Dictionnaire Heidegger

  • View
    91

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

  • Collection dirige par Jean-Pierre Zaracler

    Jean-Marie VAYSSE Professeur l'universit de Toulouse II-Le Mirail

    ,

    347523

    i3 -; ~!J i' , Hlt1

    V ktt \

  • Dans la mme collection

    Dictionnaire Kant, par Jean-Marie Vaysse

    Dictionnaire Spinoza, par Charles Ramond

    Dictionnaire Foucault, par Anne Aniel

    Du mme auteur

    Totalit et subjectivit, Spinoza dans l'idalisme allemand, Paris, Vrin 1994 Hegel, Temps et histoire, Paris, PUF, 1998

    Le vocabulaire de Kant, Paris, Ellipses, 1998

    Kant et la fmalit, Paris, Ellipses, 1999 L'inconscient des iVIodernes, Paris, Gallimard, 1999

    Le vocabulaire de Heidegger, Paris, Ellipses, 2000

    Vie,monde, individuation, (J,-IV!. Vaysse, diteur), Hildesheim, OIms, 2003 Totalit et finitude, Spinoza et Heidegger, Paris, Vrin, 2004 Schelling: art etln)'t1wlogie, Paris, Ellipses, 2004 Inconscient et philosophie, Avant Freud, aprs Freud, Paris, Bordas, 2004

    La stratgie critique de Kant, Paris, Ellipses, 2005

    Les problmes fondamentaux de la phn01nnologie de Heidegger, Paris, Ellipses, 2005

    ISBN 978-2-7298-3099-1 Ellipses dition Marketing S.A., 2007

    32, rue Bargue 75740 Paris cedex 15 Le Code de la proprit intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'\lrticle L 122-52 et 3a), d'une part, que les copies ou reproductions strictement rserves l'usage priv du copiste et non desti-nes une utilisation collective}), et d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, toute reprsentation ou reproduction intgrale ou partielle faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite (ArL L 122-4). Cette reprsentation ou reproduction, par quelque procd que ce soit constituerait une contrefaon sanctionne par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la proprit intellectuelle.

    www.editions-ellipses.fr

  • Introduction 7 Dcision 32 Althia 11 (Entscheidung) Angoisse 12 Dclin 33 (Angst) (Ahfall, Untergang) Apeiron 14 Dpassement 34 (herwindung-Verwindung) Athisme 15

    Destin 35 Attente-S'attend re 16 (Schicksan (Erwartung-Gewartigen)

    Destruction 36 Avenir 17 (Destruktian) (Zukunft) Dette 38 Bavardage 18 (SchuId) (Gerede) Devancement 39 Chose 19 (Var/aufen) (Ding) Diffrence 40 Christianisme 20 Disponibilit 41 Commencement 22 (Zu ha nden heit) (Anfang) Dispositif 42 Communisme 23 (Gesteln (Kammunismus) Disposition 44 Comprendre 25 (Beftndlichkeit) (Verstehen) Dite 45 Conscience 26 (Sage) (Gewissen) Divin 47 Curiosit 28 (Gatti iche) (Neugier) cho 48 Dasein 29 (Anklang) Dchance 31 claircie 49 (Verfallen) (Lichtung)

    3

  • Ennui 50 Histoire de l'tre 75 (Langweile) (Seynsgeschichte) quivoque 52 Historialit 76 (Zweideutigkeit) (Gesch ichtl ich keit) poque 53 Humanisme 78 Eschatologie 54 Idalisme allemand 80

    Essence 55 Impens 81 (Wesen) Instant 82 tre 56 (A ugenblick) (Sein-Seyn) Intratemporalit 83 tre-t 59 Ipsit 84 (Gewesenheit) (Se/bstheit) tre-jet 60 Jeu de passe 85 (Geworfen heit) (ZuspieD tre-L-avec 61 Laisser-tre 86 (Mitdasein) (Sein-Iassen) vnement appropriant 62 Libert 87 (Ereignis)

    Lieu 89 Existence 64 (Ort) Existential-existentiel 65 Logique 90 (existenziall-existenzieID

    Logos 91 Exprience 66 (Erfahrung) Machination 92 Explicitation 68

    (Machenschaft) (Auslegung) Mal 93 Facticit 69 Marxisme 95

    Finitude 70 Mditation 96 (Endlichkeit) (Besinnung) Grecs 71 Mtaphysique 98

    Habiter 72 Mtontologie 100

    Hermneutique 73 Mondit 102

    Histoire 74 (We/tlichkeit)

    (Historie) Mort 104

    4

  • National-socia 1 isme 106 Prsence 136 Nant 108 (An wesen heit) (Nichts) Principe d'identit 137 Nihilisme 110 Principe de raison 138

    Nullit 112 (Satz von Grund) (Nichtigkeit) Projet 140 uvre d'art 113 (Entwurf)

    On 114 Propre-impropre 141 (eigent! ich-u neigent! ich) Ontologie 115

    Publicit 142 Onto-thologie 116 (Offent! ich keit) Oubli 118 Quadriparti 144 Oubli de l'tre 118 (Geviert) Outil 119 Question de l'tre 145 (Zeug) (Seinsfrage) Ouverture 121 Quotidiennet 148 (Ersch!ossenheit) (A lltiig!ichkeit) Parler 122 Raison 149 (Rede) (Vemunft) Parole 123 Renvoi 150 (Sprache) (Verweisung) Pense 125 Rptition 151 (Den ken) Rsolution 152 Peuple 127 (En tsch !ossen heit) (Vo!k) Salut 154 Phnomnologie 128 Saut 155 Philosophie 129 (Sprung) Physis 130 Schme 156

    Posie 131 Science 157

    Politique 133 Secret 158

    Prsent 135 (Geheimnis) (Gegenwart) Srnit 159

    (Ge!assen heit)

    5

  • Souci 161 Thologie 173 (Sorge) Tournant 175 Spatialit 162 (Kehre) (Raumlichkeit) Trad ition-Dl ivra nce 176 Su bjectit-Su bjectivit 164 (Tradition-Uherlieferung) Subsistance 165 Tragdie 177 (Vorhandenheit) Transcendance 179 Technique 167 Travailleur 180 Temporalit 168 Universit 181 (Zeitlichkeit)

    Vrit 182 Temporal-it 170 (Wahrheit) (Temporalitdt)

    Vie 184 Temps 171 (Lehen) Temps Modernes 172 Bibliographie 187 (Neuzeit)

    6

  • Entreprendre un vocabulaire de Heidegger prsente un double risque. D'une part, nous ne disposons pas encore de la totalit des textes et, mme si l'dition de la Gesamtausgabe est dj trs avance avec notamment les Contributions la philosolJhie, que certains n'hsitent pas mettre sur pied d'galit avec tre et Temps, ainsi que les textes importants qui suivent, il est permis de penser que de nouveaux chemins sont peut-tre venir dans les volumes paratre. D'autre part, il est impossible de systmatiser une pense qui rcuse par principe le systme et se donne en des chemins et des fugues . La langue de Heidegger est en effet une langue, non point la langue d'avant Babel visant dire l'Origine dans une ultime mta-philosophie, mais ce tour que nous permet de jouer la bablisation, nous autorisant faire scintiller un jeu de passe (Zuspiel) entre le grec et l'allemand, entre un premier commence-ment et un autre. Par ailleurs, si toute grande pense suppose un travail mme la langue, en affrontant son paisseur, plus que toute autre, la pense de Heidegger s'enracine doublement dans le corps de la langue allemande et dans celui de la tradition mtaphysique telle qu'elle s'est dpose partir de la langue grecque, pour porter la parole l'impens de ces langues, les faisant balbutier en leur initialit et faisant dire chacune l'inou d'un futur antrieur o le crpuscule se fait anamnse du matin. Cela implique une violence consistant en une exprience de la parole, en une interprtation devenant l'explicitation de la situation propre au comprendre par l'lucidation de ses prsuppositions. Loin d'tre un art de comprendre l'hermneutique devient ainsi indissociable d'une situation existentielle et historiale. Ds lors, ce qui est proprement hermneutique c'est le prsent qui prend source dans l'appel que se lancent l'un l'autre provenance et avenir . Sans doute la Grce est-elle un tel futur antrieur, et vrit et raison doivent-elles tre reconduites vers althia et logos, comme vers ces mots de l'origine qui ne nous donnent jamais celle-ci comme telle, mais comme une trace en laquelle elle se retire. Faire parler grec l'allemand en faisant dire au grec plus qu'il ne dit, tel est le pari, une fois que l'on admet

    7

  • que la question de l'tre est la question fondamentale, mais que, ce vocable appartenant la langue de la mtaphysique, la tche de la pense est de porter au jour le dploiement de la mtaphysique afin de la situer en ses limites.

    Une telle tche est un travail de traduction et, en premier lieu, de traduction de la tradition philosophique selon ce qui se nomme destruction phnomnologique . Dis-moi ce que tu entends par traduire, et je te dirai qui tu es , disait un jour Heidegger. Traduire c'est d'abord lire et couter la langue, y compris et surtout sa propre langue, qu'il s'agit de faire parler autrement en subver-tissant le lexique de la mtaphysique, et donc aussi de la langue la plus commune, si tant est que celle-ci soit toujours dj spontan-ment mtaphysique ou que cette dernire en soit comme l'envers au sens o la philosophie est le monde l'envers , c'est--dire une figure de l'immdiatet leve la puissance de l'eidos. tre et Temps part ainsi de la quotidiennet pour lui arracher des mots indits (Zuhandenheit, Bewandtnis, VVorumwillen, VVoraufhin, etc.), recherchant galement des mots pour dire le temps (Zeitigung, Gewesenheit, Auf-sich-zulw11'l1nen, Zuriich-zu, Sich-aujJzalten-bei) et en en inventant d'autres pour pointer vers un autre commencement de la pense (Gestell, Seyn, Ereignis, Da-sein). Des chemins et non une uvre, disait Heidegger de son travail, s'efforant de traduire non seulement les Grecs, mais aussi les potes et penseurs de sa propre langue. En ce sens, la pense est essentiellement dialogue et doit, pour ce faire, trouver et retrouver des mots.

    Ds lors, dpasser la mtaphysique ne consiste ni la renier ni la dmolir, mais la situer pour pouvoir se l'approprier, en dialoguant avec elle, c'est--dire en la soumettant une rptition qui est la dlivrance d'un possible venir, un retour dans les possibilits du Dasein ayant-t-L . Voil ce que veut dire Heidegger lorsqu'il affirme que le Dasein se choisit ses propres hros . Il s'agit de Parmnide, Aristote, Kant et aussi quelques autres, dont les potes, et non de ce que de basses polmiques ont voulu nous faire croire. Dasein dsigne alors le lieu en lequel se tient l'homme dan~ son ouverture l'tre. Nouveau baptme pour celui qui doit apprendre

    8

  • dposer son nom d'homme pour retrouver celui de IVlortel et penser l'tre comme fond abyssal, en nous invitant remonter en de du monde de Descartes vers la branloire prenne dont parle IVlontaigne. Il n'en reste pas moins vrai que la langue de Heidegger, mme si elle est foncirement un dialogue implique aussi un lexi-que, comprenant ce qu'il aimait lui-mme appeler des concepts fondamentaux ,