Click here to load reader

DOCUMENT DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE …faolex.fao.org/docs/pdf/bkf146346.pdf · entre les hommes et les femmes dans la vie politique, économique, sociale et culturelle du Burkina

  • View
    216

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of DOCUMENT DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE …faolex.fao.org/docs/pdf/bkf146346.pdf · entre les...

  • 1

    Octobre 2009

    MINISTERE DE LA PROMOTION

    DE LA FEMME

    BURKINA FASO

    ---------------

    Unit - Progrs - Justice

    DOCUMENT DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE DU BURKINA FASO

  • 2

    PREFACE

    La problmatique des ingalits et disparits entre les hommes et les femmes se pose avec acuit au Burkina Faso. En effet, dans tous les domaines de la vie politique, conomique, sociale et culturelle, des ingalits et disparits flagrantes sont observes,

    particulirement en dfaveur des femmes. Malgr les efforts apprciables dploys, et les progrs enregistrs ces dernires annes, force est de reconnatre quil ny a pas vritablement dgalit et dquit entre les sexes. Cette situation est prjudiciable au dveloppement et la lutte contre la pauvret.

    Conscient que le dveloppement intgral de chaque Burkinab, homme et femme, passe par la jouissance effective de ses droits civique, civil, politique, conomique et social, le Burkina Faso a labor un Document de Politique Nationale Genre (PNG). Celui-ci est un

    cadre de rfrence et dorientation pour tous les acteurs qui interviennent en faveur de lquit et de lgalit entre les hommes et les femmes.

    Son but est de contribuer au dveloppement harmonieux, quilibr, et intgral de tous les Burkinab, en liminant les ingalits et disparits entre les hommes et les femmes dans tous les domaines, et en promouvant leurs droits fondamentaux.

    Le Document de la Politique Nationale Genre trouve ses fondements dans la Constitution et les diffrents instruments juridiques internationaux ou rgionaux ratifis par le Burkina Faso. Les principes qui sous-tendent la PNG se rfrent la politique nationale pour la promotion du genre fonde sur des valeurs et normes socitales qui sont considres comme ses principes directeurs, notamment la ncessit de : i) la complmentarit effective des rles des hommes et des femmes dans le processus de dveloppement et dans lunit familiale ; ii) la prise en compte du genre dans le processus de dveloppement et ; iii) llimination des ingalits existantes par des actions particulires en faveur des femmes et des hommes.

    Le processus dlaboration du Document de la Politique Nationale Genre a privilgi une approche participative et itrative, qui a impliqu tous les acteurs de la promotion du genre : acteurs de divers dpartements ministriels, acteurs privs, socit civile, communauts la base, et partenaires au dveloppement. Cette dmarche a permis de dgager un consensus national autour du contenu de ce Document qui a t valid lors

    dun atelier national le 29 janvier 2009 et adopt en Conseil des Ministres le 08 juillet 2009.

    La mise en uvre oprationnelle de ce Document ne sera pas laffaire de mon seul dpartement ministriel, mais de tous les dpartements ministriels, de diffrents acteurs publics et privs, de toutes les communauts la base, et de partenaires au dveloppement. Seules une forte mobilisation sociale et une synergie dactions de tous les acteurs intervenant dans le domaine du genre permettront daugmenter lefficacit,

    lefficience, la durabilit et la cohrence des actions de lutte pour lgalit et lquit entre les hommes et les femmes dans la vie politique, conomique, sociale et culturelle du Burkina Faso.

    Je saisis loccasion qui mest offerte pour dire merci tous ceux qui ont contribu llaboration de ce prcieux document cadre, gage du succs de notre lutte commune pour la promotion du genre au Burkina Faso.

    Le Ministre de la Promotion de la Femme

    M. Cline YODA/KONKOBO

  • 3

    TABLE DES MATIERES

    INTRODUCTION ................................................................................................................................................ 6

    I- CONTEXTE GENRE AU BURKINA FASO ........................................................................................................... 9

    1.1. CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE ............................................................................................................ 9 1.2. PROCESSUS DELABORATION DU DOCUMENT DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE ............................... 10 1.3. SYNTHESE DES INEGALITES ET DISPARITES DE GENRE AU BURKINA FASO ................................................ 12

    1.3.1. Au niveau des secteurs sociaux ....................................................................................................... 13 1.3.1.1. Au plan socio culturel et religieux ................................................................................................................................................. 13 1.3.1.2. Dans le secteur de lducation....................................................................................................................................................... 14 1.3.1.3. Dans le secteur de lemploi et de la formation professionnelle ................................................................................................. 14 1.3.1.4. Dans le secteur de leau et lassainissement ................................................................................................................................ 15 1.3.1.5. Dans le secteur de la sant ............................................................................................................................................................ 15

    1.3.2. Au niveau des secteurs de la production ......................................................................................... 16 1.3.3. Au niveau des secteurs de soutien la production .......................................................................... 17 1.3.4. Au niveau des secteurs dappui institutionnel ................................................................................. 18

    1.3.4.1. Dans le domaine de la gouvernance ............................................................................................................................................. 18 1.3.4.2. Dans le secteur de la justice........................................................................................................................................................... 20 1.3.4.3. Le cadre institutionnel de pilotage des politiques et programmes de dveloppement ........................................................... 21

    II- ELEMENTS FONDAMENTAUX DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE ........................................................... 22

    2.1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .............................................................................. 22 2.1.1. Au niveau international .................................................................................................................. 23 2.1.2. Au niveau africain .......................................................................................................................... 24 2.1.3. Au niveau national ......................................................................................................................... 25

    2.2. PRINCIPES DIRECTEURS DE LA PNG ........................................................................................................ 26 2.3. VISION DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE ......................................................................................... 28 2.4. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .................................................................................... 28

    2.4.1. Objectif gnral ............................................................................................................................. 28 2.4.2. Objectifs spcifiques ...................................................................................................................... 28

    2.5. AXES STRATEGIQUES DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .................................................................... 29 2.6. STRATEGIE DINTERVENTION ET MECANISMES DE MISE EN UVRE DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE ................................................................................................................................................................... 42

    2.6.1. Stratgies dintervention ................................................................................................................ 43

    III- SCHEMA INSTITUTIONNEL DE MISE EN UVRE DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .............................. 43

    3.1. ORGANES DE DECISION ET DORIENTATION ........................................................................................... 44 3.2. ORGANES PERMANENTS DE COORDINATION ......................................................................................... 45

    3.3. DISPOSITIF DE SUIVI/EVALUATION .......................................................................................................... 47

    3.4. MECANISME DE FINANCEMENT DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .................................................... 48

    IV- FACTEURS DE SUCCES ET DE RISQUE DANS LA MISE EN UVRE DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE ..... 49

    4.1. FACTEURS DE SUCCES ........................................................................................................................... 49 4.2. FACTEURS DE RISQUES .......................................................................................................................... 50

    4.3. conditions de relecture dU DOCUMENT DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .................................... 50

    CONCLUSION .................................................................................................................................................. 51

    ANNEXE : CADRE DE RESULTATS DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE .......................................................... 53

  • 4

    SIGLES ET ABREVIATIONS

    AEP : Approvisionnement en Eau Potable

    AME : Association des Mres Educatives

    APE : Association des Parents dElves

    ARV : Anti Rtro Viraux

    COCOPGenre : Conseil Communal pour la Promotion du Genre

    CEA : Commission Economique des Nations Unies pour lAfrique

    CEDEAO : Communaut Economique des Etats de lAfrique de lOuest

    CEDEF : Convention sur lElimination de toutes les formes de Discriminations

    lEgard des Femmes

    CHN : Centre Hospitalier National

    CHR : Centre Hospitalier Rgional

    CHU : Centre Hospitalier Universitaire

    CIPD : Confrence Internationale sur la Population et le Dveloppement

    CM : Centre Mdical

    CMA : Centre Mdical avec Antenne chirurgicale

    CONAPGenre : Conseil National pour la Promotion du Genre

    CNUED : Confrence des Nations Unies sur lEnvironnement et le Dveloppement

    COREPGenre : Conseil Rgional pour la Promotion du Genre

    CSLP : Cadre Stratgique de Lutte contre la Pauvret

    CSPS : Centre de Sant et de Promotion Sociale

    CVGT : Commission Villageoise de Gestion des Terroirs

    DGD : Direction du Genre pour le Dveloppement

    DGRCEF : Direction Gnrale du Renforcement des Capacits et de lExpertise

    Fminine

    ECOSOC : Conseil Economique et Social des Nations Unies

    EDS : Enqute Dmographique et de Sant

    EPT : Education Pour Tous

    IDH : Indicateur de Dveloppement Humain

    IFD : Intgration des Femmes dans le Dveloppement

    INSD : Institut National de la Statistique et de la Dmographie

    LPDRD : Lettre de Politique de Dveloppement Rural Dcentralis

  • 5

    MPF : Ministre de la Promotion de la Femme

    NEPAD : Nouveau Partenariat pour le Dveloppement de lAfrique

    OBC : Organisation Base Communautaire

    OMD : Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement

    ONG : Organisation Non Gouvernementale

    OUA : Organisation de lUnit Africaine

    PDDEB : Programme Dcennal de Dveloppement de lEducation de Base

    PMA : Pays les Moins Avancs

    PNG : Politique Nationale Genre

    PNUD : Programme des Nations Unies pour le Dveloppement

    PTF : Partenaire Technique et Financier

    PVVIH : Personne Vivant avec le Virus de lImmunodficience Humaine

    RGPH : Recensement Gnral de la Population et de lHabitatation

    SIDA : Syndrome dImmunodficience Acquise

    SR : Sant de la Reproduction

    TDR : Termes de Rfrence

    TIC : Technologies de lInformation et de la Communication

    UA : Union Africaine

    VIH : Virus de lImmunodficience Humaine

  • 6

    INTRODUCTION

    Les priorits du dveloppement au Burkina Faso, dfinies dans les documents cadres de

    dveloppement, tels le Cadre Stratgique de Lutte contre la Pauvret (CSLP), la Lettre de

    Politique de Dveloppement Rural Dcentralis (LPDRD), et autres plans dactions sectoriels,

    visent laccs sans discrimination de tous les Burkinab au fruit de la croissance et la

    participation quitable au dveloppement.

    Depuis plusieurs dcennies, la prise en considration des ingalits entre les hommes et les

    femmes dans le processus du dveloppement, et particulirement la valorisation du rle actif de la

    femme dans ce processus, a toujours constitu au Burkina Faso, une proccupation pour les

    autorits nationales et les partenaires au dveloppement qui font de la question de lquit et de

    lgalit entre les sexes en matire de droits civique, civil, politique, conomique et social, un axe

    central dans les processus de prise de dcision et de gestion du dveloppement.

    Ainsi, plusieurs concepts et stratgies ont t initis afin de rsorber le retard accus par les

    femmes dans tous les domaines, notamment les actions en faveur de lmancipation de la femme,

    de son intgration au dveloppement, et de sa promotion, etc. Les diffrents bilans ont montr

    quil y a eu des acquis certains en matire dducation, de sant et de protection sociale, mais dans

    lensemble la problmatique des ingalits demeure. La principale raison rside dans le fait quon

    sest surtout attaqu aux consquences et non aux causes des ingalits et injustices observes

    entre les hommes et les femmes dans le dveloppement.

    En labsence dun cadre cohrent dintervention, les facteurs dordre structurel lorigine de ces

    ingalits ont t sans doute faiblement apprhends et analyss : ce qui explique aujourdhui

    encore la persistance de ces discriminations et lamplification des obstacles qui les maintiennent

    en ltat.

    Aujourdhui, la question rcurrente qui continue de se poser dans cette recherche dune

    croissance soutenue et dun dveloppement durable et quitable est de savoir comment liminer

    les ingalits et les disparits entre les hommes et les femmes.

    Pour corriger les insuffisances prcites et rpondre cette problmatique, un tournant dcisif a

    t opr avec ladoption du prsent Document de la Politique Nationale Genre (PNG).

    Cette uvre tmoigne en effet dune volont politique manifeste et dune prise de conscience

    collective de tous les acteurs sur limportance et lintrt du genre pour le dveloppement

    conomique et social du pays : do limportance de la prise en compte de la dimension genre

    tous les niveaux de la vie publique. Le concept de l'intgration des questions de genre consiste

    valuer les implications des femmes et des hommes dans toute action planifie comprenant la

    lgislation, les procdures ou les programmes dans tous les domaines et tous les niveaux. Cette

    stratgie permet d'intgrer les proccupations et les expriences des femmes et des hommes la

    conception, la mise en uvre, au contrle et l'valuation des procdures et des programmes

    dans toutes les sphres politiques, conomiques et socitales pour qu'ils en bnficient de

    manire gale sans que l'ingalit actuelle ne soit perptue .

  • 7

    Pour ce faire, lintgration du genre toute politique de dveloppement est devenue une option

    retenue dans tous les documents de politique cadre et de plans dactions au Burkina Faso.

    Ainsi, au Burkina Faso, plusieurs actes ont t poss aux niveaux institutionnel et oprationnel

    pour la prise en compte de la dimension genre tous les niveaux de la vie sociale, conomique et

    politique. On peut citer, entre autres, la cration du Ministre de la Promotion de la Femme en

    juin 1997, et de celui charg de la Promotion des Droits Humains en 2002. Par ailleurs, un

    manuel dintgration du genre dans les politiques, programmes et projets de dveloppement a t

    labor en 2004 et sert de cadre pdagogique dorientation au plan national. En outre, dans les

    secteurs de base, on note un lan de prise en compte du genre dans les politiques sectorielles

    dune part, et la cration de cellules et de points focaux genre dautre part. Enfin, on relve des

    tentatives dlaboration de stratgies dintgration du genre dans les projets, plans dactions et

    programmes mme si, en fin de compte, ces stratgies comportent encore, pour lessentiel, des

    tendances de lapproche Intgration de la Femme au Dveloppement (IFD).

    En dpit de cette option nationale en faveur du genre et des efforts consentis, les ingalits et

    disparits entre les hommes et femmes demeurent vivaces dans les socits burkinab. Elles

    sexpliquent en partie par les rsistances au genre tant au niveau national que au niveau local, la

    persistance du systme patriarcal qui prne et assure la domination de lhomme sur la femme, la

    difficile application des lois, les pesanteurs socioculturelles encore tenaces qui entranent souvent

    la faible participation, voire la marginalisation des femmes, la vie conomique et publique, etc.

    Enfin, la diversit releve dans la comprhension et linterprtation du concept genre lors des

    ateliers diagnostics rend difficile son appropriation, et surtout son oprationnalisation, par les

    acteurs. Labsence dorientations et de directives claires en matire dintgration du genre dans les

    politiques et programmes de dveloppement a renforc cet tat de choses.

    Au Burkina Faso, comme partout ailleurs, il est admis que les ingalits entre les sexes, qui sont la fois un problme conomique et social, constituent des obstacles majeurs au dveloppement et

    la rduction de la pauvret. Eliminer le grand cart qui existe entre les sexes dans le processus

    de dveloppement est une exigence pour atteindre la croissance conomique durable, la rduction

    de la pauvret et les Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD).

    Dans cette perspective, le CSLP fait de la prise en compte de la dimension genre son cinquime

    principe directeur et recommande par ailleurs dlaborer une stratgie nationale consensuelle en

    la matire .

    Le Document de la Politique Nationale Genre, labor dans une perspective de long terme,

    rpond donc cette recommandation. Il entend relever des dfis majeurs tels que :

    - la transformation qualitative de la socit burkinab en vue de lever les obstacles socio

    culturels et conomiques pour un dveloppement quitable et durable ;

    - llimination des ingalits entre les hommes et les femmes dans tous les domaines ;

    - le renforcement des capacits et comptences des communauts et des acteurs du

    dveloppement en matire de genre dans la perspective de la rduction de la pauvret ;

  • 8

    - la leve des obstacles la parit entre les sexes dans les stratgies nationales, les

    politiques et procdures budgtaires pour atteindre les objectifs du CSLP et des OMD et ;

    - la promotion des droits fondamentaux des femmes et des hommes pour plus de justice

    sociale et dgalit de chance dans le dveloppement.

    Le prsent document de politique consigne les objectifs prioritaires du gouvernement du Burkina

    Faso en matire de genre. Il veut tre un cadre dorientation pour laction gouvernementale et

    pour lensemble de ses partenaires dans le domaine du genre. Il reprsente une dclaration du

    gouvernement et lexpression de sa volont et de son engagement en matire de promotion de

    lgalit des chances entre les hommes et les femmes dans le processus de dveloppement.

    Le Document de la PNG constitue galement une rponse du gouvernement aux engagements

    pris tant au niveau rgional que au niveau international. Il se fonde sur limprieuse ncessit

    dune lutte permanente pour lgalit et lquit entre les sexes dans le strict respect des droits

    fondamentaux de la personne humaine contenus dans la Constitution du Burkina Faso du 02 juin

    1991.

    Considr comme tel, ce Document tire toute sa lgitim, sa force et sa raison dtre du fait quil

    rpond un besoin national et aux attentes de lensemble des acteurs qui ont contribu son

    laboration.

    Le Document de la PNG, synthse des aspirations issues de larges consultations nationales, se

    compose de deux parties essentielles :

    - la premire partie prsente le contexte Genre au Burkina Faso. Elle dcrit dabord le

    contexte socioconomique du Burkina Faso, puis celui du processus dlaboration de la PNG,

    et enfin analyse les ingalits et disparits de genre ;

    - la deuxime partie donne les lments fondamentaux de la Politique Nationale Genre. Elle

    indique ses fondements, ses principes directeurs, sa vision, ses objectifs, ses axes stratgiques,

    ses stratgies dintervention et mcanismes de mise en uvre, ses mcanismes de

    financement et de suivi/valuation, ainsi que les facteurs de sa viabilit et les risques de sa

    mise en uvre.

  • 9

    I- CONTEXTE GENRE AU BURKINA FASO

    1.1. CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE

    Situ au cur de lAfrique de lOuest, le Burkina Faso est un pays sahlien enclav, dune

    superficie de 274 000 km2.

    Au plan administratif, il compte actuellement 13 rgions, 45 provinces, 351 communes et plus

    de 8000 villages.

    Au plan dmographique, il est caractris par une population en pleine croissance

    dmographique et majorit fminine.

    Le dernier Recensement Gnral de la Population et de lHabitation de 2006 estime la population

    14 017 262 millions, dont 7 248 523 femmes soit 51,7 % de la population. Les projections

    dmographiques construites sur la base de la poursuite des tendances actuelles prvoient plus de

    16 millions dhabitants en 2015.

    Une population forte composante jeune : les moins de 15 ans reprsentent 55 % de la population

    totale.

    Une population essentiellement rurale (90 %) et forte mobilit interne et externe : les migrations inter

    provinces au Burkina Faso ou internationales, quelles soient spontanes ou organises,

    constituent, avant tout, des alternatives de survie des populations fortement prouves par des

    scheresses rptes.

    Au niveau socio conomique, malgr les performances macro conomiques enregistres ces

    dernires annes du fait des rformes, le Burkina Faso a un faible niveau de dveloppement

    humain. Selon le dernier rapport du PNUD sur le dveloppement humain (2007), le pays se

    classe 176me sur 177 pays avec un IDH de 0,302.

    Avec un revenu moyen par habitant peine quivalent 300 $US, le Burkina Faso figure parmi

    les pays les moins avancs (PMA). Par ailleurs, selon les enqutes sur les conditions de vie des

    mnages de 2003, la proportion des pauvres est en augmentation : le taux serait pass de 45,3%

    en 1998 46,4% en 2003, soit une aggravation de 1,1point. La pauvret au Burkina Faso, bien

    quelle surbanise davantage, demeure encore un phnomne essentiellement rural (52,3% en

    2003 contre 51% en 1998). Les femmes sont plus exposes la pauvret du fait de leur faible

    accs et contrle aux facteurs de production et aux ressources. Le pays souffre galement dun

    faible niveau de dveloppement du capital humain beaucoup plus prononc chez les femmes,

    entrainant chez elles une faible productivit du travail, notamment dans le secteur agricole, source

    demploi et de revenus pour prs de 80% de la population active.

    Le principal dfi que le Burkina Faso devra surmonter au cours des prochaines annes, est la

    rduction de ltat de pauvret des populations et leur vulnrabilit face aux diffrents chocs

    exognes (dficit pluviomtrique, dtrioration des termes de lchange, instabilit des prix du

    ptrole, etc.). A cet effet, la proccupation du gouvernement, exprime dans le CSLP rvis, est

    de centrer dsormais la stratgie de dveloppement sur un meilleur impact des politiques,

  • 10

    daccrotre le pouvoir dachat des populations les plus dfavorises, et de leur offrir un meilleur

    cadre dpanouissement social. Dans cette perspective, la lutte contre les ingalits et les

    disparits de genre constitue un axe central explorer si lon veut atteindre les rsultats

    escompts en matire de changement conomique et social. Cest fort de ce constat que se justifie

    llaboration du prsent Document de la Politique Nationale Genre qui a comport un processus

    dlaboration et une analyse des ingalits et disparits de genre qui sont prsents dans les lignes

    qui suivent.

    1.2. PROCESSUS DELABORATION DU DOCUMENT DE LA POLITIQUE

    NATIONALE GENRE

    Au-del de la dynamique administrative, institutionnelle et politique qui sous-tend lcriture du

    Document de la PNG, la dmarche dlaboration de ce Document a t participative et itrative

    au regard de sa transversalit et de son caractre consensuel recherch. Autrement dit, ce

    Document est le rsultat dune large consultation rgionale et nationale de diffrents acteurs.

    En effet, le processus dlaboration de ce Document, qui a dur plus dune anne, a comport les

    six (06) tapes ci-aprs :

    1.2.1. Atelier national dharmonisation du concept genre

    Llaboration du Document de la PNG a t prcde par la tenue, en dcembre 2005, dun

    atelier national sur le concept genre dont lobjet tait de parvenir une dfinition nationale

    consensuelle du genre afin de faire face la dispersion des comprhensions, des visions, des

    approches et des interprtations.

    Cet atelier a abouti la dfinition nationale consensuelle du Genre qui stipule que le genre doit tre

    analys sous langle des ingalits et des disparits entre hommes et femmes en examinant les diffrentes catgories

    sociales dans le but dune plus grande justice sociale et dun dveloppement quitable .

    Le genre, tel que dfini, se rfre aux relations sociales entre lhomme et la femme, et aux

    diffrences structurelles qui les caractrisent en termes de rles, de statut et de fonction

    socialement attribus, et culturellement justifis, et qui voluent dans le temps et dans lespace.

    Cette dfinition consensuelle du concept genre, qui recouvre lensemble des luttes contre les

    ingalits et disparits entre lhomme et la femme dans le cadre de la lutte contre la pauvret a

    t le point de dpart qui a facilit lanimation des dbats au niveau des ateliers national et

    rgionaux de diagnostic.

    1.2.2. Runions de suivi et de validation du Comit technique

    Compos de reprsentants des dpartements ministriels, des organisations de la socit civile,

    des partenaires techniques et financiers impliqus dans les questions de genre, le Comit

    technique a suivi rgulirement le travail des consultants. Il sest agi notamment de : i) lexamen et

    la validation des termes de rfrence (TDR), du rapport de dmarrage, des outils des ateliers de

  • 11

    collecte de donnes et ; ii) lexamen et lamendement des 1er et 2me drafts des rapports de

    synthse, dont ceux de lEtude diagnostique et du Document de la PNG.

    Ces runions ont permis aux diffrents partenaires de communiquer et dchanger sur les besoins

    sectoriels, dapprofondir les analyses et de sapproprier les rsultats de ltude au fur et mesure

    de lavancement du processus.

    1.2.3. Ateliers de collecte de donnes aux niveaux rgional et central

    Ateliers rgionaux

    Les ateliers diagnostics rgionaux ont couvert les 13 rgions du pays, et se sont drouls du 9 mai

    au 10 juin 2007. Ils ont concern lensemble des sensibilits locales. Ces ateliers ont regroup, au

    niveau de chaque rgion, des groupes dacteurs reprsentant :

    - les populations, raison de 40 par rgion, tout en respectant certains critres dont la

    diversit ethnique, la caractristique socio-professionnelle, lappartenance religieuse, et les

    niveaux dge, etc. Les ateliers organiss pour cette dacteurs ont pris en compte une donne

    essentielle qui est la spcification sexuelle des groupes. Ainsi, dans chacune des 13 rgions du

    pays, quatre groupes de populations ont t rencontrs dont un groupe de jeunes filles et un

    de jeunes garons gs de 15 25 ans, et un groupe de femmes et un dhommes gs de 26

    65 ans et plus ;

    - les ONG et associations de dveloppement, raison de 10 par rgion ;

    - les autorits administratives et politiques rgionales ;

    - les responsables des services techniques dconcentrs (Directeurs rgionaux ou

    provinciaux), raison de 12 par rgion ;

    - les socits et entreprises prives, raison de cinq par rgion et ;

    - les projets et programmes de dveloppement, raison de 5 par rgion.

    Lobjectif de ces ateliers diagnostics tait de :

    (i) recueillir les donnes sur le niveau de connaissance et de perceptions du genre au niveau

    de chaque rgion ;

    (ii) faire ltat des lieux des ingalits et disparits en matire de genre dans les institutions ;

    (iii) faire ltat des actions menes en matire de promotion du genre ;

    (iv) recueillir des propositions de programmes et dorientations en vue de llaboration du

    Document de la PNG.

    Plus de 740 personnes ont particip activement ateliers. Par ailleurs, ces ateliers ont eu pour

    avantages de : i) permettre une relle prise en compte des sensibilits de toutes les couches

    sociales ; ii) mettre les gens au mme niveau dinformation sur le processus dlaboration du

    Document de la PNG et ; iii) susciter ladhsion rapide de certains participants la promotion du

    genre au Burkina Faso.

  • 12

    Atelier central de diagnostic

    Latelier central de diagnostic tenu Ouagadougou a regroup 65 participants provenant des

    directions centrales de 22 dpartements ministriels et de 5 dirigeants dentreprises du secteur

    priv. Cette consultation avait les mmes objectifs que les ateliers rgionaux. Elle a t une

    occasion supplmentaire dapprofondir laspect diagnostic des problmatiques sectorielles de

    genre, et de discuter des perspectives Genre en rapport avec les politiques sectorielles. Latelier

    national a aussi permis de confronter les proccupations du terrain avec celles du niveau central.

    1.2.4. Enqutes individuelles auprs des personnes ressources au niveau central et

    rgional

    Sur la base dun questionnaire cibl, il sest agi de recueillir diverses opinions, perceptions et

    visions sur le genre, et notamment sur le contenu du Document de la Politique Nationale Genre.

    Ainsi, des informations et des expriences ont t collectes auprs de diverses personnes

    ressources : (i) responsables coutumiers et religieux ; (ii) prsidents dinstitution ; (iii)

    gouverneurs, prsidents des Conseils rgionaux, maires et conseillers municipaux et ; (iv) anciens

    ministres, et parlementaires femmes. Au total, 94 personnes ont t touches par les entretiens.

    1.2.5. Ateliers rgionaux de restitution

    Dans le cadre de la mise en uvre de la dmarche itrative en vue dobtenir le maximum de

    consensus autour du Document de la PNG, les informations collectes aux niveaux rgional et

    central ont t analyses et consignes dans un rapport draft 2 qui a t soumis aux acteurs

    rgionaux pour amendement grce lorganisation de 5 ateliers rgionaux de restitution. Ces

    ateliers, organiss en 5 pools de rgions, ont connu la participation de toutes les rgions du pays.

    1.2.6. Atelier national de validation

    Latelier national de validation a t la dernire tape du processus dlaboration du Document de

    la PNG. Les documents soumis cet atelier ont pris en compte les proccupations des ateliers

    rgionaux de restitution. Cet atelier a t anim par diffrents types dacteurs, des reprsentants

    dinstitutions tatiques et non tatiques (OSC, autres personnalits, etc.) aux niveaux central et

    local, ainsi que des partenaires techniques et financiers.

    1.3. SYNTHESE DES INEGALITES ET DISPARITES DE GENRE AU BURKINA

    FASO

    Les ingalits, disparits et iniquits de genre, prsentes dans cette synthse, sont issues de

    ltude diagnostique de la problmatique genre qui a prcd et sous-tendu la formulation du

    Document de la PNG. Les ingalits et disparits de genre sobservent dans tous les domaines de

    la vie conomique et sociale. Celles prsentes ici sont des rsums des rsultats de ltude

    diagnostique de la problmatique genre au Burkina Faso.

    La synthse de ces ingalits et disparits de genre concerne les secteurs sociaux, ainsi que ceux

    de la production, du soutien la production, et du cadre institutionnel.

  • 13

    1.3.1. AU NIVEAU DES SECTEURS SOCIAUX

    1.3.1.1. Au plan socio culturel et religieux

    Le Burkina Faso est un pays qui incarne un pluralisme ethnique, avec plus de soixante units

    ethnolinguistiques rpertories et regroupes dans plusieurs familles, do dcoule une diversit

    de pratiques et de formations socioculturelles qui ont forg des traditions solides et tabli des

    systmes de rapports de genre varis.

    En somme, les lois et pratiques coutumires et religieuses demeurent encore les rfrences pour

    la majorit de la population. Ainsi, les rles et responsabilits des hommes et des femmes dans les

    socits, qui sont davance fixs par la culture traditionnelle, et renforcs par certaines croyances

    religieuses, sont utiliss pour expliquer et lgitimer les ingalits et disparits existantes entre les

    hommes et les femmes qualifies par certains de normales, naturelles voire divines.

    En outre, les ingalits releves au niveau socio culturel et religieux concernent principalement, entre autres :

    - la persistance de la prsance du garon par rapport la fille dans le choix des naissances,

    dans le droit de succession et le droit de proprit ;

    - les ingalits et disparits dans la division sexuelle du travail, qui donnent plus de charge de

    travail la femme par rapport lhomme, la fille par rapport au garon, avec des impacts

    dommageables sur leur sant, leur productivit, leur temps de loisir et leur rinvestissement

    en capital humain ;

    - lexistence et la perptuation des pratiques traditionnelles qui sont nfastes la femme (le

    lvirat, lexcision, les bastonnades, le sororat, la polygamie impose la premire pouse, les

    mariages prcoces et forcs), et quelques fois lhomme (le sororat, la polygamie, les

    bastonnades, le mariage forc, le rejet des sollicitations du mari sur le lit conjugal). Par

    exemple, le mariage forc et la polygamie impose, concernent tout autant lhomme que, la

    femme, et peuvent tre, en cas de refus, une cause de bannissement de la femme ou

    dmigration dfinitive de lhomme ;

    - les violences sexuelles, tels le viol, le harclement sexuel, les agressions et abus sexuels, la

    pdophilie, et la pornographie infantile, qui touchent autant les femmes que les hommes,

    mais sont plus prononces chez les premires ;

    - lexploitation sexuelle des jeunes filles ;

    - certaines traditions, qui entretiennent encore des prjugs et des strotypes qui causent des

    prils moraux lun ou lautre sexe, mais beaucoup plus aux femmes et ;

    - les ingalits daccs ou le maintien des processus dexclusion ou dauto exclusion sociale, et

    particulirement celle des femmes et des enfants (filles et garons) aux sphres de dcision.

    En somme, le contexte culturel et religieux au Burkina Faso comporte encore des facteurs qui

    influencent et dterminent fortement laccs et le contrle des hommes et des femmes aux

    ressources, aux services sociaux de base, aux activits de la vie publique et prive ainsi que leur

    participation aux sphres de dcision. En dpit des dispositions juridiques et des mesures

  • 14

    politiques en faveur de lgalit de droit entre lhomme et la femme, le statut de la femme na pas

    fondamentalement chang.

    1.3.1.2. Dans le secteur de lducation

    Nonobstant les rsultats encourageants obtenus ces dix dernires annes en matire de mise en

    uvre dune politique ducative trs audacieuse, le niveau dducation moyen au Burkina Faso

    demeure encore relativement bas : par exemple, en 2003, 92% de femmes et 82% dhommes de

    15 ans et plus navaient reu aucune ducation scolaire. Le secteur de lducation est marqu par

    de fortes ingalits et disparits de genre tant au niveau du formel que celui du non formel. Ces

    ingalits sont aussi perceptibles au niveau de lducation informelle communautaire ou familiale,

    o le garon est plus considr que la fille dans la plupart des socits burkinab.

    De faon spcifique, au niveau de lducation formelle, malgr les volutions significatives

    enregistres dans tous les ordres denseignement, et particulirement dans le primaire, laccs et le

    maintien lducation est relativement faible aussi bien chez les garons que chez les filles, les

    filles tant les plus touches.

    En ltat actuel des choses, malgr les progrs substantiels raliss en matire dgalit daccs

    lducation, le Burkina Faso aura du mal atteindre les objectifs de lEducation Pour Tous (EPT)

    et lObjectif 2 du Millnaire ax sur lducation universelle au primaire.

    Un certain nombre de facteurs socioculturels et conomiques expliquent les ingalits et

    disparits sexo-spcifiques dans lducation, notamment les difficults conomiques lies au faible

    pouvoir dachat des parents et linscurit alimentaire (manque de cantine scolaire), le travail

    rmunr ou non rmunr des enfants, lloignement des coles, et laccs au transport. Dautres

    facteurs, tels lemploi de temps trs charg des femmes et des filles, les mariages forcs et

    prcoces, les strotypes sexistes, les viols et harclements sexuels, et les prfrences pour les

    garons, limitent laccs des filles et des femmes aux facilits ducationnelles.

    1.3.1.3. Dans le secteur de lemploi et de la formation professionnelle

    De nombreuses ingalits et disparits entre les hommes et les femmes existent encore en matire

    daccs lemploi rmunr ou non, et dexercice dun mtier. Ces disparits se construisent et se

    fondent sur la division traditionnelle sexuelle du travail, qui est dfavorable la femme.

    Bien que les deux sexes soient affects par la prcarit des emplois en milieu urbain comme en

    milieu rural, les femmes ont plus de difficults retrouver un emploi ou travailler pour leur

    propre compte, du fait du manque dducation et de formation, de la subordination, de

    lexclusion dans les instances de dcision, et labsence dun accs indpendant au capital

    productif.

    Dans lemploi formel, lon assiste parfois des rsistances de certains hommes par rapport

    lemploi, au dpart en mission ou en formation de leurs pouses, ainsi que aux affectations

    prfrentielles des femmes dans les grands centres urbains. Par ailleurs, certains employeurs

  • 15

    (hommes et femmes) procdent des recrutements prfrentiels de lun ou lautre sexe selon les

    emplois dans le secteur priv.

    Dans le secteur informel, qui joue un rle de premier pourvoyeur demplois, surtout en milieu

    urbain, lon constate de fortes disparits et ingalits de genre. Les femmes sont les plus

    nombreuses dans ce secteur mais elles occupent gnralement les emplois les moins rmunrs,

    principalement dans la transformation des produits alimentaires, le petit commerce et lartisanat

    domestique de confection vestimentaire. Par contre, les hommes se retrouvent dans le btiment,

    les transports et le commerce de gros et de dtail dans les magasins. Le secteur informel est aussi

    caractris par la faible productivit et la prcarit des emplois.

    Dans le milieu rural, on note des volutions dans la redistribution des rles avec une moindre

    sexualisation des mtiers, surtout lorsquils deviennent assez lucratifs. Et, dans ces cas de figure,

    le constat est que les hommes saccaparent des occupations qui rapportent plus dargent et

    laissent les moins lucratives aux femmes. Il faut noter en outre que les activits des femmes sont

    plus permanentes, donc consommatrices de temps, alors que celles des hommes sont souvent

    temporaires, ce qui leur laisse plus de temps libre revers au repos ou aux divertissements.

    Les ingalits et les disparits dans lemploi sexpriment aussi dans le peu de valorisation du

    travail domestique et du travail non pay en gnral, travaux qui concernent beaucoup plus les

    femmes et les enfants (les filles souvent plus que les garons).

    1.3.1.4. Dans le secteur de leau et lassainissement

    Des ingalits de genre sont sculaires dans les domaines de laccs, lapprovisionnement et la

    gestion de leau potable. En outre, les insuffisances en matire dhygine et dassainissement sont

    galement prjudiciables, des degrs divers, lun et lautre sexe.

    Tout particulirement, en matire dapprovisionnement en eau pour les besoins domestiques,

    lessentiel de la corve est support par les femmes ou les filles. Beaucoup dnergie et de temps

    sont ainsi consacrs cette activit en milieu rural et pri urbain au dtriment dactivits de

    production ou de renforcement des capacits. Lorsque lactivit requiert un caractre marchand,

    elle se masculinise davantage.

    Lassainissement est un secteur trs faiblement pris en compte par les politiques publiques,

    entranant des prjudices considrables selon le genre.

    Les femmes sont galement sous reprsentes dans les organisations de gestion en

    approvisionnement en eau potable et assainissement (AEPA), telle enseigne quon observe une

    insuffisante prise en compte de leurs problmes et besoins spcifiques dans le choix des ouvrages

    et des technologies qui les accompagnent.

    1.3.1.5. Dans le secteur de la sant

    De faon globale, les femmes et les hommes font face de nombreux problmes en matire de

    sant. Malgr les efforts accomplis ces dernires annes pour amliorer le systme sanitaire, la

  • 16

    situation gnrale reste en de des attentes. En effet, le systme sanitaire est lobjet de plusieurs

    handicaps et critiques, dont lingal accs aux soins de sant et aux services de sant de la

    reproduction.

    Ces ingalits et disparits de genre se caractrisent par une sous utilisation des services de sant

    (34%) due essentiellement la distance, la pauvret et au faible pouvoir dachat des populations

    en gnral, et celui des femmes en particulier. A cela sajoute le manque de pouvoir de dcision

    des femmes : en effet, en cas de maladie, ce sont les rapports de genre qui dterminent la dcision

    daller consulter ou non dans une formation sanitaire.

    Le domaine de la sant de la reproduction connat un essor, surtout en milieu urbain, pour

    certaines catgories de personnes, mais les disparits daccs donnent les constats suivants :

    - en Afrique subsaharienne, dans la tranche dge de 15 44 ans, 26 % de femmes meurent de

    maladies ou de complications lies lhygine sexuelle ou au comportement procrateur,

    contre 7 % des hommes (Banque mondiale, 1999). En outre, le taux de mortalit maternelle

    est trs lev (5 dcs pour 100 000 naissances) et ;

    - la sant de la reproduction des adolescents et adolescentes est caractrise par une sexualit

    prcoce, des grossesses prcoces et non dsires, des avortements provoqus (au CHN-Souro

    SANOU, 37 % des dcs maternels sont dus des avortements clandestins et plus de la

    moiti concernent des adolescentes).

    Par ailleurs, lon relve par ailleurs une faible implication des hommes dans la gestion de la sant

    de la reproduction familiale. Celle-ci se traduit aussi bien dans la frquentation des services de

    sant pour des questions de sant de la reproduction que dans la prise de dcision en faveur de

    cette sant. Ainsi par exemple, sur 433 cibles primaires interviewes, 72,5 % affirment navoir

    jamais frquent les centres de sant de la reproduction.

    Sagissant de la situation spcifique du VIH/SIDA qui est devenu un vritable problme de

    dveloppement, les donnes de lEDS III (2003) indiquent un taux de sroprvalence

    sensiblement quivalent pour les hommes (1,9 %) et les femmes (1,8 %). Cependant, limpact du

    VIH sur les genres montre que les femmes sont plus vulnrables que les hommes linfection par

    le VIH. Les ingalits entre les hommes et les femmes, et notamment la difficult ngocier des

    rapports sexuels protgs, participent la propagation de la pandmie : par exemple, au Burkina

    Faso, le taux dinfection chez les filles ges de 13 24 ans, est 5 8 fois suprieur celui des

    jeunes garons de la mme tranche dge (CEA, 2004). La vulnrabilit des femmes mais aussi

    celle des hommes au VIH/SIDA, est renforce par les pratiques culturelles tels que les

    mutilations gnitales, la polygamie, le mariage forc et/ou prcoce, les viols, et lhomosexualit,

    etc.

    1.3.2. AU NIVEAU DES SECTEURS DE LA PRODUCTION

    A peu de diffrence prs les relations homme/femme dans les sous secteurs de la production, tels

    que lagriculture, llevage, la pche, les ressources naturelles, les mines et lartisanat, sont

    marques par des fortes ingalits et disparits de genre prsentant les mmes caractristiques

    gnrales.

  • 17

    La rpartition traditionnelle des rles dvolus aux hommes et aux femmes est lorigine, voire

    constitue lune des causes majeures de lingalit daccs des hommes et des femmes aux

    ressources et leur contrle, et au comportement diffrenci des genres dans lactivit de

    production.

    Les systmes de production sont domins et dicts, dans la plupart des socits burkinab, par un

    systme patriarcal prdominant, o les femmes et les enfants sont simplement considrs comme

    des actifs productifs, ou simplement une main duvre non paye qui ne participe pas aux prises

    de dcision.

    De faon gnrale, les femmes, qui assurent plus de 75% de la production de subsistance, ont

    paradoxalement un faible accs aux moyens de production, au capital humain et aux services

    financiers et de vulgarisation.

    En particulier, linscurit foncire, ainsi que le faible accs aux quipements, aux intrants

    agricoles, aux technologies, et aux crdits constats chez la femme et, un moindre degr chez

    lhomme, constituent une contrainte majeure la productivit, notamment celle des femmes.

    Cest ainsi, par exemple, que 96 % des mnages dirigs par une femme et pratiquant les cultures

    marachres, utilisent des quipements traditionnels, houes, dabas, alors que 21,5 % des

    mnages dirigs par un homme pratiquant la mme spculation, utilisent des charrues.

    La question daccs aux crdits, avec les conditionnalits que cela exige, est surtout en dfaveur

    des femmes et des enfants (garons comme filles) par le fait que ces derniers ont toujours du mal

    trouver des hypothques pour garantir lesdits crdits.

    La redistribution des revenus ou des produits issus du secteur de la production se fait le plus

    souvent en dfaveur des femmes et des enfants (garons et filles) les rendant plus vulnrables

    lincidence de la pauvret et, du mme coup, constitue le principal frein lautonomisation des

    femmes (3ime OMD).

    1.3.3. AU NIVEAU DES SECTEURS DE SOUTIEN A LA PRODUCTION

    Pour lensemble des sous-secteurs du secteur de soutien la production, qui comprend le

    commerce, le transport, la communication, et lnergie, etc., les ingalits et disparits de genres

    sont monnaie courante, et justifient, avec dautres facteurs, la faiblesse structurelle de lconomie

    et la fminisation de la pauvret.

    Ainsi, aussi bien en milieu urbain quen milieu rural, la dcision des femmes dexercer une activit

    dans lesdits secteurs doit requrir, dans la plupart des cas, laccord pralable de lpoux. A cela

    sajoute une faible reprsentation des femmes dans les organisations socio professionnelles du

    secteur. La consquence est la prise en compte insuffisante des spcificits de genre dans les

    politiques et programmes de dveloppement du secteur, le faible accs des hommes et des

    femmes aux infrastructures et autres intrants de base qui assurent la promotion de leurs activits

    dans les sous secteurs.

  • 18

    Dans le domaine du commerce, les activits commerciales des femmes se limitent, pour la

    plupart, de petits commerces peu rentables, tandis que les hommes se trouvent dans des

    activits commerciales plus importantes, plus structures et plus rmunratrices.

    En matire de transport, les hommes disposent plus de moyens de transport individuels que les

    femmes, alors quelles assurent lessentiel du transport de la production agro sylvo pastorale sur

    de longues distances et trs souvent pied. En outre, le transport occupe plus le temps des

    femmes et des filles et fragilise leur sant.

    Dans le domaine de la communication, en milieu rural, les femmes sont mises lcart des

    institutions traditionnelles appeles arbre palabre et linformation stratgique reste dans le

    cercle des hommes. On constate galement des ingalits au niveau de laccs mme aux

    supports et aux contenus mdiatiques, aux rcepteurs dinformation (radio et tlvision), et aux

    mtiers de la communication. Il existe galement des disparits flagrantes entre les hommes et les

    femmes au niveau de laccs et du contrle des technologies de linformation et de la

    communication (TIC), caractrises par une faible prsence des femmes dans les mtiers des

    technologies de linformation et de la communication. La fracture numrique de genre est plus

    criarde en milieu rural quen milieu urbain : ce qui constitue un facteur limitant aux possibilits de

    promotion des activits des femmes.

    Toujours dans le domaine de la communication et de linformation, la mauvaise reprsentation

    des genres, et surtout limage sexiste de la femme dans les mdias, pourrait contribuer

    durablement maintenir les rapports ingalitaires de genre tous les niveaux.

    Le faible accs lnergie est problmatique autant pour les hommes que pour les femmes, mais

    les femmes sont plus vises et plus touches par la prcarit et linaccessibilit des sources

    dnergie. Le temps et la force physique consacrs par les femmes cette denre est norme. Il

    sagit l dun facteur qui rduit normment le temps de travail consacr par les femmes aux

    activits de production et de renforcement des capacits.

    1.3.4. AU NIVEAU DES SECTEURS DAPPUI INSTITUTIONNEL

    Au Burkina Faso, comme partout ailleurs, les institutions intgrent et appliquent, de diffrentes

    manires, les normes et les rgles qui rgissent les socits dans lesquelles elles voluent ou quelles

    pensent contrler. Ainsi, les rapports de genre au sein des institutions tendent entretenir ou

    reproduire les ingalits et les disparits sexo-spcifiques qui existent dans leur contexte et environnement

    socio culturel et politique. Lanalyse de la gouvernance, de la justice, et du cadre institutionnel de pilotage

    des politiques et programmes de dveloppement, laisse apparatre des ingalits de genre et des

    insuffisances notoires dans la prise en compte de la dimension genre dans tous les domaines de la vie.

    1.3.4.1. Dans le domaine de la gouvernance

    Un des grands principes sur lequel repose la Bonne Gouvernance est la participation des femmes et des

    hommes, sur le mme pied dgalit, la prise de dcision, soit directement, soit par le biais dinstitutions

    lgitimes et reconnues qui dfendent leurs intrts : ce qui implique la libert dopinion, de parole et

    dassociation.

  • 19

    Dans la pratique, et ce malgr le dispositif juridique existant et les bonnes intentions maintes fois

    proclames, les hommes et les femmes ne jouissent pas encore des mmes privilges quant leur

    participation la vie publique et la prise en compte de leurs potentialits dans le domaine de la

    gouvernance.

    Au niveau de la gestion du pouvoir traditionnel, on note la faible visibilit du rle de la femme

    parce que ce pouvoir est essentiellement construit sur un systme patriarcal : les hommes et les

    femmes ne jouissent pas des mmes chances et des mmes opportunits dans le domaine de

    laccs et de lexercice du pouvoir.

    Au niveau de la gestion du pouvoir dEtat, dune manire gnrale, les femmes ont toujours t

    sous-reprsentes dans les institutions nationales et locales depuis lindpendance du pays.

    Le nombre de femmes dans chaque gouvernement na jamais dpass cinq (05), et celles-ci ont

    gnralement occup les domaines qui renvoient leur rle social (enseignement, action sociale,

    promotion fminine, etc.). Ainsi, par exemple, le gouvernement de juin 2007 na pas drog la

    rgle puisquil compte 5 femmes sur 34 ministres et ministres dlgus, soit un taux de 14,24 %

    de reprsentation fminine.

    Au niveau des postes lectifs, mme si lon constate des amliorations, le progrs se fait toujours

    attendre. Durant la priode 1959-2002, les chiffres indiquent un total de 537 hommes contre 30

    femmes qui ont sig au Parlement : ce qui reprsente seulement 5,29 % (1,4 % la premire

    lgislature, 9 % la deuxime, 12 % la troisime et 14 % la quatrime). Quant au pouvoir

    local, la reprsentation des femmes lues a progress raison de 8,9 % en 1995, 20,8 % en 2000,

    et 35,80 % en 2006. Sur les 351 maires que compte actuellement le pays, 20 seulement sont des

    femmes.

    Au niveau des postes nominatifs, on note galement une faible prsence des femmes aux hautes

    fonctions de ladministration. A titre dexemple, on a deux (02) femmes gouverneurs sur 13 ; trois

    (03) femmes ambassadeurs sur 26 ; une (01) femme prsidente de la Haute Cour Judiciaire sur 4 ;

    une (01) femme procureur sur 19 ; deux (02) femmes chefs de juridictions sur 19 tribunaux de

    grande instance, etc.

    On note galement une ingalit de genre dans loccupation des postes de direction au sein des

    organisations nationales ou locales : organisations professionnelles, organisations locales (Conseil

    villageois pour le dveloppement), syndicales, associatives (sauf si lassociation est constitue

    uniquement de femmes).

    Cette sous reprsentation des femmes limite leur influence sur llaboration des lois et des

    politiques tous les niveaux.

    Plusieurs raisons ou facteurs expliquent la sous reprsentation des femmes en politique, au

    nombre desquels on peut retenir :

    - la persistance des prjugs socioculturels et des strotypes sexistes ;

    - le faible niveau dducation et dinstruction de la femme ;

  • 20

    - le statut de perptuelle trangre dans la famille de son poux ou dans la famille

    dorigine de la femme et ;

    - le mauvais positionnement des femmes sur les listes lectorales.

    1.3.4.2. Dans le secteur de la justice

    Du point de vue de la jouissance des droits, on peut dire que la lgislation au Burkina est

    favorable lgalit entre tous les citoyens (hommes et femmes) dans tous les domaines de la vie.

    Le Burkina a galement ratifi la plupart des instruments internationaux et rgionaux en faveur de

    la promotion des droits humains, toutes choses qui constituent un gage pour lexercice de la

    justice sociale.

    Cependant, force est de constater que, malgr lexistence dun arsenal juridique consquent et les

    actions menes dans le but de rapprocher la justice du justiciable, laccs et la jouissance du droit

    par rapport aux actes de justice demeurent encore trs diffrencis selon que lon est un homme

    ou une femme. En outre, le Burkina Faso a du mal appliquer lensemble des textes et lois dont il

    dispose. Plusieurs raisons sont lorigine de cette problmatique. Parmi ces raisons, on peut

    retenir notamment :

    - la grande ambivalence de la superposition du droit moderne au droit coutumier toujours

    vivace dans les diffrentes socits burkinab et ;

    - le faible niveau dinstruction et dalphabtisation de la grande majorit des populations,

    aggrav par une absence de culture juridique, alors que les procdures judiciaires sont

    complexes.

    On relve galement dautres facteurs qui influencent ngativement la jouissance et la dfense des

    droits. Il sagit notamment de :

    - la mconnaissance par les femmes et les hommes des diffrentes dispositions

    juridiques ;

    - la difficile adaptation des mentalits aux principes du droit moderne qui privilgie la

    sanction la conciliation prne par le droit traditionnel (fond sur les coutumes et les

    religions, reconnu et respect);

    - le problme daccessibilit et la lenteur de la procdure judiciaire ;

    - linsuffisance de la diffusion et de la vulgarisation des textes, notamment dans les

    langues nationales ;

    - le manque de temps d la surcharge de travail qui ne permet pas la femme daller

    vers linformation, encore moins daller se plaindre la justice ;

    - la honte de lhomme ou de la femme dexposer lhonneur de la famille dans la rue ;

    - lintolrance de ce genre daction par les reprsentations mentales, surtout lorsque lacte

    mane de la femme et ;

    - la non possession, par des citoyens, de pices dtat civil (acte de naissance, acte de

    mariage, carte didentit, etc.), surtout en milieu rural, qui rend difficile un traitement

    judiciaire des litiges.

  • 21

    1.3.4.3. Le cadre institutionnel de pilotage des politiques et programmes de dveloppement

    Lintgration de la dimension genre dans les politiques, orientations et stratgies de

    dveloppement dpend de laptitude et des capacits des organisations et des institutions

    internaliser les enjeux de genre dans leur systme dorganisation, de fonctionnement et dans leurs

    interventions. A ce niveau, les institutions tatiques et non tatiques sont marques par des

    faiblesses conceptuelles, institutionnelles et organisationnelles dans le processus de pratique du

    genre.

    Linstabilit institutionnelle dans la gestion du dossier genre a constitu un handicap au

    dveloppement de lexpertise technique pour une gestion efficace de la promotion du genre.

    Dans de telles conditions, la prise en compte suffisante du genre dans les politiques et

    programmes de dveloppement et dans la gouvernance, a souffert dune absence de vision et de

    directives claires, de mcanismes dinstitutionnalisation harmoniss, dun suivi cohrent et dune

    mmoire institutionnelle active, etc.

    Dune manire gnrale, les contraintes des mcanismes institutionnels en matire de genre se

    rsument comme suit :

    - la non matrise du concept genre et la quasi absence doutils dintgration et de

    suivi dimpact diffrenci par sexe, qui constituent des freins lapplication du

    concept genre ;

    - la comptition institutionnelle base sur des conflits de comptence, de

    leadership et dintrts inavous de positionnement ;

    - les problmes de la culture organisationnelle au sein de lensemble des institutions

    marques par des faiblesses notoires telle labsence de mcanismes de programmation

    intgrant le genre, et celles de mcanismes de responsabilisation en genre et despace

    dexpression et ;

    - linsuffisance des moyens humains (faiblesses des comptences en genre en qualit

    et en quantit) et financiers.

  • 22

    II- ELEMENTS FONDAMENTAUX DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE

    En tant quinstrument capital danimation des stratgies de croissance conomique et de

    rduction de la pauvret, le Document de la PNG se prsente comme un cadre dorientation, et

    un document de rfrence pour le gouvernement et ses partenaires au dveloppement. Elle

    constitue dsormais un repre pour les interventions dans tous les domaines de la vie sociale,

    juridique et conomique au Burkina Faso.

    Pour ce faire, il constitue le fondement de toute laction du gouvernement en matire de lutte

    pour lgalit des chances entre les hommes et les femmes dans le dveloppement.

    Il se prsente galement comme une opportunit pour la cration des synergies requises pour

    llimination des ingalits et disparits de genre, et partant pour la promotion de la femme.

    Cependant, ce Document nest pas un plan dactions, mais il constitue un fil conducteur , une

    ligne directrice indiquant les priorits politiques en matire de genre. Les actions concrtes pour

    la mise en uvre de la politique quil prsente doivent tre identifies et dfinies dans les

    stratgies et plans dactions sectoriels.

    Dans cette optique, la PNG, qui sinscrit dans un processus de long terme (2009-2019), sarticule

    autour des lments constitutifs ci-aprs : ses fondements, ses principes directeurs, sa vision, ses

    objectifs, les axes dintervention de mme que les instruments et moyens de sa mise en uvre et

    les facteurs de risques et de viabilit qui lentourent.

    2.1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE

    Au-del de la volont affiche des plus hautes autorits du pays, la PNG est avant tout une

    expression et un engagement du peuple burkinab. Elle est btie sur des repres au plan

    international, africain et national qui justifient son importance, sa pertinence et son armature.

    Ces repres sont les diffrents engagements pris aux niveaux international et rgional pour lever

    les obstacles au dveloppement lis aux ingalits et disparits entre les genres, ainsi que les

    dispositions prises au niveau national en faveur de lgalit et de lquit de genre do la PNG

    tire ses fondements.

    En dautres termes, la PNG tire ses fondements dans la dynamique des volutions et les

    perspectives juridiques, conomiques et politiques lchelle internationale, rgionale et nationale.

    La PNG compose essentiellement avec le plan national de bonne gouvernance, la Lettre de

    Politique de Dveloppement Rural Dcentralis (LPDRD), le Cadre Stratgique de Lutte contre

    la Pauvret (CSLP), les Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD), la Prospective

    Burkina 2025, le Nouveau Partenariat pour de Dveloppement de lAfrique (NEPAD), la Plate

    forme daction de Beijing, et lEducation Pour Tous (EPT).

  • 23

    2.1.1. AU NIVEAU INTERNATIONAL

    La question des doits humains et notamment celle de lgalit des chances entre lhomme et la

    femme a t toujours une proccupation centrale dans la quasi-totalit des engagements et

    conventions internationaux auxquels le Burkina Faso a souscrit. Ces textes, dont certains sont

    rappels ici, renforcent la position du Burkina Faso dans sa volont de disposer dune PNG et

    dvoluer rapidement vers lgalit des droits entre ses citoyens. Ils raffirment tous que lun des

    enjeux actuels du dveloppement est dtablir lgalit entre les femmes et les hommes. Au titre

    des repres au niveau international, nous retenons ce qui suit :

    - la Charte des Nations Unies de 1946 et la Dclaration universelle des Droits de

    lHomme de 1948, reconnaissent le principe de lgalit des droits des hommes et des

    femmes . La dclaration universelle des droits de lHomme stipule, en son article 1er,

    que : Tous les tres humains naissent libres et gaux en droit. Ils sont dous de raison et de conscience

    et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternit ;

    - en 1975, lAssemble Gnrale des Nations Unies a proclam lAnne Internationale

    de la Femme et a convoqu la premire Confrence mondiale sur la femme Mexico

    (Mexique), autour du thme : galit, dveloppement et paix . La Dclaration de

    Mexico sur lgalit pour les femmes et leur contribution au dveloppement et la paix

    ainsi que le plan daction mondial pour la ralisation des objectifs de lanne

    internationale de la femme ont t les principaux rsultats de cette Confrence ;

    - en 1979, la Convention pour lElimination de toutes les formes de Discriminations

    lEgard des Femmes (CEDEF), ayant force excutoire sur le plan juridique, engage les

    Etats traduire les objectifs de non discrimination et dgalit dans les instruments

    nationaux. A lheure actuelle, cette Convention est ratifie par 163 pays membres des

    Nations Unies, y compris le Burkina Faso (1984) ;

    - en 1994, la Confrence Internationale sur la Population et le Dveloppement (CIPD),

    tenue au Caire (Egypte), a reconnu que les questions de lgalit entre les hommes et

    les femmes ainsi que lhabilitation des femmes par le biais de lducation, la sant et la

    nutrition sont des problmes de population importants qui doivent tre pris en compte

    dans les projets et programmes de dveloppement si on veut parvenir un

    dveloppement durable ;

    - en septembre 1995, la Confrence de Beijing (Rpublique Populaire de Chine) marque

    le virage de lapproche IFD vers lapproche GED. Pour acclrer lapplication des

    stratgies prospectives de Nairobi, la Confrence de Beijing a retenu 12 domaines

    prioritaires dans le Programme dAction de Beijing, et lintgration de lapproche genre

    et dveloppement comme stratgie de mise en uvre des actions ;

    - en septembre 2000, le Sommet du Millnaire pour le dveloppement a retenu 8

    Objectifs du Millnaire pour le dveloppement (OMD) comme feuille de route pour la

    coopration au dveloppement dici 2015. Tout en tant transversal, lobjectif 3 des

    OMD, consacr explicitement la promotion de lgalit des sexes et

    lautonomisation des femmes, met laccent sur la ncessit dlaborer des politiques et

    programmes sensibles au genre et dy inclure les besoins spcifiques, pratiques et

    stratgiques des femmes ;

    - la Confrence des Nations Unies sur les pays les moins avancs (PMA), tenue

    Bruxelles (Belgique) en mai 2001, reconnat que llimination de la pauvret et

  • 24

    lamlioration de la qualit de vie dans les pays les moins avancs pourraient, entre

    autres, tre obtenues grce la promotion de lgalit entre les sexes et ;

    - en 2005, lAssemble gnrale des Nations unies raffirme la ncessit du

    mainstreaming du genre (dmarche dintgration transversale du genre, ou approche

    intgre de lgalit), comme seul moyen daboutir un dveloppement humain

    durable .

    2.1.2. AU NIVEAU AFRICAIN

    Dans la logique des engagements internationaux, les organisations africaines ont foi la ncessit

    dtablir lgalit des sexes, et de dmarginaliser la femme comme moyen et objectif du

    dveloppement humain durable en Afrique. Toutes les rencontres au sommet et les instruments y

    affrents ont raffirm lurgence dinstitutionnaliser une politique sexo-spcifique dans les

    politiques et programmes aux niveaux rgional, sous rgional et des Etats africains. Au titre des

    engagements et instruments qui sous-tendent la PNG, on peut retenir notamment :

    - la Charte Africaine des Droits de lHomme et des Peuples de 1981 (ratifie par le

    Burkina Faso en 1984), qui prne la libert, la justice et la dignit, aspirations lgitimes

    des peuples, et reconnat les droits fondamentaux de ltre humain en tant quindividu.

    Les droits spcifiques de la femme ont fait lobjet dun protocole additionnel cette

    Charte en 2003 ;

    - la Confrence Internationale de 1998 sur les femmes, dont le thme tait Les femmes

    africaines et le dveloppement conomique : investir dans notre avenir , qui sest tenue loccasion

    du 40me anniversaire de la Commission Economique des Nations Unies pour

    lAfrique (CEA), et qui a fait dimportantes recommandations en vue dliminer lcart

    existant entre les sexes dans le processus de dveloppement.

    Au niveau de lUnion Africaine (UA), les chefs dEtat africains ont donn un signal fort pour

    permettre lAfrique damorcer le dcollage conomique tant espr. Dans ce cadre, les relations

    de genre occupent une place essentielle dans les politiques de lUnion Africaine. Cela sest traduit

    par dimportantes mesures en faveur de lgalit de genre, dont notamment :

    - la Dclaration Solennelle des chefs dEtats de lUnion Africaine sur lgalit entre les

    hommes et les femmes en Afrique en juillet 2004, qui consacre lengagement des chefs

    dEtats signataires porter au moins 30% la participation des femmes dans toutes les

    instances de prise de dcision et des postes lectifs ;

    - lapplication de la parit au niveau des commissions de lUA ;

    - la cration dune Direction Genre, charge de lintgration dune perspective genre

    dans tous les portfolios de lUnion Africaine ;

    - ladoption de la politique Genre de lUA en dcembre 2008 ;

    - le Nouveau Partenariat pour le Dveloppement de lAfrique (NEPAD), qui est

    lexpression dun engagement des dirigeants africains promouvoir individuellement et

    collectivement le dveloppement durable dans leurs pays respectifs et en Afrique. Le

    NEPAD retient lgalit entre les sexes comme principal domaine dintervention devant

    mener une croissance conomique durable et la rduction de la pauvret. En

    particulier, les objectifs fixs en matire dgalit des sexes et de dmarginalisation de la

    femme dans la Plateforme de Dakar sont raffirms dans le rcent Plan dAction du

    NEPAD ;

  • 25

    - la trente-cinquime session de la Confrence des Ministres des Finances, de la

    Planification et du Dveloppement Economique (Johannesburg, 19-20 octobre 2002)

    qui a publi une Dclaration ministrielle invitant les gouvernements africains intgrer

    des perspectives sexo-spcifiques dans leurs plans de dveloppement et budgets

    nationaux. Les ministres ont, en outre, demand aux gouvernements de renforcer

    lutilisation des enqutes sur les budgets-temps, afin de mesurer et dintgrer le travail

    non rmunr des femmes dans les outils nationaux de planification et dvaluer

    limpact des politiques macroconomiques sur la rduction de la pauvret et sur les

    femmes et ;

    - la vingt-huitime session ordinaire de la Confrence des chefs dEtats et de

    Gouvernement de la CEDEAO, tenue Accra (Ghana) le 19 janvier 2005, qui a adopt

    une politique du genre de la CEDEAO et tous les instruments de sa mise en uvre.

    Cette politique est fonde sur des principes dinclusion et dgalit de chance. Elle

    engage les Etats membres honorer leurs obligations au titre des divers protocoles et

    conventions signs sur le plan international, et raliser les objectifs du Nouveau

    Partenariat pour le Dveloppement de lAfrique (NEPAD) et les Objectifs du

    Millnaire pour le Dveloppement (OMD).

    2.1.3. AU NIVEAU NATIONAL

    Au niveau national, la PNG tire toute sa lgitimit dun certain nombre de dispositifs,

    dengagements et dinstruments juridiques et lgislatifs, qui traduisent la volont politique dans la

    lutte contre les ingalits lies au sexe. Parmi les dispositions nationales, on peut rappeler :

    - la Constitution du 2 juin 1991, qui stipule, dans son article premier, que tous les

    Burkinab naissent libres et gaux en droits. Tous ont une gale vocation jouir de tous les droits et de

    toutes les liberts garantis par la prsente Constitution. Les discriminations de toutes sortes, notamment

    celles fondes sur la race, lethnie, la rgion, la couleur, le sexe, la langue, la religion, la caste, les

    opinions politiques, la fortune et la naissance, sont prohibes ;

    - le Code des personnes et de la famille de 1988, qui vise lamlioration du statut

    juridique et la protection sociale de la femme et de lenfant. Il fonde les bases juridiques

    pour une justice sociale au sein de la famille ;

    - les textes portant rorganisation agraire et foncire, qui confrent aux hommes et aux

    femmes les mmes droits daccs et de jouissance la terre ;

    - le Code du travail et le Code pnal, qui intgrent des mesures de promotion de

    lgalit des sexes et de justice sociale et ;

    - le Code Gnral des Collectivits Territoriales, qui confre lhomme et la femme

    les mmes droits de participation laction citoyenne et la gestion des affaires locales.

    La PNG se fonde galement sur un certain nombre de politiques nationales qui intgrent la

    question dgalit et dquit entre lhomme et la femme comme condition sine qua non et

    comme principe directeur pour parvenir au dveloppement socio conomique du pays. Il sagit :

    du Cadre Stratgique de Lutte contre la Pauvret, de la Lettre de Politique de Dveloppement

    Rural Dcentralis, de la Politique Nationale de Population, de la Politique Nationale de

    Promotion de la Femme, du Document portant Politique et Plan dAction et dOrientation pour

  • 26

    la Promotion et la Protection des Droits Humains, et de la Politique Nationale dAction Sociale,

    etc.

    La PNG se fonde galement sur les valeurs culturelles et religieuses positives qui proclament

    lgalit intrinsque des tres humains.

    2.2. PRINCIPES DIRECTEURS DE LA PNG

    La dmarche pour tablir lgalit de sexe et la dmarginalisation de la femme doit se construire

    partir de la prise en compte dun certain nombre de valeurs et normes socitales considres

    comme les principes directeurs de la PNG. Au total, neuf principes rgissent la PNG.

    2.2.1. La complmentarit des rles des hommes et des femmes dans le

    processus de dveloppement et dans lunit familiale est indispensable et

    constitue une condition sine qua non pour la solidarit et la paix sociale,

    base du dveloppement.

    Dessence, lhomme et la femme sont des tres qui se compltent mutuellement. Cette

    complmentarit est souvent perue diffremment, et trs souvent supplante par la domination

    dun plus fort sur un plus faible.

    La complmentarit effective entre lhomme et la femme devrait tre un tremplin pour une vie de

    famille panouie et pour lmergence dunits conomiques prospres. Ainsi la complmentarit

    doit se raliser dans le respect de la diffrence : ce qui exige la recherche dun consensus

    permanent. Dans lapproche genre, la recherche de ce consensus et du respect de lautre doit

    toujours primer sur linstinct de domination, source des ingalits et disparits dans la famille et

    dans la nation.

    2.2.2. La prise en compte du genre dans le processus de dveloppement nest pas

    seulement une simple question dquit, mais galement une ncessit.

    Les ingalits entre les sexes tant reconnues comme un vritable obstacle au dveloppement et

    la rduction de la pauvret, le genre devient par consquent une question de dveloppement

    quil faut ncessairement prendre en compte dans les stratgies de croissance conomique et de

    dveloppement social. La perspective genre dans le processus de dveloppement devient une

    ncessit.

    2.2.3. Llimination des ingalits existantes ncessite des actions particulires

    en faveur des femmes et des hommes.

    Ces actions spcifiques entreprises pour les groupes dfavoriss sont comprendre, non comme

    une discrimination lgard des autres groupes, mais comme tant dictes par des considrations

    dquit, de justice sociale et dintrt gnral.

    2.2.4. Le concept genre nimplique pas seulement une approche : cest aussi une

    philosophie, un comportement.

  • 27

    Le genre dpasse une simple dmarche en termes de modle de dveloppement : il sagit dun

    phnomne qui pntre le cur de notre existence et de notre vcu quotidien. Cest pourquoi le

    genre veut tre une pratique observer dans la vie sociale, conomique et politique.

    2.2.5. Lintgration harmonieuse et durable de lapproche genre dans tout le

    processus du dveloppement requiert une mobilisation effective de toute la

    socit et de la communaut internationale.

    Le genre est une question dadhsion et dengagement individuel et collectif. La mobilisation

    sociale de tous les acteurs et la mobilisation consquente des ressources sont vitales dans le

    processus dinstitutionnalisation du genre.

    2.2.6. Le lien de la PNG avec les autres politiques et stratgies nationales est

    fondamental.

    Le Document de la PNG est un document qui dfinit les conditions prioritaires de

    dveloppement du Gouvernement en matire de lutte contre les ingalits et disparits bases sur

    le sexe. Il na pas la prtention de se substituer aux stratgies et programmes sectoriels. Il assure la

    cohrence de ces derniers pour leur garantir un meilleur impact sur les populations bnficiaires.

    Il se donne pour mission dinfluencer les objectifs sectoriels et le choix des indicateurs de suivi

    des programmes et plans daction. A ce titre, la PNG doit, dans son approche transversale,

    vrifier si les programmes sont en cohrence avec son objet.

    2.2.7. La PNG doit se fonder sur les normes et valeurs culturelles et religieuses

    positives et rechercher en permanence des synergies daction avec elles

    pour plus dimpact.

    Le succs de la PNG dpend en grande partie de son enracinement au socle socio culturel, et

    notamment de la prise en compte des atouts et des opportunits quoffrent les contextes socio

    culturels et religieux trs diversifis au Burkina Faso. Autant des normes et valeurs socitales

    justifient les ingalits, autant certaines peuvent tre des supports indniables pour la promotion

    du genre.

    2.2.8. La prise en compte du genre sinscrit dans la perspective de lapproche

    droit pour lgalit et lquit entre les sexes.

    La lutte pour lgalit de chance dans le dveloppement et la gestion du pouvoir se prsente

    comme un moyen pour tablir la justice sociale. Il sagit pour la PNG, de veiller faire intgrer et

    faire respecter les droits de lhomme et de la femme, ainsi que ceux des enfants, dans les

    politiques et stratgies de dveloppement et dans la gouvernance tous les niveaux, tout en

    respectant leur spcificit : droit lducation, la sant, au logement, la nourriture, leau, la

    parole, la citoyennet, etc.

  • 28

    2.2.9. La lutte pour lgalit et lquit de genre dans le processus de

    dveloppement sinscrit dans une perspective de long terme.

    La lutte pour lgalit des chances sinscrit dans une dynamique de transformations sociales et de

    mentalits qui sopre dans le temps. En consquence, les effets et limpact attendus de la mise en

    uvre de la PNG se produiront sans doute dans le long terme. Autrement dit, cest dans la dure

    quil faut assigner toutes les stratgies de lutte et mobiliser les moyens correspondants pour

    donner plus de chance de succs au processus.

    2.3. VISION DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE

    Lapproche genre est en bonne place dans ltude prospective Burkina 2025, qui envisage un

    projet de socit o les hommes et les femmes jouissent des mmes droits fondamentaux, et une

    socit de paix et de solidarit dbarrasse de toute forme de discrimination et dexclusion.

    Dans cette perspective, la PNG se donne comme vision terme une socit dbarrasse de toutes les

    formes dingalits et diniquits de genre, et qui assure, lensemble de ses citoyens et citoyennes, les scurits

    essentielles pour leur panouissement social, culturel, politique et conomique .

    2.4. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE

    2.4.1. OBJECTIF GENERAL

    Lobjectif gnral de la Politique Nationale Genre est de promouvoir un dveloppement

    participatif et quitable des hommes et des femmes, en leur assurant un accs et un contrle gal

    et quitable aux ressources et aux sphres de dcision, dans le respect de leurs droits

    fondamentaux.

    2.4.2. OBJECTIFS SPECIFIQUES

    Les objectifs spcifiques de la PNG sont de :

    - promouvoir des droits gaux et des opportunits gales en termes daccs et de contrle des

    services sociaux de base ;

    - promouvoir un dveloppement conomique participatif, un accs et une rpartition plus

    quitables des ressources et des revenus ;

    - dvelopper une participation gale des hommes et des femmes aux sphres de dcision

    tous les niveaux ;

    - promouvoir linstitutionnalisation du genre dans tous les domaines ;

    - promouvoir un partenariat dynamique pour le genre et le dveloppement et ;

    - dvelopper les mcanismes dinformation et de sensibilisation en direction de tous les

    acteurs pour un changement de comportement et de mentalit en faveur de lquit et de

    lgalit dans les rapports homme-femme.

    Latteinte de ces objectifs sera recherche par la mise en uvre de sept (07) axes stratgiques

    assigns la Politique Nationale Genre.

  • 29

    2.5. AXES STRATEGIQUES DE LA POLITIQUE NATIONALE GENRE

    Prenant en compte les obstacles majeurs identifis par lanalyse diagnostique, et pour atteindre les

    objectifs ci-dessus indiqus, la mise en uvre de la PNG se fera travers sept (7) axes

    stratgiques en synergie les uns avec les autres. Il sagit de :

    - lamlioration de laccs et du contrle, de manire gale et quitable, de tous les burkinab, hommes et

    femmes, aux services sociaux de base ;

    - la promotion des droits et opportunits gaux aux femmes et aux hommes en matire daccs et de contrle

    des ressources et de partage quitable des revenus ;

    - lamlioration de laccs gal des hommes et des femmes aux sphres de dcision ;

    - la promotion de linstitutionnalisation du genre par son intgration dans les systmes de planification, de

    budgtisation et de mise en uvre des politiques tous les niveaux ;

    - la promotion du respect des droits et llimination des violences ;

    - la promotion du genre pour un changement de comportements en faveur de lgalit entre les hommes et les

    femmes dans toutes les sphres de la vie socio-conomique et ;

    - le dveloppement dun partenariat actif en faveur du genre au Burkina Faso.

    De par leur capacit dmarginaliser les hommes et les femmes et apporter les changements

    dgalit voulus au plan juridique, social et conomique, les axes stratgiques identifis serviront

    de levain pour lquilibre de droits recherch entre lhomme et la femme.

    Ces axes stratgiques dintervention constituent en soi un ensemble doptions prioritaires pour la

    ralisation de la vision et latteinte des objectifs de la PNG, et par consquent de ceux des

    objectifs du CSLP, de la CEDEF et des OMD.

    Axe stratgique 1 : Amlioration de laccs et du contrle, de manire gale et quitable,

    des hommes et des femmes aux services sociaux de base

    Ltude diagnostique a rvl les disparits qui persistent, entre les hommes et les femmes, dans

    laccs aux services sociaux de base, notamment la sant, lducation, et leau potable, et a permis

    de dgager la nature des problmes qui sont lorigine de ces disparits. Ces problmes sont

    dorigine socioculturelle, conomique, et parfois lis lignorance. Pourtant, laccs galitaire des

    hommes et des femmes aux services sociaux de base (sant, ducation, eau potable) est une

    condition sine qua non pour accrotre la productivit des populations et leur bien tre. La

    promotion du genre passe galement par la matrise de certains flaux sanitaires, dont

    particulirement le VIH-SIDA qui reste un problme de rapports homme/femme.

    Laxe stratgique 1 raffirme, dune part limportance des services sociaux de base dans le

    dveloppement et lpanouissement de chaque individu, homme et femme, et dautre part

    limpact de leur gal accs sur la croissance conomique et la rduction de la pauvret.

    Ainsi, lducation et la sant doivent sentendre comme des moyens dclosion des potentialits et

    des facults individuelles offrant aux hommes et aux femmes des possibilits de participer la vie

    conomique, sociale et politique de la nation, et de linfluencer. Investir dans lducation et la

    sant, en tenant compte des spcificits du genre, pourrait permettre datteindre rapidement le

    taux de croissance de 7% requis pour raliser les OMD.

  • 30

    Des tudes ont fait ressortir que la plupart des ingalits et disparits de sexe trouvent leur

    fondement dans les valeurs socioculturelles fortement ancres dans les mentalits. Par

    consquent, tout changement souhait doit passer ncessairement par la transmission de valeurs

    positives travers lducation et la communication pour le changement de comportement.

    La promotion de laccs gal et quitable des hommes et des femmes aux services sociaux de base

    prendra en compte le secteur ducatif, le secteur sanitaire, et celui de lapprovisionnement en eau

    potable.

    Au Burkina Faso, le constat est quil existe un grand cart entre les hommes et les femmes et

    entre les garons et les filles dans le secteur de lducation, et cela, malgr les gros efforts fournis

    travers le PDDEB. De ce fait, combler lcart entre les sexes au niveau de lducation et rduire

    lanalphabtisme constituent un dfi important de dveloppement que la PNG doit participer

    relever.

    Dans le secteur de la sant, laccs un centre sanitaire nest pas chose aise pour certaines

    franges de la population, dont particulirement les femmes en milieu rural et dans les priphries

    des centres urbains. Par consquent les orientations suivantes mritent dtre mises en uvre :

    - promouvoir la disponibilit des services et leur qualit ;

    - mener auprs des populations (hommes et femmes ; garons et filles) une communication

    active sur les questions relatives aux problmes de sant, la sant reproductive, et

    notamment la sexualit ;

    - promouvoir le dialogue social dans la perspective de trouver des solutions endognes et

    durables la pandmie du VIH/SIDA et ;

    - promouvoir des actions en faveur de lducation sexuelle et la mobilisation des nergies et

    des ressources pour la prise en charge de la sant.

    Dans cette perspective, laccs gal et quitable des femmes et des hommes aux services sociaux

    de base, en termes de droit et en termes de ncessit de dveloppement, doit se raliser travers

    les cinq (05) objectifs et les stratgies ci-aprs :

    Objectif 1 : Renforcer lgalit et lquit de genre dans laccs aux services sociaux de

    base

    Il sagira, travers cet objectif, de promouvoir des solutions durables, adaptes et facilement

    accessibles aux femmes et aux hommes, pour rsoudre leur problme daccs aux services sociaux

    de base (sant, ducation, et eau potable).

    Cet objectif suggre la cration de conditions idales pour rendre les services sociaux de base

    accessibles et ouverts tous, et bien perus par les hommes et les femmes.

    La stratgie quinspire cet objectif snonce en termes de renforcement des systmes scolaires, et

    sanitaires et dapprovisionnement en eau potable, et sous langle dune plus grande implication

    des acteurs sociaux (ONG et Associations, leaders, chefs religieux ou traditionnels) dans

    lencadrement sanitaire des populations.

  • 31

    Le renforcement du systme scolaire sous-entend la cration des conditions ncessaires pour

    rendre effective la parit des sexes dans laccs lducation et combler le grand retard pris par les

    femmes dans le systme ducatif form