Click here to load reader

Candide - Théâtre Dijon Bourgogne - Centre · PDF fileRÉSUMÉ Candide ou l’optimisme , Voltaire «Les malheurs particuliers font le bien général» chap. 4 Dans le château du

  • View
    217

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Candide - Théâtre Dijon Bourgogne - Centre · PDF fileRÉSUMÉ...

  • Candide

    Compagnie Drle de Bizarre

    Daprs Voltaire Mise en scne Malle Posy

    Du vendredi 30 mai au dimanche 1er juin / La Minoterie

    THTRE EN MAI FESTIVAL DU 23 MAI AU 1ER JUIN 2014

    Contact presse : Florent Guyot 03 80 68 47 37 06 85 57 25 54 [email protected]

    Billetterie / rservations : Parvis Saint-Jean Rue Danton 03 80 30 12 12 Billetterie en ligne : www.tdb-cdn.com

  • CANDIDE VENDREDI 30 MAI VENDREDI 30 MAI VENDREDI 30 MAI VENDREDI 30 MAI 20H, SAMEDI 31 MAI 20H, SAMEDI 31 MAI 20H, SAMEDI 31 MAI 20H, SAMEDI 31 MAI 17H & DIMANCHE 117H & DIMANCHE 117H & DIMANCHE 117H & DIMANCHE 1ERERERER JUIN JUIN JUIN JUIN 17H3017H3017H3017H30

    La MinoterieLa MinoterieLa MinoterieLa Minoterie ---- DureDureDureDure :::: en crationen crationen crationen cration

    COMPAGNIE DRLE DE BIZARRE

    DAPRS VOLTAIRE MISE EN SCNE MALLE POSY

    AVEC GILLES GEENEN, MARC LAMIGEON, JONAS MARMY,

    ROXANE PALAZOTTO ET HLNE SIR-SENIOR

    Adaptation Kvin Keiss et Malle Posy Ecriture et dramaturgie Kvin Keiss Scnographie Alban Ho Van Assistante la scnographie Hlne Jourdan

    Costumes Camille Vallat Cration lumire Jrmie Papin Cration sonore Samuel Favart Mikcha Rgie Gnrale/Rgie Plateau Jordan Deloge

    Production Compagnie Drle de Bizarre Coproduction Thtre Dijon Bourgogne-CDN,

    Le Thtre du Gymnase Marseille, LEspace des Arts Scne nationale de Chalon-sur-Sane. Avec le soutien de Eclectik scno, le Ministre de la Culture DRAC Bourgogne, La Rgion Bourgogne, La Ville de Dijon. Avec la participation artistique du Jeune Thtre National

    La Compagnie Drle de Bizarre est conventionne par la ville de Dijon

  • RSUM Candide ou loptimisme, Voltaire Les malheurs particuliers font le bien gnral chap. 4 Dans le chteau du baron de Thunderten tronckh, le plus beau des chteaux de la Westphalie, vit un jeune homme simple et droit nomm Candide. Il a t lev par Pangloss, le meilleur des philosophes, qui lui rpte depuis lenfance que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Or, un jour que Candide est surpris en train dembrasser Cungonde, la fille du baron, dont il est pris, il est chass de ce paradis. Commence alors une vritable pope pour Candide. Dabord enrl de force dans une guerre monstrueuse, il parvient fuir, retrouver son vieux matre de philosophie qui lui apprend que le chteau a t brl. Pour retrouver celle quil aime, Candide parcourt le monde, faisant lpreuve de son horreur. Tout nest que massacres, injustices, fanatismes religieux, intolrance, esclavage. La Nature mme est hostile et npargne pas les hommes : tremblements de terres, temptes et naufrages sont constants. Toutefois, Candide fera la dcouverte du Nouveau Monde et de lEldorado, un havre de paix o ruisselle lor et la douceur de vivre. A travers ce parcours initiatique, Candide doutera de la parole de son matre, perdant une une ses illusions, il se contentera de cultiver son jardin et de clbrer un bonheur simple. Le clbre conte philosophique ne propose aucun prche, les leons se dgagent par elles-mmes la fin de chaque chapitre. La succession sans rmission des catastrophent dont la Nature frappe les hommes et dont les hommes se frappent eux-mmes na pas besoin de sentence. Hommes, dlivrez-vous du mal, aidez- vous vous-mmes, semble tonner la voix de Voltaire derrire chaque page. Les contes philosophiques de Voltaire dnoncent avec virulence les obscurantismes et les fanatismes, les excs de linjustice et de lintolrance. Cette audace de lcrivain le force djouer sans cesse la censure et la police. Il faut publier clandestinement les ouvrages ltranger, sous un pseudonyme videmment, il faut tromper la vigilance des autorits pour que la vrit puisse tre dite et entendue. Voltaire tient pour ncessaire la promulgation de la vrit. Il sadresse tous ceux qui ont pour la voir des yeux libres et perspicaces, capables de discriminer les mystifications de lpoque. Pour Candide, Voltaire invente que louvrage a t crit par le frre de Candide et traduit ensuite par un certain docteur Ralph. Il prend soin dinstaller sa maison la proximit de deux frontires : la Suisse et la Savoie afin de pouvoir se sauver si la police franaise arrive. Evidemment, certains reconnaissent son style mais Voltaire dment avec force conviction. Jai lu Candide, il faut avoir perdu le sens pour mattribuer cette coonnerie ; jai, Dieu merci, de meilleures occupations. Si je pouvais excuser jamais lInquisition, je pardonnerais aux inquisiteurs du Portugal davoir pendu le raisonneur Pangloss pour avoir soutenu loptimisme. (Lettre du 15 mars 1759) Pourtant Voltaire est prsent chaque page, il se divulgue pour mieux se cacher, faisant rsonner plus pleinement les jubilations du contes mais aussi lincroyable exercice de lintelligence quil actionne.

    NOTE DE MISE EN SCNE Tout est bien, tout va bien, tout va pour le mieux quil soit possible Candide Une formidable machine de jeu Au commencement du conte voltairien, Candide est une page blanche, il va traverser les guerres, les catastrophes naturelles, les pidmies, faire lexprience de linjustice, de la mort, de labsurdit du monde et des drives religieuses. Pourtant, son inbranlable optimisme et innocence le poussent continuer quoi quil endure. Les personnages quil croise au fur et mesure du rcit sont des insoumis, des esclaves, des religieux, des militaires, des rois, des puissants et des pauvres. Ils sont autant de figures qui incarnent la justice et linjustice du monde, sa folie religieuse, ou son Eldorado. Le conte de Voltaire est construit sur laccumulation des pisodes et des figures rencontres, cest de celle-ci que nait le comique de situation mais aussi une rflexion politique froce sur la place de lhomme dans le monde. Sur labsurdit de sa course effrne. Il sagit pour nous dinventer une forme qui matrialise cette accumulation, cette saturation qui cre de labsurde. Le texte de Candide est une formidable matire thtrale, il ouvre les portes tous les possibles sur le plateau. Le dispositif que nous mettons en place permet la cration de ces diffrents univers rels ou invents de faon potique et ludique.

  • Cinq acteurs narrent tour tour les msaventures de Candide. Toutefois, mesure que le rcit avance, la machine semballe. La distribution attribue au dbut vole en clats : si lun prend en charge la narration, certains jouent les personnages, tandis que dautres mettent en place le dispositif scnique de lunivers travers. Seule la figure de Candide est incarne par le mme comdien, de telle manire que la machine jouer sinvente autour de lui tableau aprs tableau. Les acteurs sont tour tour noirs, blancs, femmes, hommes, morts puis vivants, mesure que le rcit sacclre. Sur la scne, le dcor est compos de trois structures auxquelles sont accrochs tous les accessoires et costumes permettant dinventer les mondes que traverse Candide. Il sagit chaque nouveau tableau de crer un nouvel univers partir daccessoires pris sur le vif, dcals de leurs fonctions premires, dinventer avec ce qui est mis disposition dans lurgence de raconter la fable. Cette acclration propre au rcit, est suivie dans la forme par toujours plus de folie et de rapidit. Les titres des chapitres scandent cette volution, cette course dbride qui se met en marche. Reste toujours au centre de ce tourbillon, la figure de Candide qui subit la traverse de ces temps, de ces lieux, de ces situations rocambolesques. Dans le spectacle, le hros ne traverse pas seulement le monde et les continents mais aussi les sicles et lhistoire. Le traitement fantaisiste de luvre, nous laisse une grande libert pour faire thtre de tous bois comme le disait Antoine Vitez. Je tiens laisser au spectateur une place dimaginaire qui le fera voyager avec nous en traitant avec lgret et folie des choses les plus sombres de la vie. Candide ou notre rapport la folie au monde Candide me parle du passage de linnocence la connaissance. Durant toute la fable, un jeune homme vit les pires cauchemars sans en tirer de leons, rejetant toute ide de mtaphysique. Labsence de rflexion de Candide fait grandir en nous la ncessit de se poser les bonnes questions pour obtenir les bonnes rponses, celles qui nous permettront, peut-tre, de vivre heureux. En passant lge adulte, nous faisons tous lexprience de la dsillusion du monde. Il me parat intressant dexplorer avec le collectif de jeunes artistes que nous sommes le questionnement que cela entraine. Sy rsout-on ou cherchons-nous le combattre ? Quelle solution cherche-t-on pour y survivre ? Quelles leons de vie tire-t-on de cette confrontation ? Eprouver le monde, cest aussi faire lexprience de soi et de ses propres limites. On dit que ce qui ne tue pas nous rend plus fort, nous sommes un ge ou tout semble encore possible et en mme temps le temps file toute vitesse, les directions politiques prisent par les gouvernements semblent irrvocables, la marge de possible et dutopie semble samenuiser. Dans ce sicle o le monde sacclre, les changements que nous subissons semblent nous conduire notre perte. Ds lors, que reste-t-il lhomme comme marge de libert ? Cest ce questionnement pos par Voltaire dans son uvre qui me touche particulirement : quest ce quun homme libre ? Comment invente-t-on sa libert dans le monde tel quil fonctionne ?

    Malle Poesy

    NOTE DRAMATURGIQUE Un conte pour adulte : les larmes de Candide Il sagit avant tout dun conte. Cest dire dune histoire que lon raconte. Une histoire pleine dune charge orale quil convient de faire entendre. Lhistoire de Candide est un voyage extrava- gant, la fois raliste et merveilleux. Le hros parcourt le monde presque malgr lui, accumulant des expriences toutes plus terribles les unes que les autres pour notre plus grand plaisir. Cest l lincroyable frocit de Voltaire. Donner voir et entendre le pire de la n

Search related