Comportements culturels et données personnelles au cœur du ...· Comportements culturels et données

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Comportements culturels et données personnelles au cœur du ...· Comportements culturels et...

  • Comportements culturels et donnes personnelles au cur du Big dataEntre la ncessaire protection et une exploitation au service des nouveaux quilibres conomiques

  • Sommaire1. Faire parler le Big data : un nouveau pouvoir p. 7

    dans le secteur mdiatique et culturel Du Big data au Worthy data p. 8 La donne personnelle culturelle au cur de l'mergence p. 14

    d'un march stratgique

    2. Pouvoirs en quilibre et responsabilits partages : p. 19 les nouveaux contours du Big data La rglementation, impulsion conomique p. 21

    pour les acteurs de Big data en Europe Quelle fiscalit 3.0 pour l'conomie digitale ? p. 33 Responsabilits citoyennes p. 37

    3. Vers un nouveau paradigme conomique p. 39 propice linnovation et la cration Opposer le principe de prcaution au Big data : p. 40

    un risque rel pour linnovation Le temps de l'action p. 42 La nouvelle chane de valeur de la donne personnelle culturelle p. 47

    La donne personnelle culturelle au cur du Big data p. 50 Infographie

    La prsente publication peut tre tlcharge sur les sites dEY (www.ey.com/mediaentertainment) et du Forum dAvignon (www.forum-avignon.org).

  • | 3Comportements culturels et donnes personnelles au cur du Big data

    Avant-propos

    Depuis 2008, EY analyse les grandes thmatiques inscrites au programme du Forum, pour leur donner, en capitalisant sur son expertise et son exprience reconnue dans le secteur, une traduction concrte travers lidentification denseignements majeurs.

    Anne aprs anne, EY a observ et dcrypt les mouvements luvre dans lindustrie des mdias et des contenus, face une rvolution digitale qui a rebattu les cartes des forces en prsence, travers le prisme de la proprit intellectuelle ( La proprit intellectuelle lre du numrique ), de la montisation ( Montiser les mdias numriques ) ou encore de la vitesse de diffusion ( Matriser le tempo, organiser la relation entre le temps et la valeur dans lindustrie des mdias et du divertissement ). Lcosystme qui sest progressivement structur semblait tendre jusqu prsent vers un point dquilibre entre les oprateurs de l'Internet, de tlcomunications et les groupes mdias. Nanmoins les enseignements de nos dernires tudes laissaient dj entrevoir la dferlante Big data, qui pourrait introduire un nouveau facteur de dstabilisation, laissant un nombre restreint dacteurs, capables de faire parler le Big data, dtenir le pouvoir de contrler et de prvoir.

    La donne personnelle culturelle, autour de laquelle se structure aujourdhui un march la recherche de nouveaux quilibres, est l'origine dune rue dacteurs des secteurs numrique, mdiatique et culturel, parce qu'elle vaut de l'or.

    Mthodologie de ltude :

    Pour mieux comprendre, analyser et interprter ces nouveaux enjeux de contrle et la structuration dun nouveau march autour de la donne personnelle culturelle, EY a rencontr et interrog des dirigeants dinstitutions et d'entreprises reprsentatives du secteur, dont la Runion des muses nationaux - Grand Palais, lINA, Solocal (PagesJaunes), Criteo, InterCloud, Kantar Media... Cette tude qui a mobilis nos experts du secteur Mdias et Divertissement, se fonde sur leurs points de vue, notre recherche sectorielle et nos propres analyses.

    6 ans de partenariat entre EY et le Forum dAvignon La vocation premire du Forum dAvignon est de se faire lcho des enjeux qui comptent pour les industries de lart et de la cration. Le partenariat qui lie depuis maintenant six ans EY au Forum tmoigne dun engagement commun, aux cts des grands acteurs de lunivers des mdias et du divertissement.

    RemerciementsEY tient remercier vivement pour leurs clairages : Roei Amit (Directeur adjoint charg du numrique, Runion des muses nationaux - Grand Palais), Christophe Benavent (Professeur, Responsable du Master Marketing oprationnel international, Universit Paris Ouest), Julien Billot (Directeur gnral adjoint en charge du segment mdia, Solocal - ex PagesJaunes), Jrme Dilouya (Fondateur et Prsident-directeur gnral, Intercloud), Denis Gaucher (Directeur excutif Ad Intelligence Europe, Kantar Media), Alban de Nervaux (Directeur de la stratgie et du dveloppement, Runion des muses nationaux - Grand Palais), Alexandra Pelissero (Directrice de la communication, Criteo), Stphane Ramezi (Responsable des ditions multimdia, INA).

    Nous tenons aussi remercier, pour leur apport lors des groupes de travail : Benot Tabaka (Directeur des politiques publiques, Google France), Pierre Geslot (Responsable Projets Lectures numriques, France Tlcom Group), Laure Kaltenbach (Directrice gnrale, Forum d'Avignon), Olivier Le Guay (Responsable ditorial, Forum d'Avignon).

  • Comportements culturels et donnes personnelles au cur du Big data4 |

    Cest lvolution de lhumanit tout entire qui est indissociable des traces, empreintes et autres indices que nous laissons derrire nous. Avec lavnement de lre numrique et lapparition des traces immatrielles dont nous marquons la toile et que nous pouvons dsormais collecter, stocker et analyser linfini1, nous est aujourdhui donn un pouvoir indit. Au pouvoir rgalien, dtrn peu peu par louverture du savoir au plus grand nombre travers limprimerie, la radio et la tlvision - et duquel le rgne dInternet a sembl dfinitivement nous affranchir - succde aujourdhui le pouvoir de contrler et de prvoir, grce louverture de donnes publiques et personnelles de tous un nombre dacteurs restreints, capables de faire parler le Big data .

    Volume, varit et vlocit : cest en ces trois mots que peut se rsumer le Big data, pour exprimer le volume indit de donnes produites et changes par un nombre croissant de canaux (web, objets connects au web et entre eux, plateformes), la varit de ces donnes (avec une part croissante de donnes non structures et volatiles2) et enfin la vlocit, qui dsigne la vitesse, toujours plus grande, de ces changes.

    Le Big data reprsente une formidable matire premire pour qui saura en extraire la substantifique moelle, avec la cl des opportunits de cration de valeur qui pourront irriguer lensemble des secteurs dactivit de lconomie relle et en particulier celui de lindustrie mdiatique et culturelle.

    Car au cur de cette masse de donnes vertigineuse brille une catgorie de donnes qui vaut de lor : la donne personnelle culturelle. Lorsque nous observons le bouleversement des rapports de force entre oprateurs Internet, oprateurs de rseaux et groupes mdias, sous leffet de lexplosion des traces et informations lies la rvolution digitale, force est de constater la rue de tous ces acteurs vers cette donne personnelle culturelle, nouveau ssame qui leur ouvrirait les portes de lintimit de ltre.

    la fois miroir de nos gots et de nos aspirations et reflet de limage sociale que nous souhaitons renvoyer, la donne personnelle culturelle reprsente en effet un fragment de notre identit. Une donne dautant plus prcieuse quelle introduit un rapport indit en rconciliant lempreinte et le calcul3 : si, la manire dune photographie, la donne numrique conserve la trace de notre activit digitale, elle sen distingue toutefois par sa disponibilit au calcul.

    Contrairement une simple photographie, qui comme le rappelait Roland Barthes4, ne se distingue jamais de son rfrent, de ce qu'elle reprsente. [Le rfrent] s'entte tre toujours l, il adhre , la donne personnelle numrique est dtachable et calculable.

    Empreintes, fresques, statuettes, parchemins, hiroglyphes et toute autre forme de production culturelle ou artistique sont autant de traces matrielles laisses la postrit, de faon consciente ou non, qui nous ont permis de reconstituer des pans entiers de lhistoire de nos civilisations, pour forger notre savoir et notre culture.

    1 Un yottaoctet est la capacit annonce du nouveau data center de la NSA (National Security Agency) pour 2013, soit mille fois la totalit des donnes enregistres en 2011 dans le monde - Sarah Belouezzane et Ccile Ducourtieux, Vertigineux "Big data" , Le Monde, 26 dcembre 2012

    2 Donnes de golocalisation, vnementielles3 Louise Merzeau Faire mmoire des traces numriques , E-dossiers de laudiovisuel, Sciences humaines et sociales et patrimoine numrique, INA, mis en ligne en juin 20124 Roland Barthes, La chambre claire - d. Gallimard, 1980

    dito

  • | 5Comportements culturels et donnes personnelles au cur du Big data

    5 Kord Davis, "Ethics of Big data Balancing risk and innovation" - ed. OReilly Media, Septembre 20126 Ren Trgout, Snateur, Des pyramides du pouvoir aux rseaux de savoirs - Tome 1 , Rapport d'information 331 - 1997/1998 - Commission des Finances, site internet du Snat,

    consult le 10 octobre 2013

    Bruno PerrinAssoci EY

    Responsable du secteur Technologies Mdias Tlcoms

    en France

    En effet, la dimension rvolutionnaire du "Big data bang" rside dans lautonomisation des processus de production et dchanges massifs, continus et toujours plus rapides de donnes ubiquitaires. Dans le domaine des contenus culturels, loffre devient alors plthorique. Mais travers le tlchargement, le visionnage, l'change de ces contenus culturels, les donnes personnelles du consommateur, tendent se disperser de faon incontrle. Et alors qu'Internet peut apparatre comme un lieu de normalisation et de surveillance, se pose avec acuit la question du pouvoir de contrle que permet la connaissance intime des comportements et des donnes personnelles culturels. Et avec elle, la question du respect de ces donnes et de la ncessit de dvelopper des rponses concertes impliquant les acteurs de lcosystme des contenus culturels numriques et des alliances autour de valeurs et impratifs communs : "Big data is ethically neutral, the use of Big data is not5".

    Ainsi, si le Big data apparat comme une rupture majeure qui nous ferait dfinitivement quitter une re, dont l'puisement des ressources fait poindre les limites,