Dossier p£©dagogique Manque - R£©seau Canop£© Dossier p£©dagogique Manque ¢©Alain_Hatat texte Sarah

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Dossier p£©dagogique Manque - R£©seau Canop£© Dossier...

  • Dossier pédagogique

    Manque

    ©Alain_Hatat

    texte Sarah Kane mise en scène Simon Delétang

    Dans le cadre des « Beaux Jours de juin » à la Comédie de Reims

    Dossier pédagogique réalisé par Rénilde Gérardin, service éducatif de la Comédie de Reims : r.gerardin@lacomediedereims.fr

    Contacts relations publiques : Margot Linard : m.linard@lacomediedereims.fr Jérôme Pique : j.pique@lacomediedereims.fr

  • 2

    avec

    Mohand Azzoug

    Constance Larrieu

    Déborah Marique

    Sylvain Sounier

    scénographie Antoine Vasseur

    lumière Sébastien Michaud

    création son Nicolas Lespagnol-Rizzi

    costumes Fanny Brouste

    assistante à la mise en scène Chloé Brugnon

    assistante à la scénographie Élodie Dauguet

    L’Arche éditeur – agent théâtral

    Production La Comédie de Reims – CDN avec la participation du Jeune Théâtre National, le soutien du Fonds d’insertion pour jeunes artistes dramatiques, DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la participation du Théâtre National de Bretagne et du Théâtre Les Ateliers-Lyon

  • 3

    Manque Dossier pédagogique

    Sommaire LE PROJET ARTISTIQUE

    Note d’intention page 4

    LA PROPOSITION PEDAGOGIQUE

    Problématique page 5

    Extraits de la pièce page 5

    Texte en parallèle :

    Extrait d’Existence, d’Edward Bond

    page 7

    Echo dans la presse page 8

    Biographie de l’auteure et biographie de l’auteure par elle-

    même

    page 11

    Pistes pédagogiques page 12

    L’EQUIPE ARTISTIQUE

    Le metteur en scène page 14

    Les acteurs page 15

    Jeune metteur en scène et jeunes acteurs page 17

    LE LIEU DE LA REPRESENTATION page 17

    Bibliographie, Webographie page 18

  • 4

    LE PROJET ARTISTIQUE

    NOTE D’INTENTION

    Sarah Kane est un météore dans le théâtre du XXe siècle. L’évocation de son seul

    nom suffit à poser des enjeux. Terrifiants pour certains, essentiels pour d’autres.

    J’appartiens plutôt à la deuxième catégorie. Dans Manque, l’avant-dernière pièce

    écrite avant son suicide, nous sommes confrontés à quatre solitudes, quatre voix en

    prise avec l’amour et la mort. Mais qui dialogue avec qui ? Tandis que dans ses

    précédentes pièces Sarah Kane nous montrait la violence du monde, ici ce n’est

    plus l’irreprésentable qui est convoqué mais bien plutôt l’absence même d’un désir

    de représentation. Je crois au pouvoir vivant du théâtre. À l’incarnation. Un mot sur

    une page, pour moi, ce n’est pas du théâtre. Comment fabrique-t-on alors du

    théâtre avec Manque ? Tout est à inventer. Le défi est là. Il est aussi dans l’envie de

    faire entendre son humour et sa vitalité. La biographie d’un auteur est une chose, ce

    qui demeure de son œuvre en est une autre. Manque parle d’amour, de possession,

    mais surtout du besoin d’amour dont on finit par mourir.

    Aimer à ce point est être malade. Et j’aime être malade.

    Georges Bataille. L’Impossible.

    L’aventure que m’a proposée Ludovic Lagarde de rejoindre le projet de l’Atelier,

    avec des auteurs réunis pour l’occasion et les collaborateurs artistiques de son

    équipe ne peut que déplacer mon champ habituel de travail. C’est pourquoi j’ai eu

    envie de le pousser plus loin encore en m’attaquant à cette œuvre énigmatique,

    poétique et ouverte.

    Simon Delétang

  • 5

    LA PROPOSITION PEDAGOGIQUE

    Titre original : Crave. Texte publié en 1998, traduit et publié en France en 1999.

    Créé par la troupe Plaines Plough, dirigée par Vicky Featherstone, le 13 août 1998,

    au Traverse Theatre à Édimbourg.

    Créé en France, mis en scène par Daniel Benoin, le 19 novembre 1999, à la

    Comédie de Saint-Étienne.

    PROBLEMATIQUE

    Pourquoi les pièces de Sarah Kane font-elles scandale au moment de leur création

    et de leur publication ?

    LISTE DES PERSONNAGES

    PERSONNAGES

    C

    M

    B

    A

    Sarah Kane, Manque, © L’Arche, (1999).

    PREMIERES REPLIQUES

    C Pour moi tu es morte.

    B Lecture de mes dernières volontés, Fous ça en l’air putain et je te hante tout le

    restant de ta putain de vie.

    C Il me suit.

    A Qu’est-ce que tu veux ?

    B Mourir.

    C Quelque part en dehors de la ville, j’ai dit à ma mère Pour moi tu es morte.

    B Non ce n’est pas ça.

  • 6

    C Si je pouvais me délivrer de toi sans pour autant te perdre.

    A Ce n’est pas toujours possible.

    M Je raconte partout que je suis enceinte. On me dit Mais t’as fait comment, qu’est-

    ce que tu prends ? Et moi je dis J’ai bu une bouteille de porto, fumé pas mal de

    clopes et baisé un inconnu.

    B Que de mensonges.

    C Il lui faut un secret, mais il ne peut pas s’empêcher de le dire. Il pense qu’on ne

    sait pas. Crois-moi, on sait.

    M Une voix dans le désert

    C Lui là derrière.

    M Il y quelque chose qui coince.

    A Encore là.

    C Il y a trois étés j’étais en deuil. Personne n’est mort mais j’ai perdu ma mère.

    A Elle l’a repris.

    C Je crois aux anniversaires. Et qu’on peut retrouver l’émotion d’avant même si la

    cause en est triviale ou oubliée. Ce qui là n’est pas le cas.

    M Et je vais vieillir et je vais, et ça va, je ne sais quoi

    B Je fume à m’en rendre malade.

    A Noir blanc bleu.

    C Quand je me réveille je me dis que c’est le début de mes règles ou plus

    exactement qu’elles se prolongent puisqu’il n’y a que trois jours qu’elles viennent de

    se terminer.

    M De moi part la chaleur.

    C Et moi je pars du cœur.

    B Je ne sens rien, rien.

    Je ne sens rien.

    M Est-ce possible ?

    B Pardon ?

    A Je ne suis pas un violeur.

    M David ?

    Un temps

    Sarah Kane, Manque, © L’Arche, (1999).

  • 7

    TEXTE EN PARALLELE : extrait d’Existence, d’Edward

    Bond

    Rumeurs assourdies de la ville dans la nuit.

    Dans la rue, x s’approche.

    Il siffle mélodieusement mais sans exubérance.

    S’arrête.

    x marche vers la porte d’un immeuble.

    Entre par la porte et la ferme.

    Les rumeurs de la ville s’arrêtent.

    Sons paisibles dans le hall d’entrée.

    x monte les escaliers en pierre.

    S’arrête.

    Actionne doucement une poignée de porte.

    Pousse doucement la porte.

    La porte ne s’ouvre pas.

    x insère une barre de métal entre la porte et le chambranle.

    Fait levier avec précaution.

    Craquement.

    x, récriminant contre lui-même. Hrgh

    Actionne le levier.

    La porte tremble.

    Cède.

    x, bas, froid. Hrgh.

    Silence.

    x ouvre la porte avec précaution. Elle racle.

  • 8

    x, bas, sourd. Hsss.

    x ferme la porte avec précaution. Elle racle.

    x parcourt à tâtons un côté de la pièce.

    Ses mains tâtonnent les meubles.

    Les tapotements s’arrêtent soudainement – x trouve un tiroir.

    x ouvre le tiroir.

    Sa main farfouille parmi ce qui se trouve dans le tiroir.

    Il ferme à moitié le tiroir.

    Il ouvre le tiroir en dessous.

    S’arrête.

    Il tâtonne en avançant plus loin dans la pièce.

    Collision.

    Violente bagarre.

    Un corps jeté contre une table.

    Les pieds de la table raclent le sol.

    Silence à part l’essoufflement de l’effort.

    Soudaine attaque.

    Un coup.

    Lutte.

    Un corps jeté contre un mur.

    Il glisse sur le sol.

    x. Où t’es - ?

    Début de la pièce, traduction de l’anglais par M. Vittoz, © L’Arche (2003).

  • 9

    ECHO DANS LA PRESSE

    Rage de vie et de mort

    Belle initiative que cet Atelier de la Comédie, qui permet à de jeunes metteurs

    en scène de créer des spectacles dans des conditions de confort maximum. Un

    écrin moderne -les anciens ateliers de décor du théâtre de la Comédie de Reims - ;

    une équipe aguerrie et créative -le collectif artistique de Ludovic Lagarde, directeur

    des lieux -, une semaine de représentation face au public rémois… de quoi mettre

    en relief et affermir des talents, à un moment où le théâtre français a soif de

    renouvellement. Au menu de cette saison 2009, trois jeunes pousses invitées par

    Lagarde : Emilie Rousset, qui s'est attelée en février à un texte d'Anne Kawala ;

    Guillaume Vincent -metteur en scène d'un Eveil du printemps très controversé à la

    Co