‰ditos - solidarites-sante.gouv.frsolidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/plan_national_de_sante_publique... 

  • View
    214

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of ‰ditos -...

  • 1

  • 2

  • 3

    ditos

    La prvention doit devenir centrale dans toutes les

    actions qui visent amliorer la sant de nos

    concitoyens

    La promotion de la sant et la prvention constituent le premier axe de la

    Stratgie nationale de sant 2018 2022 du Gouvernement. Notre pays

    connait en effet un retard certain en la matire. La mortalit vitable y est

    trs leve. On meurt trop souvent trop jeune en France. Et une vraie

    politique de prvention permettrait de prserver prs de 100 000 vies par

    an.

    Cest la raison pour laquelle, pour la premire fois en France, cest

    lensemble du Gouvernement qui sengage rsolument pour que la

    prvention ne soit plus seulement un concept mais une ralit : une ralit

    pour chacun de nos concitoyens, quels que soient son ge ou sa condition.

    Et une ralit pour lensemble des acteurs, professionnels, de sant ou non,

    qui agissent en faveur de la sant dans toutes ses dimensions. Avec une

    obsession : celle de lefficacit et des rsultats concrets.

    douard PHILIPPE

    Premier ministre

  • 4

    Les priorits de la politique de prvention illustrent

    ma volont de transformer notre systme de sant en

    tenant compte des besoins spcifiques des Franais,

    dans toute leur diversit. Son approche, innovante,

    doit rendre oprationnel le 1er axe de la Stratgie

    nationale de la sant

    Lesprance de vie dans notre pays est lune des meilleures au monde.

    Pourtant, la mortalit prmature demeure encore trop leve, tout

    comme les ingalits de mortalit et de morbidit entre hommes et

    femmes, entre territoires et entre groupes sociaux. Ces ingalits sont

    inacceptables. Pour les combattre, nous devons intervenir le plus tt

    possible et tout au long de la vie des Franais, sur les facteurs de risque,

    ainsi que sur les dterminants socio-environnementaux.

    Promouvoir la sant, cest avant tout promouvoir la concertation et la

    coordination des politiques publiques. Cette rflexion en amont est

    indispensable pour favoriser les comptences individuelles, ainsi que des

    environnements physiques, sociaux et conomiques propices une bonne

    sant.

    Forts des orientations dfinies par la Stratgie pour la priode 2018 2022,

    nous mettrons en uvre des mesures concrtes pour amliorer la sant

    des Franais, tout en renforant la performance de notre systme sanitaire.

    Cette double ligne directrice de la Stratgie trouvera sa traduction, non

    seulement dans les priorits de la politique de prvention, mais aussi grce

    aux diffrents plans nationaux et rgionaux de sant, ainsi quaux plans

    pilots par les autres ministres. Je les remercie bien sincrement pour leur

    engagement rsolu en faveur de la sant un engagement innovant dans

    sa mise en uvre, et transversal dans les politiques publiques qui le

    portent.

    Agns BUZYN

    Ministre des Solidarits

    et de la Sant

  • 5

  • 6

    Prsentation

    Avec la parution du premier plan prvention, lensemble des acteurs et dcideurs du monde de la sant et

    des autres secteurs sont convis, collectivement, un projet denvergure pour amliorer la sant de la

    population.

    Sa mise en uvre prsente plusieurs dfis : mettre en place des services et des outils rpondant

    efficacement aux enjeux de promotion de la sant et prvention de la Stratgie nationale de sant, tout en

    donnant davantage de cohrence aux actions du Gouvernement et aux services en sant publique.

    Les mesures seront adaptes aux spcificits de chaque territoire (quartiers prioritaires de la politique de la

    ville, territoires ultramarins, territoires ruraux, territoires de montagne, territoires forte saisonnalit,

    territoires frontaliers) ce au moyen des projets rgionaux de sant (PRS) et en troite collaboration avec

    les collectivits territoriales. De mme, les stratgies dactions seront adaptes aux populations et leurs

    conditions de vie.

    Nos actions sanitaires sinscrivent dans une perspective globale, et donc concerte : nous privilgierons

    donc une action combine, transversale, plutt que plusieurs mesures fragmentaires, isoles. Nos liens avec

    nos partenaires dautres secteurs doivent tre resserrs pour multiplier les actions intersectorielles en

    sant. Tel est lobjet de ce premier plan prvention.

    Pour la premire fois, nous disposons dun document qui, non seulement prsente ce qui sera fait pour

    promouvoir et prserver la sant de la population, mais en dtaille les enjeux pour les acteurs de la sant. Il

    aborde tous les dterminants de la sant, environnementaux ou comportementaux ; et parcourt les

    diffrents ges de vie avec leurs spcificits, de la prconception la prservation de lautonomie de nos

    ans. Issues ou non dun plan existant, les actions prsentes seront portes nationalement. Elles ont t

    slectionnes en priorit selon des critres combinant efficacit, impact sanitaire, retour sur investissement

    et faisabilit.

    La rdaction du plan permet au grand public de trouver facilement les prochaines amliorations prvues

    pour sa sant : la prparation et le suivi de la grossesse, le dveloppement des comptences psychosociales

    lcole, les engagements pris par les acteurs conomiques ou encore les nouveaux bilans ou dpistages.

    Au-del du ministre des solidarits et de la sant, des agences sanitaires et de la CNAM, la rdaction du

    plan implique tous les ministres du gouvernement travers les contributions du Comit permanent

    restreint du Comit interministriel pour la sant, du Haut conseil de sant publique et de la Confrence

    nationale de sant.

    Je remercie chaleureusement les trs nombreuses personnes qui ont particip de prs ou de loin

    llaboration du plan. Leurs contributions ont nourri ce plan, qui rpond aux enjeux dmographiques et

    sanitaires, et tient compte de lvolution, ncessaire, de notre systme de sant.

    Pr. Jrme SALOMON

    Directeur gnral de la Sant

  • 7

  • 8

  • Une grossesse en pleine sant et les 1 000 premiers jours garants de la suite

  • 10

    1 De nombreuses recherches ont mis en vidence lexistence de liens entre diverses expositions ds la vie

    intra-utrine, et la mortalit, ou la survenue de maladies lge adulte. Le concept des origines

    dveloppementales de la sant et des maladies propose une thorie unificatrice lensemble de ces

    observations. Les premires priodes de la vie, depuis lenvironnement pri-conceptionnel et la grossesse,

    jusqu la fin de la premire enfance (les 1 000 premiers jours , selon lexpression adopte par

    lOrganisation Mondiale de la Sant (OMS), constituent une priode de sensibilit au cours de laquelle

    lenvironnement sous toutes ses formes quil soit nutritionnel, cologique, socio-conomique et les modes

    de vie crent des marques sur le gnome, influenant la sant et le risque futur de maladie dun individu.

    Une susceptibilit ou une rsistance dvelopper, plus tard, lensemble des maladies chroniques non

    transmissibles de ladulte peut ainsi se crer, au gr des volutions du contexte, notamment nutritionnel.

    Une htrognit des prises en charge est observe dans les diffrentes dimensions du suivi de la

    grossesse (consultations prnatales, chographies obsttricales, prparation la naissance et la

    parentalit, dont lentretien prnatal prcoce et la rduction des consommations et environnements

    dfavorables la sant). Les facteurs sociaux jouent un rle majeur dans ces ingalits, les femmes en

    situation conomique prcaire prsentant de manire systmatique les suivis prnatals les plus

    insuffisants.

    Les risques du tabac, du cannabis et de lalcool durant la grossesse restent sous-estims par le public et les

    professionnels de sant. Ces risques concernent la fois la femme enceinte et son enfant, de la priode

    prinatale lge adulte. Le risque de petit poids de naissance chez lenfant double chez les femmes

    consommatrices de 1 9 cigarette(s) au quotidien au 3me

    trimestre de grossesse compar aux non

    fumeuses, et il triple partir de 10 cigarettes par jour. En 2016, une femme sur six fumait quotidiennement

    des cigarettes au 3me

    trimestre de grossesse. Il en est de mme pour lalcool : malgr les recommandations

    des experts en faveur dune abstinence totale pendant la grossesse, seul un quart de la population affirme

    que toute consommation dalcool pendant la grossesse comporte un risque pour lenfant et prs dun tiers

    des femmes enceintes continuent de consommer au moins occasionnellement des boissons alcoolises. Le

    Syndrome dalcoolisation ftal (SAF) concerne une naissance sur 1 000.

    Au-del des actions du plan prvention, diffrents plans prvoient des interventions qui couvrent

    cette tranche dges et les thmatiques quelle rencontre : le Plan national de rduction du

    tabagisme, le Plan national de mobilisation contre les addictions, le plan national sant

    environnement, le Plan daction sur les produits phytosanitaires, le Plan chlordcone, la Stratgie

    nationale sur les perturbateurs endocriniens, le Plan logement,

    1 Ce texte a t labor partir des crits rcents du Haut conseil de la sant publique, de la Direction de la recherche, des tudes, de

    lvaluation et des statistiques et de lInstitut de recherche en sant publique.

  • 11

    Ma sant au quotidien

    Faciliter ladoption de mode de vie et la cration

    denvironnement