CASA BATLL £â€œ - Acad£©mie de Lyon casa Batll£³ de GAUD£† et La Casa Lle£³-Morera (1902 -1905) Oeuvre

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of CASA BATLL £â€œ - Acad£©mie de Lyon casa Batll£³ de...

  • CASA BATLL Ó

    UNIVERS FANTASTIQUE

    ● Présentation

    Oeuvre CASA BATLLÓ

    Artiste Antonio GAUDÍ

    Situation Illa de la Discórdia - 43 Passeig de Grácia - Barcelona - ESPAÑA

    Type Architecture moderniste

    Dates 1904 - 1906

    ● Avant 1904

    La maison avait été construite entre 1875 et 1877 par Emilio Salas Cortés, ancien professeur de Gaudí. Il s’agissait alors d’un bâtiment sobre et classique composé d’une cave, d’un rez-de-chaussée, de 4 étages et d’un jardin.

    ◄--- La casa Batlló

    antes de

    1904

  • En 1900, l’industriel Joseph BATLLÓ, achète la maison. Celle-ci l’intéresse car elle est située Paseo de Gracia, prestigieuse avenue de la mode à Barcelone et haut lieu de la bourgeoisie. Désirant se différencier, il décide d’en faire une maison spectaculaire.

    En 1904, il commande donc à Antonio GAUDÍ la rénovation totale de la maison qui sera achevée en 1906. Antonio GAUDÍ a intégralement transformé l’immeuble avec des techniques innovantes et une totale liberté créative, donnant naissance à un édifice singulier et extraordinaire.

    Depuis 2005 la Casa Batlló figure sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

    Source : site officiel du musée

    ● Antonio Gaudí (1852-1926)

    Architecte et designer Antonio GAUDÍ est sur le plan international un des plus prestigieux architectes espagnols. Né à Reus, en Catalogne, il obtint son diplôme en 1878 à Barcelone où il centre son activité. Grand designer, il a créé en étroite collaboration avec les meilleurs artisans de l’époque, tous les éléments qui forment l’espace architectonique (fer forgé, mobilier, vitraux, sculptures, mosaïques, céramiques, etc…) dans une conception organique de la décoration, tout en intégrant ces éléments dans la structure de la construction. Le paysage marin est l’un de ses thèmes d’inspiration préféré.

    D’après Pedro Huhart.

    A Barcelona il crée de nombreuses maisons pour les riches industriels de la ville. Outre la Casa Batll ó , on peut citer : la Casa Mil á (dite « La Pedrera » : la carrière de pierre), la Casa Calvet, la Casa Vicens, le Palais, Guell. Il réalisera aussi le Parc Guell et la basilique de la Sagrada Famili a , la plus représentative de ses œuvres. Il y travailla intensément pendant 43 ans et la laissa inachevée : le 07 juin 1926, Il mourut renversé par un tramway.

    Antonio GAUDÍ s’entoure des meilleurs artisans pour la réalisation de ses architectures, mais aussi pour toute la décoration de celles-ci, dessinant le mobilier, les vitraux, les céramiques et les mosaïques. Dans ce domaine il utilise de façon caractéristique la technique dite du trencadis (ou pique-assiette,à partir d’éclats de céramiques) pour recouvrir les surfaces courbes et irrégulières (façades des maisons, bancs du parc Guell…).

    ● Le modernisme

    Antonio GAUDÍ est un des représentants les plus connus du Modernisme. Mouvement culturel (fin XIXème-début XXème) qui touche toutes les manifestations de l’art et de la pensée c’est dans l’architecture qu’il prend toute son ampleur. C’est l’équivalent de l’Art Nouveau en France, mouvement artistique qui s'appuie sur l'esthétique des lignes courbes. Ce mouvement soudain, bref et très puissant se répand en Europe puis connaît un développement international des États-Unis à l’ Allemagne en passant par l’Italie et l’Espagne ( appelé Modernismo). Il touche de nombreux domaines artistiques : peinture, affiches, arts décoratifs. Il Combine de nouveaux matériaux et des techniques artisanales et traditionnelles. Il’inspire de la nature : arbres, fleurs, insectes, animaux...

  • ● Symbolismes :

    LA CASA BATLL Ó Monde onirique Univers fantastique

    I. Le toit spectaculaire

    Sorte de crête faite de tuiles céramiques colorées.

    Renflement qui permet de

    dissimuler la salle où était

    entreposée l'eau.

    C’est aujourd'hui une salle vide.

    Formes arquées du dos d’un

    dragon.

    Une petite ouverture triangulaire

    fait office d'œil.

    Tuiles en céramique aux reflets métalliques : De la

    tête à la queue, on passe du

    vert, au bleu , puis au violet

    au centre et au vermillon et

    roses intenses

    Les tuiles en formes de losange font

    penser à des écailles, lesquelles

    changent de couleurs en fonction de

    la lumière.

    Sur la crête : Des céramiques de

    grande taille, alignées telles des éléments d’une armure ou d’une carapace de tortue .

    La tour :

    Couronnée d'une flèche en céramique et d'une croix.

    La flèche est formée d'un

    bulbe végétal énorme duquel naît un bulbe plus

    petit d'où sort une fleur sous forme de croix à quatre

    branches.

    Chacune des quatre branches de

    la croix est orientée vers un point

    cardinal.

    La fleur possèdant des bourgeons

    aux extrémités annonce-t-elle

    une floraison.

    Ou a-t-elle la forme de la garde de l’épée du chevalier San Jordí qui tua le dragon ?

    4 ensembles de cheminées sinueuses, stylisées et

    polychromes se dressent sur

    le toit.

    Elles sont couvertes de

    fragment de verre et de

    trencadis.

    Telles des champignons.

  • II La Façade

    Toute recouverte de

    trencadis, de verre de

    couleur et de disques de

    céramiques aux couleurs

    changeantes.

    - Atmosphère aquatique :

    rappelle les fonds marins, le sable et les roches.

    -Effet d'un tapis multicolore d'où sortent les balcons.

    Les tons dominants bleus, verts et

    ocres laissent entrevoir le tableau

    « les nénuphars » de Monet

    Façade ondulée aux formes

    courbes et sinueuses.

    Evocation de la surface de la mer, avec de légères ondulations et des reflets produits par les verres et les céramiques

    Les balcons

    Masques de fêtes au milieu de confettis parsemés sur la

    façade ?

    ou têtes de mort ?

    En haut, au milieu du grenier,

    un balcon plus petit en forme

    d'une fleur de nénuphar.

    Les fenêtres Les immenses fenêtres de la grande tribune du premier étage qui avance sur le passage de Gracia, faite pour voir et être vue font penser à une chauve-souris déployant ses ailes.

  • Surnommée « la maison des bâillements » « la casa dels badalls », à cause de ses fenêtres

    ovales semblables à d’énormes

    bouches ouvertes. Ou « La casa de los huesos » (la

    maison des ossements).

    Les colonnes

    De fines colonnes de pierre avec

    une fleur comme articulation

    centrale semblent encadrent les

    ouvertures et soutiennent

    l’édifice.

    ont la forme de tibias

    III A l’intérieur,

    l’escalier s’élance tel l’épine dorsale d’un dinosaure.

    ● La casa Battló : Symbolique du toit : Saint Georges et le dragon

    Il était une fois un preux chevalier nommé Georges, qui, au dos de son fidèle destrier, arriva dans un pays indéfini. Dans ce lieu, nommé Silène, un dragon semait la terreur auprès des habitants. Pour apaiser sa fureur, un agneau et une jeune fille lui étaient offerts quotidiennement. Le funeste jour où Georges débarqua dans le village, le sort désigna comme victime l’unique fille du roi. Le chevalier prit son courage à deux mains, et sauva la princesse des griffes du dragon. D’après certaines versions de la légende (la plus populaire étant celle écrite par Jacques de Voragine, dans sa Légende dorée), du sang du dragon sortit une rose rouge que Georges offrit à la princesse. D’où la légende de la Sant Jordí, qui veut qu’en hommage à Saint Georges les hommes offrent des roses aux femmes, et qu’en échange, les femmes leur offrent un livre. Cet acte emprunt d’héroïsme valut au chevalier d’être reconnu patron de l’Angleterre, mais aussi de la Catalogne. C’est pourquoi, tous les 23 avril, la région fête la Sant Jordí, symbole de la victoire du Bien sur le Mal. Il reste pourtant bien difficile de déterminer avec précision la date à laquelle commença la tradition d’offrir des roses à la Sant Jordí. Ce qui est sûr, c’est qu’elle est très ancienne et fortement ancrée dans les mentalités catalanes : dès le XVe siècle, des documents attestent de la célébration de la foire des roses.

  • ● D ’ autres œuvres d ’ Antonio Gaudi

    La casa Mil á (1906-1910)

    La façade représente la mer, les balcons et grilles d’entrées sont ornés de ferronneries aux formes végétales. Les éléments marins se retrouvent dans la décoration intérieure

    Les cheminées évoquent des guerriers casqués.

    Le parc Guell (1900-1914)

    L’entrée, dont le perron est dominé par un dragon fabuleux, conduit à une grande salle dont le plafond est soutenu par 84 colonnes. Au-dessus se trouve une grande « terrasse-esplanade » d’où l’on peut contempler la ville et la mer.

    Cette esplanade est