aperçu Arles, décor et sculpture

  • View
    223

  • Download
    3

Embed Size (px)

DESCRIPTION

découvrez le livre Arles, décor et sculpture, à paraitre en juin 2009

Text of aperçu Arles, décor et sculpture

  • Hritage antique : le dcor romainles vnrables monuments de la ville romaine

    LAntiquit

    le remploi, marque de filiationcopier lantique

    Ab ira Leonis : le bestiaire arlsienle lion comme emblmele lion dcoratifdu taureau au biovariations sur un thme : les gammes de la faunemonstres et chimresles gargouilles

    La Ville Sainte : lempreinte religieuseUn dcor signifiant

    Le Moyen ge

    Vierges des ruessous la protection des saintsanges et putti

    Renaissance et Classicisme

    Une grande Cit : pouvoirs et socitsinsignes du pouvoirrenaissance de la Provenceles fruits de l'abondanceafficher son identit

    Le XIXe sicle

    gens de mtiers

    Volutes et modillons : ornements d'architecturel'harmonie des ordresexubrance des compositionfigures humainesle fantastique anthropomorphemythes et lgendesla pierre ajouredraperies de pierre

    Plans de la ville

    810

    1441822

    28303642444850

    5254

    584626670

    764

    7880848890

    92494

    100102106110114118120122

    124

    Le chantier a t achev par le tailleur de pierre, et attend l'intervention du sculpteur, sur le corps central et sur les cls saillantes des fentres. sous le ciseau du sculpteur, la pierre va maintenant prendre forme.

    Sous-prfecture dArles, 2 rue du clotre.

  • Ab ira leonis

    Le bestiaire arlsien

    Les murs dArles sont hrisss, bossels de reprsentations animales, dont la diversit va largement au-del de ce que le Crateur avait prvu.Certains ont t placs l pour effrayer, dautres pour protger, dautres encore pour difier, mais tous y figurent pour leur beaut plastique et fin dexciter nos imaginations.Ces reprsentations datent dun temps o lanimal rgne sur lunivers entier, lexception de la ville qui appartient aux hommes.Lanimal y est tolr en tat de servitude, vivant ou reprsent.Visitons cette arche de No ptrifie.

  • 42 - Ab ira Leonis Ab ira Leonis - 43

    41

    Reprsenter un taureau Arles, c'est, au-del des immmoriales liturgies tauroboliques mditerranennes, rendre culte Saint Luc, troisime ct du ttramorphe. C'est encore parler des lgions romaines, dont la sixime, dit-on, donna son emblme la nouvelle colonie. C'est voquer l'levage pratiqu depuis toujours en Camargue, la vie rude et noble des gardians, la manade, Folco de Baroncelli et Joseph d'Arbaud. C'est saluer le courage des jeunes arlsiens dfiant le danger dans l'arne. C'est enfin parler des rpublicains espagnols exils, qui trouvrent Arles une forte et dj ancienne communaut d'aficionados.

    42

    44

    416Ancienne boucherie, 62 rue du 4 Septembre.

    426Console supportant un bal-con, 27 boulevard Clmenceau.

    434Est-ce le taureau qui a prcd le lion comme emblme d'Arles ? Sur une frise gomtrique, son effigie trne alors au-dessus du banc des consuls, qui rendaient ici la justice de la ville.Taureau en bas-relief, palais des Podestats, plan de la Cour.

    446Compos dans les annes 60, ce bas-relief illustre le travail quotidien des gardians. Il est aussi la manifestation dune culture vivante.Taureaux et gardians camargais, bas relief, La Poste, 5 boulevard des Lices.

    Du taureau au biou

    43

    Ab ira leonisLe bestiaire arlsien

  • Ab ira Leonis - 47

    503Le registre des moulurations et dcors est riche et typiquement XIXe. Les dtails sont nombreux, trs ralistes, comme en tmoigne le petit lzard sur une grappe de raisins.Clef de fentre, 15 rue Baudanoni.

    516Ce type de dcor se retrouve plusieurs reprises Arles, sculpt dans la pierre ou forg dans le mtal. Ces ttes sont enlaces par un serpent.Entrelacs de chimres mi-animales mi-vgtales, 5 rue Balze.

    526Au-dessus de la porte, deux curieux animaux enserrent les initiales de la famille propritaire au XIXe sicle. Le collier et le grelot domestiquent quelque peu cette tte au corps de feuille. Chien aux oreilles de chne, poisson aux branchies trop dveloppes ?Imposte de porte, 31 rue des Arnes.

    51 52

    350

  • 62 - La ville sainte La ville sainte - 63

    68

    69

    67

    674La vierge et langelot de la faade sont un travail typique du XVIIe sicle, comme en tmoignent aussi le portail central ainsi que la porte latrale sur la droite.Vierge lenfant, glise de la Major, place de la Major.

    684Vierge implorante, impasse Balze.

    694Etonnante composition qui superpose, sur un dcor de base vernaculaire et presque maladroit, une statue centrale, des ornements floraux, des angelots et des pots feu au dessin enlev, raliss d'une main trs sre et qui mritent d'tre observs dans les moindres dtails.Vierge lenfant, 12 rue du docteur Fanton.

    Vierges des rues

    la ville SainteL'empreinte religieuse

    Des fouilles archologiques, effectues aprs les bombardements de 1944 sur la place de la Major, ont rvl que lglise homonyme avait t difie sur lemplacement dun temple la Bonne Desse, toujours attentives aux supplications et requtes.Disponibles, indulgentes, chastes et dvoues, les qualits attribues ces deux entits fminines se ressemblent.Les arlsiens des XVIe et XVIIe sicles , qui placrent si souvent une statue de la Vierge sur la faade de leur maison choisissaient ainsi de se placer sous sa tendre protection, et doffrir au passant une image rassurante, qui suscitait en chacun le meilleur.

  • Renaissance et classicisme

    Comme la ville antique ne semble compose que de monuments, la ville de la Renaissance et de l'ge classique semble une juxtaposition d'htels particuliers.Y aurait-il eu Arles une concentration d'aristocrates, qui expliquerait le nombre de maison nobles que l'on peut y voir aujourd'hui? Effectivement, sur l'ancien terroir qu'ils contrlaient, immense, les riches propritaires prfraient se regrouper, plutt que d'endurer un hiver sinistre dans un mas battu par le mistral.

    Mais c'est, plus techniquement, par une pnurie de matriaux que tout s'explique : Arles, tout doit s'importer, ds que l'on dsire construire. La pierre de Beaucaire vient en barque par le Rhne, celle de Fontvieille par les marais et les canaux. Les bois d'oeuvre flottent sur le fleuve depuis la valle de la Durance, de l'Isre, assembls en radeaux, jusqu'au port. Carreaux de sol et de cloisons, tuiles, vitres, quincaillerie n'chappent pas cette rgle. Alors, puisqu'il faut payer cher, on choisit la bonne qualit, et l'on n'conomise pas pour la mise en oeuvre.

    Lorsque l'on hrite de la maison de son aeul, elle est dmode mais solide, et la cte de la construction n'ayant pas baiss, on la conserve, transforme en maison de rapport. Les dcors, intrieurs comme extrieurs, ne sont alors pas dtruits, car peu importe au bailleur qu'ils soient dmods, si la toiture ne fuit pas.Voil ce qui explique en grande partie la merveilleuse prennit de la majeure partie de la ville ancienne.Il faut toutefois ajouter aux causes une autre pnurie, celle des moyens financiers, qui viendra inexorablement avec l'arrive du chemin de fer, qui ruinera le port qui avait fait l'aisance de la cit. Aprs cela, les arlsiens n'ont plus eu les moyens de transformer (de dtruire?) leurs anciens palais.Autrement, l'auraient-t-ils fait ?

    j

    k4

    j6Le portail est le morceau de bravoure de la maison. Les armoiries ont sans doute t buches : ne devine ton pas un casque ?Htel de la Lauzire, 42 rue de la Rpublique.

    k4Lrection au XVIIe sicle de loblisque prfigure la naissance de la place Royale, dont luvre architecturale majeure est sans conteste lhtel de ville, achev en 1676.Htel de ville et oblisque, place de la Rpublique.

    76

  • Volutes et modillons

    La faade est une vision du monde idalis par l'Homme. L'architecture enferme, classe et raisonne le catalogue de ses savoirs, mais aussi de ses rves et de ses angoisses. Le dcor le plus foisonnant, le plus exubrant, en un mot le plus sauvage se voit parqu et rang dans le cadre rassurant des traves se croisant angle droit.La Nature y est domine.

    Ornements darchitecture

  • Arles, dcor et sculptureJean-Marc BernardPhotographies : Herv Hte paratre : juin 2009

    Format : 15 x 21 cm (ferm la franaise)Nb de pages : 128Nb dill. : 150 couleurs

    Prix : 20 eurosISBN : 978-2-918371-00-7

    On connat dArles son amphithtre et son thtre antiques, sa

    cathdrale romane et sa douceur de vivre... En plus dune richesse

    monumentale remarquable distingue par lUNESCO au titre du pa-

    trimoine mondial de lhumanit, la cit arlsienne peut galement

    senorgueillir dune architecture et dun dcor sculpt dune varit

    et dune richesse exceptionnelles : marques religieuses, insignes du

    pouvoir, bestiaires fantastiques... se dclinent sur les faades, gran-

    dioses ou modestes, de la ville.

    Aux deux millions de visiteurs de la ville mais aussi tous les amou-

    reux sensibles au langage de la pierre, le livre permet de dcouvrir

    une ville autrement, en compagnie de Jean-Marc Bernard et du

    photographe Herv Hte. Sensibles, indits, parfois amusants, leur

    point de vue confronts reste toujours attentif rendre hommage

    ces tmoins des sicles passs.

    Jean-Marc Bernard

    Arlsien de naissance, Jean-Marc Bernard traduit pendant des an-

    nes son attachement la pierre de sa ville par lexercice de son

    mtier de tailleur de pierre. Sa connaissance exceptionnelle de la

    cit la conduit devenir aujourdhui responsable du secteur sau-

    vegard de la ville dArles.

    Herv Hte

    Anthropologue de formation, Herv Hte est photographe depuis

    toujours. Son premier terrain de jeu a tout naturellement t sa r-

    gion, la Camargue, ses habitants et ses touristes, traquant la fabri-

    cation du pittoresque (Arles : commune en France). En 2002, il fonde

    lagence Camleon et part vers de nouveaux horizons (photogra-

    phies de publicit, industrie, illustration). Touj