Click here to load reader

Étude menée de janvier à avril 2010 - La Fabrique de la ... · PDF filesur la ville de demain À l’heure où la ville concentre tous les grands ... Londres, atteignait 2 millions

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Étude menée de janvier à avril 2010 - La Fabrique de la ... · PDF...

  • 1

    L'attractivit des villestude mene de janvier avril 2010 Synthse

  • 2

    La Fabrique de la Cit,un forum de rflexion sur la ville de demain

    lheure o la ville concentre tous les grands enjeux du XXIe sicle, la mobilit, le dveloppement durable, lurbanisme, lemploi, la mixit, le groupe VINCI souhaite apporter une contribution concrte la rflexion sur la ville de demain.

    Expert dans les domaines de la construction, de la route, des rseaux de tlcommunication et dnergie, de limmobilier, des concessions de transport et de grands quipements, le groupe VINCI est par nature au service de la Cit.

    Comment concevoir des btiments, des quartiers, des villes durables ? Comment mieux partager la ville ? Tels sont les dfis quotidiens auxquels est confront le groupe VINCI. Telles sont les questions quil souhaite mettre au cur du dbat public.

    Cest pourquoi VINCI a cr la Fabrique de la Cit, un forum think tank dont la vocation est de produire des ides innovantes sur la ville durable, en confrontant les points de vue des acteurs.

  • 3

    SommaireIntroduction 4

    Dfinitions 6Le boom de lattractivit 7Composantes de lattractivit 8Connatre lattractivit par sa mesure 8

    Prospectives: lattractivit confronte quelques grandes tendances de socit 10Tendances dmographiques 11Lvolution des structures sociales 13

    Politiques 16City branding: le marketing sinvite la table des politiques urbaines 17Richard Florida et les trois T 18Paradoxes et critique de lattractivit 20

    Conclusion 22

    3

  • 44

    Lattractivit des villes en question

    En moins de deux sicles, lhumanit a connu un changement structurel majeur. En 1840, pour la premire fois dans lhistoire du monde, une agglomration, Londres, atteignait 2 millions dhabitants. 89 ans plus tard, en 1929, New York recensait 10 millions dhabitants et pouvait prendre le titre de mgapole. En 2008, troisime date clef dans lhistoire de la ville, le taux durbanisation mondial dpassait les 50%.

  • 5

    Tendances contrastesForte de 3,4 milliards de personnes aujourdhui, la population urbaine mondiale devrait en compter 6,5 milliards ds 2050. Cette urbanisation qui avance grands pas connat des tendances contrastes. Elle se concentre dans les grandes mtropoles, pousse en Asie et en Afrique pour y faire natre de nouveaux gants dmographiques. Elle fabrique ici des bidonvilles, l de nouveaux centres urbains gentrifis. La ville-solutionFace aux dfis de lhumanit, la ville se prsente bien souvent comme la solution. Elle permet aux conditions de vie de samliorer, donne accs leau et lducation. Les habitants des pays dfavoriss esprent y trouver ce quils nont pas. Mais cette fabrication inluctable de la ville est aujourdhui questionne, notamment en Occident : quelle ville veut-on ? Et pour qui ? Accompagnant la pression dmographique, dautres bouleversements sont en cours : vieillissement de la population, migrations massives, notamment. La ville, les villes, doivent sy adapter. La ville-marqueElles doivent surtout effectuer des choix. Car leurs politiques sont de plus en plus discutes au sein de la comptition quelles se font. Les villes ont leur rputation, bonne ou mauvaise, elles ont une image qui sduit ou repousse, elles ont besoin de main duvre et de talents, doivent contenter leurs habitants, souvrir au tourisme Sur une Terre globalement urbaine, les villes se pensent aussi comme des marques et se posent finalement la question : suis-je ou ne suis-je pas attractive ?La ville interrogeDans le cadre du questionnement permanent quelle entretient sur la ville, il tait logique que La Fabrique de la Cit sinterroge sur cette notion dattractivit. Elle la fait au travers dune tude mene avec Julien Damon, professeur associ Sciences-Po, et le groupe Futuribles, prsente lors du sminaire qui sest tenu Hambourg en avril 2010*.*Cf. la synthse La ville est vivante sur www.lafabriquedelacite.com

    5

  • 6

    Dfinitions

    Sans tre vritablement un nologisme, lattractivit est un terme rcent dont on se sert pour dsigner un produit, une profession, une implantation Mais sagissant de la ville, que recouvre ce concept? Que dsigne-t-il et que contient-il exactement?

    6

  • 7

    Le boom de lattractivitLattractivit abrite deux notions: lattraction qui sapparente une force capable la fois dattirer et retenir sur place et lattrait qui renvoie lide de sduction. Ainsi, pour une ville ou un territoire, lattractivit devient un concept mlant: la capacit drainer des flux et fixer durablement des ressources en un lieu: ce que lon nomme attraction effective, la capacit se rendre dsirable, quelle quen soit la raison: ce que lon nomme attrait ou attraction potentielle.

    Depuis une dizaine dannes, lattractivit est devenue pour les villes une notion cruciale, aussi cruciale que la comptitivit avec laquelle elle est parfois confondue.

    Comptitivit ou attractivit?

    En France, la comptitivit sest fait connatre au travers des ples de comptitivit, version locale des clusters. Elle reprsente lefficacit conomique dun territoire. Lattractivit mme si son registre est aussi conomique saborde plutt sous langle physique et psychologique. Cependant, les deux notions sont souvent interdpendantes. Un territoire a dautant plus de chances dtre comptitif quil a la capacit dattirer lui les acteurs conomiques ncessaires aux activits de production. Inversement, lattractivit dpend de la comptitivit car les acteurs conomiques se dirigent volontiers vers des places offrant le plus dopportunits de bnfices, donc les plus comptitives.Mettre laccent sur lattractivit revient considrer que dans des conomies de plus en plus ouvertes sur lextrieur, les avantages comparatifs dun territoire dpendent moins de ses proprits intrinsques que de ses capacits drainer les ressources ncessaires aux processus de production et de commercialisation.

    Un terme devenu incontournable

    Lattractivit sest peu peu impose dans le langage. On peut sen rendre compte au travers de ses occurrences dans les dpches AFP, passes de 60 en 1998 700 en 2008. Elle est surtout devenue une donne majeure pour saisir, mesurer et tenter de prvoir des flux de capitaux et de populations, entre pays, entre rgions, entre villes. On voque aussi lattractivit pour la capitalisation boursire, le tourisme, les volutions dmographiques, les investissements, le dynamisme conomique ou encore la mtorologie, ce qui autorise tous les classements et hirarchies possibles.

    Lobsession du classement

    Pas une semaine ne passe en effet sans quune banque, un hebdomadaire de rfrence ou un cabinet de conseil spcialis dans lexpatriation ne livre les rsultats dune grande enqute internationale sur la ville la plus chre ou celle o il fait bon vivre. Les classements tablis se rvlent disparates. Pour exemple, en 2009, selon la banque UBS, Oslo tait la ville plus chre du monde, mais la mme anne, le cabinet Mercer lisait Tokyo, ne classant mme pas Oslo parmi les 10 premires villes.

    Afin dobtenir des rsultats plus signifiants et homognes, on pourrait sinspirer de cette tude, cite par Julien Damon, classant les grandes villes internationales au regard du temps de travail ncessaire pour sacheter un Big Mac. Car ce type de rfrentiel international autrement dit un sandwich consomm partout dans le monde! est particulirement pertinent. Or, souligne Julien Damon, si les enqutes, en gnral, obtiennent des rsultats diffrents cest que leurs critres ne sont pas pondrs de la mme faon, certains ntant mme pas pris en considration.

    7

  • 8

    Composantes de lattractivit

    Connatre lattractivit par sa mesure

    Enqutes et palmars dressent des instantans de lattractivit des villes, tablissant ainsi entre elles une vritable comptition. Mais si lon souhaite cerner plus finement lattractivit dune ville, il est

    prfrable den questionner tous les facteurs. Ainsi, le tableau ci-contre (page de droite) propose 9 dterminants de lattractivit dfinis la fois par un caractre objectif et un caractre symbolique.

    Certes, loffre dquipements de loisirs dune ville, par exemple, est de nature attirer elle des populations, mais ce nest pas en soi une mesure de son attractivit: cela ne dit rien du caractre effectif ou non de lattraction exerce. Or, les villes ont besoin de connatre leur degr dattractivit pour mettre au point leurs politiques. Il existe deux faons de mesurer (une faon objective et une faon subjective) les deux dterminants de lattractivit (lattraction potentielle et lattraction effective).

    Mesures objectives

    Le pouvoir dattraction dune ville peut se mesurer trs objectivement en calculant son solde migratoire (rsultat des flux entrants et sortants de populations). Une manire plus dtourne consistera observer lvolution des prix de limmobilier, rsultant dun effet de valorisation des villes. En dcoule un autre type de classement, plus complexe interprter. Lattrait, lui, peut tre mesur par ce que lon nommera leffet file dattente, autrement dit les demandes de mutations des salaris, par exemple, ou celles de visas dimmigration. La recherche de logement peut aussi tre prise en compte.

    Mesures subjectives

    Les mesures subjectives se dvoilent gnralement au travers denqutes dopinions ou daudits urbains. Si lon veut connatre le niveau

    dattraction effective dune ville, on interrogera ses habitants sur leur satisfaction; ou bien, on questionnera les entrants sur lintensit de leur motivation et sur la diversit des motifs qui prsident leurs choix. Lattrait, lui, concerne avant tout ceux qui souhaiteraient habiter telle ou telle ville; ce sont leurs opinions que lon questionnera. Comme le prcise Julien Damon, Les opinions comptent beaucoup en matire dattractivit, notamment en ce qui concerne lattrait qui en est laspect le plus psychologique

Search related