A433 La guérison divine (Chapitres 1 à 4)

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of A433 La guérison divine (Chapitres 1 à 4)

  • 8/3/2019 A433 La gurison divine (Chapitres 1 4)

    1/31

    A433 La gurison divine (Chapitres 1 4).Livre du Dr Jay Snell.

    Loriginal peut tre consult en anglais ladresse suivante :http://jaysnell.org/Book9HTM/table_of_contents.htm

    Traduit en franais par Henri Viaud-Murat.

    Chapitre 1. Pourquoi Jsus-Christ veut gurir chaque Chrtien, et par quels moyens Il veut le faire.

    La mort de Christ fait rfrence deux grandes alliances de l'Ancien Testament : l'Alliance conclueavec Abraham, et l'Alliance de la Loi de Mose. Beaucoup considrent que la Loi de Mose est spare etdistincte de l'Alliance conclue avec Abraham, mais il n'en est rien. D'aprs le Nouveau Testament, la Loide Mose a t ajoute l'Alliance avec Abraham, et elle est reste valide jusqu' la mort de Christ. Celatant dit, nous devons nous poser deux questions : quelle est la relation entre la Loi de Mose et l'Allianceconclue avec Abraham, et quel est le rapport avec le sujet de la gurison divine ? Nous allons rpondre ces deux questions.

    Pourquoi il est ncessaire que Jsus gurisse tous les Chrtiens.

    Dans l'Alliance conclue avec Abraham, Dieu avait promis au genre humain un certain nombre dechoses stupfiantes. A commencer par Abraham, Dieu lui avait promis, ainsi qu' ses descendants et,finalement, tout le genre humain, le salut pour leur me, la gurison pour leur corps, la prospritfinancire et matrielle, et le bien-tre pour leurs familles (Voir en note finale du document A434 la listedes rfrences bibliques de l'Alliance conclue avec Abraham dans le livre de la Gense - NdE). Dans l'redu Nouveau Testament, les Chrtiens sont greffs sur le tronc d'Abraham, de telle sorte que les promessesfaites par Dieu Abraham appartiennent tous les Chrtiens qui lisent ces lignes.

    Tout Chrtien a donc le droit, ds prsent, de recevoir la gurison pour son corps, la prospritfinancire et matrielle, et le bien-tre pour sa famille, en plus du salut pour son me. Tout cela tait inclusdans les promesses faites par Dieu Abraham, ses descendants et, de manire prophtique, toutes lesnations.

    Prs de quatre cent trente ans plus tard, Dieu ajouta la Loi cette alliance conclue avec Abraham,afin de rgler le problme des pchs commis par les descendants d'Abraham. Mais Dieu a voulu rgler le problme de ces pchs de telle manire que les descendants d'Abraham ne puissent pas perdre les bndictions reprsentes par le salut de leur me, la gurison de leur corps, la prosprit financire etmatrielle, et le bien-tre de leurs familles. En d'autres termes, Dieu a introduit la Loi pour rgler le

    problme du pch d'une manire qui leur permettait de maintenir les bndictions promises Abraham, ence qui concernait le salut de leur me, la gurison de leur corps, la prosprit financire et matrielle, et lebien-tre de leurs familles.

    Beaucoup considrent la Loi de Mose comme un simple moyen de rendre les Juifs conscients deleur culpabilit. Ils considrent que Dieu avait conu la Loi pour attirer la culpabilit et la condamnationsur Son peuple, en lui donnant une srie d'interdictions auxquelles personne ne pouvait obir, et faisantainsi de la Loi un "instrument de mort" et un "instrument de condamnation." C'est effectivement ce que laLoi aurait t, si Dieu n'y avait pas inclus tout un systme de sacrifices. Par consquent, dans l'AncienTestament, quand un Juif pchait, il lui suffisait d'offrir le bon sacrifice, dans le bon esprit, pour que toutes

    les bndictions promises Abraham continuent s'couler sur lui dans toute leur plnitude, que ce soitpour le salut de son me, pour la gurison de son corps, pour sa prosprit financire ou matrielle, ou pour

  • 8/3/2019 A433 La gurison divine (Chapitres 1 4)

    2/31

    le bien-tre de sa famille.

    Autrement dit, Dieu a ajout la Loi l'Alliance faite avec Abraham pour pouvoir rgler leproblme du pch, tout en conservant le bnfice des promesses faites Abraham et sa descendance.Dieu avait donn dans la Loi toute une srie de commandements et d'interdictions. Quand un Juif violaitune loi particulire, mais ds qu'il accomplissait le sacrifice requis, il continuait recevoir le bnfice desquatre bndictions promises Abraham, et que nous avons dj mentionnes. En revanche, quand un Juif

    commettait un pch, mais qu'il n'accomplissait pas le sacrifice requis, toutes les bndictions promises Abraham cessaient immdiatement de se manifester dans sa vie. Il perdait sa gurison, sa prosprit, lebien-tre pour sa famille, et mme son salut, tant qu'il n'avait pas offert le sacrifice exig. Mais ds qu'il serepentait de son pch, et qu'il manifestait sa repentance en offrant le sacrifice demand, les bndictionspromises Abraham recommenaient se dverser sur lui, l'instant mme o il avait offert son sacrifice.

    Quand Jsus vint, Il est devenu le sacrifice ultime pour le pch, selon la Loi de Mose. Parconsquent, quand un Juif reoit Christ comme tant son sacrifice ultime pour le pch, selon la Loi deMose, cela signifie qu'il continue bnficier, sans interruption, des bndictions associes l'allianceavec Abraham. Il conserve donc ce qu'il avait dj par l'alliance avec Abraham, grce son droit de

    naissance, c'est--dire le salut de son me, la gurison de son corps, la prosprit matrielle et financire, etle bien-tre pour sa famille.

    En revanche, le Juif qui refuse d'accepter Jsus en tant qu'ultime sacrifice divin pour le pch, selonla Loi de Mose, et qui prfre se confier dans le sacrifice des taureaux et des boucs, celui-l perd toutes lesbndictions reues en vertu de sa naissance sous l'alliance avec Abraham. En effet, Dieu n'accepte plus lesang des taureaux et des boucs ! Ce Juif-l est tout autant sur la voie de l'enfer et de la perdition quen'importe quel paen.

    Lorsqu'un paen accepte Christ comme son Sauveur personnel, il est greff sur le tronc d'Abraham,

    et participe ses bndictions. Grce cette greffe, il peut recevoir les mmes bndictions qui taientcelles des Juifs depuis le Livre de la Gense : salut, gurison, prosprit, et bien-tre pour sa famille. Parcette greffe dont nous bnficions, nous qui faisons partie des paens et des Gentils, nous faisons partie dela descendance d'Abraham. Nous devenons membres du groupe des descendants d'Abraham. En outre, lespaens greffs sur le tronc d'Abraham reoivent les mmes bndictions qui taient autrefois rserves auxJuifs. A prsent, Juifs et paens sont hritiers des mmes bndictions promises Abraham.

    Jsus a accompli six choses pour abolir la Loi de Mose.

    La mort de Christ a reprsent l'ultime sacrifice divin pour le pch. Par Sa mort, d'une part, Il a

    ratifi l'alliance avec Abraham et, d'autre part, Il a aboli la Loi de Mose. Lisez les deux passages ci-dessous :

    "Car il est notre paix, lui qui des deux n'en a fait qu'un, et qui a renvers le mur de sparation, l'inimiti,ayant ananti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de crer en lui-mme avec lesdeux un seul homme nouveau, en tablissant la paix, et de les rconcilier, l'un et l'autre en un seul corps,avec Dieu par la croix, en dtruisant par elle l'inimiti" (Ephsiens 2 : 14-16).

    "Il a effac l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a dtruit en leclouant la croix" (Colossiens 2 : 14).

    Ces passages nous rvlent que Jsus, par Sa mort, a accompli six choses en ce qui concerne la Loi :

    1. Il l'a renverse.

  • 8/3/2019 A433 La gurison divine (Chapitres 1 4)

    3/31

    2. Il l'a anantie.3. Il l'a abolie.4. Il l'a dtruite.5. Il l'a efface.6. Il l'a cloue la croix.

    Par consquent, la mort de Jsus est directement relie aux deux grandes alliances de l'Ancien

    Testament, l'Alliance conclue avec Abraham, et l'Alliance conclue par la Loi de Mose. Par Sa mort, Jsusa ratifi la premire alliance, et aboli la seconde.

    Puisque la mort de Jsus a ratifi l'alliance conclue avec Abraham, qui nous garantissait la gurisonpour nos corps, il est donc parfaitement normal que les Ecritures rptent de multiples reprises que lavolont de Dieu soit toujours de nous gurir. En effet, c'est un fait tabli que les Ecritures nous expliquentabondamment cette vrit.

    Elles nous l'expliquent en ceci que Dieu a prvu au moins huit moyens pour nous transmettre cettegurison. J'aurai l'occasion de parler en dtail de ces moyens utiliss par Dieu pour nous transmettre lagurison. L'un de ces moyens ne requiert mme pas la foi de celui qui reoit la gurison, tandis que les septautres requirent un acte de foi de la part du malade. Par consquent, nous tudierons ces huit moyens degurison en deux parties distinctes.

    Premire partie : Premier moyen de gurison divine.

    Dieu gurit par l'onction du Saint-Esprit et le don des gurisons.

    "Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul, au point qu'on appliquait sur lesmalades des linges ou des mouchoirs qui avaient touch son corps, et les maladies les quittaient, et lesesprits malins sortaient" (Actes 19 : 11-12).

    "Or, chacun la manifestation de l'Esprit est donne pour l'utilit commune. En effet, l'un estdonne par l'Esprit une parole de sagesse ; un autre, une parole de connaissance, selon le mme Esprit ; un autre, la foi, par le mme Esprit ; un autre, le don des gurisons, par le mme Esprit" (1 Cor. 12 : 7-9).

    Gardez fermement l'esprit qu'il s'agit l du seul moyen de gurison divine qui ne requiert aucunacte de foi de la part de celui qui reoit la gurison. Il s'agit de cette clbre "onction" dont nous faisons sigrand cas dans nos glises charismatiques. Mais, en faisant un aussi grand cas de cette "onction," on l'aaussi rendue dangereuse. Elle est devenue dangereuse, parce que nous avons donn l'impression aux non-initis que si l'on n'est pas guri dans l'une de nos grandes conventions de gurison, alors tout est perdu.

    Nous avons donc entretenu deux impressions fausses : que Dieu ne les aime pas, et que ce n'est pas lavolont de Dieu de les

Search related