1
LA RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE EN EUROPE: ETAT DES LIEUX M Sapoval, 0 Pellerin ParÎs - Fronce Correspondance: marc,[email protected],fr LE PLATEAU TECHNIQUE MINIMAL EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE NON VASCULAIRE A Gangi Strasbourg - Fronce Correspondance: [email protected] Durée: 15 minutes Modérateurs: Jean-Michel Bruel, Alain Rahmouni Objectifs pédagogiques Discuter l'importance médicale d'une demande pertinente et for- malisée pour la prise en charge coordonnée du patient. Décrire les aspects réglementaires de la demande d'examen et leurs enjeux. Discuter les démarches « qualité » liées à la demande d'acte d'imagerie. Comparer les avantages, les limites et les contraintes des « deman- des informatisées» par rapport aux demandes « papier ». Discuter les spécificités de la demande d'acte de radiologie inter- ventionnelle en matière de gestion du rapport bénéfice/risque. L'ESIR organise des activités d'enseignement et distribue des bourses d'éducation auxquelles les jeunes Radiologues Interventionnels Fran- çais peuvent prétendre (http://www.cirse.org). Résumé: Le CIRSE impulse à la Radiologie Interventionnelle Euro- péenne un mouvement de structuration qui peut constituer une base pour les organisations Nationales. Celle-ci recouvre entre autres les points suivants: création d'une section de RI au sein de l'UEMS, déve- loppement d'un curriculum de formation sanctionné par un «IR certi- ficate », organisation de cours à travers l'ESIR, rattachement des Sociétés de RI nationales de tous les pays (récemment de la SFlCV). Les jeunes Radiologues Français peuvent avoir confiance en l'avenir de la Radiologie Interventionnelle, ils doivent devenir membre du Cirse et participer activement au congrès et profiter des opportunités qui leurs sont ouvertes (www.cirse.org). Mots clés: Europe, radiologie interventionnelle L'imagerie diagnostique et thérapeutique a un impact majeur et sans cesse croissant dans la prise en charge du patient. Cette session dis- cute les points qui font de la demande d'examen d'imagerie un facteur clé d'amélioration de la prise en charge coordonnée du patient, en abordant la demande sous plusieurs angles : 1-La pertinence médicale de la demande nécessite une formulation correcte du but de l'examen, de la synthèse de l'histoire clinique conduisant à cette demande, mais aussi du contexte et des antécédents justifiant une prise en charge par- ticulière, dont la gestion des risques liés à l'acte demandé. 2-Sous un angle organisationnel et institutionnel, la demande d'acte d'Imagerie doit répondre à des exigences d'identification du patient concerné, du médecin qui fait la demande, et à une formulation claire de ce qui est demandé. Un certain nombre de référentiels et de démarches, initiés par les sociétés savantes (Guide de Prescription des examens d'Ima- gerie de la SFR) et divers organismes institutionnels dont la Haute Autorité de Santé (recommandations, référentiels de certification, IPAQH, démarches d'EPP) permettent aujourd'hui d'améliorer la qualité de cette demande. Cette amélioration est aussi un garant de la sécurité du patient (impact juridique) et étaye la pertinence médico- économique de la stratégie envisagée. 3-Sous un angle opérationnel les évolutions technologiques actuelles du transfert d'information Séance organisée par le groupe de travail SFR-Management Responsables: Jean-Michel Bruel, Pierre-Jean Valette La demande d'acte d'imagerie: facteur clé d'amélioration de la qualité de prise en charge du patient 17 h 15 DISCUSSION GENERALE: LA RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE : UN CHOIX DE CARRIERE ? Durée: 15 minutes Durée: 15 minutes 16 h 45 17 h 00 Objectifs: Présenter le rôle du Cirse dans l'organisation de la Radio- logie Interventionnelle en Europe. Présenter le futur «European Interventional Radiology Certificate» (ECIR). Présenter les activités de l'European School of Interventi0Ilal Radio- logy (ESIR). Messages à retenir: L'Union Européenne des Médecins Spécialistes (UEMS) a désormais une sous section de Radiologie Interventionnelle spécifique à l'intérieur de la Radiologie. Le Cirse met en place un certificat de Radiologie Interventionnelle (ECIR) (Cirse 2010). gue vasculaire doit consulter et avoir une activité d'imagerie en coupe. Les actes interventionnels générateurs d'accidents médicaux nécessitent l'information préalable avec délai de réflexion. La CRCI saisie en recours amiable, détermine après expertise, l'aléa thérapeu- tique indemnisable par la solidarité nationale via l'ONIAM. Mots clés: Organisation, radiologie interventionnelle Résumé: L'imagerie interventionnelle non vasculaire a pris un essor très important durant ces dix dernières années. En effet, en dehors des biopsies, drainage et du traitement de la dou- leur, vient s'ajouter le traitement percutané des tumeurs par ablation thermique qui est devenu un standard dans cette spécialité. Le guidage par imagerie nécessite de plus en plus de précision étant donné que les indications sont de plus en plus poussées. Les outils les plus disponibles d'imagerie sont effectivement l'écho- graphie et la scopie télévisée. La tomodensitométrie, étant donné sa disponibilité plus limitée, n'est utilisée que dans les cas où les autres imageries classiques, citées pré- cédemment, ne permettent pas une sécurité et une précision optimale. Enfin, l'imagerie par résonance magnétique est encore moins disponible. L'arrivée des capteurs plans haute résolution, avec la capacité d'acquisition volumique et reconstruction en coupes, est une évolu- tion très prometteuse et l'amélioration de la qualité de l'image permet de l'utiliser quasiment comme un scanner quand une précision milli- métrique n'est pas nécessaire. En somme, quel est le plateau idéal ? Le plateau idéal serait une salle d'au moins 50 m 2 multi-modalités associant l'échographie à un arceau de scopie détecteur plan avec pos- sibilité d'acquisitions volumiques et reconstruction en coupes. Cette salle multi-modalités permettrait de couvrir une grande part des gestes percutanés, par contre l'accès à un scanner multi-barrettes reste tou- jours indispensable quand une précision millimétrique est nécessaire. La nécessité de multi-barrettes avec une couverture de plusieurs cen- timètres permet d'avoir une grande souplesse et un champ de visua- lisation étendu. Malheureusement, l'absence d'imagerie de type scopie télévisée est handicapant. Un arceau de scopie mobile dans une telle salle augmente de façon considérable les champs d'action de cette salle combinant CT et arceau. En ce qui concerne l'IRM, la multi-modalité la rend plus polyvalente mais reste en voie de développement. Mots clés: Bonnes pratiques, radiologie interventionnelle 1486

Discussion generale : la radiologie interventionnelle : un choix de carriere ?

Embed Size (px)

Citation preview

LA RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE EN EUROPE:ETAT DES LIEUXM Sapoval, 0 PellerinParÎs - FronceCorrespondance: marc,[email protected],fr

LE PLATEAU TECHNIQUE MINIMAL EN RADIOLOGIEINTERVENTIONNELLE NON VASCULAIREA GangiStrasbourg - FronceCorrespondance: [email protected]

Durée: 15 minutes

Modérateurs: Jean-Michel Bruel, Alain Rahmouni

Objectifs pédagogiquesDiscuter l'importance médicale d'une demande pertinente et for­malisée pour la prise en charge coordonnée du patient.Décrire les aspects réglementaires de la demande d'examen et leursenjeux. Discuter les démarches « qualité » liées à la demande d'acted'imagerie.Comparer les avantages, les limites et les contraintes des « deman­des informatisées» par rapport aux demandes « papier ».Discuter les spécificités de la demande d'acte de radiologie inter­ventionnelle en matière de gestion du rapport bénéfice/risque.

L'ESIR organise des activités d'enseignement et distribue des boursesd'éducation auxquelles les jeunes Radiologues Interventionnels Fran­çais peuvent prétendre (http://www.cirse.org).Résumé: Le CIRSE impulse à la Radiologie Interventionnelle Euro­péenne un mouvement de structuration qui peut constituer une basepour les organisations Nationales. Celle-ci recouvre entre autres lespoints suivants: création d'une section de RI au sein de l'UEMS, déve­loppement d'un curriculum de formation sanctionné par un «IR certi­ficate », organisation de cours à travers l'ESIR, rattachement desSociétés de RI nationales de tous les pays (récemment de la SFlCV).Les jeunes Radiologues Français peuvent avoir confiance en l'avenirde la Radiologie Interventionnelle, ils doivent devenir membre du Cirseet participer activement au congrès et profiter des opportunités qui leurssont ouvertes (www.cirse.org).

Mots clés: Europe, radiologie interventionnelle

L'imagerie diagnostique et thérapeutique a un impact majeur et sanscesse croissant dans la prise en charge du patient. Cette session dis­cute les points qui font de la demande d'examen d'imagerie un facteurclé d'amélioration de la prise en charge coordonnée du patient, enabordant la demande sous plusieurs angles : 1-La pertinence médicalede la demande nécessite une formulation correcte du but de l'examen,de la synthèse de l'histoire clinique conduisant à cette demande, maisaussi du contexte et des antécédents justifiant une prise en charge par­ticulière, dont la gestion des risques liés à l'acte demandé. 2-Sous unangle organisationnel et institutionnel, la demande d'acte d'Imageriedoit répondre à des exigences d'identification du patient concerné, dumédecin qui fait la demande, et à une formulation claire de ce qui estdemandé. Un certain nombre de référentiels et de démarches, initiéspar les sociétés savantes (Guide de Prescription des examens d'Ima­gerie de la SFR) et divers organismes institutionnels dont la HauteAutorité de Santé (recommandations, référentiels de certification,IPAQH, démarches d'EPP) permettent aujourd'hui d'améliorer laqualité de cette demande. Cette amélioration est aussi un garant de lasécurité du patient (impact juridique) et étaye la pertinence médico­économique de la stratégie envisagée. 3-Sous un angle opérationnelles évolutions technologiques actuelles du transfert d'information

Séance organisée par le groupe de travail SFR-Management

Responsables: Jean-Michel Bruel,Pierre-Jean Valette

La demande d'acte d'imagerie: facteur cléd'amélioration de la qualité de priseen charge du patient

17 h 15

DISCUSSION GENERALE: LA RADIOLOGIEINTERVENTIONNELLE : UN CHOIX DE CARRIERE ?

Durée: 15 minutes

Durée: 15 minutes16 h 45

17 h 00

Objectifs: Présenter le rôle du Cirse dans l'organisation de la Radio­logie Interventionnelle en Europe.Présenter le futur «European Interventional Radiology Certificate»(ECIR).Présenter les activités de l'European School of Interventi0Ilal Radio­logy (ESIR).Messages à retenir: L'Union Européenne des Médecins Spécialistes(UEMS) a désormais une sous section de Radiologie Interventionnellespécifique à l'intérieur de la Radiologie.Le Cirse met en place un certificat de Radiologie Interventionnelle(ECIR) (Cirse 2010).

gue vasculaire doit consulter et avoir une activité d'imagerie encoupe. Les actes interventionnels générateurs d'accidents médicauxnécessitent l'information préalable avec délai de réflexion. La CRCIsaisie en recours amiable, détermine après expertise, l'aléa thérapeu­tique indemnisable par la solidarité nationale via l'ONIAM.

Mots clés: Organisation, radiologie interventionnelle

Résumé: L'imagerie interventionnelle non vasculaire a pris un essortrès important durant ces dix dernières années.En effet, en dehors des biopsies, drainage et du traitement de la dou­leur, vient s'ajouter le traitement percutané des tumeurs par ablationthermique qui est devenu un standard dans cette spécialité.Le guidage par imagerie nécessite de plus en plus de précision étantdonné que les indications sont de plus en plus poussées.Les outils les plus disponibles d'imagerie sont effectivement l'écho­graphie et la scopie télévisée.La tomodensitométrie, étant donné sa disponibilité plus limitée, n'estutilisée que dans les cas où les autres imageries classiques, citées pré­cédemment, ne permettent pas une sécurité et une précision optimale.Enfin, l'imagerie par résonance magnétique est encore moins disponible.L'arrivée des capteurs plans haute résolution, avec la capacitéd'acquisition volumique et reconstruction en coupes, est une évolu­tion très prometteuse et l'amélioration de la qualité de l'image permetde l'utiliser quasiment comme un scanner quand une précision milli­métrique n'est pas nécessaire.En somme, quel est le plateau idéal ?Le plateau idéal serait une salle d'au moins 50 m2 multi-modalitésassociant l'échographie à un arceau de scopie détecteur plan avec pos­sibilité d'acquisitions volumiques et reconstruction en coupes. Cettesalle multi-modalités permettrait de couvrir une grande part des gestespercutanés, par contre l'accès à un scanner multi-barrettes reste tou­jours indispensable quand une précision millimétrique est nécessaire.La nécessité de multi-barrettes avec une couverture de plusieurs cen­timètres permet d'avoir une grande souplesse et un champ de visua­lisation étendu.Malheureusement, l'absence d'imagerie de type scopie télévisée esthandicapant.Un arceau de scopie mobile dans une telle salle augmente de façonconsidérable les champs d'action de cette salle combinant CT etarceau.En ce qui concerne l'IRM, la multi-modalité la rend plus polyvalentemais reste en voie de développement.

Mots clés: Bonnes pratiques, radiologie interventionnelle

1486