On ne passe pas Verdun

    Chant patriotique franais crit en 1916 paroles : Eugne Joullot et Jack Cazol musique : Ren Mercier arrangement : Cyrille Lehn Un aigle noir a plan sur la ville, Il a jur dtre victorieux. De tous cts les corbeaux se faufilent Dans Les sillons, les chemins creux, Mais tout coup le coq gaulois claironne : Cocorico, debout petits soldats, Le soleil luit partout, le canon tonne, Jeunes hros voici le grand combat. Refrain : Et Verdun la victorieuse Pousse un cri que portent l-bas Les chos des bords de la Meuse : Halte l ! on ne passe pas. Plus de morgue, plus darrogance, Fuyez barbares et laquais, Cest ici la porte de la France Et vous ne passerez jamais.

    Les ennemis savancent avec rage, norme flot dun vivant ocan Semant la mort partout sur son passage, Ivres de bruit, de carnage et de sang ; Ils vont passer quand relevant la tte, Un officier dans un suprme effort, Quoique mourant crie : la baonnette, Hardi les gars, debout, debout les morts. (Refrain) Mais nos enfants dans un lan sublime Se sont dresss ; et bientt laigle noir, La rage au cur impuissante en son crime, Vit disparatre son suprme espoir. Les vils corbeaux devant lme franaise, Tombent sanglants, cest le dernier combat. Pendant que nous chantons la Marseillaise, Les assassins fuient devant les soldats. (Refrain)

    Au dbut de lanne 1916, le commandement allemand dcide duser compltement larme franaise en lobligeant sengager fond. Il choisit dattaquer Verdun, un pivot du front fortifi que les Franais voudront dfendre cote que cote. En prenant Verdun, le gnral von Falkenhayn savait que Paris serait la porte des Allemands et que l'issue de la guerre leur serait victorieuse. Mais la bataille de Verdun se rsume une lutte acharne qui consistait se battre pour quelques mtres carrs de terrain, un orage d'acier qui a boulevers le paysage meusien. On se battait dans la boue o croupissaient des cadavres que les obus venaient dterrer sans cesse. Pour ceux qui en sont revenus vivant, Verdun tait un enfer. Ce chant militaire montre la dtermination de l'arme franaise en glorifiant le courage des soldats Franais, rappelant limportance de dfendre Verdun (devise de cette poque : "on ne passe pas" inscrite sur le monument aux morts construit depuis) et de ne pas permettre aux Allemands de pntrer plus avant sur le territoire franais.

  • {

    {

    {

    {

    Voix 1 & 2

    Piano

    noir a pla n- sur la vil le,- Il a ju r- d' tre- vic to- ri- eux- De tous c

    Au mme tempo101

    p

    Au mme tempo

    Voix 1 & 2

    Piano

    ts les cor beaux- se fau fi- lent- Dans les sil lons- et dans les che mins-

    105

    Voix 1 & 2

    Piano

    creux Mais

    f

    tout coup le coq gau lois clai ron- ne:- Co co- ri- co,- de bout pe tits- sol

    108

    f

    Voix 1 & 2

    Piano

    dats; Le so leil- luit par tout- le ca non- ton ne,- Jeu nes- h ros- voi ci- le grand com

    112

    44

    4444

    &bbbbbTous

    &bbbbb?bbbbb

    3 3 3 3

    &bbbbb

    &bbbbb n?bbbbb

    3 3 3

    &bbbbb

    &bbbbb b n b?bbbbb > >>

    > >3

    &bbbbb

    &bbbbb?bbbbb > > >

    > > ~~~~~~~~~~~~~~~~~

    j j j

    n www n n b n n b n n b n n

    j n j

    j ww b n n

    b n n b

    j n b j n n j n

    n j n n j n b b n b

    r

    j j J n

    b n r w bn

    Le Bestiaire sanguinaire6

    {

    {

    {

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    saut Que de vant- ses vai nes- me na- ces- Le coq lan ait- vi brant- d'au

    77

    saut Que de vant- ses vai nes- me na- ces- Le coq lan ait- vi brant- d'au

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    da ce- Son ap pel- tous les chos:- De bout- les gars! De bout- les

    85

    da ce- Son ap pel- tous les chos:- De bout- les gars! De bout- les

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    gars! Co

    ff

    co- ri- co!-

    long

    Un

    p

    ai gle-

    93

    gars! Co

    ff

    co- ri- co!-

    long

    Un

    p

    ai gle-

    ff sf

    long

    44

    44

    4444

    ###

    ###

    ### >?#### .

    ...

    ..

    ..

    > . .. . .

    .3 3

    ###3 3

    ### 3 3

    ###3 3

    ?#### ..

    ..

    ..

    ..

    3 3### U bbbbb

    ### U bbbbb

    ###> > >

    > >> > > >> >> U bbbbb

    ?#### >> > U bbbbb

    j j j j

    j j

    # n # #

    b j

    b j

    r

    Le Bestiaire sanguinaire 5

  • {

    {

    {

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    bat Et

    ff

    Ver dun,- la vic to- ri- eu- se,- Pousse un

    Joyeusement116

    bat Et

    ff

    Ver dun,- la vic to- ri- eu- -

    ff

    Joyeusement

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    cri que por tent- l bas- Les

    p

    chos- des bords de la

    119

    se, Pousse un cri que por tent- l bas- Les

    p

    chos- des bords de la

    sim. p

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    Meu se,- Hal

    f

    te- l!- on ne pas se- pas... Plus

    ff

    de mor gue- plus d'ar ro-

    122

    Meu se,- Hal

    f

    te- l!- on ne pas se- pas... Plus

    ff

    de mor -

    f ff

    &bbbbb3

    &bbbbb 3

    &bbbbb. . . . . . .

    3

    ?bbbbb> > > >

    > .. . .

    . . . ... . .

    . . . .> >

    &bbbbb

    &bbbbb

    &bbbbb

    ?bbbbb> > > > . . . . . . . .

    &bbbbb3

    &bbbbb

    &bbbbb . . . .3

    ?bbbbb .. . . . . . . . . . . . . .

    . . .. . . .

    J J nn bb J J J

    J J J J n

    r R

    J J J J J J n b

    n n n

    n n J J J J n n b

    Le Bestiaire sanguinaire 7

  • {

    {

    {

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    gan ce- Fu yez- bar ba- res- et la quais,- C'est

    126

    gue plus d'ar ro- gan- ce- Fu yez- bar ba- res- et la quais,- C'est

    sim.

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    i ci- la por te- de Fran ce- Et

    toute la force!

    vous ne pas se- rez- ja -

    129

    i ci- la por te- de Fran ce- Et

    toute la force!

    vous ne pas se- rez- ja -

    fff

    Voix 1

    Voix 2

    Piano

    mais! 1.Coq

    pEn rallentissant133

    mais!

    p

    En rallentissant

    col pedale

    &bbbbb 3

    &bbbbb 3 3

    &bbbbb

    ?bbbbb

    &bbbbb

    &bbbbb

    &bbbbb n?bbbbb n >

    &bbbbb bbbb

    &bbbbb bbbb

    &bbbbbn - -

    bbbb?bbbbb

    &

    *& - - bbbb

    J J j j

    J J J J J J J J j nJ J J J

    J j n

    j n j n J J

    j J J J J J

    j nn bb J

    n w ww

    w j

    w

    Le Bestiaire sanguinaire8