of 123 /123
Astronomie et Astrologie Philippe Zarka CNRS & Observatoire de Paris, France Daniel Kunth CNRS- I.A.P, France

Astronomie & astrologie

Embed Size (px)

Text of Astronomie & astrologie

  • Astronomie et Astrologie

    Philippe ZarkaCNRS & Observatoire de Paris, France

    Daniel KunthCNRS- I.A.P, France

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • Les corps clestes ont plusieurs effets visibles sur la Terre: la vie sur Terre dpend du Soleil, les saisons sont lies sa position dans le ciel (du fait de la nonperpendicularit de laxe de rotation Terrestre par rapport lcliptique),

    Saisons

  • les mares sont contrles par la position de la Lune (via sa gravitation diffrentielle) et du Soleil, et les clipses sont dues aux alignements Soleil-Lune-Terre.

    Mare haute/basse

    clipse Solaire

  • Lastrologie extrapole ces influences factuelles en postulant que les positions du Soleil, de la Lune et des 8 plantes* autres que la Terre (ici nomms les luminaires) par rapport larrire-plan du ciel, aussi bien quentre elles, influencent les vnements terrestres et la psychologie et la destine humaines.

    Trajectoire apparente de Mars vue de la Terre, et explication

    *astres errants

  • Les positions des luminaires sont repres - dans le zodiaque tropique, dfini par Hipparque* : 12 signes divisant en secteurs de 30 la bande de constellations sur laquelle les dplacements du Soleil et des plantes se projettent durant lanne, avec une origine arbitraire lquinoxe de printemps (point vernal ), et- dans les maisons, un repre local divisant le ciel du lieu en 12 secteurs.

    *pre de lastrologie occidentale, qui redcouvrit la prcession des quinoxes vers 130 av.JC

    Projection sur le zodiaqueReprsentation gomtrique du zodiaque

    Ecliptic

    Equator

    Ascendant

    Descendant

    Horizon

    North pole

    Zodia

    c

  • Les positions des luminaires sont repres - dans le zodiaque tropique, dfini par Hipparque* : 12 signes divisant en secteurs de 30 la bande de constellations sur laquelle les dplacements du Soleil et des plantes se projettent durant lanne, avec une origine arbitraire lquinoxe de printemps (point vernal ), et- dans les maisons, un repre local divisant le ciel du lieu en 12 secteurs.

    Reprsentation symbolique du zodiaqueProjection sur le zodiaque

  • Les positions des luminaires sont repres - dans le zodiaque tropique, dfini par Hipparque* : 12 signes divisant en secteurs de 30 la bande de constellations sur laquelle les dplacements du Soleil et des plantes se projettent durant lanne, avec une origine arbitraire lquinoxe de printemps (point vernal ), et- dans les maisons, un repre local divisant le ciel du lieu en 12 secteurs.

    Le systme de maisons de Placidus : larc du lever au coucher du Soleil est divis en 6 secteurs, et de mme celui du coucher au lever

  • Les positions des luminaires un instant et en un lieu donns peuvent tre calculs par la mcanique cleste, et leur reprsentation graphique objective est l horoscope*.

    *du grec hora+skopein = heure+examiner

  • Les positions des luminaires un instant et en un lieu donns peuvent tre calculs par la mcanique cleste, et leur reprsentation graphique objective est l horoscope*.

    *du grec hora+skopein = heure+examiner

    Lhoroscope, qui met en vidence les conjonctions astrales en un temps et un lieu donns, est loutil de base de lastrologie

  • Il permet de dfinir le signe solaire (signe contenant le Soleil au moment considr), lascendant (signe se levant lhorizon est) et le descendant (oppos), le milieu du ciel, les positions des luminaires dans les signes et les maisons, les aspects (angles forms par3 luminaires), les transits (passage dun luminaire devant un autre ou une position particulire, etc.

  • Il permet de dfinir le signe solaire (signe contenant le Soleil au moment considr), lascendant (signe se levant lhorizon est) et le descendant (oppos), le milieu du ciel, les positions des luminaires dans les signes et les maisons, les aspects (angles forms par3 luminaires), les transits (passage dun luminaire devant un autre ou une position particulire, etc.

    Linterprtation de lhoroscope est la partie subjective qui caractrise vraiment la pratique astrologique. Cest aussi le point o Astrologie et

    Astronomie divorcent.

  • De nombreuses coles astrologiques existent, dsotriques rationnelles, ces dernires supposant des influences matrielles des corps clestes.

    La soi-disant astrologie scientifique soppose violemment lexploitation commerciale et revendique une reconnaissance acadmique qui lui donnerait accs aux financements publics et des postes de professeur ou chercheur, tout en renforant sa lgitimit et ladhsion du public.

  • De nombreuses coles astrologiques existent, dsotriques rationnelles, ces dernires supposant des influences matrielles des corps clestes.

    La soi-disant astrologie scientifique soppose violemment lexploitation commerciale et revendique une reconnaissance acadmique qui lui donnerait accs aux financements publics et des postes de professeur ou chercheur, tout en renforant sa lgitimit et ladhsion du public.

    Il ne fait pas de doute quune certaine connaissance astrologique existe, comme le dmontre la littrature plthorique sur le sujet.

  • De nombreuses coles astrologiques existent, dsotriques rationnelles, ces dernires supposant des influences matrielles des corps clestes.

    La soi-disant astrologie scientifique soppose violemment lexploitation commerciale et revendique une reconnaissance acadmique qui lui donnerait accs aux financements publics et des postes de professeur ou chercheur, tout en renforant sa lgitimit et ladhsion du public.

    Cela suffit-il pour en faire une Science?

    Il ne fait pas de doute quune certaine connaissance astrologique existe, comme le dmontre la littrature plthorique sur le sujet.

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • Depuis les annes 1930, lastrologie connat un vif succs dans les media et le monde politique. Elle bnficie dune croyance rpandue dans le public, rvle par des enqutes o :

    41% des personnes interroges croient la caractrologie astrologique

    26% croient aux prdictions 13% ont consult au moins une fois un astrologue

    Ces pourcentages sont stables depuis les annes 1980*.

    *Boy, D., Michelat, G., 1993. Boy, D., 2002.

  • Le got du public pour lastrologie volue vers celui dune psychologie visant la libration des potentialits des individus. Lastrologue travaille dans le domaine de laffectif, et non du rationnel. Le client se trouve en posture dattente croyante, dans laquelle il nentend que ce quil veut entendre, et nglige ce qui ne correspond pas ses attentes. Cette confiscation du libre-arbitre engendre une alination et un for risque de manipulation psycholgique.

  • Le got du public pour lastrologie volue vers celui dune psychologie visant la libration des potentialits des individus. Lastrologue travaille dans le domaine de laffectif, et non du rationnel. Le client se trouve en posture dattente croyante, dans laquelle il nentend que ce quil veut entendre, et nglige ce qui ne correspond pas ses attentes. Cette confiscation du libre-arbitre engendre une alination et un for risque de manipulation psycholgique.

    Certaines personnes consultent leur astrologue avant toute dcision.

  • Le got du public pour lastrologie volue vers celui dune psychologie visant la libration des potentialits des individus. Lastrologue travaille dans le domaine de laffectif, et non du rationnel. Le client se trouve en posture dattente croyante, dans laquelle il nentend que ce quil veut entendre, et nglige ce qui ne correspond pas ses attentes. Cette confiscation du libre-arbitre engendre une alination et un for risque de manipulation psycholgique.

    Cest vrai en particulier pour nombre de chefs politiques (F. Mitterrand, R. Reagan, C. de Mdicis, R. Nixon, Hassan II )

    Avec quelle motivation ? Crdulit ? Isolement ? Dsir de satisfaire ou manipuler leurs administrs ?

    http://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htm

    Certaines personnes consultent leur astrologue avant toute dcision.

    http://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htmhttp://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htmhttp://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htmhttp://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htm

  • La croyance astrologique dpend de nombreux facteurs sociologiques

    Relations entre croyance et caractristiques sociales : Boy, D., Michelat, G., 1986.

  • Relations entre croyance et caractristiques sociales : Boy, D., Michelat, G., 1986.

    Elle nest pas le privilge de ceux qui ont ou nont pas accs linstruction, mais concerne plutt un statut intermdiaire :La croyance en lastrologie augmente avec un intrt dclar pour la science, est maximale chez les salaris de la classe moyenne ayant un niveau dducation moyen, puis dcrot chez ceux qui ont suivi des tudes suprieures.

  • Le sociologue T. Adorno a fait remarquer que la croyance en lastrologie est caractrise par ce quil a appel la semi-rudition.

    Le semi-rudit emprunte des raccourcis non-scientifiques pour obtenir des rponses aux questions concernant le futur (ou son destin). Cela rsulte dun conversion incomplte au systme de pense scientifique.

  • La plupart des scientifiques et des chercheurs en sciences sociales sont vigoureusement opposs toute forme dastrologie.

    Ceci procde-t-il dun corporatisme ou dun protectionnisme des tenants de la science officielle, ou de raisons thiques?

    Le sociologue T. Adorno a fait remarquer que la croyance en lastrologie est caractrise par ce quil a appel la semi-rudition.

    Le semi-rudit emprunte des raccourcis non-scientifiques pour obtenir des rponses aux questions concernant le futur (ou son destin). Cela rsulte dun conversion incomplte au systme de pense scientifique.

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • Astronomie* et Astrologie** ont une histoire commune, de lantiquit la fin de la Renaissance (16-17me sicle).

    *lcriture des cieux **ltude des cieux

  • Astronomie* et Astrologie** ont une histoire commune, de lantiquit la fin de la Renaissance (16-17me sicle).

    *lcriture des cieux **ltude des cieux

    TychoBrah (15461601) esprait amliorer les prdictions astrologiques grce des observations plus prcises.

  • Astronomie* et Astrologie** ont une histoire commune, de lantiquit la fin de la Renaissance (16-17me sicle).

    *lcriture des cieux **ltude des cieux

    TychoBrah (15461601) esprait amliorer les prdictions astrologiques grce des observations plus prcises.

    Kpler (15711630) vendait des horoscopes (quoique sans conviction).

  • Mais au tournant du 17me sicle, linvention de nouveaux instruments (comme le tlescope) permet la naissance dune science de lobservation du ciel.

  • Au mme moment, la mthode scientifique simpose, fonde sur la sparation entre sujet et objet, le refus de lautorit (comme celle de Ptolme), et labandon du principe de correspondance dAristote (qui postulait des liens entre Terre et cieux).

    Mais au tournant du 17me sicle, linvention de nouveaux instruments (comme le tlescope) permet la naissance dune science de lobservation du ciel.

  • Au mme moment, la mthode scientifique simpose, fonde sur la sparation entre sujet et objet, le refus de lautorit (comme celle de Ptolme), et labandon du principe de correspondance dAristote (qui postulait des liens entre Terre et cieux).

    Mais au tournant du 17me sicle, linvention de nouveaux instruments (comme le tlescope) permet la naissance dune science de lobservation du ciel.

    Avec Isaac Newton (16421727) le cosmos devient infini

  • Au mme moment, la mthode scientifique simpose, fonde sur la sparation entre sujet et objet, le refus de lautorit (comme celle de Ptolme), et labandon du principe de correspondance dAristote (qui postulait des liens entre Terre et cieux).

    Mais au tournant du 17me sicle, linvention de nouveaux instruments (comme le tlescope) permet la naissance dune science de lobservation du ciel.

    En France, lastrologie est chasse de la Facult (par Colbert en 1660).

    Avec Isaac Newton (16421727) le cosmos devient infini

  • A premire vue, Astronomie et Astrologie semblent tre deux disciplines du ciel. Lhoroscope est une carte du ciel objective, et les chercheurs en astrologie postulent lexistence dinfluences physiques (matrielles).

    Cette ambiguit soulve une frquente confusion entre ces 2 disciplines dans le public, et la forte opposition des astronomes, gnralement fonde sur des arguments tels que :

  • A premire vue, Astronomie et Astrologie semblent tre deux disciplines du ciel. Lhoroscope est une carte du ciel objective, et les chercheurs en astrologie postulent lexistence dinfluences physiques (matrielles).

    Cette ambiguit soulve une frquente confusion entre ces 2 disciplines dans le public, et la forte opposition des astronomes, gnralement fonde sur des arguments tels que :

    les constellations, daprs lesquelles les signes sont nomms, sont des structures tridimensionnelles ; les figures formes par leurs toiles en projection sur le plan du ciel ne sont que des illusions

  • les constellations zodiacales ont des tendues trs diverses le long de lcliptique, tandis que les signes ont tous une largeur de 30

  • les constellations zodiacales ont des tendues trs diverses le long de lcliptique, tandis que les signes ont tous une largeur de 30

    il y a 13 constellations et non 12 qui intersectent la bande zodiacale (stendant sur 8.5 autour de lcliptique): les 12 connues + Ophiuchus

  • *qui rsulte du mouvement de laxe des ples terrestres sous leffet des attractions Solaire et Lunaire combines

    la lente prcession des quinoxes* provoque le dcalage constant entre signes et constellations; en consquence, le point vernal dfinissant lorigine du signe du Blier, correspondait au bord de la constellation du Blier aux origines de lastrologie, tandis quil est aujourdhui dans la constellation des Poissons, et entrera bientt dans celle du Verseau

  • origine

    *qui rsulte du mouvement de laxe des ples terrestres sous leffet des attractions Solaire et Lunaire combines

    la lente prcession des quinoxes* provoque le dcalage constant entre signes et constellations; en consquence, le point vernal dfinissant lorigine du signe du Blier, correspondait au bord de la constellation du Blier aux origines de lastrologie, tandis quil est aujourdhui dans la constellation des Poissons, et entrera bientt dans celle du Verseau

  • origine aujourdhui

    *qui rsulte du mouvement de laxe des ples terrestres sous leffet des attractions Solaire et Lunaire combines

    la lente prcession des quinoxes* provoque le dcalage constant entre signes et constellations; en consquence, le point vernal dfinissant lorigine du signe du Blier, correspondait au bord de la constellation du Blier aux origines de lastrologie, tandis quil est aujourdhui dans la constellation des Poissons, et entrera bientt dans celle du Verseau

  • Lhoroscope ne peut tre dress de manire complte au-del des cercles polaires, car il ny a plus de cycle diurne permettant de dfinir les maisons*

    *au moins dans le systme de Placidus de Titis, hrit de Ptolme, fond sur le cycle jour/nuit, et utilis dans lastrologie moderne

    Soleil de Minuit au Cap Nord, 711021N

  • le lent mouvement des luminaires implique que beaucoup de gens partagent le mme horoscope

  • le lent mouvement des luminaires implique que beaucoup de gens partagent le mme horoscope

    la symbolique des signes est adapte lhmisphre nord seulement**le Lion fournit une bonne illustration : symbole du Soleil, de lnergie, etc., cest de toute vidence un signe dt. Ce qui nest vrai que dans lhmisphre Nord.

  • Les astrologues rpondent aisment la plupart de ces critiques:

  • Les astrologues rpondent aisment la plupart de ces critiques:

    A , les astrologues rpondent que le zodiaque tropique* nest quun repre le long de lcliptique (divis en 12 secteurs de 30 de longitude)**

    *dans lequel les saisons reviennent aux mmes positions**jadis utilis par les astronomes eux-mmes !

  • Les astrologues rpondent aisment la plupart de ces critiques:

    A , les astrologues rpondent que le zodiaque tropique* nest quun repre le long de lcliptique (divis en 12 secteurs de 30 de longitude)**

    *dans lequel les saisons reviennent aux mmes positions**jadis utilis par les astronomes eux-mmes !

    A , ils rpondent que seule la partie locale de lhoroscope (les maisons) nest plus dfinie. Le reste est Ok.

  • Les astrologues rpondent aisment la plupart de ces critiques:

    A , les astrologues rpondent que le zodiaque tropique* nest quun repre le long de lcliptique (divis en 12 secteurs de 30 de longitude)**

    *dans lequel les saisons reviennent aux mmes positions**jadis utilis par les astronomes eux-mmes !

    A , ils rpondent que seule la partie locale de lhoroscope (les maisons) nest plus dfinie. Le reste est Ok.

    ce problme est en revanche rel dans le cas des jumeaux.

    A , on peut rpondre que 10 luminaires distribus dans 12 maisons impliquent ~120 configurations diffrentes par jour, un nombre lev par rapport aux taux de naissances, mme dans les grandes villes.

  • Les astrologues rpondent aisment la plupart de ces critiques:

    A , les astrologues rpondent que le zodiaque tropique* nest quun repre le long de lcliptique (divis en 12 secteurs de 30 de longitude)**

    *dans lequel les saisons reviennent aux mmes positions**jadis utilis par les astronomes eux-mmes !

    A , ils rpondent que seule la partie locale de lhoroscope (les maisons) nest plus dfinie. Le reste est Ok.

    ce problme est en revanche rel dans le cas des jumeaux.

    A , on peut rpondre que 10 luminaires distribus dans 12 maisons impliquent ~120 configurations diffrentes par jour, un nombre lev par rapport aux taux de naissances, mme dans les grandes villes.

    Au total, ces critiques sont FAIBLES, et perues comme des dbats de spcialistes, sans impact sur lopinion du public sur lastrologie.

  • Quelques objections astronomiques MEILLEURES (quoique moins utilises) :

  • Quelques objections astronomiques MEILLEURES (quoique moins utilises) :

    Uranus, Neptune et Pluton ont t intgres tardivement lastrologie en prtendant que cela rsoudrait les imprcisions rsiduelles dans les prdictions.

  • Quelques objections astronomiques MEILLEURES (quoique moins utilises) :

    Uranus, Neptune et Pluton ont t intgres tardivement lastrologie en prtendant que cela rsoudrait les imprcisions rsiduelles dans les prdictions.

    Mais Pluton nest plus une plante (majeure), par dcision de lUAI.

  • Les astrologues doivent-ils retirer Pluton de la liste des luminaires en avouant quelle na apport aucune amlioration?

  • Les astrologues doivent-ils retirer Pluton de la liste des luminaires en avouant quelle na apport aucune amlioration?

    Sils conservent Pluton, que faire des objets du type de Pluton comme Sedna, Quaoar, Xena, 2003EL61 et leurs satellites ?

  • Quen est-il des astroides (parfois trs grands) ? Et des comtes (qui ont une chevelure et une queue trs tendues, et peuvent frler la Terre)

    ~10 000 km

    ~ 1 000 000 km

  • ET TOUT L UNIVERS ? Ne joue-t-il aucun rle ?

    Milliers de galaxies (champ profond de Hubble)

  • 11 La mention de lre du Verseau rfre explicitement au dplacement du point vernal () travers les constellations

    Cest une incohrence majeure avec le point qui ne donnait aucune signification particulire au point vernal ou au zodiaque des constellations (sauf une rfrence gomtrique pour )

  • 11 La mention de lre du Verseau rfre explicitement au dplacement du point vernal () travers les constellations

    Cest une incohrence majeure avec le point qui ne donnait aucune signification particulire au point vernal ou au zodiaque des constellations (sauf une rfrence gomtrique pour )

    Lastrologie orientale (par ex. indienne) se rfre au zodiaque des constellations et est donc labri de cette incohrence.

  • 12 Pour lAstronomie : Mars rouge fer eau Vie

  • 12 Pour lAstronomie : Mars rouge fer eau Vie

    Pour lAstrologie : Mars rouge sang guerre Mort

  • 12 Pour lAstronomie : Mars rouge fer eau Vie

    Lastrologie ignore dlibrment la nature physique des luminaires, rduits des points gomtriques porteurs de

    concepts uniquement symboliques.

    Pour lAstrologie : Mars rouge sang guerre Mort

  • Do le hiatus fondamental entre Astronomie et Astrologie: Ces deux disciplines sintressent au ciel, mais

    PAS AU MME CIEL ! Le ciel astronomique est physique, tandis que le ciel astrologique est symbolique

    L'astrologie , D. Kunth & P. Zarka, Que sais-je?, n2481, Editions P.U.F., Paris, 2005.

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • Les influences clestes existent !

  • Les influences clestes existent !

    Le postulat fondamental de lastrologie nest ni surnaturel, ni religieux, mtaphysique ou anti-scientifique

  • Les objections astronomiques seules ne sont pas suffisantes pour pleinement rfuter la scientificit de lastrologie

    Les influences clestes existent !

    Le postulat fondamental de lastrologie nest ni surnaturel, ni religieux, mtaphysique ou anti-scientifique

  • Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Incompatible avec la limitation 10 luminaires tout lUnivers devrait tre pris en compte !

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    Ondes gravitationnelles aux frquences des rvolutions plantaires ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Incompatible avec la limitation 10 luminaires tout lUnivers devrait tre pris en compte !

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    Ondes gravitationnelles aux frquences des rvolutions plantaires ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Incompatible avec la limitation 10 luminaires tout lUnivers devrait tre pris en compte !

    Leffet est plus faible que celui des explosions de Supernovae ou des toiles massives.

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    Ondes gravitationnelles aux frquences des rvolutions plantaires ?

    Phnomnes chaotiques (fortement sensibles aux conditions initiales) ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Incompatible avec la limitation 10 luminaires tout lUnivers devrait tre pris en compte !

    Leffet est plus faible que celui des explosions de Supernovae ou des toiles massives.

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    Ondes gravitationnelles aux frquences des rvolutions plantaires ?

    Phnomnes chaotiques (fortement sensibles aux conditions initiales) ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Incompatible avec la limitation 10 luminaires tout lUnivers devrait tre pris en compte !

    Leffet est plus faible que celui des explosions de Supernovae ou des toiles massives.

    La prdictabilit sestompe (aucune prdiction fiable nest plus possible).

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

  • Une des 4 forces ou interactions connues (gravitation...) ?

    Loi de variation avec la distance en 1/R2 (ou 1/Rx quel que soit x) ?

    Ondes gravitationnelles aux frquences des rvolutions plantaires ?

    Phnomnes chaotiques (fortement sensibles aux conditions initiales) ?

    ce jour, aucun indice nexiste pour lexplication de linfluence astrologique.

    Incompatible avec la limitation 10 luminaires tout lUnivers devrait tre pris en compte !

    Leffet est plus faible que celui des explosions de Supernovae ou des toiles massives.

    La prdictabilit sestompe (aucune prdiction fiable nest plus possible).

    Quelle est la nature de linfluence astrologique? le rle des Luminaires ?

    Une corrlation vraie implique une relation causale non lucide depuis 2500 ans ?!

  • Une influence astrologique existe-t-elle rellement ?

  • Une influence astrologique existe-t-elle rellement ?

    Aucune conclusion ne peut reposer sur des exemples particuliers, positifs ou non.

  • En labsence de cadre thorique, lefficacit oprationnelle / les prdictions ne peuvent tre testes que par des statistiques

    Une influence astrologique existe-t-elle rellement ?

    Aucune conclusion ne peut reposer sur des exemples particuliers, positifs ou non.

  • En labsence de cadre thorique, lefficacit oprationnelle / les prdictions ne peuvent tre testes que par des statistiques

    Pour plusieurs ralisations dune exprience, les rsultats dus au hasard se rpartissent selon cette distribution Gaussienne. Les statistiques permettent de tester si un rsultat est attribuable au seul hasard, ou sil suggre lexistence dune loi, et avec quelle probabilit.

    Une influence astrologique existe-t-elle rellement ?

    Aucune conclusion ne peut reposer sur des exemples particuliers, positifs ou non.

  • En labsence de cadre thorique, lefficacit oprationnelle / les prdictions ne peuvent tre testes que par des statistiques

    Pour plusieurs ralisations dune exprience, les rsultats dus au hasard se rpartissent selon cette distribution Gaussienne. Les statistiques permettent de tester si un rsultat est attribuable au seul hasard, ou sil suggre lexistence dune loi, et avec quelle probabilit.

    Une influence astrologique existe-t-elle rellement ?

    Rsultat trs probablement d au hasard

    Aucune conclusion ne peut reposer sur des exemples particuliers, positifs ou non.

  • En labsence de cadre thorique, lefficacit oprationnelle / les prdictions ne peuvent tre testes que par des statistiques

    Pour plusieurs ralisations dune exprience, les rsultats dus au hasard se rpartissent selon cette distribution Gaussienne. Les statistiques permettent de tester si un rsultat est attribuable au seul hasard, ou sil suggre lexistence dune loi, et avec quelle probabilit.

    Une influence astrologique existe-t-elle rellement ?

    Rsultat trs probablement d au hasard

    Rsultat pouvant rvler une loi

    Aucune conclusion ne peut reposer sur des exemples particuliers, positifs ou non.

  • Exemple : exprience = 1000 tirages pile-ou-face ralisation = nombre de tirages pile

    La plupart des ralisations sera autour de 500.

    380 410 440 470 500 530 560 590 620

  • Exemple : exprience = 1000 tirages pile-ou-face ralisation = nombre de tirages pile

    La plupart des ralisations sera autour de 500.

    380 410 440 470 500 530 560 590 620

    Rsultat trs probablement d au hasard

    Les statistiques permettent de dire quune ralisation 530 pile a 16% de chances dtre due au hasard (donc trs probable)

  • Exemple : exprience = 1000 tirages pile-ou-face ralisation = nombre de tirages pile

    La plupart des ralisations sera autour de 500.

    380 410 440 470 500 530 560 590 620

    Rsultat trs probablement d au hasard

    Les statistiques permettent de dire quune ralisation 530 pile a 16% de chances dtre due au hasard (donc trs probable)

    Rsultat pouvant rvler une loi

    tandis qu 620, le hasard na plus que 0,003% dtre responsable (ce qui suggre que la pice est fausse !).

  • Exemple: test de 14400 mariages

  • Exemple: test de 14400 mariages

    184 couples ( , )

  • Exemple: test de 14400 mariages

    184 couples ( , )

  • Exemple: test de 14400 mariages

    184 couples ( , )

    Pic 4 (184 mariages) pour ( , ) Probabilit dun pic d au hasard = 0.003% loi ? mais 144 couples possibles ~0.5% de chance si 20 chantillons tests 10% de chance de lobserver

  • 3 conditions fondamentales pour la validit des tests statistiques :

  • (1) Dfinir prcisment le protocole exprimental avant lexprience et sy tenir [pas de recherche systmatique de corrlations]

    (2) Vrifier laspect significatif des rsultats obtenus (tests de confiance, analyse des biais possibles, etc.) - [gnralement OK sauf probabilit a-priori a-posteriori si recherche aveugle]

    (3) Sengager publier TOUS les rsultats obtenus, clairement et sous contrle [biais de publication]

    3 conditions fondamentales pour la validit des tests statistiques :

  • (1) Dfinir prcisment le protocole exprimental avant lexprience et sy tenir [pas de recherche systmatique de corrlations]

    (2) Vrifier laspect significatif des rsultats obtenus (tests de confiance, analyse des biais possibles, etc.) - [gnralement OK sauf probabilit a-priori a-posteriori si recherche aveugle]

    (3) Sengager publier TOUS les rsultats obtenus, clairement et sous contrle [biais de publication]

    3 conditions fondamentales pour la validit des tests statistiques :

    (1) et (3) jamais respectes

  • (1) Dfinir prcisment le protocole exprimental avant lexprience et sy tenir [pas de recherche systmatique de corrlations]

    (2) Vrifier laspect significatif des rsultats obtenus (tests de confiance, analyse des biais possibles, etc.) - [gnralement OK sauf probabilit a-priori a-posteriori si recherche aveugle]

    (3) Sengager publier TOUS les rsultats obtenus, clairement et sous contrle [biais de publication]

    3 conditions fondamentales pour la validit des tests statistiques :

    (1) et (3) jamais respectes

    Exception : S. Carlson, A double-blind test of astrology, Nature, 318, 419-425, 1985.

    a dmontr lincapacit de lastrologie associer un profil psychologique lhoroscope de naissance

  • Mthode = induction + dduction

    La nature de la Science

  • Mthode = induction + dduction

    La nature de la Science

    Induction : tirer des conclusions gnrales

    partir dobservations / expriences particulires

    Dduction : tirer des conclusions spcifiques ou dfinir des

    expriences/tests partir dune loi/connaissance gnrale

  • Mthode = induction + dduction

    La nature de la Science

    Induction : tirer des conclusions gnrales

    partir dobservations / expriences particulires

    Dduction : tirer des conclusions spcifiques ou dfinir des

    expriences/tests partir dune loi/connaissance gnrale

    Faits d observation

    Thorie :- interprtation- prdictions quantitatives

    Nouvelles exprienceset tests

    Dfinir

    Obtenir

  • Mthode = induction + dduction

    La nature de la Science

    Induction : tirer des conclusions gnrales

    partir dobservations / expriences particulires

    Dduction : tirer des conclusions spcifiques ou dfinir des

    expriences/tests partir dune loi/connaissance gnrale

    Faits d observation

    Thorie :- interprtation- prdictions quantitatives

    Nouvelles exprienceset tests

    Dfinir

    Obtenir

    Confirmation ou rfutation = test de scientificit

  • Mthode = induction + dduction Base de donnes = corpus de connaissances en permanente volution /

    remise en question Travail le plus souvent en quipe Publication systmatique des rsultats (avec comit de lecture) Recherche de consensus/universalit (transcende cultures et frontires)

    La nature de la Science

  • Mthode = induction + dduction Base de donnes = corpus de connaissances en permanente volution /

    remise en question Travail le plus souvent en quipe Publication systmatique des rsultats (avec comit de lecture) Recherche de consensus/universalit (transcende cultures et frontires)

    Sciences Naturelles

    Forte mathmatisation Prdictions quantitatives Applications oprationnelles efficaces (la technologie moderne)

    La nature de la Science

  • Le vritable but de la mthode scientifique, cest dtre sr que lon ne simagine pas connatre ce quen fait on ignore

  • Purement dductive partir dune induction originelle majeure* interprtant des faits choisis en une loi gnrale trs (trop) vaste. Le postulat de base nest jamais remis en quesion.

    La pratique astrologique

    *principe de correspondance reliant lhomme au cosmos

  • Purement dductive partir dune induction originelle majeure* interprtant des faits choisis en une loi gnrale trs (trop) vaste. Le postulat de base nest jamais remis en quesion.

    La pratique astrologique

    *principe de correspondance reliant lhomme au cosmos

    *il suffit de comparer plusieurs interprtations du mme horoscope

    Vaste domaine dapplication (prdictions naturelles & politiques, personnalit ). Prdictions et diagnostics qualitatifs & flous, pas de rfutabilit possible*

  • Purement dductive partir dune induction originelle majeure* interprtant des faits choisis en une loi gnrale trs (trop) vaste. Le postulat de base nest jamais remis en quesion.

    La pratique astrologique

    *principe de correspondance reliant lhomme au cosmos

    *il suffit de comparer plusieurs interprtations du mme horoscope

    Vaste domaine dapplication (prdictions naturelles & politiques, personnalit ). Prdictions et diagnostics qualitatifs & flous, pas de rfutabilit possible*

    *nombreuses coles signorant ou sopposant, diffrences culturelles

    Travaux isols, biais, pas de publication systmatiqueNon-universalit : ni consensus ni besoin de consensus*

  • Purement dductive partir dune induction originelle majeure* interprtant des faits choisis en une loi gnrale trs (trop) vaste. Le postulat de base nest jamais remis en quesion.

    Rfrence de base = la Ttrabible de Ptolme (160 av.JC !)

    La pratique astrologique

    *principe de correspondance reliant lhomme au cosmos

    *il suffit de comparer plusieurs interprtations du mme horoscope

    Vaste domaine dapplication (prdictions naturelles & politiques, personnalit ). Prdictions et diagnostics qualitatifs & flous, pas de rfutabilit possible*

    *nombreuses coles signorant ou sopposant, diffrences culturelles

    Travaux isols, biais, pas de publication systmatiqueNon-universalit : ni consensus ni besoin de consensus*

  • La conclusion est claire :Avec un discours sotrique et symbolique,

    la pratique astrologique nest en aucune manire scientifique

  • La conclusion est claire :Avec un discours sotrique et symbolique,

    la pratique astrologique nest en aucune manire scientifique

    Dans ces conditions, do vient le succs persistant de lastrologie?

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • La Science

  • A vacu la pense magique.

    En se focalisant sur lexplication de faits dobservation, la Science a abandonn* la spculation mtaphysque, laissant lhomme libre dinterprter au-del de lexplication scientifique.

    *depuis le 19me sicle

    La Science

  • A vacu la pense magique.

    En se focalisant sur lexplication de faits dobservation, la Science a abandonn* la spculation mtaphysque, laissant lhomme libre dinterprter au-del de lexplication scientifique.

    *depuis le 19me sicle

    La sociologie des sciences en a men une analyse critique des outils et rsultats. La science inclut le doute, se complexifie, se spcialise, volue vite.

    La Science a permis lmergence de technologies nfastes (la bombe...).

    La Science

  • A vacu la pense magique.

    En se focalisant sur lexplication de faits dobservation, la Science a abandonn* la spculation mtaphysque, laissant lhomme libre dinterprter au-del de lexplication scientifique.

    *depuis le 19me sicle

    La sociologie des sciences en a men une analyse critique des outils et rsultats. La science inclut le doute, se complexifie, se spcialise, volue vite.

    La Science a permis lmergence de technologies nfastes (la bombe...).

    Le Public ne peroit plus de progs global li la Science.

    La perte apparente de sens global a t nomme Dsenchantement de la Science (ou Dsanchantement du Monde par la Science) ! (Max Weber)

    La Science

  • Par ailleurs

  • Par ailleurs

    Le relativisme post-moderne* a remis en question la valeur intrinsque et lobjectivit de la Science, supposment comparable toute autre croyance **.

    * partir des annes 1980

    * mais Comte-Sponville a explicit la notion de croyance bien tablie

  • Lastrologie se prsente sous une apparence de plus en plus rationnelle (phmrides par ordinateur, imitation du discours scientifique) qui singe la mthode scientifique.

    Par ailleurs

    Le relativisme post-moderne* a remis en question la valeur intrinsque et lobjectivit de la Science, supposment comparable toute autre croyance **.

    * partir des annes 1980

    * mais Comte-Sponville a explicit la notion de croyance bien tablie

  • Lastrologie se prsente sous une apparence de plus en plus rationnelle (phmrides par ordinateur, imitation du discours scientifique) qui singe la mthode scientifique.

    La croyance astrologique nest plus un paradoxe dans un monde de botes noires scientifico-technologiques. Elle nest pas aise distinguer de la Science par le Public.

    Par ailleurs

    Le relativisme post-moderne* a remis en question la valeur intrinsque et lobjectivit de la Science, supposment comparable toute autre croyance **.

    * partir des annes 1980

    * mais Comte-Sponville a explicit la notion de croyance bien tablie

  • LAstrologie

    Propose une approche globale, holistique pour apprhender le monde, via un lien entre lhomme et le cosmos.

    Elle parat fournir un soutien psychologique ses adeptes, spcialement parmi les populations fragiles (chmeurs, tudiants, personnes isoles, )

  • LAstrologie

    Propose une approche globale, holistique pour apprhender le monde, via un lien entre lhomme et le cosmos.

    Elle parat fournir un soutien psychologique ses adeptes, spcialement parmi les populations fragiles (chmeurs, tudiants, personnes isoles, )

    mais ce lien est un raccourci frelat

  • LAstrologie

    Propose une approche globale, holistique pour apprhender le monde, via un lien entre lhomme et le cosmos.

    Elle parat fournir un soutien psychologique ses adeptes, spcialement parmi les populations fragiles (chmeurs, tudiants, personnes isoles, )

    mais ce lien est un raccourci frelat

    mais encourage le conformisme, le fatalisme, la dpendance

  • LAstrologie

    Propose une approche globale, holistique pour apprhender le monde, via un lien entre lhomme et le cosmos.

    Elle parat fournir un soutien psychologique ses adeptes, spcialement parmi les populations fragiles (chmeurs, tudiants, personnes isoles, )

    mais ce lien est un raccourci frelat

    mais encourage le conformisme, le fatalisme, la dpendance

    Elle bnficie dune tolrance politique et conomique, car elle elle est utilise par les politiciens et son industrie est florissante.

  • LAstrologie

    Propose une approche globale, holistique pour apprhender le monde, via un lien entre lhomme et le cosmos.

    Elle parat fournir un soutien psychologique ses adeptes, spcialement parmi les populations fragiles (chmeurs, tudiants, personnes isoles, )

    mais ce lien est un raccourci frelat

    mais encourage le conformisme, le fatalisme, la dpendance

    Elle bnficie dune tolrance politique et conomique, car elle elle est utilise par les politiciens et son industrie est florissante.

    Lastrologie parle de lHomme et sadresse lHomme, rpondant son irrpressible besoin de croire.

  • Il est ncessaire de redonner au public le got et

    laccs la SCIENCE

  • LASTRONOMIE est bien adapte au R-enchantement de

    la Science

    Il est ncessaire de redonner au public le got et

    laccs la SCIENCE

  • 1. Introduction : quest-ce que lAstrologie ?

    2. Astrologie & Socit

    3. Astrologie & Astronomie

    4. Astrologie & Science

    5. Conclusion : le succs de lAstrologie et le rle de la Science

    Rfrences

  • Adorno, T. W., 2000, Des toiles terre. La rubrique astrologique du Los Angeles Times , Paris, Exils editions.

    Biraud, F., Zarka, P., 1998, Sur lastrologie : rflexions de deux astronomes, Journal des astronomes franais, 56, p. 23-34,

    http://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/reflexions.html Boy D. & Michelat G., 1986, Croyances et parasciences: dimensions sociales et culturelles, Revue

    Franaise de Sociologie, 43-1, 35-45.Boy, D., Michelat, G., 1993, Premiers rsultats de l'enqute sur les croyances aux parasciences, in La

    pense scientifique et les parasciences, Actes du Colloque de La Villette, Albin Michel, Paris, p. 209-215.

    Boy, D., 2002, Les Franais et les parasciences: vingt ans de mesures, Revue Franaise de sociologie, 43-1, p. 35-45.

    Carlson, S., 1985, A double-blind test of astrology, Nature, 318, p. 419-425.Collot, E., Kunth, D., 2000, Peut-on penser lastrologie : science ou voyance ?, Paris, Le Pommier editions.Kunth, D., Zarka, P., 2005, L'astrologie, Que sais-je ?, n2481, P.U.F. editions, Paris.Peretti-Watel, P., 2002, Sous les toiles, rien de nouveau ? Lhoroscope dans les socits contemporaines,

    Revue franaise de sociologie, 43-1, p. 3-33.Pirsig, R., 1978, Zen and the art of motorcycle maintenance, Editions du Seuil .Zarka, P., 2005, Astrologie et Pouvoir: un tandem gagnant, contribution au magazine CNRS Thema :

    Croyance et gouvernance, http://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htmZarka, P., 2009, Astronomy and astrology, IAU Symposium 260 The role of Astronomy in Society and

    Culture , Unesco, Paris, http://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/Zarka-IAUS260-Unesco2009.pdf

    Zarka, P., 2009, Un astronome et lastrologie, La Revue pour lHistoire du CNRS, Spcial 70 ans, n24, p. 48, http://www.cnrs.fr/fr/pdf/70ans/journal/flash.html#/48/

    http://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/reflexions.htmlhttp://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/reflexions.htmlhttp://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htmhttp://www2.cnrs.fr/presse/thema/481.htmhttp://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/Zarka-IAUS260-Unesco2009.pdfhttp://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/Zarka-IAUS260-Unesco2009.pdfhttp://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/Zarka-IAUS260-Unesco2009.pdfhttp://www.lesia.obspm.fr/perso/philippe-zarka/Divers/Zarka-IAUS260-Unesco2009.pdfhttp://www.cnrs.fr/fr/pdf/70ans/journal/flash.htmlhttp://www.cnrs.fr/fr/pdf/70ans/journal/flash.html