Click here to load reader

Environnements littoraux et aménagement durable: … · environnementales et également pour la cartographie détaillée des ... Tout au long des côtes marocaines les ressources

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Environnements littoraux et aménagement durable: … · environnementales et également pour la...

  • TS7 Coastal Zone Management Majid Mansour TS7.3 Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale 2nd FIG Regional Conference Marrakech, Marocco, December 2-3, 2003

    1/11

    Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale

    Majid MANSOUR, Maroc

    Mots clefs: littoral, Maroc, zones humides, urbanisation, rosion, imagerie satellitaire. RESUME Les milieux ctiers sont trs convoits pour leurs intrts touristiques et conomiques et constituent des cosystmes fragiles, sensibles laction des agents anthropiques: Pollution, artificialisation, asschement, industrialisation, urbanisation, etc. Les amnagements proximit du rivage, ont souvent contribu aggraver les phnomnes drosion et de recul de traits de ctes. Les dunes littorales suscitent des pressions multiples. Ces pressions, la plupart du temps lies lessor du tourisme et la multiplication des projets immobiliers, altrent lquilibre de tout un secteur dunaire environnant et ont fait disparatre une rserve sdimentaire indispensable lquilibre des plages. Les images haute rsolution spatiale sont de premire importance dans les tudes environnementales et galement pour la cartographie dtaille des milieux littoraux. Pour viter que loccupation du littoral ne dgnre en dommages irrparables, des mesures spcifiques doivent tre prises, au niveau des dispositions lgislatives, rglementaires et administratives.

  • TS7 Coastal Zone Management Majid Mansour TS7.3 Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale 2nd FIG Regional Conference Marrakech, Marocco, December 2-3, 2003

    2/11

    Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale

    Majid MANSOUR, Maroc

    1. PRESENTATION DU LITTORAL MAROCAIN Le Maroc possde un vaste territoire maritime. Au Nord, les ctes mditerranennes stendent sur 512 kilomtres. lOuest, la faade maritime de la cte atlantique reprsente 2934 kilomtres. Le littoral mditerranen et atlantique abritent un patrimoine environnemental riche et vari. Les divers milieux physiques y sont reprsents: plages, dunes, falaises, lagunes, vasires, mangroves, sebkha. La faune du littoral est trs diversifie et abrite plusieurs espces en voie dextinction telle que le Goland dAudouin ou le Phoque Moine. Ce dernier se trouve gravement menac lchelle mondiale. Tout au long des ctes marocaines les ressources halieutiques sont abondantes. La dgradation du littoral et la pollution de leau sont des facteurs de rarfaction de certaines espces. Le dveloppement durable et productif des zones ctires ncessite une meilleure gestion de ces ressources. Le Maroc possde 13 rgions ctires. 145 plages sont dclares zone de baignade. La moyenne des tendues de ces plages varie de 0,5 10 kilomtres. Elles sont frquentes durant la priode estivale par 1 million destivants avec une frquentation moyenne quotidienne de 1500 estivants/jour/plage, du mois de juin au mois de septembre. Des disparits importantes caractrisent le dveloppement de lespace littoral. La cte mditerranenne est gnralement pauvre, peu dsenclave, isole du reste du

    pays par les reliefs imposants de la chane montagneuse du Rif. Le dveloppement industriel et touristique y reste trs limit. Le tourisme ne mobilise que la population locale. Sur le littoral mditerranen, la pression dmographique est de 93 Ha/Km2.

    Le littoral atlantique concentre les principales agglomrations et la majorit des activits conomiques. Ces activits engendrent un phnomne de littoralisation. On enregistre une densit moyenne de 162 Habitants/km2 entre Knitra et le Grand Casablanca.

    La population urbaine du littoral atlantique na cess de crotre depuis le dbut du sicle. Elle reprsentait 19,4% en 1936, 29% en 1960 et 42,8% en 1982. De nos jours, le taux durbanisation atteindrait 54%. Selon de rcentes tudes, 5% des villes sont dotes dune station dpuration. Environ 10 000 tonnes de matires oxydables seraient rejetes sur les ctes. Les rejets de matires seraient rpartis comme suit:

  • TS7 Coastal Zone Management Majid Mansour TS7.3 Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale 2nd FIG Regional Conference Marrakech, Marocco, December 2-3, 2003

    3/11

    58% dans les cours deau ; 31 % dans la mer ; 11 % dans le sol et le sous-sol. 2. LA SITUATION DU LITTORAL EST PREOCCUPANTE Une trs forte pression est exerce sur le milieu ctier par lurbanisation. Une multiplication de projets immobiliers et touristiques se dveloppe. Les responsables, partags entre le souci dencourager linvestissement, ne sont pas toujours en mesure de formuler des arbitrages qui prennent en considration la composante environnementale dans un milieu volution rapide. laccroissement de la demande immobilire et touristique sajoute une organisation anarchique de lespace littoral qui aboutit des formes doccupation linaire. Avec le dveloppement du tourisme et des rsidences secondaire, le littoral est devenu un lieu attractif la recherche dune vue imprenable sur la mer. On observe une privatisation progressive du littoral par acquisition particulire de rsidence. La bande dinconstructibilit de 100 mtres, cite dans le nouveau projet de loi concernant le littoral, nest que trs peu respecte. Les amnagements trop proches de la ligne de rivage aggravent le phnomne drosion et le recul du trait de cte. La destruction des dunes ctires au profit de projets immobiliers ou de lexploitation des sables en tant que matriaux de construction a fait disparatre la rserve des sdiments ncessaire lquilibre des ctes (Paskoff, 1996). Ce phnomne est accentu par le fait que les grands fleuves ne fournissent que peu de matriaux. La charge solide, naturellement livre la mer, sest trouve diminue avec les amnagements hydrolectriques dont ils ont fait lobjet. Lamnagement de jete peut perturber les transports sdimentaires (EUCC-the Coastal Union. Hydraulics and water Resources institute (IHRH), 2003). Les amnagistes ont souvent ignor cette volution rgressive des plages. La dgradation par pollution des herbiers qui retiennent la charge solide des courants littoraux aussi contribuer lrosion des ctes. Les consquences de ces dgradations sont irrversibles (Paskoff, 1996). La formation dune plage est un phnomne naturel long, gnr par un quilibre hydrodynamique des matriaux, lapport du continent et le brassage par les mouvements de balancement des mares. Ce processus ncessite plusieurs milliers dannes pour donner naissance une plage (Paskoff, 1993). 3. TUDE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNELLE En ce qui concerne ltude juridique et institutionnelle, on peut constater quactuellement, les zones ctires sont rgies par une simple circulaire du Premier Ministre datant de 1964, relative au dveloppement touristique du littoral.

  • TS7 Coastal Zone Management Majid Mansour TS7.3 Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale 2nd FIG Regional Conference Marrakech, Marocco, December 2-3, 2003

    4/11

    Les zones humides ne bnficient daucun statut juridique. La grande majorit des zones humides fait partie du domaine public de ltat (article 1er du DAHIR du 1/7/1914 modifi). Font partie du domaine public...le rivage de la mer jusqu la limite des plus hautes mares, ainsi quune zone de 6 mtres, mesure partir de cette limite. Pour les zones ctires humides, le Maroc na pas ratifi la convention de Ramsar de 1971 relative la protection de ces zones. Cette convention reste sans valeur juridique, mais peut faire rfrence en la matire. Les documents durbanisme contraignent tenir compte des prescriptions contenues dans cette convention avec pour exemple, quelques zones humides ctires du littoral de la Mditerrane orientale (SIBE). Un droit propre au littoral va merger (Secrtariat dEtat Charg de lEnvironnement, 1999), ce qui va constituer un vritable point de dpart dune rflexion sur lamnagement des ctes. Ce texte de loi, labor dans le cadre du projet Life Pays Tiers, porte sur le renforcement juridique et institutionnel entre le Dpartement de lEnvironnement et la Communaut Europenne. Ce projet est largement inspir des lois franaises sur la protection du littoral, do la ncessit de ladaptation au contexte social, conomique et institutionnel marocain. Ce projet de loi pose, comme principe, une occupation en profondeur du littoral: Une bande dinconstructibilit de 100 mtres compter de la limite haute du rivage.

    Cette largeur peut-tre augmente si le recul de la cte le justifie. Des routes ctires 2 kilomtres de la ligne de rivage. En effet, il convient dvaluer

    correctement la vitesse de recul du rivage et prvoir une occupation du sol suffisamment en profondeur.

    Une limitation et le regroupement de lurbanisation. Celle-ci doit se faire en amnageant des coupures afin dviter une occupation linaire et diffuse du littoral.

    4. APPORT DE LA TELEDETECTION SPATIALE A LA GESTION DES MILIEUX

    COTIERS La tldtection optique et radar, reprsente une source dinformation trs importante pour ltude des milieux littoraux. Les grandes surfaces couvertes, la fracheur de linformation et sa diversit montrent que la tldtection est loutil incontournable pour la mise jour cartographique. En effet, la connaissance du littoral ncessite des donnes prcises, tablies sur le long terme afin de connatre de faon fiable les tendances de lvolution. La tldtection par satellite, couple des photos ariennes multi dates, est en mesure de fournir ce type dinformation. Les images radar (ERS), utilises en mode multidate, permettent la dtermination de certains phnomnes volution rapide qui affectent lquilibre cologique et socio-conomique des milieux littoraux. Ces volutions reprsentent les secteurs drosion ou dengraissement des ctes. Ce travail, tente de faire le bilan de la connaissance scientifique en matire de cartographie et de suivi de lvolution du trait de cte par imagerie satellitaire avec illustration du phnomne drosion travers des exemples du littoral marocain.

  • TS7 Coastal Zone Management Majid Mansour TS7.3 Environnements littoraux et amnagement durable: Apport de linformation spatiale 2nd FIG Regional Conference Marrakech, Marocco, December 2-3, 2003

    5/11

    5. CONCLUSION Lvolution des milieux ctiers est un phnomne mondial. Ces milieux, constituent des environnements fragiles dans lesquels se manifestent de multiples facteurs. Ils relvent des comptences varies, do la ncessit de mettre en place, au Maroc, dune structure spcialise, pour assurer la protection du littoral, en prenant appui sur le modle de conservatoire franais (Legrain, 1998), afin dassurer une gestion intgre, prospre et cohrente pour un dveloppement durable; le conservatoire du littoral doit faire face un double compromis: prserver le patrimoine naturel et culturel du littoral et protger le domaine public

    maritime contre les occupations illicites. valoriser le littoral et veiller son intgration dans lenvironnement rgional par le

    maintien des activits traditionnelles de bord de mer et assurer le suivi du dveloppement touristique.

    REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Legrain D., (1998). Le Conservatoire du littoral, 109 p. Paskoff R. (1996). Amnagement du littoral et protection de lenvironnement en France.

    Armand Collin- linformation gographique, 60, pp 157-166. Paskoff. R. (1993). Ctes en danger. Edition masson,.250 p. Secrtariat dEtat Charg de lEnvironnement, (1999). Avant projet de loi sur le littoral. EUCC-the Coastal Union. Hydraulics and water Resources Institute (IHRH) Faculty of

    Engineering-University of Porto (FEUP) Porto, (2003). Good Practices in Coastal Zone Management And Coastal Defence, 109 p.

    CONTACTS Majid Manour Docteur s Sciences Institut National dAmnagement et dUrbanisme Av. Allal Fassi. Rabat-Instituts Rabat MAROC Tl. + 212 37 77 16 24 Fax + 212 37 77 50 09 Email: [email protected]

  • APPENDIX 1

  • APPENDIX 2

  • APPENDIX 3

  • APPENDIX 4

  • APPENDIX 5

  • APPENDIX 6