of 46/46
1 IN2P3 CARACTERISTIQUES ET CHOIX DES MATERIAUX --------------------

CARACTERISTIQUES ET CHOIX DES MATERIAUXmediamef.insa-rouen.fr/modules/P1/M1-2/EXPORTS_S124...CARACTERISTIQUES ET CHOIX DES MATERIAUX 1 Généralités 11 Propriétés mécaniques des

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of CARACTERISTIQUES ET CHOIX DES...

  • 1

    IN2P3

    CARACTERISTIQUES

    ET CHOIX

    DES MATERIAUX--------------------

  • 2

    SOMMAIRE

    CARACTERISTIQUES ET CHOIX DES MATERIAUX

    1 Généralités

    11 Propriétés mécaniques des matériaux111 Propriétés d’usage112 Essai de Traction113 Re, Rm, Re0,2114 Courbe réelle ou rationnelle115 Palier de limite élastique116 Influence de la température sur Re et Rm117 Effet de masse118 Autres caractéristiques mécaniques: A, E, G, ν variations en fonction de la température

    118-1 A: allongement à la rupture118-2 E: module d’Young118-3 Valeur spécifique du module118-4 ν : coefficient de Poisson118-5 G: module de cisaillement118-6 La résilience118-7 La ténacité

    12 Comportement é lastique des matériaux

    13 Comportement plastique

    14 Coefficient de sécurité

    2 Métaux ferreux

    21 Définitions211 Transformations structurales : rappels212 Classement des aciers

    22 Désignation normalisée: rappels

    23 Avantages / Inconvénients / Compara ison 231 Variations des propriétés en fonction du traitement thermique232 Comparaison de caractéristiques mécaniques des aciers et de quelques matériaux.233 Rapports des prix et poids234 Aciers / Aciers spéciaux: propriétés et caractéristiques

    24 Soudage

    25 Renseignements pratiques complémentaires

  • 3

    3 Alliages d’aluminium

    31 Généralités

    32 Désignation normalisée : rappels 321 Désignation numérique322 Désignation alphanumérique

    33 Durcissement 331 Caractéristiques obtenues

    34 Etats métallurgiques

    35 Influence de la température

    36 Soudage

    37 Renseignements pratiques complémentaires

    4 Matériaux polymères

    41 Généralités411 Les thermoplastiques412 Les thermodurcissables

    42 Avantages et limites

    43 Caractéristiques431 Polyesters432 Polyamides433 Polycarbonates434 Polyacétals435 Polyphénylènes436 Polyimides

    44 Vieillissement sous radiations

    45 Critères de sélection

    46 Renseignements pratiques complémentaires

    5 Utilisation aux basses températures

    51 Evolution des propriétés à basse température 511 Les aciers512 Les alliages d’aluminium513 Les composites

    52 Renseignements complémentaires

    6 Tableaux de synthèse:

    Polymères techniques, doses limites, dureté des matériaux

  • 4

    CARACTERISTIQUES ET CHOIX DES MATERIAUX

    Le BE de mécanique est confronté au problème du choix des matériaux dans le respect descontraintes imposées par le cahier des charges.L’objectif de ces pages est de faciliter ce choix et les calculs de prédétermination pour les matériauxcourants en donnant les caractéristiques physiques et mécaniques (E, ν, Re, A%..). Lescaractéristiques thermiques (Cp, λ, Τmax..) ne sont généralement pas indiquées ici. Il est possiblede les trouver sur le site de l’IUSTI (http://iusti.univ-mrs.fr).

    Les explications, les définitions et rappels, ont pour but de permettre une meilleurecompréhension des phénomènes et des incertitudes liées aux valeurs données. En effet, lescaractéristiques dépendent de la nature du matériau (métal, polymère, composite, céramique), de sacomposition et de sa structure. La structure microscopique est liée aux conditions d’élaboration etaux traitements thermomécaniques effectués lors de la fabrication.

    1 Généralités

    11 Propriétés mécaniques des matériaux

    Le comportement d’un métal est fonction des forces extérieures appliquées et traduit lesévolutions de la cohésion de l’édifice cristallin. Pour les métaux, les forces qui assurent cettecohésion résultent de l’ionisation des atomes du métal qui perdent des électrons de valence etcirculent entre les ions.

    Les propriétés mécaniques dépendent de la température d’utilisation, de l’état de surface,des conditions d’application des efforts, de la vitesse de déformation..Elles sont déterminées, avec un certain intervalle de précision, au moyen d’essais normalisés.

    111 Propriétés d’usage

    Elles peuvent être séparées en deux catégories:

    - celles qui font l’objet d’une garantie: Rm, Re, A, à 20°C, ou la limite élastique à chaudRp

    t, la résilience à température donnée Kc.

    - celles données à titre indicatif: résistance au fluage (allongement donné, de 0,5 ou 1% àtempérature donnée, en un temps donné : 10000 ou 100000 heures ), à la fatigue (limited’endurance dépendant de nombreux facteurs pour 107 cycles pour les aciers)

    Les mesures sont effectuées sur des éprouvettes normalisées prélevées dans les matériaux à tester.Les conditions de prélèvement et d’essais sont définies par les normes .

  • 5

    112 Essai de Traction

    Il consiste à imposer un allongement à une éprouvette de section initiale So et de longueurutile Lo. La courbe type obtenue pour un matériau ductile est la suivante:

    σ=F/So

    ε=∆l/lo

    Re

    Re 0,2Rm C

    B

    A

    0,2%

    D

    O

    l l

    Figure 1

    La droite OA correspond à la déformation élastique réversible.

    La courbe AC est le domaine de déformation plastique homogène: si on supprime la force detraction, il y a un retour élastique suivant une parallèle à OA et il reste une déformation permanente.

    Pour CD, la force nécessaire pour déformer le matériau diminue alors que l’allongement continued’augmenter : cette instabilité est appelée instabilité plastique. La striction apparait.En D il y a rupture de l’éprouvette.

    113 Re, Rm, Re 0,2

    Re (MPa) est la limite de proportionnalité ou limite élastique . Elle est bien marquée pourles matériaux ductiles. Re correspond au seuil d’écoulement plastique.

    Rm est la résistance limite à la traction. Cette valeur est utilisée pour estimer la limited’endurance à la fatigue (Figure 1)

    Re est atteinte quand on observe la première chute de l’effort lors de l’essai. En l’absence dece phénomène, quand OA n’est pas rectiligne, on doit utiliser la limite conventionnelle d’élasticitéRe 0,2 qui correspond à un allongement plastique de 0,2% (voir Figure 1).

    Les aciers austénitiques ont une limite élastique plus faible qui conduit en pratique à utiliserRe0,2..

  • 6

    Dans le cas des aciers ferritiques recuits, les interactions carbone - dislocations peuventinduire une anomalie de limite d’élasticité (crochet: voir figure 2).

    σ=F/So

    ε=∆l/l oO

    Courbe de traction avant striction pour des aciers inoxydables

    Austénite

    Ferrite légérement écrouie

    Ferrite recuite

    Figure 2

    114 Courbe réelle ou rationnelle

    Dans la réalité, la section varie à chaque instant et s’éloigne de sa valeur initiale. Il en va demême pour l’allongement relatif réel.

    On peut tracer la courbe de traction vraie, ou rationnelle, qui utilise les sections etdéformations réelles à chaque instant et met en évidence le durcissement du matériau (écrouissage)au cours de la déformation plastique.

    σ

    εn=∆l/loO

    courbe vraie

    courbe brute

    σ=F/S (ε)

    σn=F/S 0

    ε=ln(1+ εn)0,180,2

    0,340,4

    0,470,6

    300MPa

    Figure 3

  • 7

    115 Palier de limite élastique

    La courbe brute de certains matériaux tels le polycarbonate ou l’acier doux recuit montrent àla fin du domaine élastique une chute des contraintes suivie d’un palier qui correspond à unedéformation plastique locale qui se propage sous effort constant.

    σ

    O

    0,4 0,8 1,2

    20

    40

    60

    σp

    fronts de déformationplastique

    σp

    Courbe de traction brute du polycarbonate à 20°Cd'après les référentiels Dunod

    εn

    Figure 4

    116 Influence de la température sur Re et Rm

    Les définitions de Re ou Rm sont conventionnelles car elles dépendent de la section initialede l’éprouvette (surtout Rm), de la qualité de l’extensomètre (Re), de la vitesse de mise en charge etde la température d’essai: ce ne sont pas des contraintes vraies.

    R: N/mm2

    Rm

    Re

    selon le vieillissement

    - 196°C 20°C 250°C 425°C

    température essai (°C)

    Evolution de Re et Rm pour un acier en fonction de la température (selon L’essai de traction - Grumbach-Otua)

    Figure 5

  • 8

    Cette évolution des caractéristiques de résistance aux basses températures sera développéeau paragraphe 5

    117 Effet de masse

    Pour les aciers traités , un effet de masse apparaît. Il se traduit par une diminution descaractéristiques de la surface vers le coeur quand la taille des pièces augmente.

    Le tableau suivant donne les caractéristiques de deux aciers ayant une trempabilité respectivemoyenne et forte (d’après les référentiels Dunod). Les éprouvettes sont prises à 12,5 mm de lasurface.

    35 CD4 35 NCD16

    Dimension du barreau traité (en mm) Re Rm A% Re Rm A%

    d

  • 9

    La valeur de ce dernier, pour les matériaux isotropes , est indépendante de la direction de l’effort.Par contre, pour les matériaux anisotropes , tels les stratifiés, les composites orientés, lesmonocristaux, E varie avec l’orientation.

    E décroît quand la température augmente : environ 10-4 par degré pour les métaux, lescéramiques et les verres. Il varie de façon beaucoup plus importante en fonction de la températuredans le cas des polymères et des composites à matrice organique.

    118-3 Valeur spécifique du module

    Il est intéressant d’utiliser le rapport du module et de la densité du métal. La valeur deE/ρ est la valeur spécifique du module: c’est un indice de performance qui tient compte de ladéformation élastique et de l’allégement.

    Les métaux peuvent être classées en deux catégories

    - aluminium, fer, magnésium, titane (les plus performants)26

  • 10

    transition d’un matériau qui sépare la rupture ductile, à énergie élevée, et la rupture fragile du typeclivage, de faible énergie.Les ruptures ductiles sont fibreuses, tourmentées (déformation plastique); les ruptures fragiles sontplates ou cristallographiques.

    Joules

    50

    -80 0 80 °C

    TD

    Transition fragile/ductile. Acier 18NCD laminé.TD: température moyenne de transition

    Figure 6:

    118-7 La ténacité

    C’est une caractéristique, à la base du concept de tolérance au dommage dans les structures,qui est basée sur la formulation des contraintes et déplacements au voisinage d’une fissure degéométrie connue. Le chargement est statique ou dynamique.Ces conditions déterminent le facteur d’intensité de contraintes K , calculé, qui caractérisel’accroissement des contraintes et des déformations provoqué par la fissure.

    La tenacité , Kc, est déterminée expérimentalement au moyen d’éprouvettes préfissurées. Ellecorrespond à la valeur critique de K pour laquelle se produit une propagation brutale d’une fissurede longueur ac sous une charge Pc.

    Kd est la ténacité dynamique qui correspond à la valeur critique de K sous un choc.

    12 Comportement élastique des matériaux

    Il correspond à de petits déplacements réversibles des atomes autour de leur positiond’équilibre dans le réseau cristallin. Sous l’action d’une force, les atomes s’écartent. Une réactiondue aux forces de liaison tendant à les rapprocher provoque la réaction.

    Pour les matériaux métalliques et les polymères non étirés et non renforcés, lescaractéristiques d’élasticité sont indépendantes de la direction et le comportement élastique estlinéaire.

  • 11

    Ce n’est pas le cas pour les composites ou certains polymères pour lesquels le moduled’Young varie avec l’amplitude de la déformation du fait de l’orientation des chaînesmacromoléculaires: ce comportement correspond à des lois d’élasticité non linéaire.

    13 Comportement plastique

    Lorsque la limite d’élasticité est dépassée, les atomes du réseau cristallin ont changé deplace sous l’action d’un effort de cisaillement.

    La prise en compte des défauts du cristal, notamment des dislocations, est indispensablepour comprendre le comportement plastique.

    Lorsqu’une déformation plastique est provoquée, on constate que la résistance à ladéformation augmente car

    - les dislocations interagissent entre elles

    - de nouvelles dislocations prennent naissance, venant augmenter les interactions

    Cette augmentation de la résistance à la déformation plastique est l’écrouissage .

    Si on relâche l’effort qui a provoqué la plasticité, on constate un retour élastique: le domaineélastique s’étend jusqu’à la contrainte qui était appliquée précédemment, ce qui se traduit par uneaugmentation de la limite élastique.

    Ce phénomène est limité par l’apparition de microcavités qui provoquent une diminution dela section résistante et conduisent à la rupture ductile.

    14 Coefficient de sécurité

    L’aptitude d’une pièce à un usage donné peut se traduire par la relation de sécurité

    S < Li / s

    - S est la valeur maximale admissible des contraintes qui sera définie par la suite.

    - Li est l’une des limites Re, Re0,2 ou Rm.

    - Le coefficient de sécurité s relatif à une limite donnée est toujours supérieur à 1.

    Il traduit l’incertitude liée à la connaissance du matériau, dont certains aspects ont étésoulignés lors des paragraphes précédents, à la détermination des efforts et au calcul descontraintes, aux conséquences résultant de la destruction de la pièce.

    Pour les ouvrages stationnaires et de grandes durées de service, on prend des coefficientsrelativement élevés (2 à 5). Dans l’aviation, les coefficients de sécurité se déterminent à partir de larésistance limite.

  • 12

    On peut mettre s sous la forme suivante pour la traction si les sollicitations et la sectionsont constantes:

    s= αm.αe.αfavec− αm, incertitude sur l’homogénéité du matériau (1.2 pour du laminé, 1.1 pour du moulé)

    − αe, incertitude sur les caractéristiques (1.2 si on a effectué un seul essai de traction, 1 si onprocède selon les normes)

    - αf, incertitude sur les charges appliquées

    Si la section est variable, on voit apparaître le phénomène de concentration de contrainte auvoisinage des raccordements. On doit vérifier que σ

  • 13

    Le diagramme d’équilibre présente deux domaines, fer α + fer γ et fer γ + cémentite quiont en commun un point correspondant à 727°C et 0,77% de C (en poids); un tel alliage subit à727°C une transformation eutectoïde

    Fe γ Fe α + Fe3C

    Les grains de ferrite et cémentite qui se forment sont petits et étroitement liés; ils constituentun agrégat eutectoïde appelé perlite .

    Les conditions dans lesquelles l’austénite se transforme en ferrite sont très importantes pourl’obtention des caractéristiques mécaniques des alliages.

    A 727 °C, si la teneur de l’alliage FE/C est inférieure à 0,77%, l’austénite qui reste setransforme en perlite. A 20°C, l’alliage est constitué de ferrite et de perlite.

    Ses propriétés sont intermédiaires entre

    - la faible résistance due aux gros grains de ferrite

    - la résistance plus élevée de la perlite

    Si la teneur est supérieure à 0,77% de C, l’alliage à température ambiante est constitué deferrite et de cémentite et éventuellement de perlite et de graphite: ses propriétés sont celles de laperlite fragilisée par les carbures.

    Lors du refroidissement dans des conditions industrielles, qui sont hors équilibre car lerefroidissement est trop rapide, le déroulement de ces transformations est perturbé et peut mêmeêtre impossible.

    On utilise alors un diagramme de refroidissement ou de transformation en continu(diagrammes dits TRC) qui décrit les transformations effectuées dans ces conditions.

    L’austénite peut se transformer en un mélange de petits grains de ferrite et de cémentite, labainite .

    Il existe un domaine, au dessus de 310°C pour l’acier, dans lequel l’austénite se transformeen fer α dont la structure est déformée par les atomes de carbone n’ayant pas eu le temps deprécipiter sous forme de carbures: c’est la martensite .

    Elle donne à l’alliage sa dureté mais peut, si C>0,1%, provoquer une fragilisation del’acier. Un revenu redonne une certaine ductilité en faisant précipiter le carbone.

    Les éléments d’alliage modifient les conditions d’équilibre et les états d’équilibre.

    - ils peuvent modifier la température d’apparition de la perlite et l’on distingue

    - les éléments gammagènes qui abaissent cette température (Ni, Mg)

    - les éléments alphagènes qui l’élèvent (Cr, Si, W, Ti, Mo)

  • 14

    - ils peuvent modifier la composition de la perlite par formation de carbures

    - en se substituant à une partie de fer de la cémentite (Mn, Cr, Mo)

    - en formant leurs propres carbures (Ti, niobium Nb, vanadium V) ou des carburesdans lesquels le fer peut partiellement se substituer à ces composants (Cr, Mo, W).

    212 Classement des aciers

    Les aciers ont été classés en fonction de deux critères; la composition et le niveau de qualité.

    Ainsi on distingue les aciers

    - non alliés (360 Mpa, A%>26, C% >0,1 ...

    - aciers désignés à partir de leurs applications et caractéristiques

    - une lettre indique le domaine d’application S, acier de construction, P, acier pour appareilà pression (garantie de limite élastique), E acier de construction mécanique, L acier pour tubes...

    - une valeur de la limite élastique est indiquée

    - d’autres symboles correspondent à des propriétés garanties ou à des conditions defabrication (L, emploi à basse température, Q, trempé et revenu, M, laminage thermomécanique...).

    Ex: S 355 acier de construction, Re> 355 Mpa

  • 15

    - aciers désignés selon la composition

    - aciers non alliés Mn1% ou aciers peu alliés, aucun élément supérieur à 5%: le premierchiffre donne la teneur en C multipliée par 100. Les lettres suivantes donnent les symboleschimiques dans l’ordre des concentrations des principaux éléments. Le ou les chiffres donnent lesteneurs, multipliées par 4 ( Cr, Co, Mg, Mm, Ni, Si, W) ou 10 (Al, Mo, Nb, Pb, Ti, V, Cu) ou100 (N, S, P).

    Ex : 100 Cr 6 (1% de C, 1,5% de chrome) 10 Cr Mo 9 10 ( 0,1% de C, 2,25% de Cr, 1% de Mo)

    - aciers très alliés : ils sont désignés par la lettre X, la teneur en C multipliée par 100 lesprincipaux éléments suivis de leur teneur en %

    Ex: X 6 Cr Ni 18 10 (0,06% de C 18% de chrome et 10% de nickel)

    - aciers rapides : le symbole HSS est suivi des chiffres donnant dans l’ordre les concentrations (en%) en W, MO, V, Co

    Une désignation simplifiée numérique existe également.

    23 Avantages / Inconvénients / Comparaison

    Ces alliages possèdent 2 caractéristiques favorables: leurs propriétés mécaniques sontélevées et leur prix est faible.Par contre, leur densité de l’ordre de 7,8 est élevée et leur résistance à la corrosion est médiocre,sauf pour les aciers inoxydables.

    Les performances mécaniques d’un acier dépendent

    - de la teneur en carbone qui conditionne la valeur de Rm- de sa structure qui dépend de la façon dont l’austénité formée à haute température

    se transforme lors du retour à la température ambiante.

    231 Variations des propriétés en fonction du traitement thermiq ue

    Les propriétés mécaniques peuvent varier largement selon les conditions de réalisation destraitements thermiques (voir aussi paragraphe 117).

  • 16

    Par exemple pour l’acier martensitique 34 Cr Mo 4

    Température de revenu Rm (MPa) A%

    200°C 1800 5,5

    400°C 1500 7

    600°C 1050 13

    232 Comparaison de caractéristiques mécaniques des aciers et de quelquesmatériaux.

    Ce tableau donne des ordres de grandeur indicatifs à 23°C des caractéristiques de divers matériaux.Des données plus complètes sont fournies dans les paragraphes qui suivent.

    Rm (Mpa) Re (Mpa) E (Gpa) ν densité A%

    Acier ordinaire 300/1100 200/900 210 0,3 7,85 >17

    Acier hautescaractéristiques

    1100/1800 1000/1700 210 0,3 7,85

    Aciers inoxydablesausténitiques

    180/240 195 0,3 7,85 40

    Alliages aluminium 200/600 100/500 70 0,34 2,8 5 / 30

    Titane 650 500 110 0,34 4,5 35 / 55

    Composites / fibres

    Rm (Mpa) E (Gpa) densité A%

    Composites C/Ep 1400 130 1,6 Verre/Ep 1400 42 1,9

    Verre R (filamentsdiamètre 3 à 30microns)

    4400 86 2,5

    Carbone (fibres) 2000/7000 200/600 1,8 0,4 / 1,5

  • 17

    Polymères

    Polymères Re (Mpa) E (Gpa) ν densité A%

    Altuglas (PMMA) 60/70 3,2 0,39* 1,18

    Polycarbonate 60/75 2,3 0,38 1,2 60 / 100

    Teflon (PTFE) 20/40 0,75 0,48 2,18 250 / 500

    Nylon (PA 6) 85 / 60** 1,4 / 3,4 0,34 1,14 70 / 200**

    PVC rigide 55 3 1,4 20 / 50

    *0,35 à -20°C, 0,4 à 80°C** humide à saturation

    233 Rapports des prix et poids

    pour une résistance égale à un effort axial (indice 1 pour une tôle en acier) selon les référentiels Dunod

    indice de prix indice de poids

    Acier inox 3,5 0,7

    Alliage Al 4,4 0,5

    Allage Ti 23 0,25

    Céramiques - compression 0,4 6,5

    - traction 31 58

    Plastiques

    - polyester 5 1,6

    - polycarbonate 10 1

    Composites

    - fibres de C 10 0,06

    - fibres de verre 2,5 0,2

  • 18

    234 Aciers/ Aciers spéciaux: caractéristiques et propriétés- soudage

    234 1 caractéristiques

    Re(N/mm2) A%

    Aciers ferrito perlitiques

    - Aciers de construction métallique * NF EN 10113

    235 / 460* 17

    - Aciers pour appareils à pression NF EN 10027 70028

    235 / 460 17

    - Aciers pour emboutissage et pliage à froid NF EN 10130 140 / 200 40 / 28 NF EN 10149 240 / 700 30 / 12

    Aciers martensitiques

    - Aciers de construction mécanique NF EN 10083-1

    290 / 1000 22 / 9

    Aciers inoxydables NF EN 10088

    - martensitiques 400 / 800 10 / 20

    - martensitiques + hypertrempe 520 / 1380 3 / 20

    - ferritiques 240 / 700 25 / 12

    - austenitiques 180 / 240 40- austenitiques + azote 0,1 à 0,2% 270 / 350 35

    - austéno ferritiques 400 / 550 15

    234 2 propriétés

    Le coefficient λ de dilatation linéaire est, entre 0 et 100°C, de l'ordre de 11x10-4 pour les aciersmartensitiques et ferritiques et a pour valeur 15x 10-4 pour les austénitiques.

    La conductibilité thermique (en cal.cm/cm2.s.°C) vaut 0,06 pour une nuance à 12% de chrome etdescend à 0,045 pour 26% de chrome.Le nickel diminue aussi la conductibilité pour les austénitiques (0,04 pour du 18-8, 0,033 pour du25-20).

  • 19

    Les aciers ferritiques et martensitiques sont ferromagnétiques à température ambiante. Lasusceptibilité magnétique décroît avec la température: ils sont considérés comme étant amagnétiquesà basse température.

    Les austénitiques sont paramagnétiques à toute température. Ils sont susceptibles, par écrouissage,de se transformer pour partie en martensite ferromagnétique.

    Les propriétés magnétiques des auténoferritiques dépendent de la proportion de ferrite.

    24 Soudage

    Avec les aciers inoxydables, tous les procédés suivants peuvent être employés: arc avecélectrodes enrobées, sous atmosphère gazeuse (TIG, MIG), bombardement électronique,automatique sous flux, laser, induction. Le brasage est possible en général avec une brasure àl’argent.

    Les aciers ferritiques sont en général soudables sans précaution particulière.

    Les martensitiques sont sensibles à la fissuration car autotrempants: les nuances à C5%).- fissuration à plus de 400°C des cordons martensitiques.

    25 Renseignements pratiques complémentaires

    Le CETIM (Centre technique des industries mécaniques) a développé une méthode de choix desaciers en fonction de la nature des sollicitations et des facteurs métallurgiques.

    CETIM service diffusion 52, Av. Felix Louat 60304 Senlis Tél. : 03 44 67 32 21

    OTUA (Office technique pour l’utilisation de l’acier)Cet organisme professionnel donne des informations sur l’acier, son emploi dans tous lesdomaines, les méthodes de mise en oeuvre. Il publie de nombreux documents, en particulier desdossiers techniques donnant les caractéristiques des principales nuances.

    OTUA 19 Le Parvis La Défense 4 Cedex 35 92072 Paris la Défense Tél. : 01 47 67 86 63

  • 20

    Ouvrages :

    Peyre - Tournier : Le choix des aciers CETIM informations 1981Peyre – Tournier : Choix des traitements thermiques superficiels Coll ‘Matériaux en mécanique’CETIM

    Rabey - Philbert : Bases de choix des aciers de construction mécanique Otua 1973

    Otua - Cetim : Conseils aux mécaniciens pour la préparation et la rédaction des clauses techniquesd’une commande d’aciers de construction Document technique 1981 Otua

    AFNOR Tour Europe Cedex 7 92080 Paris la Défense

    AFNOR Recueil de normes « les produits sidérurgiques » tomes 1 3 5 1988

    Lacombe Baroux Beranger : Les aciers inoxydables Les éditions de physique, Les Ulis 1990

    Les aciers inoxydables Propriétés, mise en oeuvre, emploi Tec et Doc Lavoisier 1990

    Handbook of stainless steels Mc Graw Hill

    Techniques de l’ingénieur - Métallurgie - Mise à jour permanente

    3 Alliages d ’aluminium

    31 Généralités

    L’aluminium est utilisé pour

    - sa faible masse spécifique de 2,7 Kg/dm3

    - sa résistance à la corrosion- sa bonne conductivité thermique de 237 W/m.K- sa faible résistivité électrique 0,026 µΩ.m à 20°C

    Pour un emploi en mécanique, on fait appel à des alliages définis par les critères suivants:

    - l’aluminium est l’élément dominant- la teneur totale en masse des éléments d’alliage dépasse 1% (Fe+Si>1%, Cr, Cu,

    Mg, Mn, Ni, Zn >0,1%)

    Le durcissement est obtenu par écrouissage ou par précipitations de composésintermétalliques formés à partir des éléments d’alliage et réalisées par traitement thermique.

    L’addition de 5% de Si augmente E de 3000N/mm2 . Les valeurs classiques de E et ν sont donnéesau tableau 1.

  • 21

    3 2 Désignation normalisée :rappels

    La normalisation prévoit deux types de désignation basées sur la composition chimique.

    321 Désignation numérique (NF EN 573-1)

    Derrière les quatre lettres EN AW, on trouve quatre chiffres:

    - le premier indique le groupe d’alliage; 1 si Al >99%, 2 Al + Cu, 3 Al + Mn4 Al + Si, 5 Al + Mg, 6 Al + Mg + Si, 7 Al + Zn, 8 Al + autres éléments.

    - le deuxième est égal à 0 s’il s’agit du métal d’origine et peut prendre les valeurs de1 à 9 si l’alliage présente des particularités.

    - les 2 derniers chiffres ont une signification si c’est un aluminium non allié (2premières décimales de la teneur minimale en aluminium). Si on a un alliage, ils servent àdifférencier les nuances d’un même groupe.

    Ex: EN AW-1098 (99,98% d’Al) EN AW-4045 (10% de Si)

    322 Désignation alphanumérique (NF EN 573-2)

    On distingue

    - l’aluminium non allié.La désignation comprend le symbole Al suivi de la teneur minimale du métal (%)

    Ex: EN AW-Al 99,98 (au moins 99,98% d’Al) correspond à EN AW-1098

    - les alliages.Le symbole Al est suivi des symboles des éléments d’alliage puis de la teneur moyenne arrondie en% des éléments.

    Ex: Al Si2 Mn (1,8% de Si, 0,9% de Mn) correspond à EN AW-4015

    Pour une désignation complète, voir les documents de l’AFNOR ou le cours de Y DABIN.

    33 Durcissement

    Il s’effectue

    - par écrouissage: ce sont les alliages des séries 3*** et 5***Comme pour nombre de métaux, l’écrouissage des alliages d’aluminium augmente

    sa dureté, sa limite élastique et la charge de rupture mais diminue le A%.

    - par traitement thermique: séries 2***, 6*** et 7***Le traitement thermique consiste en un chauffage à température suffisamment élevée

    pour permettre la mise en solution totale des éléments d’addition, un refroidissement assez rapidepar trempe à l’eau à 20°C (état de ‘ trempe fraîche ’) et un durcissement par mûrissement (oumaturation ou vieillissement naturel) à température ambiante pendant plusieurs semaines ou unrevenu entre 100 et 200°C de 5 à 24 heures

  • 22

    331 Caractéristiques obtenues

    Re 02 N/mm2 A%

    - écrouissage

    3*** et 5*** écroui 40 / 150 18 / 30

    3*** et 5*** écrouissage important 180 / 400 3 / 5

    3*** et 5*** écrouissage importantet réchauffage de restauration

    140 / 200 5 / 8

    - traitement thermique

    série 2*** trempe et mûrissement 160 / 330 20 / 24

    série 2*** trempe et revenu 300 / 420 10 / 13

    série 6*** trempe et mûrissement 130 / 210 18 / 28

    série 6*** trempe et revenu 200 / 360 10 / 17

    série 7*** trempe et revenu 320 / 620 5 / 12

    Pour certains alliages, un léger écrouissage augmentant les caractéristiques est fait entre latrempe et le revenu: ainsi l’alliage 2024 passe de 370 à 430 N/mm2 avec un écrouissageintermédiaire de 2%.

    34 Etats métallurgiques

    La norme NF EN 515 définit la désignation des états métallurgiques

    - état recuit : symbole O- état écroui : symbole H- état obtenus par traitement thermiques T (avec de nombreuses variantes)

    35 Influence de la température

    A chaud, on utilise surtout les alliages de la série 2*** (jusqu’à 250°C). A 150°C, Re estdivisé par 2.

    Les alliages d’aluminium à basse température ne présentent pas de risque de rupture fragile.La résistance et le A% augmentent : pour la série 5***, la limite d’élasticité augmente de 15 à 20%de 20 à -196°C et l’allongement à la rupture, pour la même variation des températures, augmente de50% (voir paragraphe 4).

  • 23

    36 Soudage

    Le soudage peut être employé avec les séries 1***, 3***, 4***, 5***, 6*** et sur certainsalliages de la série 7***.Il demande une absence d’oxygène. Les procédés TIG, MIG, plasma, laser et faisceau d’électronspeuvent être utilisés. Le produit d’apport choisi doit éviter les risques de fissuration à chaud.Le brasage sous flux est réservé aux séries 1***, 3***, 5*** et à quelques alliages de la série6***.

    37 Renseignements pratiques complémentaires

    Chambre syndicale de l’aluminium et de ses alliages 30 av de Messine 75008 Paris Tél. : 01 45 63 02 66

    Institut français des technologies de l’aluminium (institut de formation)Tour Manhattan Cedex 21 92087 Paris la Défense Tél. : 01 46 91 40 13

    Aluminium PechineyImmeuble Balzac 92048 Paris la Défense Cedex Tél. : 01 46 91 46 91

    Pechiney RhénaluTour Manhattan 92087 Paris la Défense Cedex Tél. : 01 46 91 46 67

    Alusuisse France 89600 Saint Florentin Tél.: 03 86 43 56 00

    SoftalTour Manhattan 92087 Paris la Défense Cedex Tél. : 01 46 91 52 01

    Guide de l’acheteur:Aluminium Métaux non ferreux Répertoire des fournisseursEditions SIRPE 76, rue de Rivoli 75004 Paris Tél. : 01 42 74 40 48

    4 Matériaux polymères

    41 Généralités

    Un polymère est un enchaînement de groupes organiques identiques appelés monomères.Un monomère est une suite d’atomes de carbone liés entre-eux et avec d’autres éléments (H, N,Si, Cl...).On distingue les homopolymères , répétition d’une unique structure moléculaire et lescopolymères , répétition de plusieurs structures différentes.

    Ils sont classées en deux catégories: les thermoplastiques et les thermodurcissables.

  • 24

    411 Les thermoplastiques :

    Les thermoplastiques sont constitués de chaînes ramifiées, ont un point de fusion etcomportent deux classes: les amorphes, sans ordre moléculaire, et les cristallins. Le changementd’état solide/liquide ou pâteux peut se faire plusieurs fois avec une perte de caractéristiques àchaque cycle.

    Les amorphes n’ont pas d’ordre apparent (structure semblable à un liquide) et pas detempérature de fusion précise mais présentent une phase de ramollissement. Ils sont caractériséspar un faible retrait, une tenue au choc, une tenue dimensionnelle et une résistance au fluage. LesPS, ABS, PMMA, PC, PSU, PVC ..(voir la signification des abréviations au paragraphe 46) sontdes amorphes.

    Les cristallins ont une structure ordonnée dans une matrice amorphe. Le taux decristallinité donne l’importance de la structure cristalline dans l’ensemble de la matière. Ce tauxdépend de la matière et du refroidissement lors du moulage. Ils ont une bonne tenue à la fatigue, unfaible coefficient de frottement, une bonne tenue chimique.On peut noter, parmi les cristallins, les PE, PET, PBT, PA, POM, PTFE...

    Des alliages de thermoplastiques sont développés par les sociétés: ABS/PC,Acétal/élastomère, polyamide/élastomère, PBT/PET, PET/élastomère, PC/polyester, ABS/PA,ABS/PC ...

    411 Les thermodurcissables :

    Les thermodurcissables ont leurs macromolécules orientées dans l’espace dans les troisdirections. Il n’y a pas de point de fusion.Le moulage est obtenu à l’aide d’un agent réticulant, d’un catalyseur ou d’un durcisseur. Engénéral, ils sont plus rigides que les thermoplastiques, résistent mieux au fluage et se prêtent aumoulage de grandes pièces avec des fibres courtes, longues ou tissées.Les principales familles sont les polyester, les phénoliques, les époxydes, les aminoplastes.

    42 Avantages et limites

    Les avantages sont- une bonne résistance aux agents chimiques- une mise en forme facile- une densité faible

    Les limites principales sont les suivantes:- des propriétés mécaniques faibles, sauf pour les composites à matrice organique- une limitation de l’utilisation à une température limitée (100 à 200°C)

    43 Caractéristiques

    On distingue les polymères de grande diffusion (PVC, PMMA, Plyuréthane, résinesthermodurcissables, styrènes et polyoléfines..) et les polymères techniques ou de spécialité quipossèdent de meilleures qualités (polyamides, PC, polyacétals, polyimides, alliages de polymèreset polymères renforcés de fibres..).

  • 25

    Les caractéristiques des polymères découlent de leur structure atomique et notamment del’existence de chaînes réticulées.

    Certaines familles de polymères présentent à la fois les caractéristiques desthermodurcissables et des thermoplastiques, comme le polyuréthane ou le polyimide.

    La densité est globalement comprise entre 0,9 et 2 pour les thermoplastiques et 1,1 et 2pour les thermodurcissables, leur résistance à la traction (Mpa), entre 20 et 800 (composites/fibreslongues), leur module (Gpa) entre 1 et 100 (UD HM).Leur prix massique est élevé (10 F/Kg pour les PP - PVC à plus de 100 F/Kg pour les PEEK -EP/carbone).

    Les caractéristiques des polymères se dégradent quand la température s’élève. Il existe une,ou des températures de transition de phase qui correspondent à des changements d’arrangementmoléculaire: les caractéristiques sont alors sensiblement modifiées.

    100 150 200 250°C

    10-2

    1

    102

    TgE Mpa

    atactique (réticulé)

    isotactique (cristallisé)

    atactique (non réticulé)

    Tg: température de transition vitreuse pour laquelle la viscoélasticité décroît fortementréticulation: polymérisation en blocs 3 dimensions augmentant la rigidité

    Figure 6: E du polystyrène en fonction de la température

    Pour les applications à haute température ( température en service continu >150°C), on choisitsouvent les thermoplastiques cristallins (PPS, PEEK, PEK..) ou amorphes (PES, PEI..)

    La température d’utilisation continue des PES est de 190°C.Elle est de 180°C pour les PEI.

    Pour les matériaux cristallins- Les PPS ont une température de fusion de 275°C. Les températures de transition sont de

    112, 263 et 180°C.- Les PEEK fondent à 334°C et les transitions se passent à 142, 315 et 250°C.- Les PEK fondent à 365°C et les transitions sont à 156 et 357°C.

    Outre le problème de la température, certains polymères vieillissent sous l’action des UV parrupture des liaisons C=O, C=C, C-H, O-H, en atmosphère avec O2 ou O3 par attaque lente

  • 26

    (fragilisation) ou interaction avec des solvants organiques, chlorés ou oxygénés, en milieu aqueux.Au froid, ils se rigidifient (voir paragraphe 5).Des fissurations sous contrainte ou en présence de solvants (PMMA, polystyrène, PPO, PSU)peuvent apparaître.

    Nous allons essentiellement donner les caractéristiques des principaux polymères techniques et despécialité: les polyesters, polyamides, polycarbonates, polyacétals, polyphénylène, polyimides(kapton).Les alliages de polymères et les polymères renforcés de fibrilles (fibres

  • 27

    Les propriétés sont données au tableau suivant

    Propriétés des polyesters :

    Propriétés Unités PET PET PET PBT PBTamorphe orienté cristallin +30% FV

    masse volumique g/cm3 1,3 1,39 1,31 1,66

    contrainte au seuilécoulement

    Mpa 80 200 250 60 52 120

    A% % 3 300 5 10 90 5 250 2 3

    E Mpa 2000 6000 9000 2500 2700 9000

    Résistance chocIzod entaillé

    KJ/m2 20 5 6

    T fusion °C 255 255 255 225 225

    Tg °C 73 73 73 60 60

    T fragilisation °C - 40 - 40

    T résistancecontinu

    °C 70 100 100 100 200 145 190

    Retrait % 0,1 1 2 1,5 2

    Conductibilité W/m.K 0,3 0,21 0,24

    B) Applications

    Automobile: PET alternateurs, ventilateurs, poignées - PBT phares, éléments d’allumageElectroménager: PBT poignées, boutonsConstruction électrique: petites pièces précises de grande stabilité dimensionnelle; barrettes, brochesde connexion

    C) Commercialisation (selon les producteurs: voir 46, documentation)

    PET: Amite, Mylar, Rhodester, Hostadur, Melinex de chez Akzo, DuPont, Rhône Poulenc,Hoechst, ICIPBT: Deroton, Pocan, Tenite, Ptmt, Ultradur, Vestodur, Hostadur de ICI, Bayer, Eastman,Dynamit, Basf, Hüls.

    432 Polyamides

    Ce sont des polymères amorphes ou, pour la plupart d’entre-eux, semi-cristallins dont laformule chimique a :

  • 28

    - un seul groupement amide -(CO-NH)- qui se répète; ainsi avec 6 carbones, on a le PA6.On aura de même le PA11 ou le PA12

    - deux groupements qui sont présents dans la répétition (PA6,6, PA4,6, PA 6-10 ou 6-12)Il y a des copolymères (ex: PA6-66) où les proportions du mélange conditionnent lescaractéristiques mécaniques. Certains de ces copolymères servent de colles thermofusibles.Il existe des alliages avec des élastomères pour augmenter la résistance aux chocs.

    La mise en oeuvre se fait essentiellement par injection. L’extrusion donne des feuilles ou des tubes.Le collage se fait à l’aide de solvants ou de vernis adhésifs.Le soudage par ultrasons convient bien aux PA. Les méthodes par frottement ou infrarouges sontutilisables.

    A) Propriétés d’usage

    La fonction amide est hydrophile : la reprise d’eau provoque une baisse de la température detransition vitreuse, donc une diminution de la fragilité, une diminution forte du module et affecte lastabilité dimensionnelle.Aussi, les propriétés mécaniques sont données le plus souvent à sec et après 24 heures à 23°C dansune atmosphère de 50% d’humidité relative (HR).

    On classe les polyamides en fonction de leurs propriétés mécaniques et physiques

    - stabilité dimens ionnelle : mauvaise pour les PA à forte teneur en groupes amides PA6, 46,66, 610, 612.Ce sont des semi-cristallins translucides à opaques de densité 1,13 g/cm3

    La reprise en eau de ces PA abaisse le Tg. Les caractéristiques mécaniques sont données pour deséprouvettes à 23°C à sec et pour 50% d’humidité relative (HR 50). La prise d’eau augmente levolume (PA non chargé: 1% d’eau en masse augmente le volume de 0,9%). Les PA610 et 612 ontune meilleure constance des propriétés en atmosphère humide.La résistance aux rayonnements ionisants est très moyenne. Les formules chargées en fibres deverre résistent mieux ( 20 à 30 Mrad).

    On obtient une bonne stabilité dimensionnelle pour les PA11 et 12 qui ont des propriétés voisinesLes caractéristiques de ces deux PA ne présentant pas de défaut marqué: bonne stabilité entempérature, résistance au fluage et à la pression, bonne résistance chimique, à la fissuration souscontrainte, aux chocs à basse température, coefficient de friction faible et résistance à l’abrasionélevée.La masse volumique (1,02) et la reprise d’eau sont les plus faibles des PA. Ils sont isolants etpeuvent être antistatiques. La résistance à la corrosion électrolytique est excellente. Le coefficient depoisson est 0,41.Les rayonnements ionisants ont une action faible (10 Mrad pour une épaisseur de 0,1 mm, 40 Mradpour une gaine épaisse)Il existe des tissus de fibre de verre imprégnés de PA12 (Vestopreg de Hûls).

    - renforcés au choc par alliage avec des phases élastomères (PA 6, 66, 11, 12..).

    - tenue en température : PA semi-aromatiques ayant une température de fusion ou detransition vitreuse plus élevées que les PA précédents: PA6-6T, PPA, MXD6, 6T/X.Ils sont semi-cristallins et l’un de leurs éléments est une molécule aromatique. Ils sont normalementlivrés chargés de fibres de verre ou de charges minérales. La masse volumique dépend de la charge.Tg et le point de fusion n’en dépendent pas. Les caractéristiques mécaniques dépendent del’humidité.Les variations dimensionnelles des produits chargés (dues au fluage, à l’humidité, pour un même% de charge) sont plus faibles que pour les PA aliphatiques.

  • 29

    Le PPA existe en qualité choc. Les PPA ont des propriétés autoextinguibles.

    Il existe des PA transparents qui sont des polymères amorphes contenant des élémentsaromatiques tels le PA 63T (T: acide téréphtalique) ou qui sont mélangés avec des PA semicristallins ayant comme désignation TRG (les trogramid) ou GRL (grilamid).Ces matériaux ont de bonnes propriétés mécaniques et résistent beaucoup mieux que les PAamorphes aux agressions chimiques. Le Tg dépend de la composition et peut atteindre 200°C.E et la contrainte sont peu affectés par l’immersion dans l’eau: ils sont utilisés dans les installationshydrauliques transparentes.

    Les PEBA (Polyéther bloc amides) sont des thermoplastiques dans lesquels les PAcristallisent et forment des zones dures empêchant le fluage du polyéther. Ils couvrent un domainetrès grand de dureté. Leurs propriétés mécaniques sont données en fonction de la dureté. Cettedureté diminue de 30 points shore D entre -60 et 80°C.

    La résistance chimique est meilleure pour les duretés élevées.La densité est faible. La reprise d’humidité dépend des types de zones de PA et PE.Les PEBA ont une résistance superficielle de 1013Ω.La rigidité électrique va de 25 à 35 kV/mm.La température d’utilisation doit être > -60°C (Tg du PE).

    Les propriétés mécaniques des différents PA sont données ci - dessous

    Propriétés des polyamides sans charges ni renforts : (valeurs à sec / HR 50)

    Propriétés Unités PA6 6 66 66 6/66basse viscosité haute viscosité basse viscosité haute viscosité

    masse volumique g/cm3 1,13 1,13 1,13 1,13 1,13

    contrainte auseuil écoulement

    Mpa 85 40 90 45 85 50 80 45

    A% à 23°C % 4,5 20 4 20 5 20 > 50

    E traction Mpa 3200 1000 32020 1100 3000 1100 3200 1600 3200 1100

    Résistance chocizod à 23°C

    KJ/m2 5,5 7,5/ 10 5,5/ nr 6/ nr 6/ nr

    T fusion °C 222 260 218

    nr: pas de rupture

  • 30

    Propriétés Unités 66 / 6 11 612 PEBA Dureté shore D42 55 69

    masse volumique g/cm3 1,13 1,04 1,06 1,01 1,01 1,02

    contrainte: au seuil Mpa 85 45 47 42 rupture traction Mpa 140 75 36 44 52

    A% à 23°C % 4 20 280 230 4 6,5 450 500 420 - 40°C 40

    E traction Mpa 3200 1100 1800 2700 1750 50 145

    Résistance choc izod à 23°C

    KJ/m2 6 nr nr 4 6 nr nr

    à - 30°C 6 5 4,3

    T fusion °C 243 160 218 120 à 210 °C

    nr: pas de rupture

    Propriétés des polyamides chargés FV :

    Propriétés Unités PA6 18% 6 50% 66 20% 66 50% 66/6 20%

    masse volumique g/cm3 1,24 1,56 1,29 1,57 1,29

    contrainterupture

    Mpa 140 75 225 150 145 100 250 170 140 85

    A% à 23°C % 4 6,5 2 3 4 5 2 2,5 4 8

    E traction Mpa 7300 5300 16000 12500 7000 4500

    Résistance choc KJ/m2 8 16 17 29 7 13 14 18 8 15

    Propriétés physiques des polyamides semi - aromatiques non chargés:

    Propriétés Unités MXD 6 PPA 6 6T 6T X

    masse volumique g/cm3 1,14 1,12 1,18 1,18

    fusion °C 236 312 298 260 à 330

    Tg à sec °C 90 135 100 à 100% HR °C 40

  • 31

    Propriétés de polyamides semi - aromatiques chargés:

    Propriétés Unités MXD 6 PPA PA6 6T PA 6T X

    charge FV % 50 45 35 50

    masse volumique g/cm3 1,64 1,56 1,44 1,64

    reprise eau % 1,55 0,12 1 1

    Contrainterupture traction

    Mpa 190 225 200 240

    A% à 23°C % 1,8 2 3 2

    E traction Gpa 17 3,5 18,5 flexion 17 14,5

    Résistance chocizod à 23°C

    KJ/m2 100 100 180

    B) Applications

    Elles dépendent de la formulation des produits (plastifié, chargé, renforcé, ignifugé, antistatique,anti UV)Automobile: pales, capotages, enjoliveurs, poignées, grilles, mécanismes de sièges...Industrie: engrenages, capotages, connecteurs..Bâtiment: chevilles de fixation, pieds de sièges.Sport: semelles, raquettes de tennis, selles de bicyclette, jantes de roues de vélo..Agriculture: réservoirs, irrigation..Alimentaire, médical: gaines, emballages, films, seringues, prothèses articulaires..Aéronautique: flexibles, réservoirs d’huile, profilés intérieurs (non feu).

    C) Commercialisation

    Les principaux producteurs sont EMS, DuPont, DSM, BASF, Nyltech, Hüls.Les principaux produits ont pour désignation:- PA6: Grilon, Minlon, Ultramid, Zytel- PA66: Grilon T, Minlon, Technil A, Ultramid A, Zytel- PA 6/66: Technyl B, Ultramid C- PA 610 Ultramid S- Pa 612 Vestamid D, ZytelPour le PA12, ce sont le Rilsan, Vestamid, Grilamid d’Elf Atochem, Hüls , EMS.Le PPA est diffusé sous la marque Amodel (Amoco), le PA 6 6T est l’Ultramid (BASF) et le 6T Xest le Grivory d’EMS.Les PEBA se trouvent sous les marques Pebax d’Elf et Vestamid de Hûls.

  • 32

    433 Polycarbonates

    Le PC -polycarbonate- est un polyester de l’acide carbonique. C’est un polymère amorphe,dur, à haut poids moléculaire. I l est livré en standard ou renforcé de fibres de verre.

    A) Propriétés d’usage

    Ils présentent une rigidité et une dureté élevées, une très bonne tenue aux chocs et une grandetenacité E (>2300 Mpa) varie peu avec la température. Sa reprise en humidité est très faible. Sarésistance à l’abrasion est inférieure à celle des PA.

    La plage d’utilisation va de -150 à 135°C. Il existe des PC hautes températures qui sont descopolyesters (biphénols) diffusés par Bayer (KU1-9331, 9351, 9357, 9371).C’est un très bon isolant thermique qui possède de bonnes propriétés diélectriques. Il se chargeélectrostatiquement: ceci peut être évité par un lavage avec des lessives.

    Ils sont extrudés ou obtenus par moulage/injection. Ils se collent et se soudent facilement etpermettent de concevoir des assemblages par clipsage.

    Le tableau qui suit donne les caractéristiques des PC.

    Propriétés des polycarbonates :

    Propriétés Unités PC PC PC PC PCinjection transparent 20% FV 30% FV 40% FV

    masse volumique g/cm3 1,2 1,24 1,35 1,43 1,52

    transmission lumière % 88 88

    contrainte auseuil écoulement

    Mpa 63 60

    rupture à 23°C Mpa 67 67 100 140 160

    A% à 23°C % 110 110 4 4 4

    E Mpa 2400 2400 5600 6700 9800

    Résistance choc J/m 640 105 107

    T fusion °C 230 250

    Tg °C 150 150 150 150 150

    T fragilisation °C - 25 - 25

    T résistance continu °C 115 125 110 125 120 130 120 130 120 130

    Retrait % 0,5 0,7 0,4 0,6 0,2 0,5 0,2 0,3 0,1 0,3

    Conductibilité W/m.K 0,2 0,2 0,21 0,21 0,22

    coeff dilatation °C -1 6,7x10-5 6,6x10-5 2,7x10-5 2 à 2,5x10-5 1,7x10-5

  • 33

    B) Applications

    Elles sont nombreuses: construction, pharmacie et médical, matériel de protection, automobile,électronique, cinéma, bureau, éclairage, décoration...

    C) Commercialisation

    Les principales marques sont: Makrolon, Lexan, Sinvet, Calibre de Bayer, GE plastics, Enichem etDow chemical.

    434 Polyacétals

    Les polyacétals -POM- sont des thermoplastiques cristallins. Ils peuvent être deshomopolymères ou des copolymères injectés ou extrudés et sont stabilisés contre l’action des UV.Il existe des POM chargés en téflon (PTFE) ou en bisulfure de molybdène pour abaisser lecoefficient de frottement. Ils peuvent être chargés en poudres, en billes de verre pour obtenir unedureté plus élevée, ou en fibres de verre pour une meilleure rigidité et tenue à température élevée.Des nuances renforcées aux chocs existent.

    A) Propriétés d’usage

    Les POM sont très cristallins. Ils sont opaques et absorbent peu l’humidité. Leur intervalle defusion est étroit. Le coefficient de dilatation à température ambiante est 8 fois celui des métaux.Par rapport aux polyamides, ils sont plus rigides entre 50 et 120°C. La tenue au fluage est bonne.Le coefficient de poisson est de 0,35.La dureté à la bille (ISO 2039) décroît linéairement de 200 à 60 Mpa entre -20 et 120°C.Les propriétés électriques sont bonnes.

    Le tableau suivant donne les caractéristiques des POM.

    Propriétés des polyacétals :

    Propriétés Unités Homopo- Homopoly- Copoly- Copoly- Copoly-lymère mère choc mère mère Choc mère FV

    masse volumique g/cm3 1,42

    contrainte au seuilécoulement

    Mpa 71 58 62 35

    A% au seuil % 8 25 30 8,5 10 14

    E Gpa 3 2,6 1,5 7

    Résistance choc Izodentaillé

    KJ/m2 5 12 80 7 20 4,5

    T fléchissement souscharge à 1,8 MPa

    °C 110 70 100 55 75 160

  • 34

    B) Applications

    L’automobile: bouchons, essuie glaces, valves, charnières, pales..Mécanique: engrenages, paliers et camesLes loisirs, la manutention (tapis, palettes, chaînons, convoyeurs), la plomberie (robinets, valves,lavabos, filtres..) constituent d’autres domaines d’application.

    C) Commercialisation

    Homopolymères: Delrin de DuPontCopolymères: Ultraform de BASF, Hostraform, Kematal de Hoechst

    435 Polyphénylènes

    Les PPO sont livrés en standard modifié avec le PS choc, le polymère pur étant impossibleà mettre en oeuvre, renforcés par des fibres de verre, ou ignifugés Le PPO modifié est amorphe etnon transparent..Ils sont mis en oeuvre par moulage-injection, extrusion ou thermoformage.

    A) Propriétés d’usage

    Les PPO absorbent peu l’eau.Ils possèdent une excellente tenue en température et stabilité dimensionnelle entre -40° et 120°C.Les propriétés électriques sont bonnes, ainsi que les propriétés mécaniques: E est élevé, larésistance au fluage est excellente et la résistance au choc est bonne. Le coefficient de frottement estélevé (0,4).Le PPO peut être soudé par ultrasons ou par friction. Il peut être collé dans de bonnes conditionsavec de l’époxy.

    Le tableau suivant donne les caractéristiques des PPO.

    Propriétés des polyphénylènes :

    Propriétés Unités PPO PPO 30% FV

    masse volumique g/cm3 1,06 1,27

    contrainte auseuil écoulement

    Mpa 55 120

    A% seuil / rupture % 7 / 50 - / 3

    E Mpa 2500 9000

    Résistance choc J/m 200 80

    T fusion °C 280 310 280 310

    Tg °C 210 210T résistance continu °C 90

    Retrait % 0,5 0,7 0 0,4

  • 35

    B) Applications

    Industries électriques, électronique: interrupteurs, boîtiers, contacteurs..Electroménager: calandres, armatures, récipients..

    C) Commercialisation

    La marque est le Noryl de GE

    436 Polyimides

    Ces polymères sont classés selon deux types et appartiennent à la catégorie des polymèresrésistant à haute température.Nous connaissons en particulier le film Kapton , de type 1, le plus ancien.Ce type (PI) est obtenu par frittage d’une poudre sous pression et à température élevée. Il n’est paspossible de le modifier ensuite, les températures de ramollissement et de décomposition étantproches.Le type 2, plus récent, inventé par la NASA, est un thermoplastique qui se transforme par injectionou extrusion. Depuis les années 80, une société japonaise en possède la licence.

    A1) Propriétés d’usage types 1 – 2

    Le type 1 est amorphe même si pour le cas du film, une certaine cristallinité se produit lors del’étirage. Le PI non chargé a une densité de 1,43 g/cm3.

    Le coefficient de poisson est de 0,41.Le coefficient de dilatation est, de 20 à 260°C, de 30 à 50 10-6 selon le matériau (norme ASTM D696)Après immersion à 23°C, l’absorption d’eau est de 0,2%.Le taux de dégazage est faible au dessous de 260°C pour un produit desséché (10-10 g/cm2.s)Le PI a

    - une bonne stabilité dimensionnelle et une résistance au fluage- un domaine d’utilisation allant de le cryogénie à 480°C (290°C en continu)- une bonne résilience (43 J/m sur éprouvette entaillée: norme ASTM D 256)- une résistance à l’usure, une conformabilité assurant l’étanchéité sans déformation

    permanenteSous radiation, il y a perte

  • 36

    Le tableau ci-dessous donne les caractéristiques des PI.

    Propriétés des polyimides type 1 :

    Propriétés Unités 23°C 260°C

    Résistance en traction Mpa 86 41,5

    flexion Mpa 110 62

    A% rupture % 7,5 6

    E Mpa 3100 1700

    Masse volumique g/cm3 1,43

    Conductivité à 40°C W/m.K 0,35

    T fléchissementcharge de 2 MPa

    °C 360

    Le type 2 (New TPI)Il est semi-cristallin, sauf pour les pièces moulées qui sont recuites pour avoir une cristallinité allantjusqu’à 45%. Il peut être standard ou chargé.Les qualités chargées le sont

    - par des fibres de verre (FV 30% pour module élevé ou usages électriques)- par fibres de carbone (FC 30%: résistance mécanique élevée, peu abrasif)- par du graphite G ou des fibres aramide (A 40%: faible coefficient de friction, peu abrasif)- par des polymères fluorés F, pour un faible coefficient de friction

    Pour ce matériau, la résistance chimique, la tenue en température et le module sont meilleurs.Il a une densité de 1,33 g/cm3. non chargé. L’absorption d’eau est de 0,24% pour le non chargé et< 0,1 pour les chargés (en 24 h à 23°C et 60% d’humidité relative).La résistance aux γ et aux électrons est excellente (12000 Mrad).La mise en oeuvre est obtenue par moulage/injection, extrusion.

  • 37

    Propriétés des polyimides type 2 :

    Propriétés Unités PI PI PI PI PI

    non chargé 30% FC 20% F 25%G 40%G

    masse volumique g/cm3 1,33

    contrainte Mpa 94 233 73 59 92

    A% % 90 2 6 6 2

    E 23°C Mpa 3000

    Résistance choc J/m 90 110 140 60 60

    Tg °C 250

    T fusion °C 388

    T flexion sous 1,8 MPa °C 238

    B) Applications

    type 1- paliers, coussinets, joints, sièges de vannes, segments de pistons, engrenages, pièces de moteursde transmission, déflecteurs de torches à plasmatype 2- pièces mécaniques de précision, industrie électrique et électronique, gainage de câbles- automobile- films et fibres, matrice de composites

    D) Commercialisation

    type 1La marque est Vespel SP-1, 3, 21, 22, 211 DuPonttype 2Ce sont de vrais thermoplastiques fournis en 3 qualités (haute, basse fluidité et standard). Lamarque est Aurum.( Mitsui Toatsu Chemicals)

    A2) Propriétés des films

    La base chimique est du type 1. L’épaisseur va de 25 à 125 µm. En plus des polyimides, on trouvedes sandwichs en résine fluorée PEP/PI/FEP.

    Les films sont des produits amorphes, translucides de couleur ambrée. L’indice de réfraction est1,78. La masse volumique est 1,42 g/cm3. La chaleur spécifique est 1090 J/ kg.K

    Ils ne fondent pas. La température de transition vitreuse est mal définie et varie entre 360 et 410°C.On peut les utiliser de 4°K à 400°C. La conductivité thermique varie de 0,15 à 0,19 W/ m.K entre23 et 300°C.

  • 38

    Le retrait résiduel est de 0,3% à 250°C et, selon l’épaisseur, de 1,5 à 3,5 % à 400°C. La valeur ducoefficient de dilatation a ensuite pour valeur 20 10-6 à température ambiante.

    L’absorption d’eau est de 2,9% après immersion de 24 H. A 23°C, et avec 50% HR, elle est de1,3%.

    Le coefficient de poisson est de 0,4. L’endurance au pliage est de 10000 cycles (norme ASTM D2176 63 T.La résistance à la traction est indépendante de l’épaisseur et du sens. Elle atteint 165 Mpa à 23°C.L’allongement est de 70%. Après 1000 h à 300°C, la résistance passe à 125 Mpa et l’allongement à20%.

    La résistance aux radiations est très bonne.Les caractéristiques électriques dépendent de l’épaisseur du film.La température et la fréquence modifient ces valeurs: la résistivité passe ainsi de 1016 à 1010 Ωmentre 0 et 300°C.

    Le tableau qui suit donne des caractéristiques mécaniques des films entre -196 et 200°C.

    Propriétés des films standard (entre -195°C et 200°C) :

    Température -196 23 200Unités

    Résistance ruptureen traction

    Mpa 240 172 117

    A% rupture % 2 70 90

    E Gpa 3,6 3 1,86

    B) Applications

    Ce sont les isolants avec un domaine en température étendu: rubans pour câbles, supports decircuits imprimés souples, isolants de transformateurs, protection en milieu agressif ou ionisant...

    D) Commercialisation

    Ils sont produits sous la marque Kapton. H, V ou F (DuPont)

    44 Vieillissement sous radiations

    Quelques indications ont été données dans les paragraphes qui précèdent. Rappelons d’abord que lerad (rd) est l’absorption d’une énergie de 0,01 J sous forme de rayonnement pour un élément de1 kg.Les polymères se dégradent ou se réticulent sous l’effet des rayonnements selon leurs structuresmoléculaires. Les structures linéaires se réticulent (polystyrène..) alors que les structures ramifiées(époxy, PC..) se dégradent.La présence de noyaux benzéniques améliore la tenue aux radiations.

  • 39

    - la réticulation produit des ponts entre les chaînes linéaires conduisant à des structurestridimensionnelles du type thermodurcissable. Le poids moléculaire augmente fortement et lethermoplastique ne fond plus à sa température normale et peut être insoluble dans ses solvantshabituels.

    - la dégradation provoque des ruptures de chaînes et le poids moléculaire diminue.

    La présence d’oxygène accélère la dégradation par formation de groupements peroxydiques.A partir de 5 Mrd, la dégradation des polymères est notable.

    Les polystyrènes, époxydes et polyimides sont les plus résistants.

    Pour le polystyrène, qui se colore en jaune à faible dose, la tenue mécanique est conservée jusqu’àplus de 20 Mrd. Son irradiation dans le vide crée un matériau insoluble à structuretridimensionnelle.Le polystyrène choc perd la moitié de sa tenue au choc à 230 Mrd.

    Le polycarbonate se rigidifie jusqu’à 2 Mrd puis ses propriétés mécaniques diminuent rapidement àpartir de 10 Mrd.

    Les époxydes se dégradent à partir de 100 Mrd.

    Les propriétés électriques augmentent à faible dose, sont maximales pour quelques Mrd puisdiminuent.

    45 Critères de sélection

    Il est nécessaire de choisir le matériau et de déterminer parallèlement sa mise en oeuvre cardes différences importantes de caractéristiques peuvent apparaître.Voici une liste récapitulative de fonctions et les matériaux qui y sont généralement associés (d’aprèsConception de pièces mécaniques en plastique - CETIM).

    Structure mécanique - primaire: pompes, transmissions, hélices, châssis..Acétal, polyamide, PC, Polyamide-imide, polyester, PEEK, polyimide, PPS, polysulfone,composites renforcés..- secondaire: capotages...ABS, PMMA, polyéthylène, polypropylène, PC, polyamide, PPO, PVC, polystyrène, compositesrenforcés..Pièces de grande dimensionABS, PPO, polycarbonate, polyester (PET, PBT), polystyrène, polyuréthane, polyéthylène (hautedensité), polypropylène, composite renforcé..OptiquePMMA, PC, polystyrène, polysulfone, polyéthersulfone, PET, certains époxydes et polyesters...Pièces frottantes Acétal, polyamide, polyimide, polyuréthane, polyéthylène, fluorés..Facilement usinables Acétal, polyamide, PC, PMMA, cellulosiquesPièces soudables PVC, polyéthylène, polypropylène et les thermoplastiquesTenue thermomécaniquepolyfluorés, polyimides, PEEK, PPS..

  • 40

    Tenue aux chocsPolyuréthane, PC, polyéthylène basse densité, polyamide..Imperméabilité aux gazVinyliques, PET, fluorés.FilmsPolyéthylène, polypropylène, polyimide, polyamide, PC, PVC, cellulosiques, fluorés,styréniques.

    46 Renseignements pratiques complémentaires

    Ouvrages : CETIM:Guide des matières plastiques en mécaniqueLes matériaux compositesConception de pièces mécaniques en plastique et composite

    Afnor:Précis de matières plastiques

    éd ENSAM Paris, J VerduVieillissement des polymères

    Documentation :La liste des marques et des distributeurs est disponible (annuaires France plastiques et Francecomposites) au CEPP, 25 rue Dagorno Paris 75012 Tel: 01 43 47 30 20

    Plastiques techniques; calcul, conception, applications HoechstGuide de sélection Rhône PoulencFiches techniques: Elf-Atochem, Total-Cray Valley, Bayer, Basf, Huls..Informations techniques: Du Pont

    Abréviations ABS: acrylonitrile butadiène styrèneCA acétate de celluloseCN nitrate de cellulosePA 6, 66.. polyamide 6, 6.6..PAI polyamideimidePC polycarbonatePebd, Pehd polyéthylène basse, haute densitéPAEK, PEEK, PEK.. polyaryléthercétone

    (P E K )PES polyéther sulfonePI polyimidePIB polyisobutylènePMMA polymétacrylate de méthylePOM polyoxyméthylènePP polypropylènePPO oxyde de polyphénylènePPE oxyde de polyphénylétherPPS polysulfure de phénylènePS polystyrènePSU polysulfonePTFE polytétrafluoréthylènePU polyuréthane

  • 41

    PVC polychlorure de vinyleSAN styrène acrylonitrileSB polystyrène chocSI silicone

    5 Utilisation aux basses températures

    Un petit nombre de matériaux est utilisable pour la construction de structures cryogéniques.

    Les alliages métalliques qui ont le meilleur comportement sont à structure cubique facecentrée: aciers austénitiques ou alliages d’aluminium. Le comportement mécanique d’un métaldépend, aux basses température, de sa structure cristalline.

    Les matériaux composites à matrice polymère sont par contre des isolants thermiques .Leurs propriétés mécaniques évoluent moins vite à basse température que celles des métaux. Enchoisissant les fibres de renfort et la texture, on peut optimiser le composite en fonction desbesoins.

    51 Evolution des propriétés à basse température

    Certaines indications ont déjà été données précédemment: c’est la limite élastique qui dépendle plus de la température.

    Plus précisément, les propriétés visco-plastiques et élastiques changent complètement àbasse température.Le module d’Young augmente pour les alliages et les composites renforcés par des fibres longuesminérales unidirectionnelles.La variation est beaucoup plus importante pour les polymères.

    La limite élastique augmente mais il y a réduction de la résilience et de la ténacité. Ledurcissement des alliages est lié à la réduction de la déformation plastique et à la moindre mobilitédes dislocations.

    Les alliages deviennent fragiles, très fragiles même pour les métaux cubiques centrés, etrestent bons conducteurs de la chaleur.

    La résistance à la fatigue est modifiée à cause de l’augmentation de Re. La limited’endurance, le seuil de fissuration et la résistance à la fissuration sont améliorés.

  • 42

    Les figures 7 8 9 donnent, en fonction de la température, le type de variation généralementconstatée pour les aciers pour σ, K, Kcv.

    σ=F/So

    T4K 300K

    R

    Re

    4K 300K

    K

    Résistance Ténacité

    Figures 7 – 8

    4K 300K

    Kcv

    Résilience

    0,2%C

    200

    300

    100

    (J/cm2)0,1%C

    acier au carbone

    Figures 9

    Les aciers, les alliages d’aluminium, les composites et certains polymères peuvent être utilisés àtempérature cryogénique.

    Les paragraphes qui suivent donnent quelques indications complémentaires.

  • 43

    511 Les aciers

    - Les aciers de construction ferritiques classiques sont peu utilisés aux bassestempératures à cause du risque de rupture fragile.

    Les aciers à 3% de Ni peuvent être utilisés jusqu’à une température de 170 K.

    Les aciers à 9% de Ni, traités pour être à structure martensitiques avec 10 à 15 %d’austénite résiduelle, peuvent être utilisés jusqu’à 100 K. Ils peuvent être soudés avec unpréchauffage.

    - Les aciers austénitiques inoxydables Fe Cr Ni ou Fe Cr Mn peuvent être employésjusqu’à quelques degrés K, donc avec l’hélium liquide.

    Leurs caractéristiques mécaniques peuvent être améliorées par addition d’azote: à 4 K, le304 LN a une limite élastique de 900 Mpa et le 316 LN, de 1300 Mpa.Une teneur élevée en Ni améliore la tenue à la fatigue de ces aciers.

    Ils ont cependant tendance à prendre une structure martensitique sous l’effet des bassestempératures et des déformations, ce qui entraîne une résilience plus faible et un changement despropriétés magnétiques. Il faut donc choisir des nuances stables chargées en Cr, Mo, Ni

    512 Les alliages d’aluminium

    Ils peuvent être utilisés jusqu’à quelques K et sont légers, ductiles, tenaces, stables.Les alliages 2219, 2090 (600 Mpa de résistance à 4°K) et 7020 donnent les meilleurs résultats.Ils sont cependant délicats à souder.Ils peuvent être collés pour des assemblages métal-métal ou métal-composite résistant à bassetempérature.

    513 Les composites

    - Les matrices polymères thermoplastiques utilisées pour les composites à bassetempérature présentent une résistance qui augmente et une ductilité qui diminue. Ils doivent êtreutilisés avec précaution (voir paragraphes précédents).

    - Les thermodurcissables sont plus stables aux température cryogéniques. La résistanceà la traction d’une résine époxy double entre 300 et 4 K. La ductilité est de l’ordre de celle desthermoplastiques.

    Les polymères ont une résistance mécanique faible, sont fragiles, ont un coefficient dedilatation important, mais leurs caractéristiques magnétiques et leur conductibilité faibles sont desfacteurs positifs à basse température.

    Pour obtenir de bonnes propriétés mécaniques, on renforce la matrice par des fibres à hauteperformance;

    - Le verre E ou S ( les plus utilisées car isolantes et de faible coefficient de dilatation)

    - Les fibres en carbone. Elles sont plus chères mais présentent une très faible dilatation et Eest plus élevé que pour le verre.

  • 44

    - Les fibres d’aramide (Kevlar) concurrencent le verre. Elles sont ont de meilleurespropriétés en en traction et de moins bonnes en compression.

    - Les fibres de bore sont très chères. Elles ont un bonne résistance en compression.

    Pour les composites unidirectionnels , E augmente de 10% dans la directionlongitudinale des fibres, entre 300 et 4 K (sauf pour le Kevlar).

    La résistance en traction augmente de 50%, beaucoup moins que pour les métaux.

    Le module E et la résistance varient beaucoup plus dans la direction transversale.

    La résistance à la fatigue est améliorée et la résilience est beaucoup moins affectée que celle desmétaux et des polymères.

    Il est possible d’arriver à une optimisation par un choix correct des fibres et matrice mais cecidemande une compétence particulière .

    52 Renseignements pratiques complémentaires

    Le cours de S BUHLER (Ecole IN2P3 de technologie) donne, en plus des caractéristiquesmécaniques, les valeurs de conductivité thermique, de résistivité électrique, de coefficients dedilatation...Une bibliographie très complète est également fournie.

    6 Tableaux de synthèse

    Polymères techniques, doses limites, dureté des matériaux

  • 45

    Propriétés des polymères techniques pour des usages hautes performances

  • 46

    Doses limitesClassification of materials and components

    according to the dose range up to which they may typically be used.

    Dureté des matériaux