of 35/35
« Comment rendre créatif les apprentissages dans le domaine des mathématiques ? » Travail de fin d’études réalisé par Peetermans Julie en vue de l’obtention du titre de « Bachelier d’institutrice/instituteur préscolaire » Haute école Léonard de Vinci - Catégorie pédagogique Ecole Normale Catholique du Brabant Wallon Voie Cardijn 10-1348 Ottignies-Louvain-la-Neuve Année académique 2016 - 2017

« Comment rendre créatif les apprentissages dans …tfe.encbw.be/2018/NPS/PEETERMANS_Julie.pdfAnnée scolaire 2016-2017 3 1. Introduction Le sujet de ce travail porte sur la manière

  • View
    6

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of « Comment rendre créatif les apprentissages dans...

  • Annéescolaire2016-2017 0

    « Comment rendre créatif les

    apprentissages dans le domaine des

    mathématiques ? »

    Travail de fin d’études réalisé par Peetermans Julie

    en vue de l’obtention du titre de « Bachelier

    d’institutrice/instituteur préscolaire »

    Haute école Léonard de Vinci - Catégorie pédagogique

    Ecole Normale Catholique du Brabant Wallon

    Voie Cardijn 10-1348 Ottignies-Louvain-la-Neuve

    Année académique 2016 - 2017

  • Annéescolaire2016-2017 1

    Table des matières

    1. Introduction...........................................................................................................................3

    2. Introspection.........................................................................................................................4

    2.1. Avant l’ENCBW : « Que vais-je bien pouvoir faire de ma vie ? ».................4

    2.2. Primaire Bloc 1 : Arrivée à l’ENCBW........................................................................5

    2.3. Préscolaire Bloc 1 : Nouveau départ à l’ENCBW..................................................6

    2.4. Préscolaire Bloc 2............................................................................................................7

    2.5. Préscolaire Bloc 3............................................................................................................8

    2.6. Après ma formation........................................................................................................9

    3. Contenu d’approfondissement......................................................................................10

    3.1. La théorie.........................................................................................................................10

    3.1.1. Que faut il savoir de la créativité et des mathématiques ?......................10

    3.1.2. Comment ai-je vécu la créativité dans les mathématiques lors de mon stage optionnel ?............................................................................................................................11

    3.1.2.1. Le domino farfelu des objets...........................................................................12

    3.1.2.2. Construction d’une cabane en papier et carton........................................15

    3.2. Les outils..........................................................................................................................20

    3.2.1. Canevas de préparation d’une séance de créativité....................................20

    3.2.2. Fiche d’évaluation d’une séance de créativité................................................23

    3.2.3. Liste d’activités créatives proposées dans le domaine des mathématiques................................................................................................................................25

    3.2.3.1. Arbre à objets........................................................................................................25

    3.2.3.2. Quand est-ce qu’on range ?.............................................................................25

    3.2.3.3. Chasseur d’étoiles................................................................................................25

    4. Conclusion............................................................................................................................26

    5. Bibliographie........................................................................................................................29

    6. Annexes.................................................................................................................................30

    6.1. Canevas de préparation « Le domino farfelu des objets »............................30

    6.2. Canevas de préparation « Construction d’une cabane en papier et carton »………………………………………………………………………………………………………………………………………..32

    6.3. Référentiel de compétences professionnelles de l’enseignant selon L. Paquay…………………………………………………………………………………………………………………………………………..34

  • Annéescolaire2016-2017 2

    Remerciements

    Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué de près ou

    de loin à ce travail de fin d’études.

    Pour commencer, je tiens à remercier l’ensemble de l’équipe

    pédagogique de l’ENCBW pour leur contribution à ma formation de future

    enseignante préscolaire. Je remercie également les professeurs de

    l’option créativité pour leurs précieux conseils et d’avoir pu développer

    ma propre créativité.

    Je souhaite également remercier les différents maîtres de stages

    rencontrés lors de ma formation et aux côtés de qui j’ai pu m’exercer et

    continuer d’apprendre.

    Je tiens particulièrement à remercier mes proches qui m’ont soutenu

    tout au long de cette formation.

  • Annéescolaire2016-2017 3

    1. Introduction

    Le sujet de ce travail porte sur la manière d’amener la créativité dans

    les mathématiques. Mon expérience s’est basée sur des observations

    réalisées suite à des activités vécues au sein de l’école de l’Amitié à Limal

    et mon vécu lors de ma spécialisation optionnelle orienté sur la

    créativité.

    Vous y trouverez tout d’abord une partie détaillée sur mon cheminement

    personnel, dans lequel je fais part de mes interrogations, de mes

    réflexions, mes décisions et de mes décisions au sujet de la construction

    de mon identité d’enseignant et de mon profil professionnel en général.

    Dans la deuxième partie de ce travail, j’expose de manière plus

    théorique ce qu’est la créativité, pourquoi et comment l’amener dans les

    mathématiques.

    Ensuite, ayant axé ce travail sur la manière de rendre créatif des

    apprentissages dans le domaine des mathématiques, il m’a semblé

    nécessaire d’expliquer les différents processus tels que je l’ai vécu en

    stage. Dans cette partie je vous détaille deux activités vécues et leur

    analyse réflexive complète qui en résulte en mettant l’accent sur le côté

    créatif de ces activités d’apprentissages et en y expliquant les différents

    concepts.

    Pour terminer je propose un canevas de préparation d’une séance de

    créativité, une fiche d’évaluation de la séance de créativité et une liste

    non exhaustive d’activités créatives dans le domaine des

    mathématiques.

    Ce travail sera par la suite conclu par la réponse synthétique de ma

    question de recherche. J’y analyserai les processus nécessaires par

    lesquels il est nécessaire de passer dans ce type de pratique.

  • Annéescolaire2016-2017 4

    2. Introspection

    2.1. Avant l’ENCBW : « Que vais-je bien pouvoir faire de ma

    vie ? »

    Lorsque j’étais en humanité, j’ai eu l’occasion de faire beaucoup de baby-

    sitting et plusieurs stages d’animation en compagnie d’enfants. Ces jobs

    d’étudiants pour moi n’étaient pas une voie dans laquelle je m’imaginais.

    Je les qualifierais plutôt d’hobbys, car j’ai toujours apprécié ces moments

    passés en compagnie des enfants. Travailler avec eux a toujours été un

    vrai plaisir pour moi parce qu’ils sont spontanés, créatifs et ils ont soif

    de connaissance. Et pourtant, je ne m’attendais pas à faire ce choix de

    carrière.

    En humanité, j’étais à l’IPES à Wavre dans l’option comptabilité. Quel est

    le rapport avec les maternelles ? Aucun ! Mais comptabilité me paraissait

    être un bon choix de carrière, surtout que ce métier plaisait à mes

    parents. J’avoue avoir fait ces études plus pour les satisfaire que par

    intérêt personnel.

    A la sortie de la dernière année, j’étais disons un peu perdue. Je savais

    que je ne voulais pas être comptable, ce n’est pas un métier forcément

    actif. Rester derrière un bureau toute la journée à faire de la comptabilité

    ne m’aurait pas plu. J’étais à la recherche de ce qui pourrait vraiment

    me plaire. Mais dans une époque où l’on nous propose tout un panel de

    métiers et que l’on insiste sur le fait qu’il est important de trouver ce qui

    nous convient au mieux, difficile de s’y retrouver parmi tant de choix.

    J’ai donc décidé d’arrêter de me poser des questions auxquelles je

    n’avais pas de réponse et je me suis rendue au Centre d’information et

    d’orientation de Louvain-La-Neuve. Avec un des conseillers de ce centre,

    nous avons commencer à lister les jobs d’étudiants que j’avaient

  • Annéescolaire2016-2017 5

    accumulés lors de mes études en humanité, mes compétences, mes

    envies et puis, cela s’est présenté à moi comme une évidence. Je voulais

    travailler avec les enfants. J’attendais surement l’approbation de

    quelqu’un. Et disons que ce conseiller me l’a pourrait-on dire, plus ou

    moins donner. Les deux questions restantes étaient « Avec quels enfants

    ai-je envie de travailler ? Quel âge ? ». J’avançais petit à petit dans ma

    décision, mais la précision de l’orientation à choisir restait flou.

    Seulement quelques jours avant la rentrée, je me suis donc dirigée vers

    l’ENCBW. Je n’y connaissais personne, mais la perspective de devenir

    institutrice semblait correspondre à ce que je souhaitais pour mon

    avenir. A ce moment-là, j’étais, selon Paquay, une « personne » en

    projet d’évolution professionnelle.

    Et surprise, je me suis inscrite en formation d’institutrice… primaire !

    2.2. Primaire Bloc 1 : Arrivée à l’ENCBW

    J’ai donc commencé une première année de formation en tant

    qu’institutrice primaire à l’ENCBW dans l’année académique 2013/2014.

    Pour moi, ça a été un échec. J’ai eu une année très dure au point de vue

    personnel.

    Certaines circonstances familiales graves m’ont écarté de mes objectifs

    de formation. Je n’étais donc pas très présente aux cours. Malgré ça,

    même si je ne m’investissais pas à fond, je n’ai pas baissé les bras pour

    autant. Le stage a été pour moi le point fort de l’année. C’était le moment

    le plus agréable, ce qui m’a confirmé l’envie de devenir institutrice. Lors

    de ce stage, j’ai eu une longue discussion avec mon professeur visiteur

    qui m’a parlé des méthodologies d’apprentissage en maternelle ce qui

    m’a sérieusement remise en question. C’est là que je me suis rendue

    compte que je préférais enseigner en maternelle. J’étais admirative de

    ce coté, créatif des enfants, de ce coté manipulation et expérimentation

  • Annéescolaire2016-2017 6

    lors des activités. J’ai donc terminé cette année en prenant soin de moi

    et de ma famille.

    En conclusion, j’ai passé une mauvaise année, mais je n’ai jamais

    complètement laissé tombé parce que je savais que j’avais fais plus ou

    moins le bon choix, mais qu’il fallait tout de même que je me réoriente

    vers ce qui me convenait plus. Je me suis donc réinscrite à l’ENCBW pour

    l’année 2014-2015, mais cette fois-ci en préscolaire !

    2.3. Préscolaire Bloc 1 : Nouveau départ à l’ENCBW

    A la rentrée, de nouvelles circonstances personnelles ont eu beaucoup

    de répercussions sur ma façon d’être, de penser et de réagir. C’était une

    période très dure pour moi psychologiquement, mais cette rentrée était

    justement pour moi un nouveau départ parce qu’elle me permettait

    d’occuper mon esprit et de rencontrer de nouvelles personnes. Cette

    année là, j’ai ressenti ce besoin de faire de mes problèmes mes points

    forts. J’étais donc déterminée à faire de mon mieux en dépit des

    casseroles que je trainais. Je me suis donc impliqué au maximum. Je

    suis devenue déléguée de classe et déléguée au sein de la cellule de

    développement durable et bien-être. Ce rôle m’a permis de m’intégrer

    dans une équipe, de proposer des idées, d’écouter les autres, de

    confronter des points de vues, de collaborer, d’être engagée dans une

    cause qui me tient à cœur. Mon objectif était de m’investir autant que

    possible. C’était pour moi une grande motivation d’avoir des

    responsabilités. J’étais donc bien engagée en tant qu’acteur social selon

    Paquay.

    Cette période de rentrée est passée à toute vitesse et nous avons

    directement eu l’occasion de vivre un tas d’expériences et d’observer sur

    le terrain le métier d’enseignant. On nous a directement plongé dans le

    grand bain grâce aux journées didactiques d’observations. Cette

  • Annéescolaire2016-2017 7

    expérience était pour moi formidable. J’ai découvert une maître de stage

    qui était heureuse de nous accueillir et de nous former au mieux mon

    binôme et moi. Elle m’a permis de réaliser toutes les activités que je

    désirais durant mon stage avec une grande ouverture d’esprit, en

    m’aidant et me conseillant au mieux pour bien m’évaluer et me réguler.

    Elle m’a autorisé à prendre beaucoup de place dans sa classe. Elle m’a

    laissée être la personne de référence pour les enfants, elle m’aidait à

    entrer en contact avec les parents et les personnes au sein de l’école.

    J’ai eu beaucoup de plaisir à réaliser ce stage, qui s’est déroulé avec

    succès. Ce moment m’a permis selon Paquay de développer ma facette

    d’acteur social.

    Je suis réellement reconnaissante de cette façon dont on m’a fais vivre

    cette expérience de stage en bloc 1 parce que c’est à ce moment là que

    j’ai réellement eu la confirmation que j’avais trouvé ce que je voulais

    faire de ma vie. Grâce à cette réussite, j’étais plus confiante, plus sereine

    pour la suite. J’ai ainsi pu continuer de développer une facette rencontrée

    dans mes réflexions personnelles sur mes choix, mes décisions, c’est-à-

    dire d’après Paquay, ma propre « personne ».

    2.4. Préscolaire Bloc 2

    Ma première année s’étant déroulé avec succès, j’étais bien partie pour

    la deuxième. Je me suis à nouveau proposée comme déléguée

    développement durable, mais prévoyant que la deuxième année serait

    un peu plus chargée, je n’ai pas souhaité me représenter en tant que

    déléguée de classe. Cette année là, on nous a plus impliqué dans la

    cellule ce qui a été très chouette parce que nous avons eu l’occasion de

    partager beaucoup de choses. J’ai eu l’occasion de présenter une activité

    à l’ENCBW en projet grâce à la cellule de développement durable. J’avais

    présenté une activité que j’affectionne particulièrement : Le recyclage

    du papier. J’étais contente de pouvoir partager cela.

  • Annéescolaire2016-2017 8

    Lors du premier quadrimestre, j’ai vécu pour la première fois la

    pédagogie du projet. On ne peut plus honnêtement, cette pédagogie

    m’effrayait parce que tout se crée sur base des idées des enfants, alors

    que nous avions été habitués en bloc 1 à tout leur amener. Mais la

    pratique du stage m’a aidé à mieux comprendre cette pédagogie et à

    m’y adapter. Grâce à cela, j’ai eu l’occasion de perfectionner ma pratique

    enseignante en tant que « technicien » d’après Paquay.

    Au deuxième quadrimestre, je me souviens m’être particulièrement

    appliquée dans un travail au sein de l’unité P2060, « Entrer en relation :

    gérer des situations problématiques ». J’ai choisi comme thématique « la

    famille recomposée ». J’avais fais ce choix parce que ce sujet me

    concernait et que je souhaitais comprendre cette situation. C’est ainsi

    que j’ai touché à la facette de « praticien réflexif » selon Paquay (1994).

    2.5. Préscolaire Bloc 3

    Lors du stage en troisième maternelle, ma maître de stage a été une

    formatrice exceptionnelle. Elle m’a permis d’essayer beaucoup

    d’activités variés, d’utiliser mes outils de gestion de classe, m’a appris à

    rebondir, à me remettre en question, à ne pas avoir peur de me tromper.

    J’ai donc grâce à cela travaillé la facette de « praticien réflexif » d’après

    Paquay. Les enfants ont été extraordinaires, ma maître de stage a été

    présente tout du long, mais l’évaluation de mes professeurs visiteurs de

    ce stage est passé de justesse. J’ai tout de même rebondi et décidé de

    me rattraper.

    J’ai ensuite enchaîné avec le stage en classe d’accueil et celui de

    psychomotricité en parallèle. J’ai réussi à concilier les deux en ne me

    sentant pas débordée. J’ai changé avant le stage tous mes classeurs et

    mon canevas de préparation pour pouvoir mieux me structurer. Grâce à

  • Annéescolaire2016-2017 9

    cela, je me suis sentie beaucoup plus sereine lors de la préparation de

    mon stage.

    Pour ce qui est de la psychomotricité, ce cours a toujours été mon point

    faible, mais ce stage m’a permis de me réconcilier avec ce domaine en

    pratiquant la psychomotricité relationnelle. Une vraie découverte ! J’ai

    vécu ce stage plus sereinement que les autres années en entrant

    différemment en relation avec les enfants.

    Ensuite est venu le stage optionnel qui m’a permis de rédiger ce TFE.

    Mes motivations quant à intégrer cette option sont explicitées dans

    l’introduction de cette deuxième partie de travail.

    2.6. Après ma formation

    Me voici donc maintenant à la fin de ces études. Je suis fière de ce que

    j’ai pu entreprendre et accomplir durant ces 3 années, de ce que cette

    formation a pu m’apporter. Elle m’a non seulement apporté les outils

    nécessaires pour mettre en pratique mon futur métier, mais elle m’a

    aussi apporté un autre regard sur la vie, une nouvelle ouverture

    d’esprit et une grande maturité.

    Je peux donc aujourd’hui dire que d’après Paquay, je suis un maître

    instruit et une personne en projet d’évolution professionnel.

    Je sais enfin répondre à la question que je me posais il y a 4 ans :

    « Que vais-je bien pouvoir faire de ma vie ? ». Maintenant je sais que

    je veux commencer à enseigner, je me sens prête à me lancer dans

    cette belle aventure qu’est l’enseignement en maternelle.

  • Annéescolaire2016-2017 10

    3. Contenu d’approfondissement

    « Comment rendre créatif les apprentissages dans le domaine des

    mathématiques ? »

    Cette question s’est imposée à moi avant même de vivre mon stage sur

    la créativité. J’ai eu comme préférence les mathématiques depuis le

    début de ma formation d’institutrice préscolaire. J’ai toujours eu des

    lacunes en mathématiques lorsque j’étais en humanité, mais arrivée à

    l’ENCBW, on m’a appris à voir ce domaine d’une toute autre façon. Le

    fait de repasser par la base, la manipulation, l’expérimentation ont été

    pour moi des motivations lors des activités d’apprentissages dans ce

    domaine. La créativité étant une aptitude au service de la résolution de

    problème j’ai trouvé nécessaire d’analyser la manière dont on s’en sert

    dans le domaine des mathématiques. C’est pourquoi j’ai trouvé

    intéressant d’introduire dans cette partie théorique l’analyse réflexive

    des activités vécues lors du stage optionnel dans laquelle je tisse des

    liens avec les différents concepts que j’ai appris lors de la spécialisation

    optionnelle portant sur la créativité.

    3.1. La théorie

    3.1.1. Que faut il savoir de la créativité et des mathématiques ?

    La créativité est une aptitude humaine à produire du nouveau, une

    production d’idées nouvelles, originales, différentes et appropriées dans

    tous les domaines, que ce soit les mathématiques, les sciences,

    l’éducation, les affaires, l’art ou la vie du quotidien. C’est l’art de se poser

    des problèmes et de leur proposer des solutions originales et efficaces.

    Il y a deux catégories de créativité. Il y a la créativité de type gratuite

    et la créativité de type utilitaire. Dans ce travail je parle de cette dernière

    car elle résulte d’une nécessité de résoudre un problème.

  • Annéescolaire2016-2017 11

    La résolution de problème est une compétence transversale

    instrumentale fréquemment sollicitée dans le domaine des

    mathématiques, c’est pourquoi que je trouve intéressant de se servir de

    la créativité comme aptitude à résoudre ces problèmes. Notre pensée et

    nos modes de raisonnements sont eux-mêmes limités, et ne permettent

    pas de tout résoudre. Les études réalisées sur la pensée humaine ont

    mis en évidence la limite de la pensée rationnelle seule. Sans la créativité

    nous serions bloqués chaque fois que notre pensée rationnelle atteint

    ses limites. Mais la pensée rationnelle combinée à la créativité fait des

    merveilles.

    3.1.2. Comment ai-je vécu la créativité dans les mathématiques lors

    de mon stage optionnel ?

    Lors de mon stage optionnel en deuxième maternelle, les enfants ont eu

    l’occasion de me faire part de leur créativité débordante en

    mathématiques. Nous avons vécu deux activités dans ce domaine. La

    première étant la réalisation d’un domino farfelu d’objets et la deuxième

    étant la construction d’une cabane en papier et carton. Dans cette partie

    je détaille ces deux activités vécues et leurs analyses réflexives

    complètes qui en résultent en mettant l’accent sur le côté créatif de ces

    activités d’apprentissages.

  • Annéescolaire2016-2017 12

    3.1.2.1. Le domino farfelu des objets.

    L’objectif de cette activité était de trouver des points communs entre des

    objets très variés.

    Avant de démarrer, j’ai rassemblé les enfants au coin tapis et je leur ai

    expliqué le jeu (le déroulement, l’objectif).

    J’ai créée deux équipes de 6 et une équipe de 7 élèves. J’ai envoyé une

    équipe dans la cour, une autre dans le couloir et la dernière est restée

    en classe. Chaque enfant devait revenir après 5 minutes maximum au

    coin tapis avec un objet différent de celui de ses camarades de la même

    équipe.

    A la suite de la récolte des objets dans les différents lieux, un enfant par

    équipe est venu à tour de rôle placer un objet à la suite d’un précédent

    en justifiant sa place par un lien.

    Lors de cette activité, les enfants ont pu citer une liste impressionnante

    de critères au niveau de la quantité et de la qualité. Les enfants ont eu

    un tas d’idées différentes. Il y a parfois eu des répétitions, parce que je

    n’ai pas souhaité placer de contraintes aux enfants pour ne pas trop les

    bloquer. Mais lorsqu’il y avait répétition, j’aiguillais les enfants en leurs

    posant des questions sur les différentes composantes et caractéristiques

    des objets.

    Lors de cette activité nous n’avons pas utilisé des techniques

    d’altération, mais la liste des composantes du tableau d’altération

    proposé par le Docteur Lardinois Eric m’a permis de poser de bonnes

    questions aux enfants et donc d’éviter les répétitions. Voici une sélection

    des composantes intéressantes dans cette activité.

    Poids Solidité Structure Utilisateurs Quantité

    Taille Esthétique Usage Couleur Matière

    Volume Utilité Fonctions Composants Qualité

  • Annéescolaire2016-2017 13

    Lors de cette activité nous avons utilisé 3 familles de techniques de

    créativité (Lardinois Eric) :

    - Des techniques aléatoires qui permettent de croiser des pensées

    normalement éloignées afin de créer des liens originaux. Cette

    technique permet aussi d’aller au delà de la première solution

    trouvée ou de la plus évidente.

    - Des techniques analogiques qui permettent d’isoler au sein de la

    formulation du problème des relations puis rechercher dans un

    champ éloigné comment ces relations seront reproduites. Cette

    technique implique 3 phases.

    1. Phase de mise en parallèle des faits, connaissances et des

    différentes disciplines.

    2. Phase d’éloignement qui permet des décalages, décentrages et

    ouvre l’esprit. Phase imaginative qui consiste à produire des

    analogies. A la fin de cette phase apparaît un ensemble de

    solutions recherchées dans toutes les connaissances

    antérieures. Ce qui est en soi une bonne stimulation pour la

    mémoire !

    3. Phase de tri qui sert à faire le choix de la meilleure solution.

    L’objectif à atteindre à ce moment est de formuler le lien lié au

    problème. Dans ce cas-ci, quel est le lien entre cet objet et

    l’objet précédent dans le domino ?

    - Des techniques combinatoires dans lesquelles nous avons pris un

    à un les différentes composantes et caractéristiques de l’objet déjà

    placé dans le domino pour les croiser et les combiner avec l’objet

    à placer.

  • Annéescolaire2016-2017 14

    Pour cette activité, nous sommes passés par les processus du modèle

    d’idéation en 4 phases de Wallis :

    1. La phase de préparation : La compréhension du problème.

    Dans ce cas ci de l’activité, le problème reste le même tout au long de

    l’activité. En formulant le problème, nous obtenons ceci « Quel elle est

    lien entre l’objet précédant déjà placé dans le domino et celui que je

    souhaite placer à la suite de celui-ci ? »

    2. La phase d’incubation : On cogite.

    Dans cette phase, nous activons l’hémisphère droit de notre cerveau qui

    gère la pensée analogique et globale. Cette partie du cerveau s’occupe

    de synthétiser les informations, de rechercher des structures et des

    relations, traite simultanément et instantanément les informations et les

    organise en un tout. Cela permet de voir les informations dans leur

    ensemble et de faire des liens et des associations.

    3. La phase d’illumination : Lors de cette étape, les idées générées

    par les phases 1 et 2 ont commencé à émerger.

    4. La phase de vérification : Elle consiste à valider les idées de la

    phase 3 en passant par la mise en place des idées et en vérifiant

    si ces idées permettent de résoudre le problème formulé à la phase

    1.

    Dans cette activité, nous avons aussi combiné les deux modes de

    pensées créatives, la pensée créative divergente et la pensée créative

    convergente :

    - La pensée créative divergente est une habileté intellectuelle à

    penser à des idées originales, diverses et élaborées.

    - La pensée créative convergente est une habileté intellectuelle à

    évaluer de manière logique, à critiquer et à choisir la meilleure idée

    parmi toute une sélection d’idées.

  • Annéescolaire2016-2017 15

    3.1.2.2. Construction d’une cabane en papier et carton.

    L’objectif de cette activité était de construire une cabane en papier et

    carton sans contrainte particulière imposé, si ce n’est le matériel mis à

    disposition. Les conditions ont étés posées par les enfants en réponse à

    ma demande « Qu’avez-vous envie de construire ? ». Suite à ça, les

    enfants m’ont répondu qu’ils voulaient construire un château. Biensûr,

    construire un vrai château dans la classe est impossible, j’ai donc essayé

    à partir de cette idée de faire émerger un projet commun. Nous avons

    donc décidé en groupe de construire un château en papier et carton

    assez spacieux pour pouvoir accueillir tous les enfants de la classe.

    Cette activité était initialement prévue sur une après-midi, mais suite à

    une soif de manipulation de la part des enfants, je l’ai répartie sur 2

    après-midi. Le premier jour nous avons essayé de nous lancer dans la

    construction, mais sans réellement avoir formulé ensemble ce qui était

    nécessaire pour construire le château. Les enfants ne faisaient que

    découper sans objectif précis. Ils découpaient de petits morceaux en me

    disant qu’ils allaient faire un château (morceau d’1cm2). Je leur posais

    donc des questions comme « à quoi va-t-il te servir ce morceau ? ». Les

    enfants ne savaient pas répondre. Ce moment a donc été entièrement

    consacré à la manipulation du matériel. Après ce moment de

    manipulation et de découpage j’ai relancé les enfants en leur demandant,

    ce qu’ils avaient déjà coupé. Nous avons fait la liste des choses

    nécessaire pour le château : porte, fenêtres, murs, toits, etc. Je leur ai

    fait remarquer que ce n’était pas possible de construire une porte de

    1cm2. Cet après-midi a été entièrement consacré à la manipulation, à la

    découverte du matériel et au découpage, avec quelques objectifs.

    Grâce à cela, le lendemain nous avons pu démarrer en sachant déjà ce

    que nous avons à notre disposition et ce que nous pouvions faire. J’ai

    donc décidé de passer avec les enfants par la créativité de groupe en 7

  • Annéescolaire2016-2017 16

    phases proposé par le docteur Lardinois Eric afin de bien formuler le

    problème, le déroulement et les solutions. Cette manière de faire nous

    a permis avec les enfants de bien nous organiser et d’atteindre notre

    objectif en fin de séance.

    Voici l’analyse des différentes phases de l’activité :

    - Première phase : Formulation du problème grâce aux questions

    QQQOCCP.

    Lors de cette phase, j’ai posé plusieurs questions aux enfants afin de

    tenter de formuler ensemble le problème. Je n’ai pas posé ces questions

    de façons brut. Il faut pouvoir orienter les enfants en plaçant la question

    dans une phrase complète et adaptée. Placer la question dans un

    contexte.

    Qui ? Les élèves de M2 et moi (stagiaire).

    Quoi ? Une cabane assez grande pour tous les élèves de M2.

    Quand ? Sur deux après-midi.

    Où ? En classe.

    Combien ? 19 élèves, plusieurs rouleaux de papier toilette et de papier

    essuie-tout, des mouchoirs, plusieurs grosses caisses en carton, un gros

    rouleau de papier, un gros rouleau de carton, de papier collant, les

    meubles de la classe si nécessaire.

    Comment ? En manipulant la matériel (papier et carton), en émettant

    des hypothèses, en expérimentant,

    Pourquoi ? Pour construire un projet commun, collaborer. Pour pouvoir

    s’amuser tous ensemble dans la cabane.

    - Deuxième phase : Reformulation conjointe du problème

    compréhensible par les enfants.

    Suite à la première phase dans laquelle nous avons tenté de relever

    toutes les composantes du problème, nous arrivons à la deuxième phase

  • Annéescolaire2016-2017 17

    ou nous reformulons ensemble le problème de façon à ce qu’il soit

    compréhensible par tout le monde.

    è « Comment construire une cabane en papier et en carton assez

    petite pour entrer dans la classe, mais assez spacieuse pour

    accueillir les 19 élèves de la classe ? ».

    - Troisième phase : L’imprégnation.

    Cette étape consiste à traduire le problème dans un langage affectif en

    faisant appel à la créativité.

    Etant donné que l’idée de base des enfants étaient de construire un

    château, nous avons donc traduit le problème de la façon suivante :

    « Comment construire un château en papier et en carton assez petit pour

    entrer dans la classe, mais assez spacieux pour accueillir les 19 élèves

    de la classe ? »

    - Quatrième phase : La purge ou l’élimination des premières

    solutions.

    Ici, nous avons commencé à formuler les premières solutions. Nous

    avons fait la liste du matériel nécessaire, des éléments nécessaires pour

    construire un château (des murs, un toit, des fenêtres, une porte, des

    tunnels, etc.). C’est à ce moment que les premières idées se sont mises

    en place pour la construction de la cabane. Ensuite, nous avons

    commencé à parler de la disposition de la cabane, de la place nécessaire,

    des étapes de la construction. Petit à petit les idées des enfants se

    mettaient en place pour avancer doucement vers la mise en œuvre des

    solutions.

    - Cinquième phase : La divergence.

    Celle-ci nous a permis de rechercher des stimulations en rapport avec le

    problème. Nous avons cherché les déclencheurs de solutions reliées au

    problème par un lien même faible.

  • Annéescolaire2016-2017 18

    - Sixième phase : Le croisement.

    Cela consiste à mettre en relation chacun des éléments cités dans la

    phase précédente avec le problème formulé durant la deuxième. La mise

    en relation entre ces éléments et le problème ont permis de faire

    émerger les premières solutions. Nous savions ce que nous avions besoin

    comme éléments pour construire notre château. Nous étions donc plutôt

    à la recherche de dont nous allions le construire. C’est à ce moment que

    la production d’idées à eu lieu.

    - Septième phase : Mises-en forme des idées et évaluation des

    solutions.

    Cette phase s’est déroulée en 2 temps. Nous avons eu un premier temps

    de formulation des solutions possibles. Ensuite nous les avons

    confrontées pour savoir laquelle nous permettrait d’atteindre notre

    objectif : « Comment construire un château en papier et en carton assez

    petit pour entrer dans la classe, mais assez spacieux pour accueillir les

    19 élèves de la classe ? »

    Toutes les solutions proposées par les enfants étaient bonnes. La seule

    problématique qui restait à adapter était systématiquement le manque

    de place dans la cabane pour y faire entrer tous les élèves de la classe.

    Nous avons donc testé plusieurs solutions.

    Il y avait pour cette activité de grosses caisses en carton. Ces caisses

    étaient des parallélépipèdes rectangles. On pouvait donc les placer de

    façon à ce que la boite soit plus haute que large, et que donc les enfants

    aient plus d’espace en hauteur et puissent se mettre à genoux. Mais

    cette solution ne permettait pas de laisser entrer les 19 enfants. Nous

    avons donc décomposé la cabane pour récupérer tout le matériel et

    avons décidé de disposé les caisses en carton d’une toute autre façon.

    Nous avons couché les caisses. Cette solution rendait la cabane moins

    haute, mais plus spacieuse en surface. Grâce à cette modification et le

    test que nous avons fait (faire entrer tous les enfants de la classe) nous

  • Annéescolaire2016-2017 19

    avons découvert que cette solution était finalement la bonne pour

    répondre au problème formulé au départ.

    Cette construction a énormément plu aux enfants. Notre château avait

    des murs, des tunnels, un toit, une porte, des fenêtres. Il était assez

    petit pour entrer dans la classe et assez spacieux pour accueillir les 19

    élèves. Nous avions trouvé la solution à notre problème.

    Résultat final de la cabane :

  • Annéescolaire2016-2017 20

    3.2. Les outils

    3.2.1. Canevas de préparation d’une séance de créativité Titre de la séance de créativité :

    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    Année : Accueil M1 M2 M3

    Axe : Gratuité Développement personnel Implication dans le milieu

    Objectif à atteindre en fin de séance :

    …………………………………………………………………………………………………………………………..………………………

    Compétences ciblée :

    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    Compétences sollicitées :

    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    Organisation : Grand groupe Ateliers Individuel

    Gestion du groupe : Dirigé Semi – dirigé Autonome

    Durée de l’activité :

    Matériel nécessaire :

    Différenciation :

    Processus

    Structure

    Contenus

    Production

    Ant

    icip

    atio

    n

    et s

    olut

    ions

    Anticipation de ce qui pourrais poser problème :

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    Solutions envisagées :

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    Rés

    ulta

    ts a

    tten

    dus Types de résultats (concret, nouveau, conceptuel) :

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    Quantité de résultats souhaités :

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    Format des résultats (fiches idées, dessins, liste d’idées, …) :

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    Con

    trai

    ntes

    Définition des limites du sujet :

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

  • Annéescolaire2016-2017 21

    Dér

    oule

    men

    t cr

    éativi

    té d

    e gr

    oupe

    (Sel

    on le

    doc

    teur

    Eri

    c La

    rdin

    ois)

    Créativité de groupe en 7 phases :

    1. Formulation du problème :

    Qui ?

    Quoi ?

    Quand ?

    Où ?

    Combien ?

    Comment ?

    Pourquoi ?

    2. Reformulation conjointe :

    ……………………………………………………………………………………………………….…………………

    3. Imprégnation :

    ……………………………………………………………………………………………………….…………………

    4. Purge ou élimination des premières solutions :

    ……………………………………………………………………………………………………….…………………

    5. La divergence :

    ……………………………………………………………………………………………………….…………………

    6. Le croisement :

    ……………………………………………………………………………………………………….…………………

    7. Mises-en forme des idées et évaluation des solutions :

    ……………………………………………………………………………………………………….…………………

    Mod

    èle

    d’id

    éation

    de

    Wal

    lis Processus en 4 phases :

    1. Préparation : Compréhension du problème.

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    2. Incubation : On cogite.

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    3. Illumination : Divergence. Idées générées par les phases 1 et 2.

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

    4. Vérification : Validation des idées de l a phase 3.

    ………………………………………………………………………………………………………..…………………

  • Annéescolaire2016-2017 22

    J’ai construit ce canevas de préparation en combinant ce que j’ai appris

    à l’ENCBW durant ces 3 ans de formation, ce que j’ai appris durant la

    spécialisation optionnelle, les recherches que j’ai effectuées pour la

    réalisation de ce TFE et mes observations suite au stage optionnel.

    Ce canevas débute avec les éléments nécessaires et obligatoires à la

    bonne structure d’une activité. C’est-à-dire le titre de la séance, la

    classe, l’axe dans lequel est travaillé l’activité, l’objectif à atteindre en

    fin de séance, les compétences ciblées et sollicitées, l’organisation et la

    gestion du groupe classe, la durée de l’activité, le matériel nécessaire,

    la prise en compte de la différenciation, les résultats attendus et les

    contraintes de l’activité.

    N.B. : Certaines activités créatives n’ont pas de durée déterminée, il

    faut parfois laisser le temps de s’imprégner ou de cogiter face à un

    problème, dans ce cas, le but est de résoudre le problème et d’atteindre

    l’objectif, peu importe le temps que l’on prend pour y arriver.

    Ensuite je propose dans ce canevas deux types de déroulement

    permettant de structurer correctement une séance de créativité. Il est

    donc important de savoir quel choix faire au niveau de la structure à

    préférer pour la séance qu’on s’apprête à créer.

    La première proposition est celle de la créativité de groupe en 7 phases

    proposée par le docteur Lardinois Eric. Cette structure est

    particulièrement intéressante lorsque l’on veut travailler en groupe et

    que nous souhaitons réaliser un projet commun. C’est pour cette raison

    que j’ai choisis d’analyser l’activité de construction d’une cabane en

    papier et carton en expliquant comment nous sommes passés par ces 7

    phases.

    La deuxième proposition est le modèle d’idéation de Wallis qui est un

    processus en 4 phases. Cette façon de fonctionner est plus intéressante

    lorsque l’on veut analyser le processus de naissance d’une idée qui est

  • Annéescolaire2016-2017 23

    disons plus personnelle et individuelle que la créativité de groupe. C’est

    pour cela que j’ai choisi d’analyser l’activité du domino farfelu d’objets

    en décrivant la manière dont nous avons utilisé le modèle d’idéation de

    Wallis.

    3.2.2. Fiche d’évaluation d’une séance de créativité

    Eval

    uation

    de

    l’act

    ivité

    créa

    tive

    Evaluation générale de la séance de créativité

    ……………………………………………………………………………………………………….………………………….

    Organisation (salle, timing, préparation, …)

    ……………………………………………………………………………………………………….………………………….

    Les méthodes utilisées (difficultés et facilités avec les différentes méthodes).

    Créativité de groupe Modèle d’idéation de Wallis

    ……………………………………………………………………………………………………….………………………….

    Résultats obtenus : satisfaisants ?

    ……………………………………………………………………………………………………….………………………….

    Ambiance (ai-je été surpris ?)

    ……………………………………………………………………………………………………….………………………….

    Points positifs, à conserver, …

    ………………………………………………….…………….

    Points négatifs, à améliorer, …

    …………………………………….………………………….

    Autres remarques

    ……………………………………………………………………………………………………….………………………….

    J’ai construit cette fiche d’évaluation suite à la construction du canevas

    de préparation. Il me semble important de toujours analyser une séance

    après l’avoir réalisé pour pouvoir remettre en question le bon

    déroulement de celle-ci.

  • Annéescolaire2016-2017 24

    Le premier espace est prévu pour une évaluation générale. Ensuite il y

    a l’évaluation de l’organisation, puis, le plus important en terme de

    créativité, l’évaluation de la méthodologie adoptée pour la séance de

    créativité. Après, une case est consacrée à l’analyse des résultats

    obtenus. Cette case est à mettre en parallèle avec la partie résultats

    attendus dans le canevas de préparation pour s’assurer que cela

    correspond bien. Ensuite vient l’analyse de l’ambiance de la séance.

    Cette analyse est particulière dans une séance de créativité, elle permet

    de faire part de ce qu’on a ressenti en termes d’émotions et de

    sentiments lors de la séance. Par après vient la partie qui permet de

    s’autoévaluer et de mettre en avant les points positifs et les points

    négatifs afin de réguler pour une prochaine fois. Et pour finalement, une

    partie est consacrée aux remarques éventuelles.

  • Annéescolaire2016-2017 25

    3.2.3. Liste d’activités créatives proposées dans le domaine des

    mathématiques

    3.2.3.1. Arbre à objets

    Objectif : Définir un critère d’organisation pour trier des objets réels et

    organiser selon ce critère.

    Compétences mathématiques :

    - 4. Traitement de données : 4.1.1. Organiser selon un critère.

    - 5. Etablir des liens logiques.

    Consigne : Accrocher à une branche d’arbre, les objets auxquels on

    pense en fonction d’un sujet, d’une saison, d’une journée.

    3.2.3.2. Quand est-ce qu’on range ?

    Objectif : Définir un critère d’organisation pour classer des objets réels

    et organiser selon ce critère.

    Compétences mathématiques :

    - 4. Traitement de données : 4.1.1. Organiser selon un critère.

    - 5. Etablir des liens logiques.

    Consigne : Trouver au moins 10 manières différentes de ranger un tas

    d’objets (taille, utilisateur, matière, poids, fonction, couleur, nom,

    ancienneté, valeur, …).

    3.2.3.3. Chasseur d’étoiles

    Objectif : Reconnaître (sans les nommer) sur base de la perception et

    de la comparaison avec un modèle une figure.

    Compétence mathématiques :

    - 2. Les solides et figures : 2.2.1. Reconnaître, comparer des solides

    et des figures, les différencier et les classer.

    Consignes : Traquer une même forme parmi des objets très divers. Juste

    une forme simple, ou un symbole, à traquer parmi des objets.

  • Annéescolaire2016-2017 26

    4. Conclusion

    Ce travail, et surtout ce stage, m’ont permis de réaliser que chaque

    enfant est créatif et qu’il peut en faire preuve dans tous les domaines.

    Cela m’a aussi permis de petit à petit, modifier ma manière d’enseigner.

    Ces recherches m’ont permis de mettre en avant plusieurs concepts

    importants. La première concerne la créativité, je me suis aperçue que

    c’est une notion qui demande beaucoup d’analyse puisqu’elle peut être

    perçue et travaillée de multiples manières. Il a donc fallu centrer mon

    regard sur une forme de créativité ́ (le processus), et un point de vue

    (l’enseignant).

    A travers cette recherche, j’ai voulu faire transparaître mes différentes

    observations et réflexions sur la manière d’amener la créativité dans les

    mathématiques.

    Au début de mon expérience, j’ai été extrêmement surprise de constater

    à quel point les enfants de deuxième maternelles sont parfois centrés

    sur une vision assez unique et rationnelle de leur environnement et de

    ce qui le compose. Comme s’ils étaient conditionnés dans une optique

    où une seule réponse est possible.

    Suite à l’ensemble de ces constats, il était alors de mon rôle de mettre

    en place des consignes, un cadre et des situations qui allaient permettre

    à l’enfant de s’éloigner de tous ces éléments qui parasitent l’accès à la

    pensée créative. Une fois que cela a été mis en place, ma maître de

    stage et moi, nous nous sommes rendus compte à quel point ces enfants

    pouvaient être créatifs, si on leur offrait les bonnes conditions pour l’être.

    Pour ma part, j’ai pensé que passer par la manipulation en plus des 7

    phases de la créativité de groupe proposée par Lardinois Eric ou les 4

    phases proposé dans le modèle d’idéation de Wallis pouvait être une

  • Annéescolaire2016-2017 27

    solution envisageable, car il permet de mettre en place, de manière

    ludique et attrayante, les éléments nécessaires au bon déroulement

    d’une séance de créativité dans le domaine des mathématiques mais

    aussi dans bien d’autres domaines. C’est parfois en passant par des

    expériences comme celles-ci que nous réussirons à amener les enfants

    dans la voie qui va faire d’eux des individus créatifs et qui constitueront

    les adultes de demain.

    D’un point de vue plus personnel, tous ces questionnements me rendent

    curieuse de découvrir plus en profondeur cette méthodologie

    d’apprentissage et pas seulement dans le domaine des mathématiques.

    Si l’occasion se présente, je continuerais mon parcours pour en découvrir

    les fondements plus profonds, parfois plus abstraits. Cependant, tous les

    points abordés au sujet de la créativité m’ont stimulée et je pense

    poursuivre mon chemin sur cette voie. Si j’ai l’opportunité d’avoir une

    classe en charge, je suis certaine de mettre en valeur la créativité.

    Après tout ce que j’ai pu vivre et comprendre au sein de ce module et

    de ce stage, la chose qui me tient le plus à cœur est de continuer à être

    un enseignant qui se remet toujours en question, qui est dynamique afin

    de toujours satisfaire l’ensemble des enfants qu’il a devant lui.

    J’accorderai une place toute particulière à la créativité du public que

    j’aurai devant moi, sans pour autant en oublier la mienne.

    Dorénavant, je possède un certain bagage pour avancer dans mon

    parcours et réaliser une carrière en lien avec la créativité. Je laisse la

    porte ouverte à toute expérience, qu’elle soit dans une classe ou dans

    un autre milieu. J’ai cette envie d’instaurer un projet tel que je l’ai vécu

    précédemment, tout en prenant le temps de profiter de ce que

    m’apporteront les enfants. Cela se traduira par de nombreuses activités

    dans différentes disciplines.

  • Annéescolaire2016-2017 28

    Ce travail a pour but de vous initier aussi à la créativité. J’espère que

    plusieurs d’entre vous prendront le temps d’expérimenter tout ceci. Cela

    signifiera que je suis parvenu à mes fins. Nous avons le pouvoir de

    changer les choses. Commençons par réaliser des changements à petite

    échelle et croyons au fait qu’un jour, ceux-ci prendront une plus grande

    ampleur.

    Maintenant, c’est à vous de jouer... Soyez créatifs...

  • Annéescolaire2016-2017 29

    5. Bibliographie

    Documents de l’ENCBW

    - Paquay L., Altet M., Charlier E. ; Perrenoud P. (1994) Former des enseignants professionnels. Quelles stratégies ? Quelles compétences ? De Boeck : Bruxelles. Ouvrages édités

    - Alberti, M. (2012). La créativité en mathématiques. Barcelone : RBA Coleccionables S.A.

    - Bouchard, C., Blanchet, M., & Fréchette, N. (2009). Le développement global de l'enfant de 0 à 5 ans en contextes éducatifs. Québec [Qué.]: Presses de l'Université du Québec.

    - Brasseur, P. (2009). 1001 jeux de créativité avec les objets. Paris : Casterman.

    - Debois, F., Fabreguettes, V., Groff, A. (2011). 100 questions pour comprendre et agir. La Plaine Saint-Denis Cedex : Afnor.

    - de Maillard, T., Médéric, G. (2016). Animer une séance de créativité (2e édition). Saint-Juste-la-Pendue : Dunod.

    - Moncorger, J., Gaubert, T. (2013). Créativité, un nouveau regard : Théorie et pratique. Paris : L’Harmattan. Syllabus de cours

    - Lardinois, E. (2005). La créativité par la pratique : Stimulation de la créativité. Syllabus, Polytechnique de Mons.

    - Ginevro, D., Herinne, L., & Pollet, N. (2015-2016). Module créativité : portfolio. Ecole Normale Catholique du Brabant Wallon. Images

    - Le bloc de Mysticlolly (2010-2017). Dessins – Mystik’s fait des mathématiques ! En ligne : https://www.mysticlolly.fr/dessins-mystiks-fait-des-mathematiques/, consulté le 4 juin 2017

  • Annéescolaire2016-2017 30

    6. Annexes

    6.1. Canevas de préparation « Le domino farfelu des

    objets »

    Titre de l’activité : Domino farfelu d’objets

    Année : Accueil M1 M2 M3

    Axe : Gratuité Développement personnel Implication dans le milieu

    Objectif : A la fin de l’activité, les élèves seront capables de créer un domino géant

    sur base de divers critères.

    Trouver des points communs entre des objets très variés.

    Compétence ciblée :

    Mathématique : 5. Etablir des liens logiques.

    Compétences sollicitées :

    Mathématiques : 4. Traitement de données. 4.1. Organiser selon un critère.

    CTR : Être curieux, se donner une stratégie de recherche, rechercher

    l’information, traiter l’information, communiquer, mettre en œuvre.

    Organisation : Grand groupe Ateliers Individuel

    Gestion du groupe : Dirigé semi – dirigé Autonome

    Durée de l’activité : / minutes

    Matériel nécessaire : Post-it.

    Remarques :

  • Annéescolaire2016-2017 31

    Situation mobilisatrice :

    Les enfants sont au coin rassemblement. Expliquer aux enfants le jeu que nous

    allons faire. Nous allons faire un domino farfelu avec des objets que nous allons

    chercher un peu partout.

    Vu qu’il y a 19 élèves dans la classe, je vais faire 3 équipes. (2 équipes de 6, 1 de

    7)

    1 équipe sera envoyé dans la cour pour chercher un objet par personne, 1 autre

    équipe sera envoyé dans le couloir pour chercher un objet par personne, et le

    groupe restant reste en classe et prend un objet par personne. Préciser aux

    enfants qu’ils doivent avoir chacun un objet différent dans leur groupe.

    Les enfants ont entre 5 et 10 minutes pour aller chercher les objets et revenir au

    coin rassemblement.

    Etapes successives :

    A tour de rôle, chaque équipe devra placer un objet en justifiant sa place dans la

    suite. Le premier enfant commence et dit quel est le lien avec l’objet précédent.

    Attention : un même critère (couleur, forme, texture, …) ne peut être énoncé 2

    fois

    à L’institutrice écrit chaque critère sur un post-it qu’elle va coller sur/au-dessus

    de l’objet.

    Retour sur l’activité :

    Avez-vous apprécié cette activité ? Etait-ce facile/difficile ?

    Anticipation de ce qui pourrais poser problème :

    Les enfants pourraient avoir des difficultés à énoncer des critères différents

    Solutions envisagées :

    - Faire une liste de divers critères

    - Avant de commencer, donner une multitude d’exemples…

  • Annéescolaire2016-2017 32

    6.2. Canevas de préparation « Construction d’une cabane

    en papier et carton »

    Titre de l’activité : Construction d’une cabane en papier et carton

    Année : Accueil M1 M2 M3

    Axe : Gratuité Développement personnel Implication dans le milieu

    Objectif : je veux que les enfants puissent… construire une cabane selon leur envie

    à l’aide de papier et de carton mis à disposition.

    Compétence ciblée :

    Mathématiques : 2. Les solides et figures. 2.2.2. Construire des solides simples

    avec du matériel varié.

    Compétences sollicitées :

    DM.4.1. Tirer, pousser, manipuler efficacement les objets en fonction de leurs

    caractéristiques.

    CTI : se donner une stratégie de recherche.

    Education plastique : EAP.2.2. Adapter sa production au format et au support.

    Education plastique : EAP.4.1. Exploiter les éléments plastiques : l’espace et le

    volume.

    CTR : Agir et réagir, se donner une stratégie de recherche, recherche de

    l’information, traiter l’information, la communiquer, être curieux, mettre en

    œuvre.

    Organisation : Grand groupe Ateliers Individuel

    Gestion du groupe : Dirigé semi – dirigé Autonome

    Durée de l’activité : / minutes

  • Annéescolaire2016-2017 33

    Matériel nécessaire : Toutes sortes et formats de papier et de carton (essuie tout,

    papier toilette, papier normal, …). Ciseaux et colle.

    Remarques : /

    Situation mobilisatrice :

    Pour cette activité, je demande aux enfants s’ils ont déjà été dans un village. Si

    oui je leur demande qu’est-ce qu’on peut y retrouver comme immeubles par

    exemple. Puis je leur explique que nous allons construire notre propre village

    aujourd’hui.

    Etapes successives :

    Chaque enfant va pouvoir construire une partie qu’il a envie de faire et ce n’est

    pas grave s’il y a plusieurs fois la même chose. Pour cette activité, les enfants ne

    peuvent que construire leur village à l’aide du papier et du carton, on ne peut pas

    prendre du papier de couleur et on ne peut pas dessiner sur le papier. Ils peuvent

    utiliser des ciseaux et de la colle pour construire, mais c’est tout. Je laisse les

    enfants construire pendant le temps qu’ils ont envie, s’ils finissent on peut le

    ranger, pour plus tard mettre tous les immeubles ensemble pour créer notre

    village.

    Retour sur l’activité :

    Avez-vous aimé ? Qu’est-ce qui était difficile ? …

    Anticipation de ce qui pourrais poser problème :

    Difficulté à trouver des idées.

    Solutions envisagées :

    Donner quelques pistes pour les lancer + passer par les 7 phases de la créativité

    de groupe proposé par le docteur Lardinois Eric.

  • Annéescolaire2016-2017 34

    6.3. Référentiel de compétences professionnelles de

    l’enseignant selon L. Paquay