CRITIQUES EN BREF de Cendre de cailloux - .Cendres de cailloux, o¹ c’est un fait divers r©el,

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of CRITIQUES EN BREF de Cendre de cailloux - .Cendres de cailloux, o¹ c’est un...

  • CRITIQUES EN BREF de Cendre de cailloux

    www.lasocietedesanges.com

    Francine Grimaldi, Radio-Canada Une tragdie contemporaine, qui est joue toutes tripes dehors La mise en scne de Luc St-Denis sappuie sur la langue, la voix, le poids des mots, lexpression de la charge potique sur diffrents niveaux de narration Brigitte Hbert et Elisabeth Locas, deux excellentes comdiennes Marc-Yvan Coulombe, 98,5 fm Texte magnifique, excellents comdiens. Une jeune troupe voir. Mlodie Grenier, CINQ-FM Cendre de cailloux, c'est une triste histoire. Une histoire qui nous transporte dans l'univers de diffrents personnages la recherche de leur vie ! Une histoire complexe dans un dcor sobre de simplicit. Le jeu des acteurs est impeccable, d'une trs grande sensibilit. Sincrement, j'ai ador. Sara Fauteux, MonThtre.ca ...cest avec plaisir quon assiste cette production, dont la mise en scne claire et linterprtation talentueuse rendent justice la beaut du texte. Le texte potique de Danis brille donc dans cette production pure o ses mots puissants prennent tout leur sens. Le jeu des acteurs, Brigitte Hbert, lisabeth Locas, Steve Pilarezik et Mario Thibeault est galement excellent. De leur interprtation se dgagent une matrise et une comprhension des enjeux profonds de la pice qui leur permet de soutenir lintensit de ce texte imposant et du mme coup, lattention du public. Yves Rousseau, Le Quatr ime.com ...le metteur en scne Luc St-Denis ayant visiblement fouill, questionn de prs l'approche du jeu li l'intriorit particulire des caractres, certes une belle faon de matrialiser l'univers de la blessure humaine, quasi-tragique et pas facile de la pice, avec un texte unique et riche.

    La musique, pianistique contemporaine en clats impressionnistes, soutient merveilles certains clats climatiques. Elisabeth Locas (Pascale) offre de lumineux et sensibles moments en adolescente blesse; Steve Pilazerik (Coco) compose un adulescent d'un dbonnaire livr aux turpitudes d'une animalit instinctive, la fois attachant, touchant, et inquitant, une vie de rien perdre ; Mario Thibeault (Clermont) dans la souffrance de la rclusion sur soi, soulve de bons moments troublants; finalement, Brigitte Hbert (Shirley) compose un personnage d'une omnisciente conscience tout en paradoxes... Gi lbert David, professeur et spcial iste de l uvre de Daniel Danis, U. de Montral Jai t trs frapp et touch par la rigueur et la ferveur dont tmoignent les quatre interprtes de cette production, dans la mise en scne la fois dpouill et bouleversante quen donne Luc St Denis.

    Ce spectacle permet de faire rentendre lune des voix les plus originales de la dramaturgie qubcoise contemporaine, avec une brillante reprise dune pice comme Cendres de cailloux Maude Nepveu-Vi l leneuve, Rappels 2008 on na pas revu Cendres de cailloux sur les scnes du Qubec depuis la relecture de Gill Champagne en 1994, jusqu ce quune jeune compagnie, La Socit des Anges, sen empare pour la ramener sur les planches de lEspace Geordie, Montral. Lattente en aura toutefois valu le coup, car la compagnie dlisabeth Locas et Brigitte Hbert a su bien surmonter les difficults de loeuvre, que le metteur en scne Luc St Denis compare une tragdie racinienne que les dieux auraient dserte. la mise en scne de Luc St Denis sait jouer sur les deux plans, faisant du mme coup la preuve que Danis peut tre (bien) mont au Qubec.

    Brigiitte Hbert, Steve Pilarezik. Photo : Benot Gurin!

    !

    Brigiitte Hbert, Steve Pilarezik, Elisabeth Locas, Mario Thibeault.!

  • BORDS DE SCNE

    11

    Une tragdie polyphonique

    MAUDE NEPVEU-VILLENEUVE

    Cendres de cailloux de Daniel Danis. Mise en scne : Luc St Denis. Production de la Socit des Anges. lEspace Geordie, du 3 au 14 fvrier 2009

    Un pige sournois guette tous les metteurs en scne qui se frottent un texte de Daniel Danis : celui du fait divers. Que lon pense au meurtre de la Mre dans Celle-l, lorage qui tue les parents Durant dans Le chant du Dire-Dire ou au cancer qui frappe lenfant de Terre ocane, les pices de Danis commencent toujours dans la rubrique des chiens crass, dans lanecdote qui peut pousser un metteur en scne se laisser leurrer et opter pour un ralisme rassurant, mais immanquablement rducteur. Dans le cas de Cendres de cailloux, o cest un fait divers rel, soit un crime perptr dans une boutique de la rue Laurier Montral, qui inspire lauteur le point de dpart de son texte, le risque est encore plus grand.

    Et si lon arrive, en saisissant la dimension tragique, voire mythique de luvre, viter cet impair, la partie nest pas gagne pour autant, car la forme dramatico-pique (David, 2007 : 66) de Cendres de cailloux, narration croise rpartie en 39 tableaux titrs, pose son tour problme. Comment, en effet, monter sur scne un tel enchevtrement de rcits sans rpter dans laction ce qui se trouve dj dans le discours ? Dans quel lieu situer cette trange confession quatre voix, dont celle de Coco provient doutre-tombe et celle de Clermont, dun tre rfugi dans le mutisme dune dpression irrmdiable ? Et cest sans compter la sibylline didascalie initiale, qui nous apprend qu au dbut de lhistoire, le drame a dj eu lieu (Danis, 2000 : 8) ; si nous sommes aprs le drame, comment expliquer ce temps global, multiple, qui oscille du pass au futur au sein dune mme rplique ?

    Ce sont peut-tre toutes ces questions, tous ces cueils potentiels qui font que lon na pas revu Cendres de cailloux sur les scnes du Qubec depuis la relecture de Gill Champagne en 19941

    1 La mise en scne de Gill Champagne, production du Thtre Blanc, est prsente sur la scne du Thtre du Priscope, Qubec, du 24 novembre au 3 dcembre 1994. Cendres de cailloux est toutefois cre lautomne 1993, la fois au Thtre de la Rubrique de Jonquire, le 28 octobre (mise en scne de Dominick Bdard) et lEspace GO de Montral, le 16 novembre (mise en scne de Louise Laprade).

    , jusqu ce quune jeune compagnie, La Socit des Anges, sen empare en 2009 pour la ramener sur les planches de lEspace Geordie, Montral. Lattente en aura toutefois valu le coup, car la compagnie dlisabeth Locas (Pascale) et Brigitte Hbert (Shirley) a su bien surmonter les difficults de luvre, que le metteur en scne Luc St Denis compare une tragdie racinienne que les dieux auraient dserte (Socit des Anges, 2009 : 9). Cette judicieuse analogie, que lon trouve dans le document produit par la compagnie, a toutefois linconvnient (ou le mrite ?) de pointer dans la direction dune rduction du sens laquelle lquipe na pas su chapper. Les coupures auxquelles a procd St Denis, qui a retranch des pans de tableaux, voire des tableaux complets, semblent avoir quelque chose en commun : elles ludent presque compltement (mais pourtant pas systmatiquement) les rfrences la religion catholique, et notamment les rfrences la virginit retrouve de Shirley dans les bras de Clermont (Mario Thibault).

  • RAPPELS 08-09

    12

    Si St Denis a vu juste en remarquant labsence de Dieu dans Cendres de cailloux2

    lexception de ce lger manque de clairvoyance et de souffle, la mise en scne, autant du point de vue de la mise en espace que de la direction dacteurs, tmoigne nanmoins dune comprhension assez juste de luvre. Les rcits que font Shirley, Coco, Pascale et Clermont des vnements qui prcdent le drame (soit la mort simule de la premire, le suicide du second et leffondrement du dernier) sont ports par les comdiens dans un environnement qui tient davantage du dispositif que du dcor

    , il a rduit limpact, peut-tre par inadvertance, dun lment essentiel du travail de lauteur qui, en opposant les transes paennes de la gang aux rfrences catholiques (dont la rsurrection de Shirley aprs trois jours), se demande comment on peut se comprendre comme collectivit travers le passage du profane au sacr (Saint-Hilaire, 1994 : C3). Cette dichotomie entre profane et sacr, fondamentale chez Danis, tout comme lide du recommencement et de la recherche dabsolu quelle implique, se trouve ici amoindrie par des choix apparemment maladroits, qui navaient sans doute comme objectif que de raccourcir la dure de la reprsentation. Peut-tre en effet ces coupures taient-elles invitables, puisque (doit-on en accuser le texte ?) le rythme de la pice parat malgr tout samollir quelque peu vers son milieu avant de reprendre, brillamment matris cette fois, lors du tableau Une rencontre russie , o les rpliques des personnages senchanent beaucoup plus rapidement.

    3

    En plaant ses comdiens dans une situation de conteur, Luc St Denis touche un lment essentiel du thtre de Daniel Danis, cest--dire sa dimension pique, qui renvoie aux origines de loralit comme moyen de transmission des mythes, des rcits et de tout ce qui compose la mmoire individuelle et collective. Lacteur nayant ici comme matriau quun flot de paroles sans didascalie se trouve alors incarner sur scne un corps plutt quun personnage et vite ainsi une gestualit figurative, mimtique. Le thtre, dans ce contact direct entre lacteur, corps parlant (David, 2007 : 69) qui raconte et travers lequel passe lmotion, et le spectateur, mme dimaginer le drame partir des rcits polyphoniques, retrouve ainsi son rle de liant social. De plus, un tel dispositif offre une rponse ingnieuse la question du lieu et du temps qui, on la dit, constitue un cueil invitable dans la reprsentation de Cendres de cailloux sur scne : comme les personnages sont ici davantage des voix exprimant une mmoire globale et

    et qui laisse la place llment central de la pice : la parole, constituant formel et dclencheur du drame. En effet, le dispositif imagin par la scnographe Genevive Lizotte ne comprend que quatre chaises de bois assez loignes les unes des autres et sur lesquelles sont la plupart du temps assis (ou grimps, ou accroc