Click here to load reader

ARCEOLOGIE E ALLIER - · PDF file ARCEOLOGIE E ALLIER Montluçon Vichy Moulins Avermes La nécropole gallo-romaine du Pont du diable - Les Petites Roches, à . Avermes. Service d’Archéologie

  • View
    6

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of ARCEOLOGIE E ALLIER - · PDF file ARCEOLOGIE E ALLIER Montluçon Vichy Moulins Avermes...

  • A R

    C H

    E O

    L O

    G I

    E

    E N

    A

    L L

    I E

    R

    Montluçon

    Vichy

    Moulins

    Avermes

    La nécropole gallo-romaine du Pont du diable - Les Petites Roches, à

    Avermes

    Service d’Archéologie Préventive du département de l’Allier (SAPDA) Texte : D. Pasquier Clichés aériens : S. Quattrochi Balloïde Photo Infographie : R. Deparpe septembre 2014

    Une équipe de douze agents permanents et collaborateurs recrutés pour des durées

    déterminées, réalisent des diagnostics et des fouilles sur l’ensemble du territoire, tant en

    milieu urbain que rural.

    Commune : Avermes Lieu-dit : Pont du diable - Les Petites Roches Projet : ZAC d’Avermes

    Aménageur : SEAu

    Prescription et contrôle scientifique : Service régional de l’archéologie (DRAC Auvergne)

    Date de l’opération : du 13 juin au 31 octobre 2012

    Opérateur : Service d’Archéologie Préventive du Département de l’Allier.

    Responsable scientifique : Dorian Pasquier

    Chronologie du site : Ier siècle ap. J.-C.

    Département : Allier (03)

    http://www.allier.fr/1639-archeologie.htm

    Le Service d’ArchéoLogie Préventive du déPArtement de L’ALLier

    (SAPdA)

    Réactivité et savoir-faire : le service intervient rapidement sur les chan- tiers d’aménagement du territoire lo-

    cal (projets du Conseil général, d’amé- nageurs publics et privés).

    Le SAPDA oeuvre également pour la conservation et la valorisation des données qui permettent d’enrichir les connaissances sur le patrimoine bourbon- nais. Différentes actions pédagogiques et culturelles sont mises en place telles que des expositions, des conférences en milieu scolaire et associatif, des visites de chantier de fouille, des publications, et enfin des documentaires video.

    Vénus moulée en terre cuite blanche (K. Joeken)

    Tête féminine d’une figurine moulée en terre cuite blanche (C. Galouye).

    Vase à parfum léontomorphe (C. Galouye)

    (cliché:C.Galouye)

    A R

    C H

    E O

    L O

    G I

    E

  • Chez les gallo-romains, au Ier siècle de notre ère, la cérémonie funèbre était marquée par deux pratiques simultanées : la crémation sur bûcher et le banquet funé- raire. Le site d’Avermes a livré les vestiges de celles-ci en 2012, lors de la fouille d’un grand fossé et d’un enclos funéraire. D’autres découvertes témoignent de pratiques commémoratives secondaires : des urnes funéraires et des fosses contenant des résidus de crémation.

    La crémation consiste à brûler un défunt. Au sein même de cette pratique, le rang social privilégié du mort peut s’affirmer par la mise en place d’un bûcher construit au moyen d’un assemblage de bûches de bois. Le défunt est installé avant l’embrasement avec des offrandes : vais- selle, figurines en terre cuite, aliments, huile parfumée, etc.

    LA crémAtion Sur Le bûcher

    Pigeon en terre cuite découvert au sein de restes de bûcher (à gauche, C. Galouye) et vase à parfum représentant un lièvre couché (à droite, K. Joeken).

    Restes d’amphore mis au jour dans le fossé principal, probablement déposés à l’issue du banquet funéraire (C. Galouye).

    Les ossements calcinés sont déposés dans des vases en terre cuite ou en verre. Ceux-ci peuvent être enter- rés ou déposés à même le sol, toujours dans un es- pace réservé au monde des morts : la nécropole.

    LeS vASeS Pour reSteS oSSeux

    Une assemblée se réunit autour d’un banquet où chacun mange et boit. La vaisselle utilisée est ensuite brisée pour bien marquer la distinction entre le monde des morts et le monde des vivants. Ensuite, elle est déposée dans des fosses et les fossés de l’enclos funéraire où seront parfois ajoutés les restes du bûcher.

    Le bAnquet

    Ce sont des éléments pro- venant du bûcher funé- raire : restes carbonisés de vaisselle en céramique ou en verre, des effets personnels du défunt (fi- bules, perles et anneaux en verre, objets de soin corporel), fragments d’os (humains ou/et animaux), restes de bois calcinés et clous d’assemblage du bûcher. Tous ces éléments symbolisent l’évènement funéraire.

    LeS reSteS du bûcher et du bAnquet

    Vases ossuaires (S.Sylavie).

    A la période gallo-romaine, les espaces funéraires sont installés hors des agglomérations (extra-muros) et à proxi- mité des axes de circulation. Le site d’Avermes des Petites Roches n’échappe pas à ce modèle, puisqu’une voie an- tique traverse le site approximativement d’est en ouest. On y repère des fossés de part et d’autre de la chaussée (ou bande de roulement), sur laquelle sont conservées les traces (ornières) laissées par le passage de certains véhicules tractés : chars et cha- riots.

    un chemin bordAnt LA nécroPoLe

    Evocation du bûcher funéraire.

    M arie-N

    oëlle Baudrand

    N

    0 50 m

    Enclos funéraire

    Fossé principal Chemi

    n antiq ue

    Fosses à résidus de bûcher

    Objets isolés

    Vases en terre cuite à ossements

    Localisation des principaux vestiges (DAO : D. Pasquier)

    Restes de bûcher et de banquet (poteries et fragments de bûches carbonisées (C.Gérardin).

    Dessin d’une fibule en bronze émaillée (S. Ferragne).