Cas clinique N°1

  • View
    36

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Cas clinique N°1. Mme D,74 ans,consulte pour une douleur du pied G depuis 1 mois, augmentée à la marche, surtout en fin d’après- midi. Elle n’est pas soulagée par les AINS, ni par les antalgiques type TOPALGIC. ATCD. - PowerPoint PPT Presentation

Text of Cas clinique N°1

  • Cas clinique N1

  • Mme D,74 ans,consulte pour une douleur

    du pied G depuis 1 mois, augmente

    la marche, surtout en fin daprs-

    midi. Elle nest pas soulage par les

    AINS, ni par les antalgiques type

    TOPALGIC.

  • ATCDProthse de hanche. HTA. Hernie discale L3-L4. Stnose carotidienne. Mnopause 50 ans,non substitue. Pas dantcdent de fracture personnelle mais fracture du col chez la mre.

  • Quen pensez-vous ?

    Que faites-vous ?

  • poids 56 kg taille 1,62 m avant la mnopause1.56 m actuellement douleur la pression latro-calcanenne et sous-calcanenne , examen neuro normal pas denraidissement du pied, le reste de lexamen est normalEXAMEN CLINIQUE

  • CRP: 2

    VS :20 mm la premire heure.

    Ca :97mgl ou 2.43mmol/l Phosp :35mg/l

    Elctrophorse, uricmie, fonction rnale, glycmie,phosphatases alcalines normales. PTH 84.3picog/l (n 72)

    VitD 27 (n 53- 150)

    albumine 45.5BIOLOGIE

  • CALCEMIE corrige =

    calcmie mesure(en mmol)+(40-albumine en g/l)x0.02

  • Radiographie

  • DIAGNOSTIC

  • Fissure osseuse de la tubrosit post du calcanum avec une ligne dosto-condensation

    rechercher une ostoporose.

  • TRAITEMENT

    mise en dcharge avec 2 cannes anglaises biphosphonates et Ca VitD3

  • Cas clinique N2

  • HISTOIRE

    Mlle A. Anne-Marie, ge de 60 ans, cadre en retraite, prsente depuis environ deux ans des douleurs des avant-pieds par priodes plus ou moins longues.Il sy associe des talalgies prdominance droite.

  • SES ANTCDENTSHTA traite par :ALDALIX 50MG/20MG Diabte non Insulino-Dp. "gras" (type 2) DIAMICRON 30MG LM - METFORMINE 500MG Opre des varices en 1990. Polype de l'endomtre utrin bnin opr en aot 98Coloscopie complte normale dc. 1997 (ATCD Fam)

    Antcdents familiaux :Cancer colique chez le pre.

  • A LEXAMENElle prsente un problme statique des pieds.---------------- Des avant-pieds ronds avec hyper-appuis au niveau des ttes mtatarsiennes.Des consquences trophiques lies des griffes dorteils, avec des durillons.

  • Alors.?12345

  • BIOLOGIENGFS : normale.VS : 61 / 88 mmUricmie : 66 mg/l (N : 20 65)Protine C Ractive : 36 mg/l (N< 5 mg/l)Hmoglobine A1c : 8.5%Antigne HLA B27 NgatifFacteur rhumatode ngatif.

  • RADIOLOGIE Pied droit.

    Minralisation osseuse normale.

    Pas danomalie osseuse dans la rgion cliniquement suspecte.

    Les interlignes du tarse sont en accord avec lge

  • I.R.M. du pied droitPas de nvrome de MortonPas de bursite sous capito-mtatarsienneMinime phnomne inflammatoire sur la face dorsale de Lisfranc.Aspect daponvrosite plantaire dinsertion de composante plutt chronique sans image de fissuration ou de rupture localise.

  • SCINTIGRAPHIE OSSEUSE

    Prsence de foyers bien localiss dhyperfixation correspondant latteinte inflammatoire clinique sans prjuger de la cause

  • DIAGNOSTICTableau inflammatoire rattacher une crise de goutte associant chez cette patiente, des localisations articulaires et des localisations tendineuses (tnosynovites)(Lhyperuricmie tant dfinie chez la femme comme suprieure 60 mg/ l)La prise de diurtique tant la cause principale des gouttes chez la femme et doit tre arrte.

  • SES ANTCDENTSHTA traite par :ALDALIX 50MG/20MG Diabte non Insulino-Dp. "gras" (type 2) DIAMICRON 30MG LM - METFORMINE 500MG Opre des varices en 1990. Polype de l'endomtre utrin bnin opr en aot 98Coloscopie complte normale dc. 1997 (ATCD Fam)

    Antcdents familiaux :Cancer colique chez le pre.

  • TRAITEMENTCOLCHIMAX3 mg le premier jour2 mg les deuxime et troisime jourspuis 1 mg / jour pendant deux mois.

    ZYLORIC 2001 cp/j partir du premier mois poursuivre en thorie vie.

    Contrler luricmie et la fonction rnale 3mois 6 mois puis une fois par an.

  • Cas clinique N3

  • OBSERVATIONhomme de 55 ans, sans ATCD personnel

    douleurs articulaires des avant-pieds, dapparition progressive, depuis prs dun an

    lexamen : douleurs prdominent en regard des MTP, tumfactions inflammatoires

    genou gauche douloureux, inflammatoire, panchement articulaire

    tat gnral conserv

    plus rcemment, douleurs galement des poignets et des doigts

    raideur matinale denviron deux heures

  • Quel est votre diagnostic ?Que recherchez-vous ? Quel examens complmentaires proposez-vous ?Quelles sont vos orientations thrapeutiques ?

  • Bilan des lsions et valuation de la svrit de la PRRadiographies des mains et poignets de face, des pieds de face et de profilVS et CRPFacteurs rhumatodesAc anti-CCP (AC anti-peptides cycliques citrullins) +++

  • Bilan pr-thrapeutique de la PRNFS-plaquettesCratininmieIonogramme plasmatiqueASAT, ALAT, Bilirubinesrologie hpatite B et CRP si fumeur

  • Que peut-on proposer devant cette dgradation articulaire ?

  • Cas clinique N4

  • OBSERVATIONpatient g de 37 ans, adress pour douleurs mcaniques et enraidissements diffus articulaires, prdominant actuellement aux chevilles

    douleurs osto-articulaires prdominant aux MI, trs tt dans l'enfance vers l'ge de 5 ansostotomie de varisation tibiale gauche 10 ans pour genu valgum, bilatral PTH droite 27 ans, gauche 34 ans pour coxarthrose

  • Quel est le diagnostic lsionnel de latteinte des chevilles ?

    Quels lments faut-il rechercher et quels examens demandez-vous ?

    Quelles sont vos hypothses diagnostiques tiologiques ce stade ?

  • Diagnostics tiologiques possiblesHmophilie +++Hmochromatose (atteinte des 2 chevilles)Forme familiale de CCA (mais pas de liser visible)Maladie gntique

  • FACTEURS ETIO-PATHOGENIQUESDE LA PATHOLOGIE ARTHROSIQUEFacteurs mcaniquesTrouble statique , instabilit articulaire, surmenage articulaire fonctionnel, surcharge pondrale

    Facteurs dits structurauxlsions sous-chondrales, CCA, hmochromatose, hmophilie

    facteurs gntiques prdisposition gntique (risque X 2 3, doigts +++) maladies gntiques identifies anomalies des protines de la matrice cartilagineuse en particulier du collagne de type II

    arthroses prcoces et svres

  • OBSERVATIONcataracte congnitale chez sa grand-mre maternelleanomalies oculaires : OG : ccit trs tt dans la petite enfance (cataracte, DDR, opacit cornenne) viscration et prothse oculaire OD : cataracte congnitale opre 7 ans, forte myopiesurdit d'intensit moyenne, appareille 6 ansfaiblesse musculaire ancienne, prdominant aux ceintures

  • OBSERVATIONfils du patient, g de 7 ans syndrome de Pierre Robin (rtro-micrognathisme, fente palatine, glossoptose, avec troubles respiratoires)

    forte myopie bilatrale

    surdit bilatrale dpiste la naissance, appareille 18 mois

    retard d'acquisition de la marche (22 mois)syndrome myasthnique congnital douleurs articulaires (MI), largissement des genoux lments dysmorphiques : facis aplati, silhouette longiligne, arachnodactylie modre, pectus excavatum

  • Diagnostic : syndrome de Sticklerdevant lassociation datteintes

    neuro-sensorielles : oculaires et auditivescrnio-facialesmusculo-squelettiques

    chez le patient et son entourage familial

  • LE SYNDROME DE STICKLER1965 : arthro-ophtalmopathie progressive hrditairemaladie gntique autosomique dominante des tissus conjonctifsprvalence 1/10000diffrentes mutations des gnes du procollagnede type II (COL 2 A1) ( 20 mutations rapportes)de type XI (COL 11 A1 ou A2)grande variabilit : signes cliniques, ge de diagnostic

  • MANIFESTATIONS NEURO-SENSORIELLES oculairesmyopie (90 % des patients), dgnrescence vitrenne dcrite par Wagnerdcollement de rtine (60 % des patients, 15 ans)cataracte prcoce, glaucome, dgnrescence rtinienneccit (4 % des patients) auditives surdit de gravit variable (70 % des patients)

  • MANIFESTATIONS CRANIO-FACIALES (80 % des patients)syndrome de Pierre Robinrtrognathismemicrognathismeglossoptosefente palatineatteintes moins graves aplatissement de la face micrognatisme isol division palatine luette bifide

  • MANIFESTATIONS MUSCULO-SQUELETTIQUES (80 90 % des patients)cliniquearticulations peuvent apparatre largiesdouleurs et raideurs articulaires et rachidienneshypermobilit articulaire par hyperlaxit ligamentairehypotonie musculairedformationscyphose, scoliosegenu valgum, hyperpronation des piedsfinesses des extrmits, arachnodactylie modre

  • LE SYNDROME DE STICKLERrare, diagnostic souvent mconnu et retardreconnaissance prcoce a de nombreux intrtsdpistage familialprvenir ou limiter les pertes de vision chez le patient et les membres de la famille atteints (photocoagulation laser, cryothrapie)dpister et appareiller tt les surditsmieux apprhender les complications osto-articulairesoptimiser la prise en charge nonataleconseil gntique (diagnostic prnatal)