42674734 Memento de Tactique Generale

  • View
    335

  • Download
    5

Embed Size (px)

Text of 42674734 Memento de Tactique Generale

MINISTERE DE LA DEFENSE

CENTRE DE DOCTRINE DEMPLOI DES FORCES ____________________DIVISION EMPLOI - ORGANISATION ____________________

MANUEL DE TACTIQUE GENERALE

Approuv le : sous le n:

XXX /DEF/CDEF/DEO/B.LOG

Edition 2006

Annule et remplace le TTA 901 Forces terrestres en opration Edition avril 1999

-1-

SOMMAIRE

1 NATURE PERMANENTE DE LA GUERRE ET DES OPERATIONS............................................................................ 3 2 LES NOUVELLES CONDITIONS DE LA GUERRE ET DES OPERATIONS............................................................................ 3 3 PRINCIPES DE LA GUERRE PERENNESCOROLLAIRES NOUVEAUX............................................................................... 43.1 Des principes tablis.......................................................................................... 4 3.2 Des conditions de russite politique................................................................. 16 3.3 Des conditions oprationnelles......................................................................... 18

4 Les principes tactiques des oprations terrestres.......... 314.1 Des fondamentaux respecter........................................................................ 31 4.2 Des structures adopter.................................................................................. 46 4.3 Des notions matriser : les instruments heuristiques..................................... 58

5 OPERATIONS TERRESTRES DANS LA MANUVRE OPERATIVE INTERARMEE.................................................... 625.1 Contribution des forces terrestres aux engagements interarmes................... 62 5.2 Dfinition des oprations /campagnes interarmes......................................... 66 5.3 Oprations aroterrestres................................................................................. 69 5.4 Oprations amphibies / aroportes................................................................ 75 5.5 Les oprations multinationales (alliance, coalition, interoprabilit, culture ).......................................................................................................... 88

6 DROIT, ETHIQUE ET FACTEURS RELEVANT DES FORCES MORALES............................................................... 896.1 De la spcificit du mtier militaire................................................................... 89 6.2 Fondements et principes dthique et de dontologie : dfinitions................... 90 6.3 Cohsion morale et esprit de corps.................................................................. 90 6.4 Au cur de lefficacit oprationnelle collective : valeur individuelle, courage et rsistance............................................................................................................... 95 6.5 Lhomme au cur de lefficacit oprationnelle :. De limportance de la discipline et de lintelligence de situation dans la mise en uvre de la force matrise .............................................................................................................. 98 6.6 Lois de la guerre et cadre juridique (dont lgitime dfense, acte hostile , intention hostile et rgles dengagement)............................................................... 99

7 LE COMMANDEMENT DE FORCES TERRESTRES........ 1037.1 Nature et style de commandement................................................................. 103 7.2 Exercice du commandement.......................................................................... 111 7.3 Lenvironnement du commandement............................................................. 112 7.4 Commandement des forces terrestres en opration...................................... 115

8 LE SOUTIEN DES OPERATIONS TERRESTRES.............1218.1 Contexte du soutien en opration................................................................... 121 8.2 Principes et rgles.......................................................................................... 130 8.3 Composantes et organisation du soutien....................................................... 138 8.4 Perspectives logistiques................................................................................. 159

-2-

1 NATURE PERMANENTE DE LA GUERRE ET DES OPERATIONS 2 LES NOUVELLES CONDITIONS DE LA GUERRE ET DES OPERATIONS

-3-

3 PRINCIPES DE LA GUERRE PERENNES COROLLAIRES NOUVEAUX Nattaquez pas lennemi lorsquil respecte les rgles de la guerre, mais exploitez sans dlai la moindre erreur de sa part. Frdric le Grand

3.1 Des principes tablisLaction militaire repose sur trois principes fondamentaux, appels principes de la guerre, qui ont t noncs par le marchal Foch : la libert daction, la concentration des efforts et lconomie des forces. Ces principes se combinent sous deux types dapproches : lapproche directe et lapproche indirecte. Approche directe (TTA 106) : Concept stratgique envisageant de dtruire les forces combattantes de lennemi Approche indirecte (TTA 106) : L'approche indirecte recherche la victoire, quel qu'en soit le niveau, par l'effondrement plus que par la destruction de l'adversaire envisag comme un systme plus que comme une accumulation de forces. Lapproche directe et lapproche indirecte seront dtaills dans le chapitre 4. Ces principes sappliquent en phase de coercition comme en phase de stabilisation.

3.1.1 Libert dactionLibert daction (TTA 106) : Possibilit pour un chef de mettre en uvre tout moment ses moyens en vue d'atteindre, malgr l'ennemi, le but assign. Principe de libert daction (TTA 106) : Pouvoir agir malgr l'adversaire et les diverses contraintes imposes par le milieu et les circonstances. La libert d'action repose sur : a - la sret, qui permet de se mettre l'abri des surprises ; b - la prvision et l'anticipation des vnements et des actions adverses ; c - la capacit de prendre l'ascendant et d'imposer son rythme l'adversaire. La libert daction repose donc sur une capacit danalyse et de comprhension de la mission dans sa lettre et dans son esprit, sur une connaissance approfondie et surtout sur une comprhension de ladversaire et du milieu et, enfin, sur une organisation rigoureuse de la sauvegarde.

3.1.1.1 Souci de comprhension de la missionIl sagit de bien intgrer lesprit de la mission reue, cest--dire den bien comprendre lesprit avant dappliquer la lettre. Ainsi, lanalyse de la mission reu commence par le fameux De quoi sagit-il ? du marchal Foch. Une mauvaise comprhension de la mission peut avoir des consquences funestes sur la ralisation de leffet majeur voulu par lchelon suprieur. Ce souci de comprhension de la mission peut alors ncessiter des limites poses la libert daction du subordonn pour viter ce genre derreur.

-4-

Exemple historique : Auerstedt 1806 (Davout)

Contre-exemple historique : Waterloo 18 juin 1815 (Mauvaise excution de la mission confie Grouchy) Grouchy, la tte de 33.000 hommes, reoit pour mission de poursuivre et dloigner les Prussiens du champ de bataille principal de Waterloo o Napolon, avec 74.000 hommes, affrontera les 68.000 anglais de Wellington. Le 18 juin 1815 ds midi, les franais ont attaqu sur laile droite anglaise puis au centre et ont subi de lourdes pertes et des contre-attaques srieuses. La situation est trs dlicate. En milieu daprs-midi, les Prussiens de Blcher abordent le dispositif franais sur son flanc droit Plancenoit. Mais Grouchy est introuvable, peut-tre faute davoir bien interprt les ordres de lEmpereur. Engag alors sur deux fronts distincts, Napolon envoie la Jeune Garde contenir les Prussiens. En fin de journe, les franais reculent sur lensemble du champ de bataille puis battent en retraite sur la route de Rossomme en perdant au total 29.000 hommes. Grouchy, averti sans doute trop tard de la tournure des vnements qui se sont drouls moins de 20 km de ses positions, se replie en France avec ses 33.000 soldats. Cet exemple illustre la ncessit du souci de comprhension de la mission car il semble certain que si Grouchy avait contenu les Prussiens lcart ou sil avait rejoint au moins Napolon avant le recul de la Vieille Garde, le sort de la bataille aurait t tout diffrent avec un rapport de force ainsi rtabli. Ainsi, labsence de Grouchy a fait perdre Napolon sa libert daction.

3.1.1.2 Capacit dorganisation rigoureuse de la sretLa sret conditionne la libert daction. Mais, dune part, la sret nest pas le but unique et dautre part, elle ne se construit que dans linstabilit car lennemi sy oppose en permanence. Il faut donc ne retenir quun seuil de sret suffisante. Plusieurs lments concourent la sret : le renseignement, les mesures de coordination et le dispositif des forces. La sret se conquiert, elle constitue une sorte de combat prliminaire dont les effets doivent tre ensuite entretenus en permanence quand la bataille principale est engage. La sret sera dtaille plus loin au paragraphe 3.3.3.

3.1.1.3 Facult de prvision et danticipationIl sagit de diminuer au maximum les alas du combat donc dtudier les conditions de confrontation avec ladversaire et les consquences possibles car il y aura toujours interaction entre les forces amies et ennemies. Ltude de la manuvre future est alors lobjet de la planification qui labore un plan de manuvre et un plan de renseignement. Exemple historique : Prparation dAusterlitz 1805 (Prvision et anticipation) Napolon prvoit et anticipe lchec de sa proposition darmistice par son missaire Savary auprs de lempereur russe Alexandre Ier : il fait simuler le repli denviron 50.000 hommes non loin du marchal Koutouzof pour pousser les coaliss la faute. Ainsi les coaliss, refusant larmistice, dcident dengager 90.000 hommes dans un combat quils pensent trs favorable. Napolon fait alors rejoindre le 1er corps de Bernadotte et le 3me corps de Davout pour porter ses effectifs 75.000 hommes, mais bien renseign sur les manuvres e