Click here to load reader

1er n° de MediaUs Mag ENCG-Casablanca, Maroc

  • View
    231

  • Download
    5

Embed Size (px)

DESCRIPTION

1er n° de MediaUs Mag, le magazine bimensuel de l'ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca

Text of 1er n° de MediaUs Mag ENCG-Casablanca, Maroc

  • DOSSIERLe Sahara...L'affaire de touS LeS marocaine

    Le 109 me derby casablancais.La victoire aux rouges

    N1 / Fvrier - Mars 2011

    www.mediaus.ma

    Jeunesse marocaine.Quels apports pour l'intgrit

    territoriale ?

    Portrait. Anas El Filali... Le Serial Entrepreneur

  • 2011 MediaUs. Tous Droits rservs

    MediaUs Mag'Responsable gnral

    Zouhir DROUSSI

    Directrice de la rdactionBoutana SARHRANY

    RdacteursAbdellatif IMHILNE

    Achraf BENJELLOUNChaimaa ERRAJI

    Ghita DRISSIHind ERRICHI

    Imane HIRIKhawla LAMBARKI

    Mehdi EL BAYADMeryem ELABBAR

    Narjis ALIANE

    PhotographeWalid Elkhaldi

    Conception et maquetteSanae EL HABBARI

    SupervisionSalma MYAR

    MediaUs Mag' est une revue de l'Ecole Nationale de Commerce et

    de Gestion de Casablanca (ENCGC), cre par le Club MediaUs en

    Fvrier 2011

    MediaUs Mag'Fvrier 2011 3

    Bientot sur MediaUs ...

    Bientot l'ENCG-Casablanca ... !

    Stay Tuned ;) !

  • Sommaire Lactu

    Page 32 - 33 : Reportage Photos Page 34 : Portrait Page 35 : Culture Page 36 : Beaut et Accessoires Page 37 : Nouvelles parutions des livres Page 38 : Recettes simples Page 39 : 100% 3arabiya

    Le mag

    MediaUs sous son nouveau jour Jeunesse Estudiantine FminineLa relve est l!Festival SIFE EnvironnementBDE et soire dintgration: Une premire lENCGC !Jeunesse Marocaine : quels apports pour lintgrit territo-riale ?Club Entreprendre Au Fminin

    Quoi de neuf lENCGC Pages 6 - 11

    Lancement des quatres tablettes AcerLa Chine en matire de recherche et dveloppement 2010 Camscope 3D

    Science et Technologie Pages 26 - 27

    Europe: Grande-Bretagne: Le mariage du sicle !Amrique latine: Le cholra engloutit les hatiensAfrique: La Cte divoire au bord du chaosMoyen-orient: Enfin, un gouvernementAsie: Core du nord VS Core du sud

    Le monde Pages 28 - 29

    La niaque catalane face aux protgs de MourinhoEpoustouflant : le 109 me derby casablancaisEt lquipe nationale renat de ses cendres

    Sport Pages 30 - 31

    DOSSIER La marche verte de lan 2010Les efforts du Maroc pour le rglement pacifique de la ques-tion du SaharaLes relations maroco-algriennesQuest ce que le Polisario ?

    Politique Pages 20 - 25

    Tourisme, Vision 2020 : quelles perspectives ?LIrlande: coup dur pour lEuropePNUD: Maroc au 114me rangCasablanca Une immense leCode de la route Marocain : Entre chec et russite GRH: Gestion des comptences

    Economie, Social, Droit, affaires

    Pages 12 - 19

    4 5MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Quoi de neuf lENCGC

    MediaUs soUs son noUveaU joUr

    Avant mars 2010 MediaUs ntait encore quun projet am-bitieux que quelques tudiants avides de changement ont russi concrtiser et cela, dans un premier temps, afin de promouvoir limage de lENCG de Casablanca et de lui rendre justice aux yeux du grand pub-lic. Ses membres ont veill mettre en uvre, lors de sa cration, trois cellules afin de pouvoir assurer la couverture de toutes les activits et vnements organiss par lEcole savoir des cellules : Rdaction, logis-tique et publication. MediaUs a fait ses preuves depuis le temps. Son parcours remarquable lui a permis de devenir lun des clubs phares de lcole, grce notamment aux efforts non ngligeables et limplication sans pareil de ses mem-bres. Les objectifs fixs ont t dpas-ss, ce qui a amen le club tendre ses activits en organisant quelques vnements dont le succs a t in-contestable. Nous pouvons en citer

    le fameux ENCG-C Moments relatant lhistoire vnementielle de notre cole. Comme toute quipe comptente

    qui se respecte, la notre est en qute permanente dinnovation et la prou-v encore une fois en tablissant le plan daction prvu pour lanne cou-rante qui a ncessit une restructura-tion totale de lorganisation du club. Il est prsent constitu de trois sections : Mdias, Events et Cinma, chaque section comprend plusieurs membres dirigs par un responsable qui son tour est encadr par un chef de section. Ces postes sont tous par intrim ce qui met rude preuve limplication et la motivation de cha-cun des membres de MediaUs. Cette anne notre quipe compte bien se surpasser, parmi ses projets en cours de ralisation : le tour-nage dun documentaire et dune

    srie sur lENCG-C, le lancement dun magazine, lorganisation de plusieurs vne-ments de grande envergure ainsi que la participa-tion aux festivals nationaux et in-ternationaux du court-mtrage. MediaUs voit la vie estudiantine sous un tout au-tre angle et offre de nouvelles per-

    spectives aux tu-diants de lENCG de Casablanca. Alors comme on le dit si bien chez nous Lets shine !

    jeUnesse es-tUdiantine

    FMinine. La reLve est L! U

    ne nouvelle anne universitaire, implique forc-ment de nouveaux dfis relever, des efforts plus importants fournir mais aussi du srieux et de la

    persvrance en revendre. Alors qu lENCG de Casa-blanca, elle est plutt synonyme du dbut dune toute au-tre aventure qui connatra son lot dmotions, de russites et de dceptions comme ses antcdentes, mais dont on saura apprcier chaque instant sa juste valeur. Ce sont les Sifistes de lEcole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca qui sengagent dans cette aventure chaque anne et qui en retirent une exprience humaine des plus mmorables. Aprs un recrutement minutieux de ses nouveaux mem-bres et la prsentation des projets sur lesquels sest port son choix cette anne, SIFE ENCG-C entame ses activits sociales pour lanne courante par une action environne-mentale. Nos Sifistes nous ont prouv plusieurs reprises avoir la main verte, notamment grce la Green Touch qui a connu un succs remarquable. Ils ont donc organis le Festival de lEnvironnement dans sa deuxime dition en partenariat avec lassociation 3C et lInstitut Mditer-ranen du Littoral, sous le thme : Tous, pour la protec-tion du littoral ! Cette grande manifestation qui a pris place au quartier Sidi Bernoussi Casablanca, sest tendue sur six jours, du lundi

    2 2 / 1 1 / 2 0 1 0 au samedi 27/11/2010. Elle a runi un bon nom-bre de jeunes afin de les sensibiliser l importance de la prserva-tion du littoral. Et cela trav-ers des ateliers de formation, quelques comptitions, une confrence ayant pour thme : limportance de la protec-tion de notre littoral, ainsi que la ralisation de chantiers environnementaux. Ce projet sest inscrit dans les efforts dploys par les autorits marocaines, que ce soit au niveau gouvernemental ou local, pour la sauvegarde de lenvironnement et la lutte contre la pollution. Le Festival de lEnvironnement nest certainement que le dbut dune srie dautres vnements plus russis les uns que les autres. Puisque SIFE ENCG-C, grce la qualifica-tion de ses membres et leur efficacit, nous a habitu des rsultats de qualit la hauteur de nos esprances.

    FestivaL siFe environneMent

    Rdig par Meryem EL ABBAR

    Rdig par Meryem EL ABBAR

    Rdig par Narjis ALIANEResponsable Communication

    du JEF

    6 7

    N grce linitiative dtudiants en S1, le club Jeunesse Estudiantine Fmi-nine, compos de membres des deux sexes, propose une relle ac-tion de sensibilisation visant pro-mouvoir les valeurs dgalit des sexes au sein de notre cole pour permettre de former non seule-ment des futurs leaders comp-tents dans leur travail, mais aussi et surtout, des citoyens conscients de leurs droits, devoirs et respec-tueux de leurs futurs employeurs, collgues, subordonns et em-ploys, sans diffrence de sexe.

    Plus quun club, JEF est un con-cept nouveau qui vise sinstaller dans toutes les coles suprieures du Royaume, afin dencourager les tudiants opter pour les voies du progrs et constituer la relve des diffrents acteurs civiques qui ont uvr pour le dveloppement du Maroc. Ainsi JEF reprsente lunion entre tudiantes et tudiants (et donc entre hommes et femmes) engags dans la construction de la modernit de notre pays.

    MediaUs Mag'Fvrier 2011

    MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Quoi de neuf lENCGCBde : eLections et soire

    dintgration

    Les prtendants au poste, pour reprsenter la 1e, 2e et 3e promotion, se sont organiss en deux quipes: BDE COM' et ENCG-C VOICE. Pendant une semaine du mois de Novembre, l'ENCG-C a vcu sur les rythmes de la campagne

    lectorale opposant BDE COM' et ENCG-C VOICE, qui a commenc juste aprs la prsentation des programmes lectoraux . Il n'y avait pas une grande diffrence entre les deux programmes (miroirs, rideaux, transport), les deux quipes ont promis de trouver des solutions l'ensemble des problmes dont souffrent les Encgistes au quotidien. Or, on sait toutes et tous que les BDE travers le monde s'occupent des activits extrascolaires et en particulier: la soire d'intgration. Ds le lendemain, des affiches avec slogans (BDE COM' Kolchi dyalom, ENCG- VOICE The Way We Move) ont t placardes partout pour rcolter le plus grand nombre de voix possibles. Ces affiches ont fait parti, tout au long de la campagne, du paysage de l'cole. Une concurrence accrue qui faisait penser un march d'oligopole de guerre, sans aucun doute la forme la plus favorable aux consommateurs, dans notre cas: les tudiants, en particulier ceux de la 1re anne bien qu'ils n'taient pas concerns par cette cam-pagne. Une concurrence grce laquelle l'ENCG-C a vibr chaque jour sur les rythmes de DJs et troupes musicales de tout genre Les plus marquantes taient: le groupe OSTINA TONO invit par les COMistes et bien entendu Oliver Shine II par les VOICiste, tous les deux sur place le jour J-1. Il est vrai que, en pleine saison d'automne, une ambiance estivale rgnait sur l'ENCG-C, mais une ambiance de guerre froide aussi s'imposait l'cole, divise pendant des jours en deux blocs. Cependant, le jeudi 28 Octobre 2010, le grand jour du vote tant attendu par tous, a mis fin cette bipolarit. Les lecteurs se sont dirigs ce jour, vers la Salle du vote, afin de choisir dmocratiquement leurs reprsentants, sous le contrle d'tudiants neutres de S1 et avec la prsence des reprsentants de chaque quipe pour veiller sur le bon d-roulement et la transparence du vote. Un peu plu tard, en fin d'aprs midi, on entendait les cris de victoire du parti gagnant: ENCG-C VOICE avec plus de 60% des voix, une ma-jorit absolue. Le lendemain, on a assist un retour la normale dans l'cole, des tudiants fatigus force de crier et danser tout au long de la semaine, les supporters de l'quipe gagnante

    motivs, mais puiss mme aprs une nuit de sommeil. La semaine daprs, le nouveau BDE frachement lu, a con-voqu les dlgus de classes des diffrentes promotions, mme ceux de la 4me, bien qu'ils n'avaient toujours pas de reprsentants, pour tre l'coute des tudiants et des dif-ficults auxquelles ils sont confronts au quotidien, en tte de liste: le Transport. Et comme promis, le Vendredi 12 novembre 2010, juste avant les vacances de l'Aid. La soire d'intgration avec Oliver Shine II au sanctuaire MAZAGAN BEACH RESORT d'El Jadida, a t organise. Des bus qui ont fait le dpart de diffrents points sur Casablanca: l'ENCG-C, l'htel HYATT REGENCY, Marif, ont t mis la disposition des tudiants pour les conduire la soire.La fameuse soire d'intgration a commenc vers minuit et s'est termine 6h du matin. Six heures de musique non-stop avec une surprise, une pause orientale au milieu de la soire avec la clbre danseuse marocaine NOOR. La prsence de Simo Ben Bachir, prsident du ruban rouge pour la lutte contre le SIDA et journaliste prfr des stars, a t remarque. Waka Waka, Loca, Alors on danse, I'm in Miami BiTch, I Gotta feeling sont des tubes qui vont rest-er gravs dans la mmoire des Encgistes l'issue de cette soire.

    Un mois plu tard, cest au tour de la 4me promotion, de choisir ses 2 reprsentants auprs du Bureau des tudiants. Ce dcalage entre les lections des anciennes promotions et celles des nouveaux arrivants, tait voulu, pour donner aux nouveaux Encgistes un peu plus de temps pour se familiar-iser et faire connaissance. Au total 8 candidats se prsentrent en essayant dinciter les lecteurs avec des affiches et des slogans de toutes

    sortes, savoir : Keltoum Korfi, Abdelhakim Abbour, Badr Abderraziq, Houda Sahibeddine, Merieme Nadouf, Zineb Moumnine et Zineb Gherraby. La campagne lectorale a commenc le Lundi 29 No-vembre 2010, pour voter 3 jours aprs. Cependant, le lendemain Mardi, lcole a ferm ses portes en raison des intempries, le Mercredi, la quasi-totalit des tudiants na pas pu venir, ainsi, le jour des votes a t fix pour le Jeudi suivant, les candidats ont donc eu droit une semaine sup-plmentaire pour obtenir le maximum de votes.

    Le jour J, lopration sest droule normalement et en toute transparence, le taux de participation a dpass les 60%. Les rsultats ont t publis 15h30. Keltoum Korfi a eu droit plus de 37% des voix, Zineb Gherraby 26,5%, Abdelhakim Abbour 24,5%, Houda Sahibeddine 6%, Badr Abderraziq 4% et Mohamed Jeddi 2%. Alors que les postes de dlgus sont principalement occups par des tudi-ants de sexe masculin, la premire anne a eu droit deux jeunes demoiselles pour la reprsenter au BDE, savoir : Keltoum Korfi et Zineb Gherraby.

    Rdig par Mehdi EL BAYAD

    Pour la premire fois dans la courte histoire de notre cole. Les Encgistes, lexception de la premire anne S1, ont des reprsentants de promotions auprs du bureau des tudiants. Ces derniers ont t choisis dmocratiquement par la majorit travers des lections Cela implique donc: une campagne lectorale !

    8 9MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Vu les derniers vnements survenus au Sahara et vu lattachement des tudiants de lENCG Casablanca leur pays et son intgrit territoriale, le club MediaUs de lcole sest fix comme objectif primordial dorganiser une table ronde sur Jeunesse Marocaine : Quels ap-ports pour lintgrit nationale ? Pour ce faire, des tudiants engags et fiers de leur marocanit ont fait en sorte que dillustres invits r-pondent au rendez-vous et animent la table ronde. Nous citerons entre au-tre M. Anas El FILALI, Entrepreneur, blogueur et militant social, M.Bayassine El MAH-JOUB, Prsident de Marocains sahraouis sans frontires , M. Mohammed ZAR-HOUNI et M. Moham-med Zineddine, Profes-seurs Universitaires. A cet vnement furent galement prsents des tudiants dautres coles que lENCGC a accueilli chaleureuse-ment. Cette premire nationale con-cerne non seulement les encgistes casablancais mais tout citoyen souci-eux de son pays et soutenant la cause saharienne. Le dbat a t fructueux et surtout rempli de sens. En gros, selon nos aimables invits, le Sahara est incon-testablement marocain et les revendi-cations du Polisario ne sont quun mi-rage sans plus. Ils ont galement insist sur le fait que cest le Polisario sous le contrle de lAlgrie qui porte atteinte aux droits de lhomme en voquant lesclavage et laffaire Mostapha Ould Selma et non pas le Maroc comme le

    prtendent nos ennemis. Lun des points essentiels soulev est la mdiatisation. Il est clair que le Ma-roc ne sinvestit toujours pas suffisam-ment dans la mdiatisation de laffaire. Or, cette fois cette mdiatisation pren-dra dautres formes, les journaux et la tlvision ne sont plus dactualit, notre guerre devra utiliser un moyen beaucoup plus puissant, ce nest au-

    tre quinternet. Nos invits ont souli-gn que le Polisario tant minoritaire lance de grandes propagandes sur le net, ils ne sont que deux personnes alimenter le rseau et ils dpassent de loin les marocains qui sont plus que majoritaires. Donc, la morale saisir, cest que le Sahara nest plus laffaire que des diplomates mais galement celle du peuple. Si chacun dentre nous prend rien quune demi-heure pendant la journe afin de dire les quatre vri-ts sur le Sahara, on va inonder le net et ainsi ne donner aucune chance nos rivaux.

    De plus limplication des jeunes tu-diants dans la politique et surtout dans laffaire saharienne est plus que sou-haite. Nos jeunes devraient participer et tre actifs afin de revendiquer aux cts de nos hommes politiques ce qui est le leur. Dans la mme vision des choses, les jeunes daujourdhui devraient connatre lhistoire du Saha-ra pour pouvoir la dfendre au mieux et surtout pour apprendre des erreurs

    du pass et ne pas les perptuer. Les marocains, selon nos in-

    tervenants, sont absents dans les colloques inter-

    nationaux. Une minorit seulement y assiste et dfend la cause nation-ale. Cependant, il y a des programmes qui permettent de partic-iper des rencontres internationales gratu-itement. Ceci dit, nous

    autant que citoyens pouvons avoir un grand

    impact sur lvolution de laffaire saharienne.

    Laffaire Saharienne est une affaire tous, que nous soyons

    jeunes ou vieux, femmes ou hommes, ministre ou instituteur Tous les maro-cains devraient se mobiliser pour rcu-prer leur terre, dautant plus que les villes du sud offrent de grandes oppor-tunits dinvestissements et de grands chantiers sont en cours de ralisation. Les jours qui arrivent seront difficiles dautant plus que notre premier rival africain lAfrique du sud sigera au con-seil de scurit de lONU. Comme la dit feu Hassan II : Nous devons tous tre mobiliss comme tant un seul homme.

    Quoi de neuf lENCGC

    jeUnesse Marocaine.qUeLs apports poUr Lintgrit territoriaLe ?

    cLUB entreprendre aU FMinin

    Voil quelques dcennies, le rle de la Femme dans la socit, plus spcifiquement dans lconomie, est devenu de plus en plus important, plus encore, le facteur fminin a envahi le monde du travail, pour devenir une ncessite en entreprise. Quelle soit simple ouvrire ou bien cadre en entreprise, la Femme a su prouver sa comptence, sa capacit faire face aux diffrentes situations quelle pourrait rencontrer au travail, ainsi quune trs intressante implication et une grande intelligence. A prsent, on parle mme de Femme Dirigeante, Femme Entrepreneur, ou encore de Femme Chef dEntreprise. Sauf que malgr tous ces exploits, la Femme marocaine na pas encore atteint un degr dpanouissement qui pourrait la qualifie dgale lhomme, et cest dans cette perspective que des organismes dont le but principal est la lutte pour la cause fminine ont vu le jour. Cest dans ce cadre bien prcis, que nous tudiants des quatre diffrentes promotions que nous sommes, avons

    eu lide de crer au sein de lEcole Nationale de Com-merce et de Ges-tion de Casablanca, un club qui porte le nom de C.E.A.F (Club Entrepren-dre Au Fminin), une organisation dtudiants pour la cause fminine, dont la principale vocation est la val-orisation du rle de la Femme marocaine dans la socit, et ce grce des activits diversifies, et qui sont principale-ment lencadrement de Femmes qui ont des ides de cra-tion dentreprise, ainsi que des activits au sein de lcole (Workshops ; Sminaires ; ...).

    Rdig par la cellule communication Club Entreprendre au Fminin

    Rdig par Boutana SARHRANY

    "De trs nombreux chantiers lancs par sa majest le Roi Mohamed VI depuis une dcen-nie augurent pour le Maroc un avenir meilleur. Pour y parvenir, toutes les forces vives doivent tre mobilises, notamment, nous femmes entrepreneurs"

    Extrait du mot de la prsidente de lAssociation des Femmes chefs d'Entreprises du Maroc (AFEM).

    10 11MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Economie

    Lors de cette dition, Le ministre du tourisme Mr. Yassir Znagui a prsent devant S.M le Roi les grandes lignes de la stratgie de dveloppement touristique vision 2020 . Cette vision vient complter et renforcer la vision 2010 quon peut qualifier de russie puisquelle a ralis 90% des objectifs prdfinis. Nanmoins, le ministre du tourisme na pas omis de soulever certaines faiblesses auxquelles il va falloir remdier dans le cadre de la vision 2020. Cette dernire sinsrant dans la continuit de la vision 2010 concernant plusieurs points tels que la consolidation du partenariat public-priv, la mise en adquation des ca-pacits de transport et lamlioration des infrastructures. Dautant plus quelle intgre de nouvelles perspectives telles que le dveloppement rgional durable et la prise en considration de lvolution du tourisme interne et familial. Lobjectif de cette nouvelle stratgie est de dpasser ce qui a t programmer en 2010 et de mettre en place de nouveaux projets. De surcrot, le Maroc compte doubler la taille du secteur touristique en le rpertoriant parmi les 20 premires destinations mondiales. Surtout quil est dsor-mais class parmi les 25 premires destinations les plus prises au monde. Cette nouvelle stratgie permettra la ralisation de 200000 lits et des recettes qui seront portes 140 mil-liards de DH. Ainsi, plusieurs programmes ont t lancs, ce sont autre le programme Azur 2020, le programme pat-rimoine et hritage, le programme Eco et Green, le pro-gramme animation et loisirs, le programme niches forte valeur ajoute et le programme biladi. Afin de pouvoir raliser tous ces projets ambitieux, le fi-nancement est primordial, la vision 2020 va compter sur la cration dun fond marocain pour le dveloppement touris-tique (FMDT), financ par lEtat et le fond Hassan II pour le dveloppement conomique et social pour une enveloppe de 15 milliards de DH qui aura pour objectif une capitalisa-tion de prs de 100 milliard de DH et la mobilisation dune enveloppe de 24 milliards de DH de financement bancaire pour les projets considrs comme stratgique dans le cadre de la vision 2020. Plusieurs organismes ont exprim leur volont d'accompagner la vision 2020. On cite entre autre la CGEM dont le prsident M. Mohamed Horani a assur que les ac-teurs conomiques et financiers sont prts apporter leur appui cette nouvelle stratgie. Lorganisation internation-

    ale du tourisme a galement rpondu prsente et se dit prte soutenir le royaume dans sa stratgie ambitieuse. Ces partenariats vont permettre grce un travail de syn-ergie de raliser les objectifs de la vision 2020. Ainsi, 10

    conventions de partenariat Public/priv ont t signes. Comme cit par Mr. Hourani Le secteur touristique est aujourdhui plac aux premiers rang de lactivit conom-ique en termes de contribution la balance des paiements et au PIB de cration demplois. Effectivement, 470000 emplois directs seront crs entre la priode 2011-2020 et le PIB touristique sera accru de deux points. Cette stratgie tant attendue vise dvelopper un tour-isme responsable qui vise promouvoir le tourisme in-terne via notamment le plan Biladi, mais galement faire voluer le tourisme social comme concept dans le jargon du tourisme marocain. Il est toutefois question de qualit, de promotion des ressources humaines, dassurance du dveloppement homogne de lensemble du territoire et dinstauration dun systme de gouvernance plus efficace. La culture nen est pas moins carte, elle occupe une place plus quindispensable dans la nouvelle stratgie. La Vision 2020 axera la promotion du tourisme sur les dimensions culturelles dun pays mditerranen connu par sa chaleur humaine, sa gnrosit, son authenticit et surtout son hospitalit qui ne cesse de surprendre. Lenrichissement de loffre culturelle est la particularit de cette vision accom-pagne par la poursuite du positionnement offensif sur le balnaire, la cration dune offre nature, la mise en place des corridors thmatiques et la structuration dune offre performante danimation. La culture sera beaucoup plus un atout au sein des r-gions en promouvant les sites naturels, le patrimoine na-turel et la culture vivante. Pour ce faire dans les meilleurs

    toUrisMe.vision 2020 : qUeLLes perspectives ?

    Aprs le Portugal, la Grce et lEspagne, cest au tour de LIrlande. Ce pays qui a connu une grande crois-sance dans les annes 2000, se trouve dans une grande impasse financire et conomique. La situation est plus que dsastreuse, LIrlande nomme il y a peu tigre celtique pour sa performance conomique est dsormais dans le rouge. Son PIB sest effondr de 7% en 2009, les dficits publics reprsentent 32% du PIB cette anne cause du sauvetage des banques irlandaises qui ne se sont pas pour autant releves. Dailleurs, Les banques sont en grandes difficults, les marchs financiers saffolent, les taux dintrts des obligations sont monts en flche, ils frlent les 9% et le chmage touche 14% de la population. La rcession sest bien installe en Irlande. LUnion euro-penne craint une faillite qui mettrait en pril lensemble de la zone euro. Dsormais, il nest plus question dun pays mais dun en-semble de pays, le vieux continent agit dans le but dviter une grande catastrophe, celle de lcroulement de la zone euro. Ainsi, lunion europenne combat pour la sur-vie de cette zone. Cest pour cette raison quelle propose dapporter de laide lIrlande. Sa grande crainte serait que

    le tigre celtique se retire de la zone euro et cre ce que lon appelle leffet domino entrainant derrire lui les pays en difficult conomique. Cependant, la grande surprise cest que lIrlande refuse la main qui lui est tendue par lunion europenne. Ceci est pour bien des raisons. Le premier ministre irlandais a dclar que son Etat na pas besoin dargent. Seul le systme bancaire ravag par la crise des subprimes et de limmobilier a besoin d peu prs 80 milliards deuro. Le message des irlandais est clair : nous ne sommes pas la Grce. Par ailleurs, la raison la plus vraisemblable par rapport ce refus daide financire re-vient au fait que lIrlande ne veut surtout pas avoir de con-trepartie rendre lEurope. Dautant plus que la premire contrepartie qui lui serait demande rside dans la hausse du taux dimposition sur les bnfices de socit extrme-ment faible, lIS est de 12.5% seulement. Ce dumping fis-cal lui a permis dattirer des investissements par milliers de dollars. Cest pour cela que LIrlande nest pas prte abandonner cette politique qui lui a valu tant de multina-tionales. Donc, lIrlande ne veut avoir de compte rendre personne et elle veut surtout prserver son autonomie. Finalement, lIrlande a fini par accepter laide des eu-ropens et du fond montaire international. Un plan de sauvetage de 85 milliards deuros est adopt, ce qui fait du pays le deuxime de la zone euro recevoir une telle somme. La Grce, le Portugal, lEspagne, lIrlande, qui le tour ? LEurope pourra-t-elle faire face cette situation plus que difficile ? Hormis laide financire, lEurope est-elle pr-pare grer ce genre de problmes ? Dautant plus que lon remarque que lEurope a tendance hsiter et se perdre avant de prendre des dcisions fermes. Ce qui lui manque ce ne sont pas les financements mais une bonne gouvernance.

    LirLande.coUp dUr poUr LeUrope !

    conditions possibles, des agences du dveloppement tour-istique ADT seront crs dans chaque territoire touristique o les CRT et CPT seront institutionnaliss comme parties prenantes. Finalement le dveloppement durable occupe une place non ngligeable dans la nouvelle vision, en dveloppant de nouveaux produits dans le sud en loccurrence sous sa-hara atlantique. Dautres destinations offrant une diversit culturelle riche tels que Marrakech Atlantique, Maroc cen-tre, cap nord, centre atlantique sont au cur du concept. Dautres rgions comme sud atlantique, atlas et valles, et le haut atlas reprsentent des destinations de premier

    choix de lcotourisme du dveloppement durable au Ma-roc. Le Maroc est un pays riche en potentialits touristiques qui ne demande qu servir de paradis terrestre aux tour-istes avides de passer des vacances de rves et de dcou-vrir les diverses facettes dun pays regorgeant de surprises sur le plan culturel et naturel. Cest pour cette raison quil est important de le prserver et dopter pour un tourisme cologique. De ce fait, le niveau de densit touristique ne doit pas dpasser une certaine limite pour viter la dgra-dation des cosystmes et un impact ngatif sur les com-munauts locales.

    S.M le Roi Mohammed VI a prsid, le 30 novembre 2010 Marrakech la crmonie douverture de la 10me dition des assises nationales de tourisme.

    Le sige de la Banque d'Irlande Dublin le 12 novembre 2010

    Rdig par Boutana SARHRANY

    Rdig par Boutana SARHRANY

    12 13MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Social

    Class 114e sur cent soixante neuf (169) pays par le Pro-gramme des Nations Unies pour le dveloppement (PNUD), dans son rapport 2010 sur le dveloppement humain dans le monde, le Maroc reste du par un tel rang. Le haut commis-saire au plan : Mr LAHLIMI Ahmed, affirme, ne pas tre satisfait par le rang accord au Maroc, il es-time que le progrs ralis durant les cinq dernires annes, grce notamment linitiative nationale du dveloppement humain, reste un rel indicateur de lextrme changement qua connu le pays en ce quin-quennat de rformes. Lindice de dveloppement

    humain (IDH) a t cr en 1990 pour distinguer la cration de richesse dans le pays et lvolution des conditions de vie de sa population. Jusqu prsent, il prenait en compte trois critres : le PIB par habitant, le taux dalphabtisation et lesprance de vie. Dcid aujourdhui, tre le plus efficient possible, lindice de dveloppement se prsente dsormais selon une autre forme englobant des critres qui se rattachent plus la ralit, comme la scolarisation

    relle. Il reste cependant critiqu par une majorit con-sidrable de pays, vu quil ne prend pas en considration divers paramtres relatifs ltablissement dun lien entre la situation des habitants dun pays, leur niveau de vie, ou encore la pauvret. Il est clair que linstitution onusienne recueille les don-nes chiffres ncessaires pour ltablissement de ses statistiques chez des institutions de mesures indpendan-tes se trouvant dans les pays concerns, quelle combine, ensuite, selon ces 3 indicateurs fondamentaux sur lesquels elle se base lors de la classification et lattribution de rangs ces derniers. Dans cette optique, cette mthode est con-teste par le Maroc, lui reprochant la non reprsentation effective des rsultats recueillis qui suscitent dnormes cots. Malgr tant de dfis que les marocains ont pu relever lors de cette dernire dcennie. Je comprends le mcontentement des Marocains , tempre Milorad Kova-cevic, statisticien au Bureau du dveloppement humain du PNUD. Mais lIDH est un outil de long terme, pour tous les pays du monde. Le Maroc a progress mais il part de loin, donc il faut tre patient. Les rsultats de ses efforts seront srement visibles dici 5 10 ans dans un classement in-ternational. Dautre part, le PNUD na pas le monopole des statistiques; nous encourageons le Maroc poursuivre ses propres mthodes dvaluation de ses besoins. Faisant la sourde oreille durant plusieurs annes, le PNUD, dont le rapport sur le dveloppement humain fte cette anne son vingtime anniversaire, sest enfin dcid introduire de nouveaux indicateurs, la demande de pays dus de constater que leurs efforts ne soient pas visibles dans le classement annuel.

    114e rang MondiaL seLon Lindice de dveLoppeMent hUMain 2010:

    raBat reste dUe par Un teL rang !

    Rdig par Chaimaa ERRAJI

    Des pluies torrentielles se sont abattues sur la m-tropole conomique du royaume le soir du lundi 29 au Matin du Mardi 30 Novembre, chose qui a t confirme par le service mtorologique du royaume. Ainsi 200 mm de pluies sont tombes entre 22h et 5h, ce qui constitue 3 fois plus que la moyenne pour le mois de No-vembre. Il na suffit que dune nuit de dluge pour submerger Casablanca, la grande capitale du royaume sest retrouve en quelques heures sous les eaux. Cet tat de fait a cr un

    grand dsordre. Le mardi matin, la situation est plus que dsastreuse. En met-tant les pieds dehors, les casablancais sont sous le choc dune scne quils se sont habitus ne voir que derrire leur poste de tlvision. Ceux

    casaBLanca Une iMMense Le !

    qui se sont aventurs rejoindre leur travail ou emmener leurs en-fants lcole se sont heurts la ralit amre. Des boulevards en entier bloqus, des feux rouges qui ne fonctionnent plus, de grands trous bants, des voitures dont on discerne que la moiti et des ac-cidents. Justement un accident est sur-venu entre Mohammedia et Bouznika suite aux crues de Oued Chguig. Un autobus transportant plusieurs passagers a t trans-port engendrant la mort de ces derniers. Suite ce malheureux incident, S.M. le Roi Moham-med VI a pris en charge les frais dinhumation des victimes et les frais dhospitalisation des blesss. Ce cataclysme a conduit une par-alysie gnrale de la ville de Casa-blanca, plusieurs foyers se sont vus privs dlectricit pendant des jours. Le mcontentement est gnral, les habitants ont d changer leur mode de vie et passer leurs nuits la chandelle. Suite un communi-qu, Lydec a annonc que 153 postes dlectricit sont hors service et font lobjet dintervention. Les chanceux ont pu bnficier de llectricit le jour mme, par contre les moins chanceux ont d attendre de longues nuits avant de pouvoir profiter de la lumire. Les dgts ont atteint galement le chemin de fer, lONCF a d interrompre plusieurs tronons surtout celui reliant Casablanca Rabat. Ainsi le trafic ferroviaire a connu un gel pendant toute la journe du Mardi, il na pu tre rtabli que le mercredi matin. De plus, la nouvelle gare routire de Casa port a t inonde de faon ce quun grand foss se forme offrant limage dune grande piscine. Ce torrent effroyable na pas pargn les entreprises qui ont enregistr de grandes pertes matrielles. Un cadre oprant Disway (revendeur informatique) ma confi quils ont perdu du matriel, les bureaux ont t saccags et ils ont t obligs de dmnager dans les nouveaux lo-

    caux qui ne sont pas encore oprationnels. Tous ces dgts ont t occasionns en un rien de temps, tout le monde pointe du doigt linfrastructure faible dont dispose la ville de Casablanca. Le plus inquitant tant loued Bouskoura qui menace tout moment de tout en-gloutir sur son passage. Aprs son asschement, plusieurs constructions ont t difies dans son lit. Ce oued menace toute la ville et ses priphriques. Afin de palier ce srieux problme, le con-seil de municipalit de la ville et lEtat devraient sunir dans le but de lever des fonds. Daprs le maire Sajid cest un problme de niveau national. Finalement, ces inondations ont donn une image dfa-vorable sur linfrastructure du pays et sa capacit grer les crises. Les populations pauvres sont les plus touches et se retrouvent pratiquement la rue. Un bilan dsastreux a t enregistr sur tous les niveaux. Tout compte fait, les catastrophes naturelles frappent certes mais del ne pas tre prpars, cest l o rside le hic. Comme le dit si bien ladage Vaut mieux prvenir que gurir.

    Les

    dg

    ts o

    nt a

    ttei

    nt le

    che

    min

    de

    l'Offi

    ce

    Nati

    onal

    des

    che

    min

    s de

    fer

    (ON

    CF)

    Rdig par Boutana SARHRANY

    14 15MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Droit

    Le 1er Octobre 2010 marque lentre en vigueur du nouveau texte rgissant la circulation de la route nationale. Il a donn naissance une nouvelle re qui caractrise la volont de prvention, de bonne conduite et de garantie des droits des usagers de la route. Un code qui sinsre dj comme une nces-sit primordiale, vu le nombre exorbitant de morts enregistrs quotidiennement sur nos routes (plus de 4000 morts en moyenne annuellement) et les pertes annuelles estimes plus de 11milliards de dirham. Llaboration de ce nouveau code de la route a n-cessit, plus de 380 millions de dirhams investis dans lacquisition des outils informatiques et techniques ncessaires pour son application comme les radars, les alcootests ainsi que les appareils de pesage. A cela sajoute, la mise en place dun rseau in-formatique reliant tous les intervenants dans le domaine. Ce code revt un as-pect prventif, souligne le ministre de lquipement et du transport Mr Karim Ghellab , il garantira aux profes-sionnels de la route, une formation adapte qui sajoute celle donne lors des examens pour lobtention du permis de conduire, aussi une formation continue et un bilan de sant auquel seront soumis tous les conducteurs de poids lourds tous les deux ans. Il prvoit notamment dautres nouveauts :

    La dure de validit du permis de conduire sera de dix ans ; Une visite mdicale sera obligatoire chaque deux ans pour les conducteurs gs de plus de 65 ans. Introduction de la notion des points: Attribution dun capital de points chaque permis de conduire. Des points qui peuvent tre rduits si le titulaire du permis commet une infraction. De part les contestations dont il avait fait face avant

    son implmentation dans le champ marocain, il fait aujourdhui lobjet dun consentement gnral refl-tant la volont de tous les utilisateurs de la route changer de cap et se doter dune bonne conduite lors de lusage quotidien de la route. Ce comportement serein, reste aujourdhui, la solution optimale, surtout que le Maroc connat une expansion au niveau des in-frastructures routires devenues peu peu frquenta-

    code de La roUte Marocain : entre chec et rUssite Rdig par Chaimaa ERRAJI

    Le ministre marocain des Transports Karim Ghellab a dclar que le nouveau Code de la route rduit les amendes jusqu' 70 pour cent par rapport au projet de loi antrieur.Vhicule de transport de marchandises dans le col de Tizin Tichka

    Fini le travail au noir pour les chauffeurs Le ministre du transport aura une in-

    terconnexion avec la CNSS pour vrifier la conformit des employeurs quant aux

    versements des cotisations.

    bles juste aprs la ralisation dun bon nombre de voies (le Maroc disposera de plus de 1400 kilomtres dautoroute, dici lachvement de la construction du tronon Fs-Oujda). Un constat suivant les deux mois et demi de lapplication

    du nouveau code ne peut tre tabli, vu que cette priode reste une dure exprimentale et non significative mar-quant le dbut de lexprience.

    Neuf personnes ont t tues et quarante six autres blesses dans deux accidents distincts de la circulation survenus sur les routes maro-caines, a-t-on indiqu de source officielle

    Vingt personnes ont t tues et 92 autres ont t blesses dans des accidents de la circulation au Maroc, au cours des quatre premiers jours du mois de novembre 2010

    36 personnes ont t blesses dans un accident de la circulation survenu mardi Agadir, suite au renversement dun bus de transport urbain

    16 17MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Affaires

    La notion de comptence vient se heurter dautres ides telles que le poste ou la qualification. Il est donc nces-saire de sintresser la nouveaut quelle introduit et qui justifie lutilisation de ce nouveau concept. La comptence volue avec le temps, elle peut saccrotre, mais galement se dtriorer en fonction du temps. Les savoir-faire peuvent se perdre. La comptence peut tre reconnue un moment donn, mais elle peut se perdre. La comptence est mettre en relation avec lactivit. Elle est contextualise, requise par lactivit et doit se traduire par une performance exprime en objectifs.

    Comptence requiert Actvit Fournie par

    Salari Obtient Performance

    La gestion de comptences, renvoie la gestion comme con-trle dun processus de production. On gre des comptences partir du moment o lon prend des dcisions touchant aux comptences (formation). Les postes de travail font rf-rence une situation prcisment dcrite (norme de per-formance, lieu prcis). Grer par les comptences signifie que lon sintresse aux savoir-faire que le salari va mobiliser pour faire face des situations. La gestion des comptences pose galement la question du transfert des comptences. Rmunrer par le poste ne correspond pas la rmunration par la comptence. Cette logique de comptence saffronte galement la notion de statut. Lintroduction de la gestion des comptences est justifie par de bonnes raisons puisquelle permet de suivre la trans-formation des systmes productifs (organisation, relation salariale) amorce depuis la fin des annes 80. Elle sest for-ge dans le creuset des reconversions des Hommes dans de nouveaux mtiers. Ensuite, la gestion des comptences a t diffuse dans dautres types dorganisation en relation avec le bureau des mthodes et a apport des nouveauts avec comme cibles : Dindividualiser la gestion des oprateurs, elle accompagne une individualisation de la GRH qui tait jusque l centre sur les cadres. Elle favorise une gestion de lala par les opra-teurs sans attendre une volution des procdures par le bu-reau des mthodes ; De grer des mtiers spcifiques, allocation de ressources dans la gestion de projets ou pour des mtiers dexperts ; De grer des opportunits et des contraintes (reconversion, changements organisationnels, mise en uvre de projets dinvestissement).

    Lhistorique de sa venue au domaine de la

    gestion des ressources humaines Cest dans les dmarches de gestion prvisionnelle des emplois et des comptences (GPEC) (Thierry, 1990), que la comptence apparat au milieu des annes 1980, comme pour jeter un pont entre les tudes prvisionnelles et la pr-paration dactions de gestion individuelle. Cest alors que la gestion prvisionnelle des ressources humaines sloigne de la vise quantitative et collective, pour entreprendre une ap-proche qualitative et individuelle. Elle figure parmi les choix les plus judicieux des grandes structures, puis dans les petites (PME ; Deflix, Retour, 2003), et fait preuve dun dveloppe-ment progressif et indissociable de celui de la notion de com-ptence. Dans une optique managriale, on peroit la gestion des comptences comme tant celle de lincertitude . Dans le cadre, denvironnements de plus en plus turbulents, les en-treprises cherchent de plus en plus minimiser les risques de perte de comptences, notamment, travers le dveloppe-ment de lemployabilit et la polyvalence de leurs salaris en interne, et lacquisition de comptences reconnues et valor-isables dans le march de travail en externe. Lintroduction de la comptence la GRH suit un processus trs simplifi en plusieurs tapes : Lmergence de la manufacture, avec un objectif, la lutte contre la flnerie, le poste est dfini prcisment cette fin. La rmunration attractive devient un levier daction pour in-citer les ouvriers faire leur travail. Cette situation nest pas si ancienne que cela ; La pnurie de main duvre faisant, il y a ncessit de fi-dliser les salaris, de les impliquer. Lemploi est encadr par le droit social (conventions collectives et protection sociale). La politique dintgration dans lentreprise est alors le levier daction pour motiver les salaris ; Enfin, la prennit des crises structurelles, le dveloppe-ment du chmage entranent un objectif defficacit. La comptence, la coopration active mise en efficience par lorganisation est alors indispensable. Dans ce contexte me-naant, la contribution lemployabilit des salaris devient alors le levier daction.

    Diversit des modles de gestion des com-ptences

    Les dmarches de gestion de comptences manent dun paradigme institutionnel et culturel propre chaque pays.il convient de dire, que les pratiques de gestion des ressources humaines ne sont pas semblables entre les pays, celles prati-ques en France sont diffrentes de celles en lAmrique du Nord, ou bien celles du Royaume-Unis.- Au Royaume Uni : une alternative aux diplmes Le Royaume-Uni associe le terme comptences lapproche

    du National Council for Vocational Qualifications (N.V.Q.) et du Scottish Council for Vocational Qualifications qui vise relever les standards minimaux de performance au niveau national et sintresse lensemble des salaris. Nes au milieu des annes 1980, les NVQs proposent une approche globale de la gestion et de la certification des comptences fonde sur lactivit des personnes en situation de travail et un dispositif dassurance qualit du processus dvaluation des comptences. Elles constituent la tentative la plus syst-matique dintroduction dun mode de certification nationale des comptences professionnelles, alternatif aux diplmes.- En Amrique du Nord : un prdicteur de performance En Amrique du Nord, laffinement du terme comptence , sest fait laide des travaux mens par un enseignant en psychologie de luniversit Harvard, un certain McClelland, devenu aprs consultant spcialis dans ltude de la motiva-tion et du dveloppement personnel, qui pose les premiers jalons conceptuels et mthodologiques. Au dbut des an-nes 70, McClelland travaillait dj sur la mise au point de tests permettant didentifier les attitudes et les habitudes des personnes les plus performantes (high achievers). Il avait par ailleurs tabli dans ses travaux (McClelland, 1973), que les tests daptitudes et de connaissances ainsi que les diplmes ntaient pas de bons indicateurs de la performance en em-ploi et quen outre un biais tait apparu en dfaveur des minorits, des femmes et des couches dsavantages de la population). McClelland chercha alors isoler des facteurs vritablement discriminants de la performance et qui ne seraient pas trop fortement biaiss par certaines variables socio-conomiques. La centralit de la performance dans le dbat et dans linstrumentation est tout fait vidente du ct nord-am-ricain.

    Les comptences cls sont dabord reprs par le biais des comportements discriminants chez les plus performants, puis elles sont dfinies, calibres et mesures en regard dun cer-tain niveau de performance atteindre. La notion de comp-tences est trs mobilise dans les contextes de slection pro-fessionnelle et dvaluation des individus. Cest ainsi que les comptences restent relatives lenvironnement socioculturel

    dans lequel elles peuvent merges .

    La comptence dans les pratiques de ges-tion

    Beaucoup de pratiques de gestion des ressources humaines, se rfrent de manire plus explicite la gestion de comp-tences. Nanmoins, ces pratiques noccupent toujours pas la mme importance dans une entreprise, elles sont alors, soient centrales ou priphriques. En fait, la gestion des comptences passe aussi par plusieurs paliers, cits ci-aprs : Au premier palier, celui du discours, le vocabulaire a volu. La gestion des comptences est vue comme la nouvelle et bonne faon de grer les ressources humaines. La formation devient ingnierie du dveloppement des comptences, la gestion du personnel est rebaptise gestion des comp-tences ; Le deuxime palier est celui de lexploration. Lentreprise sengage dans un domaine, bien cir-conscrit, de la gestion des comptences. On mettra, par exemple, en place une appr-ciation du personnel fonde sur les comptences, sans que celle-ci soit prcisment articule des dcisions de gestion ; Le troisime palier est celui de la diffusion, cest alors que plusieurs disciplines seront ratta-ches la gestion des com-ptences (gestion prvisionnelle relie lapprciation indivi-duelle ; Le quatrime palier est celui de la gnralisation de la d-marche qui inspire lensemble de la gestion des ressources humaines en substitution dautres logiques de gestion, ba-ses souvent sur le grade ou le poste. En somme, il apparat bien que la gestion des comptences, et en particulier ses volets for-mation et carrires, sem-ble entraner un positionnement personnel plus clair, une meilleure con-naissance de son poste, de soi-mme et de

    ses voies damlioration, ainsi quune prise en charge plus active des tapes de son parcours professionnel. Nanmoins ce mode de ges-tion nest pas sans poser certains problmes, ni mme sans comporter certains risques pour lindividu ou pour lorganisation. Il existe des risques lis la surestimation de certains para-mtres tels que la motivation des individus dvelopper les comptences en continu (il y a un risque dessoufflement), la disponibilit des responsables oprationnels pour grer les postes et leur complexit et la capacit des di-rigeants piloter des dmarches cohrentes et adaptes aux contextes et aux objectifs.

    Lusage de la notion de comptence tmoigne de change-ments significatifs dans les politiques comme dans les pra-tiques de GRH. Mais ces changements et les intentions qui les inspirent sont loin dtre identiques. On la vu, la comptence est sollicite dans des champs dintervention varis et, pour un mme champ, elle peut servir des objectifs diffrents.

    Rdig par Chaimaa ERRAJI

    LMergence de La notion de coMptence dans La sphre des ressoUrces hUMaines

    18 19MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Le 19 octobre dernier, 15 000 Sahraouis contestataires constituent un campe-ment Laayoune protestant contre la dtrioration de leurs conditions de vie et rclamant des emplois et des logements. Le 8 novembre de la mme anne, Ra-bat choisit de dmanteler le camp de manire pac-ifiste, aucune balle na t tire affirme Monsieur Tayeb Cherkaoui, ministre de l'Intrieur lors de la confrence de presse donne lundi 15 novembre. Toutefois ces vnements ont caus la mort de 10 personnes membres des forces de lordre maro-caines et fait plusieurs dizaines de blesss, selon l'AFP. A laffut de toute occasion pouvant porter at-teinte limage de marque du Royaume, certains medias espagnols fermement dcids dformer les faits relatifs au Maroc, mnent une vritable campagne de dsinformation mdiatique particu-lirement lorsquil sagit de la question du Sahara. En effet, tout rcemment, ces mmes mdias es-pagnols publient et diffusent des informations errones pour leurrer l'opinion publique sur la ralit des vnements de Laayoun. Monsieur Taieb Fassi Fihri, ministre des affaires trangres et de la coopration, indign face ce comporte-ment, avait dclar que ces derniers ne faisaient que "distordre la ralit du Maroc et du diffrend rgional au sujet du Sahara marocain" et "enven-imer" les relations entre les deux pays. Le 28/11/2010, trs prcisment 11 :00 du ma-tin, 3 millions de citoyens marocains participent massivement la marche populaire de Casablanca qui intervient suite aux tentatives du parti popu-laire espagnol d'acclrer le vote par le Parlement europen d'une rsolution partiale portant at-teinte l'intgrit territoriale du Royaume et nuis-ible aux bonnes relations hispano-marocaines ; une nouvelle preuve de la mobilisation constante du peuple marocain pour la dfense de la maro-canit du Sahara destine au parti populaire es-pagnol apparemment nostalgique de lpoque co-loniale car en dpit d'un "trait d'amiti et de bon voisinage" sign en 1991 et dune activit com-merciale intense et importante entre lEspagne et le Maroc, cest un lourd pass non digr et de nombreux sujets tabous qui handicapent les rela-tions hispano-marocaines, notamment le soutien de l'Espagne du mouvement indpendantiste du Polisario.

    La marche verte de Lan 2010

    Dossier Linitiative marocaine pour la ngociation dun stat-

    ut dautonomie de la rgion du Sahara (Extrait de la Lettre adresse M. le Secrtaire Gnral de l'ONU)

    Il sagit dune initiative de compromis, novatrice, responsable et ouverte qui, par son contenu et sa finalit, permet tous les sahraouis, quils soient de lintrieur ou de lextrieur, de grer eux-mmes et dmocratiquement leurs affaires travers diffrents organes lgislatif, excutif et judiciaire reprsentatifs. Elle ralise le principe de lautodtermination travers une expression libre, dmocratique et moderne sur le statut dautonomie. Elle est, de ce fait, conforme la lgalit internationale, intgre les normes et standards internationaux en matire dautonomie et garantit le re-spect et la promotion des droits de lHomme tels quils sont univer-sellement reconnus et consacrs par la Constitution du Royaume

    A cet gard, le Royaume exprime sa disposition sengager, avec dtermination, dans une ngociation srieuse et approfondie, avec les autres parties, en vue de contribuer concrtement la ralisa-tion de la solution politique, dfinitive et mutuellement acceptable, tant attendue par la Communaut internationale .

    Dossier ralis par :Ghita DRISSI et Imane HIRI 21

    Sahara. L'affaire de tous les marocains

    MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Le Royaume du Maroc oc-cupe dans lhistoire de la colonisation, comme dans le processus de dcolonisation, une place singulire qui scarte du schma habituel qui sapplique dautres pays. En effet, de par sa position gographique aux portes de lAfrique et la jonction de la Mditerrane et de lAtlantique, le Maroc a t, pendant des sicles, la cible des convoitises trangres, particulirement europennes. Celles-ci ont dbut dans la deux-ime partie du XIXme sicle avec loccupation dun comptoir par lEspagne en 1884 lextrme sud du pays, villa Cisneros (Dakhla), suivie de la conclusion entre pu-issances europennes daccords secrets pour se rpartir les zones dinfluence et doccupation au Maroc. Cest ainsi quen 1912, le territoire marocain sest trouv rparti entre plusieurs zones doccupation: La zone du Centre par la France; La zone Nord y compris les prsides de Sebta et Mlilia et les Iles avoisinantes par lEspagne; Sakkiat El Hamra, Oued Eddahab, les villes de Tarfaya et Sidi Ifni par lEspagne; La zone internationale de Tanger confie un Conseil compos de 12 puissances trangres. Le Maroc na pu se soustraire du joug colonial quau terme dune lutte de libration qui a dur quarante trois ans et qui a t couronne par des ngociations politiques avec les puissances occupantes, permettant ainsi au Ma-roc de recouvrir, graduellement et travers des accords

    internationaux ngocis, plusieurs parties de son territoire national. Cest ainsi quen 1956, la France et lEspagne rtro-cdrent au Maroc les zones du Centre et du Nord et que

    la zone de Tanger revint la souverainet marocaine. A partir de cette anne l, et compte tenu du maintien de la prsence espagnole dans les prsides du Nord et du Sud du pays, le Maroc et lEspagne, soucieux de dvelopper des relations de bon voisinage tourns vers lavenir, ont dcid dadopter la concertation et la ngociation comme moyen privilgi pour rgler le contentieux territorial. De cette politique rsolue de rglement pacifique des diffrends sont ns, lAccord de 1958, en vertu duquel la ville de Tarfaya a t rtrocde au Maroc, celui de 1969, qui a consacr le retour de Sidi Ifni et lAccord de Madrid de 1975 qui a marqu la fin de la prsence espagnole au Sahara, enfin la rintgration de toutes les provinces saha-riennes au Maroc partir de 1979. Tous ces Accords ont t ngocis entre le Maroc et lEspagne la suite de recommandations des Nations Unies. LAccord de Madrid a t conclu le 14 novembre 1975 entre lEspagne, le Maroc et la Mauritanie la suite de lavis consultatif rendu par la Cours Internationale de Justice le 16 octobre 1975 sur le Sahara occidental et le lancement par Sa Majest Hassan II, le 6 novembre 1975, dune marche pacifique la marche verte pour expliquer lattachement du peuple marocain au parachvement de son intgrit territoriale. LAlgrie sest oppose ce pro-cessus. Depuis toujours, le gouvernement marocain ralise d'normes investissements dans le Sahara, et certains observateurs estiment qu'il dpense 2,7 milliards de dol-lars par an sur ce territoire et ses 385.000 habitants. En effet, des progrs en termes de dveloppement urbain, de dveloppement du secteur ducatif et des services so-ciaux montrent trs clairement lintrt ternel que porte

    Dossier le Maroc pour ce territoire de 266 000 km du Nord-Ouest

    de l'Afrique bord par la province marocaine de Tarfaya au nord, l'Algrie au nord-est, la Mauritanie l'est et au sud, tandis que sa cte Ouest donne sur l'Atlantique.

    Les efforts du maroc pour Le rgLement pacifique de La ques-

    tion du sahara Malgr sa situation dlicate, le Maroc a continu d-montrer son engagement pour une solution pacifique allant jusqu proposer, en 1981, au Sommet de lOrganisation de lUnit africaine Nairobi, lorganisation dun rfrendum pour mettre un terme au diffrend rgional artificiel qui a t cr ce sujet. Cependant, lorsque, sans attendre cette consultation, lOUA a admis en son sein une Rpublique Sahraouie installe Tindouf en territoire algrien, le Ma-roc a d quitter lOrganisation rgionale. Devant lchec dune solution africaine, le Maroc sest tout naturellement tourn vers lONU pour prendre en charge la solution du diffrend. Les efforts des Nations Unies se sont concrtiss dans le plan de rglement de 1990 qui comprend un cessez-le-feu et lorganisation dun rfrendum donnant le choix entre le maintien au sein du Royaume du Maroc ou lindpendance. Le Plan de rglement a rencontr des difficults dans lapplication de ses principales dispositions, commencer par lidentification qui en constitue llment essentiel. Et malgr les ajustements successifs qui lui ont t apports sur le plan technique, le plan sest rvl inoprant. Ces difficults ont t identifies par M. le Secrtaire gn-ral des Nations Unies et par son Envoy personnel dans le rapport du 12 juillet 2000. Elles ont trait notamment: lidentification des personnes non encore auditionnes par la MINURSO; au droulement de la procdure des recours, au rtablissement dans leur droit de participer au rfren-dum, de 7000 postulants marocains dclars admis et retirs par la suite de la liste provisoire des votants; la mise en uvre des rsultats du rfrendum; lapplication du code de conduite respecter pendant la campagne rfrendaire; lexigence de concordance des t-moignages des Chioukhs (Chef des tribus) reprsentant le Maroc et le Polisario; la marginalisation du tmoign-age oral comme moyen de preuve alors mme que le Plan de rgle-ment le met sur un pied dgalit avec les documents espagnols aux fins de lidentification et des recours, au rapatriement des rfugis. Depuis le lancement de lapplication de ce plan, le Maroc a mis en place tous les amnagements

    pour lappliquer de bonne foi en mettant sa disposition les moyens dont elle avait besoin pour accomplir sa mission.

    Les reLations maroco-aLgriennes

    Plusieurs titres de la presse algrienne ont repris dans leur dition les fuites diplomatiques du site internet WikiLeaks propos des relations entre le Maroc et lAlgrie, notamment au sujet du Sahara. ce sujet, deux passages de cette correspondance cense tre secrte entre diplomates amricains, sont particulire-ment difiants sur la conception quaurait Abdelaziz Boute-flika de la diplomatie. Il tient la fermeture des frontires jusqu lindpendance du Sahara occidental. Mme si la rvlation nen est pas vraiment une, cette con-fidence faite des diplomates amricains, et relaye vers le Pentagone, contredit la position officielle de lAlgrie selon laquelle elle ne serait pas partie prenante du conflit autour du Sahara marocain et ne sige aux ngociations, sous l'gide de l'ONU, qu'en simple observateur. La suggestion qu'aurait faite le prsident algrien en fvrier 2008 un diplomate US: il y a dit tout simplement que le Ma-roc aurait pu contrler ou superviser le Sahara. Ainsi donc, selon le chef de lEtat voisin un pays aurait le droit de con-trler et de superviser un territoire qui ne serait pas le sien!Tout en promettant que l'Algrie ne permettra pas au Polisa-rio de combattre depuis le territoire algrien, celui qui a brigu un troisime mandat aprs avoir modifi la consti-tution qui n'en permettait que deux, a laiss entendre, tou-jours selon de nombreux journaux algriens, que le conflit pourrait trouver une issue grce la mdiation amricaine. Abdelaziz Bouteflika semble feindre d'ignorer qu'en avril 2009, la majorit des Reprsentants sigeant au Congrs, a adress un courrier Obama dans lequel il est dit: Nous restons convaincus que la position amricaine, qui favorise lautonomie pour le Sahara Occidental sous souverainet marocaine, est la seule solution viable.

    quest ce que Le poLisario ? Le Polisario est un mouvement cre et invent par l'Algrie

    pour s'opposer la libra-tion du Sahara par le Ma-roc, tout comme l'autre enfant des services secrets de la DRS algrien pour dstabiliser les pays du sahel et du Sahara l'AQMI qui regroupe les terror-istes algriens exports par l'Algrie vers les fron-tires de ses voisins du sud pour brouiller les cartes et enlever les ressortissants occidentaux pour vendre

    une image de "l'Algrie qui

    La m

    arch

    e ver

    te d

    u 6

    nov.

    1975

    queLques annes avant

    Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, ancien Inspecteur gnral de la police du Front Polisario

    22 23MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Dossier combat le terrorisme" un terrorisme cr par elle mme

    pour le marchandage et le chantage politique et mettre genoux les pays voisins qui n'ont aucune relation "cul-turelle" avec la culture de l'extrmisme islamiste algri-en!! Et aussi pour conserver le pouvoir le plus longtemps que la rente ptrolire le permet avant son puisement dans 16ans! Le conflit nest quune face de la guerre entre le Maroc et lAlgrie !

    Tout le monde connait la gense du Front Polisario et le contexte dans lequel il a vu le jour en 1973 et le soutien qu'il a eu de la Lybie et de l'Algrie. Le Front Polisario a t le bras arm du bloc de l'Est pour renverser la mon-archie marocaine avec l'aide des gauchistes dissidents marocains de l'poque (annes 70, 80 et dbut des an-nes 90). Comme vous devez le savoir, le Maroc tait dans le bloc amricain alors que tous les pays arabes taient dans le bloc sovitique. Hassan II tait l'homme abattre pour bon nombre de leaders arabes. Souvenez-vous du mouvement des nasseristes qui a eu son effet dans plusieurs pays dont l'Algrie. Le Front Polisario a t financ et arm par l'Algrie pour mener une guerre terrible contre le Maroc. La solution pour le Maroc a t d'riger le mur de sable qui a protg les sahraouis unionistes des attaques du Polisario. La guerre s'est ter-mine en 1991 lorsque le bloc sovitique a t dman-tel. Le rfrendum devait prendre place mais le Maroc et l'Algrie ne se sont jamais entendus sur les listes des votants. Le Maroc avait accept le plan backer 1 alors que l'Algrie l'avait refus. Ensuite, le Maroc avait refus le plan baker 2 alors que l'Algrie l'avait avalis. Grce au projet d'autonomie propos par le Maroc et conu par les sahraouis unionistes du CORCAS, les ngociations ont repris entre le Maroc et le Front Polisario dirig par l'Algrie. Ce dirigisme est malheureusement nfaste la rgion tout entire. Il y a eu un changement de leader et de politique au Maroc mais pas en Algrie. Ce point bloque malheureusement le processus de rconciliation des sahraouis qui n'attendent qu'une chose c'est de partir des camps de Tindouf en Algrie pour retourner au Ma-roc rejoindre leurs proches.

    un drame qui dure... Dans la recherche dune solution dfinitive et durable cette question, lon doit constamment avoir prsente lesprit la dimension humanitaire et plus particulire-ment la condition de dizaines de milliers de personnes dplaces de leurs foyers et forces de vivre la condition de rfugis dans les camps de Tindouf en Algrie et celle des 412 membres des Forces Armes Royales encore d-tenus en territoire algrien. Pour sa part, le Maroc a rempli depuis plusieurs annes ses engagements humanitaires en procdant la libra-tion de toutes les personnes civiles et militaires dtenues en liaison avec le conflit du Sahara. Le Comit interna-tional de la Croix-Rouge (CICR), dailleurs, formelle-ment reconnu quil nexiste plus de personnes se rcla-mant du Polisario dtenues au Maroc. Bien plus, le Maroc a permis au CICR de raliser une mission dvaluation au Sahara du 2 au 6 novembre 2001 en vue de clore les dossiers de 24 personnes marocaines dorigine sahraoui dclares disparues par le Polisario.La mission du CICR a pu rencontrer sans tmoins ces personnes et a pu constater que celles-ci mnent une vie normale et paisible au Maroc (cf. communiqu n 1/45 du 15 novembre 2001). Le Maroc dplore, cependant, quen dpit des appels incessants du Conseil de scurit, du Secrtaire gnral et du CICR, le Polisario continue de refuser la libration de 1362 dtenus marocains, en les instrumentalisant des fins politiques et de propagande travers des oprations de rapatriement au compte-goutte. Tous les reprsentants des organisations internationales humanitaires, gouvernementales et non-gouvernemen-tales, les diplomates et les missions qui ont pu visiter les

    dtenus ma-rocains ont dnonc leur maintien en dtention et appel leur r e l a x a t i o n immdiate. Les rap-ports dONGs nationales et internation-ales notam-ment en Europe, sur le drame de ces person-nes, les d-tournements de laide ali-mentaire, la torture et la r p r e s s i o n des droits de lhomme, ont pu rvler au grand jour la nature et lampleur des exactions du Polisario lencontre des personnes incarcres. En juillet 2003, lAssociation internationale France Liberts a publi un rapport sur les conditions dincarcration des dtenus marocains Tindouf, qui a t entirement consacr aux graves infractions commises par le Polisario et lAlgrie lencontre de ces dtenus. Les meurtres, tortures, excutions sommaires, travaux forcs et mutilations physiques des dtenus, sont quelques uns des sous-titres de ce rapport accablant sur cette tragdie humanitaire. Par ailleurs, le CICR a exprim dans son communiqu du 21 fvrier 2002, sa profonde proccupation face la dtriora-tion de ltat de sant mentale et physique des 1362 prison-niers dont 916 ont t capturs il y a plus de vingt annes et se trouvent emprisonns pendant une dure qui dpasse celle de toute personne dtenue en relation avec un conflit arm dans le monde daujourdhui.A la suite de la publication du rapport du Secrtaire gnral du 19 fvrier 2002, et avant mme ladoption de la rsolution 1394 par laquelle le Conseil a prorog, jusquau 30 avril, le mandat de la MINURSO, les membres du Conseil ont tenu exprimer lurgence et la priorit quils accordent laspect hu-manitaire du diffrend sur le Sahara en adoptant, le 26 fvrier 2002, une Dclaration dans laquelle: Ils se sont dclars proccups par la situation des prison-niers de guerre et ont demand instamment au Front Polisa-rio de librer tous les prisonniers de guerre; Ils attendaient des progrs sur les questions humanitaires lies aux rfugis la frontire ;

    Ils ont demand aux parties dassurer la libert du mou-vement de la MINURSO (en fait, comme le prcise bien le paragraphe 9 dudit rapport, cet appel sadresse exclusivement au Polisario qui, seul, continue limiter la libert de mouve-ment des observateurs militaires de la MINURSO, en viola-tion des arrangements sur le cessez-le-feu). Dans sa rsolution 1429 du 30 Juillet 2002, le Conseil de Scurit a demand de nouveau au Polisario de librer sans nouveau retard tous les prisonniers de guerre conformment au droit international humanitaire . En dpit des rsolutions pertinentes et des appels ritrs du Conseil de Scurit ainsi que ceux du Secrtaire gnral de lONU et de la Communaut internationale, demandant la libration immdiate de tous les prisonniers marocains d-tenus, depuis plus de 20 ans sur le sol algrien, le Polisario continue dexploiter, de manire odieuse, le sort de ces prison-niers de guerre, grs, depuis plusieurs annes, tels un stock de marchandises instrumentaliss dans des oprations po-litico mdiatiques de libration au coup par coup. Le Gouvernement marocain a appel prendre les mesures ncessaires pour faire respecter le droit international humani-taire, en particulier la Convention de Genve, et appliquer les rsolutions du Conseil de Scurit, notamment la rsolu-tion 1495 du 31 Juillet 2003 qui renouvelle la demande quil a faite au Front Polisario de librer sans plus tarder tous les prisonniers de guerre qui lui restent .

    Autonomie

    SAhArA mArocAinrf um

    SAhArA occidentAl

    Le Roi Mohamed VI du Maroc a reu en audience au Palais Royal de Fs Christopher Ross, missaire de

    lONU pour l'affaire du Sahara

    24 25MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Science et Technologie

    Cest en concurrence avec le leader mondial en vente dordinateurs (Hp) , que son suc-cesseur taiwanais Acer se lance dans la fabrication des tablettes tactiles. Et ce nest quen dbut danne 2011 quelles seront mises en vente aux consommateurs de matriels infor-matiques. ACER doit son deuxime rang mon-dial des PC grce ses netbooks et ce nest donc pas une surprise sil compte simposer en force sur le mar-ch des tablettes, aux cts dApple, le leader du genre, Dell, Samsung et Toshiba, qui commercialisent dj leurs modles. La combinaison doptions proposes par Acer pour ses premires tablettes sinspire de configurations techniques varies. Ainsi, lune dentre elles, qui na pas encore tait baptise, est plutt un tlphone intelligent/tab-lette. Ce terminal hybride sous Google Android, qui permet de tlphoner et de naviguer sur Internet, tandis que le modle sous Windows (disponible quen fvrier 2011) embarquera une puce AMD. Toutes les deux seront quipes de connectivits 3G et Wi-Fi, et de ports HDMI, USB, qui font dfaut

    liPad dApple, et de capteurs photo en faade et larrire, galement ab-sents de liPad. La commercialisation des quatre

    tablettes de la marque sera accompa-gne notamment du lancement dune boutique dapplications et de conte-nus, baptise Alive. Cette plateforme proposera, la manire diTunes, des films, des vidos, des jeux, des livres et des journaux lectroniques, ainsi que de la musique. Et pour alimenter ce kiosque virtuel, la firme de Tawan a pass de nombreux partenariats avec des spcialistes de chaque sec-teur, comme 7Digital et Audiotube pour la musique, Acetrax pour les films, ou encore Casual Games pour les jeux vido.

    LanceMent des qUatres taBLettes acer

    Rdig par Imane HIRI

    La vido en 3D (trois dimensions), connait une ascension spec-taculaire de nos jours. Au rythme o volue la tech-nologie, plusieurs profes-sionnels du contenu audio et vido sont convaincus quelle ne tardera pas remplacer la 2D dsormais dtrne aprs toutes ces annes de rgne, par des projections en relief plus vivantes et plus animes. Le cinma Hollywoodien sintresse de plus en plus cette nouvelle forme de vidos qui lui permet de donner une toute autre dimension ses dernires productions, et grce laquelle il peut directement

    concurrencer les systmes Home Video qui lui ont fait du tort. Dans peu de temps cha-cun dentre nous pourra se concocter son propre

    Avatar fait maison. Car, pas plus tard que cette anne, le gant de llectronique PANASONIC ouvre le bal en levant le voile sur son camscope 3D HDC-

    SDT750, le premier cam-scope au monde quip de deux objectifs. Il a com-menc tre commercial-is aux Etats-Unis partir doctobre 2010, son prix est estim jusqu prsent un peu plus de 1 000,00 Euros. Il permettra son posses-seur de filmer des vidos en relief quil pourra visualiser sur des tlviseurs 3D com-patibles. Dici peu de temps, la 3D sera donc accessible tous. Car les nouvelles inventions technologiques ne restent que pendant une brve p-riode un luxe que peu de personnes peuvent se per-mettre, pour devenir juste aprs indispensables la

    caMscope 3d

    Rdi

    g p

    ar M

    erye

    m E

    L A

    BBA

    R

    La Chine, plus gros foyer de peu-plement dAsie orientale avec 1.3 milliard dhabitants prs dun quart de la population mondiale, est un pays riche par sa culture et sa civi-lisation. Il est vrai que certaines faiblesses d-mographiques et sociales handicap-ent son ascension toutefois, sa mon-te en puissance ces deux dernires dcennies et limpact considrable de son industrie sur le commerce inter-national ne sont plus dmontrer. En effet, en dpit de sa forte croissance dmographique, de sa dpendance vis--vis des pays trangers en termes dapprovisionnement nergtique et minerais ncessaires au dveloppe-ment de son secteur industriel, la Chine, dsormais devenue la deux-ime puissance mondiale devant le Japon et aprs les Etats-Unis, compte bien simposer dans la place conom-ique mondiale en adoptant une poli-tique axe sur linnovation et le de-venir.

    Saura-elle garder sa place de deux-ime puissance mondiale ? Pourra-t-elle dtrner La superpuissance que sont les Etats-Unis ? Quelles mesures a-t-elle pris dans ce sens ? Les rapports 2010 de la commis-sion europenne et de lUnesco sur la science saccordent dire que lascension fulgurante de la Chine qui progresse dans tous les domaines avec 10% daccroissement du PIB notamment en matire de recherche et de dveloppement nest pas des

    La chine en Matire de recherche et

    dveLoppeMent 2010

    Rdig par Ghita DRISSI

    moindre et que le taux de croissance des budgets de R&D consacrs aux sci-ences et technologies stagnent en Europe et grimpent considra-blement en Chine. En effet, lEurope, consi-dr comme lun des centres dimpulsion et de commandement de lespace mondial, rduit de plus en plus ses dpenses en recherche et dvel-oppement et attire de moins en moins les investissements de R&D des multi-nationales tandis que la Chine gant mergent de la comptitivit globale dpense en 2009 prs de 580,21 mil-liards de yuans (87,4 milliards de dol-lars) pour la recherche et dveloppe-ment, soit un montant 6,5 fois plus

    lev que celui de 2000. Ce montant qui reprsente 1.7% du PIB est certes modeste par rapport aux autres pays dvelopps mais reste honorable et trs prometteur. La chine, au mme titre que certains ples mergents comme la Core du Sud, le Brsil ou lInde, gagne en pu-issance au dtriment de la Triade et redouble deffort pour encourager le

    progrs par la recherche et linnovation en crant de nouvelles universits et en augmentant le nom-bre de ses chercheurs. Outre lexpansion rapide de sa puissance conom-ique dans le monde, la Chine est un membre per-manent du Conseil de s-curit des Nations Unies, dtient larme nuclaire et larme la plus grande du monde. Ses diffrents

    atouts tant conomiques, politiques que militaires allis sa dtermina-tion et ses efforts croissants dans ces diffrents domaines font delle La nouvelle superpuissance potentielle. Parviendra-t-elle se positionner la tte du classement mondial devant les Etats-Unis ? Rponse dans les annes venir.

    26 27MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Le M nde

    Duel politique et impasse en Cte divoire o llection prsidentielle devient lenjeu dun combat entre deux poids lourds, dun ct Alas-sane Dramane Ouattara, leader de lopposition et vainqueur officiel dans les urnes formelle-ment reconnu par la Commission lectorale In-dpendante (CEI) , et de lautre, Laurent Gbagbo, le prsident sortant qui vient de prter serment pour un autre mandat lencontre de la com-munaut internationale et des nations unies. Incontestablement, la Cte dIvoire a dmontr dans le plus grand dsarroi, que lAfrique na pas rompu avec les mandres de limposture. Cette

    lection tait un espoir pour le peuple ivoirien et pour toute lAfrique. A lheure actuelle, tous les regards sont braqus vers ce pays au bord du chaos, la grande stupfaction de ceux qui pensaient tort que les deux candidats allaient se comporter en lgalistes et en toute maturit. Les consquences de cette prsidence tour-mente se font dj sentir et sinscrivent dans le sang par des affrontements entres les deux clans, faisant au moins vingt morts depuis la fin du second tour. Un scnario des plus cata-strophiques dans ce pays de lAfrique de louest dj ravag par la guerre civile de 2006.

    La cte divoire aU Bord dU chaos

    Rdig par Hind ERRICHI

    Le conflit coren remonte aux annes 1950-1953 et trouve ses sources dans un enchainement dvnements historiques qui ont fait de la pninsule corenne un des points nvralgiques de la guerre froide. La scission de ces deux surs ennemies fut subie par le monde entier, encore plus par les corens qui se sont trouvs partag entre deux idologies antagoniques : le communisme au nord et le capitalisme au sud. Depuis lors, la paix nest toujours pas signe et la tension reste vive entre les deux Cores malgr des rapprochements et des signes dapaisement et de rencontre au plus haut niveau. Et cest au cours de ces derniers mois que les relations se sont le plus dtriores. Les deux Cores se livrent une joute verbale et Pyongyang brandi la menace dune riposte militaire, accusant la marine sud-corenne

    davoir franchi sa frontire. Cette augmen-tation de violence rsulte galement dune enqute internationale qui a rendu publique ses conclusions sur limplication de Pyongyang dans le naufrage dune cor-vette militaire sud-corenne et la mort de 46 de ses membres dquipages le 26 mars 2009. Alors que la communaut internationale sempare dj du dossier, les deux princi-paux intervenants que sont la Chine et les Etats Unis affirment dj leurs positions. La Chine, seul soutien de poids Pyongyang, est reste discrte jusqu aujourdhui et sest contente dappeler les deux par-ties la retenue. Outre-Pacifique, les Etats-Unis quant eux ont rapidement ap-port soutien la Core du sud et se pr-pare toute ventualit.

    core dU nord vs core dU sUd

    Rdig par Hind ERRICHI

    Le prince William a enfin dcid de se marier avec Kate Middleton, aprs plus de 8ans en-semble, il faut dire que la presse britannique a cess dy croire, ce qui a valu Kate le surnom de Waity Katy (Kate qui attend). En effet, Kate nest pas de sang royal, sans oublier que cest la fille dun ex-steward et dune ex-htesse de lair, ce qui explique une si longue dure dattente pour avoir laccord de sa majest la reine. Le prince William, 28ans, est le petit-fils de la reine Elizabeth II et le fils du prince Charles et de Lady Diana (dcde dans un trs controvers accident de voiture en compagnie de son amant Dodi Al-Fayed). Il occupe la deuxime place dans

    lordre de succession au trne britannique, juste aprs son pre, le prince Charles, hritier du trne. William reste trs attach sa mre, outre la ba-gue de fianailles quil a offerte Kate: la sienne. Les noces seront clbres labbaye de West-minster, lglise o se sont droules les clbres funrailles de Lady Diana et qui ont runi plus de 3milliards de tlspectateurs travers le monde. Par ailleurs, jusqu maintenant on sait que Victo-ria et David Beckham, Barack et Michel Obama, Sir Elton John et lex-Beatles Paul McCartney se-ront prsents au mariage qui va dailleurs tre film en 3D.

    grande-Bretagne: Le Mariage dU sicLe !

    Rdig par Mehdi EL BAYAD

    Les iraquiens ont attendu 9 mois aprs des lections lgislatives, qui navaient dgag aucune relle majorit, que le parlement accorde sa confiance au gouvernement. Ainsi 29 ministres, trois vices pre-miers ministres et le chef du gou-vernement ont t lus. Le premier ministre Nouri al-Ma-liki entamera son second mandat. Il est conscient et le dit fort que les excutifs sont le rsultat de trs difficiles ngociations entre chiite, sunite et kurde. De toute vidence lIrak est un pays marqu par une

    diversit ethnique, religieuse et tribale. Afin de ne pas offusquer les dif-frentes confessions, les chiites ont obtenu une vingtaine de ministres, 9 postes ont t attribus la liste Irakia dIyad Alaoui, les kurdes chr-tiens et minorits se sont partags 6 portefeuilles. Ce quota mis en place par le nouveau gouvernement ne reoit pas des applaudissements de la part de la population qui attribue lchec du premier gouvernement, en loccurrence, la division eth-nique.

    enFin, Un goUverneMent en irak

    Rdig par Boutana SARHRANY Aprs un sisme meurtrier, Hati souffre dsormais de lpidmie du cholra. Cette pandmie a caus depuis son apparition la mi-octobre plus de 2500 morts et 115000 cas ont t recenss. Le cholra est apparu dans le d-partement dArtibonite (nord). Ce dernier reste dailleurs le plus tou-ch, avec 807 morts. La capitale Port-au-Prince, quant elle, a enregistr

    235 morts. Un chiffre qui risque de crotre suite la situation dplorable que vivent les habitants depuis le tremblement de terre. Selon lOrganisation panamric-aine de la sant (OPS), branche de lOrganisation mondiale de la sant (OMS), 400.000 cas de cholra sont attendus au cours des douze prochains mois, dont la moiti au cours des seuls trois prochains mois.

    Le choLra engLoUtit Les hatiens

    Rdig par Boutana SARHRANY

    28 29MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Le Mag Sport

    Le 29 Novembre 2010 20h00 (GMT), le stade Camp Nou vu du ciel : une vague en haute mer qui cou-vre les tribunes aux couleurs ftiches du mastodonte de lindustrie footballistique catalane, on se tarau-dait sempiternellement nos ttes pour venir bout dune question existentielle , lon se demandait si le temps nhibernait pas pendant cette rencontre, cest bien vrai en plus, souvent notre subconscient chante notre cerveau de fausses notes, particulirement quand on se trouve en groupe, quand on est jeune, et quand on est devant le petit cran ou au stade en train de suivre le Match de lanne. 10 me minute, la cage vierge de Casillas ds lors vient dtre dflore par des catalans qui ont russi prmaturer un jeu renversant. 2, 3 et 4 ? Lon sinterrogeait si le petit bal-

    lon rond ne devenait pas ovale, et ne commenait senvoyer en lair dans une surface de rpara-tion Madrilne effront-ment apaisante, plaident coupables, les deux phares qui ramnent au port : Messi et Xavi, qui nont pas t douillets, et ont laiss les madrilnes

    tourner en orbite autour dun dres-sage du ballon p e r s p i c a c e , fort possible que le voilier madrilne soit largu par des vagues venimeuses en haute mer, en pleine tempte, on comprend mieux maintenant pourquoi le ballon a hi-bern plus dune fois, do, donc lhiver qui a sonn 5 fois de suite aux portes des Merengues pendant 90 min, je vous lavais bien dit, la notion de temps se fracasse. Grelottant dattente, notre ami Mourinho accuse le coup, les grains de sable, comme par effet de rancune, tardaient sgrener de fond en comble au fin fond du sablier, et voyait en cet hiver dun nouveau genre un pondmonium , et comme si cela ne suffisait pas, vint le coup de grce avec un 5 me but. Faire hiberner le ballon plus dune fois et le faire bien, cest le pic du prodige Ms que un club , mais gare au grand mnage du printemps annonc par le Real Madrid : Endroit : Madrid, Estadio Santiago BernabuDate : Printemps 2011, lHeure du grand mnage annonc par les Merengues.

    La niaqUe cataLane Face aUx protgs de MoUrinhoTenez vous bien mes chers lecteurs, on parlera l du classico le plus en vogue des annales du football mondial.

    Tous les ingrdients sy prsentaient : Un climat fort cl-ment, des tifos qui nous ont tous amen surval-oriser le petit gnie des supporters des deux camps, du spectacle, du beau football et des buts, mais surtout des rebondissements footballistiques dignes dun derby class 9me mondial. Tout avait commenc par un raz-de-mare doccasions rates de la part des rajawis, ds la 10me seconde de la 1 re mi-temps, les parades de lexcellentissime gardien de but wydadi Nader Lemyaghri (incontestablement lhomme du match) sonnaient comme de la poisse, dont les chos furent irrmdiablement sentis travers des supporters verts inlassablement ractionnaires, tandis que du ct des rouges, latmosphre tait plutt en mode Tergiversation . Les 25 premires minutes de domination des verts acheves, volte-face fit le match,

    avec un but des wydadis inscrit aux environs de la 30 me minute, et ironie du sort, sign par un ex rajawi, qui nest autre que Mohsine Yajour, et leuphorie des diables rouges tait sans appel. La deuxime partie de la 1 re mi temps tait en faveur des wydadis qui avaient su absorber subtile-

    ment lenthousiasme du Raja, dpens surabondamment, quoique inefficacement lors de la premire partie. Aux environs de la 55 me minute de la deuxime mi-temps, un tournant tactique vint rompre lafflux des rouges, avec lexpulsion dAlioui, le

    joueur pice maitresse du puzzle dfensif, suite une faute commise 25 mtres du but, et donc une occasion de but intressante pour lquipe adverse. Coup de grce pour les rajawis, grce un magnifique coup-franc transform

    epoUstoUFLant : Le 109 Me derBy casaBLancais

    30

    Avec Achraf BENJELLOUN

    Tout est question dhistoire, le paysage footballistique Marocain avait t marqu par une apoge pour le moins imposante, quoique ponctue par quelques ruptures qui ne dvalorisaient en rien la rputation des lions de lAtlas. En effet, il ya juste quelques annes, les gens ne juraient que par le football, sport national par ex-cellence, fiers dappartenir un pays qui a su faire de cette discipline presque une identit nationale. Par contraste, de nos jours, critiques, moqueries et sarcasmes fusent de partout en qualifiant la mdiocrit pas commune de la situation footballistique actuelle, avec en prime un classement FIFA alarmant, sur ce, on a du tirer la sonnette dalarme, afin dessayer de rebooster lquipe, et lui donner un certain nouveau punch quelle a non pas perdu, mais juste pas efficacement exploit, leffectif est l, le comment reste assez problmatique ! Le rugissement des lions au fin fond de la Tanzanie serait-il le dnouement de longues pripties dcevantes, ou simple effet phmre ? Suite linertie du onze national face aux fauves du bas-oubangui (lquipe nationale centrafricaine) au Maroc, fins connaisseurs, experts, ou juste amateurs fervents ont t sans doute amens supposer la projection du mme sc-nario lors des liminatoires CAN /Coupe du monde 2010 confondues, face au Gabonais. Lquipe nationale serait donc en train de suivre le mme itinraire chaotique comme laccoutume , hypothse tout de suite carte ds la victoire mrite des lions au cur mme de la Tanza-nie trs loin de leurs bases, lors de la deuxime journe des liminatoires. Avec un entraineur dbord avec lquipe dAl Hilal Saudi en Champions League asiatique, et qui, thoriquement, est suppos coacher lquipe nationale, Eric GERETS saccapare la part de lion en matire de re-sponsabilit , et se voit dans lobligation de lguer la prise

    des rennes son entraineur adjoint Dominique CUPERLY, ce dernier, qui, lunanimit du grand public, a fait preuve dun assez bon coaching, et a su faire merger la synergie de leffectif qui manquait maintes reprises, notamment lors de la rencontre avec les centrafricains. Lauteur du but de la victoire qui valait bien au-del des trois points, nest autre que lattaquant de lAjax Amsterdam Mounir El Hamdaoui, qui vit actuellement lune des priodes Stand-ing-Ovation de sa carrire en Eredivisie (Championnat nerlandais), lorgn minutieusement par de trs grands clubs europens. Grce ce trs beau but, qui nous a tous fait penser un autre similaire danthologie , celui de Salaheddine BASSIR, dans les cages cossaises lors de la coupe du monde 98, la slection Marocaine se hisse la deuxime place juste avant celle de la Centrafrique avec 4 points chacune, la nostalgie dune quipe solide semble-rait refaire surface, surtout avec lallocation de la part de la Fdration Royale Marocaine de Football (FRMF) des res-sources techniques, financires et matrielles ncessaires, afin dinscrire ce sport roi dans une politique de dveloppe-ment durable, le staff ne devrait pas lsiner sur les moy-ens pour essayer dextirper efficacement le pass glorieux. Et avec la venue dEric GERETS, qui a pris les commandes dores et dj, qui se coltine dsormais la responsabilit de qualifier le Maroc pour la CAN 2012, ainsi que pour la coupe du monde 2014. Le moral au beau fixe, le onze national sapprte renouer avec un semblant dascension, seulement, lentraneur Eric GERETS, chrement pay, doit mettre en place son savoir faire managrial afin de faire ressurgir lefficacit footbal-listique, avec en point de mire, le renouement avec la suc-cess story, tant prise par le public marocain, parce que, en chacun de nous, sommeille un certain lion de latlas .

    et LqUipe nationaLe renat de ses cendres

    par Hassan Tair, un but suite auquel le raja avait dvelopp du trs beau jeu, paralysant ainsi le flux wydadi pendant la majeure partie de la 2me mi-temps, une mi-temps souvent associe celle des coachs, en effet, dix joueurs seulement, lentraineur du Wydad Garzitto, stait vu dans lobligation deffectuer des remplacements tactiques, en misant sur la dfense pour dcupler la vigilance face aux attaques de plus en plus froces du Raja. Quinze minutes passes aprs linscription du but galisateur, vint la priode Le tout pour le tout , la phase daprs la 80 me minute souvent dcisive aux yeux de lentraineur, chose que Garzitto a bien compris, qui dun il analytique manant de son savoir faire, a su faire entrer le meneur de jeu Ajeddou, talentueux comme il est, afin desprer ranimer le jeu des rouges et le rguler. En effet durant les dix dernires minutes, sest ressentie une trs lgre effervescence des Wydadis, en multipliant les dif-frentes combinaisons offertes, et en rprimant les attaques adverses. A la toute dernire minute des arrts de jeu, coup

    franc siffl en faveur des rouges, bien plac, tir par Ajeddou, le ballon a trouv une tte bien applique du buteur de la rencontre Ya-jour, et coup de massue pour les Rajawis, dpasss par les faits. On peut dire que le Raja ne mritait pas un tel maudit sort, wydadis ou rajawis, tout le monde a t unanime, le raja avait trs bien jou, mais la logique de ce sport invraisemblable est impitoyable. Le 109 me derby casablancais fut rocambolesque et trs anim, on peut dire que Casablanca est fire davoir des quipes rivales, avec des supporters si fervents et si fidles, tout cela nous conduira impatiemment attendre le derby retour (110 me), comme des petits enfants.

    31MediaUs Mag'Fvrier 2011MediaUs Mag'Fvrier 2011

  • Le MagjeUnesse Marocaine :

    qUeLs apports p